Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le hard discount perd (enfin ?) du terrain

Le hard discount perd (enfin ?) du terrain

Les Français semblent se détourner du hard-discount... En ont-ils assez des publicités franchement osées de ces dernières semaines ?

C’est peut-être à force d’y acheter des produits souvent bas de gamme que les Français commencent à comprendre que parfois, il faut mettre un peu plus d’argent pour ne pas manger de cochonneries. En tout les cas, le Figaro rappelle que les distributeurs hard-discount (les Ed, Dia, Netto, Lidl, Leader Price, Aldi, etc) ont vu leur part de marché baisser pour la première fois. Parce qu’ils ont atteint leur ‘seuil’ maximal ? JE crois plutôt que les Français comprennent petit à petit ce qu’est vraiment le hard discount.


Il s’agit avant tout d’un système économique hard-discount, c’est à dire que partout où l’on peut raboter les coûts, on y va au sabot 1mm. Salaires compressés au maximum, polyvalence exigée des salariés, contrats précaires à mi-temps ‘subi’, gestion des stocks en flux ultra-tendus, qualité des produits tout à fait douteuse (voir mon post sur la récente campagne d’Ed sur les poulets supposés fermiers), bref, pas vraiment un paradis du bien-être des consommateurs et des producteurs (les PME sont ainsi soumises à rude épreuve).


Ensuite, c’est un système où la quantité l’emporte, et de très loin, sur la qualité : lots énormes qu’il faut, du coup, se dépêcher d’avaler, produits dont la péremption est beaucoup plus limitée (quand il ne s’agit pas simplement de remballe, une pratique odieuse mais courante).


Le Figaro avance des pistes intéressantes pour expliquer ce changement de comportement : effort des grands distributeurs pour baisser leurs prix (même si la guerre des étiquettes, menées notamment par Leclerc, n’est pas aussi franche qu’elle peut le paraître), installation de produits discounts chez ces mêmes distributeurs… par contre, là où je ne suis pas d’accord, c’est sur la marge de manœuvre supposée des hard-discounteurs. Le Figaro avance qu’une nouvelle vague de publicité leur permettrait de « se défendre ». Mais les dernières ont été franchement scandaleuses, entre une affiche qui, de mon point de vue de consommateur vigilant, est à la limite de la publicité mensongère chez Dia, qui nous « vend » des poulets dégeulasses à 9€ le kilos comme étant quasiment fermiers, et celle de Jean-Pierre Coffe pour Leader Price. Coffe, l’homme que j’ai personnellement écouté et suivi de longues années dans sa lutte contre la malbouffe, m’a profondément déçu, et je ne crois pas être le seul.

Luc, Consommaction


Moyenne des avis sur cet article :  2.91/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Lapa Lapa 16 juillet 2009 11:00

    Un jour l’histoire retiendra que les supermarchés (hard discount ou pas) ont été les fossoyeurs de nos entreprises locales et les plus grands pourvoyeurs de produits made in china. Bien sûr qu’il faut des prix toujours plus bas vu que tout le monde perd son emploi.
    bref ces salauds margent sur la misère des gens avec des pratiques dégueulasses et sont les premiers responsables des délocalisations en masse. Un reportage sur Wal Mart existe à ce sujet et se trouve assez édifiant.

    Il faut arrêter avec le tout moins cher car le prix masqué d’un objet pas cher a un coût social, lui, exorbitant.


    • Gabriel Gabriel 16 juillet 2009 13:34

      C’est pas cher, c’est dégueulasse et c’est de la MMMEEEERRRDDDDEEEEE !!!!!! Alors Jean Pierre qu’est ce que tu fous là dedans ? Tu as vendu ton âme au diable ou c’est purement alimentaire si j’ose dire ?


    • Colure Colure 16 juillet 2009 16:37

      Ouais, ce que vous dites s’appliquent à tous les supermarchés ... pas que le hard discount,.


    • plancherDesVaches 16 juillet 2009 11:48

      Lapa, vous ne voyez pas le problème.

      Ce n’est pas le moins cher, le problème. Ce sont les marges ENORMES des distributeurs. Et les fameuses « marges arrières » (facturation aux fournisseurs d’apparition de leur produit dans les publicités, mise en tête de gondole ou placement avantageux dans les rayons,...)
      Sachant qu’il ne faut pas oublier non plus qu’il est IMPOSSIBLE de faire réellement jouer la concurrence : soit ils s’alignent tous, soit les produits seront différents.

      La petite crise actuelle devrait les détruire, c’est déjà ça de gagné.

      Ch’tite anecdote pour la route : première apparition depuis 15 jours d’un vigile avec chien à la porte du Leclerc du coin... bientôt, ce sera l’armée....


      • Marc Bruxman 16 juillet 2009 18:03


        « La petite crise actuelle devrait les détruire, c’est déjà ça de gagné. »

        Ah non ! Jamais Wall Mart n’a fait autant de thune que depuis le début de la crise. Plus la crise va durer plus les gens vont se rabattre vers les lieux a bas couts.


      • ZEN ZEN 16 juillet 2009 11:54

        Aux USA en touc cas , Walmart se fait des profits d’enfer avec l’arrivée des nouveaux pauvres

        Au service des plus pauvres pour des salaires les plus bas...
        Un symptôme americain(Vers une walmartisation de l’économie ?)

        Wal Mart : le nouvel ordre social dicté par les prix bas

        -"En 1992, le président des Etats-Unis eut cette formule : « Le succès de Wal-Mart est le succès de l’Amérique. »

        -Fortune : « En 1979, Wal-Mart faisait un chiffre d’affaires d’à peine un milliard de dollars. En 1993, il faisait cela en une semaine. L’an dernier, il pouvait y arriver en un jour. »

        -M. Scott(PDG de WM) : «  Wal-Mart est trop important pour les familles qui essaient de boucler leur budget, pour les fournisseurs qui emploient des millions de salariés, pour nos associés que nous aimons et apprécions tant. »
        Les « associés », ce sont, on le sait, les employés de l’entreprise . Pour décrire les sentiments qu’ils lui inspirent, le PDG emploie ainsi le verbe « aimer »... en 2005, le salaire de M. Scott s’éleva à 27 207 799 dollars ; la rémunération moyenne d’un des vendeurs, à 13 861 dollars. Un rapport salarial s’étirant de 1 à 2 000, voilà au moins une première définition, inattendue, de l’amour entre « associés »

        La plus grosse entreprise du monde : Wal-Mart :


        • Caturix 17 juillet 2009 01:00

          Cette société est aussi connue pour sa « politique salariale » très très limite comme par exemple l’emploi de sans-papiers dans des conditions inacceptables (il y a eu des procès au Canada).


        • goc goc 16 juillet 2009 12:28

          Pour ma part, le seul interet que je vois dans le hard-discount, c’est d’acheter le minimum

          j’ai fait la comparaison entre des courses faites dans une grande surface classique, et celles faites chez ED (par exemple)

          et bine le constat est simple, chez ED j’en ait pour moins cher, car je n’ai pris que ce que j’avais besoin, alors que dans la grande surface, j’avais la moitié de « superflu »

          et je ne parle pas de quantité, car là aussi, il faut rester vigilant, et eviter d’acheter trop


          • Bigre Bigre 16 juillet 2009 12:31

            >Les Français semblent se détourner du hard-discount...

            je n’y crois pas ... d’où vient l’info ? Qui a lancé ça dans les merdias ?


            • Colure Colure 16 juillet 2009 16:34

              Bin, du figaro ... journal ô combien objectif et pas du tout manipulateur ...

              Moi, quand j’y vais, je constate de plus en plus de monde y vont ... bizarre , un micro climat économique défavorisé sans doute.


            • ZEN ZEN 16 juillet 2009 13:06

              Bigre ! j’ai un doute , moi aussi
              Ce n’est pas ce que je constate dans ma région


              • morice morice 16 juillet 2009 13:14

                « C’est peut-être à force d’y acheter des produits souvent bas de gamme que les Français commencent à comprendre »



                vous entretenez une légende : les founisseurs de hard discount ne sont pas bas de gamme, ce sont les mêmes que les hypers ! c’est de la légende urbaine !
                il n’y a jamais eu autant de monde dans les hard-discount, en revanche que Auchan commence sa campagne pour les dénigrer par voie de presse est PATENT : vous n’êtes pas obligé de tomber bêtement dans SON panneau !!!

                (quand il ne s’agit pas simplement de remballe, une pratique odieuse mais courante).

                le spécialiste de ça ? AUCHAN, qui met « 50% de réduction » avec en tout petit le mardi 28 mars. Et met le produit en rayon le 29... renseignez-vous avant d’écrire, bon sang !

                Ensuite, c’est un système où la quantité l’emporte, et de très loin, sur la qualité : 

                c’est FAUX : une enquête de QUE Choisr l’a prouvé : vous faites dans la légende urbaine encore une fois !

                Jean-Pierre Coffe pour Leader Price. Coffe, l’homme que j’ai personnellement écouté et suivi de longues années dans sa lutte contre la malbouffe, m’a profondément déçu, et je ne crois pas être le seul.

                ah, parce que vous l’avez cru ??

                Cessez donc de raconter n’importe quoi et de désinformer comme vous le faites ici !

                pourquoi AUCHAN veut leur peau 
                Les produits de hard-discount sont 88% moins chers que les produits de grande marque, selon une étude menée par l’UFC-Que choisir, à paraître mardi 27 janvier. Contacté par Relaxnews, Michel Ebran, directeur de cette enquête, précise que le prix du panier moyen dans toutes les enseignes de hard-discount a augmenté de 13% entre 2006 et 2008, s’établissant à 49,24 euros.
                « Conclusion de cette étude, on espère qu’avec la loi de modernisation de l’économie, les grands hypermarchés comme Auchan ou Carrefour, seront plus enclins à s’aligner sur les prix des hard-discount, libres de s’installer sans autorisation puisqu’ils ont une surface en moyenne de 700 m2 » estime Michel Ebran, directeur de l’enquête. La loi de modernisation de l’économie dispense les magasins de moins de 1.000 m2 à demander une autorisation d’ouverture.

                qui VEND des produits INFERIEURS en qualité ? Le hard discount façon AUCHAN !

                Hard discount ou premiers prix : que choisir ?

                Selon l’association Familles rurales, les « Premiers prix » (1+ chez Carrefour, par exemple), lancés par les grandes surfaces il y a une dizaine d’années, sont de moins bonne qualité nutritionnelle et gustative que les « MDD » (marques de distributeur : Repère pour E.Leclerc) et les produits hard discount. 

                Un conseil : Préférez les marques de distributeurs et les produits hard discount. Pour une MDD, les fabricants reproduisent la formule, presque à l’identique, d’un produit de marque, en économisant les dépenses de recherche et de marketing.
                Les hard-discounters rognent sur la qualité mais moins que les Premiers prix, avec en plus de belles surprises au détour d’un rayon : de nombreux produits bio !
                Lire aussi : Comment manger équilibré sans se ruiner !

                EN SOMME DANS VOTRE FORT MAUVAIS ARTICLE VOUS NOUS AVEZ DECRIT LES RAYONS HARD DISCOUNT d’AUCHAN !!!

                on ne vous remercie pas pour votre cécité....


                • Nycolas 16 juillet 2009 14:13

                  De plus, s’il est vrai que certains produits, chez les hard-discounters, ne se vendent qu’en gros paquets (souvent la viande, par exemple), d’autres en revanche se vendent au détail (certains yaourts par exemple), ce qu’on ne voit pas dans les supermarchés classiques...

                  Perso je reviens justement d’un de ces magasins, et je pense que la seule chose qu’on peut vraiment leur reprocher, et qui n’est pas des moindres, c’est la manière dont sont traités les employés, qui doivent tout faire.

                  Par contre je pense que nombre de reproches qui s’appliquent à ces magasins peuvent s’appliquer aussi à la grande distribution dans son ensemble. Comme le fait remarquer un commentateur, la grande distribution est clairement l’une des origines de la paupérisation de l’occident, et ce de manière paradoxale, en tuant le petit commerce, donc l’emploi de proximité. Mais de toute façon, le problème de la société de consommation est global, et on ne peut pas le réduire à cet élément... On pourrait aussi bien parler de la nécessité d’avoir une voiture, pour accéder à la plupart des grandes surfaces... Dans un monde où tout est fait pour cela... d’un autre côté, cela permet de sauver in extremis certains commerces de proximité...

                  A l’arrivée, notre problème est celui de la société de consommation, bien plus que celui de la distribution, qui en est à la fois une cause et un avatar...


                • yvesduc 16 juillet 2009 19:55

                  morice, merci pour votre contribution. Cela étant, sans connaître l’enquête de Que Choisir, mes observations personnelles sont que certains produits démarqués sont bel et bien moins bons. Par ailleurs, il faut donc comprendre qu’Auchan ne trompe PAS ses clients en appelant « Hard discount » ses rayons hard discount, puisque selon vos dires on y trouve les mêmes pratiques que les spécialistes du hard discount. Accessoirement, et en espérant qu’il s’agisse d’un cas particulier, il y a un Franprix-Leader Price près de chez moi qui connaît des problèmes récurrents de chaîne du froid, ce que je n’ai jamais observé chez une autre grande surface plus « luxueuse » de mon quartier (Cora pour ne pas la nommer).


                • Philou017 Philou017 17 juillet 2009 06:06

                  Morice :
                  Ensuite, c’est un système où 
                  la quantité l’emporte, et de très loin, sur la qualité : 

                  c’est FAUX : une enquête de QUE Choisr l’a prouvé : vous faites dans la légende urbaine encore une fois !

                  Quelle enquête ? Les produit chez les hard-discount sont pour la plupart dégueulasses. Même pas mangeables, de mon point de vue.
                  C’est de l’agriculture industriel de chez industriel. Pour fabriquer des produits moins chers, il n’y a pas de secret, il faut des composants de base moins chers, de moins bonne qualité.
                  Le hard-discount, c’est pour ceux qui ont oublié le gout et la qualité nutritive.

                  Ceci dit je ne fais pas l’éloge de la grande distribution qui s’en fout plein les poches et qui nous empoisonne avec des produits farcis de composants chimiques(comme le hard-discount), même si c’est de meilleure qualité.
                  La seule solution est d’aller au marché et de se faire sa bouffe soi-même. Pas cher, sain et délicieux, même si on n’échappe pas totalement aux pesticides et autres engrais chimiques.


                • Cornoualis 16 juillet 2009 14:42

                  ...et encore, tout dépend de qui vous considerez comme artiste !

                  Johnny Halyday est-il un artiste ?


                • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 16 juillet 2009 14:03

                  Il faut oser Joséphine.
                  Chance, il n’y a qu’une seule une en ce jeudi 16 juillet de l’année 2009 et elle est particulièrement savoureuse (eut fait référence aux goûts délicats du sieur Coffe, bien sûr). Plus explicitement c’est explosif et lourd d’informations. A vos marques ou à votre campagne !


                  • shadow shadow 16 juillet 2009 14:20

                    En fait, n’étant pas une habituée des discounters, j’ai testé Leader Price pour lequel on a critiqué JP Coffe ; en fait j’ai été surprise par certaines conserves en bocal (artichauts, asperges, tomates confites) et boissons, gâteaux secs,quelques fromages type demi-sel très abordables et vraiment très bons, pour le reste, j’avoue que je n"avais pas envie de m’y risquer...

                    Pour quelques produits très ciblés, d’accord, pour le reste, c’est plus problématique....

                    • Lucrezia 16 juillet 2009 14:26

                      A l’heure de la mal-bouffe et de l’Obésité, si on mangeait MIEUX, un peu plus cher certes, mais en moins grande quantité ?

                      Enfin, si nous respections les saisons et achetions des produits alimentaires le moins manufacturés possible et favorisions dans la mesure du possible vers des produits cultivés dans la région ?

                      De VRAIES répercutions, sur notre pouvoir d’achat, notre santé, l’environnement, le budget de la sécurité sociale ....

                      Bref : Un VRAI choix de société pour nous-mêmes et qui impactera durablement le futur de nos enfants ...


                      • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 16 juillet 2009 14:39

                        Ca me rappelle un certain épisode avec une pipe recouverte d’une spirale en papier jaune placardée en fanfare dans les médias.
                        Décider c’est bien. Assumer, déminer et appliquer c’est MIEUX.

                        Général MJM, à votre service.


                        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 16 juillet 2009 16:08

                          Salut l’auteur,

                          Il ne faut pas oublier que le Hard discount perd certains de ses clients au profit des magasins de vente de produits ... à DLC courte ou DLUO dépassée. http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/destockage-alimentaire-les-54335 Ce qui est encore pire !

                          Exemple : " !!!Urgent !!! Nous recherchons pour notre magasin entrepôt de déstockage alimentaire des produits à DLC courte ou DLUO dépassée, des fins de stock, fin de série, emballages abîmés...Des produits d’épicerie, boissons, droguerie hygiène"

                          A quand une publicité de Jean-Pierre Coffe pour les magasins NOZE  ?


                          • Marc Bruxman 16 juillet 2009 17:49

                            La DLC courte ca peut être une piste intéréssante pour des magazins en centre ville. Ou souvent on achète le soir même pour bouffer tout de suite ou dans les deux jours... Si il y a une réduction pour cela, alors why not ! Je parie que cela peut cartonner dans certains quartiers de paname et pas forcément les plus pauvres...


                          • finael finael 16 juillet 2009 16:38

                            Juste pour dire : Leader Price est une marque appartenant à Casino.

                            Ceci étant, j’ai deux marques chez qui je me fournissais : Lidl et Carrefour. Et puis j’ai constaté depuis l’année dernière que non seulement chez Lidl je ne trouvais pas tout (et je parle de produits de première nécessité), mais que la marque était devenue plus chère que Carrefour sur la plupart des produits. Il n’y a pratiquement plus rien qui vaille le coup.

                            Quant aux petits commerces, aux marchés, désolé de vous décevoir, mais c’est horriblement cher.

                            « Mieux vaut dépenser un peu plus » ... volontier si vous me donnez le « un peu plus » en question ... parce que moi, je ne l’ai pas !!!

                            Il y a déjà un certain temps, à l’époque où l’on pouvait voir des choses intéressantes à la télé, j’avais vu un reportage sur « l’exception française » en matière de supermarchés (encore une me direz vous ! mais celle là est bien réelle) : le pays qui a vu les supermarchés pousser partout comme des champignons.

                            Et l’hypothèse qui était suggérée, et j’y souscris, est qu’à l’époque (début des années 60) les français se souvenaient de l’attitude des commerçants 20 ans auparavant, les B.O.F. comme disait ma mère (Beurre Oeufs Fromage), qui, bien nourris, contribuaient par le marché noir à affamer la population des villes.

                            Les supermarchés, c’était une façon de leur faire payer cette attitude.

                            Depuis, bien sûr, les choses ont changé, et ce sont les énormes groupes derrière toutes ces enseignes qui régissent l’économie.
                             
                            Mais les bons produits bons marché chez les « commerces de proximité », laissez moi rire, de peur d’avoir à en pleurer !


                            • Marc Bruxman 16 juillet 2009 17:32

                              Aujourd’hui on trouve les marques hard-discount dans les supermarchés plus haut de gamme genre Franprix ce qui évite d’avoir à faire ses courses à deux endroits différents. Il y a de bons produits au hard discount mais aussi des produits dégeulasses. Donc avoir le choix au même endroit c’est pratique.

                              Ah oui et les petites surfaces de centre villes, commencent à être ouvertes par les grands groupes. Ils commencent à comprendre que le citadin n’a pas envie de se casser les couilles à prendre sa voiture le samedi pour pouvoir faire ses courses mais n’a pas envie non plus de se faire arnaquer.

                              Ajoutez à cela les horraires étendus de certaines surfaces de vente. Je ne fous plus les pieds au Ed’ à coté de chez moi depuis que j’ai un Franprix ouvert jusqu’à 22 Heures ce qui me permet d’y passer en sortant du taf’ et de choper des produits pour la bouffe du soir selon l’inspiration du moment.

                              Les grands gagnants de plus en plus dans les habitudes c’est les moyennes surfaces de centre ville type Monop’ et Franprix parce qu’elles ont ajoutées une démarche de service qui manquaient à la fois au discounters et aux grandes surfaces.

                              Les consommateurs ne vous inquiétez pas restent rationnels et achèteront au meilleur prix ! Mais parfois le service compte et on l’oublie souvent. Avoir une moyenne surface en bas de sa rue, avec des prix enfin raisonable (et pas la superétte ou l’on se fait défoncer) ca c’est une nouveauté que les citadins commencent à apprécier.


                              • mouton-garou mouton-garou 16 juillet 2009 17:32

                                Bonjour,

                                d’accord avec le commentaire de morice

                                « la quantité l’emporte, et de très loin, sur la qualité  »
                                où sont les etudes qui le prouvent ?
                                je veux les concentrations de chaque composant des aliments comparés sinon ce n’est pas scientifique !

                                « quand il ne s’agit pas simplement de remballe, une pratique odieuse mais courante »
                                Pratique qui n’existe que chez le hard discount et pas chez les grands distributeurs . LOL


                                • Arunah Arunah 16 juillet 2009 18:23

                                  Admettons que le hard discount perde du terrain ( ce dont je doute, au vu de la multiplication de ces enseignes et des queues à la caisse ). Mais s’est-on rendu compte que certains produits qui, il n’y a pas si longtemps ( disons 5-6 ans ) étaient plus qu’honorables chez Leader ou même chez ED, sont devenus tellement quelconques, voire immangeables, qu’il vaut mieux payer un peu plus, consommer moins, choisir des produits non transformés et se fournir sur les marchés et les petits commerçants ?
                                  Je pense en particulier au saumon fumé écossais de Leader Price qui était bien moins cher ET meilleur que beaucoup d’autres dans les supermarchés traditionnels. Reste qu’un grand nombre de produits sont strictement les mêmes, avec parfois un conditionnement légèrement différent et un prix beaucoup plus sympathique pour le consommateur. Tout est affaire de discernement, ce qui dans la pratique oblige à faire ses courses dans plusieurs magasins pour trouver le meilleur produit au meilleur prix.
                                  Notons que les légumes surgelés de Leader Price sont imbattables...

                                   Quant au déclin du hard discount, je n’y crois pas ! 


                                  • Lapa Lapa 16 juillet 2009 18:33

                                    et il faudra un jour expliquer par quel miracle nos chantres des prix bas (Leclerc et Cie) nous font payer les mêmes produits deux fois plus chers qu’en Allemagne par exemple...


                                    • BMKOVAC BMKOVAC 16 juillet 2009 20:40

                                      Vous êtes gentil mais moi je n’ai pas les moyens d’aller chez Carrefour (ou d’ailleur les employées ne sont pas traitées beaucoup mieux que chez ED) et sutout pas dans les commerces de proximité Je suis obligée de manger de la merde
                                      Demandons à ce que nos patrons augmentent les salaires les plus bas
                                      Sinon je ne vois pas comment nous pourrons manger convenablement


                                      • Ghirlandaio 16 juillet 2009 20:45

                                        La famille allemande qui a lancé la chaîne de magasin ALDI est une des plus grosses fortunes de ce pays. 

                                        E. Leclerc ne traite pas mieux ses employés que le hard discount et massacre autant les fournisseurs. 

                                        • heliogabale boug14 16 juillet 2009 21:05

                                          Passer de LIDL à éco + (marque bas de gamme de Leclerc pour ceux qui ne le savent pas), ça fait quelle différence ? Mr l’auteur, faudrait pousser votre enquête un peu plus loin puisque les grandes surfaces se sont mises au hard-discount...


                                          • heliogabale boug14 16 juillet 2009 21:31

                                            niveau hard-discount, il faut éviter les produits d’hygiène (genre dentifrice) qui n’ont pas l’air très efficace, sinon je ne vois pas la différence entre du riz hard-discount et du riz de marque (à part la pseudo-conscience des écolo-bobos qui veulent du riz « commerce équitable » comme si ce dit commerce existait, c’est juste de la charité mes chers)


                                            • Marc Bruxman 17 juillet 2009 01:32

                                              "niveau hard-discount, il faut éviter les produits d’hygiène (genre dentifrice) qui n’ont pas l’air très efficace« 

                                              Oui très grosse différence de prix mais aussi de qualité sur ces produits la. On voit tout de suite la différence.

                                               »sinon je ne vois pas la différence entre du riz hard-discount et du riz de marque (à part la pseudo-conscience des écolo-bobos qui veulent du riz « commerce équitable » comme si ce dit commerce existait, c’est juste de la charité mes chers)"

                                              Non au moins avec la charité on est honnête avec soi même. Autant donner à une assoce genre Care, je dis définitivement oui mais alors enrichir Max Havelaar ou autre label commerce équitable, franchement pour rien au monde. Et puis il ne faut jamais mélanger commerce et charité. Ce qui n’empéche pas de faire les deux, mais ce sont deux actions à garder séparées pour le bien de tous.


                                            • herve33 16 juillet 2009 22:09

                                              L’auteur se fourvoie complètement à affirmant que la qualité des produits dans les hard discount est inférieur à ceux des produits de la grande distribution .

                                              En revanche , il y a une chose que l’auteur oublie de préciser , c’est que certains Hard discount ont fortement augmenter leur prix alors que ceux de la grande distribution classique les ont baissé et surtout utilisent des produits premier prix ou des produits sélectionnés avec leurs marques .

                                              C’est sans doute cela l’origine de cette baisse de fréquentation , si vraiment elle est réelle .

                                              Cet article n’est vraiment pas très fouillé , les poulets au label fermier correspond à des normes , on retrouve les mêmes , chez tous les autres distributeurs .

                                               


                                              • kristin66 17 juillet 2009 00:09

                                                Je pratique le hard-discount. Et j’y trouve de la qualité.
                                                Déjà, les légules fruits frais, viandes et poissons, c’est au marché, jamais dans une grande, moyenne , petite surface ou hard-discount, sauf quelles exeptions.
                                                Je n’y vais que pour des produits de base.

                                                Les produits du hard-discount sont globalement les mêmes que ceux des grandes surfaces. Il n’y a qu’à regarder des étiquettes, la composition est la même, sauf que le prix du hard-discount est significativement inférieur. Pourquoi s’en priver ?

                                                Il y a des produits bio dans les hards-discount (Dia, Lidl). Des bananes bio à 1,60 euros le kilo, moins chères que des bananes non bio dans le commerce et les mêmes bananes bio entre 4 et 5 euros le kilo dans un marché bio, pourquoi s’en priver ?

                                                J’ai un enfant grand allergique. Et il n’y a que dans le hard-discount que je trouve son bonheur. Pas de lait, pas d’oeuf. A ED, il y a des galettes de blé noir dont les ingédrients sont farine de blé noir, eau sel. C’est clair, simple, sain, nickel et moins cher et fabriquées en France.
                                                Il n’y a que à ED, que je trouve de la pate feuilletée sans oeuf, ni beurre, ni huile suspecte (bas de gamme peut-être, mais au moins, cela me permet de faire des tartes à mon bibou).

                                                Je suis la reine du discount. On trouve facilement, il n’y a pas des tonnes de rayons. On y trouve de la qualité (il suffit de savoir bien choisir et lire les étiquettes) et c’est dans ce type de magasin que je trouve des aliments simples sans avoir à me prendre la tête. Et en plus, les prix sont abordables.

                                                Une des raisons des prix bas du hard-discount est parce qu’il n’y a pas de beau rayonnage, on se sert directement dans les cartons.

                                                Une chose qui me plait dans le hard-discount, c’est le contact humain. J’arrive souvent à avoir un contact amical avec les caissiers (et oui, il y a aussi des gars) quand nous nous rencontrons hors magasin. C’est agréable. Ce ne sont pas avec les caissières de grande surface que cela peut se faire.

                                                Par contre, effectivement je ne pense pas que les conditions de travail soient idéales.Mais elles ne doivent pas être pire qu’en grande surface.


                                                • finael finael 17 juillet 2009 00:43

                                                  Ben au Lidl qui est à côté de chez moi les fruits et légumes sont à demi avariés et à jeter s’ils ne sont pas consommés le jour même. Il n’y a que du boeuf en viande « fraiche », et qui n’est ni frais ni abordable, et il n’y a pas de poisson, normal, la mer est à 500 m !

                                                  On n’y trouve pas de légumes secs ni de galettes de blé noir (ceci dit ce n’est pas le genre de la région).

                                                  Pour le reste, pâtes, riz, conserves, je trouve moins cher à Carrefour.


                                                • Marc Bruxman 17 juillet 2009 01:37

                                                  Oui mais LIDL, c’est vraiment le plus trash des discounters. C’est aussi vraiment pas cher comparé à du leader price.

                                                  Mais après j’ai remarqué que la tenue varie beaucoup d’un magazin à l’autre et c’est pareil pour les grandes surfaces. D’un carrouf à l’autre, vous pouvez avoir une grosse différence en terme de tenue du magazin. Tout dépend donc toujours de ce que l’on a près de chez soi.


                                                • boris boris 17 juillet 2009 07:05

                                                  Les grandes et petites surfaces c’est de la merde en branche, de toute maniére.


                                                  • Alberto 17 juillet 2009 18:00

                                                    Heu... pas tout à fait d’accord avec l’analyse de l’auteur :

                                                    "(les ventes de) Leader Price ont reculé de 6,1 %, comme au premier trimestre, le nombre de clients est constant mais les chariots sont moins pleins" (source : AGEFI édition de 7H du 16/7/2009)

                                                    A mon sens, c’est tout simplement une baisse du pouvoir d’achat, qui entraîne des serrages de ceinture...

                                                    Pour les fruits et légumes en tous cas, selon moi, les marchés sont la meilleure source d’approvisionnement du point de vue du prix, comme de la qualité)...


                                                    • Marco Marco 17 juillet 2009 23:47

                                                      Les prodiuits des hards disocunt c’est de la merde avec souvent bcp de sel et de sucre ajouté.
                                                      Je l’ai pratiqué assez pour en parlé.

                                                      Mais par contre au Leader Price ou je suis ils ont ouvert des rayons bio et là les produits par contre sont excellents en goût, on trouve même de la viande bio, bien sûr les prix sont bcp plus chers et n’ont plus rien de discount. Mais comme ces raysons ont l’air d’assez bien marcher je pense que le bio est un nouveau secteur qui va se développer dans ces magasins là pour séduire une nouvelle clientèle comme moi en attente de qualité.


                                                      • bibi48 26 février 2012 10:33

                                                        cet article ne me semble pas fondé. Je m’explique : vous dites que la qualité gustative et nutritive est très inférieur aux produits de marque national présente en grandes surfaces... Or, plusieurs enquête on été réalisée, notamment par l’oqali ou encore le CLCV, et aboutissent à la même conclusion : "Les aliments low cost ont une image de produits riches en matières grasses et en sucre et donc trop caloriques. L’étude montre que cette réputation est loin d’être fondée, en tout cas en ce qui concerne les calories et les matières grasses : "sur ces deux caractéristiques, accessibles sur de nombreux produits grâce à l’étiquetage, les produits discount font jeu égal avec leurs concurrents, et ce pour l’ensemble des familles examinées". Renseignez vous la prochaine fois !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès