Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le jour où Keynes vint en Mauritanie

Le jour où Keynes vint en Mauritanie

Le jour où Keynes vint en Mauritanie
 
Lorsque John Maynard Keynes, débarqua en Mauritanie, la première impression qu’il eût et qu’il consigna dans ses mémoires, fut la richesse du pays en ressources naturelles...et la pauvreté des gens...en ressources élémentaires.
 
 Ce fut pour lui un élément fondamental de réflexion et il passa de longs mois sous une tente (« khaima ») en méditation pour théoriser ce paradoxe. Il s’appliqua notamment à comprendre le rôle que les pouvoirs publics ont joué dans cette misère. Lui, fervent défenseur de l’interventionnisme économique de l’Etat, voici que cela contredisait sa philosophie de l’Etat bienfaiteur.
 
Je l’ai rencontré par hasard, enturbanné debout à la lisière d’un bidonville (« kebba ») en profonde méditation devant un groupe de groupe de jeunes gens désœuvrés à l’ombre d’une baraque branlante.
Question : Monsieur Keynes ? John Maynard Keynes je suppose ?
 
Keynes : Lui-même, Sir...
 
Q : Quel spectacle n’est-ce pas ?

Keynes : Oui, ça me rappelle les jeunes de Liverpool...
 
Q : Ce n’est pas le plein emploi ...

Keynes : tout-à-fait, nous ne sommes pas dans une situation de chômage incompressible, ou de faible durée. Tout le monde ici chôme. Curieux n’est-ce pas ?

Q : Et pourtant, monsieur Keynes l’Etat mauritanien est plus qu’interventionniste.... Cela aurait du vous faire plaisir.

Keynes : C’est justement ce qui me fait réfléchir....je dois revoir mon multiplicateur !

Q : Vous pensez qu’il n’est pas applicable aux réalités économiques mauritaniennes ?

Keynes : Vous savez, depuis le temps que l’Etat investit et que la pauvreté est criante, cela mérite une révision de mon modèle.

Q : Qu’est—ce à dire ? Sommes-nous les laissés-pour comptes « d'un cercle vertueux de la croissance économique » ?

Keynes : Je suis certain qu’il y a quelque chose de particulier à votre économie. Voyons voir. En principe l'activité économique repose sur le niveau de la demande effective anticipée par les agents économiques...

Q : La demande effective est faible et l’anticipation par les agents économiques de cette demande est quasi-nulle...Il faut donc relancer la demande ?

Keynes : Effectivement. Car en relançant la demande, les entreprises accroitront leur offre aussitôt absorbée par cette demande qui générera une distribution de revenus par la relance de l’emploi et donc un accroissement des investissements des entreprises et donc distribution de richesses. Formation brute de capital fixe d’où croissance économique.

Q : Cela doit être, en principe, le processus de croissance attendu de toute économie. Mais alors qu’est-ce qui passe en Mauritanie ? Il y a des consommateurs, il y a une demande, il y a des entreprises et il y a l’Etat. Pourquoi cela ne marche pas ?

Keynes : Je crois que chez vous la demande est faible et l’offre l’est aussi…

Q : Et votre "multiplicateur" alors ?

Keynes : Effectivement, si la demande n’est pas forte l’Etat peut relancer l’économie à travers la dépense publique...

Q : Depuis qu’il existe, l’Etat mauritanien ne fait que dépenser...Est-ce à dire que les tenants de l’école classique qui jugent inefficaces les politiques de relance budgétaire ont quelque part raison ?

Keynes : Non ! Bien sûr que non ! Le problème est ailleurs. En fait lorsque j’ai préconisé l’interventionnisme public et le déficit budgétaire comme moyen de relancer l’économie, j’avais pensé ces solutions dans le contexte d’une économie occidentale où l’investissement public était repris dans le circuit économique et social de la Nation.

Q : C’est intéressant ça. Cela veut dire ?
 
Keynes : Pour être simple, voilà comment fonctionne mon multiplicateur : lorsque l’Etat fait une relance budgétaire donc en investissant, les revenus vont augmenter, donc la consommation va augmenter. Les entreprises, pour face à cette consommation, vont augmenter leur production d’un niveau équivalent à la part de revenu consacré à la consommation. D’où hausse de l’emploi et distribution de nouveaux revenus entrainant une nouvelle propension à consommer. D’un autre côté la part du revenu non consommée, à savoir l’épargne augmente dégageant ainsi d’importants capitaux permettant l’investissement. Après une certaine période, l’économie va s’autofinancer par l’épargne réalisée grâce à l’accroissement du revenu des agents économiques.

Q : Donc, si je comprends bien au bout d’un certain cycle (disons cinq ans, par exemple) la relance budgétaire devient neutre tout en ayant permis, sur la période, la croissance économique.

Keynes : Il faut préciser, et c’est important, que cela ne se réalise que dans une économie dynamique et qui a des caractéristiques qui me semblent absentes de votre économie.
Ainsi mon multiplicateur a été élaboré pour une économie qui avait ses propres moyens de production. Ces moyens de production étaient mis en œuvre par des capitaux nationaux et généraient une valeur ajoutée répartie sur cette économie. Valeur ajoutée dont bénéficiaient ses agents économiques en revenus supplémentaires répartis et en épargne. Ce n’est pas le cas en Mauritanie. Je crois qu’il y a un effet que j’appellerai de « déperdition » dans mon multiplicateur quand on l’applique à votre pays..

Q : C’est probablement notre politique monétaire qui ne s’articule pas efficacement avec notre politique budgétaire...

Keynes : Il est important, en effet, que la politique monétaire soit combinée avec la politique budgétaire de déficit des dépenses publiques....

Q : Quelle analyse en faites-vous ?

Keynes : Je crois que, pour la Mauritanie, tout tourne autour de la production nationale. Or celle-ci en termes de valeurs ajoutées est quasi-inexistante. Or toute détermination de l’accroissement de la masse monétaire passe nécessairement par une prise en compte de l’élasticité de cette production nationale.
Ainsi, par exemple, toute volonté d’accroître le pouvoir d’achat est forcément limitée par la faiblesse de l’appareil de production national mauritanien. Ainsi Augmenter les salaires équivaudrait à accroître l’inflation, la résorption de monnaie par une offre marchande correspondante et donc par la consommation est théoriquement réduite. Aussi l’Etat se trouvera sous contrainte extérieure d’importation, d’endettement extérieur pour faire face à une demande à laquelle la production nationale ne peut faire face. Les conséquences en sont alors évidentes pour la politique monétaire qui se trouve biaisée et dénaturée par des facteurs exogènes (contraintes extérieures).

Q : Cela signifie donc que l’on ne peut pas parler de politique monétaire que si l’Etat développe une politique industrielle et commerciale....

Keynes : On ne peut relancer l’investissement si l’Etat achète tout de l’Etranger y compris ses machines....Or c’est par l’investissement, y compris par le déficit budgétaire, que l’on génère la croissance fondement du plein emploi et de l’accroissement des recettes publiques qui cycliquement rétabliront les équilibres budgétaires.

Q : Cela signifie-t-il qu’en Mauritanie nous ne sommes ni maître de notre politique budgétaire et encore moins de notre politique monétaire qui doit l’accompagner.

Keynes : Je crois que cela est principalement dû à la nature même de l’économie et des finances publiques de votre pays. L’absence d’un tissu industriel productif, la faiblesse du pouvoir d’achat font que le déficit budgétaire ne peut être un moyen de relance de l’économie..

Q : Cela est-il définitif ?

Keynes : Ce qui handicape à mon avis fondamentalement la croissance économique du pays et empêche les politiques de l’Etat (budgétaire et monétaire notamment) de jouer leur rôle, c’est que le budget est confisqué par les engagements financiers de l’Etat à long terme...

Q : Et à long terme on est tous morts !

Keynes : Non pas de précipitation. Ça je l’ai dit dans un autre contexte...

Ce qu’il faut dire c’est que les pouvoirs publics mauritaniens ont adopté une stratégie de développement qui hypothèque durablement toute amélioration de la situation économique et sociale du pays. L’enlisement de l’Etat dans les projets de grande envergure financés à coup d’endettements internationaux hypothèque toute appréciation de l’efficacité des politiques budgétaires adoptées.
 
L’Etat Mauritanien n’est ni maître de la quasi-totalité de ses ressources (provenant de l’emprunt international) ni de ses investissements (monopolisés par des projets d’envergure). Cela se répercute nécessairement sur le développement social et économique du pays. Aucune orientation résolue vers une politique industrielle, permettant de doter le pays de ses outils de production, aucune stratégie d’infrastructure de base immédiate, permettant aux populations d’améliorer leur niveau de vie et leur environnement économique, ne sont réalisées en continu.
Si aujourd’hui, les populations mauritaniennes souffrent d’un manque de tout (de l’eau à l’électricité en passant par les produits alimentaires) et si le niveau de vie s’est considérablement dégradé suivi par la flambée des prix, le chômage et la crise des ménages, c’est que l’Etat Mauritanien investit ailleurs dans des projets dont la rentabilité ne se concevra que dans plusieurs années... Et d’ici-là...

Q : On est tous morts !


Keynes : Pas encore. Mais je crois que l’investissement dans les projets prioritaires à moyen et court terme auraient mieux aidé à aller vers le développement...Ainsi le grand projet "d’Aftout Essahli" apportera probablement de l’eau jusqu’à Nouakchott mais il n’améliorera nullement une situation industrielle et infrastructurelle qui se serait, d’ici, là fortement dégradée...

Q : Est-ce à dire que l’Etat aurait dû investir dans les ressources humaines (formation, éducation, savoir-faire ), dans l’amélioration du niveau de vie des populations (hôpitaux, infrastructures urbaines etc.), dans la création d'institutions de développement (institut de recherche, laboratoires), dans la maîtrise des technologies, dans le développement d’un tissu industriel et commercial compétitif, et dans le renforcement et l’assainissement des systèmes financiers et bancaires, supports de l’économie, avant d’entamer de tels projets d’envergure qui monopolisent ses ressources et laissent les populations démunies et le pays sans ressources, ni infrastructures ?

Keynes : D’autant plus qu’il faut savoir que ces grands projets, jusqu’à leur réalisation, vont réduire à néant toute velléité de l’Etat d’adopter une politique budgétaire visant à relancer l’investissement et la croissance.
En effet, outre qu’il accapare ses ressources, le financement de ces projets, provenant de l’emprunt étranger, va servir à financer des compagnies étrangères maître d’œuvre des projets qui fourniront les biens (machines, outils, etc.) et les services (ingénieurs, techniciens etc.) et tout cela de l’étranger !

Cela signifie que l’Etat ne réalisera pas grâce à ces investissements sur ces grands projets, une distribution de revenus à l’échelle nationale (la main d’œuvre étant étrangère) , ni ne participera à financer une industrie nationale (qui fournirait les machines et les outils).
 
Donc pas d’accroissement de revenus pas de création de valeur ajoutée par les entreprises nationales (inexistantes). L’Economie de votre Etat ne bénéficiera donc pas de l’investissement réalisé par l’Etat. Or je l’ai dit une politique budgétaire ne se conçoit que par une capacité de maîtrise des flux financiers budgétaires et une politique monétaire appuyée sur un politique industrielle... Il ne sert à rien de relancer l’investissement si on acquiert ses machines à l’étranger et de surcroit si on les acquiert par un endettement qui ne serait pas contrebalancé par une politique de croissance permettant son remboursement.

Q : Vous me semblez très pessimiste, monsieur Keynes...

Keynes : Et vous, ne l’êtes-vous pas ?

Q : Je crois que je vais me tourner vers les monétaristes....ils sont moins keynésiens.

Keynes me regarda d’un œil réprobateur, remit son turban qui pendait à son cou prit un air de philosophe (qui siérait bien à Hayek) et dit : Keynésien ou pas, je crois que ce qui vous manque en Mauritanie, ce n’est pas la théorisation de ce qui arrive à votre économie, c’est l’intégrité des hommes qui la dirigent.
 
Q : L’intégrité ? M’écriais-je. Oui, je crois aussi. Mais n’aurions-nous pas dû commencer par là, monsieur Keynes ?

Il eût un hochement de tête, et s’en alla. Et pendant que sa silhouette enturbannée disparaissait derrière les quelques baraques de cette banlieue nauséabonde, je me disais que si John Maynard Keynes avait posé pied ici c’est que nous en valions bien la peine. Allez savoir pourquoi. Et surtout pourquoi ce n’est… qu’une vue de l’esprit.

Pr ELY Mustapha

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 28 juin 2011 13:19

    Très bon. Dans la même veine, Colombo mène sa dernière enquête sur Hayek, mais trouve Sir John Meynard Keynes.


    • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 28 juin 2011 15:43

      Parkway,

      on dit que « les peuples n’ont que les dirigeants qu’ils méritent ». Que faire pour mériter autre chose ? 

      Merci Péripate,

      Excellent l’article-enquête de Colombo. J’ai apprécié.


      • Mor Aucon Mor Aucon 28 juin 2011 22:43

        Franchement, vous y croyez à votre dialogue ? Justement Keynes a toujours commencé par exiger l’intégrité des dirigeants des institutions publiques, et non pas basée sur une confiance aveugle idiote sinon sur un contrôle démocratique efficace. Et nous revoilà avec la clique des autrichiens Hayek, Von Misses, Menger, etc.. La pseudoscience appliquée à l’économie. Tout en intuition, pas besoin de chiffres.
        Les néolibéraux descendants de ces illuminés ne sont pas mieux. Regardez les résultats obtenus par les théories de Friedman suivies avec enthousiasme par le nouveau gouvernement formé par le parti de l’indépendance ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_de_l%27ind%C3%A9pendance ) islandais. Au lieu d’inventer des contes de marabout à dormir debout, si vous voulez critiquer Keynes ( ce qui est très possible ) faite-le, s’il vous plaît, sans manipuler et avec du réel.
        Le plus drôlement cynique dans tout cela est que vous attribuez à Keynes les pires défaut du néolibéralisme pour cirer les godasses de ce dernier. Déprimant.


        • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 29 juin 2011 01:29

          Mor Aucon,

           « L’économiste doit être mathématicien, historien, politicien et philosophe. Il doit aborder simultanément l’abstraction et la réalité et étudier le présent à la lumière du passé en vue de l’avenir sans qu’aucun aspect de la nature des institutions ne lui échappe. » (Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie).

          Keynes aurait pu ajouter que l’économiste se devait d’être plus tolérant. Ce qui me préoccupe dans mes écrits, ce n’est pas d’établir la véracité des théories keynésiennes ou celles de leurs détracteurs. C’est ce qu’il en advient lorsqu’elles traversent nos économies en développement.  Aussi, je passerai volontiers pour un marabout cynique « cirant » les pompes des néolibéraux si cela explique quelque chose.

          La vérité, fut-elle économique, n’est ni blanche ni noire. Ce sont nos idées qui prennent ces couleurs au gré de nos convictions du moment. Et dans cette optique, ne vous êtes vous pas rendu compte que vous tenez la boite de cirage ?


        • Mor Aucon Mor Aucon 29 juin 2011 11:39

          Épargnez-moi une nouvelle manipulation, cette fois plus ou moins victimiste, en faisant allusion aux couleurs qu’auraient mes opinions.

          Vous savez très bien où sont les problèmes chez vous. Ce sont justement vos dirigeants, ceux-là même qui laissent grandes ouvertes les portes des matières premières aux requins néolibéraux généreux avec les portiers mais qui ne donnent que des conneries inutiles au peuple. Ces abus se réduiraient considérablement avec un marché international régulé. Mais vous préférez les monétaristes néolibéraux. Ceux qui ont démontré depuis toujours qu’ils ont besoin de laquais dans le tiers-monde pour leur tenir les portes.


        • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 29 juin 2011 12:26


          Le laquais « victimiste » manipulateur qui ouvre les portes de son pays aux requins néolibéraux vous salue bien.
           Mais dîtes-moi, depuis quand dans un dialogue entre gens « civilisés » (ou simplement éduqués) on se targue d’utiliser autant d’adjectifs, d’épithètes et autres noms d’oiseaux pour appuyer un argumentaire ?

          Je vous prie de croire que je n’irai pas avec vous sur ce terrain. Non pas que je ne puisse pas vous battre là-dessus, mais parce que tout simplement je suis davantage adepte à la démonstration neutre et désintéressé, respectueuse de l’autre et de ses idées et non point à l’alignement coercitif sur une pensée ou une idéologie (économique fut-elle).

          Quant au fond, les néolibéraux semblent vous donner du fil à retordre. Ni mon article ni ma vision du monde ne s’inscrit dans leur optique ni dans la votre non plus, rassurez-vous. Sur ce point je vous prie de me relire. A moins, que derrière votre pseudonyme vous préféreriez continuer le débat, en revisant votre vocabulaire, et je continuerai, respectueusement à vous répondre à visage découvert.

          Mais sachez-le, le courage des idées n’est rien si elle ne s’exprime pas à visage découvert. Et sur ce plan de la transparence, je vous attends.


        • Mor Aucon Mor Aucon 29 juin 2011 19:07

          Si vous le prenez pour vous, c’est donc que je ne suis pas tout à fait dans l’erreur en disant que vous faites le jeu des néolibéraux. D’autre part, seules sont transparentes les idées vaines et futiles.

          Bien à vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès