Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Economie > Le « soft-power » européen contamine les entreprises des BRIC

Le « soft-power » européen contamine les entreprises des BRIC

 Dans le dernier rapport de l’ISO sur la certification des systèmes de management dans le monde (L'Étude ISO sur la certification des normes de système de management - 2011), publié la semaine dernière, le nombre d’entreprises certifiées ISO 9001 dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) rejoint celui de l’union européenne. Cette évolution s’est déroulé ces dix dernières années car, quand l’UE doublait le nombre de certificats, les BRIC l’ont multiplié par 10. Pendant ce temps ce nombre a diminué d’un tiers aux USA pour atteindre un niveau 15 fois moins important que dans ces deux ensembles économiques pesant un poids équivalent au leur. En dix ans plus de 300 000 entreprises des BRIC ont intégré les principes européens d’organisation des systèmes de management. Pendant que la gouvernance des entreprises mondialisées s’est inscrite dans les principes anglo-saxons de soumission aux exigences des marchés financiers, le management interne des entreprises des BRIC apprend à prendre en compte les attentes des clients. 

En effet en 1995 sur les 130 000 certificats ISO 9001 délivrés, 70% l’étaient dans les pays formant l’UE actuellement, 2% dans les BRIC, 7% aux USA et 21% dans le reste du monde ; aujourd’hui sur le milliard de certificats existants, 40 % le sont dans l’UE, 36% dans les BRIC, 2% aux USA et 21% dans le reste du monde. Cela montre que les principes des systèmes de management de la qualité d’inspiration européenne sont en train de contaminer l’ensemble de la planète non anglo-saxonne.

Quels sont ces principes ? Historiquement les systèmes d’assurance de la qualité étaient mis en place chez les sous-traitants des industries à risques (armement, aéronautique, nucléaire,..) au bénéfice des donneurs d’ordre afin de leur garantir la fiabilité des produits achetés et leur permettre d’analyser toutes les causes des incidents éventuels. Le principe était : « écrire ce que l’on fait, faire ce que l’on a écrit et en garder la trace », d’où la réputation bureaucratique du système. Cette réputation est particulièrement forte en France, car la mise en place d’une fonction « législative » qui décrit le fonctionnement réel de l’entreprise, d’une fonction « judiciaire » qui effectue des audits donnant lieu à des actions correctives et la traçabilité des décisions s’oppose à la « logique de l’honneur » d’un management jaloux de ses prérogatives d’autorité, fantasmées comme absolues.

Dans les années 90, avec l’extension de l’application des normes de la série ISO 9000 dans d’autres secteurs d’activé, celles-ci ont évoluées en 2000 pour devenir la norme ISO 9001 de système de management de la qualité. Celle-ci est structurée en quatre domaines d’exigences : la responsabilité de la direction, le management des ressources, les processus de réalisation des produits et service et les systèmes de mesure d’analyse et d’amélioration. En parallèle à l’édition de cette norme huit principes de management de la qualité ont été affirmés : l’orientation client, le leadership, l’implication du personnel, l’approche processus, l’approche système, l’amélioration continue, l’approche factuelle pour la prise de décision et les relations mutuellement bénéfiques avec les fournisseurs.

Au-delà de l’objectif de maîtriser la qualité des produits et services de l’entreprise, qu’apporte la mise en place d’un système de management de la qualité ? Tout d’abord l’habitude de prendre en compte les besoins d’une partie prenante externe à l’entreprise qu’est le client : c’est par l’analyse régulière des attentes, de la satisfaction et des réclamations des clients que l’entreprise apprend à prendre en compte une logique qui n’est pas réduite à une logique instrumentale de recherche de profit maximal. D’autre part une vision de l’entreprise comme un système vivant de processus inter corrélés qui montre toute tentation de saignée du corps social comme une thérapeutique de Diafoirus. Enfin une transparence et une cohérence interne entre les objectifs, les règles de fonctionnements et les ressources mises en place pour atteindre ces objectifs en matière de qualité. C’est donc bien les prémisses d’une organisation politique qui préfigure, au travers de l’habitude d’organiser collectivement la prise en compte des attentes des clients, la possibilité d’une démocratisation du pouvoir dans l’entreprise.

L’extension de la certification dans les BRIC est manifeste mais contrastée selon les pays : depuis 2006 le Brésil a triplé le nombre de ses certificats, la Chine et la Russie l’ont doublé alors que l’Inde l’a réduit de 28 %. Pendant ce temps on observe une nette décroissance d’utilisation la norme iso 9001 dans les pays anglo-saxons : le nombre de certificats à décru de 42% aux USA, 45% en Australie, 40 % au Canada, 56% en nouvelle Zélande. Ce reflux est peut-être dû à ce que ce système collectif de construction d’une loi commune s’oppose au principe du contrat entre individus autonomes avec leurs intérêts privés.

Dans le domaine de la qualité, le miracle japonais et le « Toyota way » a amené les démarches ou outils comme le kaisen, le juste à temps ou les cercles de Qualité avec leurs développements ultérieurs aux USA au travers des démarches lean et six sigma. Ces démarches ont été construites à partir de l’assimilation des méthodes de contrôle de la qualité exportées au japon par les USA dans les années 50. La question aujourd’hui est celle des futures pratiques d’organisation des entreprises que vont inventer les chinois, les indiens, les russes ou les brésiliens à partir de l’assimilation de la norme ISO 9001.

Finalement, contrairement à ce que l’on pense, la loi universaliste n’a pas forcement perdu la partie dans son combat avec le contrat privé.



Sur le même thème

Transparence et intégrité : les nouvelles dérives du lobbying. L’exemple des laines minérales
Les 7 clefs de la Conduite du Changement : Manuel du petit Manager
La "missile party" de Benyamin Netanyahou à Eilat
Compétence perverse ou incompétence « normale »
Faute de refondation, dans 10 ans, la France aura définitivement décroché


Réactions à cet article

  • Par Soi même (---.---.---.146) 17 décembre 2012 21:38
    Soi même

    La certification ISO est une belle vacherie, car avec son coup, elle tue les petites entreprises qui ne peuvent pas se payées cette certification !

    Étendus à d’autre marché, elle va induire de nouvelle restructuration qui vont finir par des concentrations de sous-traitent fagocitès !

    • Par Apogee (---.---.---.8) 18 décembre 2012 07:34
      Apogee

      Je ne suis pas certain que les 1200000 entreprises certifiées perdent de l’argent du fait de la certification.


      Si votre entreprise a connu cette situation, je vous propose de vous poser la question de pourquoi cela est arrivé, plutôt que de jeter la pierre à un système qui a permis à la majorité des entreprises de progresser en terme de performance et de bénéfices.

      La vision négative de la certification vient généralement du fait que l’entreprise n’a pas su comprendre comment tirer de la valeur d’une organisation améliorée, d’une réduction de ses rebuts, d’une vision positive du client...les gains en découlant couvrant rapidement les coûts de mise en place.



    • Par Soi même (---.---.---.146) 19 décembre 2012 09:53
      Soi même

      Votre vision de l’entrepris est fortement influence par le toyotisme, car sous le couvert de la qualité en réalité, c’est l’art et la manière de stigmatisé le coupable idéal et d’asservie la manœuvre dans un carcans de procédure !

      Car si en théorie, la personne est formé dans une procédure de qualité du produit, il est responsabilisé sur une procédure où il n’a plus la liberté d’initiative et deviens le coupable désigné si le produit s’avère défectueux !

      Car dans tous les cas de figure le donneur d’ordre est exclue du résultat de son action, c’est celui qui est à la production qui est le responsable du vise de forme et en porte les conséquences négatives du résultat.

      L’autre conséquence est en amont et de mettre des critères de sélections plus contraignente de recrutement et permet d’avoir un outil qui soumet le salarie à la rentabilité maximum au détriment du confort du travail !

      Pour moi, c’est un outil formidable pour augmenté le stress du travail et utilisé la compétitivité de la qualité comme arme psychologique de rivalité des compétences !

      Et avoir un bon motif de licenciement en cas de conflit de travail, qui ne peuvent pas manqué d’apparaître !

  • Par titi (---.---.---.180) 18 décembre 2012 08:24

    Le « process » c’est une partie de mon métier...

    Là ou j’interviens, mes indicateurs m’indiquent que 11 mois de l’année les process ne sont pas respectés. Voire ignorés au sens où ils quittent complétement la mémoire des intervenants.

    Et une fois par an... dring... je dois intervenir pour construire d’autres indicateurs pour modifier les process, etc...
    Une fois par an : juste avant le passage de l’auditeur...

    Le process c’est du vent : les entreprises francaises n’en ont pas la culture... et l’ISO c’est un rhabillage de mariée... Le seul endroit où ca fonctionne se sont les filiales US : soit on suit le process, soit c’est la porte.

     

     

  • Par gaijin (---.---.---.96) 18 décembre 2012 08:40
    gaijin

    si les bric intègrent massivement les normes iso c’est une bonne nouvelle !!

    Ils vont devenir moins performants  !

    signé : un ex qualiticien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès