Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le lucratif marché des interventions militaires privées

Le lucratif marché des interventions militaires privées

Le Figaro révèle dans son édition Internet du 4 juillet que les sociétés militaires privées fleurissent en Côte d’Ivoire. On connaissait déjà toute l’importance prise par les sociétés militaires privées en Irak où elles forment le deuxième contingent militaire étranger. L’exemple de la Côte d’Ivoire démontre que l’externalisation de services militaires auprès de sociétés militaires privées a bel et bien pris une ampleur mondiale. Celles-ci représentent désormais l’essentiel des soldats professionnels opérant dans le secteur privé.

Selon la revue Cultures & conflits, les prestataires de services militaires anglo-saxons (États-Unis, Grande Bretagne et Afrique du Sud) ont un chiffres d’affaires annuel de plus de 100 milliards de dollars.

Le grand marché de la privatisation de la défense a connu un boom après les attentats du 11 septembre 2001, mais le phénomène date d’avant ce tournant historique. Le ministère américain de la Défense a ainsi passé plus de 3 000 contrats avec des PMC (Private Military Companies), pour une valeur de 300 milliards de dollars, entre 1994 et 2002.

Les sociétés militaires privées sont distinctes du mercenariat et de l’industrie de la protection civile. Il faut dire cependant que les fusions et rachats, de même que l’arrivée sur le marché d’entreprises de génie civil, de logisticiens, de sociétés aériennes, d’entreprises spécialisées dans la formation, ont amené un joyeux entrecroisement de la sécurité et des prestations militaires de toutes sortes.

La fin de la guerre froide, avec d’une part la démobilisation des armées et d’autre part la réduction des budgets militaires et l’externalisation, voire la privatisation de missions exercées par les armées nationales, expliquent cette croissance fulgurante des PMC. Ces dernières exercent désormais plusieurs mandats jusqu’à tout récemment exercés par les armées régulières.

Ainsi en Côte d’Ivoire, elles ont décrochées auprès de l’État des mandats de garde rapprochée, d’entraînement militaire, de surveillance de plusieurs sites industriels.

À lire en ligne le no 52 de Cultures & Conflits : Les entreprises para-privées de coercition : de nouveaux mercenaires ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès