Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le monde au bord du cataclysme financier en 4 arguments

Le monde au bord du cataclysme financier en 4 arguments

Comprendre les raisons de la future explosion financière est assez malaisé. En effet, les causes de celles-ci ne sont pas indépendantes, elles peuvent, se renforcer mutuellement, être concomitantes ou liées par une relation de causalité. Dans ce billet, j’essaierai donc d’adopter une démarche de déduction logique dans la mesure du possible.

Cette crise présente des similarités importantes avec celle de 1929, il me semble donc important d’en résumer les causes. Il est communément admis que le krach boursier de 1929 résulte d’une déconnexion totale entre des cours de bourse record et une économie en début de déclin : entre 1921 et 1929, la production industrielle augmentait de 50% alors que les cours de la bourse de New York augmentaient de 300%. Il y a donc deux éléments en jeu : les cours de bourse (nouveau système d’achat d’actions à crédit, intervention de la FED pour faire baisser les taux d’intérêt )et l’économie réelle qui entrait en crise du fait d’une augmentation drastique des inégalités (JK Galbraith). Cause hybride, la baisse de la production industrielle (baisse de 7% de la production automobile entre mai et octobre 1929) résulte de l’atonie de la demande (inégalités) et d’un sous-investissement lié justement à l’accaparement des capitaux par la bourse. Passons maintenant à l’analyse de la situation actuelle.

 

1/ L’explosion boursière mènera aux faillites bancaires

L’origine du cataclysme pourrait une nouvelle fois trouver son essence dans l’éclatement de la bulle boursière. Cette bulle consiste en une déconnexion entre les cours de bourse et la réalité économique.

En France, le cours du CAC 40 est revenu à son niveau d’août 2008 juste avant la faillite de Lehman. Notons qu’entre mars 2009 (point le plus bas du CAC 40) aujourd’hui, le cours du CAC 40 a progressé de 74,39% alors que la croissance française était sur la même période de…0,18% ! Le taux de chômage est passé de 9,1% à 10,8% et le revenu médian disponible a reculé (2009 à 2011) (ce qui démontre une augmentation des inégalités).

Aux Etats-Unis, le cours du Dow Jones se maintient à un niveau de record historique (16295 points le 24 février) plus haut de 2000 points que son précédent record atteint en octobre 2007… avant l’explosion de la bulle des subprimes ! Même si l’économie américaine semble en apparence dans une meilleure dynamique que l’économie française, un plus haut historique semble totalement injustifiée (46 millions de personnes survivent grâce à des bons alimentaires, et ce chiffre augmente régulièrement depuis 4 ans). La question en or est : « pourquoi donc les bourses augmentent-elles ? », j’aborderai ce point dans la partie planche à billets des états. Ce qui nous permettra d’envisager une première cause possible du Krach à venir.

La croissance exponentielle des produits dérivés constitue l’autre versant du risque boursier. Rappelons pour commencer que la crise de 2008 a été déclenchée par des pertes massives sur des CDO qui étaient des produits dérivés. En octobre 2013, la valeur notionnelle totale des CDO s’élevait à 693 000 milliards de dollars, soit environ 10 fois le PIB mondial ! Ces produits dérivés constituent une bombe à retardement : leur complexité peut dissimuler un risque majeur que les clients ignorent (subprimes) ou un facteur extérieur (ex : défaut d’un état) mènera à une vente massive de ces titres provoquant des pertes titanesques pour les banques.

 

2/ Le risque bancaire

La presse évoque souvent le besoin de capitalisation des banques. Par exemple, selon un rapport de l’OCDE, le Crédit Agricole serait sous-capitalisé à hauteur de 31,5 milliards d’euros. On ne peut pas comprendre la gravité de cette situation, si on ne la lie pas avec le risque boursier analysé dans le paragraphe précédent. En effet, les banques sont massivement engagées sur des titres risqués (produits dérivés, obligations d’états ultra endettés…). C’est pour cette raison que le Comité de Bâle a exigé un relèvement du ratio de fonds propres.

Pourtant les banques continuent à présenter des effets de levier monstrueux, et les banques françaises tiennent le haut du pavé, le CA monte sur la première marche du podium avec un effet de levier de 85, suivent la Deutsche Bank (55) et Mizuho FG (47) une banque japonaise. La SG (36) est 4ème et la BNP (31) 11ème. Autrement dit, les fonds propres du CA sont égaux à 1,18% de ses actifs, Deutsche Bank 1,81%...

Ce qui veut dire qu’en cas d’explosion de bulle qui risque fort d’arriver vu le niveau des cours des actions et des encours de produits dérivés, les banques se retrouveront en insolvabilité et feront faillite. Heureusement, il y a les états me direz-vous ?

 

3/ La bulle des dettes souveraines

Lorsque les banques seront en situation de quasi-faillite, les besoins financiers seront de 654 mds € pour le Japon, 531 mds € pour les Etats-Unis et 492 mds € pour la France. Or ces pays sont déjà massivement endettés auprès des banques suite à leur intervention dans ces mêmes banques en 2008 (le serpent se mord la queue) et aux dépenses de relance.

Les Etats-Unis pourraient probablement recapitaliser ses banques (5% du PIB), le Japon serait déjà plus en difficulté (15,5% du PIB) mais la France devrait réunir l’équivalent de presque 25% du PIB ! La BCE étant indépendante, la France devrait faire appel au marché pour financer cette explosion de dettes, ce qui est peu réaliste compte tenu de l’endettement actuel de la France (90% du PIB).

Notons par ailleurs que tous les pays occidentaux sont déjà très largement endettés  : Japon (226% du PIB), Grèce (152%), Italie (120%), Belgique (98%), Etats-Unis (95%), France (92%), ce qui pose un problème intrinsèque de bulle des dettes souveraines, puisque les évènements montrent que les pays ne sont pas en mesure de rembourser leurs dettes et les cumulent au contraire. D’autre part, cela interdit un sauvetage massif du secteur bancaire comme en 2008.

 

4/ Les planches à billets

Les planches à billets ont été une solution de dernier recours pour déplacer le gouffre de la dette et le problème bancaire. « L’injection monétaire » (Quantitative Easing) est massivement employée par les Etats-Unis (85 mds $ par mois, 2280 mds $ injectés en 5 ans dans le circuit financier mondial !), le Royaume-Uni (325 mds £ depuis 2009) et le Japon (270000 mds de yens entre 2012 et 2014). Les planches à billet sont directement responsables de l’embellissement inextinguible des bourses américaines et japonaises à cause de l’aléa moral généré (une mauvaise nouvelle économique est suivie d’une annonce de prorogation des QE et autre abenomics). Les planches à billets annoncent une voie sans retour, un suicide programmé du système financier mondial. Car les acteurs financiers ne pourront pas éternellement demeurer dans le déni, lorsqu’ils se rendront compte que leurs actifs ne valent pas ce qui leur est indiqué, une panique boursière s’ensuivra…et nous revenons là au point 2.

Les planches à billets ne sont pas seulement un second rôle jouant sa fatale partition dans une tragédie, ils portent les germes d’une crise beaucoup plus grave (c’est difficile me direz-vous), la délégitimation des devises, dollar et yen en tête. Car plus les imprimantes fonctionnent et plus elles ont de chance de produire une hyperinflation (comme en Allemagne dans les années 20) qui mènera à un refus progressif des populations d’utiliser ces monnaies et finalement au chaos.

 

Conclusion

Ce billet a mis en exergue quatre causes fondamentales de la prochaine vitrification financière mondiale. Comme je l’avais dit en introduction, ces causes ont des liens de différente nature, en tout cas elles se renforcent mutuellement rendant toute prédiction vaine.Il existe d’autres crises qui sur le long terme, seront sans doute bien plus importantes et dommageables pour l’humanité, la crise environnementale pour n’en citer qu’une. Cela dit, le précipice financier sera à l’instar de la crise de 1929 le déclencheur des autres crises latentes.

Enfin, le lecteur peut se demander pourquoi, la finance s’est décorrelée à ce point de l’économie. La cause est sans doute à chercher dans l’explosion du crédit lui-même lié à des transferts de richesses des pauvres vers les riches, surtout dans les pays industrialisés. Ceci fera l’objet d’un prochain article.


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 27 février 2014 13:41

    Ça n’est pas gênant, au contraire car ce sont des hommes qui en travaillant ensemble ont tout fait...l’argent ne sert que au voleur..

    mot clé : ensemble !!!! smileysmileysmiley


    • Pyrathome Pyrathome 27 février 2014 14:08

      Car plus les imprimantes fonctionnent et plus elles ont de chance de produire une hyperinflation (comme en Allemagne dans les années 20) qui mènera à un refus progressif des populations d’utiliser ces monnaies et finalement au chaos.
      .
      Oui sauf que l’argent crée ne va pas dans le circuit économique, il sert juste à la FED et aux banques centrales à racheter les créances pourries des banques en faillite permanente....( on parle de + de 800 000 milliards de dollars d’actifs pourris )
      Le jeu de bonneteau et la cavalerie !
      La seule chose qu’ils font c’est gagner du temps pour continuer à jouer au casino mais en aggravant le problème exponentiellement....
      Ça fait 6 ans qu’ils font ça, combien de temps vont-ils pouvoir tenir encore ?
      En fait, peu de temps encore,puisqu’il va arriver un moment où la confiance va totalement s’effondrer et là il n’y aura plus personne ni aucun état qui auront la possibilité de cautionner un tel système, alors le château de carte commencera à s’écrouler et il commenceront à piller les épargnes ( ce qui déjà commencé !) mais cela ne suffira évidemment pas...
      La boite de Pandore sera complètement ouverte et bien malin celui qui connaîtra la suite....le pire côtoiera le meilleur !
      Tout ce qu’on puisse souhaiter, c’est qu’ils s’étripent entre-eux jusqu’au dernier.....


      • vesjem vesjem 27 février 2014 21:22

        @pyrathome
        1) il y a les employés (de tous niveaux ) des banques , c-à-d des employés comme dans l’industrie (nombre # 500 000 chez nous)
        2) il y a les dirigeants des « entreprises banques », c-à-d des patrons comme dans l’industrie (avec quand même un pactole capitalistique placé peut-être dans la banque qu’ils occupent ou dirigent)
        3) il y a des capitalistes petits (nous éventuellement) , gros ( bergé par ex) , ou énormes (bill gates par ex) , qui placent leur pognon dans ces banques pour le faire travailler par les « employés traders » .

        Les riqu’1 mettent le paquet pour que leur monnaie le dollar devienne la monnaie mondiale ; ainsi ils auront la maîtrise du monde par la planche à billets ;

        J’ai l’impression que de leur dette , ils s’en tapent ; ils savent que les créanciers (les énormes) n’ont pas intérêt à un écroulement du système ; donc , nécessité fait loi , y compris dans le monde de la finance 

        voilà quelques réflexions (s.g.d.g , ou c.q.f.d  ??) ; qu’en penses-tu ?


      • diogene 28 février 2014 10:24

        @vesjem

        Les plus gros créanciers en dollars, comme la chine et le japon, même s’ils maintiennent un matelas de réserve en $, n’achètent plus de Tbond depuis longtemps. D’où les QE permanents de la FED qui servent à racheter la dette US.
        Les seuls qui achètent encore la dette US c’est les banques US, c’est à dire les principaux actionnaires de la FED elle même.
        Un circuit fermé : pour financer le budget le gouvernement US émet de la dette, la FED fait tourner l"imprimante, GS et JPM prête à l’État ( donc achètent cette dette) et le circuit recommence, sans fin jusqu’à l’explosion. Explosion qui ne peut plus être évitée car la bulle de l’endettement grossie... grossie... grossie... et BOUMMMM !

        Il n’y a plus aucune confiance dans ce papier-cul $ , la chine achète de l’or en quantité, de plus en plus d’échanges se font hors dollar... d’où cette fuite en avant guerrière des cowboys qui sentent le vent tourner en bourrasque et leurs plans de domination global emportés avec le vent.
        Il n’y a pas plus dangereux que l’animal acculé...


      • zygzornifle zygzornifle 27 février 2014 14:27

        On est plus au bord, on a plongé .....


        • christophe nicolas christophe nicolas 27 février 2014 14:55

          Ca parait logique.... mais je préfère ma présentation parce que je suis un peu inculte en économie, c’est juste les conséquences de la théorie de l’intrication en économie avec humour...

          Le déficit des états a enrichi les milliardaires, ça les ruinera mais comme ils ne mettent pas tout leurs œufs dans le même panier, il leur en restera. De toute façon il faut bien que tout s’effondre pour repartir du bon pied sur l’antigravité sinon chacun défend bec et ongle son petit pré carré et on continue sur une route suicidaire.

          La première chose qui va chuter, c’est l’orgueil et c’est nécessaire, pas qu’en économie, toutes les disciplines de la connaissance doivent y passer même les spiritualités, Marie étant le secours de chrétiens et Jésus, le salut des croyants. Telles sont les messages prophétiques, normalement le mensonge et le meurtre ne doivent pas nous tyranniser au delà de 2020... mais cela dépend d’abord de notre attitude.


          • Shawford Shawford43 27 février 2014 14:57

            Salut Ducon, tu bosses sur RTL2.. ou pas ?


          • Shawford Shawford43 27 février 2014 15:13

            Bon je vais quand même poser quelques questions utiles dans le vent : 


            comment il fait pour être aussi sûr de lui et se la « péter » autant, Yohann Roques ?

            Y’aura vraiment des dinosaures ce soir de 17 heures à 20 heures ?

            Il y était pour Christophe Colomb ?

          • Pyrathome Pyrathome 27 février 2014 15:28

            smiley smiley smiley


          • Shawford Shawford43 27 février 2014 15:41

            Pas de prise de contact dans le réel = pas de noisettes


          • diogene 28 février 2014 10:28

            @ showfort

            ╭∩╮(︶︿︶) ╭∩╮


          • Shawford Shawford43 28 février 2014 10:32

            Je salue le talent graphique


            (t’es viré si y’a pas le bon pict, Carlo)

          • Shawford Shawford43 28 février 2014 10:33

            RDV quand vous le souhaitez Bistrot 82 les buddys smiley


          • TicTac TicTac 28 février 2014 10:38

            Va ranger ta chambre, ça pue le fennec.

            Et profites-en pour prendre une douche.
            Après, tu enverras tes CV parce que y’en a marre de te voir glander sur internet.

          • Shawford Shawford43 28 février 2014 10:44

            Oui papa, smiley


            mais bon juste après être allé taper la baballe au Haillan smiley

            @+ ( smiley ? )

          • TicTac TicTac 28 février 2014 10:46

            Un jour, quand je t’aurai lancé la baballe loin-loin-loin, tu reviendras la rapporter comme un bon chien-chien et tes affaires seront sur le pas de la porte.


          • gaijin gaijin 27 février 2014 17:07

            " Car les acteurs financiers ne pourront pas éternellement demeurer dans le déni, lorsqu’ils se rendront compte que leurs actifs ne valent pas ce qui leur est indiqué, une panique boursière s’ensuivra « 

            il était une fois un chef indien qui a dit :
             » Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson. Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas "
            on peut en tirer plusieurs conclusions
            1 pas besoin de faire de grandes études pour être intelligent .....
            2 les indiens nous prenaient pour des cons incapables de comprendre les évidences avant d’avoir le nez dans notre merde ..
            3 ils avaient raison


            •  C BARRATIER C BARRATIER 27 février 2014 17:31

              Le citoyen ordinaire ne peut rien croire de ce qu’on lui raconte...Pour faire baisser l’immobilier, on dit qu’il baisse...pour faire acheter des actions on dit que l’assurance vie ne rapporte pas assez...la langue de bois est pratiquée par les politiquesn les financiers...Il n’y a plus d’argent mais il y en a pour faire la guerre, ou pour des réunions d’apparat. On pollue trop, mais les richissimes laissent tourner jour et nuit, toute l’année, leurs diésels dans leurs bateaux de luxe qui reste à quai pendant qu’ils se balladent en jet...
              Je suis devenu totalement sceptique
              Voir en table des news pour rire un peu

              Dictionnaire de la langue de bois
               http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=161


              • Le421 Le421 27 février 2014 18:17

                Bonne analyse, très technique...

                Je préfère me baser sur des constatations simples.

                On rabâche à longueur de semaines qu’il faut des riches dans un pays pour le faire vivre.
                Problème : Comment fait-on avaler 100 kilos de patates à un type plein de pognon pour le faire consommer à l’équivalent de son avoir financier ??

                Or, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres...etc, etc.

                Et si les pauvres ne peuvent plus acheter toutes les saloperies inutiles que les riches vendent*, puisqu’ils n’ont plus de sous, il ne reste plus qu’une solution. Les riches doivent se vendre entre eux de l’argent pour faire encore plus de fric.
                Vous voulez que je vous dise !!
                Plus tôt le système se cassera la gueule, mieux ça vaudra.
                *On ne devient pas milliardaire en vendant des patates, en principe. En vendant des I-phone, si !! Et quand il n’y aura plus que ça à bouffer, je parle des I-phones, y’en a qui vont changer d’optique...


                • Ecodemos Ecodemos 28 février 2014 15:01

                  C’est tout à fait ça :), c’est comme cela que je l’aurais expliqué à des amis ;)


                • Gandalf Claude Simon 27 février 2014 18:52

                  Concernant le crédit agricole, ils se permettent tout de même de verser un dividende de 35c pour plus de 2.5 milliards de titres. Soit ils sont fous, soit ils se moquent de nous en attendant que le contribuable paye l’actionnaire, soit il y a un os dans le pâté dans le descriptif catastrophique qui est dépeint.

                  A mon humble avis, la dette d’état est considérée sans risque et donc sorti des leverage des banques : http://www.lerevenu.com/bourse/actualites/valeurs-en-vue/20131107527b59fcde088/credit-agricole-le-retour-au-dividende-confirme

                  • tf1Groupie 27 février 2014 19:02

                    L’auteur devrait plutôt s’appeler Nostradamus.

                    Il rejoint la gigantesque cohorte de prédicateurs agoravoxiens qui nous annoncent l’apocalypse financier depuis 5 ans.

                    Donc il est en retard et doit faire la queue comme tout le monde.
                    Un article à venir sur la troisième guerre mondiale peut-être ?


                    • Ecodemos Ecodemos 28 février 2014 15:05

                      J’accepte tout à fait les critiques, mais uniquement sur les arguments. Les attaques personnelles de type « conspirationniste » ne m’inspirent que du mépris.

                      A bon entendeur


                    • tf1Groupie 28 février 2014 18:18

                      ça tombe bien : j’ai moi-même beaucoup de mépris pour ces oiseaux de mauvais augure qui avec beaucoup de suffisance nous disent péremptoirement qu’ils « savent » quand aura lieu le prochain krach boursier ou autre apocalypse.

                      On n’argumente pas face à un devin, mais juste pour rire, vous ne parlez même pas de la Chine dans votre article de vulgarisation....


                    • Ecodemos Ecodemos 1er mars 2014 16:06

                      Je ne parle pas de la Chine, du change de certains émergents, de l’or et des manipulations de l’or papier... J’ai essayé de faire un article relativement court, donc j’ai essayé de prendre les arguments les plus probants...


                    • agent ananas agent ananas 27 février 2014 19:13

                      Même que depuis quelques semaines il y a une bande banksters qui pratique la chute libre du haut du QG des grandes banques. Pour preuve, le « parachute doré » ne fonctionne pas.


                      • spartacus spartacus 27 février 2014 19:52

                        L’économie est et sera toujours une succession de prospérités et de crises...

                        Evidemment il va y avoir une nouvelle contraction. C’est ne règle de base de l’économie. 

                        • Gandalf Claude Simon 27 février 2014 20:14

                          http://www.chomage-et-monnaie.org/2003/10/01/la-monnaie-dendettement-facteur-damplification-des-cycles/


                          La matière première des spéculateurs étant la volatilité des cours, la force de frappe de la spéculation étant 20 fois supérieure au PIB mondial, vous avez raison Spartacus, c’est une règle de base non pas de l’économie, mais de la finance mondialisée.
                          A preuve, vous trouverez sur le site de zerohedge un témoignage où, juste avant la crise des subprimes, certains ont incité à crier au loup afin de bien faire pisser le fric aux positions short (vendeuses).

                          Vous noterez également qu’une économie très financière, comme l’est la Grande-Bretagne, est plus volatile que l’économie française

                        • spartacus spartacus 27 février 2014 20:48

                          C’est un règle de base de l’économie décrite par Hayek. Nobel d’économie.


                          • Shawford Shawford43 27 février 2014 20:53

                            Oui beh les trois autres empaffés sont ni plus ni moins que mes vrais frères et sœurs, et je sais qu’en l’état, sachant parfaitement d’où doit provenir ma souffrance actuelle, je les emmerde mais alors je les emmerde à un point...


                            Si y’a des Olivier, Lionel ou Bénédicte ici, priez pour moi svp, ça vous coûtera pas cher ce geste, non ?

                          • Gandalf Claude Simon 27 février 2014 21:20

                            Tu es gentil de nous prévoir une prochaine crise, mais nous ne sommes pas vraiment encore sorti de celle-çi.


                            Après, Hayek dit ce qu’il veut, sur le graphique suivant, ce n’est pas si flagrant : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Un_mill%C3%A9naire_de_croissance_mondiale.png

                          • Gandalf Claude Simon 27 février 2014 21:23

                            Et tu sais pourquoi cette courbe exponentielle ? Probablement car les intérêts composés des monnaies occidentales (entre autres) forment également de belles courbes exponentielles.


                          • spartacus spartacus 28 février 2014 08:20
                            La croissance est crée après guerre avec les innovations basées une énergie pas chère, le pétrole. L’effet « levier » est créé en passant de l’énergie du cheval à celle 50 fois plus forte du moteur à explosion. (30 glorieuses).
                            La crise démarre en 1973, avec la fin du pétrole pas cher. 
                            Nous sommes en crise « Keynésienne ». Les politiciens pour se faire ré-élire, utilisent cette doctrine pour ne pas ajuster les recettes aux dépenses, qu’ils savent tous être une politique de transfert du présent sur les générations futures. Les banques ne sont que les boucs émissaires des politiciens qui aiment promettre un monde meilleur au présent en envoyant les dettes aux générations futures.

                            Que l’argent soit créé par la banque ou par l’état comme cette mode chimérique inventée par les gauchistes actuellement ne change rien. Il y a dans tous les cas des intérêts car les dettes n’appartiennent ni aux banques ni aux états mais aux acheteurs de la dette. 
                            Les acheteurs sont les gens qui ont des livrets A, des assurances vie des FCP. 
                            Les intérêts sont la rémunération des placements...La « finance » comme vous appelez ou les banques ne sont que des intermédiaires et ne vivent que des frais des intérêts....

                          • Gandalf Claude Simon 1er mars 2014 08:51
                            Le pétrole ne constitue plus l’effet de levier à la productivité, celle-çi stagne.

                            Oui, enfin, si tu écoutes Delamarche, s’il n’y avait pas de spéculation, le prix du baril serait à 40 $ au lieu de plus de 100 $ à l’heure actuelle.

                            Pour preuve, le prix de revient du baril de sable bitumineux canadien est à 37$.

                            Pour preuve, tout norvégien est désormais potentiellement millionnaire, au travers non pas seulement du pétrole, mais de son fonds souverain.

                            Heureusement que les politiciens n’ajustent pas les recettes aux dépenses en système de monnaie dette, sinon les entreprises et les ménages seraient globalement à sec. Les finances ne sont pas la condition de survie d’un état, celles des entreprises et des ménages, plus fragiles, si.

                            Et ils en vivent grassement des intérêts, car les banques centrales leur assurent de lutter contre l’inflation, c’est à dire que les financiers seront mieux rémunérés que les agents non-financiers. Une banque centrale devrait au mieux chercher globalement une situation d’intérêts nets nuls.
                            Par conséquence, nous sommes plutôt empêtrés dans une situation de déflation, situation contre laquelle la BCE lutte mollement, la baisse des taux se faisant après coup, Draghi invitant les syndicats à maitriser les salaires, les taux négatifs pour les dépots bancaires auprès de la BCE étant la plus belle arlésienne francfortoise du moment, etc.

                            Je me considère honnêtement libéral (tu auras sans doute remarqué, je n’aime pas le système de banque centrale et milite pour le droit de monnaie), par contre, de tout les libéraux que j’ai croisé (ici ou sur liberaux.org), je n’ai vu que des financiaristes qui défendaient les revenus du capital au détriment de ceux du travail. Un authentique libéral se doit de conserver une stricte neutralité, un équilibre, à ce sujet.


                          • spartacus spartacus 3 mars 2014 17:35

                            Je suis libéral et défend la liberté individuelle, l’égalité la plus stricte en droit social et la limitation de l’état à une gestion strictement régalienne.

                            La monnaie est un « marché »pour un libéral. Ni plus ni moins.

                            Et oui j’affirme que l’état doit gérer l’argent du contribuable en associant recettes et dépenses comme le ferait n’importe quel ménage. Quand l’état dépense plus que ces recettes ce n’est plus du libéralisme mais du Keysianisme ou du socialisme.

                          • Newtelinux 27 février 2014 22:08

                            Tout est dit dans la conclusion. L’argent dette.


                            • Zip_N Zip_N 28 février 2014 00:03

                              Merci pour cette nouvelle, je vais le faire, en espérant que ça me servira aussi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Ecodemos

Ecodemos
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès