Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le paradoxe de la gestion à court terme des fonds de pension

Le paradoxe de la gestion à court terme des fonds de pension

Les sociétés côtées sont gérées à très court terme pour produire un résultat net maximal trimestre après trimestre au détriment de leurs investissements à long terme, alors que leurs actionnaires sont majoritairement des fonds de pension qui investissent à long terme.

Une part majeure des fonds investis dans les marchés financiers sont destinés à financer les vieux jours des habitants. Sous diverses formes : fonds de pension, assurance vie, épargne personnelle, épargne retraite, épargne d’entreprise...

Il y a un contre sens financier majeur entre les besoins financiers à 20 ans de ces fonds, et leurs objectifs financiers trimestriels.

Les pyramides des âges montrent que ces fonds auront pour la plupart besoin de commencer à vendre leurs actifs dans une vingtaine d’années seulement. Pourtant ces actifs sont gérés à très court terme. Les directions financières des entreprises, dans une surenchère de production de cash, sacrifient les investissements à long terme pour se concentrer sur le production de cash trimestre après trimestre. Avec de telles politiques financières, ces entreprises auront fait faillite d’ici 20 ans quand les fonds de pension devront payer les retraites de leurs pensionnaires.

En ces temps de récession, les investissements en communication, en recherche et développement et en formation sont sacrifiés pour favoriser les résultats du trimestre. Ces coupes menacent l’avenir des entreprises. Dans une surenchère déshumanisante malsaine, les réductions de postes sont encore plus drastiques que les réductions de budget. Les exigences de taux de retour bien supérieures à la croissance économique conduisent les directions financières à réduire les achats aux fournisseurs et donc la qualité des produits vendus et l’image de marque à long terme. Elles contribuent aussi à réduire la masse salariale et donc le nombre d’emplois.

Paradoxalement, en demandant des retours sur investissement irréalistes, les fonds de pension contribuent à détruire les emplois présents de leurs pensionnaires futurs. Ils détruisent l’image de marque, la relation client et le savoir faire des entreprises. Ils détruisent leur avenir.

Les fonds de pension font confiance aux directions financières pour une gestion saine et équilibrée sur le long terme. Mais ils oublient que les directeurs financiers sont récompensés et promus selon les performances financières à court terme. Les Marcel Ospel qui comme le patron de l’UBS touchent des bonus gigantesques pour avoir fait croître les bénéfices quelques années et détruit de la valeur à long terme se trouvent dans la quasi totalité des entreprises cotées. A vrai dire, ils ne font que remplir les objectifs fixés par les Assemblées générales d’actionnaires et les Conseils d’Administration.

Il est urgent de rétablir une rémunération des dirigeants d’entreprise sur les performances réelles à très long terme. Les rémunérations les plus élevées doivent être votées en assemblée générale et pas uniquement par des administrateurs choisis. Les actionnaires doivent être financièrement incités à participer aux décisions de l’entreprise et ne plus être de simple parieurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 20 mars 2009 14:44

    Monsieur Vielliard.
    Il est important, en encore plus en économie, de circonstancier. Le fric se compte. Sinon, une boite coule. Ouais, notes, le système entier coule tout simplement parce que PERSONNE n’ose compter en allant voir à l’intérieur de l’"industrie financière".

    Mais il aurait été judicieux que vous donniez le nombre de hedge founds qui ont été fermés ces temps-ci.
    Ainsi auriez-vous pu remarqué que depuis le dernier chiffre de fermeture de novembre, plus aucun chiffre n’est publié.
    Ca "rassure". smiley


    • plancherDesVaches 20 mars 2009 14:51

      Aaarg : veuillez remplacer "en" par "et" et "remarqué" par "remarquer".
      La situation me fait perdre mon latin.... Preuve de l’influence du Romain sur la Gaule, de la perte d’obscurentisme de la religion catholique, et du prix du fil à couper le beurre.


    • plancherDesVaches 20 mars 2009 20:25

      Hhmm...

      Que vaut une vie de travail de smicard face à une spéculation de rentier qui lui rapporte dix fois plus.. ???
      Cela faisait longtemps...que je n’avais plus fait rire.
      Un accident. 3 voitures. Détruites.
      Chaque conducteur sort de l’amas de tôle et le premier :
      Vous vous rendez compte : ma ferrari est morte. Un mois de salaire foutu.
      Le deuxième :
      Ma mercédés est foutue. Vous rendez-vous compte : deux de salaires parti en fumée.
      Le troisième :
      Ma deux-chevaux marchera beaucoup moins bien. Une vie d’économie disparue.
      Le premier au troisième : "Une vie... ? Comment pouvez-vous avoir une voiture aussi chère ???"

      Tant que les 250 personnes les plus riches du monde possèderont autant que les 2,5 MILLIARDS les plus pauvres, tout ira bien.
      Tout ira bien pour les plus riches, bien sûr. Et encore sont-ils obligés de vivre dans leur prison dorée. Voilà où mène l’ensemble de ce que nous voyons. A moins que....


      • rofo 20 mars 2009 21:45

        A moins que .... rien. 

        Malheureusement !


        • JPC45 21 mars 2009 07:56

          article sans aucun intérêt si cen’est reprendre des poncifs.


          • JL JL 21 mars 2009 08:18

            " Le marché est un bon serviteur mais un très mauvais maître ". Rafael Correa

            Les fonds de pension sont une création du capitalisme financier. En outre, le principe des fonds de pension répond à une logique individualiste extrême, autrement dit, qui n’a rien à voir avec les sentiments. C’est pourtant aux sentiments que vous faites appel là me semble-t-il.

            L’ultra libéralisme a fait que le marché qui devrait être au service des hommes est devenu son maître. Vous faites le constat que les fonds de pension ne commandent pas au marché. Autrement dit, vous voudriez que le marché intègre long terme. Vous rêvez cher monsieur. Une fois encore vous apportez la preuve que le "libéralisme qui veut tout et son contraire, est une non pensée intégrale". Que meurent les fonds de pension, cette chimère ultralibérale.


              • JPC45 21 mars 2009 09:40

                oui si on veut maisa première vue ce livre est plus à mon avis une reprise de poncif qu’un vrai travil sérieux du sujet.

                Je ne dis pas que les fonds de pension sont parfait mais le sujet mérite mieux.


              • ZEN ZEN 21 mars 2009 11:10

                "a première vue"

                Voyez pour le deuxième vue et une lecture sérieuse
                Vous jugerez après...


              • JPC45 21 mars 2009 11:17

                quand on parle de fonds de pension (avec les spécificités que cela impliquent) et que vous commencez à parlez de finance, d’épargne salariale, etc je sais déjà que ce n’est pas "sérieux". Il pourrait sortir les mêmes arguements sur la finance, les hedge funds ça ne changerai rien.


              • JPC45 21 mars 2009 09:43

                D’abord les fonds de pension ne sont pas que américain. deuxièemenet il faudra m’étayer le fait qu’il n’existe pas des limites à la participation de ces fonds dans des entreprises


              • JPC45 21 mars 2009 09:58

                mais bien sur vous affirmer qqchose sans preuve, je vous le fait remarquer et vous dites que c’est à moi d’apporter des preuves !

                De toute façon, je ne sais que cela ne sert à rien de discuter ici. Juste pour une ouverture il y a actuellemment des discussion sur solvabilité 2 et sur l’application de ces normes au fonds de pension. Peut être que si vous êtes curieux vous cmprendrez que ce n’est pas si simple.


              • JPC45 21 mars 2009 10:18

                ce que vous dites est faux mais savez vous ce qu’est le SCR et le MCR ? surement que non car jamais vous ne pourriez dire ce que vous venez de dire. J’en déduis donc que le débat sur la solvabilité 2 vous dépasse mais ce qui est normal car pour comprendre il faut l’étudier sérieusement.


              • JPC45 21 mars 2009 10:35

                géré un fonds ? un fonds de pension, non quoi que géré des fonds de pension français comme le PERP ou l’assurance vie, et des contrat de type branche 26, oui.

                et pour votre culture solvabilité 2 c’est 3 pilliers (quantitatif, qualitatif et communication) et le MCR (mimimum réglementaire) intègre le risquede... placement ! et c’est même le principal risque en assurance vie !


              • JPC45 21 mars 2009 10:56

                comme je vous l’ai dit c’est plus compliqué que ce que vous pensez. ; l’article de wikipedia est un article de vulgarisation

                Solvabilité 2 (ainsi que le 1) n’a pas à vocation à dicter à proprement parler la politique de placement de l’institution considérée mais la politique de placement influera sur la solvabilité (et je passe sur la subtilité introduite avec la notion de tiers, terme anglais rien à voir avec le terme tiers français)

                Il y a actuellement un vaste débat sur la prise en compte des actions. Solvabilité 2 serait très pénalisant sur ce sujet (j’imagine qu’en cherchant bien sur internet vous pourrez vérifier ce que j’avance), comme quoi la solvabilité influe sur la politique de placemement et inversement.

                Sinon dans le code des assurances, il existe des limitations.


              • JPC45 21 mars 2009 11:15

                oui mais si derrière la norme de solvabilité vous impose d’avoir plus de fonds propre (et donc de réduire la rentabilité attendue) vous évitez d’investir trop sur une même entreprise et donc vous préférez investir sur plsuieurs entreprises ce qui réduit votre risque et donc votre besoin de solvabilité


              • JPC45 21 mars 2009 16:09

                Je ne suis pas un partisan zélé de solvabilité 2. Sur ce point je vous rejoins pour dire qu’il faut mieux.encadrer que de laiser avec incitation.

                D’abord, il faut quand même pour éclairer cet article dire que fonds de pension ne veut pas dire forcément action (la proportion suivant les pays est très variable) D’un autre coté action n’est pas si mauvais pour un risque comme la retraite car c’est un risque de long terme mais il faut bien sur un encadrement.

                Prenons l’exemple en France des contrats d’assurance vie qui ne sont pas à proprement parlé des fonds de pension et qui par la disponibilité des sommes investies sont plus fragiles" que les fonds de pension. L’assurance en cette fin d’année 2008 a su sans perte sortir de la chute de la bourse. la question est de savoir pourquoi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès