Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le nouveau poids des technologies propres au révélateur de la campagne (...)

Le nouveau poids des technologies propres au révélateur de la campagne américaine

La question de l’environnement est en train de s’inviter puissamment au cœur de la campagne électorale américaine.

En effet, les deux candidats vraisemblables (John Mc Cain et Barack Obama) ont annoncé récemment des trains de mesures plus ou moins ambitieux pour diminuer les émissions de carbone des Etats-Unis, mais également pour assurer le développement du secteur des technologies propres, dont le poids économique est désormais une question centrale.

Ainsi, en 2007, plus de 71 milliards de dollars ont été investis de par le monde dans le domaine des énergies renouvelables, représentant une part grandissante des engagements des capitaux-risqueurs. Il est d’ailleurs à noter que 40% de ces engagements concernent des investissements réalisés en Californie. Ce qui doit nous rappeler qu’au-delà des positions controversées de l’administration Bush sur la question, les Etats-Unis ont en fait complètement pris la mesure de l’enjeu écologique, tout au moins dans sa traduction potentielle en « business ».

De plus, le caractère productif de ce qui était auparavant vécu comme une pure dépense (les investissements dans le domaine de la réduction des effets de serre notamment) est désormais bien identifié. Il est symptomatique à cet égard que les trois candidats encore en lice se soient d’ores et déjà prononcés en faveur du système de marché des quotas d’émission, avec des modalités plus ou moins contraignantes. Mc Cain, notamment, a pris soin de se démarquer de la politique de l’Administration Bush en la matière, qui avait, on s’en souvient, fait obstruction à la mise en place du protocole de Kyoto. La raison de ce revirement américain tient donc à la prise de conscience de la place que les technologies propres sont appelées à jouer dans le futur, un rôle que l’on peut imaginer à la frontière de ce qu’ont été, dans leurs domaines respectifs, le pétrole et l’informatique.

D’ailleurs, cet impact économique est clairement affiché par les stratèges de chaque parti : John Mc Cain a insisté sur le rôle du secteur privé, et demandé à ce que la dépense publique finance son développement (sur un mode revisitant le fameux complexe militaro-industriel), quand Barack Obama annonce un plan de 150 milliards de dollars d’investissement en 10 ans, dont il espère des retombées qu’il chiffre en « plusieurs millions d’emplois » dans le secteur. Une attitude américaine typiquement réaliste qui, au-delà d’une certaine part de cynisme, doit nous rappeler que la dépense, en la matière, est un investissement stratégique. Et que le leadership environnemental représentera peut-être, demain, un enjeu stratégique aussi fort que la rente pétrolière en son temps.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 1er juin 2008 07:38

    J’ai bien peur que cette vision idyllique mérite d’être datée au carbone 14.

    Le charbon US revient en force avec l’explosion du prix du gallon. Obama a ainsi rappelé que l’Amérique avait la chance de se situer "sur une Arabie Saoudite de charbon".

    McCain ne peut de son côté se mettre le Texas à dos. Et son ami Bush ne désespère pas d’accélérer les forages en Alaska.


    • gerardlionel 4 juin 2008 23:09

      Tout ça est pour le moins, comment dire "bien pensant" ; je ne crois pas qu’il faille confondre place prise dans les medias et dure réalité.

      Les USA ne sont pas prêts à revenir sur leur american way of life, euh en fait même s’ils y consentaient , ils ne le pourraient absolument pas ! Pour changer d’un iota l’inertie de ce mamouth là il faudra des décennies de bonne volonté et je préfère ne pas imaginer le quotas de milliards !

      Ils sont bien d’avantages disposés à continuer les "investissements "en Irak (entre 500 et 1000 mds de dollars) que d’investir dans la reduction des émissions de co2.

      Ceci dit il a des gens conscients la-bas, qui investissent, et qui bougent ; ils le font bien en schant qu’il y a de l’argent à se faire !

      Pas de bons sentiments, le fric !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès