Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le masque de la rupture conventionnelle

Le masque de la rupture conventionnelle

Le gouvernement vient de faire voter son projet de loi sur les retraites des dispositions comportant un volet destiné à faciliter l’embauche des vieux. C’est très sympathique. Les seniors qui se laisseront aller à la beauté du geste risquent bien d’en avoir pour leur argent. Mais le gouvernement aussi.

En effet, ce dernier, comme tout le monde – mais sûrement avant les autres – a dû prendre connaissance du dernier avatar de la rupture conventionnelle publié par l’UNEDIC : les seniors ayant accepté une rupture conventionnelle représentent le plus fort contingent d’entrées en assurances chômage durant le premier trimestre 2010.

> Ce qui veut dire que la rupture conventionnelle est efficace et remplit le rôle que le Medef lui demandait de tenir : elle est une autre forme d’entrée en pré-retraite.

Forme déguisée, s’entend.

La rupture conventionnelle, nouvel outil de gestion dans l’entreprise depuis la loi de modernisation du travail de juin 2008, plus hypocrite encore que les autres méthodes de ruptures du contrat de travail (faux licenciements) qu’elle était censée venir adoucir n’a pas fini de défier les lois de l’hypocrisie.

Instaurée pour « pacifier » le contrat de travail, la rupture conventionnelle avait dans la tête de ses concepteurs un rôle à jouer pour contourner les dispositions liées aux licenciements économiques. Voilà qui est chose faite, peu important que la liberté du consentement du salarié ait été brusquée.

Que les employeurs dorment tranquilles : l’âge de la retraite étant repoussé à 62 ans, les cotisations sociales et l’impôt liés à l’indemnité de rupture conventionnelle seront repoussés d’autant ! Et donc, le succès de la rupture conventionnelle, cheval de Troie des pré-retraites, ira grandissant. Merci qui ?

Ce qui n’empêche : les masques tombent.

La rupture conventionnelle : un outil pervers à rayer du catalogue des petits manipulateurs, par la prochaine législature. 

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • JL JL 23 septembre 2010 10:17

    Bonjopur, vous écrivez : « Que les employeurs dorment tranquilles : l’âge de la retraite étant repoussé à 62 ans, les cotisations sociales et l’impôt liés à l’indemnité de rupture conventionnelle seront repoussés d’autant ! »

    Vous pourriez développer, svp ?


    • UltraLord 24 septembre 2010 09:33

      « La rupture conventionnelle : un outil pervers à rayer du catalogue des petits manipulateurs, par la prochaine législature. »

      Si vous présentez des effets pervers de cet outil, pour ma part, je dirai alors un outil à réforme, ou à adapter.

      Pour ma part, j’ai pu bénéficier d’une rupture conventionnelle. Mon employeur n’avait ni l’honnêteté ni le courage de se séparer de moi, malgré une volonté manifeste. Pour ma part, je ne souhaitait pas démissionner, car j’estimais que dans la mesure où mon départ arrangeait mon employeur, il devait aussi faire partie de la décision.

      Bref, la rupture conventionnelle était dans mon cas la bonne solution intermédiaire entre le licenciement et la démission.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès