Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le scandale des tarifs de l’électricité

Le scandale des tarifs de l’électricité

 
Ubu libéralise l’électricité
 
Dire que les libéraux osent affirmer que la libéralisation fait baisser les prix. Ce que nous comprenons de plus en plus, c’est que c’est le contraire qui est vrai. Les raisons sont simples : il y a des secteurs économiques où la libéralisation ne peut pas marcher : ce sont ce que l’on appelle les monopoles naturels. Dans ces secteurs, des investissements considérables doivent être réalisés, les économies d’échelle sont également très importantes, au point qu’il serait absurde d’avoir deux opérateurs totalement différents : imagine-t-on deux réseaux de train ou deux réseaux électriques ?
 
Pourtant, la religion du tout marché a même emporté le Parti Socialiste, qui, contrairement à Nicolas Dupont-Aignan, a accepté les traités européens qui imposent la libéralisation de nos services publics. Et nous arrivons à la situation absurde où l’on sépare EDF de GDF, puis on en extrait ERDF pour gérer le réseau de manière « impartiale » en vue de la libéralisation. Et l’on créé une Commission pour la Régulation de l’Energie pour organiser le tout. Déjà, il n’est pas difficile de comprendre que le nouveau schéma ne sera pas plus efficace que le précédent, tant il complexifie les choses.
 
En outre, comme il est bien évident que les acteurs privés ne vont pas forcément construire des centrales ou un réseau de transports de l’électricité, il faut imposer aux anciens monopoles de le faire à un prix suffisant pour permettre la concurrence. Mais pourquoi libéraliser un secteur si c’est pour organiser une concurrence totalement fictive ? 80% des coûts ne sont pas concurrentiels. Les groupes ne s’affrontent que sur le terrain de la communication, où les dépenses explosent. Au final, on perd des économies d’échelle, on complexifie le système et on augmente les coûts de tous les côtés !
 
Un gouvernement qui navigue à vue
 
Le gouvernement actuel se retrouve pris au même piège que l’équipe précédente. Il faut rappeler ici qu’en 2009, Pierre Gadoneix avait demandé une augmentation de 20% du tarif de l’électricité sur trois à quatre ans, alors qu’il venait de payer 15 milliards pour acheter British Energy. Après bien des hésitations, Nicolas Sarkozy avait cédé et accordé une hausse de 7% en 2010. Depuis trois ans, les prix augmentent bien plus vite que l’inflation et pénalisent le pouvoir d’achat des Français. Certes, une part de la responsabilité vient du surcoût des énergies renouvelables, mais ce n’est pas tout.
 
En effet, tout le monde oublie de rappeler qu’EDF a réaliisé un résultat net courant de 4,2 milliards d’euros en 2012, en progression de 16,9%, ce qui lui permet de verser des dividendes importants à l’Etat. On se demande bien pourquoi l’entreprise a donc besoin d’une nouvelle hausse importante des prix, après déjà cinq années au moins de progression plus forte que l’inflation ? Certes, il semble que tous les coûts du nucléaire ne sont pas bien pris en compte, mais tout de même, il y a déjà eu cinq années de rattrapage et l’entreprise dégage des résultats somme toute plantureux…
 
En outre, il est particulièrement malsain de voir, comme pour le gaz, qu’une Commission extérieure soit chargée d’évaluer le tarif de l’électricité. Voilà encore un moyen commode pour les politiques de se dédouaner des décisions difficiles : ce n’est pas ma faute, c’est celle de la Commission ! Pourtant, ce sont eux qui ont accepté qu’il y ait une commission ! Leur faudra-t-il bientôt une commission d’arbitrage pour trancher le différend entre le gouvernement et la CRE ? Mais faut-il attendre quelque chose d’une équipe qui avait conçu une réforme délirante des tarifs de l’électricité  ?
 
Bref, comment ne pas regretter le temps où EDF était le seul fournisseur d’électricité du pays ? Tout n’était pas parfait loin de là, mais c’était beaucoup plus simple, moins opaque et moins cher. La libéralisation du secteur de l’électricité est une absurdité de plus où PS et UMP suivent le même chemin.

Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 7 juin 2013 13:39

    Rappelons nous au passage qu’EDF qui réclame une augmentation, sous un prétexte quelconque ... a réalisé un bénéfice net de plus de 3 MILLIARDS en 2012.

    Cela devrait suffire à discréditer leur demande. Etonnamment, il n’en est rien.

    Cherchez l’erreur ...


    • Constant danslayreur 7 juin 2013 16:00

      Il n’y en a pas si je puis dire :

      Prix moyen hors abonnement du kWH 12.63 centimes d’euro, l’augmentation de 9.6% pèse 1.21248 centimes, ce qui par 540 Térawattheures, donne 6 Milliard 547 millions d’euros annuels, c’est tout de même plus confortable que les tutti rikiki 3 milliards pour espérer affronter le surcoût du au renouvelable d’une part et aux coûts « secrets » du nucléaire de l’autre.


    • devphil30 devphil30 7 juin 2013 13:44

      Et qui a financé la construction des centrales nucléaires ?


      Et va en financer le démantèlement  ?

      Philippe 


      • tesla_droid84 7 juin 2013 16:57

        Ce que je sais, c’est qu’il existe un fond de 32 Milliards pour le démantèlement. D’après les premier retour il faut largement plus de 10Mds pour 1 centrale. Il va forcement en manquer...



      • newphoenix newphoenix 7 juin 2013 18:17

        tesla_droid84


        Une bonne partie du fond dont tu parle a fondu comme neige au Soleil avec l’enorme bourde qui a été le rachat du géant Americain Constellation par EDF. smiley

      • bakerstreet bakerstreet 8 juin 2013 02:09

        Démantèlement, mission impossible !

        Nul doute qu’EDF se débrouillera pour laisser cette bombe aux bons soins de l’état. 
        Qui a dit que nous ne laisserons rien aux générations futures ?

      • Alpo47 Alpo47 8 juin 2013 07:15

        Tout comme France Telecom qui ne répare plus les poteaux cassées et on voit des fils pendre partout dans nos campagnes. « Tant que cela fonctionne encore... ».
        Un jour, il y aura des centaines de milliers de poteaux à remplacer et l’opérateur -ou la société maintenant privée qui gère le réseau- se déclarera impuissante et en faillite.
        La charge de réparer le reseau, surement des milliards, incombera, comme d’habitude, à l’Etat, donc aux contribuables.

        Voilà le vrai visage du libéalisme : les profits ... c’est pour nous, les pertes. ou investissement .. c’est pour vous.


      • mario mario 7 juin 2013 13:49

        alors on descent dans la rue ??

        le mieux c’est de faire la grève de paiement des factures edf/gdf/eau/loyer !

        en moins de 15 jours, les prix vont redevenir tres résonables, garantie !

         

         


        • kalisita 7 juin 2013 18:17

          salut, faire gréve, ne pas payer les factures !!! et après , on fait quoi ? quand on a plus de lumière ? avec des enfant c’est pas possible de se retrouver sans électricité.. gazinière , frigo, réveil, tout ça c’est électrique.......mais c’est sur j’en ai marre de donner env entre 30/50 euros de taxes, surtout que j’ai enlevé tout les chauffages électrique pour finir à me chauffer au poêle a pétrole..


        • tesla_droid84 7 juin 2013 17:07

          Ce qui m’a éclaté, c’est quand j’ai vu la nouvelle sur Bourso c’est que 1/2H apres il y avait déja un communiqué qui disait le gouvernement s’oppose etc etc...


          J’ai donc été voir qui ils étaient la CRE :
          Problème, la CRE, commission indépendante (comme une banque centrale :)) a un comité de 5 gus, dont 2 ont été nommé par Hollande en 2013, un par le pst du sénat, un par le pst de l’assemblé nationale, le dernier est une nomination Sarkozy.

          Hypothèse 1) les types qu’il a nommé se foutent de lui et ils le mettent en difficulté alors qu’il est déja mal.

          Hypothèse 2 (la plus probable pour moi), c’est qu’on nous fait le coup de la vente à la roulotte à 2 joueurs, avec la CRE qui réclame 10%, et notre capitaine de pédalo qui va nous abtenir un 6-7% en 2 fois avec un grand sourire en nous expliquant qu’il s’est battu !


          • spartacus spartacus 7 juin 2013 17:38

            N’importe quoi !


            Nous subissons un monopole de fait, une quasi absence de concurrence loyale, et tous les désagréments d’un monopole, et l’auteur vient nous expliquer que se serait la faute à la libéralisation.

            La première faute de toutes, c’est l’ingérence étatique qui fausse la libre concurrence et crée de ’faux prix" pour le compte de de groupes de pression.

            Que c’est beau au début, les faux prix, ils permettent de s’acheter des votes à pas cher sur le compte des générations futures, mis le jour venu, les faux prix doivent revenir à la réalité..

            Nous en arrivons là par le socialisme d’ingérence dans l’économie, certainement pas par le libéralisme. 

            On imagine mal avec les zozos PS marxistes au pouvoir, qui s’ingèrent tous les jours dans l’économie qu’un investisseur privé mette en route une centrale électrique en France. 
            Il risquerait son argent tous les jours par un revirement politique des zozos et l’instabilité fiscale destructrice qu’ils sont en train de faire subir au pays. 

            L’auteur se plaint, mais ne comprend pas que ce sont ses idées d’ingérence de l’état qui sont la cause....

            EDF est un état dans l’état. Il ne fonctionne pas comme une entreprise privée. 
            Rien que pour contrôler le bilan il faut 2 ans. Le chiffre d’affaire est tel qu’il est une des principales source de financement occulte du PS et de la CGT

            La partie immergée a commencé à apparaître quand la  cour des comptes a même sévèrement critiqué DSK pour les honoraires de consultant qu’il a perçus d’EDF entre 1994 et 1996 (1,5 million de francs). La Cour a souligné « l’insuffisance des termes du contrat d’origine, qui ne donne aucune indication sur le contenu de la prestation assurée ».

            Tout le monde sait que le CE de EDF est le principal finacier de la CGT.

            • Alpo47 Alpo47 7 juin 2013 21:09

              Ah d’accord ...d ’accord... donc et si je comprends bien, si on laisse le marché libre s’autoréguler, sans blocage des prix du gouvernement, les prix vont diminuer pour les consommateurs ? C’est ça ?
              A moins qu’ils n’en profitent pour s’octroyer des hausses de plus en plus faramineuses, comme pour le Gaz, l’eau ... tout ce qui a été totalement ou partiellement privatisé. Avec le profit et la cupidité comme seule règle de vie.

              Le libéralisme est une totale escroquerie, d’abord intellectuelle, qui va consister à laisser les plus forts croquer les plus faibles.

              Mais les prédateurs sont déjà lâchés, n’est ce pas ?


            • spartacus spartacus 7 juin 2013 21:24
              OUI
              Tant qu’il y aura monopole, de production ou de distribution, votre électricité coûtera plus cher ! 
              C’est la base minimale de l’économie de marché. 

              Seule la concurrence met un prix juste

              En l’occurrence, les profits de EDF sont illégitimes car ils sont une,« rente de privilège public ».
              Le monopole exploite les consommateurs parce que EDF est entreprise qui dispose d’un marché captif.

            • baldis30 7 juin 2013 22:24

              n’importe quoi ! spartacus il sait tout ! Qu’il aille voir dans le pays de l’ultralibéralisme que sont les USA comment la plupart des gens intelligents réclament une organisation assez inspirée par celle d’ EDF.
               Laurent Pinsolle a raison : tout n’était pas parfait mais bien des doublons et des choses inutiles avaient été corrigés . Qaunt aux financements extérieurs , lorsqu’on voit comment sont financés certains journaux bien pensants via des fonds plus ou moins obscurs d’origine diverses, il vaudrait mieux se taire !
              Là où il y a un scandale c’est dans les subventions et dégrèvements français pour le solaire qui pèsent sur tous les citoyens et provoquent par ricochet les tensions que l’on connait avec la Chine... les inconséquences politiciennes traversent toute la classe politique française .

              Et la faute à qui ? à ceux qui veulent abattre le service public avant de se l’approprier .... et avec leurs alliés objectifs et souvent abjects !

              le coût pour le kw.h qui est donné par l’un des intervenants est un coût pour un service continu.. et un service continu cela se paye , exactement comme coûte plus cher un service de soins intensifs dans un CHu qu’une nuit avec une seule infirmière de garde dans une clinique privée ....

              il faut savoir si vous voulez vivre en 2023 ou en 1880 aux balbutiemnts de l’électricité ...
              Et si vous voulez en toute continuité de fourniture pas chèrement payée continuer à oublier ce que furent les heures sombres où les délestages subis par la population servaient à alimenter les usines du IIIème reich .

              pour mémoire : ce texte a été écrit avec 80% d’électrons sales produits par le nucléaire et tous produits en vertu du principe de Carnot


            • Alpo47 Alpo47 7 juin 2013 23:09

              Spartacus, vous êtes totalement caricatural. Le « gars » qui a sa vision du monde et qui ajuste les thérories pour les justifier. Banal ,mais dans ce cas tragique.

              Si on essaie, pas facile, d’analyser les faits économiques objectivement, on constate que partout les faits montrent les catastrophes provoquées par le libéralisme. Bien entendu, je parle de catastrophe pour 99% de la population. Les actionnaires et cadres supérieurs, eux, se remplissent les poches.
              Alors, certes, je comprends parfaitement que ces derniers défendent leur niveau de vie, mais pour tous les autres, c’est une catastrophe et qui ne fait que débuter.

              Monsanto et consorts sont en train de privatiser les graines et d’emêcher la bio-diversité, les marchands de canon imposent la politique US, les spéculateurs forcent les prix alimentaires à la hausse, les banques prennent le controle des pays ...etc...ça c’est le vrai visage du libéralisme.Celui que refuse de voir Spartacus, à moins qu’il y participe.

              Alors, et bien que d’après le Nouvel Obs, je fasse partie des 3% de plus haut revenus, je refuse un monde où la cupidité est la règle et où on oublie 99% de la population. D’ailleurs, la situation actuelle ne peut se conclure que par une méga crise, bien entendu économique, mais surtout sociale et humaine.


            • spartacus spartacus 8 juin 2013 01:00

              Les catastrophe sont le fait du communisme, du socialisme et du Keynésianisme.


              On remarquera que marxistes et keynésiens critiquent les monopoles privés, mais jamais les monopoles d’État, exactement comme vous le faites !.....

              Le libéralisme est liberté, il ne provoque aucun désastre, il permet l’émancipation. Il accepte la concurrence, la différence.
              Vous auriez appris Hayeck plutôt que le marxisme à l’éducation nationale, vous auriez appris qu’il ne peut y avoir de monopole que parce qu’il y a réglementation c’est-à-dire intervention de l’État.


              Vous confondez tout ! Votre exemple est flagrant
              Exemple, vous accusez « mosanto » de « privatiser des graines », alors qu’en réalité c’est bien l’intervention de l’état normateur qui est la source du problème, pas l’entreprise qui utilise l’interventionnisme étatique.
              Quand comprendrez vous que l’état n’agit que sous la pression de groupes d’intérêts ? 

              Vous avez beau faire partie des 3% de plus haut revenus,il n’en reste pas moins que vous faites preuve d’ignorance en confondant matérialisme et libéralisme. 


              EDF n’a pas le pouvoir magique d’échapper aux lois de l’économie : il peut seulement donner l’illusion de la gratuité ou des coûts bas en favorisant les uns au détriment des autres, par la contrainte fiscale et la redistribution, en cachant au maximum la réalité des coûts.


              Ce n’est pas le marché, « livré à lui-même », qui tend vers des situations de monopole, mais au contraire l’étatisme qui déréglemente le marché libre par son interventionnisme et sa fabrication de « faux prix », qui ne correspondent pas aux structures de couts.

            • Alpo47 Alpo47 8 juin 2013 07:26

              Et « ainsi parla »Spartacus« :La liberté et la concurrence nous mèneront à un monde meilleur ...L’JEtat est l’ennemi.
              Pourquoi ? C’est Hayek -et quelques autres- qui l’ont dit.
              C’est tout ? Oui.
              Ont ils pu se tromper ou mentir au service de quelques uns ? Oui, évidemment.
              Est ce que les faits leur donnent raison ? Non, au contraire.
              Alors ? C’est pas grave, on continue à y croire.
              Mais pourquoi ? Changer de paradygme serait admettre notre erreur fondamentale.
              Mais même le FMI ... ? Encore des marxistes.
              Et Marx avait tort sur tout ? Evidemment, puisqu’il dit le contraire de Hayek.

              Ainsi va le monde de »Spartacus".


            • Alpo47 Alpo47 8 juin 2013 07:33


              Vous confondez tout ! Votre exemple est flagrant
              Exemple, vous accusez « mosanto » de « privatiser des graines », alors qu’en réalité c’est bien l’intervention de l’état normateur qui est la source du problème, pas l’entreprise qui utilise l’interventionnisme étatique. « 

              Il faudrait savoir. C’est l’Etat le »méchant" ou au contraire le fait que sa faiblesse permette aux lobbies (des libéraux pur jus) d’imposer des décisions en faveur de leurs intérêts (ou cupidité).
               Parce que dans le deuxième cas, ce sont les entreprises chantre du libéralisme qui détruisent nos sociétés et créent l’insécurité.

              Encore des FAITS concrets qui démentent les théories abracadabrantesques des libéraux.


            • Alpo47 Alpo47 8 juin 2013 08:12

              « ....Quand comprendrez vous que l’état n’agit que sous la pression de groupes d’intérêts ? »

              En fait, c’était cette phrase qui constituait une contradiction du paradygme libéral de Spartacus.


            • spartacus spartacus 8 juin 2013 09:07

              L’état n’es pas « ennemi », il doit se limiter à garantir les libertés individuelles et la sécurité des citoyens, sans intervention dans la vie économique et sociale du pays.


              Hayeck, est un économiste Nobel ignoré en France, qui a démontré que les politiques keynésiennes de croissance économiques, basées sur l’utilisation du budget public, produisent sur le long terme à la fois, stagnation économique et chômage.

              Après 40 ans de politique Keynésienne, 57% du PIB utilisé par l’état, nous sommes bien en stagnation économique et chômage. Il semble que sur ce domaine il a eu raison.

              Ce que vous appelez « faiblesse », est simplement la réalité démontrée, l’état ne fonctionne que sous la pression de groupes de pression.
              Son interventionnisme, dérégule l’économie et crée de faux prix.
              Clip vidéo humoristique Hayek contre Keynes smiley smiley smiley

            • Alpo47 Alpo47 8 juin 2013 09:17

              Les économistes sont probablement parmi les gens les plus farfelus et inconséquents que l’on puisse identifier actuellement. Ils se contredisent tous et voient invariablement leurs (fumeuses) thérories contredites par ... LES FAITS CONCRETS.
              La plupart, sinon tous, sont déconnectés de la vie réelle et seraient bien incapables de gérer une PME, voire un simple commerce.
              Quand au Nobel d’économie de Hayek, d’autres l’ont eu également, (Allais, Stigliz, Krugmann ...) et disent exactement le contraire. Pourquoi vous attacher à celui ci ?

              Ah, oui, ce qu’il dit va dans le sens de votre « vision du monde ». Comme Freud qui a fait coller ses « théories » à ses fantasmes.


            • HELIOS HELIOS 8 juin 2013 12:11

              Il y a des domaines pour lequel le liberalisme, si merveilleux et efficace soit-il ne doit pas etre appliqué.
              C’est notament le cas d’EDF car la dimension globale n’est pas a la porté des petites entreprises (quelles que soient leurs tailles)

              L’usage de l’electricite, sa consommation donc, n’est pas soumis a une capacité d’achat ou d’un quelconque pouvoir economique mais releve d’une necessité de vie, comme l’air et l’eau .. donc, la regle du marché ne doit plus s’appliquer et c’est celle de la mutualisation des moyens qui intervient et ceci doit se faire au niveau complet de la communauté, c’est a dire le pays.

              ce qui ne veut pas dire pour autant que la fourniture n’a pas de prix... mais elle doit donc etre adapté a la realité, mais pas non plus soumis a un dogme d’echange marchand.

              Il est donc normal que l’etat, qui est la structure adaptée et faite pour cela, se charge, selon divers moyens, de prendre en charge ces necessités.
              Et l’etat, n’a pas a faire de benefice, puisqu’il est lui même la representation mutualiste de l’ensemble de la population. il est son propre banquier, son propre investisseur, son propre assureur... et son propre client a travers ses citoyens.

              EDF etait, avant sa privatisation l’outil adapté. En le privatisant, cette structure s’est mise a faire des benefices... donc un prelevement execessif sur le consommateur.
              En voulant augmenter le prix de l’electricite, cela va augmenter les benefices, ce qui est intolerable.
              Le cout des demantellements n’est pas a incorporer au prix du Kw/h car il est fourni, comme les investissements a venir dans les depenses de l’etat, qui sont elles, je le rapelle, mutualisées.

              Alors, je comprends bien que ca ne fasse pas plaisir a certains requins qui veulent vendre et s’engraisser sur le dos des consommateurs captifs (capotifs car obligé de consommer pour vivre). Le service public apparait comme incompatible avec un marché commercial, ce qui fait que l’UE souhaite eliminer tous ces services publics.

              Il existe donc des « minima » sociaux, obligatoirement mutualisés, même si la structure de production ou de service puissent faire appel a des systemes commerciaux, qui ne peuvent ni ne doivent etre directement fourni sous une contrainte commerciale, sans remettre en cause l’intelligence collective et la notion de société (vs la predation individuelle)... edf en fait parti !

              Votre addiction a la privatisatiion d’un produit/service indispensable a la vie, vous fait oublier que nous ne sommes pas dans la jungle....


            • spartacus spartacus 8 juin 2013 17:17

              @Helios,

              Le libéralisme accepte la mutualisation uniquement si elle est volontaire

              Le totalitarisme a toujours une « merveilleuse » nécessité absolue pour imposer aux autres ses monopoles, sa coercition, sa dictature économique. 

              Il utilise des mots doux à l’oreille pour asseoir des privilèges de groupes de pression comme social, solidarité, nécessite absolue

              L’état devient partial et dénature la réalité des coûts et entrave la concurrence
              Par exemple, les salariés EDF sont largement favorisés, uniquement parce que le monopole leur a permis d’être un groupe de pression qui a manipulé les décisions de l’état en leur faveur.

              L’échange marchand est le seul qui est valide, puisque que l’achat est librement consenti dans un ensemble de choix concurrentiels. 
              Le libéralisme est une éthique de justice par le consentement mutuel dans l’échange du marchand et de l’acheteur. 
              Le monopole est viol car il s’impose par coercition.

              L’’état, n’est pas une mutuelle, et n’a pas à se comporter comme tel, car sa position de juge et partie fausse la justice sociale et économique. EDF est un exemple flagrant d’injustice sociale et d’incohérence économique.


            • Mycroft 14 juin 2013 14:08

              La sainte concurrence, c’est magique, ça rends les prix juste...

              Miracle. Sauf que c’est faux. C’est du pure sophisme, du délire. Les monopoles de fait sont une réalité : avoir 15 réseaux électriques, en ressources, c’est clairement contre-productif. Avoir des centrales indépendante, c’est le meilleurs moyen d’avoir des standards différents, donc des problèmes de compatibilité.

              Il faudrait un jour que les libéraux se mettent à faire vraiment de l’informatique, il y verraient les bienfaits de la concurrence : les solutions optimales techniquement ne sont pas respectés, parce que les éléments dominants favorises la com plutôt que la production. Au final, des produits moins bon et payant dominent par rapport à des produits gratuits.

              La concurrence, c’est bien pour les gadgets, les petits trucs pas important. Là, ok, l’économie d’échelle, c’est négligeable.


            • Mycroft 14 juin 2013 14:29

              L’échange marchand n’est jamais librement consentit, sauf pour les gadgets, parce qu’ils ne sont par essence pas un besoin. Sinon, il y a nécessairement déséquilibre.

              Un homme assoiffé dans le désert ne fait pas un choix librement consentit quand il achète de l’eau. Il est à la merci de celui qui lui fournit de l’eau.

              La propriété déséquilibre par nature les rapports d’achats : ceux qui possèdent beaucoup ont un pouvoir dans les négociations qui écrase ceux qui possèdent peu. Et rien n’est prévue pour inverser la tendance.

              La libre concurrence est en effet tout à fait adaptée au commerce de gadgets, dont l’énergie ne fait pas partie.

              La concurrence libre et non faussé est une simple vue de l’esprit. C’est une impossibilité technique. Simplement parce que le pouvoir des possédant crée un déséquilibre, provoque une spéculation qui peut de facto devenir un monopole.

              L’existence d’un monopole est un problème quand ce dernier est sans contrôle légitime. Un Monopole contrôlé par une autorité légitime n’est pas un problème.

              Donnons le contrôle de ces monopôles privés au peuple. Votons pour la direction des entreprises ayant un monopôle de fait. Directement. Supprimons le droit de grève de ces entreprise et remplaçons le par la possibilité, pour les employés, d’exclure leur direction et d’imposer de nouvelles élections (ce qui ne bloque pas l’activité technique, une boite de cette taille peur fonctionner pendant quelques mois sans direction et sans problèmes majeur). 

              La solution du problème des monopôle est le contrepouvoir, la concurence est juste le plus inadapté d’entre eux.


            • foufouille foufouille 7 juin 2013 20:21

              pov crassus
              comme en GB ?


              • bakerstreet bakerstreet 8 juin 2013 02:06

                Je serais assez partisan d’indexer le salaire minimum sur les tarifs EDF


                • HELIOS HELIOS 8 juin 2013 12:29

                  ... vous avez raison, mais c’est deja le cas... sauf que le salaire minimum n’est pas reactualisé correctement.

                  Il serait preferable, et cela resoudrait quasi totalement le probleme de l’Euro, tout en le conservant.

                  La France pourrait creer une monnaie « virtuelle » utilisée partout sauf au moment de sortir la monnaie fiduciaire pour payer le pain, (par exemple)...


                  ... et appelons par exemple cette monnaie UEF (Unite Economique Française) et fixons lui, aujourd’hui la valeur de 10 Euros..... et appliquons tous les calculs economiques sur cette monnaie virtuelle dont ceux de l’inflation... les variations de cet UEF refleteront donc l’etat economique de notre pays.

                  Toutes les prix institutionnels, comme les impots, les prix encadres, mais aussi les loyers, les salaires, les retraites, les credits... seraient affiches en UEF... ce qui au passage reduit le calcul des taux d’interets a ... rien !

                  Bon allez, bonne reflexion....


                • Denzo75018 8 juin 2013 09:00

                  ahh si un gouvernement de droite aurait osé laisser supposer une seule minute ce genre d’augmentation, la Gauche aurait paralysé la France !

                  En France que des Politiques de postures !!!
                  Aucun sens de l’état et du collectif ......


                  • soi même 8 juin 2013 12:12

                    Il y a pas de scandale dans cette hausse, c’est juste le prix que l’on aurait due toujours payer, et que l’on n’a jamais payé.

                    Car il est évident qu’une question à été sciemment été éviter quand on c’est lancer dans le tout nucléaire, c’est son entretien de ces installations vieillissantes qui coûte de plus en plus cher et le prix exorbitant et de son démantèlement.

                    Ce qui est scandaleux c’est d’avoir attendue si longtemps et que cela vient justement où la majorité des français non plus dans cette dynamisme économique pour répondre à se surcroît de dépense qui à été généreusement jamais été pris en compte dans nos factures.


                    • CN46400 CN46400 9 juin 2013 11:48

                      Que demande-t-on à EDF ? du courant au meilleur prix ! un point c’est tout ! pas d’acheter « british energy » ni de nous facturer des kwh « renouvelables » à 13 centimes alors qu’il les a acheté 52 centimes à des particuliers ! ceux qui veulent du renouvenable n’ont qu’à se le payer olé !


                      • Michel DROUET Michel DROUET 9 juin 2013 18:54

                        Madame Batho nous « rassure », elle vient de dire qu’il n’était pas envisageable que la hausse soit supérieure à 5 %

                        Apprécions cette « avancée » et ce discours convenu à deux voix entre EDF et le gouvernement. Cela ressemble à ce qui se passait autrefois dans les commissariats : le premier policier tapait fort et le second venait réconforter le prévenu.


                        • Proudhon Proudhon 9 juin 2013 19:16

                          Ecoutez, arrêtons de parler des choses qui fachent, parlez plutôt du mariage pour tous où du décès d’un pauvre jeune dans la rue...


                          • Ben Ouar y Villón Brisefer 10 juin 2013 00:36

                            EDF fait des chèques de 1 Mds d’euros par an pour le rachat obligé de l’électricité produite par les particuliers qui ont des panneaux solaires :

                            Nous, vous, moi, qui sommes locataires, smicards, et qui n’avons pas droit à nos panneaux solaires,

                            nous payons comme des cons 4 fois :

                            • Pour la consommation (qui ne cesse d’augmenter depuis dix ans sans rejoindre l’explosion du prix du Gaz, EDF va augmenter ces tarifs cette année de 3% en janvier)
                            • Pour les subventions d’Etat qui vont au développement de l’industrie du panneau solaire
                            • Pour le crédit d’impôt accordé à ces citoyens consommateurs devenus producteurs
                            • Pour le rachat à prix fort de l’électricité produite par les usagers d’un service public qui contribuent chaque jour à l’affaiblir un peu plus.

                            (sur un reportage de France 3, ce que j’en disais en décembre 2010 )
                            http://resoeco.blogspot.fr/2010/12/et-cest-nous-tous-qui-payons.html

                            • ecolittoral ecolittoral 10 juin 2013 10:47

                              « ...imagine-t-on deux réseaux de train ou deux réseaux électriques ? » Oui ! Et même beaucoup plus.

                              Dans certains pays, vous avez des dizaines de producteurs locaux. Le réseau est un investissement local répercuté sur les factures. Factures que les consommateurs locaux surveillent et, éventuellement contestent. Dans ce cas, nous avons une entente DIRECTE entre fournisseurs et clients. Ces réseaux sont connectés entre eux et, si nécessaire, on déleste de l’un vers l’autre.
                              Pourquoi ce système serait il impossible en France ?
                              Notre réseau centralisé nous coûte les yeux de la tête et la facture astronomique que nous devrons payer pour le nucléaire pourrait bien causer...la pénurie d’électricité par le prix (quoi que pour beaucoup, c’est déjà le cas).
                              Un jour ou l’autre, il faudra bien lancer la production des énergies renouvelables et locales...Le jour ou on sera capable de sortir des querelles partisanes, pour parler énergies plutôt qu’écologie, de fric plutôt que de sauver la planète.

                              • Mycroft 14 juin 2013 14:39

                                Quels sont ces pays ? Quelle est la source d’énergie qu’ils utilisent ? La solution qu’ils ont adopté est elle optimale énergétiquement parlant ou perdre il une grosse partie de la production (ce qui parait inévitable vu les règles de l’électrotechnique)

                                La réponse à ces trois questions peut permettre de savoir si cette solution vaut le coup ou si elle n’est valable que pour une configuration géographique donnée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

EDF


Palmarès