Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le phénomène Options binaires : franche réussite ou écran de fumée (...)

Le phénomène Options binaires : franche réussite ou écran de fumée ?

La bourse vit des moments difficiles, complexes. Les effets de la crise de 2008 ne cessent de se répercuter en cercles concentriques. L'économie semble en pâtir de différentes façons. Hausse du chômage, fermeture d'usine, délocalisation, restrictions budgétaire, rigueur politique... Cette défaillance des grandes institutions a pour effet de tourner les population vers des solutions alternatives, des moyens différents, détournés d'accéder un tant soit peu au confort, au plaisir, à la richesse. Les options binaires, produits de la bourse en ligne en sont un exemple patent. Populaires malgré leur jeunesse, les options binaires connaissent un essor étonnant. Et à nous de nous demander : simple exutoire sans conséquence ou marché de dupes ?

Depuis quelques années, le trading des options binaires connaît un essor fulgurant en France et en Europe. Et les brokers se multiplient, notamment sur internet, proposant de gros bonus et promettant des gains faramineux. En particulier, depuis la crise, car ce type d'investissement, à mi-chemin entre le pari et l'investissement, permet d'obtenir des profits importants sur un laps de temps très court. Contrairement aux placements classiques devenus très peu rentables et réduits à peau de chagrin . Alors les options binaires, Eldorado ou dérive de la finance ? Qu'en est il ?

ADN de l'option binaire

Une option binaire en finance est une option basée sur un actif sous-jacent et dont le résultat est déterminé à l'ouverture de la transaction. Le gain potentiel est donc défini à l'avance de même que la durée et donc l'issue de la transaction. Il s'agit de parier sur la hausse ou la baisse d'un actif dans un intervalle précis. L’adjectif binaire signifie qu’il y a seulement 2 issues : soit l'investisseur gagne la somme prédéterminée au départ par le broker, soit il perd et ne reçoit donc rien.

Les options binaires sont disponibles sur une variété d'actifs sous-jacents : actions, matières premières, devises et indices.
Une prévision juste fait gagner 80 % de la somme investie. Voilà tout l'attrait du trading des options binaires : un retour sur investissement conséquent sur un temps court : 15 minutes habituellement.

Un exemple : le trader parie sur le fait que le cours de l'actif choisi va augmenter dans les 15 minutes qui suivent. Si effectivement, ce cours augmente au bout des 15 minutes, le trader gagne 80 %. Dans le cas contraire, il perd sa mise et ne perçoit donc rien.

Les options binaires, au départ pratiquées par les gros investisseurs, sont devenues l’apanage des particuliers qui souhaitent faire rapidement du profit.

Evolution

L'option binaire dite aussi option à revenus fixes constitue un outil révolutionnaire et innovant dans le monde du trading. Il faut savoir que les options binaires ont été créées en juillet 2008 au sein du 

« Chicago Board Options Exchange »(CBOE) qui est la principale place financière consacrée aux options en Amérique du nord. Puis le trading en options binaires est devenu populaire et s'est exporté en Europe et notamment en France en début 2010 ; il est devenu depuis la crise un dérivé d'investissement en bourse très populaire, voire un produit financier de masse car il est simple et permet de commencer avec de petites sommes .

Limites

Pour autant, ce produit financier tendance qui suscite un engouement majeur a ses limites.

S'il est considéré comme un produit dérivé avec un effet de levier et permet de gagner gros jusqu'à 80 pour cent de la somme investie, la règle selon laquelle « on ne doit miser que ce que l'on est prêt à perdre » prévaut et la mesure doit être de mise. D'autre part, l'option binaire est un produit financier qui n'est simple qu'en apparence. Deux conditions s'imposent pour réussir : une bonne analyse et un bon timing. Car il ne faut pas perdre de vue que plus le potentiel de gain est élevé et plus le risque l'est aussi naturellement. Spécialisation et stratégies sont donc nécessaires et il ne faut pas compter que sur la chance, loin s'en faut .D'autre part, le risque pour les traders d'options binaires est d'être trahi par un broker indélicat qui ne lui restitue pas les fonds qui lui ont été confiés et l'importance implicite réside donc dans le choix de son courtier .

Mais dans quel cadre juridique peut on classer les options binaires ? Sont elles réglementées par la loi ou pas ? Quelles sont les autorités de régulation ? Quid de l'évolution de leur statut ?

Le cadre juridique actuel des options binaires et ses progrès

Les arnaqueurs sont partout, y compris sur le marché financier ; et l'essor du trading des options binaires a vu émerger des personnes mal intentionnées proposant des gros bonus et gains exceptionnels . Et certains traders ont été dupés par des brokers qui ne respectaient pas leurs promesses. Par ailleurs les traders ne savaient quelle instance saisir en cas de litige avec leur broker, faute de loi réglementant cette pratique . Il y avait un vide juridique. Comment distinguer le bon grain de l'ivraie ? Il fallait donc éviter les « arnaques « tout en permettant aux brokers sérieux

d'exercer honnêtement tout en étant crédibles .

Jusqu'il y a peu de temps, les options binaires n'avaient pas de statut particulier ; elles échappaient donc à tout contrôle. Une décision européenne a prévu de régulariser les options binaires. La CySec, Commission de sécurité et d'échange financier de Chypre opérationnelle depuis janvier 2013, a annoncé la régulation du marché d'options binaires dans la zone Europe ainsi que l'instauration d'une licence pour exercer le trading d'options binaires. Désormais, chaque autorité de régulation, comme l'AMF (Autorité des Marchés Financiers) en France, publie sur son site le nom des structures et courtiers exploitants des brokers homologués.

Les deux enjeux principaux de ces régulations pour les usagers sont :

  • Une garantie de paiement des gains même en cas de faillite ou de fermeture du broker.

  • L'octroi d'un statut de personne morale au broker qui permet de communiquer avec lui.

Réalité vs loi

Pour autant, ce dispositif mis en place au pied levé s'avère imprécis et incomplet. Il ne semble pas garantir davantage qu'avant la probité des brokers de ces plate-formes, ni être une assurance tous risques pour les traders. La régulation des options binaires n'est qu'à ses débuts. Faute de rigueur dans les critères d' homologation et dans l'attente d'une véritable réglementation uniforme qui doit intervenir, il ne peut être une référence absolue.

Pour l'heure, les traders devront plutôt compter sur le contrat de confiance qu'ils auront conclu avec leur broker et sur le respect par ce dernier d' un code personnel de déontologie.

A titre d'exemple sur le site de la plate-forme phenixoption, on peut lire cette phrase : « PhenixOption est une plateforme de Trading d'Options Binaires répondant a toutes les exigences de la régulation de l'EU » hors la plate-forme figure sur la liste noire de l'AMF éditée en septembre 2013. Encore plus fort, la plate-forme zoneoptions communique à grands titres sur sa régulation à la Cysec et indique même en exergue sur son site : « entité légale inscrite aux registres de la République de Chypre sous le numéro HE312820 » alors qu'elle figure également sur la liste noire. A quelle régulation fait elle référence ? Pur mensonge ? Mésentente des deux institutions ? A quel « saint » faut il se vouer ?

Pour en savoir davantage et débrouiller cet imbroglio, nous avons appelé ces deux plate formes et quelques autres de la liste de l'AMF. Nos questions portaient sur la réglementation, les garanties, l'impact de cette liste sur leur activité. Malheureusement, très vite la conversation tournait court et peu de réponses utiles ou publiables nous ont été données.

Les options binaires ont été intégrées par la Cysec comme instrument de trading à l'automne 2012. Peut être les nouvelles plate-formes sont elles davantage concernées par la nouvelle réglementation. Nous avons donc recherché des brokers d'OB postérieures à cette date. Mais apparemment il n'existe pas de registre de création. C'est donc via des tâtonnements sur internet que nous avons trouvé des brokers récents. Un seul a cependant accepté de répondre à nos questions. Leurs réponses, loin d'éluder le problème, nous ont surpris et jettent un nouveau regard sur le sujet. Notre interlocuteur est l'un des deux principaux financiers en charge du développement du broker, Stéphane Roussel.

Bonjour, pouvez vous vous présenter ?

Bonjour, je suis Stéphane Roussel, analyste financier chez Financial Corporation et l'un des principaux gérants de la plate-forme de trading Binareo.

Nous nous interrogeons sur la légalité des brokers d'options binaires. Le votre semble actif pourtant nous n'avons trouvé aucune information de type inscription à un registre ou licence ou agrément pour exercice financier ? Avez vous une autorisation valable ?

Pour une exploitation européenne vous voulez dire ? Oui et non. Non car en fait nous n'avons même pas fait de demande d'agrément au près de la Cysec. Nous estimons que la réglementation actuelle n'est en fin de compte pas légitime. Tout du moins nous considérons qu'une instance financière existe en France, l'AMF et que c'est à elle et non à un établissement chypriote finalement assez louche que nous devrions rendre des comptes. Et oui car afin de rester dans la légalité le siège de notre société est actuellement à Londres où les activités financières sont plus libres.

Pourtant une licence est avant tout une garantie pour les investisseurs. Ne craignez vous pas de faire fuir les clients potentiels de votre plate-forme ?

C'est le risque je le reconnais. Mais l'absence de licence européenne ne nous dédouane pas d'une réglementation interne solide et d'engagements envers nos clients. Binareo s'appuie sur une communication claire et sans équivoque. Tous nos clients sont tenus informés de l'état de leurs finances et en disposent comme ils le souhaitent. Nous entretenons des relations commerciales fortes basés sur la confiance et la création de lien. De plus aucune décision ni aucun acte monétaire ne peut s'effectuer sans le propriétaire d'un compte. Nous possédons les fonds nécessaires pour payer les investisseurs qui désirent récupérer leurs gains et dans le cas où cela ne serait plus le cas, une clause nous engage à rembourser tous les clients actifs. C'est plus que font nos banques en cas de faillite me semble t il...

Ne pensez vous pas que ce vide ou flottement juridique porte atteinte à cette confiance dont vous parlez ? Honnêtement, ne serait il pas plus confortable qu'une vraie législation encadre votre pratique ?

Si bien sûr. Nous ne réclamons rien d'autre que le droit légitime d'exercer. Qu'on nous donne les outils et les règles adéquates, nous les saisirons et nous bâtirons un environnement lavé de tout soupçon. Mais aujourd'hui, ce flou n'est pas dissipé à haut niveau. Nous ne pouvons rien faire d'autres que de créer nos propres outils, nos propres règles, de les faire les plus justes et de jouer la transparence. Les options binaires sont encore jeunes, je suis persuadé que leur statut sera clarifié dans le futur. Pour l'heure, nous les proposons au public en l'état. Au public, de tenter l'expérience ou non. Il n'y pas d'autres façon de voir le problème actuellement je pense.

Liberté vs Loi

Le libre arbitre semble être le seul recours face à cette pratique. Et au vu de l'essor des options binaires, il semble que la pensée populaire se situe plus du côté du cœur que de la raison. Il faudra attendre sans doute quelques années avant qu’une décision politique et financière mette enfin un peu d'ordre et de tranquillité dans ce domaine. Pratique économique rentable sur le court terme ou loterie risquée et peu scrupuleuse, la question reste en suspens et le succès, symptomatique d'une époque où l'argent facile est devenu une obsession. Mais au fait, c'est peut-être là qu'est tout le problème....

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 29 octobre 2013 13:48

    On raconte cette anecdote : lorsque Rothschild, prenant un taxi, entendait le chauffeur commencer à lui parler boursicotage, c’était le signal, pour le banquier, que l’homme de la rue commençait à s’intéresser à la bourse, donc que les rats (de Wall Street) quittaient le navire et que le krack était proche...

    Les options binaires ne font que valider l’anecdote.

    Heureusement, les maires de France ne restent pas passifs...


    • jpm jpm 29 octobre 2013 15:30

      Il ne s´agit pas de bourse ni meme d´un quelconque produit financier... mais d´un vulgaire paris, tout comme ceux que proposent la francaise des jeux ou les bookmakers anglais.


    • Roosevelt_vs_Keynes 29 octobre 2013 15:41

      Ce que je voulais caractériser/stigmatiser, c’est la vulgarisation « à outrance » de la finance.

      Comme vous le faites remarquer à juste titre, les options binaires en sont un paroxysme.

      Et comme je le faisais remarquer avec mon lien, les vrais hommes politiques, ceux qui s’occupent au jour le jour de la vie des gens, ont pris les choses en main pour arrêter cette « folie » qui, vous le faites remarquer, est comparable à la FdJ.


    • jpm jpm 29 octobre 2013 15:46

      La finance n´est pas un casino pour ceux qui comprennent comment elle fonctionne smiley Les investisseurs avertis (et meme parfois initiés) savent tres bien ce qu´ils font et ne jouent jamais avec leur argent. Mais c´est vrai qu´ils apprecient toujours les nouveaux venus... qu´ils se feront un plaisir de bizuter par un plumage en régle smiley


    • Roosevelt_vs_Keynes 29 octobre 2013 22:53

      « La finance n´est pas un casino pour ceux qui comprennent comment elle fonctionne »

      C’est sûr que quand on achète ses crimes 13.000.000.000.0000 de dollars, défiscalisables, tout en exigeant autant en coupes chez les vieux, les handicapés ou dans le prog de coupons alimentaires, on ne peut même plus appeler ça un casino, c’est un génocide.


    • Le taulier Le taulier 29 octobre 2013 14:38


      Les options binaires c’est de l’arnaque comme je le montre dans cet article :

      Options binaires : le dernier miroir aux alouettes

      • jpm jpm 29 octobre 2013 15:28

        Bravo pour votre article le Taulier,

        en effet ces fameuses options binaires ne sont que de vulgaires paris... avec 15% de chance de se faire plumer... et sans le plaisir de voir tourner la roulette du casino.

        Malheureusement il n´y a que les gogos pour jouer (et non pas investir) dans cette quasi arnaque ou ils finironts par perdre leur chemise. 


      • Le taulier Le taulier 29 octobre 2013 20:13

        Merci JPm,

        Il y a un truc qui me turlupine c’est comment Agoravox tolère un publi-reportage aussi grossier. Il est évident que l’auteur bosse pour la boite dont elle interview le patron ; une seule publication a son actif et sûrement la dernière.


        • jpm jpm 29 octobre 2013 20:41

          Oui je me demandais aussi s´il ne fallait pas signaler cet article comme abusif... car il est avant tout raccoleur pour une veritable arnaque en ligne smiley

          Malgre tout, à cette occasion j´ai pu découvrir ce qu´etait une option binaire. A la base il s´agit bien de produits financiers developpés par le CBOE, mais dont l´echeance est sur plusieurs mois (ce qui change tout). Sur un marché regulé et organisé et avec des echeances longe, cela s´apparente bien à un produit derivé classique d´options ou de futures, reservé a un public professionnel.

          http://www.cboe.com/products/indexopts/bsz_spec.aspx


        • Xenozoid Xenozoid 29 octobre 2013 21:10

          la molecule qui fait hair et aimer 


          • Jason Jason 30 octobre 2013 10:07

            Le courtier, lui, ne prend pas de risques. Il encaisse.

            Or, les calculs de probabilités existent depuis plus de 200 ans. Le courtier a beau présenter les performances (souvent flatteuses) des produits qu’il vend, mais jamais il ne montre de façon équilibrée les prévisions qu’il garde pour lui. C’est la fameuse asymétrie de l’information décrite dès les années 70 par Ackerloff.

            Demandez à votre courtier quels risques il est prêt à prendre, à part égale, avec vous. Vous connaissez la réponse.

            Les affaires, c’est très simple, c’est l’argent des autres.


            • stephanne 13 novembre 2013 02:40

              Madame Souchon pouvez nous donner vos liens avec le broker Binareo que vous mentionnez dans votre article ? c’est votre seul article écrit sur agoravox et figure un lien pour un broker inconnu dans le milieu des options binaires.


              Pourquoi avoir choisi ce broker ? je vais répondre à votre place. Parce que vous êtes justement ce broker afin de justifier que vous tenter d’exercer en france votre activité en toute illégalité. 

              Je vais signaler ce broker à l’AMF. Agorafox devrait supprimer cet article de propagande pour le broker en question. 

              • stephanne 13 novembre 2013 03:08

                Pour appuyer mes propos : le nom de domaine du broker que je ne reciterai pas pour ne pas lui faire de la pub a été créé le 27 septembre 2013. L’article a été publié le 29 octobre 2013. 


                Comment, Madame Souchon (auteur de l’article) avez vous trouvé ce broker si vous n’êtes pas lui ?

              • COVADONGA722 COVADONGA722 13 novembre 2013 07:56

                yep , la modo ça vous arrive de lire les articles ? vous venez de publier de la retape pour un jeu d’argent plus qu’hasardeux sauf bien sur pour le broker tombé du ciel 2 jours avant la parution.Je me demande qu’elle part relevant du terme escroquerie pourrait être extraite 

                de cette article publicitaire 
                cet article mériterais d’être signaléà la dgccrf .

                • Tall 13 novembre 2013 08:17

                  C’est bien mieux de jouer à la roulette du casino sur les chances simples alors.

                  Le risque est le même ( 1 chance sur 2 ) et le rapport est meilleur ( 95% minimum ).

                  • Yan75 23 novembre 2013 23:14
                    A mon avis l’option binaire ce jouent d’abord sur la probabilité, c’est à dire qu’il y a une grande part de chance à prendre en compte qui faut dominer avec de l’analyse technique et surtout du money management.

                    Dommage que les principaux acteurs de ce produit dérivé des marchés financiers sont des arnaques, sinon il existe quand même quelques brokers en bourse français qui proposent de trader l’option binaire, comme XTB, Ig markets, Saxo Banque.

                    Par contre leurs plateformes sont moins aisés pour des rentabilités faciles comparés à celle connu utilisé par les faux brokers, mais permettent au moins de jouer du vrai argent et de pouvoir le toucher sans arnaque, voici un site d’info français sur l’option binaire : 


                    Il mentionne tout les liens utiles pour vérifier la fiabilité d’un broker d’option binaire au niveau du RCS ainsi que les liens des listes noires de l’AMF.

                    Mais comme tout jeux d’argent cela comporte des risques même dans la légalités, surtout que l’option binaire est une spéculation rapide, donc faut quand même être prudent sur ce type de produit financier, comme dans tout type de trading en bourse.


                    • stephanne 3 décembre 2013 06:01

                      Il ne faut pas écouter ce qui est dit dans cet article. Il n’y a pas de vide juridique. La loi est précise ! Pour exercer une activité financière en France il faut avoir reçu l’agrément de l’AMF. Sans agrément votre broker d’option binaire exerce en toute illégalité en France.


                      Il est primordiale de choisir un broker autorisé par l’AMF et il en existe en France. Voici une liste :



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès