Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le manque de recherche dans le monde arabe

Le manque de recherche dans le monde arabe

La recherche est l'élément le plus important pour la prospérité nationale, mais le monde arabe en général a ignoré cet aspect depuis de nombreux siècles.

J'ai consacré plus de 23 ans à l'étude et la recherche. A chaque étape, je continue à me sentir ignorant. Et c'est la volonté d'accéder à la connaissance qui m'incite à continuer mes travaux de recherche. 
La recherche est une démarche très spécifique d'apprentissage. Puisqu'il s'agit d'aller en profondeur dans un sujet. Et au gré de ses découvertes, la réflexion se trouve stimulée et d'autres pistes apparaissent. Au point de pouvoir remettre en cause ce que l'on pensait connaître à l'origine. 
C'est ainsi que je suis toujours très modeste face à une bibliothèque, qui contient le fruit de nombreuses recherches académiques.

Dans la recherche, nous devons admettre certains faits, nous ne devrions pas suivre nos émotions ou nous laisser enfermer par notre environnement culturel.
Je me souviens que j'ai été amené à faire des études de cas sur la finance islamique, j'ai échoué à étudier cette matière parce que je n'ai pas su aborder les perspectives négatives. Et je n'ai pas été en mesure de formuler les critiques utiles. Lorsque l'on endosse la posture du chercheur il faut se départir de son approche personnelle en tant que croyant.
Pas besoin de viser une récompense ou un prix académique, le seul fait de poursuivre une réflexion sur la durée suffit généralement à satisfaire le chercheur. Sa contribution à la connaissance collective est souvent son principal moteur. 
La description de ce que l'on ressent au cours de ce processus de recherche n'est pas aisé à transcrire. C'est un cheminement nourri de grandes satisfactions morales. D'autant plus que son travail pourra être repris, contesté ou poursuivi par les générations suivantes. Menant cette réflexion bien au-delà de la seule existence du chercheur. 

 

Au cours de mes années d'observation en particulier dans mon pays après le "printemps arabe", j'ai réalisé que mes compatriotes auraient davantage besoin de lancer une révolution culturelle plutôt que de procéder à l'exclusion d'un président en le remplaçant par un régime théocratique. 
Je suis sûr qu'avec une telle affirmation un lecteur de cette chronique peut penser que je suis un partisan de l'ancien régime. Ce n'est pas le cas. 

 

Je ressens de la pitié pour le monde arabe, ce monde qui a accepté beaucoup de mensonges, et qui a construit nombre de condamnations sur des préjugés.
Je souhaite que la révolution culturelle soit prolongée, et que les gens commencent à rechercher la vérité, dans une démarche scientifique rigoureuse. Car c'est le seul moyen de dépasser les oppositions stériles et de surmonter les difficultés.
C'est aussi la seule façon de maintenir notre culture, et que la nation passe de la pauvreté actuelle à une certaine prospérité, de l'ignorance à la connaissance, de l'obscurité à la lumière. Pour une telle évolution, rien ne vaut la connaissance. Cette connaissance qui ne se satisfait pas de la simple lecture d'ouvrages importés.
Il faut opter plus que jamais pour une démarche de vérité, bien connue des chercheurs scientifiques qui mènent leurs travaux sans tabou ni a priori

Une politique de recherche conduit à bâtir une tour très haute, à partir de laquelle on peut observer le monde alentour. Et ainsi enfin mieux comprendre son environnement. Et c'est fort de cette connaissance nouvelle que l'on pourra se doter d'un avenir éclairé. Au profit du plus grand nombre. 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • bnosec bnosec 8 novembre 2012 12:39

    Et la recherche de subventions, c’est pas de la recherche ça ?
     smiley


    • fcpgismo fcpgismo 8 novembre 2012 12:54

      Le pire que l’ on puisse rencontrer pour une espèce intelligente est un prêt à penser, et les religions du monde arabe occupent une place néfaste pour l’ épanouissement intellectuel.Si on ne s’ était pas débarrassé de l’ emprise du catholicisme nous en serions au même point.


      • lionel 9 novembre 2012 08:53

        « Si on ne s’ était pas débarrassé de l’ emprise du catholicisme nous en serions au même point. » On peut aussi dire


        Si nous ne nous débarrassons pas de l’emprise pathologique des zétazunis ( sionisme évangélique eschatologique) et de celle du Wahabbisme qui leur est associé, nous ne serons plus...

        Si nous ne nous débarrassons pas de gens comme Ray Kurtzweill et de toute la bande des Transhumaniste et autre extropien, nous ne serons plus...

        Si nous ne mettons pas à profit les recherches déjà accomplies sur la psychopathie pour évaluer nos prétendant responsables, nos décisions politiques, industriels, sociaux-économiques, culturels nous ne serons plus...



      • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 8 novembre 2012 14:13

        Hé oui, entre la religion et l’intelligence, il faut choisir.


        • Constant danslayreur 9 novembre 2012 10:53

          J’en connais un paquet qui l’ont fait, ni l’une ni l’autre...


        • easy easy 8 novembre 2012 14:19

          En tant qu’Arabe que vous êtes, je comprends votre amertume.
          Mais l’air de rien, sous vos airs de dépité, vous voyez ainsi une raison de la développer cette recherche.
          Autrement dit, on ne trouverait de bonne raisons à faire de la recherche que par nationalisme, que par esprit de compétition inventiste, prométhéenne, prodigue, amalthéenne.

          Car dès qu’on considère le problème de la recherche en tant que Terrien, le doute ne peut que nous saisir.

          Après un siècle de recherche ayant été entreprise pour faire avancer le schmilblick des Terriens, le constat ne peut être que mitigé voire affligeant.

          Même si l’on focalise sur le seul point de la santé, donc sur le fait que la recherche et ses progrès techniques associés ont sauvé des millions de vie, on peut se demander si c’était vraiment une bonne idée.

          Même en considérant que la recherche a permis de sauver ma vie ou celle de mes proches, plus exactement de la prolonger d’un certain temps, était-ce absolument un avantage pour la Chose Totale ou au moins pour le monde du vivant ou au moins pour le monde des êtres humains ?

          Pour autant que la recherche serve principalement à sauver des vies, était-ce un concept absolument bon ?

          Quel est l’avantage pour vous tous que je survive aux accidents et maladies ?
          Ici, je vous aurais livré de bons fromages, là je vous aurais livré de bonnes étagères, ailleurs je vous aurais livré de bonnes chansons, ailleurs encore je vous livre une installation électrique qui vous ravit. Vous m’aurez trouvé intéressant. Mais tout ça induit une telle montagne d’inconvénients qu’in fine, y gagnez-vous absolument ?


          Que l’on soit prométhéen histoire de contourner la dépression que notre conscience de l’absurdité de la vie nous procure, d’accord.
          Mais il serait temps de ne plus être prométhéiste.
          Continuer d’innover, sans doute est-ce indispensable pour se voir une raison de vivre. Mais vu le bilan du siècle passé, il faudrait le faire avec beaucoup plus de circonspection, de tremblements (de peur), que de croyance aveugle et monomaniaque en son avantage.

          Le constat de l’absurdité de la vie est terrible. Nous avons contourné cet obstacle en nous obnubilant du Savoir, de la Vérité.
          Peut-être que les premiers hommes, qui avaient pourtant bien vu que la Lune était sphérique, que le soleil pouvait donc l’être ainsi que la Terre, ont-ils volontairement dénié cette vérité afin de rester ivres de poésie. Peut-être ont-ils compris que l’Homme avait besoin de se mentir pour tenir le coup.


          • lionel 9 novembre 2012 11:08

            Easy, 


            ce que vous écrivez n’est pas stupide. je me suis pris à rêver d’intervention généralisée de cette qualité (que l’on soit d’accord ou non avec le contenu), non polluée par des Trolls.

            Merci pour cette intervention, cet article très intéressant.

            @l’auteur, 
            Bien que je ne partage surtout pas le point de vue « européiste » d’Automates Intelligent, les scientifiques qui oeuvrent autour de cette plateforme instructive et indispensable au débat d’idée et à l’échange de savoir (eux sont matérialiste, je suis spiritualiste), pensent que l’europe devrait renforcer sa recherche face aux zétazunis des banquiers. Il semble donc que l’objectif des oligarques est de se réserver le monopole de la recherche, de l’innovation, à son propre profit. 

            Ce ne sont pas les Arabes seulement qui sont victimes de la volonté de nos dirigeant de diriger des ignorant en précarité, mais aussi les Français, les Grecs, les Espagnols, bref, les nations de l’europe en cours de destruction. 

          • travelworld travelworld 8 novembre 2012 18:30

            Le résultat est aussi le manque d’intérêt et de curiosité pour la culture, une dame Marocaine d’origine à qui je conseillais d’aller voir le nouveau pavillon du Louvre sur l’art de l’ Islam, m’a répondu « c’est où le Louvre, » Elle est depuis 30 ans en région parisienne ! C’est bien triste !


            • OMAR 8 novembre 2012 20:53

              Omar 33

              Bonjour Nader.

              Le manque de recherche dans le monde arabe repose sur cette réalité : aucun dirigeant-despote et tyran arabe ou roitelet de service n’est disposé à accepter la naissance ou la présence de chercheurs arabes sur son territoire...

              Car tant que les peuples arabes seront dans l’ignorance et « l’inculture », tant qu’ils resteront assujettis à l’Occident en matière d’innovation technologique, leur trône sera assuré et pérennisé....

              Par contre, tous ces « dirigeants » sont intéressés par la création au quotidien de faux problèmes pour leur peuple (malvie, pénurie alimentaire, coupure d’eau ou d’électricité, bureaucratie, chomage, appareils médicaux en panne, etc...)...


              • Jonas 9 novembre 2012 12:02

                Merci Nader pour votre courage.


                Le monde arabo-musulman a besoin de femmes et d’ hommes comme vous., pour regarder la réalité du monde telle qu’elle est et non pas celle de la propagande des dictateurs qui ont besoin de robots pour pouvoir se maintenir en place.

                Vous rejoignez le si petit cercle d’arabo-musulmans clairvoyants sur leur pays, et non ceux qui versent dans le complotisme et vont chercher des boucs émissaires pour expliquer la stagnation et le retard dans beaucoup de domaines du monde arabo-miusulman.

                Si vous me le permettez je vais citer deux musulmans l’un pakistanais et l’autre égyptien., tous deux par leur expérience de haut niveau arrivent à la même conclusion que vous.
                (...)
                Pourquoi les musulmans sont impuissants ?
                - Parce que nous ne savons pas produire et mettre en application un savoir musulman. les pays à majorité musulmane ont 230 scientifiques par million de musulmans. Les Etats-Unis ont 4 000 scientifiques par million et le Japon à 5 000 par million. Le petit pays Israël est entre les deux. Dans le monde arabe tout entier , le nombre total de chercheurs à plein temps est de 35 000 et il n’y a que 50 techniciens par million d’arabes ( dans le monde chrétiens 1 000 techniciens par million). En outre le monde musulman dépense 0,2 % de son PIB à la recherche et développement alors que le monde chrétien consacre environ 5%. Israël 4, 5% et se trouve quatrième puissance dans le higt-teck. Conclusion le monde musulman ne peut produire des connaissances(...) Dr Sallem Farrukh directeur du Centre de recherche et des études sur la sécurité du Pakistan.

                « Nous dépensons 0,2% du PIB dans la recherche, ce qui représente à peine le dixième de ce que consacrent d’autres pays dont le PIB est de loin + important que le nôtre. Dans le monde Arabe , il n’existe pas de centre de recherches stratégiques avec les normes requises . En Israël , on trouve entre cinq et dix centres de ce type avec des standards universels. Aux Etats-Unis , il existe entre 100 et 150 centre de ce types ». Mohamed ElBaradei, ancien directeur de l’AIEA et détenteur du prix Nobel de la paix 2005 au journal « Al Hayat » basé à Londres.

                Pour conclure vous n’êtes pas sans savoir que l’Algérie depuis l’Indépendance 1962, a construit presque une mosquée par jour soit +17 000 à ce jour dont une immense dans quelques mois. Alors que ce pays est classé 125 eme sur 125 pour l’innovation ( GII) organisme international et selon un autre un autre le Groupe Thomson Reuters, la recherche scientifique Algérienne est faible et le nombre des publications scientifiques reste dérisoire.

                La religion n’a rien a voir là-dedans , les Etats-Unis sont religieux, comme le Royaume Uni ou Israël. Non se qui pose problème ce sont les gouvernants incapables et ignorants qui pensent que le pays peut se satisfaire des slogans creux et des boucs émissaires responsables de tout, sauf des milliards de dollars des hydrocarbures qu’ils engrangent sans partage.

                Nous sommes dans un monde qui avance trop vite les retardataires auront beaucoup de mal à s’ accrocher aux wagons.

                Votre article doit être pris comme un cri d’alarme aux jeunes arabo-musulmans afin qu’ils ouvrent les yeux sur le réel. 


                • Constant danslayreur 9 novembre 2012 12:32

                  « Votre article doit être pris comme un cri d’alarme aux jeunes arabo-musulmans afin qu’ils ouvrent les yeux sur le réel. » smiley Merci du conseil, on vous appellera

                  Un billet qui plait à Jonas grand fan des arabo-musulmans devant l’éternel tu m’étonnes...

                  Alors voyons voir ce que dit le chercheur :
                   
                  Pas de recherche dans le monde arabe par contre moi je cherche depuis 23 ans excusez du peu….

                  Je suis par ailleurs très modeste et je continue à apprendre figurez-vous si si même si je reste très humble, en fait aucun mérite hein… c’est juste ma volonté (oui j’ai beaucoup de volonté aussi), d’accéder à la connaissance qui fait que n’est-ce pas, contrairement au monde arabe (bref c’est moi qui suis l’exception si vous voulez tout savoir), mais bon je veux accabler personne hein… Et puis le clou :

                  « La recherche est l’élément le plus important pour la prospérité nationale, mais le monde arabe en général a ignoré cet aspect depuis de nombreux siècles. »

                  De nombreux siècles, le monde arabe… voyez-vous ça et il vous a fallu 23 ans de recherches pour trouver ça tout seul comme un grand ? Allez lire un peu ce que disait Kawakibi sur le sujet avant de venir vous caresser le nombril quitte à ce que ça se fasse au détriment de tous les vôtres.

                  Crétin


                • Jonas 9 novembre 2012 16:42

                  @ constant danslayreur.


                  Nader ne méconnaît nullement les grandes figures du monde arabe avant le XIIe siècle, Al Khawarizmi,-Ahmed al-Burini-Ibn Sîna- Ibn Ruchd - Al-Kindi - Ibn Al-Haytham- Ibn Khaldun etc. Il constate ce qui se passe aujourd’hui dans tous les pays arabo-musulmans..
                  Jetez un coup d’oeil sur le classement des Universités et le nombre de Prix Nobel pour les 57 pays arabo-musulmans.
                  Vous pouvez refuser de regarder la réalité, mais cette réalité explose à la figure. Quelle invention, quelle recherche, quelle innovation sont venues des pays arabo-musulmans depuis la chape de plomb de la fin du XIIe siècle ?
                  .

                • Constant danslayreur 9 novembre 2012 17:41

                  Jonas, parce que vous croyez que j’ai envie de discuter de ça avec vous ? Et c’est moi le croyant...

                  Ce que je dis et maintiens c’est que des comme l’auteur, des post-grad dans un quelconque sous labo attendant depuis 23 ans que leur thèse soit enfin discutée pour qu’ils aient un titre et deux sous de plus dans leur boulot principal d’enseignant ou d’assistant à l’université il y en a des millions dans le monde Arabe.

                  Que sait-il de la recherche dans le monde Arabe pour venir d’au dessus de la mêlée lancer des décrets, juger et snober tout en vantant la sienne propre de situation et les siens propres de mérite.
                  L’Arabe pas comme les autres quand il s’adresse à un public essentiellement occidental, ça me sort par les trous du nez c’est tout.

                  J’ai deux docteurs d’État et deux troisièmes cycles dans la très proche famille, ses jugements il peut en faire un cataplasme qu’il pourra volontiers partager avec vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nader Haddad

Nader Haddad
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès