Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le pic pétrolier aurait été passé en 2007

Le pic pétrolier aurait été passé en 2007

Le dernier bulletin d’ASPO-Irlande, une association d’anciens géologues du secteur pétrolier, annonce que, selon son dernier modèle de production pétrolière mondiale, le pic pétrolier (peak oil) aurait été franchi l’année dernière.

Selon sa dénomination officielle (Association for the Study of Peak Oil and Gas), l’ASPO devrait déjà s’appeler l’ASPOG.

Cette association de géologues à la retraite s’échine depuis plusieurs années à prévoir la date du maximum de production pétrolière (peak oil). Son président, le médiatique Dr Colin Campbell, avait copublié dès 1998 un article retentissant sur l’imminence du pic pétrolier dans la revue Scientific American (Pour la Science en version française).

Si on en croit la célèbre courbe actualisée qui décore sa dernière newsletter, il va falloir plutôt la rebaptiser ASRUP : Association for the Study of the Real Undulated Plateau.



La raison de ce plafonnement provient d’une amélioration notable du modèle utilisé par ASPO-Irlande pour établir cette courbe. Comme il est dit sur son site :
"Cette révision est fondée sur une mise à jour de la situation en eau profonde, modifiant ainsi la version précédente qui datait de 2005. Le modèle distingue les 4 grands pays produisant en eau profonde (Angola, Brésil, Nigéria et Etats-Unis) et agrège les autres ensemble. La version précédente tenait compte d’une production totale ultime de 68 Gb, qui a été portée à 85 Gb. Le modèle précédent était fondé sur les courbes de déplétion de Hubbert, mais cette approche a été abandonnée en reconnaissant que le taux de production en eau profonde est probablement contraint par la capacité des installations de production de surface, ce qui aboutit plutôt à un plateau qu’à un pic. Le pétrole en eau profonde est très coûteux à produire, et l’investissement est le facteur limitant."
Il était plus que temps de mettre à la poubelle ces très élégantes courbes en cloche qui ont certes permis à Marion King Hubbert de prévoir le maximum de production pétrolière étatsunien, à l’époque où l’infrastructure de production ne coûtait rien ou presque, mais qui sont totalement inadaptées à la prospective dans un monde moderne et fini où tout devient rare : les ressources, les équipements, le savoir-faire... et les investisseurs.

Cette révision du modèle a pour effet remarquable d’envoyer le pic dans le passé, en 2007 : comme le dit un peu plus loin le rédacteur de l’article, "la seconde moitié de l’Age du Pétrole a commencé".

Il est donc officiellement établi que le pic est passé pour la communauté piquiste : pour elle, la newsletter de l’ASPO-Irlande tient presque de l’évangile.

On notera également que, avec une prévision de date de pic qui passe d’un mois sur l’autre de 2010 à 2007, notre point de vue sur l’erreur du pic s’en trouve encore plus conforté.

Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 6 mai 2008 10:27

    Soyons réaliste car bien souvent les études en tout genre ne savent même pas prévoir une reprise économique

    Le dernier cas d’école aura été la dissolution de l’assemblée nationale par Chirac en 1997 qui s’appuyait sur une étude de Bercy qui prédisait une situation catastrophique de l’économie française et nous avons pu voir que la reprise était au coin de la rue.

    Concernant le cycle de croissance des pays comme la Chine,l’Inde et d’autres pays comme le Vietnam il est évident que ce sont eux qui tirent la demande mondiale de pétrole et que nous subissons cette hausse des cours du prix.

    En Argentine,vous avez la possibilité de faire le plein de gaz de votre véhicule pour 8 pesos !!! (2 euros)

    Le problème de la France est trop lié aux taxes pétrolières sur le prix à la pompe et aujourd’hui nous somme pris au piège de nous retrouver bloquer par un prix qui déjà explose (1,60 euros à Paris !) avant les vacances qui sont dans 2 mois

    Le Baril tourne à 120 $ mais à la pompe c’est le prix à 90 $

     

     


    • casp casp 6 mai 2008 12:58

      Lerma ; je vous approuve quand vous relativisez les chiffres courbes et analyse en tout genre.. On peu leur faire dire beaucoup de chose...

       

      Cependant comparé une analyse de l’economie ; qui est un phénomène chaotique et mathématique extrêment complexe.

      A des evaluations de ressources géologique me semble un peu idiot.

       

      Deplus Il est sommes toute assez logique que nous atteignons le pic en 2007. Quand bien même ils se tromperaient he bien nous l’atteindront alors en 2009 ou 2010 peu être..

      Et dans le cas present il est bon d’essayer de faire se reveiller les gens. Car les occidentaux et les nouveaux riches du monde continu de se comporter en adolescent attardé et irresponsable.

      Refusant de voir la réalité en face alors que cela fait maintenant prêt de 50 ans que les artistes on tiré la sonnette d’alarme.


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 6 mai 2008 13:32

      Et alors, qu’attends M. Sarkozy pour baisser , voire supprimer les taxes sur le SP , qui représentent environ 45% de son prix client à la pompe ?


    • edrobal 6 mai 2008 16:55

      Retirer les taxes sur le carburant reviendrait à envoyer un message au consomateur de rester dans des habitudes de dépendance au pétrole. Ce qui a court terme est bénéfique pour ce consomateur ne le sera pas à moyens et long terme. Mais il est vrai que ces taxes sur la consomation pénalise en priorité les personnes à revenu modeste qui n’ont pas le choix de ne pas utiliser leurs vehicules.

      Entre un choix social (la détaxation) et un choix écologique...


    • SANDRO FERRETTI SANDRO 6 mai 2008 17:25

      Eh bien c’est tout vu. Ce gouvernement ne choisira ni l’un ni l’autre.

      Pas de baisse de la taxation, ni pseudo écologie (l’état a trop besion de l’auto pour remplir ses caisses, en radars , PV divers, TVA sur l’industrie auto, les pièces détachées, les assurances, les péages dont il est actionnaire, etc....)

      C’étatit juste pour dire à Lerma que ce n’est pas parce qu’aucun Président n’a touché au "racket des automobilistes" qu’il ne pourrait pas inover, puisque c’est le Président de la rupture.....

      Mais on ne rompt pas avec de vieilles recettes avalisées par Bercy, ni à gauche, ni à droite, ni au centre.....


    • martoni 10 mai 2008 12:05

      Baisser les taxes sur les carburants serait un véritable suicide sociale, écologique et économique.

      social : Le prix des énergies fossiles va de toute manière continuer à augmenter, baisser les taxes c’est faire croire aux citoyen qu’il n’est pas nécessaire d’envisager une autre manière de se déplacer (covoiturage, démenagement pour se rapprocher du lieu de travail, vélo,...). Et quand le prix des carburant deviendra réellement insoutenable les gens n’y seront pas préparés. Il faut au contraire envoyer un message clair sur le long terme, en gardant une augmentation constante des énergies fossile pour ne laisser aucun doute sur ces énergies.

      Écologique : baisser les taxes sur les énergies fossiles c’est encourager l’augmentation de leurs consommation et donc des émissions de CO2.

      Économique : Les taxes sur les énergies fossile permet de garder une partie de l’argent à l’interieur du pays, ne pas les taxer c’est faire sortir l’argent du pays.

       

      La taxe sinon rien : http://www.manicore.com/documentation/taxe.html


    • N.E. Tatem N.E. Tatem 6 mai 2008 11:16

      Salut.

      Les pays producteurs et non les moindres promettet un baril à 200$, et avant la fin 2008. Certainement nous y allons. Hier, 5.05.08, il a dépassé les 120... On l’attend à plus125 en fin de cette semaine... Aujourd’hui, 6.05.08 aux élections des States, côté démocrates il passe pour le sujet du jour en ce concerne la dépendance des States...

      Cordialement.


      • Aerobar Films Aerobar Films 6 mai 2008 13:59

        Sur la question des prix, il est probable que nous sommes en présence d’une bulle, comme je le détaille dans cet autre article.

        Pour moi, le prix n’est pas le bon indicateur de passage du pic. Et autant on peut se méfier des positions (de moins en moins) optimistes de l’AIE dont la mission première est d’assurer du pétrole bon marché à l’OCDE, autant celles de l’IFP restent crédibles - ne serait-ce que parce qu’elle a les moyens d’obtenir des données à jour sur la situation des gisements, moyens que perdent les membres de l’ASPO à leur départ en retraite.


      • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 6 mai 2008 13:11

        Bjr et merci pour l’article,

        Il est par définition très difficile de prévoir dans quelle phase du pic pétrolier on se trouve, c’est le genre de choses beaucoup plus facile à analyser après coup. Une chose est sûre, la phase ascendante est derrière nous. L’ASPO me paraît être une source de confiance, bien plus que les chiffres officiels manipulés par les pays producteurs ou les estimations erronées de l’AEI, qui a toujours (volontairement ?) oublié les facteurs "externes", à savoir les coûts de production de plus en plus élevés.

        http://www.contre-pouvoir.be/content/thematiques/thema/thema_petrole.php

         

         

         


        • ZEN ZEN 6 mai 2008 13:19

          Bonjour, Yves

          Je partage tout à fait ton avis...


        • Yannick J. Yannick J. 6 mai 2008 15:21

          "Le modèle distingue les 4 grands pays produisant en eau profonde (Angola, Brésil, Nigéria et Etats-Unis)"..

          à ceci on peut commencer à y ajouter le cercle arctique appartennant à la russie, très certainement dans l’océan indien et pacifique dans la bande récemment cédée à l’australie, le mexique, la mer de chine...

          bref on peut ajouter pas mal d’offshore profond, c’est une certitude. je dirais que le peak oil, est peut-être atteint, mais quand à ce qui est encore exploitable, là on est loin très loin du compte....

           


          • Grasyop 6 mai 2008 15:26

            « La version précédente tenait compte d’une production totale ultime de 68 Gb, qui a été portée à 85 Gb. »

            Dommage : ça veut dire qu’on va polluer l’atmosphère plus longtemps, au risque de modifier le climat de manière encore plus brutale et irréversible.


            • gecko gecko 6 mai 2008 17:25

              yep faut arréter ça ! vite ! de l’hydrogène produit par les centrales nucléaires ! vite des biocarburants produits avec encore plus de petrole ! heureusement qu il nous reste le charbon pour quelques années ! eeet ben vivement qu on balance des sulfates dans l’athmosphère pour refroidire tout ça !


            • Grasyop 6 mai 2008 17:50

              Personnellement, je ne vois pas trop ce qu’on reproche au nucléaire. Le risque de catastrophe ou le problème des déchets me paraissent bien dérisoires comparés à la catastrophe assurée que nous promet l’usage forcené des hydrocarbures.


            • dom y loulou dom 6 mai 2008 23:07

              ce qu’on reproche aux déchets radioactifs monsieur c’est qu’ils promettent un monde impossible à dépolluer jusqu’à la nonantième génération depuis vos gamins, assurés eux d’avoir des mutants en guise de progéniture, trois bras, un seul oeil, muets ou aux membres difformes... ça vous semble un avenir radieux ? Une juste cause à poursuivre ? Pour quoi au juste ? nourrir des tubes cathodiques pour nous bassiner de star ac et de mensonges informatifs appelés communication ? Et quoi ? Pour éclairer la tour eiffel et les cathédrales ? Pour des villes illuminées constamment pour rien ? des vitrines luxueuses sur broadway avenue ? Des stades qu’on ne peut utiliser le jour parce que le jour le public travaille à l’usine ? ça ne vous frappe pas que Roalnd Garros et compagnie se déroulent le jour, mais le foot toujours le soir ?

               

              Et pourquoi donc oublier les énergies renouvelables ???

               Quand l’hydrogène est la technologie de pointe depuis quarante ans, toutes les fusées se propulsant à l’aide de l’hydrogène ? On est très très loin du bricolage hein, on la maitrise parfatement cette énergie mais le portefeuille des Bushs and co. (nards) est plus important que n’importe quel avenir n’est-ce pas et l’eurofoot bien plus passionant que comprendre qu’est-ce qu’on fout dans l’existence. 

              Alors qu’on pourrait faire tourner des moteurs à l’eau, qu’on connait les barrages et les turbines de haute mer captant les courants, quand on améliore sensiblement le rendement des éoliennes avec le temps et qu’on ne connaitrait pas de pénuries d’eau en se souvenant de bêtes puits aériens qui fa4onnaient le croissant vert il y a cinq mille ans... mais non déssalaniser l’eau de mer est plus pimpant même si cela demande autant d’énergie que d’éclairer une ville entière toute une nuit  ?

              Pourquoi ne sont pas investis des milliards dans la recherche pour améliorer tout ce qu’on connait du développement durable ? Parc que les riches préfèrent se dorer la pilule dans leur piscine privée chauffante à bubulles et croire que la technologie servira à leur fabriquer des corps immortels ? ben voyons. 

              mais vous préfèreriez quand même continuer à hypothéquer l’avenir de la vie sur cette planète ? Vous êtes trop jeune pour vous souvenir de Tchernobil et les ravages que cette explosion nucléaire à fait sur les populations ukrainiennes  ? non ? Vous perdez la mémoire ?

              Vous voulez pas devenir actionaire de Monsanto aussi non ? Hypothéquer ainsi les générations futures en polluant un monde qui ne leur appartient aucunement est juste totalement irresponsable.

              Et aujourd’hui on ne demande même plus de comptes aux bourreaux de ce monde parce qu’on préfère son salaire qui périt pourtant tous les jours sous les coups de butoir des joyeuses "réformes" ? Autant de régressions sociales et politiques et aucun avenir dans une perspective de guerre incessante et qui s’empire de jour en jour.

              Mais contnuez donc à me traiter de menteur, de lâche et de je ne sais quoi, je ne prends plus une miette des méfaits d’autrui.

               


            • Grasyop 7 mai 2008 02:47

              « ce qu’on reproche aux déchets radioactifs monsieur c’est qu’ils promettent un monde impossible à dépolluer jusqu’à la nonantième génération depuis vos gamins, assurés eux d’avoir des mutants en guise de progéniture, trois bras, un seul oeil, muets ou aux membres difformes... »

              Trois bras, c’est pratique, mais un seul œil par contre...

              Sérieusement, je crains bien plus la pollution chimique par les rejets de métaux lourds (mercure, plomb... ), quantitativement bien plus importante que la pollution radioactive, et dont je ne suis pas sûr qu’elle soit fondamentalement plus facile à dépolluer. Et surtout, je crains encore plus un changement climatique, dont les effets pourraient s’étendre très lontemps également, quand ils ne sont pas tout simplement irréversibles à tout jamais comme la disparition d’espèces.

              « Pour quoi au juste ? nourrir des tubes cathodiques [...] »

              Là, vous ne critiquez pas la source d’énergie, vous critiquez son usage. Mais cet usage est le même que la source d’énergie soit nucléaire, éolienne, propre, renouvelable, ou non. Donc ce n’est pas un argument valable contre le nucléaire.

              « ça ne vous frappe pas que Roalnd Garros et compagnie se déroulent le jour, mais le foot toujours le soir ? »

              Euh, non, je ne regarde pas le foot, désolé.

              « Et pourquoi donc oublier les énergies renouvelables ? ? ? »

              Énergie renouvelable n’est pas synonyme d’énergie propre. De nombreuses énergies renouvelables sont constituées de matières carbonées et émettent donc du gaz carbonique.

              Dans le cas des biocarburants actuels, elles requièrent des terrains pour les faire pousser, ce qui entraîne, au choix, la réduction des surfaces de culture alimentaire (d’où disettes voire famines) ou la déforestation (d’où disparition d’une multitude d’espèces tant animales que végétales, à commencer par ce qu’il reste encore de nos plus proches parents génétiquement : les chimpanzés, bonobos, gorilles et orang-outans).

              Il y a bien sûr d’autres sources renouvelables d’énergie, comme le vent ou les rivières. Je ne les ai pas oubliées vu qu’il n’en était pas question dans le message auquel je répondais.

              « Quand l’hydrogène est la technologie de pointe depuis quarante ans, toutes les fusées se propulsant à l’aide de l’hydrogène ? »

              L’hydrogène n’est qu’un vecteur, un moyen de stocker l’énergie qu’il a fallu produire par d’autres moyens. Ce n’est pas une source d’énergie !!!

              L’article Moteur-fusée de Wikipédia précise par ailleurs à son sujet : « Hydrogène+oxygène. extrèmement difficile à utiliser à cause de l’inflammabilité de l’hydrogène, ce couple est dangereux d’utilisation du fait des risques élevés d’explosion. »

              « Alors qu’on pourrait faire tourner des moteurs à l’eau, qu’on connait les barrages et les turbines de haute mer captant les courants, quand on améliore sensiblement le rendement des éoliennes avec le temps »

              Tant mieux si ces technologies se développent. Mais la quantité d’énergie que l’on peut tirer d’une rivière ou de la marée est limitée (et ce n’est pas une question de technologie, c’est simplement qu’on ne peut pas prendre plus d’énergie qu’il n’y en a). Par ailleurs, les barrages hydrauliques peuvent aussi avoir des conséquences écologiques négatives (interruption des migrations de poissons, perte de biodiversité causée par l’inondation de la vallée) et aussi parfois des conséquences archéologiques négatives. Les éoliennes, je n’ai rien contre a priori, mais il va falloir en mettre partout si on veut en tirer une quantité d’énergie réellement significative comparé à ce que nous consommons en énergies carbonées aujourd’hui. Est-ce faisable ? Et dans le cas contraire, on fait quoi, on continue de consommer des énergies carbonées tout en rêvant à un monde d’éoliennes ?

              « et qu’on ne connaitrait pas de pénuries d’eau en se souvenant de bêtes puits aériens qui fa4onnaient le croissant vert il y a cinq mille ans... »

              Je ne connais pas ces puits, mais quoiqu’il en soit, la quantité d’eau disponible est limitée par la taille de la nappe d’eau, pas par la facture du puits à travers lequel on l’extrait. Et il est clair que la population mondiale et ses besoins en eau ne sont plus les même qu’il y a cinq mille ans.

              « Vous êtes trop jeune pour vous souvenir de Tchernobil et les ravages que cette explosion nucléaire à fait sur les populations ukrainiennes ? non ? Vous perdez la mémoire ? »

              La catastrophe de Tchernobyl a vraisemblablement causé quelques milliers ou dizaines de milliers de morts et d’handicapés (estimations discordantes). C’était il y a vingt-deux ans et on en parle encore. Les coups de grisou que coûte l’énergie du charbon coûtent également la vie à plusieurs milliers de chinois chaque année (entre quatre mille et vingt mille en 2006 selon les sources). Qui s’en soucie ?

              Ce week-end, un cyclone a fait plusieurs dizaines de milliers de morts en Birmanie ; est-ce qu’on en parlera encore dans deux semaines ? D’ailleurs, est-ce qu’on parle encore souvent du tsunami asiatique du 26 décembre 2004, qui a fait plus de deux-cent mille morts ? Vous allez me dire que les catastrophes naturelles ne sont pas la faute de l’Homme, qu’on ne peut rien y faire. Elles le seront si on modifie le climat.

              « Vous voulez pas devenir actionaire de Monsanto aussi non ? »

              Ne mélangeons pas les problèmes. On parlait du nucléaire, pas de Monsanto. Diversion.

              « Hypothéquer ainsi les générations futures en polluant un monde qui ne leur appartient aucunement est juste totalement irresponsable. »

              Oui et vous faites quoi ? Même si vous économisez l’énergie, ce qui est valeureux, vous en consommez forcément pour vivre. D’où vient-elle ?

              « Mais contnuez donc à me traiter de menteur, de lâche et de je ne sais quoi »

              Je n’ai rien dit de vous, je ne vous avais même pas parlé ! Encore de la diversion.


            • Gilles Gilles 7 mai 2008 10:21

              « La version précédente tenait compte d’une production totale ultime de 68 Gb, qui a été portée à 85 Gb.  »

              Et pire il parait qu’on s’attend à atteindre les 100Gb dans quelques années !

              Il parait aussi que les chinois auraient déjà dépâssé, ou sont en passe de l’être, les émissions de Co2 US

              Et pire, la mère Clinton aurait promis de SUPPRIMER les taxes sur le carburant....

              Une fois que le muir sera en face, on devrait trouver comment le sauter plutôt que de croire qu’on va s’arrêter avant...car vu ciomme c’est parti et le désintérêt mondial pour la polution et les changements climatiques


            • Dimetrodon Dimetrodon 6 mai 2008 17:48

              Je ne sais plus quel économiste déplorait que l’essence n’a pas suivi l’augmentation du coût de la vie et démontrait qu’en fait on devrait payer aujourd’hui environ 4 euros le litre d’essence. ET ce, indépendamment du fait qu’il y ait ou non un pic de production atteint ou à atteindre très très prochainement.

              On peut constater que les denrées alimentaires de base ont augmenté beauoup plus vite que l’essence ui, actuellement coûte 1,56 euros le litre.

              Pour la première fois depuis longtemps, l’essence est finalement plus chère que le litre de lait !

              Je pense que l’essence est trop bon marché. Tant qu’il y aura des gens qui seront assis tout seuls dans leur voiture dans les bouchons, tant qu’il y aura encore des gros 4x4 dans les villes, l’essence seras toujours trop bon marché. Un beau jour, tout le monde va se réveiller et il n’y aura plus d’essence du tout, autant s’habituer à faire sans le plus tôt possible.

               


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 mai 2008 18:13

                1, 56 on approche le prix d’un vin de pays en brick, qui lui n’augmente pas, dieu merci,

                on peut encore boire pour pas cher, pour oublier que l’essence et la vie c’est cher !

                 

                 


              • Internaute Internaute 6 mai 2008 18:14

                Je me souviens que dans les années 60 l’essence était à peu prés au même prix que le lait. Aujourd’hui un litre de lait vaut 0,65 euros en grande surface et l’essence 1,35. Elle n’a donc pas baissé mais augmenté par rapport à une autre denrée de base, le lait.

                 

                Ceci dit, mais pour tout à fait d’autres raisons, je pense que l’essence n’est pas assez chère. On devait la surtaxer pour tous les transports de marchandises, bateaux, avions et camions. C’est la seule solution pour limiter le commerce international et faire redémarrer l’industrie dans notre pays.

                 


              • Dimetrodon Dimetrodon 6 mai 2008 18:19

                Oui mais un litre de lait frais bio coûte 1,72 euros…


              • ZEN ZEN 6 mai 2008 18:30

                @ Internaute

                Comme le préconise Jancovici , c’est sans doute la seule mesure apprendre pour sortir de l’addiction pétrolière . Il faudra beaucoup de pédagogie et de courage. On n’en prend pas le chemin..

                De toutes manières il faudra y arriver plus vite qu’on ne le croit ,d’autant plus que les pétroliers bluffent sur leurs réserves, comme l’a assez bien montré Eric Laurent

                 

                La fin du monde tel que vous l’avons connu

                "...Cette cure de désintoxication est notre seule planche de salut. Une diminution drastique de notre consommation d’énergies fossiles, pétrole mais aussi charbon et gaz, est vitale pour la survie de la planète. Les combustibles fossiles représentent aujourd’hui 80% de l’énergie mondiale. Si la consommation de ces énergies continue à croître de 2% par an, comme elle le fait en moyenne depuis 1970, les émissions de CO2 seront telles que la température planétaire aura grimpé de 5 degrés au moins en 2100, et de 10 à 20 degrés en 2200 !. ... Imaginons que la question climatique n’existe pas. L’humanité devra de toutes façons consommer moins d’énergies fossiles avant la fin du XXI° siècle. Contrairement à ce que nous croyons souvent, le stock disponible n’est pas extensible à l’infini et il faut à la planète des millions d’années pour faire du pétrole ou du charbon. Ce sont les opérateurs pétroliers eux-mêmes - souvent plus conscients du problème que les politiques ou les média- qui le disent. Selon Shell, la production pétrolière commencera à décliner vers 2025. Total parle lui de 2020..." (JM Jancovici)


                Pétrole : le grand bluff ?


                "Les enjeux planétaires du pétrole"

                . Les enjeux de l’energie - Cite des Sciences

                Géopolitique du pétrole

                L’enjeu du pétrole

                Aux origines de la nouvelle crise pétrolière

                 


                • tinga 6 mai 2008 20:51

                  Certains pensent qu’il pourrait être dépassé depuis plus longtemps encore, peu importe, il est là et bien là !

                  De toute façon, l’essence a un gout de sang, c’est ce qui m’a décidé à délaisser la voiture il y a six années maintenant, traumatisme post 11 septembre...


                  • fonzibrain fonzibrain 6 mai 2008 21:38

                    hello j ai entendu hier au journal que la consommation d essence en france avait baissé de 6 % en une anné,à cause du prix,bonne nouvelle

                    mais ne en faisons pas,à des moment comme maintenant il faut avoir confiance dans l homme et son genie,on va trouver et commercialiser une nouvelle forme denergie,tout simplement parceque c’est necessaire !!!!!!!!ca ne peut etre autrement,on va pas revenir au cheveaux et je me demande meme si la solution ne viendra pas d un particulier seul dans son garage,je sais que cela pet paraitre candide ou romantique mais ca se passe toujours comme ca,la necessite mene à une réaction

                     http://www.amessi.asso.fr/La-voiture-a-energie-libre-de

                    tesla a ete le plus grand genie de tout les temps


                    • Dominique Larchey-Wendling 6 mai 2008 23:25

                      Oui et si votre miracle ne se produit pas, notre civilisation s’enfoncera dans les guerres de survie et périra comme bien d’autres avant elles, aussi intelligents fussent les hommes de l’époque.

                      Non la science et la technologie ne peuvent pas résoudre tous les problèmes. Vous avez trouvé votre religion : le scientisme.

                       


                    • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 7 mai 2008 23:08

                      Article extrêmement intéressant et important.

                       

                      Nous devons admettre que LE LOUP EST A LA PORTE ; ou encore « Wolf at the Door » comme le disent si bien les Britanniques…

                       

                      L’un des meilleurs sites qui tire la sonnette d’alarme sur la déplétion pétrolière est celui-ci :

                       

                      http://www.wolfatthedoor.org.uk/francais

                       

                      Si vous avez encore des illusions, je vous recommande la lecture de ce site qui vous les enlèvera définitivement.

                       

                      A quoi doit-on se préparer ?

                       

                      Au pire !...

                       

                      Jean-Charles Duboc

                       

                       


                      • fonzibrain fonzibrain 8 mai 2008 10:37

                        aéronautique, Derek Ahlers, rencontra Petar Savo et se lia d’amitié avec lui. Au fil des dix années de leur relation, Savo parla de son illustre "oncle" Nikola Tesla et de ses exploits des années 1930. (bien qu’il ne fut pas son neveu, Savo le désignait comme son « oncle « car plus jeune que lui). En 1930, Tesla invita son "neveu" à le rejoindre à New York. Savo, qui était né en Yougoslavie en 1899 et était donc de 43 ans le cadet de Tesla, avait été un pilote chevronné dans l’armée autrichienne, accepta avec enthousiasme l’occasion qui lui était offerte de quitter son pays natal, également celui de Tesla. Il partit ainsi pour l’Amérique et s’installa à New York. Ce fut en 1966 que monsieur Savo raconta, au cours d’une série d’interviews, le rôle qu’il joua dans l’affaire de la voiture électrique de Tesla. Au cours de l’été de 1931, Tesla invita Savo à Buffalo, dans l’état de New York, afin de lui faire découvrir et essayer un nouveau type d’automobile que Tesla avait mis au point sur ses propres deniers. Buffalo est une bourgade proche des Chutes du Niagara, où la centrale hydroélectrique AC conçue par Tesla était entrée en service en 1895 ; événement qui avait marqué le sommet de sa renommée dans les milieux scientifiques académiques. Westinghouse Electric et Pierce Arrow Motor Car Company avaient conjointement mis au point cette voiture électrique expérimentale sous la conduite du Dr. Tesla. (Au début du 20ème siècle, George Westinghouse avait acheté les brevets de courant AC de Tesla).

                        La société Pierce Arrow venait d’être rachetée par la Studebaker Corporation, rendant des fonds disponibles à l’innovation. Entre 1928 et 1933, la compagnie lançait ses nouvelles motorisations huit cylindres en ligne et douze cylindres en V, le modèle futuriste de démonstration Silver Arrow, un design renouvelé de sa gamme et de nombreuses améliorations techniques. La clientèle afflua et Pierce Arrow gagna d’importantes parts sur le marché des voitures de luxe qui connaissait cependant une régression en 1930. Ce climat de confiance fut favorable au développement de projets ambitieux tels que la voiture électrique de Tesla. Tout semblait possible dans l’ambiance à la fois arrogante et naïve qui régnait au sein de la compagnie. Ainsi une Pierce Arrow Eight de 1931 fut choisie pour faire des essais sur le terrain de l’usine à Buffalo. Son moteur à combustion interne avait été déposé, ne laissant que l’embrayage, la boite à vitesses et la transmission aux roues arrières. La batterie standard de 12 volts fut conservée et un moteur électrique de 80 CV fut posé. Habituellement, les voitures électriques fonctionnaient avec des moteurs DC pour pouvoir utiliser le courant continu délivré par les batterie. Il eût été possible de transformer le DC en AC (courant alternatif) moyennant un convertisseur, mais à l’époque cet équipement était beaucoup trop volumineux pour pouvoir être installé dans une automobile. Les voitures électriques avaient déjà vécu leur crépuscule, mais cette Pierce Arrow n’était pas équipée d’un moteur DC mais d’un moteur électrique AC qui tournait à 1.800 t/m. Le moteur proprement dit mesurait 102 cm de long par 76 cm de diamètre, était dépourvu de balais et muni d’un refroidissement à air par ventilateur frontal, et possédait un double câble d’alimentation qui aboutissait sous le tableau de bord, mais sans connexions. Tesla ne voulut pas révéler qui avait construit le moteur mais on pense que ce dût être un des ateliers de Westinghouse. Une tige d’antenne de 183 cm avait été fixée à l’arrière de la voiture.

                        L’affaire de la "Arrow-Ether". Petar Savo rejoignit, comme convenu, son oncle célèbre et ils prirent le train à New York City pour le nord de l’état du même nom. Pendant le voyage, l’inventeur demeura secret quant à la nature de son expérience. Arrivés à Buffalo, ils se rendirent dans un petit garage où les attendait la nouvelle Pierce Arrow. Le Dr. Tesla ouvrit le capot et procéda à quelques réglages du moteur. Ils rejoignirent ensuite une chambre d’hôtel pour préparer le matériel de l’électricien de génie. Dans une valise, Tesla avait amené 12 tubes à vide que Savo décrivit comme "d’une étrange facture", bien qu’au moins trois d’entre eux aient depuis été identifiés comme étant des tubes à faisceau correcteurs 70L7-GT. Ils étaient fichés dans un dispositif contenu dans une boite mesurant 61 x 30,5 x 15 cm. Cela n’était pas plus grand qu’un poste radio à ondes courtes et contenait les 12 tubes à vide, des résistances et du câblage. Deux barres de 0,6 cm de diamètre et 7,6 cm de long devaient de toute évidence être connectées aux câbles reliés au moteur. Revenant à la voiture, ils placèrent la boite dans un logement prévu à cet effet, sous le tableau de bord, côté passager. Tesla connecta les deux barres et observa un voltmètre. "Nous avons de la puissance" annonça-t-il, montrant la clef de contact à son neveu. Le tableau de bord contenait d’autres voyants dont Tesla ne voulut pas expliquer la raison d’être. Savo démarra le moteur à la demande de Tesla, qui affirma : "le moteur tourne", bien que Savo n’entendit rien. Cependant, le savant électricien étant assis à côté de lui, Savo enclencha une vitesse, appuya sur l’accélérateur et sortit la voiture du garage. Longtemps ce jour-là, Savo conduisit cette voiture sans carburant, parcourant 80 km à travers Buffalo, puis dans la campagne. La Pierce Arrow avait un tachymètre calibré jusqu’à 192 km/h ; elle fut poussée jusqu’à 145 km/h, toujours dans un égal silence. Comme ils parcouraient la campagne, le Dr. Tesla gagna confiance en son invention et commença à s’en expliquer à son neveu. Le système était capable de fournir indéfiniment de l’énergie à la voiture, mais bien plus que cela : il était susceptible de satisfaire, en quantité excédentaire, les besoins de toute une maison. Jusque là réticent à en expliquer le principe, le Dr. Tesla admit cependant que son dispositif n’était autre qu’un récepteur d’une "radiation mystérieuse qui venait de l’éther" et qui "se trouvait disponible en quantité illimitée" ; "l’humanité", ajouta-t-il "pourrait être reconnaissante de son existence". Pendant les huit jours suivants, Tesla et Savo essayèrent la Pierce Arrow en ville et en campagne, à toutes les allures, depuis une vitesse rampante jusqu’à 145 km/h. Les performances étaient équivalentes à celles de n’importe quelle voiture de l’époque, à plusieurs cylindres, y compris la Pierce Arrow Height de six litres de cylindrée développant 125 CV. Tesla prédit à Savo que son récepteur d’énergie serait bientôt utilisé pour propulser des trains, des navires et des avions, autant que des automobiles. Finalement, l’inventeur et son assistant conduisirent la voiture à un endroit prévu et secret : une vieille grange, près d’une ferme à une bonne trentaine de kilomètres de Buffalo. Ils l’y laissèrent, Tesla emportant avec lui la clef de contact et le dispositif récepteur. Le roman d’espionnage continua. Petar Savo entendit des rumeurs selon lesquelles une secrétaire avait été licenciée pour avoir parlé ouvertement des essais secrets. Ceci explique peut-être comment un reportage embrouillé parut dans plusieurs quotidiens. On demanda à Tesla d’où provenait l’énergie ; "de l’éther tout autour de nous", répondit-il du bout des lèvres. Certains firent entendre que Tesla était fou et de quelque façon acoquiné avec des forces occultes. Meurtri, Tesla se retira à son laboratoire new-yorkais avec sa boite mystérieuse. Ainsi prit fin sa brève incursion dans le domaine des applications à la propulsion automobile. Cette histoire de fuite d’informations n’est peut-être pas entièrement exacte, car Tesla n’était pas allergique à une certaine publicité pour promouvoir ses idées et ses inventions ; encore qu’il eût toutes les raisons de se montrer circonspect car ses systèmes menaçaient le statu quo industriel régnant. En 1930, la compagnie Pierce Arrow avait atteint le sommet de sa gloire, en 1931 elle était en déclin et en 1932 elle avait perdu US$ 3.000.000. En 1933, logée à la même enseigne, la compagnie parente Studebaker oscillait au bord de la faillite. L’attention se déplaça de l’innovation à la survie ; et c’est ici que prend fin notre histoire de la Pierce Arrow.

                        Le mystère dans l’énigme. Environ un mois après l’incident publicitaire, Petar Savo reçut un coup de téléphone de Lee DeForest, ami de Tesla et pionnier dans le domaine des tubes à vide. Il demanda à Savo si les essais lui avaient plu. Savo manifesta son enthousiasme et DeForest rendit hommage à Tesla, le qualifiant de plus grand inventeur connu au monde. Plus tard, Savo s’enquit auprès de son oncle des progrès de son récepteur d’énergie et de ses applications. Le Dr. Tesla répondit qu’il était en négociation avec un chantier naval important en vue de l’équipement d’un navire d’un dispositif similaire à celui de la voiture électrique. Il s’abstint cependant de fournir des détails, car il était particulièrement prudent à propos de la protection de la propriété intellectuelle de son invention. Avec raison, car des intérêts puissants cherchaient à l’empêcher de mettre ses technologies en application et l’avaient déjà précédemment entravé. Le 2 avril 1934, le New York Daily News publia un article intitulé "Le rêve de puissance sans fil de Tesla est proche de devenir une réalité", décrivant "l’essai prévu d’une automobile utilisant une transmission sans fil d’énergie électrique". Cet article était postérieur à l’essai et ne faisait aucune mention d’énergie "libre", vocable plus récent. Quand vint le moment d’exposer ouvertement la voiture, la Westinghouse Corporation, sous la présidence de F.A. Merrick, installa Tesla, à ses frais, à l’hôtel New Yorker, le plus moderne et le plus luxueux de la ville. Le scientifique vieillissant y vécut gratuitement pour le restant de ses jours. Tesla fut aussi employé par Westinghouse pour une recherche non précisée dans le domaine de la radio et il mit fin à ses déclarations publiques concernant les rayons cosmiques. Westinghouse a-t-il acheté le silence indécis de Tesla concernant ses découvertes sur l’énergie libre ? Ou ce dernier a-t-il été payé pour poursuivre des projets secrets, tellement spéculatifs qu’ils n’eussent pas constitué de menace pour l’industrie en place avant un avenir prévisible ? Le rideau tombe sur cette interrogation

                        A propos de l’auteur. Igor Spajic acheta son premier numéro de Nexus à cause d’un article sur Nikola Tesla et, depuis, continue à s’intéresser à la technologie et à l’histoire de l’inventeur. En tant que graphiste, il a contribué à l’illustration de magazines et a créé des personnages de B.D. pour un programme scolaire d’éducation musicale. Igor s’occupe à restaurer une voiture de collection, bien qu’il n’envisage pas de la motoriser à l’énergie cosmique. Il prépare une suite à son article, s’interrogeant sur la manière dont Tesla est parvenu à domestiquer l’énergie du champ magnétique terrestre pour propulser sa voiture.

                        Traduction : André Dufour"Secrets of Cold War Technology - Project HAARP and Beyond", by Gerry Vassilatos. - ISBN 0-945685-20-3

                        "Revolution in Technik, Medizin, Gesellschaft" — Hans A. Nieper — 


                        • fonzibrain fonzibrain 8 mai 2008 10:39

                          et wé

                          tesla le genie a decouvert l ’acces à l energie libre,et nous on s’entretue pour du petrole,comme des cons


                        • fonzibrain fonzibrain 8 mai 2008 13:30

                          é bey soyez optimiste !!!!!!!!


                          • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 9 mai 2008 14:41

                            Depuis 1947, date de la récupération d’un OVNI à Roswell, des recherches ont lieu dans les laboratoires militaires américains, et peut-être même français, pour reproduire la technologie de propulsion de ces appareils extraterrestres qui accélèrent d’une façon incroyable puisque l’étude de Claude Poher, ancien directeur du CNES et fondateur du GEPAN, a permis de définir des cas d’accélération compris entre 200 et 600 fois la gravité terrestre (200 à 600 g).

                             

                            Des travaux de rétro-ingénierie sur les OVNI récupérés ont été développés depuis le début des années 60 (ouvrage du Colonel Philip Corso : The day after Roswell), puis ont très certainement permis de reproduire, aux USA, des appareils identiques à certains OVNI observés.

                             

                            L’énergie de propulsion des OVNI, celle de l’Univers, est illimitée et disponible pour le monde entier, et elle est aussi non polluante.

                             

                            Elle est aussi soigneusement cachée au public, et aux industriels, car sa mise sur le marché aurait plusieurs inconvénients :

                             

                            1/ Révélation au public de la présence extraterrestre sur la Terre avec l’inévitable création de panique chez les uns, attente de nouveaux dieux ou idoles pour les autres, démotivation de la recherche scientifique, effondrement des valeurs culturelles et religieuses (ethnocide), etc…

                             

                            2/ Création de nouvelles armes (ex : paralysie à distance)

                             

                            3/ Effondrement de l’industrie pétrolière.

                             

                            4/ Effondrement de l’industrie nucléaire.

                             

                            5/ Effondrement des Bourses.

                             

                            La mise sur le marché de cette technologie demanderait aussi une stabilité politique mondiale dont nous sommes bien loin.

                             

                            Plus d’information disponible sur ces thèmes sur « Exopolitics France » :

                             

                            http://euroclippers.typepad.fr/exopolitique/

                             

                            Jean-Charles Duboc

                             


                            • Olivier 10 mai 2008 11:55

                              Euh oui, bon je veux ben lire tous les genres d’articles, mais en arriver à parler d’extra-terrestres, de Rosewell, il y a une limite. Il faut vraiment faire très attention, certes par Internet il est possible de trouver des informations pas trop plebiscitées par les grands média, mais il est aussi possible d’y trouver tout et n’importe quoi. Pour avancer de telles affirmations il faut avoir un minimum de preuves, rien, absolument rien, n’a indiqué jusqu’à présent que l’histoire de Rosewell a quelque chose de vrai. Si cela peut faire plaisir à certains de continuer à y croire, de rêver aux extra-terrestres, au moins qu’ils le fassent avec sérieux. Nous ne sommes pas loin de comportments psychotiques ou paranoïques, cherchant indéfiniment à croire que tous de qui est dit est faux, que la vérité nous est cachée. Attention, attention à ne pas aller trop loin !


                            • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 10 mai 2008 16:43

                              Réaction intéressante qui en dit long sur le niveau d’information (ou de désinformation) du grand public sur le phénomène OVNI et la présence extraterrestre.

                               

                              Puis-je vous recommander de lire attentivement la conférence qui a eu lieu au National Press Club à Washington le 12 novembre 2007 :

                               

                              http://www.freedomofinfo.org/national_press.htm

                               

                              Jean-Charles Duboc

                               

                               


                            • fonzibrain fonzibrain 10 mai 2008 13:10

                              E T j en sais rien mais voila tesla :
                               

                              • Depuis 1943, Tesla est considéré comme l’inventeur de la radio sous le brevet 0645576, "System of Transmission of Electrical Energy" déposé à l’United States Patent and Trademark Office le 20 mars 1900. Avant d’obtenir la primauté de l’invention, celle-ci était attribuée, à tort, à Marconi, plus populaire et meilleur homme d’affaires.
                              • On lui doit le moteur électrique asynchrone, l’alternateur polyphasé, le montage triphasé en étoile, la commutatrice.
                              • Il est le principal promoteur du transport de l’énergie électrique en courant alternatif.
                              • En 1889 il s’intéresse à la haute fréquence et réalise un générateur fournissant une fréquence de 15 kilohertz.
                              • Il expose en 1891, lors de démonstrations, sa lampe « haute fréquence » à pastille de carbone plus économique que nos tubes fluorescents actuels et dont le concept préfigure celui de l’accélérateur à particules ou celui du microscope électronique.
                              • À partir de 1896, en parallèle de Branly, il effectue des expériences de télécommande. En se basant sur l’excitateur de Hertz, il met au point la bobine qui porte son nom et qui constitue un premier émetteur accordé à ondes amorties.
                              • En 1898 il teste un minuscule oscillateur qu’il attache à un pilier de fonte qui traverse un immeuble. Cela entraîne la vibration de tout l’immeuble et la panique des habitants qui croient à un tremblement de terre. Tesla vient de démontrer l’effet de la résonance : « cette poutre n’aurait pas pu être détruite avec des massues, ni même avec des leviers : il a suffi d’une rafale de petits coups qui, pris séparément, n’auraient pas fait de mal à une mouche ». Ce phénomène a aussi des applications en électricité.
                              • Expérimentation des gigantesques résonateurs à haute fréquence de 1899 à 1900 à Colorado Springs, en vue de la construction d’une tour de télécommunication à Wardenclyffe (Shoreham ) , Long Island.
                              • Tesla découvre le principe de la réflexion des ondes sur les objets en 1900, il étudie et publie, malgré des problèmes financiers, les bases de ce qui deviendra presque trois décennies plus tard le radar.
                              • Tesla définit les bases de la télé-automatique. Il conçoit qu’on puisse un jour commander des véhicules à des centaines de kilomètres sans qu’il y ait d’équipage, en utilisant la télégraphie sans fil. Il crée deux navires robots télécommandés dont un est submersible.
                              • Ses brevets de 1895 contiennent en réalité les spécifications d’un bateau torpille sans équipage muni de six torpilles de 4,20 mètres.
                              • Tesla a, en outre, écrit sa théorie sur les armes à énergie dirigée avant le début du XXe siècle, son fameux « Rayon de la mort

                              ET ENCORE PLEIN DE TRUCS, je comprend pas vos votes négatifs 


                              • Barbathoustra Barbathoustra 10 mai 2008 13:36

                                Surement que les lecteurs se seront lassés du complot contre l’énergie libre ?


                              • Forest Ent Forest Ent 10 mai 2008 13:50

                                Mais personne ne doute du fait que Tesla ait été un grand savant. smiley

                                Par contre, l’histoire ci-dessus fait irrésistiblement penser à Hergé, genre "Quick et Flupke" ou "Tintin et milou".

                                Si l’on veut s’instruire à travers les grands hommes, il faut lire ce qu’ils ont publié eux-mêmes volontairement, et non pas des apocryphes colportés, genre des CD de Jimi Hendrix publiés par le neveu d’une ex.

                                Sur le fond, l’anecdote est débile. Un dispositif qui capte l’hertzien disponible, ça s’appelle une cellule photo-électrique, et ça ne va pas chercher loin question puissance, surtout dans le coffre. L’éther ? Il y a eu trente ou quarante ans d’expériences avec l’interférométrie de Michelson qui n’ont rien donné.

                                Le plus probable, c’est un tas de hamsters faisant tourner une roue cachés sous le siège.


                              • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 10 mai 2008 16:50

                                Fonzibrain,

                                 

                                Merci pour ta note sur Tesla.

                                 

                                Les découvertes de Tesla sont cohérentes avec les travaux beaucoup plus récents de Claude Poher :

                                 

                                www.universons.com

                                 

                                Il y a, pour l’instant, une dizaine d’applications industrielles de la théorie des Universons.

                                 

                                Jean-Charles Duboc

                                 


                              • perlin 11 mai 2008 07:24

                                @ duboc

                                Je ne sais pas si c’est votre tête qu’on voit à côté de vos commentaires, mais il y a un gros décalage. On voit une tête de bonhomme serein et d’âge mûr et vos propos semblent sortis de la tête d’un ado schizo intoxiqué par internet (ou par la fumette ?), une sorte de lerma inachevé...

                                Avez-vous consulté ?

                                Vous ne semblez pas dangereux mais qu’en pense votre entourage ?

                                Ou alors vous êtes un mutant de la scientologie, le méchant tom cruise vous a saqué et vous avez construit une école parallèle pour vous venger.

                                Bon si c’est un business...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès