Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le pouvoir exorbitant des agences de notation

Le pouvoir exorbitant des agences de notation

L’un des rares avantages de la crise actuelle est de médiatiser et d’expliquer les mécanismes et méthodes employées par la finance pour engranger toujours plus de gains quel qu’en soit le prix humain.
Ce système très opaque jusqu’à une date récente est aujourd’hui de plus en plus dévoilé et ce que l’on découvre va bien au delà de ce que l’on imaginait.

Ce que l’on nomme « finance » regroupe en fait un ensemble complexe de sous-systèmes privés qui se sont mis en place petit à petit au fil des siècles. La majeure partie des pouvoirs régaliens des états ont été confisqués progressivement par de subtils jeux d’influence au profit d’une minorité internationale sans patrie et non élue : les rentiers.

Les agences de notation financières sont un des rouages essentiels de ce système et leur responsabilité dans la crise actuelle est énorme.

Zéro sur 20

Les agences de notation financières
.
Les agences de notations ont pour vocation d’estimer le risque associé à une entité financière par l’attribution d’une note.
Par entité financière, on entend en gros tout ce qui s’achète comme un produit dérivé, une dette ou une assurance mais également la capacité de remboursement d’une entreprise, d’un état, etc…
Ces notes sont alors utilisées par « le marché », c’est-à-dire les établissement financiers à travers leurs traders pour décider des stratégies d’investissements correspondantes.

Les 3 principales agences de notations son américaines :

- Standard & Poor

- Moody’s

- Fitch Ratings

Ces agences ont en particulier une mission d’expertise sur des produits de plus en plus complexes tels que les mystérieux produits dérivés dont le « trafic » a explosé durant les 15 dernières années.
 
Les agences font la pluie et le beau temps

Le pouvoir des agences est immense car « les marchés » leur font une confiance aveugle. L’actualité le prouve au quotidien comme le montre l’explosion des taux d’intérêts consentis à la Grèce liés à la baisse des notes que lui ont attribuée les agences

L’influence des notes sur les taux d’intérêts des prêts
Toute entité (entreprise, état,…) qui est amenée à faire des emprunts sur le marché se voit donc attribuer une note censée caractériser la fiabilité et la capacité de remboursement de cette dernière.
Si la note est maximum soit AAA (triple A), alors l’emprunteur est considéré comme solide et on lui accorde les taux les plus bas.
Ex : la France avec son (actuel) triple A emprunte sur le marché à un taux de 3% environ pour financer son déficit.
Si la note est moins bonne, alors le risque de défaut de paiement est jugé plus élevé et on lui accorde les taux d’intérêts plus élevés pour compenser ce risque (je risque plus donc je gagne plus).
Ex : la Grèce avec son BBB+ emprunte sur le marché à un taux de 6.25% environ. Pour rappel, en 2001 lors de l’entrée de la Grèce dans la zone Euro, sa note était AAA…

Comme on le voit les agences sont capables d’exercer un chantage indirect vers les états en les menaçant de dégrader leur note si leur politique monétaire n’est pas « conforme ».

Est il normal que des entreprises privées aient indirectement le pouvoir de dicter à des états souverains leur politique budgétaire et par voie de conséquence leur politique sociale ?

Les agences de notation, un ramassis d’incompétents ?

Les agences en première ligne de la liste des responsables de la crise
Lors de la crise de 2007/2008, tout le monde a été forcé d’admettre la responsabilité primordiale des agences de notation dans la propagation au monde entier des actifs dits pourris, elles furent en évidence coupables de n’avoir pas pris la mesure des risques associés aux CDS.
Curieusement nos 3 principales agences ont accordé la note maxi à 5000 fonds dont une bonne partie d’entre eux ne vaut aujourd’hui plus un clou.
La responsabilité des agences dans cette crise est donc énorme car elles ont estimé que des produits très risqués ne l’étaient pas encourageant les investisseurs mondiaux à les acheter en masse, ce qui a fortement contribué à mondialiser la crise.

Alors de 2 choses l’une, soit ces agences sont remplies d’incompétents, soit elles avaient de bonnes raisons de mettre des notes élevées à ces produits (ou un peu des deux).

Conflits d’intérêts
Lorsque l’on sait que ce sont des sociétés elles même notées qui financent les agences de notation, on prend immédiatement conscience du conflit d’intérêt (*).
On se souviendra également que la société Enron avait reçu une bonne note jusqu’à 4 jours avant sa faillite.
Lehman Brothers était encore crédité d’un A+ le matin même de sa chute !

(*) Voir l’article du "Canard Enchaîné" du 17/12/2008.

Les agences recrutent les derniers de la classe
Il est déplorable de constater que les meilleurs matheux issus des grandes écoles et autres universités ne mettent plus depuis belle lurette leurs talents au service de la science. Il est beaucoup plus lucratif pour eux d’aller travailler dans les salles de marché pour concevoir des produits dérivés basés sur des modèles mathématiques si complexes que personne ne les comprend.
Quant aux cancres, les derniers de la classe, ne trouvant pas de débouchés dans la finance, ils vont se faire recruter par les agences de notation où ils sont donc chargés d’analyser et noter des produits qui les dépassent conçus par les forts en maths qui les laissaient loin derrière à l’école !

On commence alors à comprendre les AAA attribués en amont à des produits pourris.

La libéralisation des agences de notation
Les 3 agences américaines possèdent un monopole de fait sur le marché des agences de notation.
C’est pourquoi l’Europe parle de plus en plus de créer sa propre agence qui pourrait faire contrepoids à cette situation de monopole. En quelque sorte, cela revient à libéraliser le marché des agences de notation, le concept de libéralisme serait alors pour une fois utilisé à bon escient !

La France à l’abri ?
Du haut de notre AAA, nous regardions sans doute avec condescendance la chute de la Grèce en palabrant avec l’Allemagne sur le type de mesures que l’on pourrait envisager pour aider ces malheureux Grecs.
Aujourd’hui, la fête est finie, notre pays ne fait plus partie des premiers de la classe car l’agence Fitch vient de déclarer que notre triple A pourrait bien être revu à la baisse si des mesures budgétaires plus sérieuses n’étaient pas prises en 2010.

Cette information n’a pas franchement fait la une des médias mainstream, mais elle est de taille…

L’agence Fitch
L’agence Fitch est une filiale américaine de la FIMALAC, une société française fondée par un énarque (*) Marc Eugène Charles Ladreit de Lacharrière.
Ce dernier semble se détacher de sa filiale vu qu’une perte de monopole dans ce domaine est dans l’air du temps. Cela pourrait expliquer que cette agence ne prend plus de gants avec son futur ex pays d’origine.

(*) ENA : Grande école Française qui forme des étudiants à la pensée unique.

La Grèce, un laboratoire expérimental
Pour le moment tout le monde a les yeux rivés sur la Grèce où la population ne semble pas prête à se faire tondre pour compenser les déficits dus en grande partie aux exactions de la finance :

- le fameux swap taillé sur mesure pour la Grèce par Goldman Sach en 2001 afin que cette dernière masque son déficit réel pour entrer dans la zone Euro

- la dégradation (comme partout) des comptes de l’état Grec induits par la crise économique dont la finance et les agences de notation sont à 100% responsables

- la spéculation sur la faillite des états à l’aide des CDS (voir mon article précédent)

Si la population Grecque tient bon, alors sa résistance fera jurisprudence. Les gouvernements libéraux des autres pays y regarderont à 2 fois avant de tenter à leur tour de faire payer la facture par la population.

Ce qui nous attend est donc très vraisemblablement lié à la capacité de résistance du peuple Grec à l’oppresseur Finance…

Questions
La première question qui se pose est de comprendre pourquoi les agences ont conservé la confiance des marchés alors qu’elles ont fait preuve d’autant d’impéritie.
Réponse : parce que les marchés n’avaient pas de solution ni de système de pensée de rechange.

Ensuite et surtout, comment peut on accepter que les états autorisent une telle concentration de pouvoir entre des mains privées ?
La réponse à cette questions est identique, nonobstant les liens établis entre les multinationales et les dirigeants occidentaux, ces derniers ont été formés dans la doxa de la pensée unique ultra-libérale, et ils sont incapables de penser autrement.

En science, une nouvelle théorie ne s’impose jamais, ce sont ses opposants qui finissent par disparaître. Dans notre cas, c’est peut-être le système qui disparaîtra en premier, le boulet est déjà passé très près en 2007…

System failure


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • fwed fwed 23 mars 2010 11:27

    Comme d’hab, très bon article, merci ze vengeur.


    • PhilVite PhilVite 23 mars 2010 11:46

      Encore un exemple de ces entités « mondiales » sans la moindre légitimité, qui, au bout du compte, font la pluie et le beau temps sur nos vies.
      je ne crois pas que cela puisse durer encore longtemps. La prise de conscience des peuples se fait actuellement à la vitesse grand V. Il va y avoir du sport. Première équipe à entrer sur le terrain : La Grèce.


      • Zevengeur Zevengeur 23 mars 2010 12:42

        On pourrait supposer que vu les casseroles que les agences trainent depuis le début de la crise, ces dernières tenteraient d’être irréprochables et neutres dans leurs analyses (même si elles restent absconses).

        Hé bien non !

        Explication : pourquoi menacer de dégrader la note de la France alors que certains pays et non des moindres sont notoirement dans une situation encore plus critique ?
        Je parle de la Grande Bretagne et des USA...

        Hum, le fait qu’il s’agit des pays Anglo Saxons ne rentre pas en ligne de compte tout de même ! 


      • franchamont franchamont 23 mars 2010 13:06

        Mais si, Zevengeur ! Les pays anglo-saxons tireront leur épingle du jeu, en faisant payer les autres, même s’ils ont de moins bonnes notes. Regardez ce qui se passe avec la Fed en ce moment. Si on arrivait à l’auditer proprement, les scandales révélés seraient sans fin et le monde occidental s’écroulerait : la crise de la crise attendue.

        « Ils » font tout pour empêcher ça. La cours suprême bloquera en dernier lieu les enquêtes. C’est que la Banque Rotschild, première patronne de la Fed, par derrière veille au grain. C’est elle qui maîtrise les agences de notation.

        Cette interview de Gerald Celente, « forecaster’ du »Trends Journal", vaut le coup :

        Il vont réguler, oui, mais c’est Al Capone qui a le contrôle de la police financière !

        En tout cas super merci pour cet article sur un thème essentiel de la finance.

      • liberta 23 mars 2010 12:52

        je constate que mon message a été supprimé - je ne comprends pas pourquoi
        peut être parce que je parlais de Bilderberg ??


        • franchamont franchamont 23 mars 2010 13:13

          Non, AV, c’est pas vrai, tu ferais ça !?

          Ben, je propose que, sur ce type de plainte, chacun (ou certains) ait la possibilité d’aller visiter les bannettes à papier d’AV, pour voir si c’est vrai et si liberta a vraiment enfreint les règles. Si cette option n’existe pas, il faut la créer. Peut-être un privilège à donner à ceux qui soutiennent AV.

          Ce serait de bonne justice.

        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 23 mars 2010 14:15

          Bonjour,

          « Le pouvoir des agences est immense car « les marchés » leur font une confiance aveugle. » Je pense que tout est fort bien résumé dans cette simple phrase. merci de l’avoir écrite.


          • ChatquiChouine ChatquiChouine 23 mars 2010 21:53

            Tss, tss, reformulons plutôt comme ceci :

            « Le pouvoir des marchés est immense car les agences de notation sont là pour faire ce que les marchés leur demandent »


          • eric 24 mars 2010 08:18

            Les agences de notation sont un thermomètre à l’usage de ceux qui veulent prêter leur argent en ayant une vague idée des risques et rentabilités qu’ils en peuvent tirer.

            Ces deux choses sont liées à des éléments économiques et politiques.
            Il peut y avoir des erreurs et des subjectivités car il s’agît d’organisations humaines, mais il existe une bonne force de rappel . Une agence qui s’éloignerait trop des réalités perdrait ses clients soit pour les avoir sous informé sur un risque soit pour les avoir sous informé sur une possibilité de gagner de l’argent.

            D’une manière général, ont de bonnes notes des pays riches stables et bien gérés. Ont des notes en baisse des pays qui par exemple, dépensent plus qu’ils ne gagnent, vendent moins qu’il n’achètent, font tourner les planches à billet etc...

            Il est incontestable que tout pays est souverain et a parfaitement le droit de se comporter de la sorte sans que personne ait le droit d’y redire.

            Il est non moins incontestable en revanche que cette souveraineté interne ne saurait lui donner un droit à priori à emprunter l’argent des autres à un prix qui lui conviendrait.

            C’est parce que la Grèce s’est livrée à un grand n’importe quoi en matière budgétaire, fiscale, etc... que ses notes baissent, pas du tout parce que les grands de la finance« voudrait la »tondre".
            Si telle était la logique, et si cela était si facile, les financiers et agences, s’attaqueraient à des pays riches, Suède, Pays Bas, ou il y a beaucoup à tondre et pas à la Grèce où, d’après Asterix, il n’y a que le gras de la viande et les noyaux des olives.

            Enfin, une agence est une grosse PME qui fait ce qu’elle peut avec ce qu’elle a comme moyens humains. Ceux ci sont très inférieurs à ceux des organes de contrôle et de suivi des états. Un agence évalue Enron avec l’info public que celle-ci veut bien communiquer et quelques éléments externes qu’elle parvient à rassembler. Le système fiscal a des dizaines de milliers d’employés et à le droit d’obtenir toute information qu’il souhaite. Qui porte la principale responsabilité ?

            La solution pour échapper aux agences pour un pays souverain est ailleurs. Par exemple avoir un budget en équilibre, et donc pas de besoin d’emprunt net. Ou alors, il faut fermer les frontières du pays, imposer un emprunt forcé à sa propre population, de préférence avec des taux spoliateurs. En revanche, il n’est guère réaliste d’espérer le même service du retraité américain ou allemand ou de l’exportateur Chinois, qui eux, continueront à acheter des éléments d’information de ces agences pour tenter de placer au mieux leur argent. On ne voit pas au nom de quoi on le leur interdirai.

            Les agences ou les financiers n’exercent pas un chantage, elles disent à quelles conditions elles sont prêtes à prêter l’argent qui leur a été confié. Nul n’est obligé d’emprunter et donc de devenir dépendant du préteur. D’ailleurs, il existent un excellent précédent, Ceausescu avait une balance légèrement excédentaire et un endettement quasi nul. La voie est donc toute tracée pour échapper aux agences...


            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 24 mars 2010 08:48

              Quelques remarques

              des concurrentes a Fitch, Moodys et Standard & Poors existent : notamment la Coface en France.
              pourtant elles n’emergent pas.

              de plus, la France n’est pas maltraitee par les agences de rating. Le triple AAA de la France permet a notre pays d’avoir des taux d’interets a 4% et moins, largement inferieurs a ceux en vigueur au Royaume Uni. http://bourse.latribune.fr/taux/ Donc arretons de nous flageller.

              Enfin, ces agences ont un pouvoir important car la France et quelques autres pays ont un endettement en forte croissance. Degageons des excedents budgetaires comme en Suisse et les agences n’auront plus rien a dire sur notre dette.


              • ploutopia ploutopia 24 mars 2010 14:26

                Voilà un article bien mieux torché que le mien : "Les agences de notation font chanter les Etats". J’ai d’ailleurs fait référence à votre article via mon blog tant vos explications sont limpides et courtes. Nous devrions lier nos blogs. Nous traitons en effets des mêmes sujets : NAIRU, 11 septembre, finance, Bilderberg, pesticides, etc. Sauf votre point de vue sur le pic pétrolier que ne partage pas…

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès