Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le Louvre à Lens : désastre annoncé ou enjeu à relever ?

Le Louvre à Lens : désastre annoncé ou enjeu à relever ?

L’enjeu est majeur mais le projet, à ce jour, incroyablement bancal ! Une information citoyenne s’impose, l’implication du privé est urgente et pose problème. Pourquoi ?

Le Musée du Louvre recrute en ce moment même pour son antenne à Lens, en région Nord-Pas-de-Calais. Profils recherchés : « responsable scientifique et culturel », « chargé du mécénat », « chargé de la politique des publics » . Il s’agit là, ni plus ni moins, des trois fonctions-clés de la réussite du projet Louvre-Lens... qu’on ouvre plus de trois mois après le choix d’un projet d’architecture.

Autrement dit, le contenant du projet existe, mais on est en droit de se demander : quid du contenu ? Qui plus est, les postes ouverts, CDD, s’adressent à des super-juniors, certainement pas à des professionnels confirmés. Ceux-ci sont d’ailleurs peu nombreux, les conservateurs eux-mêmes manifestant leur désintérêt pour ce projet !

A ce jour, rappelons que ce projet consiste à construire un nouveau bâtiment en centre ville à Lens, offrant 5000 m2 d’exposition à 500-600 œuvres issues des collections du Louvre. Les deux tiers des espaces seront consacrés à la présentation d’œuvres en alternance par cycles de deux à trois ans, tandis que le dernier tiers accueillera des expositions temporaires trimestrielles ou semestrielles. Le budget d’investissement représente 100 millions d’euros, le budget de fonctionnement est estimé à 10 millions d’euros annuels. Un architecte japonais vient d’être choisi cet automne (26 septembre 2005), le chantier sera réalisé entre 2007 et fin 2008. L’ouverture est annoncée pour le second semestre 2008.

Depuis le 29 novembre 2004, date de l’annonce par le Premier ministre Raffarin du choix de Lens, il semble qu’un consensus général se soit installé mais sans trop de bruit médiatique. Parmi les élus locaux, à la direction du Louvre, on ne parle que de l’enjeu politique (démocratisation et accessibilité de l’art), économique (développement d’une région déshéritée) et culturel (ouverture en direction d’une population jeune et rurale) d’une antenne du Louvre en région Nord.

A l’heure où le Musée du Louvre déploie une énergie innovante en matière de recherches de mécénat, jusqu’à s’être engagé à louer (pour 12 millions d’euros) quelque 350 chefs d’œuvre du Louvre (dont le Balthazar Castiglione de Raphaël lui-même !) à Atlanta, (opération d’ailleurs menée dans la plus grande opacité à l’égard de l’opinion française), le projet Louvre-Lens est argumenté par un projet de politique sociale et de développement économique, bref un enjeu strictement politique (et non économique). Pourquoi pas ? ...

On peut bien sûr se contenter de dénoncer opacité et incohérence d’un tel projet. (Arguments nombreux accessibles sur le site : http://www.latribunedelart.com).

Mais n’y a-t-il pas lieu de prendre acte du Louvre-Lens comme d’une réalité, et non plus comme d’un projet ? Auquel cas, n’y a-t-il pas urgence à réagir pour le construire et lui donner une chance de réussite ?

Ce Louvre à Lens est un enjeu de développement d’une région frontalière et en difficultés, qui prend appui sur un projet culturel. En soi, cela représente enfin une chance de mettre en œuvre une véritable dynamique économique et politique où la culture aurait une place centrale. Or la culture, entendue comme patrimoine artistique et comme connaissance scientifique en particulier, est un levier de développement stratégique que notre pays sous-estime et sous-exploite, dans un contexte de compétitivité mondiale inédit.

Alors, à quand des propositions d’alternative au projet tel qu’il existe ? A quand l’abandon des querelles internes (scientifiques, politiques...) pour réunir les meilleures compétences et gagner l’enjeu ? A quand un dialogue intelligent entre acteurs publics et privés potentiellement les plus compétents sur un tel dossier ? Les volontés d’unir enthousiasme, engagement et compétences ne manquent pas. Encore faut-il les informer et les mobiliser ! A suivre...

Il va de soi que des interrogations plus larges sont posées par ce projet et par le débat virulent qui l’entoure :
-  Dans quelle mesure les institutions publiques (nationales et territoriales) sont-elles encore en mesure d’assumer financièrement l’ensemble de leurs missions de politique culturelle ? La répartition actuelle des budgets de la culture est-elle cohérente avec les priorités des missions de l’Etat ?

-  Si les moyens financiers de l’Etat sont effectivement insuffisants pour assurer gestion et développement commercial des institutions publiques, ne faut-il pas ouvrir plus explicitement à des acteurs privés la prise en charge de ces activités ? Comment l’Etat peut-il redéfinir les missions premières qui sont les siennes (intégrité du patrimoine, recherche et élaboration des contenus scientifiques par exemple) pour garantir malgré tout l’application de sa devise d’égalité ?

Mais à ce stade, le pragmatisme et l’action me semblent évidemment devoir prendre le pas sur les atermoiements. Il est grand temps d’expérimenter de nouveaux modes de coopérations privé-public, pour que des projets culturels d’envergure puissent voir le jour autrement que sous la signature politique !


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Frédéric Azéma (---.---.73.25) 9 février 2006 19:23

    Bonjour, je rentre de Lille où j’ai rencontré des lensois, fort peu informés de ce projet. Quel dommage ! L’un d’eux m’a expliqué que le lieu était à proximité immédiate du stade Bollaert. J’aimerais en savoir plus... F. Azéma (Paris)


    • (---.---.33.26) 16 février 2006 22:51

      Tu peux trouver des informations sur le projet sur ce site :


    • Bopalimpseste (---.---.102.41) 5 juillet 2006 16:10

      Je trouve votre article très pertinent . Pour les informations factuelles sur le Louvre-Lens il doit être aussi possible de s’adresser au Maître d’Ouvrage : le Conseil Régional du Nord Pas de Calais . Va-t-il déléguer tout ou partie de cette fonction ? ... That is the question . Bien à vous .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès