Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le PIB est-il périmé ?

Le PIB est-il périmé ?

Le monde « chiffré » correspond-il à la réalité ? Que nous apprennent réellement tous ces indicateurs économiques ? Comment interpréter le fait que nos élus justifient leurs politiques par les statistiques ?

Le Produit intérieur brut (PIB) est l’indicateur de référence en matière de comparaison entre Etats. En 2006, par exemple, la France se classait 6e derrière les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, la Chine et le Royaume-Uni (source). Mais ces chiffres veulent-ils dire quelque chose ? Doit-on baser son action économique par rapport aux autres Etats ?

Le PIB est en effet un indicateur vivement critiqué car il ne donne aucune information sur les conditions de vie. Il renseigne simplement sur la valeur totale de la production de biens et de services marchands à l’intérieur d’un Etat pendant une année. C’est donc un indice purement quantitatif qui ne mesure pas la qualité de la vie comme peut le faire l’Indice de développement humain (IDH) élaboré par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) en 1990.

L’IDH n’est pas l’indicateur macroéconomique le plus efficace, mais il est de loin le plus connu après le PIB. Il mesure la qualité de vie à partir de trois critères : longévité (espérance de vie à la naissance), Education (taux d’alphabétisation et taux de scolarisation) et Niveau de vie (PIB/hab corrolé au pouvoir d’achat).

Cette même année 2006, la France était classée 16e selon cet indicateur (source). Comment se fait-il donc que le PIB soit toujours préféré à des indicateurs plus précis ? Ce choix est d’autant plus contestable qu’il ne respecte aucunement les impératifs écologiques : le PIB compte toutes les opérations ce qui voudrait dire que les catastrophes naturelles ou - plus généralement - l’économie de destruction/reconstruction enrichit notre économie ! Les marées noires de Bretagne ont-elles fait grimper le PIB français malgré la désertification touristique ?

Plus ridicule encore est cette manie de calculer le PIB par habitant comme si tous les habitants disposaient équitablement du fruit de la richesse globale ! Ces indices ne donnent jamais la répartition véritable de la richesse et passent sous silence le fait qu’une minorité s’octroie la majeur partie du gâteau. Ainsi, un Etat comme l’Irlande est passé en quelques années du statut de "quasi sous-développé" (pour un pays de la zone euro) à celui de "dragon celtique". Jouer avec les chiffres et si facile : les Irlandais étant environ 4 millions (contre 60 millions pour la France), il est donc logique que le chiffre par tête soit favorable à nos voisins !

De même, le modèle nordique n’est viable qu’à partir du moment où ils sont peu nombreux. Là encore, on pourrait critiquer le benchmarking (pratique qui consiste à s’inspirer de ce qui se fait ailleurs : voir ici) qui n’adapte plus, mais copie purement et simplement. Les situations ne sont pas les mêmes et il est nécessaire de comprendre que chaque territoire est unique et mérite une politique unique. Les modèles parfaits, clé en main, n’existent pas !

Il semblerait que Michel Rocard ait eu raison de déplorer l’ "absence totale de pensée économique des Français" ! Les citoyens autant que les élus mériteraient une meilleure formation de base, loin des dogmes de l’économie néoclassique. Cela leur permettrait de comprendre que le volontarisme politique peut corriger les tendances plutôt que les accompagner...

Posons-nous par exemple ces questions : la Chine est-elle riche ? Ne devrait-on pas suivre l’exemple du Bouthan et de sa recherche du bonheur plutôt que la recherche de l’argent comme d’une fin en soi ? L’Indice de bonheur humain a de quoi faire sourire, mais il est sans doute plus proche de la réalité que le PIB...


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 24 octobre 2007 10:50

    Attention ! le nom d’une enseigne de grande distribution figure sur votre photo.


    • Gael Gael 24 octobre 2007 10:58

      Le Peuple Breton ? Ok, je vois ce que vous voulez dire et je ne citerai par cette marque ! M’enfin, le mag critique la grande distribution donc qu’on ne me taxe pas de faire de la pub !

      Je vais donc de ce pas changer de photo.

      Gael.


    • La Taverne des Poètes 24 octobre 2007 11:23

      Dommage pour vos lectrices ! vous avez retiré votre portrait alors que vous êtes genre beau gosse. Il suffisait de gommer la marque de distribution en question... smiley


    • MagicBuster 24 octobre 2007 11:49

      Parait que le PIB ne mesure pas la richesse ... seulement les flux.

      Par exemple : La hausse de l’immobilier n’influe pas sur le PIB.

      Si vous pouvez m’éclairer la dessus SVP. Merci d’avance.


      • Gael Gael 24 octobre 2007 13:26

        Le PIB est défini comme étant la somme des valeurs ajoutées réalisées à l’intérieur d’un pays par l’ensemble des branches d’activité (auxquelles on ajoute la TVA et les droits de douane), pour une période donnée, indépendamment de la nationalité des entreprises qui s’y trouvent. Il comptabilise la production marchande (biens) et non marchande (services).

        Les calculs s’appuient donc sur le compte de résultat et non sur le bilan (actif et passif).

        A priori, j’aurai tendance à dire que l’immobilier n’entre pas en compte car il ne s’agit pas de production.

        Vous soulevez toutefois une question très intéressante et mettez du même coup l’accent sur les doubles comptes. je sais que ne sont pris en compte que les produits finaux et pas intermédiaires pour éviter les doublons, mais qu’en est-il du marché de l’occasion par exemple ?

        Si ces flux sont comptabilisés, le PIB est encore plus gonflé dans les régions où l’inflation immobilière de ces dernières années a été sans précédent (+ 100% en 8 ans dans certains coins de Bretagne).


      • jcm jcm 24 octobre 2007 13:30

        @ Gael =>

        « Ne devrait-on pas suivre l’exemple du Bouthan et de sa recherche du bonheur plutôt que la recherche de l’argent comme d’une fin en soi ? L’Indice de bonheur humain a de quoi faire sourire, mais il est sans doute plus proche de la réalité que le PIB... ».

        Certes, mais le « bonheur » à quel prix ?

        Il n’y a pas que le niveau de notre « satisfaction » qui compte aujourd’hui mais aussi, à l’heure de ce Grenelle de l’environnement, les conséquences des méthodes par lesquelles nous obtenons une certaine satisfaction.

        Autrement dit le poids que notre « bonheur » fait peser sur la planète et sur les générations futures.

        Et il me semble indispensable qu’un indice soit disponible pour refléter simultanément notre niveau de bonheur moyen, ses disparités ET les conséquences environnementales de ce niveau.

        Je ne pense pas que ce soit impossible.

        Dans cet ordre d’idée j’avais imaginé que l’on pourrait paramétrer le PIB afin de lui permettre d’afficher ces données qu’il masque effectivement en l’état actuel des choses.

        Ce travail est disponible ici : Du PIB au PIB+.


        • Gael Gael 24 octobre 2007 14:52

          Le monde est petit ! Un Freemen ! j’ai déjà lu votre prise de position sur le PIB+. je suis évidemment bien d’accord avec votre commentaire !

          A+ Gael.


        • jaguar jaguar 24 octobre 2007 13:35

          Je suis d’accord que l’on ne peut pas comparer les économies de chaque pays uniquement sur la valeur crée. L’IDH est un bien meilleur indice. Mais il est évident que plus tu crée de la richesse, plus tu peux en distribuer. Plus ton PIB augmente, plus tu peux en faire profiter la population, c’est dans ce sens que cet indicateur est si important. Maintenant, à chaque pays de choisir la répartition de ses richesses...

          — 

          L’économie est l’activité humaine qui consiste à la production, la distribution, l’échange et la consommation de produits et services (wikipedia)

          Le produit intérieur brut (PIB) correspond à la valeur totale de la production interne de biens et services dans un pays donné au cours d’une année donnée par les agents résidents à l’intérieur du territoire national (wikipedia)

          — 

          Gael ca na rien à voir avec l’article mais es-tu vraiment autonomiste breton ! smiley ptdr


          • Gael Gael 24 octobre 2007 14:54

            Economiser, c’est être plus riche aussi ! Donc ne pas gaspiller la ressource, c’est s’enrichir ! Et puis, tout dépend de ce que l’on produit...

            Sinon, rien à voir avec l’article, mais oui, je suis autonomiste breton. Pourquoi ? Un autonomiste breton ne doit parler que de la Bretagne ! smiley

            Gael.


          • MagicBuster 24 octobre 2007 13:52

            Merci Gael pour ta réponse.

            Le mode de calcul a l’air très complexe en tout cas invérifiable.

            Comme disait Coluche, Ils sont contents les pauvres d’habiter un pays riche.


            • Gael Gael 24 octobre 2007 14:59

              « Comme disait Coluche, Ils sont contents les pauvres d’habiter un pays riche. »

              Très juste ! Dans ma première version d’article, je dénonçais également les « bien-pensants » qui critiquent les chiffres d’un côté et utilisent les mêmes méthodes dès qu’elles leur sont profitables.

              Ex : 1 milliard de personnes vivent avec X € par jour !

              Je pense que cela n’est pas de l’information ! ça n’explique pas les conditions de vie. Riche le RMIste qui vit en Afrique ! L’est-il en France ?

              Et désolé de ne pas pouvoir vous donner d’info plus précises !

              Gael.


            • Emmanuel 24 octobre 2007 14:05

              Ce n’est malheureusement pas le cas pour la pluspart des économistes...

              En complément, une critique du PIB par Harribey :

              http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/valeur/extraits-dico.pdf

              et la proposition d’un indicateur de progrès qualitatif :

              http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/soutenabilite/ipq.pdf


              • Forest Ent Forest Ent 24 octobre 2007 15:31

                La critique du PIB et le rapprochement de l’IDH sont des classiques, mais je ne vois pas ce que vous proposez de mieux.


                • Gael Gael 24 octobre 2007 15:43

                  Et bien relisez ! Je critique la vision du monde chiffrée de nos élus. Le simple fait de ne plus s’appuyer sur des statistiques à qui l’on fait dire tout et n’importe quoi serait déjà une avancée...

                  L’IDH constitue une alternative, mais je sais qu’il existe d’autres indicateurs encore plus performants. Aux administrations de les utiliser !

                  Sinon, vous pouvez vous reportez au PIB+ dont le lien est en commentaire ci-dessus (géoclic).

                  Gael.


                • MagicBuster 24 octobre 2007 15:41

                  @Forest

                  La comparaison est-elle obligatoire ?

                  Ce n’est pas l’indicateur, ou les indicateurs qui sont en cause , en réalité c’est que les comparaisons de différents indicateurs entre les pays sert UNIQUEMENT de base au nivellement vers le bas.

                  Et si on essayait de prendre réellement le meilleur de chaque pays ? ? ?


                  • Forest Ent Forest Ent 24 octobre 2007 18:53

                    @ MagicBuster et @ l’auteur

                    Ce n’est pas que je ne sois d’accord sur le fond. Je m’interrogeais sur l’originalité de l’article, ce sujet ayant été déjà plusieurs fois traité sur AV.

                    Comme je crois comprendre que l’auteur favorise le calcul d’une nouvelle forme d’indicateur, je ne saurais trop l’encourager à publier un autre article en résumant les principes, avantages et inconvénients.


                  • Gael Gael 25 octobre 2007 09:05

                    Je comprends mieux. Je suis nouveau sur Agoravox et je n’ai pas lu toutes les archives. S’il est bon de le rappeler, il est vrai que toujours les mêmes articles doivent lasser !

                    Néanmoins, le comité de lecture l’a accepté... je tenterais d’être plus original pour mon prochain. smiley

                    Amicalement. Gael.


                  • Forest Ent Forest Ent 25 octobre 2007 13:40

                    Cet article est bien écrit et laisse présager de futures publications de qualité. J’attends le suivant avec impatience.


                  • judel.66 24 octobre 2007 15:42

                    Gael —dans la mesure où 70% des entreprises Françaises en France sont actuellement a capital majoritairement etranger je pense que notre PIB ne représente plus rien...la France est en train de devenir une colonie du capital etranger qui rapatrie ses dividendes ; la France se ruine progressivement ! ! ..


                    • judel.66 24 octobre 2007 15:43

                      Gael —dans la mesure où 70% des entreprises Françaises en France sont actuellement a capital majoritairement etranger je pense que notre PIB ne représente plus rien...la France est en train de devenir une colonie du capital etranger qui rapatrie ses dividendes ; la France se ruine progressivement ! ! ..


                      • laurent 24 octobre 2007 16:20

                        @Gael

                        Merci pour cet article qui a le mérite de lancer un sujet passionnant : comment mesurer la richesse ?

                        Vous avez raison, aujourd’hui le PIB est le seul véritable outil pour deux raisons principales :
                        - Il s’appuie sur une méthodologie de comptabilité nationale permettant une comparaison internationale,
                        - La comparaison de cette indicateur entre deux années permet d’identifier la dynamique de richesses (c’est la fameuse croissance) ce que ne permet pas l’IDH.

                        Je ne suis pas d’accord avec vous quand vous fustigez le ratio PIB/habitant : c’est un élément essentiel de comparaison entre des pays de différentes tailles. Certes la richesse n’est pas également répartie mais ce n’est pas le rôle du PIB de mettre en exergue cet aspect-là.

                        On en vient aux lacunes de cet indicateur :
                        - Il ne tient pas compte de la répartition de la richesse,
                        - Il n’intègre pas ce que les économistes appellent les « externalités » au premier rang desquels se trouvent la question environnementale.

                        Il me semble que le plus efficient serait d’intégrer ces questions dans le calcul du PIB (internalisation des effets négatifs de la polution par exemple) plutôt que de trouver d’autres moyens de calculs la richesse.

                        @ MagicBuster et Gael

                        L’immobilier est pris en compte par le PIB dans son optique dépense. Et comme en économie les emplois sont toujours égaux aux ressources, l’optique production du PIB est rigoureusement équivalente.

                        De même pour le marché de l’occasion.

                        Cdlt,

                        Laurent


                        • Gael Gael 24 octobre 2007 16:47

                          Merci pour ces précisions, je ne peux que confirmer. Mais finalement, en dénonçant le fait que le PIB/hab ne prend pas en compte la répartition de la richesse, vous êtes d’accord avec moi !

                          Je comprends que cet indicateur n’ait pas cet objectif, mais c’est néanmoins ce que les gens pensent. En somme, un irlandais serait plus riche qu’un français ! C’est une autre question qui soulève la limite des moyennes !

                          Gael.


                        • sauvage 84 5 novembre 2007 08:12

                          Connaisseur du Bouthan. je ne pense pas que BIB, soit une réalité pour les sujets de ce royaume himalayen. Les violences faites aux femmes, sexuelles et physiques. Le mode de vie féodal. La pénibilité des travaux de l’agriculture montagnarde. Tout à la faucille pour les moissons du riz rouge. Le statut misérable des travailleurs indiens construisant les routes en cassant les cailloux à la main, payés en sac de riz, vivant avec leurs enfants dans des campement de fortune, sans toilettes sans eau, sans école pour les leurs. Font de ce slogan, le bonheur intérieur brut, un slogan. C’est tout. Le Disneyland du bonheur est un mythe. Désolé mais c’est comme ça. Alors un peu de prudence dans la rédaction d’articles définitifs. On peut saluer les efforts de ce pays pour améliorer la situation. La volonté de faire mieux , d’aller vers la démocratie de façon pacifique, c’est la moindre des choses. J’aime ce pays, je l’aide en fonction des missions qui m’y sont confiées. Mais sans complaisances et attentif à ses lacunes.


                        • Gael Gael 5 novembre 2007 09:21

                          Je ne suis pas sans ignorer les slogans ! L’ère SArkozy ! ET je ne dis pas non plus que le Bouthan est le modèle à suivre... simplement je disais que leur indicateur était aussi « bon » que le nôtre !

                          Amicalement GAel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès