Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le prix Nobel d’anti-économie est décerné à… François (...)

Le prix Nobel d’anti-économie est décerné à… François Hollande

Je propose d’instaurer un jury pour décerner le Nobel d’anti-économie qui sera au Nobel traditionnel ce que le ballon de plomb est au ballon d’or ou encore les Gérard seraient aux sept d’or. Au vu des dernières annonces présidentielles, François Hollande se présente comme un candidat sérieux pour recevoir le trophée. Et puis comme pour le Nobel, c’est une équipe qui est récompensée pour son travail et dans l’équipe gouvernementale, on trouve un précieux collaborateur, le ministre Montebourg, inspiré d’ailleurs par les expériences d’une consoeur menées en milieu régional, je veux parler de Ségolène Royal et ses financements perdus dans l’entreprise Heulliez.

L’une des règles de l’anti-économie, c’est de faire de l’antiprofit, à l’instar de l’antimatière qui annihile la matière. La métaphore est osée mais elle tient la route dans la mesure ou ce qui est annihilé, ce sont les fonds publics. On peut alors penser que l’anti-économie est réservée à la puissance publique car dans l’économie libérale, les entrepreneurs et les investisseurs ne sont pas fous, ils investissent pour faire du profit. On n’a jamais vu des actionnaires investir dans des entreprises qui font régulièrement des pertes. Sauf chez Madoff mais en ce cas, c’est la justice qui l’a perdu car c’était un escroc. Un actionnaire n’est pas fou, il ne veut pas risquer de perdre de l’argent. Par contre, quand on est membre d’un gouvernement, il ne faut pas avoir de complexe. Ce n’est pas son propre argent que l’on risque de perdre mais celui du contribuable. Voilà pourquoi le ministre Montebourg finance des entreprises qui risquent de couler à concurrence de millions d’euros, pour sauver par exemple un millier d’emploi sur les trois milles concernés. Dans ce genre d’opération, le plus souvent, l’entreprise poursuit ses activités, réalise quelques montages comptables, puis finit par déposer le bilan. Les créanciers en sont pour leur poche, y compris l’Etat qui a prêté l’argent public. D’autres se sont enrichis. On ne sait pas qui ils sont.

François Hollande semble fâché avec l’économie. Sa dernière annonce sur la suppression des cotisations familiales pour les entreprises prouve une certaine libéralité vis-à-vis des principes de l’économie. Le résultat ne sera pas d’inverser la courbe du chômage mais de redresser la courbe du profit et des marges pour la plupart des entreprises. Réfléchissons un peu à ce qui se dit. Beaucoup d’entreprises sont en sous capacité productive. Par anticipation, elles n’ont pas licencié le personnel, attendant une éventuelle reprise qui concrètement, se dessine sur les carnets de commande. Autrement dit, quand les gens sont disposés à consommer, à l’étranger ou en France. A noter que pour la plupart des TPE, c’est la consommation intérieure qui est déterminante. L’export étant réservé plutôt au PME de taille moyenne et aux grands groupes. Dans ce contexte, on ne peut pas dire dans l’absolu que la diminution des charges soit sans conséquences utiles pour les entreprises. Cela permettra à celles qui sont à la limite de flottaison de ne pas couler et pour les entreprises en bonne santé, cela ne changera pas grand-chose au niveau emploi, sauf pour les plus dynamiques qui pourraient être tentées par l’investissement.

10 millions d’euros de prêt pour sauver 1000 emplois, ça fait 10 000 euro par salarié sauvé. 30 milliards de réductions de charges, pour guère plus de 300 000 emplois créés, ça fait 100 000 euros par salarié. Admettons que le chiffre soit sous-évalué, allez, disons 600 000 créations. Le coût reste exorbitant, 50 000 euros. Ce qui n’a rien d’étonnant puisque l’un des théorèmes fondamentaux de l’économie c’est qu’il est plus facile de détruire un emploi que d’en créer. Le corollaire de ce théorème étant qu’il est moins coûteux de sauver un emploi que d’en créer un. Au final, les mesures prises par Hollande ne vont pas inverser la courbe du chômage mais éviter qu’elle s’effondre. Autrement dit, Hollande nous présente une mesure pour créer de l’emploi alors qu’il s’agit de maintenir l’emploi. Ce qui mérite non pas un Nobel mais un Houdini d’or pour ce magnifique numéro d’illusionnisme. Il se murmure dans certains milieux que le producteur qui finance ce spectacle de magie serait une filiale du MEDEF.

(Pierre Desproges me susurre dans une oreille d’y aller franco. Pourquoi pas ironiser jusqu’au bout de la nuit mais sans Céline. On pourrait imaginer une loi réprimant les propos anti-économique. Auquel cas, si le président devait la respecter et expurger tous les passages d’anti-économie, il ne resterait plus grand-chose, contrairement au spectacle de Dieudonné qui conserve du contenu une fois les propos antisémites enlevés).

Fermons la parenthèse. Revenons à l’économie et ses principes intangibles. Réduire les charges sociales suppose qu’il y ait un transfert de recettes. Je laisse se prendre la tête le comptable de Bercy qui doit trouver les 30 milliards pour colmater les comptes publics, notamment la branche famille de la Sécu. Il y a deux solutions. Réduire les prestations ou augmenter les cotisations. Au final, ces deux solutions se réduisent à un effet, la baisse du pouvoir d’achat. Et donc des carnets de commandes car la consommation fléchit. Les baisses de charges sont annihilées par la réduction de la consommation. Le phénomène est partiellement atténué par quelques rares entreprises qui parviennent à user de ce levier pour augmenter les exportations mais c’est peanuts comme on dit en langage de bistrot. Au final, les mesures proposées par notre président favorisent la décroissance. Et ça vaut bien un Nobel d’anti-économie.

On ne verra donc nul social libéralisme ou euro libéralisme chez Hollande qui en fait a eu un précurseur en matière d’anti-économie, un certain Tonton. On se souvient qu’un célèbre neveu instaura un empire à la suite de Napoléon. Et ma foi, ce neveu de Tonton, il convient bien à l’empire de l’anti-économie. Dont l’une des conséquences est de gaspiller avec une diversité de mesures l’argent public, y compris dans les collectivités locales où quelques domaines publics sont gérés par deux fonctionnaires qui font le même travail. La gastronomie française faisant partie du patrimoine immatériel de l’Unesco, il est naturel que la cuisine politicienne nous serve comme spécialité le mille-feuilles administratif.

Alors, jeu d’éco ou jeux de cons que cette économie européenne ou Hollande assume l’héritage de Napoléon III face à une Allemagne dont le rôle de Bismarck fut interprété comme celui de James Bond par plusieurs acteurs, Gerhard Schröder puis Angela Merkel. Mais on se souvient toujours du premier interprète, Schröder en l’occurrence, qui a permis à l’Allemagne d’avoir des résultats tangibles selon les normes officielles d’appréciation. Les Allemands sont pragmatiques. Ils étaient protectionnistes sous Bismarck, ils sont très ouverts au marché mondial sous Merkel. Cela étant, vouloir comparer et imiter l’Allemagne est un non sens économique. Au lieu de plaquer des prothèses économiques germaniques pour soigner les maux consécutifs aux tares de la culture française, on ferait mieux de miser sur les points forts de l’excellence française. Et puis cette culture de la compétition économique et du bon élève n’est-elle pas désuète ? L’homme mérite mieux comme projet de civilisation.

Le monde matériel et économique reste darwinien mais la sélection n’est pas naturelle, elle est humaine et surtout politiquement décidée. Quelle est l’espèce que l’on veut rendre la plus adaptée et la plus prospère, l’entreprise ou bien l’humain ? Il semblerait que l’Allemagne ait opté pour l’entreprise. C’est sans doute dans ses gènes. La France devrait-elle suivre ? C’est la question fondamentale de l’Europe. Quelle voie choisir. Elle n’est pas débattue parce qu’en haut lieu, les dirigeants ont déjà choisi.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 16 janvier 2014 08:40

    66 000 entreprises ont fermés en 2013, Merci Mr le Président , grâce à vous j’ai du temps libre pour aller pleurer chez mon banquier et au pole-emploi ....


    • Abou Antoun Abou Antoun 16 janvier 2014 11:19

      au pole-emploi
      Monsieur Hollande s’occupe principalement du ’Popaul-emploi’.


    • zygzornifle zygzornifle 16 janvier 2014 17:35

      je me demande si l’ors de son opération il y a peu il ne s’est pas fait placé un agrandideeur de pénis....lol


    • spartacus spartacus 16 janvier 2014 08:52

      Une précision : les charges « famille » sont prélevées par l’URSSAF, pas par les assurances sociales collectivistes dites « sécurité sociale ».

      Le curieux dans cette affaire c’est que dans tous les pays qui nous entourent (Allemagne, Angleterre) la famille est financée par les impôts locaux. 

      En fait c’est une supercherie qui s’annonce genre « taxe professionnelle » censée faire baissée les charges elle fut remplacée par par 
      « contribution économique territoriale (CET) ».

      Comptons sur les fonctionnaires de Bercy taxophiles pour nous inventer son « annule et remplace »...
       

      • lautrecote 17 janvier 2014 08:08

        Spartacus écrit : « les charges familles sont prélevées par l’URSSAF, pas par les assurances sociales collectivistes dites »sécurité sociale"

        Pourtant URSSAF signifie : Union de Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales...

        Moi y’en a pas comprendre ce qu’il dit, le monsieur


      • alinea Alinea 16 janvier 2014 08:58

        J’ai entendu ce matin que la première réduction des charges sociales avait été faite par Jospin, que le résultat avait été faramineux, près de deux millions d’emplois créés en quelques années... mais, parallèlement, il y a eu la loi sur les trente-cinq heures !
        Je n’y connais rien en économie mais je connais quelques patrons de PME, qui bien que se plaignant de la lourdeur des charges et celle, pas moindre, de l’administratif, ont grossi, grossi, ont embauché, embauché !! et se sont enrichis !! Alors ? aujourd’hui, s’il n’y a plus de travail, en quoi faire payer au contribuable ( même s’il s’agit d’y engloutir des économies faites sur le dos des emplois dans le public), alléger les dépenses des patrons, va-t-il créer des emplois ? À rien faire ?
        Notre Président mérite sûrement le Nobel de l’anti économie, mais sûrement pas son CAPES de Pédagogie ! Car, personne, apparemment, n’a compris son exposé ! smiley


        • claude-michel claude-michel 16 janvier 2014 09:09

          La grande illusion...ou comment prendre les Français pour des boeufs...avec une estrade et un président qui parle mais sans savoir ce qu’il raconte...une sorte de robot pas fini..a qui il manque un logiciel important...celui de la compétence...Une conférence de plus pour de moins en moins de porte de sortie...2heures 1/2 pour saouler les médias présent...ou tout est cadenassé pour éviter les dérives...Son pédalo prend l’eau de toutes parts.. !


          • Alpo47 Alpo47 16 janvier 2014 09:13

            Je ne vois pas comment la « politique de l’offre » pourrait fonctionner. Comme l’auteur le souligne, elle profitera -peut être- quasi uniquement aux exportateurs. Essentiellement les grands groupes du CAC40. Pas aux centaines de milliers de PME qui constituent le vrai tissu économique de notre pays.
            En effet, celle ci va consister à transférer des charges depuis les entreprises vers les consommateurs/ contribuables et/ou à supprimer des aides et acquis sociaux.
            Supposons tout de même que cela corresponde à des centaines de milliers d’embauches. Ce sera évidemment -c’est le but- avec des salaires aussi petits que possible. Le SMIC va surement être « révisé », les emplois précaires multipliés ...

            Quasi tout le monde va donc voir son pouvoir d’achat baisser, comment alors pourrions nous répondre à l’offre nouvelle ?

            Ce serait risible si cela ne nous concernait pas tous et devenait rapidement tragique.

            Le libéralisme a donc gagné dans notre pays, puisque les masques tombent sur nos derniers élus. Ils sont au service du même petit groupe que le gouvernement précédent. Et le désastre économique et social va suivre.

            Il y a encore quelqu’un de surpris ?


            • Grandloup74 16 janvier 2014 13:52

              Surpris ? Non ! Ecoeurés, oui ! Où l’on voit que nous ne sommes pas en démocratie : on choisit un dictateur tous les 5 ans, période pendant laquelle il fait ce qu’il veut y compris et surtout le contraire de ce pour quoi il a été élu. Le peuple vit en dictature.

               Alors avant d’aller donner des leçons et des bombes chez les autres, (libye, Syrie, Afrique...) faudrait voir à réfléchir .
               Que reste il au peuple Français ?
               Je suggère de demander à Poutine d’intervenir contre les 15% qui imposent une dictature aux 85% du peuple, tout cela au nom du « devoir d’ingérence » cher à Kouchner ou BHL.
               Poutine, au secours ! Viens nous libérer, un subit un régime dictatorial !!!!
               Que fait donc l’ONU ????


            • Fred59 17 janvier 2014 01:18

              Une espèce de Franquisme non catholique ?


            • Robert GIL ROBERT GIL 16 janvier 2014 09:22

              comme d’ab, le PS au pouvoir fait des cadeaux de riches au riches, et parfois des cadeaux de pauvres au pauvres...notons que pour les riches il n’y a jamais de contrepartie trop contraigante, ce qui n’est pas le cas pour les pauvres !

              voir cette peitite vidéo de 2 minutes : LES VRAIS ASSISTES…C’EST LE MEDEF


              • howahkan Buddha Marcel. 16 janvier 2014 11:16

                 de même que Hitler, ou Napoléon , seul n’auraient jamais fait la guerre, de même hollande ne dirige rien du tout et bien sur est loin d’être seul...qui sont ses maitres ? y a t’il un seul journaliste pour ce sujet ?

                petit résumé vaguement historique , rêve de cette nuit..

                - Histoire en raccourci
                quels sont les vrais motifs de la guerre de 14-18, ils ne sont forcement que financiers comme d’habitude ? petit crime de tous les jours ou crimes à l’échelle de la planète ont un même motif de base : argent.....
                qui a crée la crise de 1929...qui l’a soigneusement préparée ?

                entre deux guerres l’Allemagne ruinée trouve plein d’aide et de pognon pour préparer une bonne guerre, qui a financé ? le mythe de la bonne guerre...

                la france est balayé en si peu de temps, était ce prévu comme ça de l’intérieur ?..

                Le front russe est celui qui semble nécessiter le plus d’efforts militaire et causera le plus grand nombre de morts de cette guerre, environ 20 millions ou plus selon les sources, un détail oublié fréquemment.. était ce l’objectif principal et si oui pourquoi ?

                Après une guerre éclair, les ennuis s’accumulent pour l’ Allemagne nazi, parler seulement de Hitler est un peu court ,car seul il n’aura fait de mal a personne, il y a un pouvoir derriere lui, comme il y en a un derriere François qui est ce pouvoir, quel est il ? on se doute que ce sont des financiers bien sur..

                 Les russes vainqueurs ce n’est qu’a ce moment que l’empire arrive avec ses troupes , pourquoi si tard ?
                reconstruction,

                partage de l’ Europe entre pseudo communistes ,et réellement capitalistes, en creusant un peu je suis sur que le capitalisme a financé et aidé le faux communisme pour essayer d’enterrer définitivement le fait que un seul monde en paix soit possible, un monde équitable de fabrication et de partage des nécessités vitales, dont le voleur financier ne veut pas car il ne pourrait plus voler le collectif incontournable, L’univers entier trouve là sa base, de l’infiniment petit a l’infiniment grand,sauf les humains dont le cerveau a un bug de notre faute..à chacun de chercher ! ....l’Israël est crée au détriment des autochtones....la colonisation s’ étends..

                Après ww2 l’empire a vu son PIB atteindre environ 50% du PIB mondial, score inégalé depuis, il est aux alentours de 27% aujourd’hui, avec légères variantes selon les sources la guerre a profité a un pays...hasard ou nécessité ? guerre = très bon pour le business et bien sur le financier..

                je saute, Après avoir viré de Gaulle, ( qui étaient les meneurs à 85%) sous les pavés la plage la france abandonne peu après la fabrication de sa monnaie sans intérêts pour l’acheter à des banques privées qui n’ont pas cet argent mais qui le prête contre intérêts payés par le « peuple », banques privées dont il est interdit de savoir qui se cache derriere.....la dette commence..
                guerre froide, guerres partout en Asie, amerique du sud, moyen orient proche orient, conflit sociaux, défaite des syndicat eux aussi racheté par la finance , l’empire attaque ..hier deux fois défaite l’Allemagne semble bien etre un leader européen, qui dicte sa morale économique à tout un continent soumis pour le moment et faudra m’expliquer comment après deux défaites aussi lourdes on devient un tel leader, ce miracle je n’y crois pas un seul instant, que se cache t’il en vérité, l’Allemagne est elle le sous marin de l’empire ??..puis vient le moment de s’attaquer encore plus à la france, le modèle de solidarité forcé certes mais solidarité quand même déplait à l’empire( quel financiers sont l’empire) car aucun empire ne peut rien contre un peuple solidaire, il font donc d"solidariser le peuple, ce qui n’est pas très dur, l’argent pourrissant tout..

                aujourd’hui hollande ,salarié par défaut de l’empire est en train de supprimer toute participation patronale et financière au groupe autrefois solidaire france....désormais tout ce qui est social, qui n’est qu’ une compensation pour le vol patronal du travail collectif,sera financer par la dette, c’est aussi gros que la crise de 29, et que l’interdit pour la banque de france de fabriquer sa monnaie....cela va conclure l’asservissement total par la dette pour des milliards d’années pense le financier de la fed ,car bien sur la banque fédérale qui n’a rien de fédérale mais est privée, dirigée par qui ? est le sommet de la pyramide, elle crée ex nihilo de l’argent , à partir de rien donc, comment est ce possible ? parce que l’argent n’a aucune existence, c’est un mirage , un leurre auquel une majorité veut croire car l’argent est le reflet exact de ce que sont trop d’humains, des paumés dans leur propre vie,des gens qui souffrent , des jaloux ,envieux ,uniquement motivé par l’appât du gain a n’importe quel prix utilisant cela comme une drogue pour essayer d’oublier que vivre c’est mourir.., guerres et massacres inclus bien sur ne gênent pas ce genre de personnes car ce ne sont plus des humains, étant prêt à aller jusqu’ au pire pour assouvir leur maladie mentale...car ce sont des psychopathes et on travaille pour eux..

                la clé est dans la compréhension profonde de cela, de soi même et pas uniquement dans la réaction immédiate compréhensible certes, mais dans un changement radical de paradigme du vivre ensemble, en clair si vous pensez valoir mieux que les autres , vous êtes ce système...vous êtes toutes les guerres, je sais ça ne sera pas admis mais c’est un fait absolu.

                Ce système est si fragile que il a peur..car pour la dette , il suffit de dire : allez vous faire foutre, il n’y aura jamais de remboursement car on ne vous doit rien, et le financier est liquidé....pour aller aussi loin, un peuple uni fera l’affaire......tout se joue à ce niveau là... et dieudo justement joue dans ce registre là...........tous humains avant tout, alors on bosse ensemble pour tous , le financier va devoir disparaitre...

                Ainsi hollande n’est pas du tout le sujet , il est salarié grassement payé , comme le sont tous les politiques aujourd’hui bien sur..qui tient les ficelles, a qui doit on rembourser la dette, des noms svp..y a t’il un seul journaliste quelque part

                merci Bernard..même si tu ne reponds jamais...


                • Grandloup74 16 janvier 2014 14:03

                  Groupe Bilderberg, et autres hauts placés dans les banques. Des sociétés plus ou moins secrètes existent, quant à savoir leur implication directe...
                   Mais tout le monde n’est pas acteur de cette scène, même si on n’a pas le talent et la popularité de Dieudo pour lutter efficacement contre. Des actions modestes sont entreprises pour resister au système. Ecrire simplement sur des sites comme celui ci, envoyer des liens d’articles peut ouvrir les yeux à certains, le bouche à oreille est lent mais efficace.


                • howahkan Buddha Marcel. 16 janvier 2014 14:54

                  salut grandloup et merci de ces mots  smiley


                • alinea Alinea 16 janvier 2014 11:39

                  "de même que Hitler, ou Napoléon , seul n’auraient jamais fait la guerre, de même hollande ne dirige rien du tout et bien sur est loin d’être seul...qui sont ses maitres ?"
                  Qui sont ses valets plutôt !!! ses maîtres, on les connaît !
                  Mais bien sûr, les valets, ça nous concerne !!!!!!!


                  • howahkan Buddha Marcel. 16 janvier 2014 11:53

                    salut alinéa, peux tu avec certitude me dire qui sont les VRAIS maitres ....je suis preneur car la nébuleuse du pouvoir réel est très opaque pour moi, certes on a certains doutes précis bien sur mais je parle du top du top là , je ne sais pas...qui est le top du top du pouvoir mondial ??

                    salutations


                  • alinea Alinea 16 janvier 2014 12:43

                    Le fric ! 


                  • howahkan Buddha Marcel. 16 janvier 2014 12:48

                    non alinéa, l’agent n’a aucune existence sans les humains, déjà que même avec les humains il n’existe pas du tout,ce que peut de personnes voient ...ça n’est pas ce qui dirige le monde ..la racine n’est pas du tout celle là, l’argent est un effet paris tant d’autres...loin de la racine du mal..c’est mon avis et je le partage comme disait Desproges.
                    cheers..


                  • alinea Alinea 16 janvier 2014 13:34

                    mais on ne parle pas de la même chose ! en tout c’est l’Homme qui donne sens !!
                    L’avidité et le pouvoir sont les seuls buts qui réussissent à évincer tous les autres ; cela s’allie merveilleusement avec le couple maitre/serviteur, roi/courtisan... toutes les civilisations dites « importantes » ont été bâties là dessus ! C’est la même chose depuis toujours !
                    Après vous demanderez à LLS, ses théories sur la mimétique !!


                  • howahkan Buddha Marcel. 16 janvier 2014 15:04

                    alinea tu dis : en tout c’est l’homme qui donne sens..

                    je ne pense pas non car l’homme interprète..c’est pour cela que ne sachant pas comment allez au dela de l’interprétation du à chaque « moi je », le sens éventuel du fait d’être vivant nous échappe totalement, on rate le fait de vivre en fait, pourquoi le ferait il en plus quand il est content de son sort, métro, boulot, dodo ; sexo , etc...

                    par experiences je sais que nous avons perdu l’usage d’une partie du cerveau,celle qui va au delà de l’interprétation, celle qui sait vivre le fait de la mort etc etc etc et ou le sens est, inaccessible à tout jamais pour le penseur analytique normal ou intello,ce n’est pas une théorie mais du vécu, comme pour d’autres.....c’est pour cela que j’insiste sur le fait de remonter à la source du problème, mais qu’on ne s’y trompe pas elle est en chacun avant d’être globale , « je » suis la société avec toutes mes-ses tares...pour remonter à la source du problème il ne faut plus réfléchir mais etre le probleme, ou plus exactement l’effet que le problème non résolu produit et qui est souffrance ,..et là on revient directement à la souffrance humaine qui crée des montres un peu partout, cette souffrance et la fuite qui ne marche jamais rend fou...là on approche de la racine du mal...............salut...


                  • unandeja 16 janvier 2014 12:01

                    Ils sont complètment nuls en économie....en une seule phrase hollande a réussi à le prouver.

                    Je le cite « pour retrouver la croissance, il faut jouer sur l’offre ».....c’est une hérésie...si l’offre peut influer la croissance, le principal moteur est la demande et non l’offre.
                     La demande nécessite, tout comme la réponse à de nouvelles offres, que les acheteurs aient les moyens d’acheter...cela passe par le pouvoir d’achat d’achat des consommateurs qui s’est fait détruire par ce gouvernement. Vous pouvez inonder le marché d’offres diverses, si la demande est atone, la croissance sera atone...et les dépenses publiques continueront de filer.


                    • jullien 16 janvier 2014 12:09

                      Je propose d’instaurer un jury pour décerner le Nobel d’anti-économie qui sera au Nobel traditionnel ce que le ballon de plomb est au ballon d’or ou encore les Gérard seraient aux sept d’or.
                      Voilà un jury qui ne chômerait pas surtout si on lui donnait des pouvoirs rétrospectifs.


                      • Ruut Ruut 16 janvier 2014 13:05

                        De toute façon Hollande a gagne au win for life président.


                        • ETTORE ETTORE 16 janvier 2014 13:19

                          Mais si : « pour retrouver la croissance, il faut jouer sur l’offre..... » qu’il dit The BIg Bug

                          il y croit, ou plutôt il veut nous faire croire ça depuis le début
                          la preuve, ses multiples « moi président...... »
                          Rien que de belles offres.....bien vaines comme la croissance qu’elles ont générés.

                          • Grandloup74 16 janvier 2014 14:14

                            Si il y a beaucoup d’offre, les prix baissent. S’ils baissent pas assez ça ne relance rien. Si ils baissent trop, ils sont pas rentable et l’illusion durera un seul instant.
                             
                             Mais la politique de répression tous azimuts, surtout les abus de la répression routière dissuade de sortir lors des loisirs ou vacances. Les limitations à 70 km/h sur des routes à double voies et sens unique se multiplient et ils impossible de ne pas les dépasser lorsqu’on est en ligne droite et qu’aucun véhicule n’est présent. C’est là et à ce moment que les racketteurs d’état nous attendent. La sécurité routière n’est pas en cause, il s’agit de faire du racket organiser tout en dressant les citoyens à être dociles devant des incohérences et abus divers. Un dressage en quelque sorte.
                             On ne sort donc plus hors des parcours connus et aux heures sans risque de se faire « panner ».
                             L’économie des restaurants, cinémas, et autres attractions et vacances en pâtit. Rester chez soi n’a jamais contribué à assainir une économie...
                             Ils récoltent ce qu’ils ont semé, on ne peut gagner sur tous les plans.


                            • JL JL 16 janvier 2014 14:42

                              Hollande aurait-il une vision à long terme ? En effet, personnellement, je trouve que ce système de perception des impôts et charges sociales sur le travail est archaïque, pour ne pas dire aberrant. Ce n’est pas le travail qui doit financer la protection sociale, c’est la plus-value.

                              La plus-value doit être partagée entre le Capital, le Travail, et l’investissement qui comprend d’une part les infrastructures à savoir le matériel, et d’autre part la politique sociale, à savoir le renouvellement de la main-d’œuvre.

                              Il semble que Hollande ait entrepris de faire sa grande réforme fiscale, mais à petit pas : en ménageant le Medef et en faisant supporter le poids de la charge sur les consommateurs.

                              Comme le disait si bien l’article de ddacoudre l’autre jour : ni le rôle ni le but des entreprises n’est créer des emplois ; on n’entreprend que pour faire du profit, point barre. Et c’est le profit qu’un gouvernement digne de ce nom doit encadrer, qualitativement et quantitativement par une stratégie gagnant gagnant.. Mais ça, c’est sans doute trop intelligent pour ces gens plus obsédés par leur ’vie privée’ et leur cariières que par l’intérêt de la Nation ou du peuple.

                              Ce qu’il faudrait exiger, c’est que cette mesure d’assainissement du financement de la politique sociale soit contrebalancée par une diminution des cadeaux sans contrepartie et une réelle chasse à la fraude fiscale (80 milliards ; l’incurie elle est là) : le pouvoir politique doit discuter d’égal à égal avec le pouvoir économique, et non pas comme un larbin avec son maître.

                              Ceci dit, je ne sais pas d’où lui vient l’idée absurde - aussi stupide que la théorie du ruissellement - que c’est l’offre qui crée la demande. Cela est probablement vrai dans le monde où il vit, mais dans le monde réel qui est celui de ceux qui suent et se privent de l’essentiel parfois, c’est une contre-vérité. Ce n’est pas parce que les gens même pauvres achètent des gadgets électronique à bas coûts comparés aux dégâts écologiques causés, qu’il mangeront mieux.

                              La daube que produit l’industrie agro-alimentaire nous montre ce que cette politique de l’offre peut comporter d’effets pervers et désastreux.


                              • JL JL 16 janvier 2014 20:24

                                Je m’aperçois que j’ai fait une énorme imprécision ! Quand je dis ci-dessus :

                                Ce n’est pas le travail qui doit financer la protection sociale, c’est la plus-value. La plus-value doit être partagée entre le Capital, le Travail, et l’investissement qui comprend d’une part les infrastructures à savoir le matériel, et d’autre part la politique sociale, à savoir le renouvellement de la main-d’œuvre.

                                Je dois préciser que par investissement dans cette phrase, j’entends les investissements relatifs aux infrastructures publique. Je complète en disant que les éventuels investissements productifs doivent demeurer du domaine privé et être faits par des prélèvements volontaires sur la part du travail (les salaires distribués) et/ ou sur la part du capital (les profits).


                              • Peretz1 Peretz1 16 janvier 2014 17:09

                                Unandeja a tout dit. Nos dirigeants sont-ils autistes ? Complètement formatés par leurs études, ils sont incapables d’imaginer une économie normale. Keynes revient !!! Il est vrai que les banques ne se laisseront pas faire de peur d’être euthanasiées. Elles préfèrent la déflation que l’inflation.


                                • imprécateur 16 janvier 2014 17:20

                                  Coluche disait :
                                  -« Confiez le Désert à des énarques, au bout de cinq ans ils seront obligés d’importer du sable !!! »


                                  • Peretz1 Peretz1 16 janvier 2014 17:23

                                    Alinea. Le bonus de l’époque que tu cites était général en Europe. C’était un sursaut qui arrive cycliquement en économie. Les 35 heures sont arrivées au bon moment pour accentuer ce phénomène, mais on a tout reperdu par la suite, d’autant que ça a coûté cher au budget cette affaire. Diminuer le temps de travail n’est possible qu’en période de croissance, sur le long terme. En période déflationniste c’est une hérésie. De toute façon cajoler les entreprises ne mène jamais à rien. Il faut comme le dit unandeja faire une stratégie de la demande. Sinon on marche sur la tête et on engraisse les banques.


                                    • Zorglub 16 janvier 2014 18:04

                                      Bonjour,
                                      Votre analyse de la réduction du temps de travail est fausse. Le temps de travail est une équation.
                                      Basiquement c’est : combien d’heures sont nécessaires pour produire la même unité de valeur ajoutée.
                                      Et ce qui fait baisser le temps de travail c’est le progrès technique en général. La baisse du temps de travail est inéluctable et profitable à tous. le vrai soucis c’est la répartition de la richesse crée. Tant que la richesse crée ne sera pas massivement distribuée dans l’ensemble de la population le capitalisme continuera à appauvrir les travailleurs et enrichir les détenteurs du capital. C’est le b a ba du marxisme et c’est toujours vrai aujourd’hui.


                                    • philippe913 17 janvier 2014 14:05

                                      @Zorglub
                                      si je comprends votre propos, le ba ba du marxisme, et qui est vérifié donc, c’est que le capitalisme ne fait qu’appauvrir les travailleurs et n’enrichit que les gros capitalistes ? « j’ai bon ? »

                                      au vu de l’évolution de la richesse des travailleurs et salariés depuis le 19e siècle, on peut remarquer combien cette affirmation est vraie...
                                      de la misère, on est passé à une misère noire noire noire....

                                      vous vivez dans quel monde ?


                                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 16 janvier 2014 21:44

                                      Bonjour,

                                      année 2013

                                      Les faillites d’entreprises en hausse en 2013, le record de 2009 presque atteint.

                                      2013, annus horribilis pour les entreprises. Selon le baromètre du cabinet Altares dévoilée ce jeudi, 63 101 faillites ont été enregistrées en 2013 en France, soit une hausse de 3% par rapport à l’année précédente. Un chiffre proche du sombre record atteint en 2009, au plus fort de la crise, avec 63 700 défaillances.
                                      source

                                      2014

                                      ... ce serait environ 61.500 entreprises qui devraient fermer pendant l’année. Le ministère de l’Économie prédit une multiplication des plans sociaux dans les mois à venir. Des dizaines de milliers d’emploi industriels sont menacés.

                                      Les petites entreprises d’abord. Dans la somme des entreprises menacées pour 2014, tous les types d’entreprises sont susceptibles de subir la loi de la crise. Les grosses entreprises et les PME devraient être durement touchées. Néanmoins, ce sont surtout les Très Petites Entreprises (TPE), celles qui emploient moins de 10 salariés, qui devraient constituer le gros des défaillances.

                                      Un impact sur le chômage. Le problème, c’est qu’à force de fermetures d’usine, les plans sociaux commencent à peser sur les chiffres de Pôle Emploi.

                                      Faute de voir une vraie reprise s’installer, le patronat avoue que de nombreuses entreprises commencent à tailler dans leurs effectifs permanents. Des effectifs qui étaient jusque là préservés.

                                      source

                                      Jamais dans l’histoire française de la 5ème république un président français à cause autant de dégâts.

                                      Cet président Euro-atlantiste devrait être destitué de son poste le plus rapidement possible, car il dirigé la France à contre-sens et cela est un véritable suicide de notre économie !

                                      Je vous conseille d’aller chez votre marchand de journaux et d’acheter une revue qui porte le nom ’’les enquêtes du contribuable’’ (Dec 203 /janvier 2014)

                                      La couverture porte le titre ’’ Ces Français qui fuient le socialisme ’’
                                      Expatriation : 285 000 départs chaque année
                                      C’est Monsieur Tout-le-Monde qui s’en va

                                      Puis en page 34
                                      L’exil des ’’ sans-fortune’’
                                      Témoignages. Qu’ils soient jeunes diplômes, chercheurs ou entrepreneurs, ils quittent à leur tour une France donc ils n’attendent plus rien.

                                      L’euro fort pénalise les exportations de la France.

                                      L’Euro est un vrai boulet sans parler de la politique Européenne !

                                      Programme de Libération Nationale - UPR


                                      • Peretz1 Peretz1 17 janvier 2014 13:51

                                        Zorglub. Il faut n’avoir jamais connu des PME pour raisonner sur un temps de travail globalisé. particulièrement dans les services. Il s’agit souvent de « tâches » à accomplir qui ne peuvent se saucissonner. Et non de taylorisme. Notre époque a changé depuis « Les temps modernes » On ne résout pas les problèmes de chômage à partir de valeurs comptables... L’homme n’est pas robotisable me semble-t-il.


                                        • ecolittoral ecolittoral 18 janvier 2014 12:11

                                          « Quelle est l’espèce que l’on veut rendre la plus adaptée et la plus prospère, l’entreprise ou bien l’humain ? ». Phrase qui vous pouvez lire en fin d’article.

                                          Petite phrase qui suffit à expliquer la méconnaissance de l’auteur en ce qui concerne le fonctionnement...que dis je, la raison d’être de l’économie.

                                          Comment l’espèce « entreprise » peut elle fonctionner sans l’espèce « humain/client » ?

                                          Si j’enlève l’humain, le carnet de commandes se rempli à partir de quoi ?

                                          L’humain, public, privé, salarié, chômeur, entrepreneur, retraité, mineur...ne serait pas la raison d’être de l’économie ?

                                          Cette absurdité est la raison de l’effondrement des économies entrecoupé de « crises ».

                                          L’humain aurait trop de revenus (publics et/ou privés)...et devrait (quand même) consommer plus !!!!

                                          Pas ou moins d’humains...pour favoriser l’espèce « entreprise » !!!!!


                                          • BA 19 janvier 2014 10:11

                                            Vendredi 17 janvier 2014 :

                                             

                                            Le Medef se félicite d’avoir inspiré le pacte de responsabilité.

                                             

                                            Ravi des annonces économiques de François Hollande, Pierre Gattaz estime également en être l’inspirateur. Vendredi, le patron du Medef a assuré qu’il avait apporté le pacte de responsabilité « sur un plateau » au président de la République. Selon le patron des patrons, le chef de l’Etat s’est inspiré du «  pacte de confiance » qu’il lui avait présenté en novembre.

                                             

                                            « Nous avons salué le pacte de responsabilité que nous a servi le président de la République le 31 décembre et qui était inspiré, je ne le dis pas trop fort, du pacte de confiance que nous lui avons apporté sur un plateau  », a affirmé M. Gattaz lors d’une intervention à l’occasion des vœux de l’Alliance des minerais, minéraux et métaux (A3M).

                                             

                                            En novembre dernier, le Medef avait proposé à Hollande ce pacte dans lequel les patrons proposaient au chef de l’Etat d’ouvrir cinq chantiers prioritaires, notamment la refonte de la fiscalité. Les représentants patronaux estimaient alors que si ce pacte était mis en place, un million d’emplois pourrait être créé.

                                             

                                            http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/17/pierre-gattaz-pense-etre-l-inspirateur-du-pacte-de-responsabilite_4350053_823448.html


                                            • claude-michel claude-michel 19 janvier 2014 10:14

                                              Hollande...Le mythomane magnifique du PS...Depuis Sarkozy nous ne sommes pas gâtés avec nos présidents-menteurs.. ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès