Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le point sur la capitalisation dans les retraites

Le point sur la capitalisation dans les retraites

Le point de départ de cette étude est la phrase d’un politique bien connu s’élevant « Non contre « les Allemands » en général mais sur le monstre né sous nos yeux de l’autre côté du Rhin dans le mariage de la finance mondialisée avec la plus grande maison de retraite par capitalisation du monde. »

 

Pour avoir étudié précédemment les systèmes de retraite français et allemands cette phrase ne me paraissait pas correspondre à la réalité ; après avoir demandé plus de détails sur le blog de l’intéressé et vu mes demandes passées à la trappe il m’a semblé important de creuser le sujet sur les pensions par capitalisation.

 

La comparaison sur les régimes de pension est quelque chose de bien difficile. L’OCDE nous fournit une étude sur Statistiques sur les pensions par capitalisation  : actifs pensions

On peut trouver ci-dessous, les informations fournies sur le tableau interactif de l’OCDE.

« Les données collectées dans le cadre de ce projet portent sur les actifs, l'allocation des actifs, le passif, le revenu, les dépenses, les membres et le nombre de fonds. Les données sur les fonds de pension suivent la classification de l'OCDE par type de plans et type de fonds. Tous les types de plans sont inclus (professionnels et individuels, obligatoires et facultatifs).

 La classification de l'OCDE considère aussi bien les plans de retraite capitalisés et provisionnés, liés à l'existence d'une relation d'emploi (plans de retraite professionnels) ou accédés directement sur des marchés de détail (plans de retraite individuels). Les plans obligatoires et facultatifs sont inclus. Les données incluent les plans dont les prestations sont payées par une entité du secteur privé (classés comme plans de retraite privés par l'OCDE) ou par une entité du secteur public capitalisées. Une description complète de la classification de l'OCDE est disponible à www.oecd.org/fr/gov/38836287.pdf.

Les fonds de pension comprennent également certains plans de retraite individuels tels que les Individual Retirement Accounts (IRAs) aux Etats-Unis, de même que des fonds pour des fonctionnaires. La couverture des statistiques suit le cadre réglementaire et de supervision. Tous les fonds de pension autorisés sont ainsi normalement couverts par l'exercice Global Pension Statistics. Les actifs détenus par les fonds de réserve des systèmes de sécurité sociale sont exclus.

On utilisera les deux entrées du tableau : fonds autonomes et Tous type de fonds en gardant la ligne « investissements »

La ligne investissement est définie ainsi :

Tout type d'investissement lié à un plan de retraite sur lequel des droits de propriété sont exercés par des unités institutionnelles, individuelles ou collectives. Cette variable se décompose selon les produits d'investissement suivants : - Numéraires et dépôts - Bonds et obligations émis par les secteurs public et privé - Emprunts - Actions - Immobilier - Fonds communs de placement - Contrats d'assurance non affectés - Fonds spéculatifs - Fonds de capital-investissement - Produits structurés - Autres investissements »

On peut trouver également quelques informations supplémentaires sur cette publication de 2014 qui montre bien le poids financier énorme de tous ces Investisseurs institutionnels :

http://www.oecd.org/daf/fin/private-pensions/Pension-Markets-in-Focus-2014.pdf

 

Les investisseurs institutionnels de l’OCDE totalisent, en 2013, 92600 Mds US $ d’actifs dont 34900 Mds pour des fonds d’investissement, 26100 Mds pour des fonds de pension (soit 26,7% du total), 5100Mds pour les réserves de fonction publique et 1800 Mds pour d’autres investisseurs.

Ces actifs représentent au total 289% du PIB de l’OCDE ; les fonds de pension représentent 84 % de ce PIB. Les actifs des fonds de pension des Pays Bas représentent 166% du PIB national.

Pension funds achieved positive returns in 2013 in almost all countries reviewed notwithstanding uncertainties in the world economy and volatility in financial markets

 

Les fonds de pension de l’OCDE affichent pour 2013 un rendement moyen de 4.7% entre 11.7% pour les USA et moins 4.6% pour le Danemark. L’impact financier des fonds de pension sur l’économie réelle se traduit par une pression à la baisse sur les coûts salariaux et l’emploi pour optimiser les rendements des capitaux. La recherche de fortes valorisations boursières induit une grande volatilité des capitaux, La durée de détention moyenne d’une action est passée à 22 secondes au New York Stock Exchange grâce au trading haute fréquence. En dehors du THF, cette durée moyenne est descendue autour de huit mois sur les places principales. Ces pratiques fragilisent la stabilité des marchés et la récurrence des crises. Paradoxalement, cette récurrence des crises est une bonne chose pour les gestionnaires de fond sachant vendre avant le sommet et acheter au cœur de crise pour profiter du gonflage des bulles ! Il n’y a que les citoyens lambda qui trinquent à tous les coups !

Le premier tableau (téléchargé en données excel) nous donne en gros le montant total en Millions de dollars US pour chaque pays des actifs mobilisés en vue de tout type de plans retraite (complémentaires ou pas, optionnels ou pas, réserves, assurances, immobilier…)

On observe pour 2013 : France 271 Mds $ ; Allemagne : 235 Mds $, Pays Bas 1335 Mds $ ; Danemark 661 Mds $

La phrase de notre polémiste est donc pour le moins inexacte au sens de l’OCDE !

 

Le deuxième tableau correspond aux mêmes entrées mais pour les actifs des fonds de pension autonomes.

On observe pour 2013 : France 11,9 Mds $ ; Allemagne : 235 Mds $, Pays Bas 1335 Mds $ ; Danemark 146,7 Mds $. En Allemagne et aux Pays Bas, la capitalisation est le fait de Fonds de pension autonomes, c’est plus divers pour la France et le Danemark.

Rappelons pour mémoire qu’en France et encore en Allemagne le plus gros des retraites obligatoires est couvert par la répartition.

Les deux diagrammes suivants précisent la composition de ces actifs et leur part dans le PIB de différents pays.

 Le premier se rapporte aux fonds de pension autonomes.

Le second se rapporte à l’ensemble des capitaux mobilisés pour les différente modes de capitalisation des pensions.

On peut observer qu’en France l’essentiel de ces capitaux consiste en contrats d’assurance alors qu’aux USA on a près de 60% en fonds de pension, 13% en contrats d’assurances et le reste en divers placements. 

La morale de cette étude est que la retraite est une chose trop sérieuse pour que les politiques puissent dire un peu n'importe quoi et vraiment trop sérieuse pour la laisser entre les mains des financiers !


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • lsga lsga 5 août 2015 11:12

    Pour info, les cotisations sociales sont plus importantes en Allemagne qu’en France, la différence salaire Brut / Salaire Net est beaucoup plus importante.


    • redrock redrock 5 août 2015 16:58

      @lsga
      C’est exact pour les cotisations employés mais le total employé+employeur est plus élevé ; On peut voir ces résultats dans l’étude citée en lien http://environnement.geopolitique.over-blog.fr/2013/11/entre-%C2%AB-ras-le-bol-fiscal-%C2%BB-et-comp%C3%A9titivit%C3%A9-o%C3%B9-se-trouve-le-r%C3%AAve-fran%C3%A7ais.html
      tableau 2 et tableau comparatif des revenus nets et bruts pour un couple moyen


    • lsga lsga 5 août 2015 17:24

      oui, les charges patronales sont un peu moins élevé (le « super brut »).
      Mais au final, un employé allemand paye beaucoup (vraiment beaucoup) plus de charges qu’un employé français.


    • redrock redrock 5 août 2015 18:01

      @lsga
      pour le couple moyen 2 SMIC 2 enfants l’écart est de l’ordre de 3% et peut aller jusqu’à près de 9%plus élevé en Allemagne tout compris ;
      La perception de cet écart sera plus élevée en Allemagne car l’Impôt est prélevé à la source et le salaire net perçu en France comprend lui l’impôt à payer.


    • lsga lsga 5 août 2015 18:04

      @redrock
      oui oui ça, c la comparaisons pour les loosers avec des chieurs..
       
      Maintenant, compare pour des winners : jeune cadre dynamique, célibataire, avec un revenu aux alentours de 50-60K€. Là, ça fait très très mal. entre 500e et 1000e de différence sur le salaire net entre la France et l’Allemagne.


    • redrock redrock 6 août 2015 01:56

      @lsga
      pour les célibataires winner (3,5 smic bruts) avec un brut de 90000$ ppa en All et 70000$ppa en Fr, l’écart de cotisations sociales +impôt sera plus fort de 10points en All et les salaires nets d’impôt et cotisations seront resp de 53000 et 47000, mais en France son net perçu comprendra l’impôt à verser voisin de 10000 à 12000 $ppa et sera donc de l’ordre de 59000 soit 6000 de plus que en All, soit 500 $ppa/mois.

      L’ocde ne fournit pas d’autre exemple encore plus winner ! mais on peut penser que l’écart ira en se creusant plus, mais il faut garder à l’esprit que le salarié français devra payer l’impôt avec son net perçu !


    • Jeff84 6 août 2015 03:33

      @lsga
      Quand un employeur détermine combien payer un salarié, il calcule toujours le super brut. La distinction charges salariales/patronales n’a aucun sens puisque, par exemple, une diminution de 500€ des charges patronales et une augmentation de 500€ des charges salariales n’auraient strictement aucun impact, ni sur le super brut (côté employeur), ni sur le net (côté salarié).


    • lsga lsga 6 août 2015 09:58

      blablablabla....
       
      Pour les salaires élevés, les cotisations sociales du salarié sont BEAUCOUP plus élevées en Allemagne qu’en France. Vous pouvez mettre autant de mots que vous voulez les uns à côté des autres, cela ne changera rien à cette réalité.
       
      Un cadre supérieur gagne BEAUCOUP mieux sa vie en France qu’en Allemagne (les salaires Brut y étant tout à fait comparables dès qu’on passe la barre des 40K€), car les COTISATIONS SOCIALES sont plus fortes en Allemagne.


    • redrock redrock 7 août 2015 15:43

      @lsga
      la comparaison générale de salaires est toujours difficile à faire d’un pays à l’autre ; il faudrait comparer à poste et environnement semblable et comparer par exemple les grilles de salaire dans une multinationale franco-allemande au cas par cas.
      Les stats de l’ocde ont pris comme référence le revenu moyen de chaque pays avec un multiplicateur variable.Je l’ai situé /Smic.

      On sait qu’en All les salaires de l’industrie manufacturière sont 20% plus élevées qu’en France, c’est quasi l’inverse dans les services en général.L’écart de revenus est légèrement plus faible en Allemagne (ratio dernier décile/premier décile de 4.3 contre 4.5)

      Les salaires sont plus élevés dans l’enseignement en All ...etc


    • lsga lsga 7 août 2015 16:00

      c’est fou votre insistance à vous concentrer sur le salaire du looser moyen. Prenons l’exemple très simple à calculer d’un cadre sup célibataire et sans enfants.
       
      Je vous conseille de tester cet outil, il donne des résultats très proche de la réalité :
      http://www.brutto-netto-rechner.info/gehalt/gross_net_calculator_germany.php
       
      En Allemagne, un Classe 1 à 60 K€ paye 12.000 € de charges sociales par an, auxquelles s’ajoutent 15.000 € de taxes. Reste un salaire net de 33.000 €an.

      En France, il lui restera grossomodo 40.000€ (après payement de l’impôt sur le revenu).
       
      Pour le même niveau de revenu, un cadre sup célibataire gagne BEAUCOUP moins bien sa vie en Allemagne qu’en France car il y paye BEACOUP plus de charges sociales et de taxes (pour un service social globalement BEAUCOUP moins bon).
       

      Pourquoi cherchez vous à nier l’évidence ? À chaque fois, au lieu d’admettre que l’énoncé précédent est vrai, vous venez nous parler du looser moyen.
       
       


    • redrock redrock 7 août 2015 23:51

      @lsga
      je suis d’accord sur le fait qu’à revenu égal le salarié allemand cadre touchera moins en net y compris après impôt.
      La question posée est de savoir si à fonction et qualification égale les deux cadres toucheront la même somme en salaire brut !
      Car le salaire brut moyen est plus élevée en Allemagne , 38800€ contre 33900€/an en 2012 !

      L’ocde traduit en dollar ppa pour tenir compte d’une faible différence de coût de la vie en Allemagne.

      Je pense cependant qu’actuellement un expatrié français sauf hyper compétent aura du mal à percevoir de gros salaires en Allemagne.

      La question de loser ou winner n’a rien à voir avec le sujet ; Sachez que mon entourage comprend toute la hiérarchie sociale du RSA au pdg de multinationale !


    • Robert GIL Robert GIL 5 août 2015 12:39

      sur la retraite la propagande nous a distillé une vue uniquement fondée pour le bien des fonds de pension et des instituts bancaires, alors pour ne pas se faire avoir et se faire sa propre idée ... lire ici


      • Spartacus Spartacus 5 août 2015 15:03
        Expliquer que les fonds pousseraient à la baisse les emplois, alors que c’est l’investissement qui génère l’emploi donc affirmation contradictoire jouant sur de l’émotionnel peu rigoureux.


        Les régimes par répartition s’apparentent a des systèmes de ponsi. 

        Calculés sur une balance cotisants/pensionnés, ils achètent l’opinion facilement au départ car la balance est souvent penchée en nombre du coté des cotisants avec peu de pensionnés, souvent après une guerre ou le nombre de pensionnés et l’incidence de la durée de vie est favorable. 

        Devant l’abondance le système offre des privilèges clientélistes et de meilleurs pensions, puis le basculement de la balance se fait obligatoirement et irréductiblement.
        A moins d’une guerre ou d’une épidémie qui toucherait uniquement les retraités la répartition est condamnée à la faillite.
        Faillite irrémédiable malgré des rustines politiques et populistes pour éviter de l’avouer et faire durer un peu plus.

        La gestion de l’état par les politiques est une affaire de court terme. 
        C’est pourquoi ils choisissent des systèmes plus favorables au présent mêmes si les conséquences au futur ont catastrophiques...

        En fait de viable il ne reste que la capitalisation...Assurances ou fonds. 
        En observant les volumes de placement, il apparaît qu’une grande partie des Français en ont conscience...

        • leypanou 5 août 2015 16:13

          @Spartacus
          Dans ce que touche un pensionné etats-unien, quelles sont les parts de la répartition et de la capitalisation ?


        • redrock redrock 5 août 2015 16:36

          @Spartacus
          lisez l’article ; USA le montant des capitaux en capitalisation est 100fois celui de l’Allemagne ! résultat déficit record pour les USA 550 Mds $, crise des subprimes.
          Pour l’Allemagne, excédent commercial record 200Mds €.

          Arrêtez de réciter le catéchisme ultralibéral et regardez les faits


        • redrock redrock 5 août 2015 17:01

          @leypanou Sur le lien cité au début de l’article on a une partie de la réponse à la question au tableau 3bis


        • Spartacus Spartacus 5 août 2015 17:04

          @redrock

          Vous confondez tout, et regardez avec un prisme macro-économique.


          Effectivement les arguments qui ne rentrent pas dans vos interprétations sont un catéchisme. 
          Sacrès arguements !

          Les statistiques doivent toujours être interprétées, et ne prenez pas vote interprétation comme argent comptant.

          En matière de retraite les américains ont un système principal par répartition dit OASHDI. 
          Les fonds de pension sont des compléments à celui ci en 2eme palier par l’intermédiaire de l’employeur et en 3eme palier par choix volontaire et existent depuis très longtemps.

          Les Allemands sont en système de capitalisation volontaire depuis très très peu. Evidemment les Allemand ont 100 fois moins puisque leur système de capitalisation est parti plus tard.


          Le déficit des USA est un « cas spécifique » car il faut comprendre spécifiquement. 
          Le dollars est un produit de consommation. Pas les autres monnaies.

          Leur dettes ont la curiosité de ne pas être un déficit.
          Ils vendent des dollars la ou les autre pays empruntent avec leur monnaie. 

          Vous pouvez commercer partout sur terre il vous faut obligatoirement des USD. 
          Les USD sont pour tous les autres une nécessité ce qui n’est pas le cas de toutes les autres monnaie.

          Quand a la crise des subprimes, c’est une conséquence du choix politique causée par Clinton qui a demandé aux 2 caisses d’épargne Fanny Mae et Freddy Mac d’avoir au bilan 50% de garantie de prêts des ménages les plus modestes....

        • redrock redrock 5 août 2015 17:42

          @Spartacus
          Le système financier actuel est lui un système à la Ponzi basée sur des anticipations permanentes de croissance ou de gain. L’architecture type à la Ponzi est celle des produits dérivés OTC dont le montant des valeurs notionnelles dépasse 10 fois le poids de l’économie réelle mondiale (source BIS).
          Croyez vous réellement qu’une action possédée pendant 22 secondes en moyenne soit un investissement ?
          Le déficit commercial américain de 550 milliards de dollars n’a rien à voir avec le statut du dollar, c’est la différence entre importation de biens et services et exportation.
          lisez mon article sur l’état du monde juin 2015.

          Vous y trouverez plein de faits illustrant mes propos et issus de la presse économique ou d’institutions officielles.
          Vous ne pouvez nier le caractère systémique de la crise actuelle et faire comme si tout cela était du pur fantasme de nobel d’économie à la Stieglitz, Krugman ou Allais !


        • Garibaldi2 5 août 2015 18:57

          @redrock

          Répartition ou capitalisation la retraite c’est toujours une ponction sur les actifs (avec jeu de mots !), Si le trading haute fréquence c’est de l’investissement, alors Richard Cleyderman c’est de la grande musique !

          Sans rire, pour un fonds de pension US l’idéal c’est d’aller faire suer le burnous français en demandant un rendement de 8%. 

          Le jour où le système financier va capoter la crise de 2007/2008/... sera une bluette à côté des dégâts qu’on va enregistrer.

        • leypanou 5 août 2015 21:50

          @redrock
          Là où je voulais en venir est que la pension touchée par le pensionné etats-unien avec le système par répartition est tellement dérisoire que s’il n’a pas un complément par capitalisation il risque de vivre dans la pauvreté une fois retraité, ce qui veut dire qu’il a intérêt que les sommes placées par le système par capitalisation rapporte sinon il n’aura plus que ses yeux pour pleurer.

          Ce que cherche à faire les organismes de complémentaire est d’appauvrir au maximum le système par répartition pour pouvoir récupérer cette manne d’économie qu’ils pourront placer avec un rendement sur le long terme inconnu. Mais ils se gardent bien de le dire.

          Pour la santé, c’est un système analogue avec la sécurité sociale et les mutuelles.


        • Spartacus Spartacus 5 août 2015 23:23

          @redrock

          C’est de l’immatériel et ses fantasmes, parce que peu de gens savent ce qu’est le trading haute fréquence et communiquer avec des gens qui sont généralement réticents aux nouveautés ou aux changements vous vaudra avec de beaux graphiques de l’approbation.

          1-Quel que soit la vitesse d’échange et le nombre d’échanges de l’action. C’est a la base un investissement au départ qui a généré de l’emplois.
          Donc la réponse est Oui. C’est une suite de l’investissement qui ne le remet pas en cause.

          2-Le fiat que ce soit possible indique que les liquidités sont disponibles rapidement en cas de besoin des dépositaires des fonds sur simple demande.

          4-Les marchés sont plus sécurisés car la décision est faite autrement que par l’homme. Plus conformes aux contrats et cahier des charges imposés qui lient l’épargnant et le fond. L’informatique n’a pas les soucis moraux ou immoraux humains et n’est pas sensible aux groupes de pression, ni aux actes de posture ou de comportement girouette.

          5-Une action possédée pendant 22 secondes n’est pas possession mais échange. Elle bénéficie donc de franchise de taxes et d’impôts puisque seul celui qui en dispose a minuit la paye. 

          6-Le bénéfice se fait en un instant sur la valeur de l’action. Le dividende devient plus accessoire. Donc la pression sur le rendement des entreprises est plus neutre. Pas de taxation sur les dividendes non plus.


          Sur la valeur du marché, qu’importe le poids, Facebook vaut x fois plus que Peugeot et pourtant en valeur absolue il n’y a rien que quelques ordinateurs.

          C’est l’histoire du type qui sort du désert après une semaine sans boire. La 1ere bouteille d’eau il l’achètera 10€ car c’est sa valeur à la sortie du désert. Mais la semaine plus tard il l’achètera 1€ au supermarché du coin.

          Vous jugez que la valeur de l’eau est trop chère car 10 fois sa valeur à la sortie du désert en regardant les statistiques et graphiques des supermarchés et déduisez qu’une crise va éclater sur le marché de l’eau à la sortie du désert....


        • samuel 6 août 2015 10:12

          @Spartacus

          Contre argumentation point par point.

          1- C’est bien toute la différence entre l’investissement primaire et le marché de l’occasion (autrement dit la bourse). Pour 1 investissement primaire, il y a 50 achats d’occasion. C’est pas terrible pour l’investissement net. Certes, ça permet de maintenir le marché liquide mais au prix de l’allégorie du pâté d’alouette. Et lorsqu’il y a un « run », le marché perd toute propriété liquide alors même que c’est dans ces périodes que cette propriété serait la plus utile aux « investisseurs ».

          2- Cf, ma contre argumentation ci-dessus.

          4- Pour l’instant aucun algorithme ne travaille sur la marché primaire. Le trading automatique est une simple « pompe à fric » sans service d’investissement. A noté que ce sont des humains qui programment les algorithmes de trading justement à partir de cahier des charges. Les cahiers des charges, aux dernières nouvelles, ne sont pas le fait d’ordinateurs mais d’humains...

          5- « Une action possédé (...) n’est pas une possession. » Ah bon ! Magnifique contradiction dans les terme qui outre une pensée en bouillie montre bien l’idée directrice de la phynance (il n’y a pas de faute d’orthographe). Son idée, c’est gagner de l’argent sans s’engager (c’est le but de la liquidité. Pouvoir sortir du jeu à n’importe quel moment...). On rira donc de l’utilité aux entreprises de tels mécanismes.

          6- Création de valeur sans création de richesse. Le nec plus ultra du capitalisme. Echanger des bouts de papier toute la journée et se dire utile à la société parce que la liquidité est maintenue. Peut-être... Mais à quel prix !!!! Quant à la neutralité sur les entreprises... Parlez de ça aux anciens Moulinex (entreprise gentiment profitable mais jamais assez pour les «  »«  »investisseurs«  »«  ») qui s’est faite bastonner sur les marchés boursiers avec les conséquences que l’on connait. 

          En vous remerciant, et dans l’attente de votre prochain petit colombin à base de :

          * tu n’y connais rien
          * tu n’es qu’un gôôôchiste (en fait anar avec une tendance violente contre une catégorie de porcs qui se goinfre.)
          * ah ba les corporations (parce que la phynance n’en serait pas une... informe, sans syndicat mais avec LA position de pouvoir dans ce bas monde).
          * le monde a changé, tu es arriéré (le monde ne change pas seul. Il n’y a pas de naturalité des faits. Sinon on n’étudierait ni l’Histoire ni la Sociologie.)


        • André Martin 5 août 2015 17:29

          Merci pour ces informations utiles concernant les retraites par capitalisation.

          Qu’est-ce qu’un fond de pension autonome ?

          andré martin - animateur du site http://www.retraites-enjeux-debats.org/


          • redrock redrock 5 août 2015 18:05

            @André Martin
            la définition donnée dans le tableau est :
            Désigne le regroupement des actifs, formant une entité légale indépendante acquis grâce aux cotisations à un plan de retraite dans le but unique de financer les prestations du plan de retraite. Les membres du plan/fonds ont un droit légal ou d’usufruit ou d’autres formes contractuelles de créances envers les actifs du fonds de pension. Les fonds de pension prennent la forme, soit d’une entité à la personnalité juridique (telle qu’une fiducie, une fondation ou une société) ou d’un fonds légalement séparé et sans personnalité supervisé par un prestataire spécialisé (société de gestion de fonds de pension) ou toute autre institution financière pour le compte des membres du plan/fonds.


          • zygzornifle zygzornifle 7 août 2015 13:08

            sur la décapitation des retraites serait plus pertinent ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès