Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le trio infernal, dettes, chômage, croissance, doit se résoudre en (...)

Le trio infernal, dettes, chômage, croissance, doit se résoudre en changeant de paradigmes

La crise financière de 2008 a engrossé les dettes publiques pour sauver les banques. Celles-ci se portent bien et empochent des intérêts sur les dettes publiques. Les politiques d'austérité, loin de résorber les dettes publiques, provoquent la stagnation, les récessions et la déflation : d'où la ''croissance'' du chômage. Les responsables politiques et les experts appellent de leurs voeux le retour de la mirifique croissance créatrice d'emplois et de rentrées fiscales supplémentaires. Après 7 années d'incantations et de mesures inadaptées il est grand temps de changer de paradigme et de logiciels d'interventions économico-financières.

Les politiques d'austérité imposées par la Troïka, avec réduction des salaires et des retraites, réduction du nombre de fonctionnaires, augmentation des taux des impôts, se traduisent dans la réalité par un doublement du nombre de chômeurs, avec des taux de l'ordre de 25% en Grèce, Espagne,... et de l'ordre de 40% chez les jeunes. Les PIB ont fondus de 10 à 25% par rapport à 2007, augmentant la dette publique relative en % du PIB d'un même facteur. Les déficits budgétaires gonflés pour soutenir les banques se réduisent peu à peu en pesant lourdement sur la consommation et sur l'activité. La demande est atone et réduite d'où l'impossibilité d'un développement de l'offre et de l'activité en absence de demande. La croissance n'est pas au rendez-vous et l'inflation induite par une progression de la demande reste nulle ou négative !

Le FMI en premier a constaté l'inadaptation des politiques d'austérité, suivi par toute la Troïka. Pour la Grèce, élève autrefois indiscipliné et manipulateur, les mesures imposées étaient des sanctions ruineuses pour le peuple grec. Devant leur inefficacité et l'importance des charges d'intérêts exorbitantes gonflant la dette, une partie de la dette publique a été annulée et les pays membres de l'Eurogroupe se sont portés garants des emprunts nouveaux de la Grèce, emprunts ne servant qu'à rembourser des échéances d'anciens emprunts.

Suite à l'arrivée de Siriza au pouvoir avec leur réputation de gauchistes contestataires de l'ordre néolibéral européen et mondial, la Troïka a durci ses prescriptions pour déstabiliser Siriza, au point de pousser Tsipras à la démission. La confirmation par de nouvelles élections de la légitimité d'un Tsipras plus réaliste va peut-être débloquer la situation grecque, puis celles des PIIGS.

Déjà la BCE a infléchi sa politique en rachetant quelques emprunts grecs sur les marchés financiers, et en ''remboursant'' les intérêts qu'elle perçoit sur ces emprunts. Puis par sa politique dite de QE d'injection de 60 Mds € par mois pendant 18 mois minimum (1080 Mds €) par création de monnaie pour racheter principalement aux banques des emprunts sur les pays de l"Eurogroupe, et plus particulièrement ceux des PIIGS, Grèce en tête. Le but officiel est d'injecter des liquidités dans le système bancaire pour permettre de soutenir les investissements des entreprises et soutenir l'activité. Après 6 mois, l'effet induit sur l'activité, la croissance et le chômage est quasi nul ! Le seul bon effet est la baisse de l'euro vis-à-vis du dollar, le surenchérissement des importations étant plus que compensé par la baisse du prix du pétrole et du gaz.

 

Un premier pas vers l'assainissement des dettes publiques

La politique de QE de la BCE devrait être étendue d'abord à la totalité des emprunts de la Grèce, y compris ceux souscrits auprès des membres de l'Eurogroupe ou garantis par ces derniers, de sorte que la Grèce se contente de rembourser sur plusieurs décennies seulement le capital dû à ce jour. Cette adaptation du QE concerne moins de 320 Mds€ (dette totale de la Grèce), soit moins d'un tiers du montant total initialement prévu. En parallèle, la BCE doit faire porter les efforts sur les cas les plus graves du Portugal et de l'Irlande en rachetant une grande partie de leurs dettes, puis sur l'Espagne et l'Italie pour une plus faible partie. La BCE adapte les remboursements en capital aux possibilités des États.

La Grèce, sans emprunts nouveaux pour rembourser les anciens, pourra ainsi rembourser progressivement la BCE, dans la douceur sur une cinquantaine d'années, car la BCE n'a pas de dividendes à verser à des actionnaires, et n' a pas à prendre en compte l'inflation dans sa comptabilité. Les autres pays des PIIGS seront dans une situation plus confortable d'austérité faible, supportable par les peuples et les entreprises. D'où l'apparition de sentiments de soulagement et de confiance retrouvée ! Il en résultera une petite croissance, une très faible inflation, mais pas une résorption massive du nombre de chômeurs, loin de là.

 

Un second pas pour réduire le chômage et retrouver une certaine croissance

Les experts économistes et financiers peuvent déblatérer dans les médias sur les mesures à prendre pour retrouver l'hypothétique voie de la croissance créatrice d'emplois, ils oublient l'essentiel, à savoir, qu'il faut créer des activités supplémentaires, pas nécessairement nouvelles, ne se substituant pas aux activités en cours. Les pouvoirs d'achat des consommateurs et les capacités d'investissements des collectivités publiques ont tendance à se réduire par manque de moyens. Certes les experts ne peuvent qu'être en accord avec la réflexion ci-dessus, et s'y opposer du fait de l'absence de financements pour des investissements à la rentabilité douteuse ne permettant pas les remboursements des capitaux majorés des intérêts. De toute façon, il existe sur les marchés suffisamment de liquidités pour s'investir dans des projets à forte ou moyenne rentabilité, suffisante pour retrouver leur mise majorée des intérêts ou dividendes. Ce qu'il faut envisager ce sont les réalisations à la rentabilité immédiate incertaine ou insuffisante sur le court/moyen terme mais à forte durée de vie. Quelle était la rentabilité originale dans la construction par les Romains du Pont du Gard et des arènes encore existantes ? De même pour la construction de la Cité de Carcassonne au moyen-âge et sa réhabilitation par Viollet-Leduc il y a plus d'un siècle. Et aussi pour la Tour Eiffel, le palais du Louvre, les remparts de Saint-Malo et de bien d'autres villes ou ports.

De nos jours les conséquences sur la planète et sur la santé humaine des activités humaines et industrielles s'expriment par le réchauffement climatique, les catastrophes climatiques, les pollutions de l'air, des eaux et du sol, la disparition de nombreuses espèces et la réduction importantes des ressources fossiles (hydrocarbures et minerais) et halieutiques. Dans tous les domaines les mesure à prendre dès maintenant coûteront moins cher que si on les diffèrent de quelques années et surtout de quelques décennies. Par exemple, les réalisations de transports en site propre, peu polluants comme l'extension du RER du Grand Paris ou les projets de métros ou trams dans les villes, sont des exemples d'infrastructures dont la durée de vie s'exprime en siècles et dont les coûts devraient être amortis sur au moins une cinquantaine d'années. Elles ne peuvent donc être financées par les marchés financiers exigeant des taux d'intérêts. Il en est de même pour les infrastructures de protection contre les inondations maritimes, pluviales ou fluviales. Lorsque que de grandes réalisations sont financées par le privé, le contribuable et le consommateur sont ponctionnés. Deux cas d'école : le premier, le Viaduc de Millau, magnifique réalisation, est amorti financièrement par des péages couvrant des taux d'emprunts de beaucoup supérieurs aux taux actuels de 1 à 2% consentis à la France ; le second, la production d'électricité dite renouvelable fait l'objet de subventions des collectivités publiques (pour le solaire) et d'un prix de rachat du kwh par les distributeurs nettement supérieur à leur prix de vente (solaire et éolien), la différence étant compensée par une taxe payée sur toutes les consommations des clients, taxe dont le taux augmente au fur et à mesure que les parcs d'aérogénérateurs et de photovoltaïques se multiplient ! dans les deux exemples, les profits et bénéfices vont aux ''investisseurs et financiers'', au détriment des consommateurs et contribuables qui ne peuvent plus alors alimenter la croissance tant attendue.

Tant que l'on reste dans le paradigme que seul le financement privé, dans des économies lessivées par la finance où les taux ce croissance restent inférieurs aux taux d'intérêts, permet de retrouver croissance, créations d'emplois et réduction du chômage, le marasme économique se perpétuera. La fourniture de QE aux banques par la BCE n'a que que de très faibles retombée économiques car le système actuel n'est que conforté par les émissions de QE.

La création d'activités supplémentaires, avec des emplois en conséquence, doit procéder d'un autre paradigme. Le QE pour assainir les marchés des dettes publiques et les ramener à des taux voisins de zéro appliqués par la BCE, taux comparables aux taux de croissance des PIB, reste une bonne initiative. La BCE doit aller plus loin en cofinançant avec les États des projets et réalisations non amortissables selon les critères usuels des banques, mais d'utilité publique locale, nationale ou planétaire. Les projets et réalisations concernées sont évoquées ci-dessus. La BCE finance alors directement 50% des montants TTC, les États et collectivités publiques les autres 50%, comme dans le dispositif DOMO, déjà explicité par l'auteur, sur Agoravox. Les travaux auront besoin d'une main d'oeuvre supplémentaire, car ne rentrant pas dans le système économique en cours. Donc baisse du nombre de chômeurs. La part (50%) du financement public sera plus que compensée par les prélèvements publics (taxes, impôts, charges sociales) supérieurs à 50% en direct et beaucoup plus en considérant l'activité indirecte y découlant. Les travaux ainsi financés dégageront une rentabilité insuffisante pour un financement bancaire, mais largement suffisante pour rembourser la BCE sur 50 ans (1% du coût des travaux par an). 100 milliards € de la BCE par an pendant 10 ans, soit 200 Mds € par an avec la part publique nationale, c'est en direct 2 millions d'emplois, et 5 millions en comptant les indirects  ! Le jeu en vaut la chandelle ! Il y aura aussi des profits pour les entreprises. Les banques seront court-circuitées sur une faible partie de leurs activités bancaires et surtout elles subiront une réduction potentielle de leurs profits : crime inacceptable quand bien même sans le DOMO les profits incriminés n'existeront pas !

Cette solution, ce nouveau paradigme n'étant pas présenté par une super commission d'économistes et de financiers dûment patentés, est nulle et non à venue, malgré son efficacité : ainsi va notre monde à sa perte !


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 6 octobre 2015 09:41

    Salut..

    Nous organisons une competition entre tout le monde ,tout le temps et partout, cela donne toujours le meilleur des mondes possible donc tout va bien pour nous !!!!

     il parait que cela viendrait des animaux, de la bête immonde qui sommeille en nous, ce qui est pure mensonge..cela signifie à la fin un gagnant pour 99 perdants, de la triche, des ententes illicites pour éliminer les autres soit financièrement soit physiquement, cela a tout un tas d’effets secondaires comme la violence constante, les conflits constant, la guerre, la torture, la destruction de civilisations , la famine, le chômage ,etc etc Alors j’aimerais bien que quelqu’un m’explique pourquoi venir râler quand ce qui se passe est totalement conforme avec nos choix de sociétés... ????? qui est je le rappelle : battons nous tous c’est la seule option !!

    faudrait arrêter de prendre tout le monde que pour des beufs non ??
    la voleur qui dirige cette planète vous fait croire cela, et vous en général et bien le prenez pour argent comptant...

    bon je vais aller pisser dans mon violon..

    salutations smiley


    • flourens flourens 6 octobre 2015 10:19

      j’adore la phrase « la Grèce pourra rembourser progressivement dans la douceur pendant 50 ans », venant de personnes qui ne savent même pas ce qui va se passer dans 6 mois, cela est impayable, regardez derrière vous à l’horizon de 50 ans et essayez de prévoir, je pense qu’à la place de Lagarde au FMI, Mme Soleil serait plus indiquée


      • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 2015 13:24

        on a oublié le quatrième.....l’immigration .....


        • ddacoudre ddacoudre 6 octobre 2015 20:18

          bonjour BOTOPO

          j’espère que tu comprends qu’en changeant de paradigme d’une organisation capitaliste en fait l’on ne change rien, seulement les sources de profit. ce fut schématiquement les possessions agricoles, puis les possessions minières, ensuite la production industrialisée, puis la monétarisation et les placements financiers et aujourd’hui la production de dette. au bout ce sont toujours les « mêmes » qui encaisse ce que tu fais donc en changeant seulement de paradigme c’est de déplacer la représentation des dominants.
          ceci n’est pas un reproche tous les jours nous subissons le poids de la pensée unique et une information faite pour vider les cerveaux afin que nous ne puissions sortir du moule et au mieux comme tu le décris proposer un moule semblable que l’on ne reconnaitra comme tel que lorsque les nouveaux possédant accumuleront les dettes créés pour de nouveaux objectifs.
          l’organisation capitaliste suit l’histoire anthropologie de l’homme qui en est encore à l’utilisation archaïque de sont cerveaux pour penser ses relations humaines.
          je te mets quelques liens.
          http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-capitalometre-112977777.html
          http://ddacoudre.over-blog.com/2015/02/pour-creer-des-emplois-il-faut-en-suprimer.html
          http://ddacoudre.over-blog.com/article-et-si-le-capitalisme-mourant-etait-source-d-evolution-65386382.html
          http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-capitalisme-est-la-marque-de-l-homme-prehistorique-120716748.html.
          http://ddacoudre.over-blog.com/article-l-entreprise-n-a-pas-vocation-a-creer-des-emplois-121976083.html
          http://ddacoudre.over-blog.com/55c7d999-e91f.html.
          cordialement.


          • hugo BOTOPO 7 octobre 2015 15:46

            @ddacoudre
            Merci pour tes réflexions pleines d’un certain bon sens.
            OK pour le rôle de la pensée unique et le contrôle de l’information, décervelantes.

            Le capitalisme s’accapare toutes les possessions sources de profits.
            Hier, humaines (esclavage), matérielles (terres agricoles, forêts, mines, haut fourneaux, métallurgie, hydrocarbures, énergies) avec du travail des hommes.
            L’or, base de la monnaie, était une richesse matérielle à accumuler.
            Aujourd’hui, depuis un certain temps, la finance (ex argent résultant du travail des hommes ou esclaves modernes) est trop souvent associée à une possession matérielle, travaillant dans les marchés financiers.

            Le paradigme nouveau que j’esquisse tient compte que l’argent n’est plus matériel, que ce n’est que des chiffres et qu’il ’’peut être produit’’ sans travail, sans ressources par des banques centrales. Si la production de monnaie est versée dans les caisses des banques : rien ne change. Si l’argent émis par la BCE sert uniquement à financer des travaux et investissements utiles et/ou indispensables mais non rentables et donc non finançables par les marchés financiers ou les banques, alors il y a un changement de paradigme, sans faire disparaître la soif de profits dans les entreprises chargées de réaliser les dits investissements. A la création de l’argent ab nihilo correspond des investissements utiles et du travail pour les hommes, pour les sortir du chancre du chômage.
            A bientôt ’’d’en découdre’’ !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès