Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le libre-échange est-il libre ?

Le libre-échange est-il libre ?

A l’heure du libre-échange et de l’ouverture des frontières, le protectionnisme américain et la politique agricole commune en Europe sont-elles bénéfiques pour la planète ?

Dans son édito du 22 août 2007, Ouest-France offre une tribune à Michel Godet, professeur au CNAM, dans laquelle celui-ci explique la nécessité d’une réforme de la politique agricole commune (PAC) en Europe à l’heure où le libre-échange au niveau mondial est largement encouragé par les pays développés. Un paradoxe qui est loin d’être nouveau, les accords ayant conduis à la PAC ont eu lieu en 1957 lors de la signature du traité de Rome. Les Etats-Unis ne sont pas en reste, ils subventionnent abondamment leurs producteurs agricoles. En 2002, on estime à 47 milliards d’euros les aides européennes et à 100 milliards de dollars celles américaines. L’impact au niveau du prix mondial de plusieurs produits agricoles est alors inévitable : une baisse artificielle des prix. Si cette conséquence semble bénéfique pour les populations des pays riches, elle est désastreuse pour les paysans des pays en voie de développement, dans le sens où les produits subventionnés importés dans ces pays entrent en concurrence déloyale avec les produits locaux. Ceux-ci, malgré un coût de production moins élevé, ne bénéficient pas de subventions à leur production et sont donc plus chères. Ils se vendent alors nécessairement moins bien.

Au final, le protectionnisme des pays riches créé une distorsion de concurrence vis-à-vis des pays en développement, qu’ils soient importateurs ou exportateurs. Dans tous les cas, les paysans de ces pays sont les victimes. Pire encore, ces nations vivant essentiellement d’une économie agricole, toute la population est finalement touchée. Mais ce n’est pas tout. Certains pays en voie de développement sont même accusés de dumping sur le prix de certaines marchandises [1], c’est-à-dire qu’ils sont soupçonnés d’exporter à perte. Les Etats-Unis ont ainsi interdit l’importation de certains produits venant du Mexique, de Colombie ou du Vietnam sous prétexte de dumping. Ces affirmations sont remises en cause dans le dernier livre [1] de l’économiste américain et Prix Nobel Joseph Stiglitz, dans lequel il démontre que les accusations de dumping sont inacceptables et traitées de façon à privilégier les producteurs américains.

Or, depuis plusieurs dizaines d’années, la tendance dans le commerce international est à la libéralisation des marchés et à la suppression des barrières douanières, avec une accélération depuis les années 80. Les différents accords conclus depuis, comme le consensus de Washington et les accords de l’AGCS concernant les échanges de biens et services, vont dans ce sens. Le FMI a également longtemps poussé les pays en développement à ouvrir leurs marchés pour pouvoir recevoir une aide internationale. Même si cette organisation a revu ses méthodes controversées d’"ajustements structurels", la tendance à l’ouverture des marchés continue. Mais la résistance existe et provient... des mêmes pays qui poussent au libéralisme. En effet, l’échec des négociations commerciales internationales du cycle de Doha en juillet 2006, qui avait pour objectif la suppression des subventions agricoles à l’horizon 2013, a montré à quel point les pays développés étaient réticents à adopter de telles mesures.

La position de force des Etats-Unis et de l’Europe, de part leur pouvoir politique et leur pouvoir économique (lié entre autre au double avantage que leur procure le libre-échange au niveau mondial et leur protectionnisme), ne peut alors être contrebalancé que par des instances internationales comme l’OMC et l’OCDE. A condition qu’elles prennent des mesures pour sanctionner les comportements anti-concurrentiels de certains pays riches. L’échec de Doha a montré que le pouvoir de l’OCDE sur ces nations est encore trop faible. A quand un libre-échange mondial réellement libre et honnête, qui laisserait entrevoir des possibilités de commerce équitable à grande échelle ? Le développement économique des pays du Sud et, par effet d’entraînement, de ceux du Nord, en dépend.

[1] Un autre monde, Joseph Stiglitz, Fayard 2006


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 23 août 2007 10:21

    Les FTAs des US ne sont pas du libre echange, et le libre echange n’est pas une fin en soi :


    • Bernard Conte Bernard Conte 23 août 2007 10:40

      @ l’auteur

      Je ne partage pas votre analyse faisant l’éloge du libre-échange. Le développement de mon argumentation nécessiterait plus qu’un post.

      Néanmoins, voici quelques remarques :

      1. Le Consensus de Washington n’a jamais été « adopté ». C’est Williamson qui l’a formulé en 1989, à travers 10 commandements d’inspiration monétariste (Friedman, Chicago Boys...). Ce « consensus » a été imposé par la finance internationale, notamment au Sud par le FMI et la Banque Mondiale.

      2. Joseph Stiglitz, caution intellectuelle de la majorité des altermondialistes et de la « gauche caviar », rêve d’un autre monde, d’une terre moins terre à terre..., qui resterait un mystère... pour les victimes du néolibéralisme. Même s’il invoque Keynes, Stiglitz reste un néolibéral.

      3. Le dumping : on pourrait parler du dumping social... Libérer totalement les échanges aboutirait à un nivellement par le bas des salaires... Nous serons tous des chinois !!!

      j’arrête là !


      • Fred 23 août 2007 12:43

        En effet, Stiglitz est libéral dans le sens où il promeut le libre-échange pour le développement économique des pays du sud, mais son analyse ne me semble pas « neo »-libérale : il propose, au contraire de l’état actuel, que ce soit les pays en voie de développement qui mettent quelques barrières douanières aux importations.

        Concernant votre premier point, je suis d’accord sur le fait que ce consensus ne soit pas quelque chose de « signé », mais beaucoup de traités adoptés depuis son basés sur ses prescriptions.

        Il y a un point que je n’ai volontairement pas développé dans l’article, c’est celui de la protection des pays développés face au dumping social pour rejoindre votre point 3. J’ai voulu avoir une approche globale sans prendre parti pour telle ou telle population. Je pense néanmoins que la précarisation de l’emploi et la forte monté du chômage que l’on connaît depuis 20 ans sont moins liés à l’idée du libre-échange qu’à la logique de profit.


      • aurelien 23 août 2007 12:39

        L’autonomie alimentaire des peuples est plus importante que le libre-échange en matière agricole.

        La privatisation des matières premières agricoles (semences...) est un exemple typique de l’introduction de l’agriculture dans l’économie de marché.

        Si l’économie de marché est efficace et souhaitable dans certains domaines, généraliser ce type d’économie à tout ce qui relève du caractère marchand est une tromperie néfaste, dont on voit les conséquences dans le domaine agricole dans le monde.


        • Aurelien Veron 23 août 2007 18:56

          @aurelien : je suppose que vous souhaiteriez que la culture, la santé, l’enseignement, la recherche... le logement et, donc, l’agriculture, relèvent du secteur public ? Il ne resterait que les chaussettes et les yaourths dans le secteur libre ? J’ai du mal à vous suivre. La notion « d’autonomie alimentaire » n’a plus de sens dans un monde ouvert. Alors que la population mondiale a doublé, le nombre de citoyens de la Terre frappés par la famine a considérablement baissé. Il y en a pour tout le monde, et je trouve cet article tout à fait pertinent.

          Concernant le chômage persistant de notre pays, il n’est pas dû à la mondialisation mais aux blocages structurels de notre système : éducation et enseignement supérieur inadaptés, trop de corporatismes, de monopoles et de réglementations pour autoriser des PME agressives à trouver leur place dans notre économie soigneusement cloisonnée. Marché du travail, poids des charges sociales et des obligations réglementaires repoussoir. Recherche publique figée dans son bureaucratisme. Etc. Sinon, expliquez-moi pourquoi tant de pays ouverts n’ont pas de souci de chômage ?

          L’autre Aurélien


        • aurelien 23 août 2007 22:39

          Aurélien,

          Expliquez-moi pourquoi a-t-on besoin de se nourrir avec des tomates d’Espagne, des courgettes du Maroc, des bananes de République Dominicaine, des haricots verts d’Egypte, des pommes d’Argentine, des carottes d’Italie...

          Je ne comprends pas bien la logique...


        • Avatar 24 août 2007 02:28

          fbdfbndfbdfb

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès