Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le Japon et la Chine ont-ils vraiment le choix ?

Le Japon et la Chine ont-ils vraiment le choix ?

La crise économique majeure qui affecte le Japon - 5 millions de chômeurs étant prévus pour fin 2009 - aura-t-elle des répercussions néfastes sur les Etats-Unis par le biais d’une réduction substantielle des achats nippons de Bons du Trésor US ? Il semblerait en tous cas que cette crise réveille de vieux démons populistes auprès d’un certain nombre de responsables politiques Japonais clamant leurs intentions de n’acquérir la dette US qui si elle était libellée en Yens...Ces menaces aux relents démagogiques de n’acquérir désormais que des « Samuraï Bonds » ont certes pour objectif principal de détourner l’attention d’une population meurtrie vers les Etats-Unis, pays de tous les excès. 

Les autorités Japonaises semblent néanmoins s’engouffrer dans une boîte de Pandore ouverte il y a peu par leurs alter ego Chinois qui avaient clairement fait état de leurs angoisses par rapport à un défaut de paiement pur et simple de l’Etat Fédéral Américain du fait des baisses de taux quantitatives pratiquées avec générosité par les responsables US successifs. Préoccupations exprimées brutalement dans un premier temps en Février dernier par le chef de la Commission Bancaire Chinoise puis réitéré diplomatiquement par le Premier Ministre Jiabao qui se demandait clairement - et pour la toute première fois à un tel niveau - si les "sommes massives" investies aux Etats-Unis étaient toujours en sécurité ! La Banque Centrale Chinoise ayant depuis émis l’idée d’une Devise mondiale alternative...

Le Japon et la Chine détiennent certes ensemble près du quart de la dette Fédérale Américaine qui se monte à environ 6’400 milliards de dollars, il n’en demeure pas moins que c’est les Etats-Unis qui tiennent pour le moment le couteau sous leur gorge et non l’inverse. Les hypothèses - espérances pour certains ? - de déliquescence de la puissance Américaine accompagnée de son nécessaire épiphénomène d’un dollar qui s’effondrerait hors de contrôle sont au mieux farfelues : en boycottant les papiers valeurs US, la Chine et le Japon contribueraient à leur propre destruction !

Les Etats-Unis ont en effet la capacité de reconstruire leur industrie en se retirant et se concentrant à nouveau sur leur propre et gigantesque marché intérieur. Les exportations Chinoises qui ont aujourd’hui baissé du quart et ce boom économique Chinois pur produit de la globalisation survivront-t-ils à une érection des barrières douanières Américaines qui surviendra immanquablement en cas de dégradation supplémentaire de la situation aux Etats-Unis ? Le Japon, dont la production industrielle s’est effondrée de 35% et qui entretient une dette publique équivalente à 200% de son P.I.B., ce Japon qui subit une longue et silencieuse agonie sous l’effet combiné d’une démographie et d’une déflation aux mouvements inversés, tuera-t-il la poule aux oeufs d’or ?

Non, la seule issue réaliste et réalisable de ces nations ayant construit leur prospérité sur leurs exportations, l’unique porte de sortie honorable de ces pays champions de l’épargne - ajoutons-y l’Allemagne - seraient de faire pression sur leurs Devises respectives vis-à-vis du billet vert tout en réduisant marginalement leurs prix. C’est donc le mouvement inverse qui ne manquera pas de se produire dans les prochains mois, à savoir une appréciation du Dollar, et les prophètes annonciateurs de la disparition prochaine du dollar ont la mémoire courte - ou sélective ? - car ils oublient trop rapidement qu’un pays comme le Japon a amassé entre Janvier 2003 et Mars 2004 un montant de 2’500 millions de dollars en Bons du Trésor dans le seul but de faire baisser le Yen tout en combattant la déflation...Bataille nipponne qui du reste est encore loin d’être gagnée puisque les prix à la production étaient en Avril dernier aux plus bas depuis 22 ans à - 3.8%.  

Quant à la Chine qui enrage contre les liquidités massives injectées dans son économie par le Gouvernement Américain, n’a-t-elle pas également thésaurisé des années durant ces bons US dans le seul but de faire pression sur le Yuan pour doper ses exportations ? En fait, la Chine est fort aise que les Administrations Américaines successives aient pu sauver un système bancaire US vital pour elle.

Qui tient qui par la barbichette ? 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Mathias Demain Mathias 29 mai 2009 19:44

    Votre hypothèse se tient dans une crise lente et maitrisée... c’est une hypothèse. (pour l’instant cette crise est lente et maitrisée par l’absurde).

    L’absurdité du système économique ne date pas d’aujourd’hui, il est à l’image d’une religion basée surtout sur des croyances... des croyances absurdes.

    Mon hypothèse est que cette crise ne sera pas maitrisée très longtemps encore, pour l’instant elle est lente mais à mon sens l’économie va devenir trop mouvante pour être utilisée comme un simple jouet.

    La crise actuelle est une crise systémique sans précédant, à cette heure les Français ne le perçoivent pas encore (sauf ceux qui ont déjà perdu leur travail et qui ne parviennent pas a en retrouver comme par le passé, 2000 à 3000 par jour, tous ceux là arriveront en fin de droit un jour et il faudra payer les crédits... La vraie crise commencera ce jour là et la société montera d’un cran dans la tension et dans la conscience).
    Je pense que nous entrons dans une zone de turbulence non maitrisable du fait du montant incroyable de dette qui est en jeu... cette dette est insolvable sauf par l’inflation (ou l’hyperinflation).
    Il n’est pas certain que l’Europe reste uni dans cette crise, il n’est pas certain non plus que l’euro reste une monnaie pour les européens dans les années qui viennent.

    Cette crise est ingérable parce que les politiques ont adossé la dette spéculative à la dette réelle, elle-même adossée aux états.
    Les banques et les états vont donc tomber ensembles dans cette affaire et les peuples seront saignés pour les fautes des banquiers et des spéculateurs.

    Nous pouvions trier la dette economique réelle et laisser mourir la dette spéculative comme le suggère le parti politique de Jacques Cheminade.

    Il faudrait relocaliser les productions et les consommer localement, refonder le marché intérieur européen pour une autosuffisance à tous niveaux et puis pour stopper la prédation des hommes sur les hommes il faudrait instaurer un salaire vital minimum et un salaire maximum, ainsi qu’une capacité maximum par humain à stoquer des richesses et du patrimoine... qui a besoin de plus de 3 millions d’euro de patrimoine par exemple ?

    Rien de cela ne sera fait... l’effondrement du système économique ira donc au bout, porté jusqu’à la dernière minute par ceux qui en profite le plus et qui nous ont conduit au cahos.
    Une fois le cahos installé alors le changement pourra commencé mais la porte sera aussi ouverte à la guerre, la dictature et toutes les horreurs que l’histoire connait déjà, mais l’histoire adore se répéter... rendez vous dans un an.


    • Michel Santi Michel Santi 30 mai 2009 09:23

      Bonjour,
      vous avez des arguments mais je ne partage pas voir hyper pessimisme car je crois encore en l’Homme : Il est capable du pire mais aussi et parfois du meilleur.


    • Marco Marco 30 mai 2009 14:13

      Il faudrait relocaliser les productions et les consommer localement

      — -

      Donc fini pour nous de manger des bananes, des noix de cocos, des ananas, des kiwis etc ?

      Et comment on fait après pour manger nos 5 fruits et légumes par jour....


    • Forest Ent Forest Ent 30 mai 2009 03:30

      Qui tient qui par la barbichette ?

      Ca me rappelle un gag, dans « une aventure de tintin ». On dit aux frères Dupont « tenez-vous bien, ça va secouer ». Ils s’accrochent l’un à l’autre et se retrouvent par terre. « Pourtant, nous nous tenions bien » « Oui, mais à quoi ? »

      Vous auriez pu écrire à peu près le même article en 1930.


      • Michel Santi Michel Santi 30 mai 2009 09:20

        Je pense qu’ils se tenaient à la barbichette de ce cher Tryphon...


      • Gandalf Tzecoatl 30 mai 2009 11:09

        Prenons, Mr Santi, votre hypothèse pour discours dominant.

        Les US, constatant l’impuissance des puissances asiatiques, ne seraient-ils pas confortés dans une fuite en avant ? Uniquement s’ils trouvent d’autres acheteurs de T bonds.

        Bref, il semblerait que l’on arrive à un point d’équilibre où les agressivités commerciales, les excès consuméristes et monétaires arrivent à une impuissance, une sorte de fin de guerre de la mondialisation. On pourrait même aller plus loin en se hasardant à pronostiquer que le renversement du leadership américain par la Chine ne se fera pas sur le terrain économique.




        • Michel Santi Michel Santi 30 mai 2009 12:17

          Nous sommes bien d’accord concernant ceete fuite en avant mais je ne pense pas que les excès soient parvenus à leur fin.


        • Walter Bunker 30 mai 2009 13:00

          j’avais fait un commentaire hier, mais il a sauté.

          « Le Japon (...) tuera-t-il la poule aux oeufs d’or ? »...

          C’est une poule aux oeufs de papier mâché depuis les années 70. Papier pour papier, il n’y aucune raison pour que les exportateurs asiatiques continuent à soutenir un dollar sans valeur.

          cf mon article posté par hasard le même jour que le votre.

          http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/l-insolvabilite-americaine-une-56734


          • Michel Santi Michel Santi 30 mai 2009 13:29

            Si justement : ils ont toutes les raisons de soutenir le dollar...Rappelez-vous : Qui tient qui par la barbichette ?? Moi, j’ai la réponse


          • Walter Bunker 30 mai 2009 17:48

            Ben non y a un moment où il y aura un arbitrage. Encore une fois, pourquoi emmagasiner du papier sans valeur quand on peut créer le sien ? La Chine et le Japon peuvent beaucoup plus logiquement imprimer plein de monnaie de singe...et faire la relance chez eux plutôt qu’aux US. 


          • Michel Santi Michel Santi 30 mai 2009 18:00

            Le consommateur nippon ou chinois ne sera jamais le consommateur US : les Asiatiques sont des thésaurisateurs, les Américains des dépensiers...
            Quant à avoir une monnaie Asiatique devise de réserve à la place du dollar, on en reparlera le jour/le siècle où des obligations d’Etat et d’entreprises seront émises dans cette monnaie et susciteront l’appétit des investisseurs globaux. 


          • Kobayachi Kobayachi 30 mai 2009 21:22

            L’avenir nous dira si notre vision occidentale de la Chine (qui n’a pas vraiment changé depuis Marco Polo), a savoir que les chinois sont des esclaves travailleur et obéissant, est vraiment correcte.

            L’empire du milieu, comme par des centaines de fois par le passé, s’est à nouveau réveillé et compte bien le rester. La chine n’as pas besoin du dollar, le dollar n’étant qu’un outil, ce dont elle a besoin c’est avant tout de ressources naturels, et elle s’efforce d’en trouver de part le monde (accords commerciaux avec plusieurs pays d’Afrique et bien sur, les autres pays de la BRIC).
            Le leadership mondial est remis en cause, la balle est dans le camp de la chine, mais je ne pense pas qu’ils en tireront partie, du moins pas pour l’instant. L’état de développement du pays, même s’il se fait de façon exponentiel, reste tout de même bien inferieur à celui des USA. De toute façons le temps et la démographie jouerons en faveur de la Chine tôt ou tard, mais pour l’instant ce sera surement encore profile bas.


          • Gandalf Tzecoatl 30 mai 2009 23:00

            " Le consommateur nippon ou chinois ne sera jamais le consommateur US"

            Il est clair qu’il va être difficile d’équilibrer les comportements, cela relève actuellement même du fantasme. Point de vue déficits commerciaux, l’ensemble américano-asiatique se complète mieux que l’atlantisme de Mme Erika Mann.


          • Mycroft 2 juin 2009 17:22

            Vous affirmez que la consommation est utile. C’est un leur. Pour qu’une société soit productive, il faut trois choses :

            La première, c’est les ressources, la Chine l’a compris en se rapprochant de l’Afrique.

            La seconde, c’est la production. La production chinoise est dynamique et, de plus, aux ordres du gouvernement, bien plus que la production occidental. C’est un atout conséquent si on considère l’objectif d’accroître la puissance du pays.

            La troisième, c’est la connaissance. Pour le moment, l’occident est en avance sur ce plan. Mais, le grand nombre de doctorant chinois dans mon labo me fait dire que cette avance, on ne la gardera pas longtemps.

            La consommation, dans tout ça, n’est pas utile, ce n’est que l’expression des besoins de la population. Le fait que, justement, la Chine peut produire sans consommer, est un double avantage : elle est la fourmi, l’occident est la cigale.

            La bise est venue...


          • Marco Marco 30 mai 2009 13:54

            Les Etats-Unis ont en effet la capacité de reconstruire leur industrie en se retirant et se concentrant à nouveau sur leur propre et gigantesque marché intérieur.
            ---

            Mais à qui donc appartiennent les entreprises US ??

            Les entreprises sont privées je ne vois pas comment le gouvernement américain pourrait contraindre Nike ou autre à relocaliser aux US, ces entreprises sont internationales et libres, c’est facile de délocaliser leur siége social si il y a trop de contraintes pour eux, de plus ces entreprises appartiennent souvent à des entrepreneurs étrangères, exemple avec AMD ou l’émirat d’Abu Dhabi détient plus de 56% du capital.

            L’économie est mondiale et tout se tient, on voit bien que cette histoire de protectionisme est sans queue ni tête et ne tient pas la route.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès