Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le Parrain - épisode IV

Le Parrain - épisode IV

Un vent de suspicion souffle sur le secrétaire d’Etat américain au Trésor, Paulson, accusé d’avoir préparé à la hâte le fameux plan de sauvetage des institutions financières de son pays sans avoir été préoccupé par donner un prix aux actifs que le contribuable américain est sur le point d’acquérir... M. Paulson serait-il uniquement soucieux de sauver le système financier - dont il est lui-même issu - au mépris des deniers publics ?

L’administration américaine est sur le point de dépenser 700 milliards de dollars pour acquérir des investissements impossibles à valoriser. En effet, ces créances dont nul ne veut, à part la Trésorerie et la Réserve fédérale américaine, risquent fort d’être payées au prix fort par le contribuable et ce au seul bénéfice des établissements financiers qui les détiennent... Chacune de ces créances, chacun de ces investissements lié à des centaines - parfois à des milliers - d’hypothèques est d’autant plus dur à évaluer que sa valeur risque encore de s’affaiblir à mesure que le marché immobilier américain s’enfonce dans le marasme. Ainsi, pendant que les actions sont cotées dans un marché transparent qui est le marché boursier, les investissements subprimes, eux, font l’objet de transactions dites "de gré à gré", soit de transactions opaques dont le prix est uniquement déterminé par un acheteur et par un vendeur dans le cadre d’une conversation téléphonique !

Dans ces conditions, le gouvernement fédéral des Etats-Unis compte-t-il se porter acquéreur de ces investissements au prix où ils sont évalués dans le bilan des banques ? L’extrême fragilité du secteur bancaire semble ne lui laisser aucune autre alternative car une vente de ces actifs à des prix inférieurs entamerait sérieusement le capital des banques... Il y a donc fort à parier que les établissements candidats à la cession de leurs investissements au gouvernement seront aussi les établissements heureux propriétaires des créances les plus "toxiques "...

Par ailleurs, s’il est vrai que ce plan à 700 milliards est incontournable, il serait aussi susceptible de précipiter les banques dans une tourmente pire encore. En effet, certains de ces établissements porteurs de ces investissements pourraient être purement et simplement déclarés en faillite dès lors qu’ils tenteraient de valoriser ces créances à céder au gouvernement américain... précisément du fait du décalage immense entre la valeur bilan de ces investissements et la valeur de cession de ces mêmes investissements à la Trésorerie américaine. Ainsi, ironie suprême, la tentative de valoriser ces créances douteuses et d’apporter un peu de transparence à ces investissements pourrait précisément mettre en lumière l’état de banqueroute virtuelle de ces institutions financières qui, actuellement, ne sont pas menacées de faillite car propriétaires d’actifs dont la valeur réelle est dissimulée...

On le constate, la structure de ces subprimes est d’une telle complexité que même les responsables américains au plus haut niveau ont le plus grand mal à démêler cet écheveau inextricable. Et pourtant, ce plan à 700 milliards sera certainement adopté. En fait, Wall Street a fait au citoyen américain une offre qu’il ne pourra pas refuser !


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 26 septembre 2008 14:38

    Wall Street a fait au citoyen américain une offre qu’il ne pourra pas refuser !

    Va t on consulter le peuple par référendum pour savoir s’il accepte ? J’ai entendu dire dans C dans l’air que une majorité d’américains y étaient hostiles , voire révoltés par une telle mesure qui va à l’encontre des principes fondateurs de ce pays ! ceux qui gouvernent ont ils vraiment encore une quelconque légitimité , eux qui ont entrainé le pays dans la guerre et le chaos financier ??? smiley il y a à Washington une ambiance de fin de règne !


    • laurent 26 septembre 2008 16:51

      C’est un coup d’état financier et braquage à main armée que nous vivons tous en ce moment. Les victimes ne seront pas seulement les citoyens américains, mais aussi les pays dont les banques centrales sont gorgées de dollars et bons du Trésor US.

      Et la France est bien placée.

      Pour chaque 100€ d’économie que le français a sur son compte, 50 à 70% sont des dettes US. Le français ne le sait pas. Il ne fait que râler sur la baisse de son pouvoir d’achat. On accuse la spéculation sur les matières premières, mais ce sont les devises qui se dévaluent, pas seulement le pétrole qui flambe.


      • geko 26 septembre 2008 17:24

        "En effet, certains de ces établissements porteurs de ces investissements pourraient être purement et simplement déclarés en faillite dès lors qu’ils tenteraient de valoriser ces créances à céder au gouvernement américaine"

        Roubini est affirmatif : "Un bon tiers des banques régionales ne s’en sortiront pas" New Yok times. N’est-il pas partie prenante du Plan Paulson ?

        Ca commence : "La fermeture de Washington Mutual, annoncée jeudi soir, constitue la plus grosse faillite d’une banque de dépôts dans l’histoire des Etats-Unis" Boursorama

        N’y at-il pas une partie de ces 700 milliards qui est destinée au soutien des familles en difficulté ?

        Autre question : La BCE avec les accords de swap de devises prend des risques non ? Quelle sont les contreparties de ces "accords" ?
        Je pense que Sarko et ses parachutes dorés c’est jeter le nonos à la populasse comme un bon roi qui satisfait la colère du peuple ! Et puis comment le croire quand Mme Lagarde nous raconte que la crise est Tchernobilesque et s’arrête aux frontières !

        C’est bien là que nos politiques devraient monter au créneau pour négocier la régulation. L’idée de Rocard est bien d’actualité ne pensez vous pas ?

        Sinon le titre m’a bien rire. J’ai pensé aux subprimes en revoyant les "Incorruptibles" de Brian de Palma. Je me suis nous vivons la "Revanche contre Eliot Ness" !


        • chmoll chmoll 29 septembre 2008 11:07

          calé l’paul, plus rapide qu’la vitesse d’la lumière i trouve un "plan" calculé et tout l’bazard

          après l’mur du son , l’mur du con

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès