Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le désastre français

Le désastre français

Quand la France s’éveillera ?

 Depuis le début de la Vème République, jamais la France n’était tombée aussi bas dans l’opinion internationale. Il suffit de faire un tour dans les pays étrangers, ou tout simplement lire la presse pour connaître le jugement que nos voisins proches ou lointains ont de notre Pays, de nos hommes ou femmes politiques et de notre propre comportement.
 
Nous passerons ici sur les scandales qui éclaboussent en particulier l’Etat et le Président de la République, depuis l’affaire Bettencourt au scandale Karachi, ces évènements étant bien évidemment traités par l’ensemble des médias. Et si ces deux affaires restent très importantes dans un climat politique très dégradé, le vrai problème de la France ne se situe pas uniquement dans ces dossiers qui ne sont ni plus ou moins graves que ceux qui ont secoué la Nation par le passé dans les différents régimes républicains.
 
Le véritable souci actuel s’établit dans le système économique français qui s’effondre de jour en jour à cause de l’inertie des responsables politiques, et du cautionnement qu’un trop grand nombre de français accorde à ces mêmes responsables sans manifester aucune protestation véritable.
 
La France perd toutes ses industries, et d’ici quelques années, la Nation sera le plus grand désert industriel du Monde.
 
Il ne faut pas être grand économiste pour s’apercevoir que nos dirigeants déroulent « le tapis rouge » à la Chine qui désormais, installe des unités de production et des usines sur le territoire français. Avec une réponse modérée mais positive de certains citoyens qui approuvent une telle situation en soulignant que ces créations d’entreprises vont apporter des emplois à la France. Ouais, mais …il existe un grand bémol !
 
En réalité, la Chine met en place sur le continent des industries dont elle détient l’entier capital, embauche uniquement des cadres dirigeants chinois, laissant pour l’instant les emplois de base aux français avant qu’un jour ou l’autre ces derniers soient remplacés par du personnel venu de Chine tenté par l’aventure européenne.
 
De même, en dehors des divers complexes industriels qui s’implantent peu à peu sur le sol français, la Chine rachète également partout en France, de grands domaines viticoles qui désormais tombent aux mains de capitaux asiatiques où les intérêts français ne sont plus du tout représentés.
 
Mais la Chine n’est pas le seul pays à avoir de grandes vues sur la France. D’autres pays plus proches géographiquement de chez nous, possèdent aussi des intentions sérieuses pour s’approprier une partie de l’économie française. Ainsi, il suffit de se tourner vers l’Allemagne qui grignote peu à peu notre système par tous les moyens dont elle dispose, et entre autres conquêtes commerciales ou industrielles par la gigantesque installation des hard-discounts Lidl, magasins qui s’étendent aujourd’hui à tous les coins de l’hexagone en vendant de nombreux produits fabriqués directement sur le sol allemand.
 
Je m’arrêterai là dans les exemples, tant ils sont de plus en plus nombreux.
Ainsi, la France recule sans cesse et n’est plus capable de concevoir elle-même des produits basiques alors que d’autres pays de l’Union Européenne continuent à les fabriquer. La France fait donc appel à la Chine pour la plupart de nos besoins par le biais de quelques importateurs français qui eux par contre, s’enrichissent au détriment des intérêts de nombreux citoyens à la recherche d’emplois.
 
La France n’est-elle plus compétitive ? Ou devient-elle paresseuse ? Sans doute, cumule-t-elle ces deux défauts.
 
Alors comment la Nation peut-elle se sortir de ce désastre ? Aujourd’hui cela devient très compliqué, et à priori presque impossible. Il aurait fallu redresser la barre bien avant, et le Président Sarkozy avait le devoir à son arrivée en 2007 de relancer l’économie française par tous les moyens. Hélas, rien n’a été fait en trois ans.
 
Alors, comme nous ne pourrons pas attendre qu’un miracle ne produise, il faudra bien prendre notre destin en mains ainsi que les mesures qui s’imposent, même si elles sont draconiennes.
 
Première mesure : sortir de l’euro. C’est un moyen très efficace pour se débarrasser du carcan monétaire européen, et retrouver ainsi une liberté économique.
 
Deuxième mesure : Favoriser la création d’entreprise et le développement de celles existantes. Pour réaliser un tel programme, il faut diminuer ou même supprimer dans certains cas les cotisations patronales afin de promouvoir l’embauche et donc l’emploi. A moyen terme, l’importante diminution du chômage compensera largement le déficit des recettes engendré par les suppressions des charges payées par les employeurs.
 
Troisième mesure : Taxer plus fortement les produits en provenance de l’étranger à l’exception bien entendu des pays appartenant à la communauté européenne.
 
Quatrième mesure : Supprimer définitivement la semaine de 35 heures et remettre en fonction la durée hebdomadaire de travail à 39 heures.
 
Cinquième mesure : réformer en profondeur le statut des salariés, avec des rémunérations plus motivantes dans le cadre d’une participation systématique aux bénéfices dégagés par les entreprises.
 
Avant de terminer cet article, je préciserai que la France a tenu longtemps un grand rôle industriel dans l’espace international. Je ne vais pas citer tous les exemples qui ont fait de notre Pays un grand bâtisseur de l’industrie, car il faudrait rédiger un livre complet pour les décrire. Cependant, je prendrai comme illustration, la construction des véhicules industriels (camions et autocars) qui représente à l’heure d’aujourd’hui un énorme marché international.
 
Jusqu’aux années 1980 – 1990, la France comptait encore plusieurs grandes marques de poids lourds : Renault, Berliet, Unic, Bernard, Latil, Panhard, Simca, Somua, Chausson, Citroën, Hotchkiss, pour ne citer que les principales.
 
Aujourd’hui, toutes ces marques françaises ont totalement disparu à l’exception de Renault (Renault Trucks) contrôlée toutefois par le constructeur Suédois Volvo, alors que les entreprises étrangères du même secteur se sont maintenues : Mercédès-Benz, Man, et Kassbohrer Setra en Allemagne, Iveco et Iribus en Italie, Daf et Bova au Pays- Bas, Volvo et Scania en Suède, Pegaso en Espagne.
 
Ainsi, quand vous croisez sur la route un camion ou un autobus, vous ne voyez que des marques étrangères.
 
Ce phénomène se répète sans cesse pour de nombreux autre produits industriels, que ce soit dans les secteurs du textile, de l’agro-alimentaire, de l’électroménager et même des énergies renouvelables.
 
Alors qu’attendent nos dirigeants politiques ? Qu’attendent les français eux-mêmes ?
 
Moins travailler encore pour plus gagner ? Vivre une vie de loisirs accompagnée accessoirement par un peu de travail.
 
Allons soyons réalistes. La France ne peut pas vivre d’emplois de services ou de proximité, même s’ils sont utiles aux citoyens.
 
Obligatoirement, il faut créer des emplois résultant de la relance de l’industrie et du commerce.
 
Fabrication production, vente et exportation doivent être les quatre symboles d’une volonté et d’une énergie capables de promouvoir la France de demain.
 
Quand une majorité de français aura compris que le boom économique dépend de l’action de chaque citoyen et de son courage à « remonter ses manches » et à sortir de la crise, la Nation française pourra aspirer à de nouvelles conquêtes qui la conduiront vers l’indépendance et le progrès social.
 
Pierre-Alain Reynaud
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.01/5   (123 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • ogar 27 novembre 2010 17:52

    Pourquoi ne pas réfléchir à partir du constat présenté et dont de nombreux éléments méritent réflexions ?
    Au lieu de cela il est présenté une série de ’’mesures’’ interdisant d’entrée toute réflexion.
    Comment peut-on être aussi politiquement conforme et catégorique en partant d’un constat se voulant authentiquement contestataire ?


    • yoananda 27 novembre 2010 17:59

      Constat presque juste ...
      A ceci près que la France ne se fait pas dépouiller par les étranger... mais que les peuples de partout se font dépouiller par les multinationales !
      En se trompant de cibles, on se trompe de solution.
      Il faut que les peuples s’unissent au lieu de se concurrencer face à la menace des intérêts marchands qui dévaste la planète un peu plus chaque jours.
      comme si tous les aspects de notre vie devaient être marchandable.


      • lagabe 28 novembre 2010 09:11

        la classe moyenne chinoise a progressé de 250 millions d’habitants et de 25 millions d’habitants par an , alors stop dire c’est les multinationales et
        http://www.lemonde.fr/international/article/2010/06/23/selon-l-onu-l-extreme-pauvrete-recule-dans-le-monde_1377660_3210.html


      • Judith-Sabine Judith-Sabine 28 novembre 2010 22:33

        Bonsoir Yonanda,
        Je ne maitrise pas tout à fait le sujet mais, je pense que les solutions proposées ne sont pas dénuées de sens ( charité bien ordonnée commence par soi-même ) et, de mon point de vue n’empêchent nullement les peuples de s’unir. Oui à la solidarité entre les peuples mais pas au détriment de notre qualité de vie. Nous ne pouvons être la Nation réduite à faire du social quand les autres nations font travailler leur population dans le but de s’enrichir économiquement.
        Nous ne pouvons nous permettre de rester à la traine. Nous avons besoin de travailler pour créer des richesses non seulement pour le pays mais aussi et surtout pour améliorer notre niveau de vie. Ce qui à mon sens reste le plus important.
        Bonsoir et je l’espère, à bientôt pour débattre à loisirs de ce que tu voudras.  smiley


      • Petitou Petitou 30 novembre 2010 13:59

        A Lagabe
        Et alors ? Je vois pas bien la pertinence de cet argument.
        Les chinois se développent grace à l’implantation d’usines chez eux pas des multinationales de chez nous.


      • petrus62 27 novembre 2010 18:01

        MOI je veux conserver la retraite à 50 ans et tous les autres avantages qui vont avec.
        les autres paieront pour MOI.les autres je m’en balance.


        • pierhu 27 novembre 2010 18:02

          analyse que je partage totalement , simple constat que chacun peut faire , et pourtant .... ! aucun , économiste , aucun journaliste , aucun éditorialiste , aucun parti politique , aucun syndicat , ni la télévision ni la presse , n’évoque cette situation et pourtant personne ne peut l’ignorer ........ ! 


          • franchamont franchamont 27 novembre 2010 18:10

            Je vis à l’étranger et je constate effectivement que ce n’est plus pour ses grèves que la France est mal vues, mais pour la politique inepte et chaotique de son irresponsable, immoral et lunatique président reflétant sur un gouvernement sans âme et sans succès.


            • bluboux bluboux 27 novembre 2010 18:15

              Oh ! Je vois qu’il s’agit du dernier salon FAF ou l’on se gargarise avec quelques belles perles xénophobes !
              Je sens néanmoins beaucoup de rancœur dans vos propos, Messieurs les Bons français, serait-ce parce que vous perdez pied ? L’éveil citoyen va se faire, j’en suis certain, et heureusement il prendra la forme d’une « révolution » des peuples qui s’affranchiront par la solidarité, l’ouverture aux autres, la connaissance et la culture. Bref, une révolution aux antipodes de ce que vous prônez, c’est à dire la pensée unique, la haine de l’autre, le repli sur soi-même et la rancœur...
              Ceci étant dit, je ne vous en veux pas et vous suis gré de vous exprimer librement, voire courageusement, et ne ressens que compassion pour vos souffrances.


              • LeGoJac 27 novembre 2010 18:22

                Le coût d’importation d’un produit ne représente qu’une faible partie du coût consommateur.
                L’essentiel de la marge est donc fait ... ICI !
                Par contre les profits disparaissent aussitôt dans un marécage de banques et d’actionnaires.

                Traçons mieux où va l’argent déjà.
                On verra après s’il est réellement utile de réinstaller des hauts fourneaux et de réouvrir les mines.
                Cet article ne vaut rien en fait.


                • Png persona-nongrata 27 novembre 2010 18:42

                   Bah wé à force de se la péter et de se prendre pour le centre du monde ...La France est foutue et vous savez pourquoi ?

                  Car elle n’a presque plus d’or dans les coffres !!! Merci qui ? depuis qu’il est passé par Bercy sous Chirac et depuis qu’il est président il vend l’or de la France pour maintenir le niveau du dollars et de l’euro ...

                  Quand bien même nous arrivons à sortir de la zone euro avec quoi voulez vous imprimer vos nouveaux francs ???????????

                  La France s’est faite braquer en bonne et due forme..

                  Un conseil pensez à émmmigrer vers les nouveaux centres d’activités ( Chine , Moyen Orient , Amérique du Sud , Inde....) .

                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 28 novembre 2010 11:36

                    voici ici la « gueule » des nouveaux-nouveaux francs de l’après euro :




                  • Png persona-nongrata 28 novembre 2010 14:17

                    Merci pour ce joli visiuel mais je répéte ma question si la France n’ a plus d’or comment va t elle imprimer sa monnaie ?

                    En effet ce sont les stocks d’or qui permettent de battre la monnaie en théorie , si on ne revient pas à cette base fondamentale on va recommencer à imprimer du papier hygiénique sans valeur donc on retombe dans l’ancien systéme usurier et fictif...

                    Donc c’est mort pour les nouveaux francs....

                  • rastapopulo rastapopulo 28 novembre 2010 15:04

                    Valoriser une monnaie par rapport à l’or est un point de vue dans le sens que c’est la confiance qui crée la valeur.

                    La confiance peut très bien venir d’une nation qui relocalise l’industrie de transformation.

                    La confiance peut très bien venir d’une élévation des connaissance techniques globale.

                    Bref, la valeur est donné tout autant (au départ) et plus (une fois le niveau d’équipement technique engrangé) par la capacité à créer de la richesse que par la richesse elle même.

                    C’est un vieux débat entre Adamama Smith (de l’école libérale) et List (fondateur de l’économie politique américaine originelle, la vrai des Hamilton, Lincoln, Roosevelt,...= industrie et protectionisme). A l’époque ce débat ne portait pas sur la monnaie mais depuis notre capacité a créer de la richesse a décuplé et l’or ne peut tout simplement plus servir d’étalon.

                    De plus, argumentez que, lorsque la finance est privatisé, l’étalon-or est nécessaire ne veut pas dire que pour d’autre type de finance, notamment celle voulue par l’économie politique américaine originelle (nation se servant de la réserve fractionnelle pour l’équipement réel), il soit encore obligatoirement de passer par l’étalon or. 


                  • slipenfer 28 novembre 2010 19:50

                    eugène wermelinger

                    eugène wermelinger

                    eugène wermelinger

                    PRéSident de la france entière avec aussi a bretagne


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 29 novembre 2010 08:55

                    Merci Slipe, je vous nommerai ministre.
                    à Rasta et tous ceux intéressés par le pourquoi du comment de la merde fiduciaire, allez ici :

                    file :///D :/Documents%20and%20Settings/Eugène.WERMELIN-F7809D/Local%20Settings/Temporary%20Internet%20Files/Content.IE5/

                  • Gérard Luçon Gerard Lucon 27 novembre 2010 18:51

                    Ils ont bon dos, les chinois ! Ils nous ont mis dans le caca dans les pays d’Afrique, leurs ingenieurs expatries touchent 1000 euros par mois, les notres 10.000 euros ... cherchez le resultat des appels d’offres, un desastre, et en plus ils travaillent vite et bien

                    Quand a l’Euro, il suffit de faire comme le grand-frere protecteur americain et faire fonctionner la planche a billets


                    • Login Login 27 novembre 2010 19:00

                       Il faut penser la société du XXI siècle. Ou est la vision ?

                      • wesson wesson 27 novembre 2010 19:19

                        Bonsoir l’auteur,

                        mon dieu quelle bouillie que votre texte, c’est du grand n’importe quoi ...

                        tout d’abord votre charge contre la Chine : c’est bien nos industries qui sont allé chercher les chinois qui contrairement au états unis n’ont pas 700 bases militaires et 500.000 soldats à l’extérieur du pays. C’est un pays sommes toutes assez modéré dans ses relations internationales, en ce sens qu’il n’impose à personne un système ou une doctrine. Il se trouve simplement que ils ont du pognon actuellement, ce qui leur permet d’investir partout ou il y a quelqu’un qui veut vendre, dans la plus stricte acception du système commercial actuel. Violent-il une loi en rachetant ça et là ? non... Voir la Chine comme un pays ennemi est ridicule !

                        ensuite, votre sortie « il suffit de se tourner vers l’Allemagne qui grignote peu à peu notre système », pour quelques lignes plus loin décréter des mesures protectionnistes « à l’exception bien entendu des pays appartenant à la communauté européenne. ». Ben voyons, se contredire à 5 lignes d’intervalle, il faut pouvoir le faire ...

                        « la france paresseuse », « Vivre une vie de loisirs accompagnée accessoirement par un peu de travail. », la c’est du pétain ...

                        « supprimer les 35 heures » ben voyons ! là on est dans le leitmotiv de cette droite revancharde qui a
                        cru y arriver avec « le président Sarkozy », mais qui est maintenant déçue .. Au passage, les 35 heures sont la seule décision depuis les 20 dernières années qui s’est traduit par une baisse sensible du chômage.

                        « Supprimer les cotisations patronales » là c’est le Medef qui parle, et c’est déjà ce que la France fait depuis longtemps, avec le succès que l’on sait : plus de 100 milliards par an d’exonération fiscale pour les entreprises, pour un résultat pitoyable.

                        et j’en passe et des meilleures. Au total, on a un gloubi boulga idéologique parfaitement identique à ce que l’on nous propose depuis 30 ans et qui ne fonctionne pas, mais en pire. Mettez-vous dans la tête que ce dont a besoin une entreprise pour se développer, c’est des clients solvables. Les cotisations patronales ne sont dans ce système que du salaire différé donné à vos employés, vouloir le supprimer contribue à baisser le salaire donc appauvrir vos employés, ce qui va réduire d’autant vos clients solvables.

                        En dehors de la sortie de l’Euro qui est de toute manière inéluctable à court-moyen terme, le reste n’est qu’un ramassis de vielles idées de droite la plus classique, et qui ne marchent pas.


                        • pierrot123 28 novembre 2010 08:43

                          +1...
                          Ce texte provient de quelqu’un qui croit encore que l’économie est une affaire de morale.
                           la « France paresseuse », ça veut dire quoi ? quelle France, celle de la classe moyenne, celle des dirigeants, ou celle des possédants ( et de quels possédants ?)...La France « d’en-bas », chère à Raffarin ?
                          L’auteur gagnerait à ne pas pratiquer ce genre d’amalgame qui ne veut rien dire.

                          Y a-t-il à Agoravox un Comité de sélection des textes ? Si oui, quels sont ses critères ?Parce que là, il n’est pas sorcier de voir que l’auteur mélange tout.


                        • meuzky 29 novembre 2010 09:39

                          Elementaire mon cher Wesson, je suis d’accord avec vous.


                          Un point cependant, on ne peut quand même pas dire aujourd’hui, avec le recul, que les 35h ait été bénéfiques sur le long terme.

                        • 2abuelo 27 novembre 2010 19:20

                          Tiens encore un obsédé des bobos gauchisants ...scusez je suis nouveau...Y’en a beaucoup sur agoravox qui sont entrés en religion capitalistes ? Et vont y à la messe le dimanche ?


                          • logan 27 novembre 2010 19:45

                            Je suis d’accord avec wesson, l’auteur nous fait ici un bel inventaire de tous les vieux poncifs de droite qui ont largement été mis en application par les gouvernements de droite successifs depuis 30 ans, sans que cela ne se traduise par le moindre progrès, pire, cela a mené à chaque fois à de belles régressions.

                            Toutes ces idées cela ne marche pas, c’est même néfaste, et vos préjugés sur les français que vous trouvez paresseux vous savez où vous pouvez vous les mettre ?


                            • cominto4 27 novembre 2010 20:06

                              Bonsoir,


                              Je suis d’accord avec ce Mr Wesson, et toutes vos réactions me font penser à un proverbe que citait souvent ma mère : Quand il n’y a plus d’avoine, les chevaux se battent ... Pour ma part je ne vis plus en France depuis déjà quelques années, car dégoûté de la politique française, de la mentalité française en général, pour les racistes de dernières heures, un autre petit proverbe : Quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il a la rage ... enfin bref, je ne sait pas s’il faut encore faire de la politique, cela réussit à certain à d’autres moins, mais je pense que de toute manière vos regards devraient se tourner du coté de ceux qui réellement tirent les ficelles, du genre le Bildbergers Group, car vous supputez, vous affirmez, vous faites des propositions, et tant que cela durera, les choses seront ce qu’elles sont.. Une pensée unique, un gouvernement unique, hummm cela me rappelle quelque chose que j’ai déjà lu quelque part, mais à qui cela profitera t’il, que devient la liberté individuelle... Pourquoi les journaux ne réagissent pas ?? Et bien qui est à la tête de ces journaux ? Groupe Bilderberg - Wikipédia cela ne coûte rien de s’informer, et de se cultiver un peu .. Ahhhh à quand un monde humaniste et pour sûr un peu plus spirituel ... Et comme je regrette nôtre Coluche national ... Enfin, bon vent à vous ....

                              • ddacoudre ddacoudre 27 novembre 2010 20:32

                                bonjour pierre alain

                                + de 70% de nos produits de consommation hors agriculture sont issus du pétrole, il me semble que cette dépendance ne soit pas un souci.

                                je pense que tu n’as pas particulièrement analysé l’écroulement des finances publique e l’irlande. pendant des années ils ont privilégié la suppression des taxes et impôts, et emprunté l’argent pour ses services car ils n’ont plus le pouvoir d’émettre comme nous de la monnaie, la suppression des charges conduiraient au même marasme dans la solidarité nationale, dont seul ceux qui sont riche auraient les moyens de se protéger, comme cela se pase en irlande.

                                cordialement.


                                • La sentinelle La sentinelle 27 novembre 2010 20:40

                                  Bonjour

                                  Il serait temps de vous reveiller, à l’international, la France est morte en Juin 1940.

                                  Pour le reste, on a le Président et le gouvernement qu’on mérite.

                                  Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

                                  Pas de surprise pour ma part.

                                  On a toujours une guerre de retard en France et on le paye très cher à chaque fois.

                                  Tant que le pays sera maintenu dans un carcan admistratif hérité du début du19 éme siècle et ou il faut 3 ans pour obtenir un papier que l’on obtient en 3 semaines dans le pays le moins rapide de la communauté, on n’avancera pas d’un poil. Et même pire.

                                  A+


                                  • LE CHAT LE CHAT 27 novembre 2010 22:52

                                    on dirait que ça vient d’un des éditorialistes du Point qui se gargarisent semaine après semaine du déclin de la France qui irait vachement mieux si on extirpait ce conservatisme qui l’empêche de marcher sur les chemins radieux de l’ultralibéralisme dédridé !

                                    quelle bouillie !


                                    • tvargentine.com lerma 27 novembre 2010 23:49

                                      Quel désastre ???

                                      La France avec l’Allemagne est le seul pays qui a su se protéger contre la crise financière du libéralisme.

                                      La politique économique du Président Nicolas Sarkozy a permis d’éviter ce que nous voyons en Espagne,au Portugal,en Irlande,en Angleterre...

                                      En plus,nous avons une croissance saine et quand la reprise mondiale va arriver nous irons au plein emploi

                                      Rappelons nous la dissolution de J Chirac en 2006-2007 qui pensait que la crise a venir serait terrible,alors que la croissance française et mondiale avait déjà redémarré et 2 ans plus tard ,l’activité économique permettait le plein emploi

                                      Soyons réaliste,vous voyez un désastre comme Mr Chirac en décembre 2006 et comme lui vous êtes un défaitiste

                                      http://www.tvargentine.com


                                      • jullien 28 novembre 2010 11:35

                                        Aaaaahhhhh !!!! Le retour à la normale, ça fait du bien. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas « moinsé » Lerma (peut-être 2 ans) !


                                      • jluc 28 novembre 2010 12:11

                                        Si vous voulez comparer avec l’Espagne, le Portugal, l’Irlande, alors vous avez tout faux.
                                         C’étaient, il y a peu, des pays pauvres et même très pauvres, qui se sont un peu enrichis depuis. Ils souffrent de la « crise » plus que nous, parce qu’ils n’avaient pas toute la puissance de l’industrie française.

                                         Pour la France effectivement Sarko & co ont fait beaucoup pour elle :
                                        Il y avait en France une industrie performante et même enviée, mais il n’y a plus de sidérurgie, de textile… les voitures françaises sont maintenant fabriquées à l’étranger (en Espagne…), etc…
                                         Le « made in France », en 2010, consiste à faire venir des produits semi-finis à l’étranger et à les assembler par 2-3 coups de tournevis en France.

                                        Si ce n’est pas un désastre ?


                                      • fil 28 novembre 2010 00:08

                                        comme dirait notre chère comtesse :

                                        vaut-il mieux arriver à pied par le chine ou mettre la Chine au pas ??


                                        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 28 novembre 2010 02:02

                                          Baisser (encore) les impôts et faire « travailler plus pour gagner plus » les salariés en supprimant les 35 heures... on connait la chanson du MEDEF et de Sarkozy.

                                          Et on voit le résultat.


                                          • pierrot123 28 novembre 2010 08:49

                                            Avec ce genre « d’articles », Agoravox se fait tout de même du tort, au plan de la crédibilité, non ?


                                            • lagabe 28 novembre 2010 09:38

                                              il y a eu , il y a pas longtemps , le suaire de turin


                                            • asterix asterix 29 novembre 2010 09:54

                                              Personnellement, je trouve que non. De deux choses l’une. Ou vous voulez une presse catéchiste au nom de votre idéologie et ce ne sont pas les titres qui manquent ...ou vous acceptez l’expression d’autres idéologies que la vôtre au nom du pluralisme.
                                              Avantage supplémentaire, cela vous permettra d’affiner votre réflexion.
                                               


                                            • pierrot123 2 décembre 2010 09:38

                                              Affiner ma réflexion, avec ce genre d’ânerie (je cite) :

                                              "...Quand une majorité de français aura compris que le boom économique dépend de l’action de chaque citoyen et de son courage à « remonter ses manches » et à sortir de la crise..."

                                              NON MERCI !!!


                                            • Wykaaa 28 novembre 2010 09:45

                                              Monsieur Pierre-Alain Reynaud vous faites partie de la pire réaction. Vous vous trompez volontairement de cible pour toujours faire payer les mêmes, à savoir les salariés, alors que les paresseux sont tous ceux qui ne font rien que dormir sur leur tas d’or (les actionnaires et tous les pourris de la finance apatride).
                                              Monsieur Pierre-Alain Reynaud votre chanson n’est que trop connue mais cette fois ce genre de discours ne passe plus car prendre les gens pour des imbéciles n’a qu’un temps.


                                              • jaja jaja 28 novembre 2010 11:20

                                                La seule solution c’est la socialisation de toutes les banques (privées ou publiques) et leur regroupement en un pôle bancaire unique placé sous le contrôle de la population.

                                                Après expropriation sans indemnités des gros actionnaires parasites le monopole public du crédit et des investissements permettra le retour à la stabilité financière.

                                                Tout le reste c’est du bla-bla... La seule solution c’est l’expropriation totale de la bourgeoisie aujourd’hui encore détentrice des moyens de production et des banques.


                                                • Philippe95 28 novembre 2010 12:09

                                                  ...la bourgeoisie aujourd’hui encore à nouveau détentrice des moyens de production et des banques

                                                  Voilà, petite correction, c’était moins vrai il y a quelques décennies


                                                • jaja jaja 28 novembre 2010 12:33

                                                  D’accord sur le fond. Cependant ni ma formulation ni la votre ne me satisfont. Je propose de supprimer les mots « aujourd’hui » et « encore » et ça devient ;

                                                  « La seule solution c’est l’expropriation totale de la bourgeoisie détentrice des moyens de production et des banques. »  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès