Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le RSA est-il xénophobe ?

Le RSA est-il xénophobe ?

Pour le GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés), il n’y a pas le moindre doute : le RSA, victime de la xénophobie d’Etat. Martin Hirsch réfute cette accusation. La Halde a été saisie par le GISTI. Les "discriminations" envers les étrangers existaient déjà dans le dispositif du RMI, mais elles auraient été renforcées ave le RSA. Qu’en est-il ?

La guerre des blogs est ouverte ! C’est sur internet que se jouent les choses désormais, question de réactivité et d’audience sans doute.

Pour le GISTI (lire le communiqué du GISTI sur son blog), l’affaire est entendue : le projet de loi généralisant le RSA comporte des conditions exorbitantes et discriminatoires à l’égard des étrangers non européens.

Bien que l’exposé des motifs du projet affirme que la fusion du RMI et de l’allocation de parent isolé (API) se fera à « droit constant », il n’en est rien. Les conditions d’attribution pour les étrangers seraient durcies.

Pire encore, toujours selon le GISTI, ces discriminations ne se limitent pas au demandeur et à son conjoint ou concubin, mais aussi aux enfants entrés en France hors de la procédure du regroupement familial, une exclusion que la Cour de cassation autant que la Halde considèrent pourtant contraire à la Convention européenne des droits de l’homme et à la Convention internationale des droits de l’enfant.

Pour ces raisons, l’association appelle, dans un communiqué du 17 septembre, à ne pas voter le texte en l’état.

Lors des débats en séance à l’Assemblée nationale du 25 septembre (compte-rendu des débats du 30 septembre non encore disponible), le député Roland Muzeaud sera le seul à reprendre l’argument : "À l’égard des étrangers, vous poursuivez votre politique d’exclusion. Contrairement à ce que vous affirmez, la fusion du RMI et de l’allocation de parent isolé ne se fera pas à droit constant pour eux. Les conditions exorbitantes et discriminatoires que vous leur opposez sont encore plus restrictives que celles applicables aux actuels bénéficiaires du RMI."

Le site Rue89 réagit très vite en publiant un papier trois jours après le communiqué du GISTI. "Les étrangers lésés par le RSA : Hirsch a-t-il menti ?"

Mais Martin Hirsch contre-attaque dès le lendemain, un dimanche ! Il publie un message sur son blog (www.toutsurlersa.fr) :

"Sur le fond, ce n’est pas exact", y affirme-t-il ainsi à propos des griefs de l’association concernant les conditions d’accès des étrangers au RSA plus restrictives qu’au RMI. "Le nouveau texte n’introduit aucune restriction par rapport aux conditions d’accès aux minima sociaux que le RSA remplace et reprend strictement le droit existant", selon lui.

Quant aux enfants, ils seront pris en compte dans des conditions identiques à "celles applicables en matière de prestations familiales, telles que validées par le juge constitutionnel", poursuit Martin Hirsch, qui indique avoir, sur la forme, pris contact avec le GISTI pour "vérifier, texte à l’appui, ce qu’il en était". Et de regretter que l’association n’ait pas fait part de sa position au cours de l’élaboration du dispositif.

Quels seront les effets de cette guerre de communication intervenue à la veille de la discussion du projet de loi ? Nous le saurons peut-être lors des débats qui porteront sur cette question.


Moyenne des avis sur cet article :  2.49/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Neris 1er octobre 2008 13:48

    ça vous étonne ?

    En France, on braille depuis des décennies qu’il faut "encadrer" l’immigration, lutter contre l’immigration clandestine, mais on ne fait jamais rien de face, on ne prend jamais le problème à la racine.

    Alors on trouve des moyens détournés pour dégoûter certains de venir et surtout de s’installer.

    Et quand il y a réaction, (parce qu’en plus on pense que personne ne le remarquera), on se renvoie la balle, on joue les offensés, mais non, mais non, vous n’avez rien compris.

    Et les mauvaises choses s’installent tout de même.

    Ainsi va la France.

    Ce qui est désolant c’est que pendant que la France se divise sur des querelles philosophiques à n’en plus finir, complètement à côté de la réalité, des dizaines de personnes tentent le mirage chaque jour, et chaque jour rejoignent les cohortes de pauvres et de précaires.

    Qui font le plus de mal : ceux qui pondent ce genre de choses nauséabondes, ou ceux qui continuent à s’illusionner que la France peut accueillir toute la misère du monde et le clame ?


    • La Taverne des Poètes 1er octobre 2008 14:16

      "ça vous étonne ? " Ce n’est pas que ça m’étonne ou que ça ne m’étonne pas. Je ne fais ici que rapporter les divers éléments d’information pour porter le débat sur la place publique de ce média.


    • foufouille foufouille 1er octobre 2008 13:50

      d’habitude hirsch est plutot pour la segregation sexuel


      • La Taverne des Poètes 1er octobre 2008 14:24

        Il y a deux discours : Hirsh dit que le projet reprend la législation en vigueur en France. Il n’a pas tort, semble-t-il. La GISTI dit que se référer aux textes en vigueur ne suffit pas puisque la condition de résidence de 5 ans prévue dans ces textes a été condamnée par le Comité européen des droits sociaux du Conseil de l’Europe ? Faut-il supprimer l’Europe aussi, Seb59 ?

        Cela dit, qui dit régime dérogatoire ne dit pas forcément discrimination injuste. La HALDE dira ce qu’elle en pense et le législateur tranchera. Supprimer la HALDE ? Supprimons plutôt plusieurs sièges de sénateurs et une partie de leur train de vie luxueux !


      • foufouille foufouille 1er octobre 2008 14:30

        seb voulait certainement parler des francais blond et chretiens............ pas des autres


      • foufouille foufouille 1er octobre 2008 14:34

        pour info la HALDE est aussi pour les blancs comme.......... toi ? meme si tu es brun avec des yeux marron, le seb


      • La Taverne des Poètes 1er octobre 2008 14:47

        Bien sûr ! Les sénateurs qui s’estimeront victimes de discriminations pour cause de suppression de leurs siège pourront toujours venir y déposer une requête, s’ils n’ont pas honte évidemment de tous les avantages exorbitants dont ils ont profité durant leurs mandats... smiley


      • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 11:19

        La halde et le "gisti" devraient etre interdit !
        Mais oui, Seb !! Tous ces organismes de défense des droits de l’homme, de la femme et de l’enfant ne servent à rien ! Il faut tantôt supprimer ces institutions !!
        Qu’on vous entende plus jouer les moralisateurs, défenseur de la femme (au fourneau) et gueuler sur les pédophiles ou le port du voile après ça !! Car cet organisme est justement destiné à lutter contre ce genre de violation des droits de l’homme !!

        Oui , je pense qu’il faut supprimer l’europe qui ne sert à rien et nous coute bcp (et pas que de l’argent) mais c’est un autre debat.
        Argument type de Mr De Villiers, qui ferme bien sa gueule quand il reçoit ses subventions de l’Europe pour faire l’entretien de la région. On donne de l’argent à l’Europe mais on en prend surtout !!

        Sinon, sur le RSA j’ai rien à dire. Je voulais juste relever les contradictions constantes et toutes plus énormes de Seb... Ca m’amuse.


      • foufouille foufouille 2 octobre 2008 11:24

        seb tu fais pitie

        certains vont a la halde pour toute inegalites
        les homos y sont alles, je crois que certains doivent blanc. ils ont du se faire deteindre


      • beubeuh 3 octobre 2008 14:56

        Pour info Seb, on ne peut pas interdire le Gisti pour une bonne et simple raison : sans lui l’administration des étrangers ne pourrait pas fonctionner. Le droit des étrangers est devenu tellement complexe, grâce à ses réformes régulières (la palme revenant à Sarkozy qui nous a pondu pas moins de 4 lois en 4 ans), qu’il est à présent une vraie usine à gaz dans laquelle l’administration est complètement paumée. Une bonne part des lois seraient tout simplement inapplicable sans l’expertise d’associations comme le Gisti, qui ne fonctionnent qu’avec des bouts de ficelles et surtout la motivation exceptionnelle de ses militants bénévoles. Mais peut-être que vous vous satisfaisez pas d’un Etat de droit dans laquelle on applique la loi ?


      • La Taverne des Poètes 1er octobre 2008 14:57

        Eclairage juridique (car c’est complexe, je l’admets) :


        - C’est sans doute pour simplifier que la condition de séjour de 5 ans minimum a été étendue par le projet de RSA à tous les étrangers (sauf réfugiés et apatrides protégés par la Convention de Genève sur les réfugiés).


        - Ce n’est pas une condition nouvelle. Elle a été introduite dans notre droit par la loi Sarkozy de 2003 sur l’immigration.


        - Il existe une dérogation favorable aux ressortissants bénéficiaires de conventions bilatérales signées entre leur pays et la France (Algérie, etc.) : 3 ans seulement exigés mais dans les faits la CAF exigeait 5 ans de séjour pour le RMI. 

        Le régime prévu par le projet de généralisation du RSA revient donc à consacrer la pratique de la CAF, à ériger une règle quasi unique pour simplifier, et à exclure du RSA les étrangers non communautaires qui ont un titre de séjour inférieur à 5 ans ou un titre de séjour ne donnant pas le droit de travailler.


        • hurlevent 1er octobre 2008 18:38

           Très mauvais article. L’article parle de "conditions exorbitantes et discriminatoires à l’égard des étrangers non européens", mais n’explique aucune de ces conditions.


          • La Taverne des Poètes 1er octobre 2008 19:02

            Très mauvais commentaire ! Il y a tous les liens qu’il faut dans l’article. Et j’ai même ajouté des commentaires.


          • cybitnap cybitnap 1er octobre 2008 19:27

            Je vois pas ce qu’il y a de choquant.

            Les caisses sont vides, l’Etat dépense déjà 550 milliards d’€ chaque année, soit plus de la moitié de son budget dans le social et l’assistanat, on ne va quand même pas verser le RSA aux 6 milliards d’étrangers non européens ?!?

            Typiquement bobo comme polémique. Alors qu’on a une moitié des Francais qui travaillent et n’en peux plus des impôts et taxes à foison, qu’on a l’autre moitié qui profite des largesses illimitées de l’assistanat, voilà qu’il faudrait étendre une mesure qui va encore coûter 2 milliards de dépenses supplémentaires d’assistanat .


            • La Taverne des Poètes 1er octobre 2008 19:50

              Pas si vaine que cela la polémique puisque de hautes instances la reprennent : instances européennes, Conseil d’Etat, cour de cassation... La polémique touche le problème de la hiérarchie des règles de droit. Laquelle appliquer ? Les réponses simplistes n’ont pas cours ici.


            • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 11:24

              Les caisses sont vides, l’Etat dépense déjà 550 milliards d’€ chaque année, soit plus de la moitié de son budget dans le social et l’assistanat

              Ding ding ding !! Déjà, le mot magique : Assistanat. Pas mieux. Les français sont des assistés, des feignants et des grincheux.
              Et si les caisses sont vides, pourquoi fait-on profiter à une minorité des remises sur les impôts, des augmentations de salaire alors qu’elles n’en ont aucunement besoin ???


            • Neris 4 octobre 2008 08:56

              Y’a une façon très simple d’éviter de verser du RSA aux étrangers !
              Suffit de reconnaître et de valider leurs diplômes pour leur permettre d’accéder aux emplois qui correspondent à leurs compétences et ainsi on "économisera" du RSA.

              Parce que j’entends le Président et sa clique beugler qu’il faut que l’immigration soit "choisie", qu’ils veulent des "étrangers" compétents et diplômés et plus des non-qualifiés qui viennent grossir les rangs des précaires....

              Et que je vois défiler dans l’assocation, où je bosse, des Congolais, des Guinéens, qui ont Bac+2, Bac+3 dans des filières professionnelles, et qui se retrouvent en France sans diplôme, sans qualification, parce que leurs diplômes ne sont pas reconnus, et ne trouvent que du sous-emploi à temps partiel mal payé !

              Tous ces gens, qui ne sont pas forcément jeunes, doivent se coltiner une "formation qualifiante" au Greta pour avoir l’équivalence de leurs Bac+2, Bac+3. Quand on sait qu’une formation qualifiante au Greta passera toujours après le "vrai" titulaire du Bac...

              Immigration choise ?? diplômés ??
              Foutaises ! récession oblige, même ceux-là, on veut les dégoûter de rester.


            • barbouse, KECK Mickaël barbouse 1er octobre 2008 19:32

              Bientot on fera des articles touche pas a mon RSA, le RSA a sauver ma vie, RSA passera pas par moi, Tant RSA va, tout va,

              et autre joyeusetés pour ne jamais parler du fond, comment stabiliser la situation de travailleur pauvre pour sur la durée la rendre aussi normal que le RMI, 

              comment exploiter la pauvreté en lui donnant la dignité de "servir", et par là même lutter contre l’oisiveté, cette mère de tous les vices. Le Pire de tous, avoir le temps de réfléchir, se laisser tenter par " l’anti système", ne plus acheter de d’inutiles, passez de l’essence a l’achat d’essentiel.

              amicalement, barbouse, qui en marre qu’on lui vende une idéologie du travail qui rend libre, dites moi où est l’émancipation par le travail de merde pour gagner de quoi boire et fumer un peu plus pour supporter cette vie de merde. 





              • La Taverne des Poètes 1er octobre 2008 19:47

                Oh, le temps de réfléchr, vous l’aurez avec l’activité à temps partiel...


              • foufouille foufouille 1er octobre 2008 20:41

                le quart de temps est autorise/obligatoire
                le reste tu dois regarder TFzy


              • dupual 1er octobre 2008 20:41

                Il est normal que les dispositifs d’aides s’adressent en priorité aux nationaux !
                La France ne peut plus accueillir toute la misère du monde et l’entretenir !
                Les étrangers sont venus pour travailler, lorsqu’il n’y a plus de travail ils doivent repartir ou vivre de leurs rentes  !

                Pour ceux qui ne le savent pas : après avoir beaucoup donné notre pays est en faillite et est incapable de rembourser sa dette publique, et nous avons sur les bras 2 millions de chômeurs et leurs familles à aider, plus les vieux, plus ceux qui viennent de naître et qui ne seront "rentables" que dans 25 ans !!


                • foufouille foufouille 2 octobre 2008 11:27

                  les banques sont donc diriges par des pas blanc


                • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 11:53

                  Pour ceux qui ne le savent pas : après avoir beaucoup donné notre pays est en faillite et est incapable de rembourser sa dette publique, et nous avons sur les bras 2 millions de chômeurs et leurs familles à aider, plus les vieux, plus ceux qui viennent de naître et qui ne seront "rentables" que dans 25 ans !!

                  Méfiez-vous,un jour vous ferez partie d’au moins une de ces catégories... Et on vous paiera votre retraite.
                  Et parler de rentabilité à propos d’un gosse.... : "Gentil petit robot, dépêches-toi de grandir afin de pouvoir travailler comme tout le monde".
                  Sinon, on peut faire travailler les gosses dès 4 ans pour 50 centoches par jour.
                  Remarque, ça a déjà commencé. McDo doit se rincer sur ses jeunes employés...

                  Dans combien de temps considèrera-t-on les enfants comme des assistés ou des parasites ?? Espérons que Jean-Marie... heu !... Nicolas ne se lâche pas trop d’ici 4 ans.


                • stef stef 2 octobre 2008 09:48

                  Vivre de leurs rente ????

                  Leurs économies partent chez eux pour s’acheter une villa et se la jouer quand ils y retournent en vacances.

                  Les solutions aux problèmes :


                  - Arrêt total de l’immigration en Europe ;

                  - Expulsion manu-militari des clandestins ;

                  - Condamnation, à l’aide des lois existantes, des personnes aidant des clandestins ;

                  - Dissolution des associations en lien avec les précédents ;

                  - Expulsion définitive des réguliers à la moindre incartade judiciaire.


                  • Zalka Zalka 2 octobre 2008 10:31

                    Organisation d’un génocide de toute urgence.

                    Suppression systématique de la liberté d’expression.

                    Chatrage immédiat des blancs se mariant avec des non blancs.

                    Corvée de bois pour tous ceux qui contestent ces mesures vitales.

                    Suppression des mots d’origines cafres du dictionnaire (de chouia à magasin en passant pas avarie).


                  • foufouille foufouille 2 octobre 2008 11:31

                    @ stef
                    c’est deja comme ca
                    et meme........ tu es un touriste, tu prend un aller simple, tu prends tes vacances. le visa arrive a expiration, la Rance te paye le retour car tu es sans papiers........
                    c’est tres tres con un fa


                  • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 11:43

                    Suppression des mots d’origines cafres du dictionnaire (de chouia à magasin en passant pas avarie).

                    N’oublions pas la moitié des termes en médecine, mathématique, etc...
                    Non mais !
                     smiley


                  • Bois-Guisbert 2 octobre 2008 12:33

                    N’oublions pas la moitié des termes en médecine

                    Comme antibiotique, scanner, transplantation, résonance magnétique, lithotripsie, chimiothérapie..., des trucs comme ça ?


                  • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 13:26

                    Comme antibiotique, scanner, transplantation, résonance magnétique, lithotripsie, chimiothérapie..., des trucs comme ça ?

                    C’est un argument ça ? C’est une boutade comme la mienne ou vous cherchez réellement à me prouver la suprématie européenne blanche sur l’Afrique dans l’Antiquité ?

                    Mais au temps pour moi, cafre est un terme péjoratif désignant les noirs d’Afrique australe. Je connais assez peu leur histoire avant l’Apartheid (quel beau mot européen n’est-ce pas, Bois-Guibert ?)

                    Cependant, algèbre proviennent par exemple du monde arabo-musulman. Et qui voici ?
                    Chimi(o) :
                    Du latin médiéval chimia, de alchimia, inspiré de l’arabe, science qui étudie la nature, les propriétés des corps et les transformations qui peuvent s’y produire.

                    Je ne vais pas perdre (cela dit, la culture n’est jamais du temps perdu) mon après-midi pour vous, à trouver tous les mots que nous utilisons et qui proviennent d’Afrique.


                  • Bois-Guisbert 2 octobre 2008 16:10

                    «  C’est une boutade comme la mienne ou vous cherchez réellement à me prouver la suprématie européenne blanche sur l’Afrique dans l’Antiquité ?  »

                    Chacun tire les conclusions qui lui conviennent de ma toute petite énumération…

                    « Mais au temps pour moi, cafre est un terme péjoratif désignant les noirs d’Afrique australe. »

                    Moi, j’aurais plutôt dit kafir, mais bon, chacun ses sources... Parce que, pour moi toujours, cafre renvoie à un groupe de populations réunissant les Zoulous et les Xhosas...

                    « Je connais assez peu leur histoire avant l’Apartheid… »

                    C’est dommage, parce que l’apartheid, c’est vraiment peu de chose dans l’histoire de ces peuples. Quarante-trois ans… Alors, si ça vous intéresse, Bernard Lugan* en parle dans plusieurs de ces bouquins, mais pour commencer, je vous conseille « L’Atlas historique de l’Afrique des origines à nos jours », Ed. du Rocher. C’est plein de cartes très instructives, dont la plus ancienne nous ramène au peuplement d’il y a 3’500 ans.

                    « … quel beau mot européen n’est-ce pas, Bois-Guibert ?  »

                    Bof, ça veut dire « développement séparé ». C’est peu ou prou ce qu’on observe dans toutes les sociétés multiethniques et multiculturelles. Maintenant, je n’ai pas entendu dire que les conditions des populations africaines se soient considérablement améliorées depuis l’abandon de cette politique.

                    Pire, si l’on en croit les « racistes » du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le pays a passé du 86e au 121e rang dans l’indicateur du développement humain (IDH) entre 1990 et 2006… Mais, encore une fois, je vous laisse en tirer les conclusions qui vous conviennent le mieux.

                    « Je ne vais pas perdre (cela dit, la culture n’est jamais du temps perdu) mon après-midi pour vous, à trouver tous les mots que nous utilisons et qui proviennent d’Afrique. »

                    Et moi, je ne vais pas perdre les deux prochaines années pour vous, à trouver tous les mots que les Africains utilisent et qui proviennent d’Europe.

                    * En tant qu’amateur de Wikipédia, vous allez vous régaler encore un coup… smiley


                  • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 16:32

                    Mais, encore une fois, je vous laisse en tirer les conclusions qui vous conviennent le mieux.

                    Et ben je mettrai tout ça sur le dos de l’économie de marché et la machine grippée en ce moment. Pas de chance pour certains, elle était grippée depuis belle lurette.
                    Je conviens qu’il n’y a pas eu d’améliorations depuis la chute de l’Apartheid. Torture mise à part...

                    43 ans seulement ? Efficace. On peut faire plein de choses en qqs années. Comme supprimer 6 millions de personnes dans des chambres à gaz par ex.

                    J’ai bien lu la définition de cafre (ou caffre, ou kaffir et ses 35 orthographes). Merci pour le complément. Il n’empêche que l’utilisation qui a été faîte de ce terme me paraît assez ignoble.

                    Mes conclusions sont déjà tirées, même si je peux assimiler de nouveaux paramètres.
                    Vous êtes bien mystérieux, évasif aujourd’hui, auriez-vous abusé de substances psychotropes ?


                  • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 16:36

                    Et moi, je ne vais pas perdre les deux prochaines années pour vous, à trouver tous les mots que les Africains utilisent et qui proviennent d’Europe.

                    On ne peut pas dire que ç’eut été transmis par porosité de la culture, comme ça l’a été dans l’autre sens.
                    Plutôt imposé dirais-je.
                    Biensûr il n’y a pas eu que du bon, mais renier le rôle de l’Afrique dans notre "progrès" fulgurant me paraît très réducteur.


                  • Bois-Guisbert 2 octobre 2008 17:14

                    « On peut faire plein de choses en qqs années. Comme supprimer 6 millions de personnes dans des chambres à gaz par ex. »

                    Et ouais… et quand on pense qu’il a suffi de dix-huit mois à Staline pour gommer huit millions d’Ukrainiens, sans matériel, sans rien… De là à conclure de la supériorité du communisme sur le national-socialisme, il n’y a qu’un pas.

                    « Vous êtes bien mystérieux, évasif aujourd’hui, auriez-vous abusé de substances psychotropes ? »

                    Je ne vous demande pas pour quelles raisons vous êtes, par moment, elliptiquement abscons…

                    « Bien sûr il n’y a pas eu que du bon, mais renier le rôle de l’Afrique dans notre "progrès" fulgurant me paraît très réducteur. »

                    Il n’y a rien de vraiment déterminant quand même, faut pas pousser non plus… A part le café et la banane…


                  • Nobody knows me Nobody knows me 3 octobre 2008 10:11

                    A part le café et la banane…

                    Et le banania bien sûr, bwana... Allez, je pense que de mon côté, je vais limiter mes discussions avec vous. Ca ne m’apporte pas tant que ça.


                  • Bois-Guisbert 2 octobre 2008 11:59

                    Si la tolérance est le sida mental de ce début de millénaire, la HALDE et le GISTI sont au nombre des principaux vecteurs de la maladie.


                    • La Taverne des Poètes 2 octobre 2008 12:03

                      En pareille hypothèse, il ne fait aucun doute que vous n’avez besoin d’aucune tri thérapie ! Vous paraissez immunisé de naissance contre tout virus de la tolérance.


                    • Bois-Guisbert 2 octobre 2008 12:27

                      Vous paraissez immunisé de naissance contre tout virus de la tolérance.

                      De naissance, je ne dirais pas, mais c’est un fait que j’ai appris relativement tôt, de Claudel, que la tolérance, il y avait des maisons pour ça, puis, un peu plus tard, de Cioran, que c’est une coquetterie d’agonisant...

                      Plus tard encore, je me suis aperçu que les tolérants finissent toujours par tolérer l’intolérable par soumission à leurs principes... Mais cette découverte a été trop tardive pour être déterminante... Les anticorps fonctionnaient déjà à plein.


                    • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 13:35

                      Paul Claudel ? Quel bel homme :
                      En 1940, il voit d’abord une délivrance dans les pleins pouvoirs conférés par les députés à Pétain. Il note dans son Journal (Vue de la France au 6 juillet 1940) :
                      « La France est délivrée après soixante ans de joug du parti radical et anticatholique (professeurs, avocats, juifs, francs-maçons). Le nouveau gouvernement invoque Dieu et rend la Grande-Chartreuse aux religieux. Espérance d’être délivré du suffrage universel et du parlementarisme. »
                      Toutefois, le spectacle de la collaboration avec l’Allemagne l’écœure bientôt.
                      Notez en fin de paragraphe que l’intolérance finit aussi par écoeurer...

                      Mais que dire de Cioran, ce grand homme également :
                      En 1936, Cioran publie la Transfiguration de la Roumanie (Schimbarea la faţă a României) où il développe une pensée passablement xénophobe et antisémite : « Les Hongrois nous haïssent de loin tandis que les Juifs nous haïssent du cœur même de notre société » et « Le Juif n’est pas notre semblable, notre prochain, et, quelle que soit l’intimité entretenue avec lui, un gouffre nous sépare ».
                      Bien plus tard, Cioran biffe les passages les plus antisémites pour l’édition française.


                      Source Wikipedia.

                      Loin de moi l’idée de vous juger sur vios goûts cela dit, d’autant plus que vous ne développez peut-être pas les mêmes idées que lui sur tous les thèmes. On peut cependant en voir une charmante partie sur Avox.


                    • Bois-Guisbert 2 octobre 2008 16:34

                      « La France est délivrée après soixante ans de joug du parti radical et anticatholique (professeurs, avocats, juifs, francs-maçons). Le nouveau gouvernement invoque Dieu et rend la Grande-Chartreuse aux religieux. Espérance d’être délivré du suffrage universel et du parlementarisme. Toutefois, le spectacle de la collaboration avec l’Allemagne l’écœure bientôt.  »

                      C’était l’époque où Mauriac écrivait dans Le Figaro « Les paroles du maréchal Pétain, le soir du 25 juin, rendaient un son presque intemporel : ce n’était pas un homme qui nous parlait, mais du plus profond de notre histoire nous entendions monter l’appel de la grande nation humiliée. Ce vieillard était délégué vers nous par les morts de Verdun et par la foule innombrable de ceux qui, depuis des siècles, se transmettent ce même flambeau que viennent de laisser tomber nos mains débiles. Une voix brisée par la douleur et par les années nous apportait le reproche des héros dont le sacrifice, à cause de notre défaite, a été rendu inutile...  »

                      « Notez en fin de paragraphe que l’intolérance finit aussi par écoeurer...  »

                      Ca, c’est un pur procès d’intention smiley

                      «  En 1936, Cioran publie la Transfiguration de la Roumanie (Schimbarea la faţă a României) où il développe une pensée passablement xénophobe et antisémite : « Les Hongrois nous haïssent de loin tandis que les Juifs nous haïssent du cœur même de notre société » et « Le Juif n’est pas notre semblable, notre prochain, et, quelle que soit l’intimité entretenue avec lui, un gouffre nous sépare  ».

                      Je ne vois pas où vous voulez en venir… Cioran avait 25 ans en 1936 et il vivait en Roumanie, son pays d’origine. Il entretenait ses compatriotes d’une situation qu’ils pouvaient vérifier, ou contester, en fonction de leurs observations et sensibilité personnelles. Je suis donc à la fois beaucoup trop jeune et beaucoup trop étranger pour juger de la pertinence, ou non, de ses propos.

                      « Bien plus tard, Cioran biffe les passages les plus antisémites pour l’édition française  »

                      La parution en est annoncée pour ce mois-ci et, compte tenu du fait que Cioran est mort en 1995, je ne sais absolument pas ce qu’il en est. Mais quoi qu’il en soit, on censure tout le monde, de nos jours. A commencer par Voltaire.

                      Le libertaire à géométrie variable Pauvert réédite « Les Décombres », de Rebatet*, amputé de 125 pages, et ceux qui préfèrent les ouvrages en papier, plutôt qu’en ligne, ne retrouvent l’intégrale des pamphlets de Céline qu’en édtion pirate. Cela met Cioran en excellente compagnie...

                      • A voir absolument, la conclusion d’une citation de Georges Steiner, sur Wikipédia toujours – décidément -, mais d’après Pierre Assouline. Alors…,
                       


                    • Nobody knows me Nobody knows me 2 octobre 2008 16:43

                      Mais quoi qu’il en soit, on censure tout le monde, de nos jours. A commencer par Voltaire.

                      Là, je suis d’accord avec vous. Remarquez que, malgré mes "procés d’intention", je reste correct et dialogue avec vous en vous laissant dire ce que vous voulez sans vous juger.
                      Ce qui m’interpelle, c’est que vous revendiquiez une liberté d’expression, que les personnes que vous citez, soutenaient des régimes totalement opposés à ce que vous défendez.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès