Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le suicide des seniors est-il une solution au problème des retraites (...)

Le suicide des seniors est-il une solution au problème des retraites ?

Et s’il y avait un âge limite pour la vie pour sauver notre régime social ? L’idée avait déjà fait l’objet de différents livres. Christophe Buckley la pousse à son paroxysme dans son livre Départs anticipés. Il y raconte comment Cassandra, une jeune américaine de 29 ans, spécialiste des relations publiques, tente de mettre la question des suicides chez les seniors sur la place publique. Elle pense que ce qu’elle appelle le transitionnement volontaire, doux euphémisme, est une solution potentielle face au déséquilibre du système des retraites américain. L’auteur évoque 77 millions de papy et mamy-boomers en passe de faire valoir leurs droits à la retraite. Cassandra, la bien-nommée, se démène comme elle le peut pour que le sujet fasse la une des journaux et que l’on parle enfin de la question des retraites.

 

Regardons cette vidéo où intervient DSK.

retrouver ce média sur www.ina.fr

Qu’en serait-il en France ?

- L’explosion démographique en France qui suit la deuxième guerre mondiale, accompagnée des progrès de la science médicale, permet aux français de vivre en moyenne jusqu’à 77 ans et aux françaises jusqu’à 84 ans. Il s’agit ici d’espérance de vie à la naissance, c’est-à-dire pour une naissance d’aujourd’hui. Quelqu’un qui a soixante ans en 2010 dispose d’une espérance de vie moyenne de 22,2 ans s’il est un homme ou de 27 ans s’il est une femme. C’est-à-dire que ces deux êtres moyens vivront jusqu’à 82,2 ans pour l’homme et 87 ans pour une femme. On peut consulter les différentes espérances de vie par âge sur le site de l’INSEE.

- En parallèle à cette augmentation de l’espérance de vie, et souvent en bonne santé jusqu’à un âge avancée, le temps de travail d’un individu en nombre d’année a baissé. Ainsi la génération du baby-boom ne travaille quasiment plus après 60 ans. Le taux d’emploi des seniors entre 60 et 64 ans est de 13% en France. Celui de 55 -59 ans est de 54%, soit un senior sur deux. Dans les pays occidentaux, seule l’Italie fait pire.

- Des personnes qui vivent plus vieilles et qui travaillent moins entraînent un déséquilibre profond du système des retraites en France. Au moins le temps de vie de ces personnes, soit environ 25 ans. Cela engage également le système en matière de financement de la prise en charge de la dépendance qui est une véritable bombe à retardement. Or le système de répartition à la française suppose que les générations qui travaillent paient pour celles qui ne travaillent plus. Ce système est d’un point de vue intellectuel très réjouissant, solidaire, humaniste. Cependant il est condamné à terme devant un déséquilibre qui peut confiner à l’injustice. Coincé dans des rémunérations insuffisantes, vivant des périodes de chômage parfois longues, lessivées par des prix de l’immobilier très haut, les jeunes générations devraient en plus payer pour des générations anciennes qui ont été plus cigales que fourmis. La vindicte ne s’adresse pas à des personnes en particulier mais elle porte sur une incohérence collective dont il faudra un jour épingler les responsables. Notamment sur la question de l’augmentation de la dette publique de notre pays

 

Dans son livre, Buckley propose un âge limite de 70 ans, puis de 75 ans après pression des « lobbies des vieilles peaux » comme l’appelle Buckley, pour le suicide. Avant cette date, tous les frais médicaux, de retraite sont pris en charge. Après, à chacun de se débrouiller. Celui qui veut vivre plus longtemps doit payer seul pour ces années de vie supplémentaires qui ne sont pour beaucoup qu’une longue descente aux enfers de la décrépitude.

Comment faire ?

- Légaliser l’euthanasie pour les personnes en faisant la demande dans des conditions exprimées par la loi comme le fait la Belgique

- Autoriser le suicide médicalement assisté comme le fait la Suisse ou bien l’Orégon aux USA ou bien comme le font des séniors australiens.

- Confisquer les patrimoines des personnes décédées pour financer les frais qui ont été déboursés pour eux. Cette mesure a plusieurs avantages. Un, associée à la possibilité de donner cet argent avant sa mort aux petits-enfants par exemple sous la forme de rente, elle oriente l’argent disponible vers ceux qui en ont le plus besoin. Deux, elle permet de limiter les effets liés aux inégalités de patrimoine qui sont bien plus importantes que celles liées aux revenus dont on parle le plus souvent. Ainsi, gagner 6.000 euros par mois pour l’un contre 1.000 euros pour un autre représente une inégalité de revenus, qui peut tout à faire être justifiable, car basée sur un travail, des compétences, ou bien liées à des discriminations honteuses… tandis qu’hériter d’un vieil oncle d’un appartement dans le 16ème sest contraire même aux principes égalitaires de notre république. Ainsi, il nous faudrait nous rendre tous égaux à la naissance en droits et en patrimoine.

- Dans le même temps, il conviendrait d’assurer aux personnes âgées un revenu minimum décent, ce qui n’est pas le cas du minimum vieillesse, ni d’ailleurs du RSA, de l’allocation adulte handicapée ou des allocations pour parent isolé. La révolution fiscale précédente permettrait d’associer à chaque vie humaine un montant financier disponible tout au long de sa vie, de sa naissance jusqu’à sa mort.

- Interdire les retraites chapeaux qui permettent à des dirigeants d’entreprise de toucher, parfois, des sommes monstrueuses tout au long de leur fin de vie simplement pour avoir dirigé une entreprise. Ainsi Henri Proglio va toucher 13 millions d’euros de bonus retraite pour avoir dirigé l’entreprise. C’est contraire au sens même de la rémunération qui est d’associer une somme d’argent à un travail effectif, ou à un lien de subordination par le contrat de travail effectif. C’est d’autant plus injuste que les comités de rémunération des grandes entreprises qui pratiquent les retraites chapeaux sont généralement constitués de personnes qui sont à la fois juge et partie. Par un effet de consanguinité très profond, celui qui vote le montant de la retraite chapeau de l’un sera de l’autre côté du bureau un jour.

- Ouvrir nos frontières pour accueillir des travailleurs immigrés en fort nombre et les intégrer à notre société de manière sereine.

- Délocaliser nos séniors dans des pays en voie de développement où les frais salariaux sont moins élevés. C’est ce que font déjà les norvégiens en exportant leurs vieux en Espagne. Il y a pire, cela aurait pu être la Sibérie. Ce qui aurait l’avantage de permettre le métissage des cultures

 

L’idée de Buckley est choquante à bien des égards. Mais n’était-ce par ce que faisaient les dignes indiens dans les plaines de l’ouest « quand le soleil se couchait sur leur vie » et qu’ils ne voulaient pas être un poids pour les leurs.

De plus, elle pose une question fondamentale, comment allons-nous faire pour régler ce problème ? Si vous aussi vous avez des idées, originales ou non, vous pouvez les évoquer en commentaires ou bien sur votre propre blog. Faites un lien vers cet article et vous pourrez participer à un concours qui permettra de gagner trois livres que j’ai trouvé au marché ce matin.

Le meilleur commentaire ou la meilleure idée aura le plaisir de recevoir le livre de Patrick et Oliver Poivre d’Arvor, Disparaître, ainsi qu’un exemplaire de Lobby Planet Paris.

L’idée la moins originale, c’est-à-dire déjà évoquée de nombreuses fois par d’autres, et dont la paternité n’est pas bien établie gagnera un exemplaire de Cartel de Paul-Loup Sulitzer et compagnie.

Enfin, la réaction la plus vive contre le suicide des séniors sera récompensée par un livre de Jacques Chirac intitulé Une nouvelle France, et sera condamné à le lire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.37/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 16 mars 2010 10:50


    Les solutions généralement envisagées aujourd’hui pour résoudre le problème des retraites, des 35 heures et du chômage sont d’ores et déjà totalement obsolètes et archaïques.


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 16 mars 2010 15:14

      « Les solutions généralement envisagées aujourd’hui » le sont toutes dans un système économique et social exécrable, qui n’a rien à cirer de l’être humain. C’est avec ce système qu’il faut en finir, et pas avec les « vieux ».

      Les retraités et les « personnes agées » sont de plus en plus dans la détresse, mais les riches, les fistons de riches et les « élites » à leur service se portent très bien.

      Pour ne pas parler des retraites des politiques, « hauts fonctionnaires », « élites européennes » et tutti quanti. Même si la « meilleure retraite », c’est d’être riche. Quant on a beaucoup d’argent, on est, semble-t-il, « très méritant ».

      L’abstention record de dimanche, c’était la moindre des choses. Voir nos articles :

      Elections régionales, Europe et services publics
      Elections régionales, crise, abstention record et système politique

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • Bardamu 16 mars 2010 10:54

      Allez faire un tour dans une maison de retraite, et vous n’en reviendrez qu’empli de cette idée :

      « Parfois il est bon de savoir s’effacer ! »


      • Massaliote 16 mars 2010 11:13

        Je préconise qu’ATTALI donne l’exemple.


        • tongfort 16 mars 2010 11:14

          Ce que je pense même si c’est absurde, qui ne tente à rien, n’a rien comme on dit, alors c’est parti :
          le problème, c’est les retraités, est-ce cela ????
          Ne connaissons ou connaissez vous pas l’amour ?????
          En tant qu’enfants de futurs retraités c’est à nous de les aimer et « d’en prendre soin », je sais c’est bête mais c’est la réalité.........
          Je suis « attristé » lorsque je vois autant de retraités délaissés et maltraités dans ces maisons de retraite, quand je pense que leur enfant n’en n’ont rien à faire d’eux, certes........
          bien sûr, par manque de temps, de distance, de problèmes familiaux, sociaux, professionnels, etc, etc........ on ne peut « rien faire pour eux »
          mais je pense que la résolution la plus simpliste du problème ne peut se faire qu’entre famille, il doit y a voir une cause de « non amour » envers ses parents pour que le problème prenne autant d’ampleur,
           je vous laisse votre libre arbitre de penser........

          à bon entendeur,

          que l’amour vous garde


          • srobyl srobyl 16 mars 2010 11:21

            Bardamu,
            Bien d’accord, le problème, c’est que quand il serait bon de savoir s’effacer, on ne le peut plus par soi-même...Et avant, on se dit que c’est peut-être encore trop tôt.
            Il faudrait supprimer le dernier wagon, en somme smiley


            • Bardamu 16 mars 2010 20:09

              Même le droit au suicide, ils nous l’enlèvent !

              Salut !


            • jako jako 16 mars 2010 11:23

              Bonjour, Vous nous exposez les commentaires extraits d’un bien curieux livre que je n’achéterais pas mais quelle est votre position à vous ? 
              Merci pour la petite touche d’humour à la fin 


              • Gabriel Gabriel 16 mars 2010 11:40

                Prenons votre problème par l’autre bout. Cela peut choquer mais devrait porter à réfléchir. Ne voyez ici aucun jugement de valeur, juste une analyse froide de la situation à venir.

                On s’enthousiasme des progrès fait par la médecine les biotechnologies pour allonger la durée de vie mais cela constitue une grave menace. Produire des longévités exagérées annulera les bénéfices que le plus grand nombre pouvait espérer en tirer. Sous couvert d’humanisme, l’on crée des conditions de souffrances bien plus graves. Le fait de mettre des moyens pour lutter contre les maux tueurs principaux (Cancer, maladies cardio-vasculaires) et contre leurs causes (Alcool, tabac….), nous nous privons ainsi de précieux instruments de sélection naturelle de la partie onéreuse et improductive de la population et cela créera à terme un déséquilibre. Les seuls soins qu’il conviendrait de développer et de rembourser sont les soins contre la douleur et les soins palliatifs. Je sais que cela choque les humanismes larmoyants dont la plupart restent le cul sur une chaise et les mains dans les poches tout en se permettant de donner des leçons. Mais à cause d’un ce sentimentalisme imbécile nous risquons de nous trouver dans une situation d’une espèce sans prédateurs et les effectifs croîtront bien au-delà de ce que l’environnement sera en mesure de supporter et bientôt tout le monde crèvera de faim et de soif, jeunes ou vieux. Nous voulons limiter les naissances et accroître la durée de vie mais c’est l’inverse qu’il faudrait faire. Il y aura bientôt plus de personne de 70 ans que d’enfant de moins de 15 ans et d’ici quelques années nous aurons à gérer des centaines de millions d’octogénaires ! La compassion ne s’applique pas à l’individu mais au groupe. Seul le groupe est important, ses éléments ne sont que les instruments de sa permanence. Notre amour, notre compassion doivent d’abord aller à la collectivité. Nos sociétés ne survivront  pas aux milliards de vieillard qui encombreront les continents. Toutes les vies sont loin d’êtres égales, le berger du Sahel sait bien, lui, quand vient la sécheresse, quelles bêtes préserver et lesquelles sacrifier. La vie du futur producteur vaut plus que celle d’un retraité car le second ne survit que grâce à la fécondité, la productivité et la créativité du premier. Il faudra malheureusement que certain meurt pour que le plus grand nombre vive. Tout est calcul de vie et cette terrible et incontournable vérité nous éclatera au visage le jour ou notre génération pléthorique, imprévoyante et prodigue rentrera en conflit avec ses propres enfants. Car ce jour là dans son orgueil insensé à vouloir écarter les maux régulateurs, la médecine devra se substituer à elles. Insensiblement nous serons obligé de modifier nos système de valeurs pour rendre acceptable à nos yeux des pratiques qui aujourd’hui nous semble inadmissibles. Il suffit de voir comme l’idée de l’euthanasie fait son chemin. Considéré comme un crime il y a un vingtaine d’années on a commencé à la tolérer pour mettre fin aux souffrances physiques insupportables des malades en phases terminales. On étendra bientôt le concept aux souffrances morales et on élargira les critères de décisions et le débat sur le moment ou la vie devenue inhumaine n’est plus digne d’être vécue déclanchera le droit à l’euthanasie. Le parfait symétrique qui décida celui ou la vie devenait humaine et fonda le droit à l’avortement. La société opposera à ses vieux la loi qu’ils ont mêmes opposés aux êtres encore à naître. A savoir qu’ils ont le droit de vivre que s’ils ne mettent pas en péril l’équilibre de la majorité. Bientôt une demande croissante de morts décentes s’imposera d’elles même, et comme jadis l’avortement, deviendra légale et institutionnelle et loin de moi l’idée de démoraliser les chantres de la médecine mais ils trahiront leur serment d’Hippocrate. Eux qui rêvaient de vies éternelles finiront ingénieurs en mort douce. Terrible constat !

                 


                • jakback jakback 16 mars 2010 11:57

                  Parfois la nature frappe sans discernement, mais en grand nombre ( tsunami,ouragan,tremblement de terre ect.....). Mais les verts veillent, l’homme occidental se veut éternel, quel fatuité !


                • Halman Halman 16 mars 2010 17:04

                  Gabriel, vous dites ça tranquillement assis le cul sur votre chaise et les mains dans les poches.

                  Mais lorsqe vous même et vos proches seront concernés, je ne suis pas certain que vous tiendrez ce discours là.

                  J’ai été aide soignant en gériatrie et je peux vous assurer que les gens qui luttent contre le vieillissement et la maladie sont le contraire de gens larmoyants mais des combatants purs et durs.

                  Ce n’est pas contre la vieillesse qu’il faut lutter, mais contre une société mal organisée.

                  Quand vous serez dans votre fauteuil roulant de grabataire et que l’on viendra vous parler d’euthanasie, je ne crois pas que vous trouverez ça acceptable.

                  Vous serez le premier à vous accrocher à la vie.

                  Combien de patients font des projets d’euthanasie avec la famille et l’équipe soignante, mais au moment où il faut l’envisager, la plupart comme c’est étonnant changent d’avis et refusent.


                • Gabriel Gabriel 16 mars 2010 17:16

                  @Halman,

                  Mon ami, lisez bien les deux premières lignes : 

                  «  Prenons votre problème par l’autre bout. Cela peut choquer mais devrait porter à réfléchir. Ne voyez ici aucun jugement de valeur, juste une analyse froide de la situation à venir. »

                  Vous remarquerez que je précise qu’il s’agit d’une analyse face à une situation en devenir. Il est bien entendu que je ne suis absolument contre ce type de solution. Je remarque que beaucoup l’ont compris comme vous, vu les avis négatifs. Ce texte est juste là pour éventuellement avertir, prévenir sur ce qui pourrait éventuellement advenir. Regardez en arrière et voyez ce qui est aujourd’hui et était pourtant impensable hier. Cordialement


                • jakback jakback 16 mars 2010 11:49

                  Une bonne guerre atomique résoudrait le problème et relancerait l’économie, étonnant que le Christophe Buckley, ne la propose pas.


                  • 3°oeil 16 mars 2010 11:51

                    sont ou les 500 milliards d’impots impayés par les cac40


                    • Halman Halman 16 mars 2010 12:08

                      Supprimons aussi les allocations handicapés 100%, ils creveront chez eux et ainsi donc quelle économie pour la société.

                      Tant qu’on y est.

                      Cela réjouira un certain Coppé qui dans un élan de socialisme moralisateur veut surprimer les ald à 100% pour alléger la charge de la société.

                      Facile à dire quand on est pas concerné.

                      Suicidons nous tous à la retraite et quand on est handicapé.

                      Les autres paieront moins d’impots.

                      Désolé mais malgré mon invalidité j’ai encore envie de profiter du printemps qui arrive.


                      • Thierry LEITZ 16 mars 2010 12:16

                        La surmédicalisation du troisième âge pose plus d’un problème :
                        Elle amène un prolongement stérile de l’existence, au-delà de ce que la nature permettrait si on « laissait venir ».
                        Elle entraîne des coûts médicaux élevés alors que l’issue n’est que repoussée de peu. Elle allonge la durée de versement de pension dont les fonds ne sont pas assez alimentés.
                        Elle permet voire favorise l’abandon des vieux, les jeunes ayant déjà assez de problèmes.

                        Au chapitre financier, j’ajouterai :
                        Retraite minimum oui , retraite maximum aussi !
                        Car des inégalités de revenus tout au long de la vie -et qui sont en partie légitimes- résulte de grandes différences de patrimoine, en fin de vie.

                        Or, a-t-on BESOIN au soir de sa vie de 3 ou 4 biens, de hauts revenus et de réserves d’argent conséquentes ? NON ! Surtout que les jeunes galèrent pour un simple petit boulot !


                        Solidarité inter mais surtout intra générationnelles.

                        Enfin, le sabotage des Droits de Succession dans la loi TEPA 2007 participe d’une amplification des injustices sociales. L’argent qui « tombe du ciel » doit revenir en partie à la collectivité, c’est juste, même si çà peut faire mal aux héritiers. Là encore, progressivité de l’impôt et redistribution vers les moins favorisés.

                        Hélas, « Les riches ne pensent qu’à l’argent qui leur manque » (Jacques Brel)


                        • ektin 16 mars 2010 12:52

                          Une solution plus rapide à « ton » problème, Cabon, ça serait que les cons se suicident en léguant leurs biens à l’Etat.


                          • vivien françoise 16 mars 2010 13:02

                            Bonjour,
                            Mon humour doit être en sommeil, car je n’ai pas trop apprécié l’article.
                            Il ne faudrait pas oublier que tous les avantages qui existent aujourd’hui, ce sont ces vieux cons d’aujourd’hui qui au temps de leur jeunesse ont contribué à leur existence (médecine, congés payés etc).
                            La seule ou pratiquement la seule entreprise qui pourrait tirer avantage de l’ élimination radicale des vieux sont les pompes funèbres.
                             N ’oubliez pas en cherchant les solutions finales, qu’ un jour vous serez vieux et ne servirez plus à rien pour les jeunes qui seront là et vous regarderont comme des choses inutiles.
                            Faudrait peut-être rogner sur toutes ces merveilleuses inventions bien utiles mais destructrices d’emploi qui éliminent sans avoir à payer de retraite les hommes et les femmes en âge de travailler.
                            Il n’ya plus d’argent dans les caisses de retraite car déjà il n’y a plus d’emploi pour les jeunes.
                            Total la miliardaire va supprimer 10% des pompes dans pas longtemps.
                            J’ arrête là c’est mauvais pour ma santé de m’énerver, mes enfants pourraient croire que je décline plus vite qu’il ne faudrait.
                            VF


                            • boris boris 16 mars 2010 13:20

                              Tuer les vieux ! Voilà une idée pas sotte.

                              Ca fera de la place en région paca, on va pouvoir se loger beaucoup moins cher, ouf !


                              • Halman Halman 16 mars 2010 17:07

                                D’accord Boris, alors rendez vous quand tu aura 60 ans que je vienne te dégommer.

                                Comment tu n’est pas d’accord ?

                                C’est étonnant ça !


                              • boris boris 16 mars 2010 18:35

                                T’inquiétes, je me dégommerai tout seul, par contre 60 ans c’est trop tôt.


                              • Deneb Deneb 16 mars 2010 13:23

                                Droit au suicide deviendra très rapidement un devoir. Soylent Green, nous voilà !


                                • friedrich 16 mars 2010 13:47
                                   Si vous aussi vous avez des idées, originales ou non, vous pouvez les évoquer en commentaires

                                  J’ en ai une très bonne ! On nationalise les banques, on redonnne le pouvoir de création monétaire à l’ Etat et ainsi l’ intégralité de nos impôts fiscaux ne serviront plus à payer les intérêts d’ une dette créée ex-hihilo par ces crapules de banquiers mais à prendre soin de nos vieux et même de nos jeunes et de nos malades.


                                  • latitude zéro 16 mars 2010 14:09

                                    Ce racisme anti vieux est effrayant . 
                                    Arguments des racistes : Les vieux ça puent, la soupe de poireaux et la sueur aigre , ils sont inutiles, improductifs, ils râlent tout le temps, et en plus ils sont « même pas beau » .
                                    Nous allons tout droit vers « Soleil vert ».

                                    Ce qu’oublie l’auteur, c’est que les vieux Indiens, avant de « s’euthanasier », font partie du conseil des sages. ( je suis pour l’euthanasie)
                                    ils mettent leur immense expérience au service de leurs enfants.
                                    Ils leurs évitent (essayent !) les erreurs du passé.
                                    Ils sont la mémoire de l’humanité.
                                    Ils ont enfin le temps de réfléchir, de philosopher, et de conseiller.

                                    Les anciens sont un héritage.
                                    Si nous supprimons cet héritage, nous retournerons à la barbarie.

                                    Les considérer , les montrer du doigt, les désigner de plus en plus comme un fardeau montre à quel point de décrépitude morale nous en sommes arrivés.

                                    Plus de jeunes, moins de vieux !!
                                    Pourquoi faire ?
                                    Nous ne sommes plus dans la société industrielle du 19ième siècle.
                                    Nous aurons de moins en moins besoin de main d’oeuvre .
                                    De plus en plus besoin de technicité et de science.
                                    « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », cette conscience , les anciens nous l’apportent, c’est leur rôle.

                                    Nous aurons au contraire de plus en plus besoin d’éthique, de mémoire, de philosophie et d’enseignement du passé.

                                    Il va falloir s’habituer a cette nouvelle humanité, si elle a le temps de se construire.
                                    Le libéralisme et son corollaire l’individualisme forcené sont la encore un effet « collatéral » de cette société en état de décomposition avancée.


                                    • finael finael 16 mars 2010 14:24

                                      On est « senior » à partir de 50 ans, voire avant pour les femmes.

                                      A cet âge les employeurs ne veulent plus de vous, quelles que soient vos compétences, vos qualités et votre expérience ... est-ce de votre faute ?

                                      Certes vous êtes moins malléables, mais surtout vous avez la mémoire de ce qu’étaient les conditions de travail au temps ou les « djeuns » n’étaient pas nés.

                                      Et, au fait, combien de ces jeunes se font aider par leurs « vieux » parents, phénomène en cours d’explosion ?

                                      Et si c’est le coût des retraites qui vous fait si peur, vous verrez, votre tour viendra sans même que vous ayez eu le temps de vous en rendre compte !


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 mars 2010 14:38

                                        Très bonne idée , on commence par les vieux , ensuite les handicapés , après les pas beaux , ensuite les petits , après ceux qui sont pas du même village , ensuite ceux qui ont pas d’ argent , après ceux qui pensent pas comme toi , et après tu te tires une balle dans la tête passe que ’ t es tout seul .


                                        • Voris 16 mars 2010 14:42

                                          Et les pas beaux des palais ! J’ai des noms...


                                        • Voris 16 mars 2010 14:41

                                          On pourrait commencer par les sénateurs... smiley

                                          « le transitionnement volontaire » me fait autant frémir que la « déconstruction » pour parler de la destruction (des emplois par exemple). Y’en a, on aurait envie de leur « déconstruire » la tronche. A moins que...un « transitionnement volontaire » vers la fosse à purin...


                                          • cmoy patou 16 mars 2010 14:55

                                            Non, je n’ai pas pris un brusque coup de vieux. Je suis simplement tombé sur une citation qui m’a plu et de fil en aiguille, Internet étant ce qu’il est, j’ai finalement obtenu un petit florilège dont je vous fais profiter.

                                            Parce que si être jeune c’est toujours vouloir plus, vieillir c’est prendre du plaisir à donner.

                                            Chère fille, chère fils..........Le jour ou vous trouverez que nous sommes devenus très vieux, essayez d’avoir un peu de patience envers nous et essayez surtout de nous comprendre.

                                            Si nous nous salisons en mangeant...........si nous avons de la difficulté à nous habiller...soyez patients !
                                            Souvenez-vous des heures que nous avons passées à vous apprendre toutes sortes de nouvelles choses quand vous n’étiez que juste un petit garçon, juste une petite fille.......

                                            Si nous répètons la même chose des dizaines de fois, ne nous interrompez pas ! Ecoutez nous !
                                            Quand vous étiez petit, vous vouliez que nous vous lisions la même histoire, jusqu’à ce que vous vous endormiez.

                                            Si nous ne nous lavons plus aussi souvent sous la douche, ne nous réprimandez pas et ne nous dites pas que c’est une honte.
                                            Souvenez vous combien de raisons nous devions inventer pour vous faire prendre un bain quand vous étiez petits.

                                            En voyant notre ignorance vis à vis des nouvelles technologies, ne vous moquez pas de nous mais laissez nous plutôt le temps d’assimiler tout ça et de comprendre.
                                            Nous vous avons appris tant de choses,bien manger,bien s’habiller....bien se présenter, comment confronter les problèmes de la vie.........

                                            S’il nous arrive à l’occasion de manquer de mémoire ou de ne pas pouvoir suivre une conversation...........laissez nous le temps nécessaire pour nous souvenir.....et si nous n’y parvenons pas , ne devenez pas nerveux et arrogants.......car le plus important pour nous, c’est d’être avec vous et pouvoir vous parler.

                                            Si nous nous refusons à manger , ne nous forcez pas ! nous savons très bien quand nous avons faim et quand nous n’avons pas faim.

                                            Quand nos pauvres jambes ne nous permettent plus de nous déplacer comme avant........tenez nous le bras comme nous tenions vos petites mains pour vous apprendre à faire vos premiers pas.

                                            Et quand un jour, nous vous dirons, nous ne voulons plus vivre...que nous voulons mourir.......ne vous fâchez pas.....car un jour, vous comprendrez à votre tour !
                                            Essayez de comprendre qu’à notre âge , on ne vit plus vraiment. On survit simplement !

                                            Un jour vous comprendrez que malgré toutes nos erreurs, nous avons toujours voulu ce qui était le mieux pour vous et que nous vous préparions le terrain pour quand vous serez grands.

                                            Vous ne devez pas vous sentir triste, malheureux(se) ou incompétent(e) face à notre vieillesse et à notre état, vous devez rester près de nous, essayez de comprendre ce que nous vivons, faites de votre mieux comme nous l’avons fait depuis votre plus tendre enfance.

                                            Aidez nous à marcher....aidez nous à terminer notre vie avec amour et patience. La seule façon qu’il nous reste pour vous en remercier, c’est un sourire et beaucoup d’amour pour vous.

                                            Vous êtes malheureusement par expérience conscients que tout le monde n’as pas la chance de devenir un jour « un vieux »une « vieille ».

                                            Quelques citations à méditer pour les tenants du conflit inter-générationnel, je rappelle qu’un certain Adolphe avait les mêmes intentions concernant certaines gatégories de populations que la peste brune jugeait économiquement non rentable , les handicapés, etc.......
                                            C’est merveilleux la vieillesse... dommage que ça finisse si mal. [François Mauriac]

                                            L’enfance, c’est l’envers de la vieillesse : c’est ne rien savoir et pouvoir tout faire. [Robert Lalonde]

                                            Le signe de la bonté chez les jeunes, c’est d’aimer la vieillesse ; et chez les vieux, c’est d’aimer la jeunesse. [E. Géruzez]

                                            La vieillesse ne me semble pas du tout le morne vestibule de la mort, mais comme les vraies grandes vacances, après le surmenage des sens, du cœur et de l’esprit que fut la vie. [Marcel Jouhandeau]

                                            L’âge mûr, c’est quand vos camarades de lycées sont si ridés et si chauves qu’ils ne vous reconnaissent plus. [Bennett Cerf]

                                            Passé soixante ans, quand on se réveille sans avoir mal quelque part, c’est qu’on est mort. [Ricet Barrier]

                                            Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves. [John Barrymore]

                                            Il fait bon vieillir. Etre jeune, c’était tuant. [Hjalmar Soderberg]

                                            On peut très bien avoir soixante ans sur son acte de naissance, quarante à la ville et vingt dans un lit. [Julien Besançon]

                                            Le dramatique de la vieillesse, ce n’est pas qu’on se fait vieux, c’est qu’on reste jeune. [Oscar Wilde]

                                            Chaque âge a ses problèmes. On les résout à l’âge suivant. [Maurice Chapelan]

                                            Différence entre la jeunesse et la vieillesse : la première a quatre membres souples et un raide ; la seconde, quatre membres raides et un souple. [Jean Delacour] (Mais pas toujours ! NDLR)

                                            Je suis dans la fleur d’un âge qui commence à sentir le chrysanthème.[Robert Lassus]

                                            Etre vieux, c’est quand vous connaissez toutes les réponses mais que personne ne vous pose plus de questions.[Bert Kruger Smith]

                                            Jamais homme sage n’a souhaité rajeunir. [Jonathan Swift]

                                            On ne peut s’empêcher de vieillir, mais on n’est pas obligé de vivre en vieux. [Joseph Rony]

                                            Quand je cesserai de m’indigner, j’aurai commencé ma vieillesse. [André Gide]

                                            La jeunesse est le temps d’étudier la sagesse, la vieillesse est le temps de la pratiquer. [Jean-Jacques Rousseau]

                                            On peut dire tout ce qu’on voudra sur la vieillesse. Ca vaut mieux que d’être mort. [Stephen Leacock]

                                            Nous désirons tous atteindre la vieillesse, et nous refusons tous d’y être parvenus. [Francisco de Quevedo]

                                            La vieillesse est si longue qu’il ne faut pas la commencer trop tôt. [Benoîte Groult]

                                            La vieillesse, c’est quand on commence à se dire : « Jamais je ne me suis senti aussi jeune ». [Jules Renard]

                                            Si la jeunesse est la plus belle des fleurs, la vieillesse est le plus savoureux des fruits. [Anne Sophie Swetchine]

                                            N’est-ce pas avoir assez vécu que de mourir sans regret ? [Marcel Jouhandeau]

                                            C’est quand on a tout donné, quand on ne tient plus à rien qu’on possède tout. [Marcel Jouhandeau]

                                            La vieillesse qui est une déchéance pour les êtres ordinaires est, pour les hommes de génie, une apothéose. [Anatole France]

                                            Vieillir, si l’on sait, ce n’est pas tout ce qu’on croit. Ce n’est pas du tout diminuer, mais grandir. [Marcel Jouhandeau]

                                            Vivre, c’est naître sans cesse. La mort n’est qu’une ultime naissance, le linceul notre dernier lange. [Marcel Jouhandeau]

                                            L’un des privilèges de la vieillesse, c’est d’avoir, outre son âge, tous les âges. [Victor Hugo]

                                            L’enfance, c’est l’envers de la vieillesse : c’est ne rien savoir et pouvoir tout faire. [Robert Lalonde]

                                            Ressasser des souvenirs est un signe de vieillesse. [Dominique Blondeau]

                                            Ce n’est que dans la vieillesse que l’homme devient vraiment lui-même. [Robert Charbonneau]

                                            La vieillesse bien comprise est l’âge de l’espérance. [Victor Hugo]

                                            La misanthropie de la vieillesse est moins une haine qu’une indigestion des autres. [Jean-Paul Richter]

                                            Ne pas honorer la vieillesse, c’est démolir la maison où l’on doit coucher le soir. [Alphonse Karr]

                                            La vieillesse est comparable à l’ascension d’une montagne. Plus vous montez, plus vous êtes fatigué et hors d’haleine, mais combien votre vision s’est élargie ! [Ingmar Bergman]

                                            Il y a on ne sait quelle aurore dans une vieillesse épanouie. [Victor Hugo]

                                            Les voyages forment la jeunesse et renforcent le scepticisme de la vieillesse..[Pierre Daninos]

                                            La vieillesse est une langue étrangère qu’il faut apprendre à un âge où le cerveau n’est plus guère disposé à acquérir de nouvelles connaissances. [Jacques Laurent]

                                            La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses ; la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies. [Proverbe allemand]

                                            Il ne faut pas reprocher aux gens leur vieillesse, puisque tous nous désirons y parvenir. [Bion de Boristhène]

                                            Pour finir sur une note plus optimiste

                                            Un vieux couple de 80 ans va chez McDo par une soirée d’hiver.
                                            Le vieux et la vieille passent à la caisse, paient le repas et vont s’installer à une table.
                                            Sur le plateau du vieillard se trouvent un hamburger, un paquet de frites et un Coca.
                                            Le vieux déballe le hamburger et le coupe en 2, il fait aussi la même chose pour les frites.
                                            Il place une moitié devant sa femme et l’autre moitié devant lui.
                                            Il prend une gorgée de Coca et donne ensuite son verre à sa femme qui en fait autant et qui replace le contenu du coca restant entre elle et son mari.
                                            L’homme commence à entamer sa part de hamburger, frites.
                                            Un jeune qui observe la scène depuis leur arrivée pense qu’ils n’ont pas les moyens de s’offrir un vrai repas chacun, il s’approche de leur table et, un peu gêné, leur propose de leur offrir un autre repas.
                                            Le vieillard le remercie et lui répond que tout va bien et qu’ils sont habitués à tout partager.
                                            Puis les gens autour d’eux s’aperçoivent que la vieille n’a encore rien touché et que de son côté, le mari est presque à la fin de son repas...
                                            Le jeune homme les supplie une dernière fois d’accepter.
                                            Cette fois, c’est la vieille dame qui lui répond que ce n’est pas nécessaire, qu’ils sont habitués à tout partager.
                                            A ce moment là, le vieillard a terminé son repas et s’essuie la bouche.

                                            Le jeune homme dit à la vieille :
                                            ’ Madame, pourquoi ne mangez-vous pas ? Vous dites que vous partagez
                                             tout... je ne comprends pas ??? et la dame répond :

                                            ’ J’attends encore son dentier...........
                                             
                                            A l’hospice, Ginette est la reine de la chaise roulante, catégorie plus de 85 ans.

                                            Elle adore foncer dans les couloirs, prendre un maximum de vitesse et les virages sur une roue.
                                            Parce qu’elle n’a pas toute sa tête, les autres pensionnaires tolèrent ses frasques.

                                            Certains, même, participent à son délire de reine de la route et de la vitesse :
                                            Un jour, alors que Ginette fonce dans le couloir, une porte s’ouvre et son copain Jacques s’avance vers elle, le bras tendu en criant
                                            - STOP !... Rangez votre véhicule sur le côté et arrêtez le moteur !
                                            Ginette s’arrête immédiatement et Jacques s’approche :
                                            - Bonjour, Madame, pouvez vous me présenter votre permis et les papiers du véhicule ?
                                            Ginette farfouille dans son sac, sort un emballage de gâteau, un vieux ticket de métro et les tend à Jacques
                                            - OK ! C’est en ordre, dit celui-ci, vous pouvez circuler !
                                            Aussitôt, Ginette repart en trombe sur sa chaise roulante....

                                            Plus loin, alors qu’elle prend son virage sur une roue, Hercule, un autre copain, se plante devant elle et demande :
                                            - Avez-vous l’attestation d’assurance de ce véhicule ?
                                            Ginette regarde de nouveau dans son sac et tend à Hercule une feuille de salade.
                                            Celui-ci fait semblant d’examiner la feuille et dit :
                                            - C’est bon ! Vous pouvez reprendre la route, Madame.

                                            Ginette repart, tourne au bout du couloir et tombe sur Mimile, planté au milieu du couloir.
                                            Il est nu et tient dans sa main, son sexe en érection.
                                            - OH NON ! dit Ginette. Pas encore l’alcootest !... 

                                            C’était pas un certain Adolphe qui pensait la même chose ?
                                             


                                            • friedrich 16 mars 2010 15:15

                                              Hitler n’ aurait jamais voulu se débarrasser de ses vieux par manque de soin et incitation au suicide... 


                                              Donc un zieg heil à l’ auteur qui nous permet enfin d’ affirmer que le fuhrer avait quand même un soupçon d’ humanité.

                                            • latitude zéro 16 mars 2010 15:38

                                              Je prend celle-là pour plusser

                                              Etre vieux, c’est quand vous connaissez toutes les réponses mais que personne ne vous pose plus de questions.[Bert Kruger Smith]

                                              Et celle-là pour « certains » ( hummmmmm suivez mon r’gard !)

                                              La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses ; la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies. [Proverbe allemand]


                                            • Voris 16 mars 2010 17:06

                                              « Etre vieux, c’est quand vous connaissez toutes les réponses mais que personne ne vous pose plus de questions » Eh oui ! Une pensée émue pour Giscard.


                                            • Voris 16 mars 2010 14:57

                                              Non mais l’idée n’est pas mauvaise. Cela dit, c’est con d’avoir commencé par Jean Ferrat.


                                              • fonzibrain fonzibrain 16 mars 2010 15:04

                                                excusez moi, mais c’est ironique ou c’est sérieux ?


                                                • Annie 16 mars 2010 15:04

                                                  J’espère comprendre qu’il s’agit de « suicides volontaires ».


                                                  • friedrich 16 mars 2010 15:34

                                                    Tout à fait ! Tu décides seulement de te suicider à 70 ans car à partir de cet âge on te donne plus rien à bouffer et que tu préfères sagement mourir dans la dignité, c’ est à dire ne pas mourir la bouche ouverte sur le trottoir avec un physique de squelette. 


                                                  • Papybom Papybom 16 mars 2010 15:05

                                                    Bonjour,

                                                    S’il est incontestable que les retraités sont une charge pour les générations, j’accepte de partir plus tôt. Nos enfants doivent pouvoir profiter d’un monde meilleur.

                                                    Pour rester cohérent, je demande avant de partir, de pouvoir emmener avec moi, une autre charge pour les générations futures. Par exemple, un homme politique ou un patron du CAC 40. En voila de bonnes économies en perspective.

                                                    J’attends celui qui déposera cette proposition de loi. Mais dépêchez-vous, moi j’ai déjà une idée pour mon partenaire du grand voyage  !

                                                    Cordialement.


                                                    • bob 16 mars 2010 15:57

                                                      Pas de problème. Je propose d’étendre cette loi aux journalistes foireux qui racontent n’importe quoi sur le net : ils n’auront pas le temps de devenir vieux et ne donneront pas lieu à toutes ces dépenses inutiles.


                                                      • Halman Halman 16 mars 2010 16:43

                                                        Rassurez vous, Sarkozy et Bachelot sont en train de détruire les hôpitaux de gériatrie.

                                                        Le notre de 900 lit il veut les faire passer à 400 à la hussarde avant les élections présidentielles.

                                                        Les vieux vont crever chez eux.

                                                        Tout va bien.


                                                        • fonzibrain fonzibrain 16 mars 2010 18:24

                                                          Attendez c’est vraiment un article qui dit qu’il faut tuer les vieux ?


                                                          he les enfants, autant faire un article en disant qu’il faut exterminer les juifs ou les musulmans parcequ’ils posent problème, non ?

                                                          si on peut diffuser des articles appelant aux meutres de masse, on est pas sorti de l’auberge, je veux croire que c’est ironique, ce n’est pas possible sinon...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès