Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le micro crédit solidaire, une solution à la crise ?

Le micro crédit solidaire, une solution à la crise ?

A l’heure où le crédit à la consommation se fait de plus en plus rare, le vieil adage selon lequel "les banques ne prêtent qu’aux riches" n’a jamais été aussi vrai...Pourtant des solutions existent pour favoriser l’accès des plus fragiles au crédit dans des conditions acceptables, et le micro crédit pourrait bien être l’une d’entre elles !

Parmi les effets négatifs de la crise que nous vivons, il y a en un particulièrement pervers car creusant encore les inégalités entre les citoyens, c’est le non accès au crédit pour les plus défavorisés : Comment réaliser aujourd’hui le moindre projet, créer la moindre entreprise, accéder à la consommation sans un minimum de moyens ?
 
Plus de 200 Milliards d’€ sont prêtés chaque année par les banques en France, et on estime que la majeure partie de la consommation dans notre pays se fait grâce au crédit.

Or , il devient de plus en plus difficile pour les classes moyennes ou défavorisées d’accéder à l’emprunt  !
 
Comment pallier ce problème :
 
La solution doit trouver son fondement sur plusieurs axes  :
1°) La mise en place d’un observatoire des clients potentiels les plus en difficultés permettant de répertorier la réalité de leur solvabilité de manière à ce que les banquiers puissent prêter en connaissance de cause : La création d’une centrale de prévention du surendettement pourrait apporter une partie de la réponse à cette question : Aujourd’hui la France est le seul pays à ne pas disposer d’une telle centrale.
 
En effet le coût d’une enquête permettant de vérifier la solvabilité d’un client est de l’ordre de 700 € : Vous conviendrez que pour des emprunts de 1000 ou 2000 euros, les banques n’ont aucun intérêt à prêter. La mutualisation des fichiers clients des banques serait également à étudier ( aujourd’hui il est interdit d’échanger des données sur les fichiers clients de plusieurs établissements bancaires fussent-ils du même groupe ).
 
2°) La mise en place d’un barème de taux accessibles et limitant les risques de surendettement : En France les taux sont plafonnés à 21% mais le seul fait pour un établissement bancaire de suivre le déroulement d’un crédit coûte l’équivalent de 15% du crédit par an pour un emprunt de 1000 €.
 
Il faudrait que l’état puisse définir un cadre et s’engager pour pouvoir apporter une régulation et une aide auprès des banques afin limiter l’importance des taux du microcrédit.
 
3°) Intervenir sur la publicité liée à l’utilisation des crédits à la consommation, et faire de la prévention contre le « crédit à tout prix » donc à n’importe quel prix une prioirité.
 
Il y a en France chaque année quelques 200 000 familles surendettées. 60 000 le sont délibérément.
 
Aujourd’hui 50% des crédits demandés sont refusés, mais de trop nombreuses familles sont encore victimes d’organismes de financement peu scrupuleux proposant des crédits à la consommation à des taux extrêmement élevés ou des « crédits revolving » dont le principal effet est de précipiter davantage ces familles vers le surendettement.
 
Il faut donc apporter des réponses concrètes afin de développer l’accès au mirco crédit, mais aussi apporter des garanties à ceux qui sont les plus fragiles face aux organismes bancaires.

Il serait temps que les politiques s’emparent de cette question, le Nouveau Centre y travaille actuellement, mais il ne doit pas être le seul, car le mirco crédit pourrait bien devenir, si il est correctement utilisé, l’une des réponses à donner à nos concitoyens face à la crise.

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • 9thermidor 21 février 2009 14:26


    j’ai été collaborateur de syndic de faillite

    mon expérience :

    il n’y a pas sanction réelle aux malversations financières,
    à la comptabilité mal tenue,
    aux factures impayées.

    presque tout le monde le sait et exploite à outrance cette situation.

    au Moyen Age , il y avait des foires tous les trois mois :

    celui qui ne payait pas la traite émise à la précédente était pendu devant tout le monde.

    maintenant on est obligé de se méfier de tout le monde , surtout de la Justice.

    alors que les affaires exigent la confiance pour se développer.


    • Romain Desbois 22 février 2009 11:26

      Cela fait 20 ans que je cherche à mettre un système pour prêter à O% au dela que la sphère privée. Le fisc m’a fait savoir que c’était interdit en France (il ya quinze ans de cela déjà).

      Il faut absolument courtcircuiter les banques et autres usuriers.

      J’ai aussi réfléchi à un système, inspiré du feuilleton avec David Carradine, KUNG FU, de don sous condition.

      Exemple je te donne 100 euros mais je te demande de les donner à ton tour, disons dans un délai d’un an, à quelqu’un qui en a besoin et qui devra aussi les donner plus tard à la même condition.

      C’est l’inverse de la chaine d’argent mais il parait que même dans ce sens c’est interdit quand même.

      Evidement ça ne peut marcher que sur la confiance et personne ne peut être obligé de poursuivre la chaine de don.

      On peut faire des variables comme donner 10 et demander à devoir donner 10 à 2 personnes, ou donner 10 + 1 ainsi de suite.

      Tout peut se faire de manière informelle et chacun de nous peut lancer une chaine de dons.


    • la fee viviane 21 février 2009 17:49

      le micro-crédit est appliqué depuis bien longtemps en poitou-charente, suivez-mon regard : ségolène bien sûr !! et çà marche..


      • plancherDesVaches 21 février 2009 18:18

        Hhmm...
        "et on estime que la majeure partie de la consommation dans notre pays se fait grâce au crédit."

        Non. On estime pas et c’est une vue de droite.


        • Arnes Arnes 21 février 2009 19:26

          "Il serait temps que les politiques s’emparent de cette question, le Nouveau Centre y travaille actuellement, mais il ne doit pas être le seul, car le mirco crédit pourrait bien devenir, si il est correctement utilisé, l’une des réponses à donner à nos concitoyens face à la crise. 			 		 	 "


          Non, il ne faut pas tout attendre des hommes politiques ni de l’état.

          Depuis 1989 une association : l’ ADIE crée par Maria Novaq a distribué 64200 micro credits, permettant la création de 63800 entreprises et 64200 emplois.

          Ces microcredit sont surtout distribués aux exclus (RMIstes, chomeurs,..) non sur des critères bancaires mais sur la crédibilité des projets. Une fois le crédit attribué, des bénevoles accompagnateurs épaulent les créateurs pour la réussite des projets. Le taux de réussite est excellent, mais même en cas d’échec, le fait d’avoir tenté quelque chose donne un second souffle et resocialise ces personnes.

          Ce que peuvent faire les politiques, c’est de simplifier les procédures et de rendre les administrations plus au service de ces créateurs. Il faut voir l’arrogance des fonctionnaires et la maniere compliquée d’expliquer des choses simples. Le statut de l’auto entrepreneur est un premier pas dans le bon sens, mais il faut continuer.


          • Arnes Arnes 21 février 2009 19:49

            Plusieures associations distribuent déja du microcredit ; parmi elles, l’ ADIE fondée par Maria Novaq a depuis 1989 distribué 63800 microcredits, créant 53500 entreprises et 64200 emplois.

            Les crédits sont attribués rapidement, non sur des critères bancaires, mais sur la crédibilité des projets ; ensuite, tout un réseau de bénévoles accompagnent ces créateurs pour la réussite des projets. le taux de réussite est excellent, mais même en cas d’echec, le fait d’avoir tenté quelque chose redonne un second souffle à ces personnes.

            Les politiques pourraient simplifier les procédures et humaniser les administrations qui par leur comportement hautain et compliqué est le principal obstacle pour ces créateurs un peu fragiles. le statut de l’auto entrepreneur est un premier pas positif, mais il reste du chemin.


            • plancherDesVaches 21 février 2009 21:47

              L’ADIE distribue des crédits à 6,72 % (dernier chiffre à ma connaissance mais qui remonte à loin) et veut un GARANT.
              Dans ces conditions, on comprend.
              Macreaux crédit, laissez le passage.


            • plancherDesVaches 21 février 2009 21:49

              Vous avez pensez maquereaux... ?
              Eux, au moins, ont une moralité.


            • Romain Desbois 22 février 2009 11:07

              Il ya aussi l’association CRESUS qui fait aussi du bon boulot


            • souklaye souklaye 23 février 2009 11:16

               es circonstances atténuantes et la gueule de bois post Obamania nous enseignent que le statu quo semble le seul avenir envisageable, les gesticulations stéréotypées des experts et des charlatans masquent la panique générale.

              Les médias, eux, sont toujours dans la phase du flirt avec la gravure de mode d’ébène (munie de l’option politicien) et d’édito en édito ils esquissent La question : qui mettra la langue en premier ?

              Les administrés Américains, ou non, du nouveau chef du monde libre – maître du monde, ce n’est plus à la mode – n’ont pas choisi entre le flagrant délit de masochisme et le fanatisme silencieux comme modèle de gouvernance.

              Le G20, le G4, le G7, les 5G, les nationalisations miraculeuses, les recapitalisations hasardeuses, l’aide humanitaire ou le paquet social et l’empathie solennelle des soirs d’allocution voudraient nous faire croire que le temps d’une réunion au sommet, les États ont repris la main sur le marché.

              http://souklaye.wordpress.com/2009/02/22/preference-mondiale-et-residence-nationale/


              • Anne 23 février 2009 16:00

                On savait déjà que le Nouveau Centre, tout en étant dans la majorité présidentielle, défend des valeurs humanistes (non au fichier Edwige, non passe Navigo, etc.), mais là "Chapeau" !
                Le dossier du développement du micro-crédit concerne chacun de nous. Car n’oublions pas que chacun de nous est, peut ou sera peut-être touché par la crise ! Avancer ensemble sans laisser personne sur le bord du chemin, voilà une politique qui me convient !


                • Bigre Bigre 23 février 2009 16:58

                  Sur la page
                  http://www.scribd.com/doc/11452701/Etat-quastu-fait-de-notre-monnaie
                  on peut télécharger le livre "Etat, qu’as-tu fait de notre monnaie ?"
                  en pdf.

                  La lecture en est fort plaisante et fort instructive.

                  Les banquiers seraient fort mal avisés de preter maintenant, juste avant une dévaluation forte. Le USD va plonger, selon http://www.leap2020.eu/, je ne vois pas comment l’euro y échapperait totalement. Preter de l’euro lourd et récupérer de l’euro léger ? Ils ont fait les calculs avant vous !

                  Bigre




                  • patrick61 15 janvier 2014 14:18

                    Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’argent va avec l’argent et que les plus démunis continuent de tirer la langue pendant des années...

                    Je trouve ce micro crédit solidaire fort intéressant et comme il est indiqué sur un site de rachat de credit heureusement qu’il existe encore en France des solutions pour la classe moyenne et pour les plus démunis.

                    • Gaudac 27 janvier 2014 19:26

                      Je pense que le micro crédit n’est pas du tout une solution ! La France ne va pas faire la même erreurs que les Américains j’espère ! Bref moi je reste avec mon courtier pret lyon qui est fidèle :) 


                      Merci 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès