Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le MEDEF... 1er assisté de France

Le MEDEF... 1er assisté de France

Au moment où les Français se préparent à défendre becs et ongles leur système de Retraite, on apprend, par le Conseil des Prélèvements Obligatoire, que les entreprises de ce pays bénéficient bon an mal an entre 175 Md€ et 200 Mds€ en niches fiscales et sociales. Cette information n’a été commentée par aucun grands médias de ce pays, le sauvetage des mineurs colombiens ou du malheureux spéléo français occupaient tout l’espace, circulez y a rien à voir. Il faut sauver la retraite en travaillant plus longtemps...

Bien entendu, ce cadeau fait au MEDEF, aggrave notre déficit, pire, il contribue à appauvrir notre système d’assurance sociale pour le plus grand bénéfice des patrons du CAC 40 en particulier et plus largement du patronat français.

Ce qui fait des du MEDEF et de ses adhérents, sans contestation, le premier assisté de France.

Madame Parisot, la patronne du MEDEF, mais aussi accessoirement, mandataire social de la BNP Paribas n’a jamais assez de mots pour expliquer que les chômeurs sont des assistés (le coût de l’indemnisation du chômage est estimé a 23 Md € !) et que les travailleurs de ce pays feraient mieux de travailler toujours plus longtemps.

Elle aurait du se taire, l’arroseur arrosée, plus assisté que le MEDEF, vous pouvez chercher vous ne trouverez pas.

Selon MM. Sarkozy, Fillon, Woerth, il vous faudra d’avantage travailler avant de partir à la retraite et d’avantage payer pour se soigner. De nombreux jeunes et post-Cinquantenaire au chômage pourront ainsi grossir la cohorte des millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté dans ce beau pays et les adhérents du MEDEF pourront continuer à placer leur argent en Suisse ou dans un quelconque « hedge funds » d’ un des nombreux paradis fiscaux à leur disposition de par le Monde.

Concrètement le rapport du conseil des prélèvements obligatoires, précise « Les dépenses fiscales applicables aux entreprises représentent plus de 35 Md € en 2010, » auxquelles il faut ajouter « Le coût global des modalités particulières de calcul de l’impôt applicables aux entreprises qui est estimé à 71,3 Md € en 2010, contre 19,5 Mds en 2005. » 

Le rapport du Conseil des Prélèvements Obligatoires, sur les niches sociales, rajoute : « Au total, le coût des niches sociales applicables aux entreprises pour l’ensemble des prélèvements sociaux s’élève à plus de 66 Md€ . »

Au total c’est donc presque 180 Md€ que les contribuables français, via Sarkozy and Co, allouent aux patrons français et en particulier aux 20 000 plus grosses entreprises ( la Loi de Paretto est encore confirmée 20% des entreprises bénéficient de 80% de la manne)

Le rapport insiste, ces mesures n’ont très peu d ’efficacité au regard des objectifs qui leur sont affectés, « l’activation de le concurrence et la création d’emplois »

C’est de l’argent, non pas jeté par les fenêtres mais directement dans la poche des adhérents du MEDEF.

Ils l’ont bien mérité... le nombre de chômeurs bat des records, le tissus industriel français se liquéfie, notre balance du commerce extérieur atteint des déficits abyssaux et pire encore si l’on en croit les statistiques douanières les données sur les échanges des produits français ( classification CPF 4) montrent que sur 275 classes de produits échangés avec nos partenaires mondiaux, 75 % sont déficitaires. Ca fait trente ans que le patronat réclame moins de charges pour être compétitif, voilà le résultat !

Pour le coup le manque à gagner pour l’État et le manque à gagner pour les organismes sociaux se sont accru considérablement plus particulièrement entre 2005 et 2010.

L’argument de Sarkozy « il n’y a pas d’argent pour financer le déficit de la sécurité Sociale » (affiché cette année à un peu plus de 20 Md€ principalement pour la Retraite et la Maladie) prend une ampleur tragi-comique. La cours des comptes concède volontiers que plus de la moité de ce déficit est du aux conséquences de la crise financière et... à la croissances du coût des niches.

De l’argent on s’aperçoit qu’il y en a et même de trop, mais il sert à faire des cadeaux mirobolants au MEDEF, comme il y en fut pour sauver les grands actionnaires des banques.

Ces cadeaux bénéficient en particulier aux grands groupes du CAC dont les dirigeant font partis du cercle intime des amis de la « nuit du Fouquet’s » précisément MM Desmaret et Frêre (les deux compères sont les principaux actionnaires de TOTAL, GDF Suez, Lafarge, BNP, Sanofi Emerys, Pernod Ricard ) M.Arnault, première fortune de France, Bouygues, Bolloré... et les autres...

Sarkozy and Co illustrent bien le vieil adage « si dans votre boite à outils vous n’avez qu’un marteau, alors tous vos problèmes se résument à un problème de clous ! » Le marteau c’est le profit, les clous c’est nous, c’est à dire l’ensemble des français moins les 2500 oligarques de la nomenclatura du MEDEF qui bénéficient des gros chèques du Trésor grâce au bouclier fiscal !

Tous les économistes sérieux vous diront que la seule façon durable de régler le problème des Retraites et d’ajuster les taux de cotisation en fonction du ratio cotisants/retraités et non pas par les mesures d’ages. Les syndicats sont d’accords mais le MEDEF s’y refuse : pas question de rogner sur les profits surtout que depuis 30 ans, ils ont réussi à capter 10 points de PIB en leur faveur et voilà que Sarkozy les bichonnent pas question donc de payer. D’ailleurs à ce train là, la faillite organisée du Système de santé permettra aux Assurances privé de rafler la mise.

Alors demain en allant manifester, ne culpabilisez pas. Halte au hold up de la France et des français !


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (121 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • jluc 13 octobre 2010 17:51

    "...la France est riche. Ou plutôt, la France compte beaucoup de riches : un millionnaire sur onze (en dollars) dans le monde est Français. La France serait même le troisième pays au monde par le nombre de millionnaires,..." 

    La France est riche mais pas les salariés qui produisent cette richesse !

    http://www.rue89.com/node/170597

    Global Wealth, Raport publié par le Crédit Suisse



    • frugeky 13 octobre 2010 22:39

      Fromage pour les profiteurs
      Chômage pour les travailleurs
      Wolinski


    • jluc 14 octobre 2010 10:08

      j’en ai une encore plus drôle :
      « Travaillez plus pour gagner plus » Ha, Ha, je suis plié de rire !


    • Scribouille 14 octobre 2010 12:30

      « Travaillez plus pour gagner plus » Ha, Ha, je suis plié de rire !

      En vérité il y avait un petit mot de plus, mais qui passait en mode subliminal.
      La citation complète est :
      Travailler plus pour faire gagner plus.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 14 octobre 2010 16:26

      Travailler plus pour faire gagner plus les rentiers.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 14 octobre 2010 16:27

      Travailler plus pour faire gagner plus aux rentiers.


    • plancherDesVaches 14 octobre 2010 17:23

      http://contreinfo.info/

      http://dedefensa.org/

      http://www.marianne2.fr/

      Et pour finir :

      http://www.pauljorion.com/blog/

      Lorsque chacun fera régulièrement son information sérieuse avec ses sites, là, nous aurons droit à un président qui vaudra le coup d’être élu sans avoir besoin d’enveloppes.


    • sisyphe sisyphe 13 octobre 2010 17:53

      Merci pour cet article, très instructif. 


      Je vais mettre un lien dans les articles parlant des retraites pour y renvoyer, que chacun sache où est le vrai problème du financement des retraites, et de la Sécu. 

      Merci. 

      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 octobre 2010 17:29

        Les commentaires sur cet article ressemblent à la procession/défilé des pleureuses derrière le corps d’un défunt. Le diagnostic est complet. Le prognostic est clair. On devrait en être à déterminer comment changer la gouvernance actuelle et par quoi la remplacer. 


        Si personne ne propose VITE une solution, ni n’a le courage de mettre en place les forces pour l’appliquer, chacun verra le système comme un ennemi et s’y opposera à sa façon avec les moyens ENORMES dont chaque individu dispose. Ce sera l’anarchie. L’insurrection qui vient.




      • Ronald Thatcher rienafoutiste 13 octobre 2010 18:13

        un bon coup de projecteur sur cette entité téléguidant le sarkozisme qui dévore notre système social comme un rat, jour après jour...


        • foufouille foufouille 13 octobre 2010 18:16

          elle bonne celle la !


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 13 octobre 2010 18:20

            Bonjour et bravo,

            la France compte pas moins de 2,2 millions de millionnaires, soit 9% du total mondial : c’est moins que les Etats-Unis et le Japon, mais plus que les autres pays d’Europe. La France a le quart des riches d’Europe 1 million de $ = 720000 € , or l’Impôt sur la Fortune (ISF) débute à 790000 € et 539000 personnes le payent donc il y a 1.660.000 personnes dont le patrimoine est entre 720 et 790.000 € 

            Mais il y en aurait 4 fois plus qui refusent de faire des économies sous des prétextes fallacieux, tel qu’être en dessous du seuil de pauvreté.  13% de la population française (8 millions) dispose de moins de 949 euros par mois pour vivre.


            Sources diverses


            • Proudhon Proudhon 13 octobre 2010 18:26

              Le problème c’est que cela dure depuis si longtemps que tous le monde ou presque trouve ça normal, de faire des cadeaux aux entreprises.
              L’escroquerie qui dit que celàcrée de l’emploi marche àplein tube dans ce pays de moutons qu’est devenue la France.

              Je fais le pari que demain, je raconte ça au boulot, a part deux trois, les autres vont me regarder comme un extra-terrestre. Parce que àl’heure actuel c’est mal vu d’ouvrir sa gueule, on passe pour un emmerdeur. Ben ouai, on explique aux trous du culs qu’ils se font baiser àlongueur de temps, ils aiment pas, les trous du cul qu’on explique leur sodomie journalière pratiquée par les notables.

              Pauvre France
              Plus le pays de mon enfance...


              • Superyoyo 14 octobre 2010 13:21

                Oui, c’est désespérant, il y a des irréductibles qui ne se laissent convaincre par aucun argument, aussi frappant soit-il


              • Login Login 13 octobre 2010 18:51

                    Que tout entreprise paye un impôt directement proportionnel aux chiffre d’affaires qu’elle
                    réalise sur le territoire. Il est trop facile de délocaliser ses bénéfices et de les manipuler).

                  
                  

                • Croa Croa 13 octobre 2010 22:44

                  Il faudrait aussi faire cotiser les entreprises à la sécu, au chômage, à la retraite, etc...

                  Car pour le moment elles cotisent virtuellement ! Seule la masse salariale est prise en compte. Cela signifie que ces sommes sont incluses dans le coût du travail salarié. Cela signifie aussi que ce sont les travailleurs qui financent tout avec leur travail, part « patronale » comprise !

                  Conséquence induite, lorsqu’une entreprise se débarrasse d’une partie de ses salariés, elle se débarrasse aussi d’une partie de ses obligations sociales !

                  Si les entreprises cotisaient vraiment, sur leurs bénéfices donc, nous n’aurions plus de problèmes pour couvrir les besoins sociaux ! smiley


                • Defrance Defrance 13 octobre 2010 23:46

                  Vous oubliez un DÉTAIL : le gouvernement prend un peu a ceux qui ont BEUCOUP trop, qui va remplir les enveloppe Kraft ?


                • epapel epapel 14 octobre 2010 16:21

                  Un impôt sur le chiffre d’affaire est impossible à mettre en œuvre :
                  - comment savoir si le pourcentage prélevé est inférieur ou supérieur aux bénéfices
                  - ça accélérait la faillite des entreprises déjà en perte
                  - au bout de plusieurs intermédiaires dans une chaîne le prix à payer ne contiendrait plus que des impôts, car ceux-ci ne manqueraient d’être répercutés dans le prix

                  Un bon moyen d’augmenter les impôts pour les entreprises délocalisées sans toucher les entreprises nationales, c’est de transférer les charges sociales de l’entreprise vers le consommateur en introduisant une TVA sociale, ainsi :
                  - globalement le prix des produits fabriqués en France resteraient au même niveau tandis que les produits fabriqués à l’étranger seraient augmentés de la TVA sociale
                  - le coût des produits des entreprises employant beaucoup de main-d’œuvre en France baisserait ce qui permettrait d’augmenter les salaires et/ou d’embaucher plus et/ou de baisser les prix.
                  - on pourrait moduler la TVA sociale - comme l’autre - en fonction des produits pour favoriser un secteur et/ou une catégorie de consommateurs en fonction des besoins

                  Pourtant les syndicats et les partis de gauche sont contre par idéologie au motif qu’un impôt proportionnel est injuste, alors que bizarrement ils ne critiquent pas les charges sociales qui sont proportionnelles et incitent les patrons à avoir le moins de salariés possible. 

                  Un autre moyen de rétablir l’équilibre entre entreprises nationales et délocalisées est de transférer les charges sociales de l’entreprise vers le contribuable au moyen de la CSG :
                  - le prix des produits français baisserait ce qui compenserait la perte due à l’impôt supplémentaire mais pas celui des produits délocalisés
                  - il serait possible d’introduire la progressivité dans la CSG comme pour un impôt normal
                  - les entreprises à forte main d’œuvre française seraient plus avantagées que les autres

                  L’inconvénient de la méthode CSG - qui est prônée par le PS - c’est qu’elle ne permet pas pas la modulation entre les secteurs d’activité.

                  L’avantage des deux méthodes c’est qu’elles ne nécessitent pas ou peu de concertation entre les partenaires sociaux pour rétablir les comptes en cas de déséquilibre.

                  De mon point de vue le plus malin serait de panacher les deux méthodes puisqu’elles ont des avantages complémentaires. Et ça serait très facile à mettre en œuvre car les mécanismes existent à condition toutefois de le faire progressivement et de ne couvrir que les dépenses de santé qui n’ont rien à voir avec le fonctionnement des entreprises mais tout avec le citoyen-consommateur en particulier retraité.


                • liberta 13 octobre 2010 19:21


                  Après avoir lu ici :

                  http://www.liberation.fr/economie/01012294811-ces-niches-fiscales-aux-entreprises-pas-toujours-efficaces

                  je pense que les citoyens ne sont pas près d’abandonner les manifs !!!!


                  • slipenfer 13 octobre 2010 20:09

                    bon article merci
                    On sait a qui nous avons affaire,des voleurs qui créent des lois pour légaliser leurs pillages.
                    La décomposition de l ’état dégage une bonne odeur de soufre.
                    Faisandé a souhait
                    et monsieur prendra ?


                    • sleeping-zombie 13 octobre 2010 20:32

                      Hello, juste 2 remarques
                      -joli graphique, il représente quoi ?
                      -c’est quoi un Md€ ? millier, million ou milliard ? millier ça me semble un peu faible mais entre les deux derniers..


                      • fsald fsald 13 octobre 2010 21:10

                        Le graphique était l’illustration d’un ancien article que j’avais rédigé, il y a du avoir erreur de manip l’image que je voulais mettre était un dessin de Decressac qui faisait la une de « La Mêche » et représentant Mme Parisot entrain d’allumer un bâton de dynamite prête à le lancer sur les manifestants smiley
                        Pour Md € c’est bien sur pour Milliard d’€uros


                      • Croa Croa 13 octobre 2010 22:58

                        Md€ tout le monde comprend qu’il s’agit d’une abréviation de Milliard d’euros. La véritable abréviation est G€... mais certaines gens ne comprennent pas !

                        L’usage de Md€ pour milliard dans un texte de vulgarisation est donc très recommandé. L’auteur a donc raison de s’en servir !

                        Il ne faut surtout pas utiliser M€ pour milliard car ça correspond à Million, ce point ne se discutant pas !


                      • slipenfer 13 octobre 2010 20:48

                        @ sliping-zombie

                        Le déficit de la Sécurité sociale : 21,4 milliards d’euros donc Md€ = milliards

                        a+


                        • pastori 13 octobre 2010 21:10

                          Normal tout ça. ils sont tous au medef et autres syndicats professionnels, les patrons.


                          la lutte des classes n’a jamais cessé pour eux. pour leur classe ! et ils gagnent parce qu’ils sont solidaires et puissants, grâce à l’appui des pauvres gens intoxiqués par les médias.

                          pourtant moins nombreux que les salariés ! mais les salariés eux, dès qu’ils essayent de se défendre avec leurs faibles moyens (grèves..encore que sanctionnés par les leurs patrons, manifs ) sont vilipendés déjà par leurs propres collègues salariés qui répètent bêtement ce que leur souffle le pouvoir par lavement de cerveau.

                          ainsi, sur Agoravox, les plus virulents contre les syndicats et les manifestations ou les grèves, ce sont justement les plus modestes, justement ceux pour qui les grévistes se battent.

                          par contre, ils ne refusent jamais les avantages obtenus par les luttes !

                          et le pouvoir ce sert de ça.

                          va comprendre !



                          • zvalief 13 octobre 2010 22:30

                            « grâce à l’appui des pauvres gens intoxiqués par les médias », je dirais pas toujours, certe une partie de l’explication est l’exaltation de l’individualisme distribuée à dose massive par les médias (qui appartiennent pour la plus aux Lagardère, Bouygues et Dassault), mais il y a tous les emplois précaires (12% des salariés), comme vous le disiez dans l’article Retraites : la place des jeunes..., qui ne peuvent pas se permettrent de l’ouvrir sans perdre leurs emplois.
                            mêmes les salariés qui ont un emploi stable hésite à s’engager, je vois dans ma boîte, la majorité des gens approuve et soutient l’action des syndicats, mais très peu s’engagent, d’une part à cause du chantage à l’emploi et de la peur installé par 2 restructurations (avec licenciements) en moins de 10 ans alors que l’entreprise est largement bénéficiaire, et d’autre part à cause du traitement réservé aux syndiqué, quand on voit le copain obtenir aucun avancement plusieurs années de suite alors qu’il fait le même boulot, les mêmes efforts, je peux comprendre que ça fasse hésiter.


                          • Arafel Arafel 17 octobre 2010 23:19

                            Je connaissais quelqu’un qui au moment ou son entreprise était en greve, m’a dit ceci : « je vais bosser, parce que s’ils obtiennent j’aurais aussi et s’ils n’obtiennent pas, je serais bien vu du directeur ».
                            Et je me demande combien il y en a des gens comme ça.


                          • herbe herbe 13 octobre 2010 21:32

                            Merci !

                            Encore une illustration du « celui qui le dit qui l’est » en matière de défaut ou de vice présumé de l’autre.

                            Assisté ! Toi même !


                            • BA 13 octobre 2010 21:54

                              Les grévistes dans les raffineries pourraient jouer un rôle central dans le mouvement social contre la réforme des retraites avec un durcissement de leurs actions qui rend réel le risque de pénurie de carburant.

                              Huit des douze raffineries françaises, dont les six du groupe Total, étaient en grève mercredi, au lendemain d’une première journée nationale de grèves reconductibles. « On va vers un durcissement du mouvement », a déclaré un responsable CGT du secteur des raffineries.

                              Tandis que le mouvement semble s’essouffler dans d’autres secteurs, il se renforce dans les raffineries, qui pourraient assumer le rôle joué par les transports publics en 1995.

                              http://www.lepoint.fr/economie/retraites-le-mouvement-se-durcit-dans-les-raffineries-13-10-2010-1248656_28.php

                              Sur le site internet BELLACIAO, un internaute prénommé Tristan vient d’avoir une excellente idée. Je recopie son message :

                              « Faisons preuve de créativité pour faire tomber ce gouvernement répugnant.

                              Par exemple : Pour rendre efficace l’action de nos camarades qui bloquent les raffineries.

                              Remplissons au maximum nos réservoirs auto et moto, passons le message pour faire boule de neige et vider légalement les stations services le plus tôt possible.

                              Tristan. »


                              • epapel epapel 14 octobre 2010 17:14

                                Et qui sera pénalisé par les pénuries de carburant : tout le monde et en particulier les travailleurs qui ont besoin de leur voiture pour aller au boulot, et aussi tous ceux qui vont manifester.

                                En revanche, Sarkozy et toute sa clique, ça ne les concernent pas vu qu’ils ont à leur disposition les moyens de l’Etat.

                                Je pense au contraire que bloquer le pays ne peut que se retourner contre ceux qui bloquent et démolir le mouvement social, c’est ce qu’escompte le gouvernement parce qu’en fait il lui est très facile de contourner le problème en demandant aux compagnies pétrolières d’importer du carburant ou plus simplement en tapant dans les stock stratégiques (3 mois de consommation). C’est comme pour la Corse, il n’y a rien qui dit que les bateaux doivent partir du port de Marseille pour la ravitailler, ils peuvent très bien venir d’Italie c’est plus prêt donc c’est moins cher.

                                Si la pénurie de carburant se produit effectivement c’est que le gouvernement parie que la radicalisation du mouvement lui sera bénéfique.


                              • kemilein 13 octobre 2010 22:15

                                vos sources s’il vous plait ?
                                quelle niche fiscale à quelle hauteur ?

                                je veux le document !! *bave* a produire (montrer) aux politiques, ca pourrait les aider notamment en 2012 (la fin du monde tout le monde le sait)


                                • kemilein 13 octobre 2010 23:29

                                  un grand merci
                                  (le lien ne mene sur rien meme en supprimant le http...
                                  mais j’ai retrouvé votre page)

                                  http://www.ccomptes.fr/fr/CPO/Accueil.html


                                • emile wolf 13 octobre 2010 22:20

                                  Très bon article !

                                  Réjouissez-vous braves gens !

                                  Après les 172 milliards de niches fiscales et sociales prévus pour 2010 sur les budgets cumulés de la sécu et de l’état lequel envisage un déficit de 152 milliards d’euros depuis le dernier le rectificatif de la loi de finances du 7 juin 2010. Encore une bonne nouvelle ! 

                                  Après la réforme des retraites et de l’assurance maladie, dans le cadre de la poursuite des dispositifs dérogatoires , afin de soulager davantage les entreprises de ces charges sociales encore trop lourdes qui les pénalisent le Conseil des prélèvements obligatoires nous confie un secret :

                                  Ne le répétez à personne, mais le projet de loi de finances de la Sécurité Sociale pour 2011 prévoit de « réajuster l’allègement des charges en faveur des bas salaires sur sa cible » et d’abaisser les charges sociales pour les entreprises de 2,2 milliards d’euros supplémentaires. (Par bas salaires il s’agit de ceux allant du smic 1,343,80€ à 1612,56€)

                                  Selon une estimation retenue par une étude DGTPE -DARES en 2008 la sauvegarde et la création de 800.000 emplois à bas-salaires (jusqu’à 1,6 smic) auraient coûté 22,6 milliards soit 28.250 € annuels par emploi ! Pour mémoire le smic était de 1280 mensuels, c’est-à dire, que ces 800.000 emplois représentaient des travailleurs payés entre 1280 et 2050 € mensuels ou plutôt entre 15.360 et 24.600.€ annuels. Je vous laisse le soin d’estimer le profit des entreprises réalisés avec ce seul dispositif dérogatoire sur les cotisations sociales. Pour les apoplexiques je vous épargnerais le reste.

                                  La DGTPE est la direction générale du trésor et de la politique économique (Ministère du Budget ). La DARES est la direction de l’animation et de la recherche des études statisitques (Ministère du Travail).

                                  Vu l’efficacité des mesures dérogatoires fiscales et sociales, le chômage de catégorie 1 a augmenté de 34,7% en France depuis janvier 2008 selon Eurostat. représentant 500.000 demandeurs d’emploi supplémentaires dans cette catégorie.


                                  • Jean-Pierre Lovichi Jean-Pierre Lovichi 13 octobre 2010 22:25

                                    Effectivement, je n’avais pas vu l’info !
                                    Merci !
                                    Encore une fois, la première réforme qu’il faudrait mener dans ce pays, c’est la réforme fiscale !
                                    une vraie réforme qui fasse table rase et construise un système à la fois efficace parce que facilitant réellement la création d’emploi et juste parce que bien réparti sur la population et non centré sur les seules classes moyennes et leur salaire.

                                    Ou la consommation avec la TVA dont personne ne peut contester le caractère particulièrement injuste.


                                    • epapel epapel 14 octobre 2010 17:33

                                      Il y a quand même les libéraux contestent ça, donc ce n’est pas personne.

                                      Blague à part, la TVA étant l’impôt le plus efficace et impossible à contourner, je vois pas comment un Etat moderne pourrait s’en passer. On peut moduler son niveau en la baissant mais certainement pas la supprimer, d’autant plus que les déficits de l’Etat sont stratosphériques. Et on pourrait rendre la TVA plus juste en réintroduisant une catégorie produits de luxe non pas basée sur la nature ou la valeur du produit mais sur le niveau social à qui il est adressé (voiture haut de gamme, villa de luxe, bateau de plaisance, etc...), bon je sais ce n’est pas pour demain.

                                      Mais ce qu’il faudrait déjà faire, c’est supprimer les moyens de contourner les impôts dits « justes » et réintroduire ceux qui avaient été supprimés pour faire plaisir à tout le monde (la taxation des héritages par exemple) c’est à dire en donnant un petit quelque chose aux moins aisés afin de donner beaucoup aux plus riches.


                                    • pirkiller pirkiller 15 octobre 2010 14:40

                                      @epapel.

                                      Bonjour,

                                      Je ne pense pas personnellement qu’il existe des impôts « juste » ou « injustes ».

                                      Le terme le plus approprié à mon sens serait « justifié » ou « non justifié ».

                                      La nuance est que pour le mot « juste » est plus d’ordre moral alors que ’justifié" est plus pragmatique.

                                      Pour rester dans la pragmatisme :

                                      Nous sommes les champions du monde des taxes ou l’on y comprend plus rien.

                                      Je ne roule pas personnellement sur l’or, mais j’aimerai après avoir payé tout un tas d’impots sur l’impot sur l’impot , que le peu qu’il me reste à la fin de mes jours parvienne en totalité à mes enfants et ne soit pas dilapidé ou utilisé à d’autres fins par nos chers gouvernements ( pour les exemples de gaspillages cf : la cour des comptes ...).

                                      Pour une personne ayant construit de ses propres mains pendant plusieurs années(weekend et jours fériés) sa propre maison ça fait mal au c.. de reverser ne serait-ce qu’un cent à des irresponsables.

                                      Alors j’affirme avec force que l’impot sur les droits de succession n’est pas JUSTIFIE car il ne fait que compenser en partie la misère de certains par des richesses qui au départ sont mal redistribuées.

                                      En mettant en place l’impôt sur les successions on traite les conséquences et non les causes pour se donner bonne conscience.


                                    • frugeky 13 octobre 2010 22:43

                                      Les français ont peur du risque, ils sont risquophiles, au contraire des entrepreneurs.
                                      Le Medef.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès