Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le VRM ou la révolte du consommateur 2.0

Le VRM ou la révolte du consommateur 2.0

Le Marketing (ou la mercatique pour être « conforme ») est le processus de planification, d’exécution, de conception, de tarification, de promotion et de distribution des produits et services en fonction des comportements et attitudes des consommateurs. Ainsi, toute organisation cherche à s’adapter au public auquel elle s’intéresse pour stimuler des demandes convergeant vers ses propres objectifs.

Autrement : le marketing est l’effort d’adaptation des organisations à des marchés concurrentiels, pour influencer en leur faveur le comportement de leurs publics, par une offre dont la valeur perçue est durablement supérieure à celle des concurrents (Mercator, 8e édition, 2006).

A partir de là, les entreprises, ayant compris les enjeux stratégiques du Marketing en général et du CRM en particulier, ont commencé à mettre au point des outils de plus en plus sophistiqués (comme le DataMining) et à pratiquer des politiques marketing de plus en plus agressives sans pour autant mettre le client au cœur de leurs processus. L’approche CRM a longtemps privilégié le côté transactionnel par rapport au côté relationnel.

Sauf que le problème de fond de la plupart des systèmes de CRM boiteux, est que ces derniers "oublient" que telle personne a été cliente ou que telle autre ne veut plus être cliente. Donc, l’un des avantages du VRM, c’est que les clients peuvent réagir en toute confiance via des données pertinentes envers les fournisseurs.

Le VRM (Vendor Relationship Management), nouveau paradigme "inventé" par Harvard, est l’inverse du CRM ou Customer Relationship Management. En quelques mots, disons que le VRM fournit aux consommateurs les outils pour trouver les produits et services les plus adaptés à leurs attentes en se basant sur les offres des fournisseurs.

Donc le VRM serait-il une réaction de « légitime défense » à des pratiques CRM devenues trop intrusives et mal adaptées ? Serait-il une réaction à un concept 4P devenu trop manipulateur comme expliqué dans VRM’s Vision ? En effet, il semblerait que l’approche traditionnelle 4P (Price/Prix, Product/Produit, Promotion/Communication, Place/Distribution) a compromis le CRM ou plus précisément le Marketing relationnel à l’égard du consommateur en le manipulant de façon exagérée.

Est-ce que le CRM - devenant trop manipulateur à cause des pratiques 4P - a perdu de sa crédibilité face à un consommateur devenu plus intelligent et mieux averti ?

Grâce aux outils et technologies internet, le rôle du client est et sera beaucoup plus important au niveau relationnel et au niveau de l’interactivité. Le VRM répond-il à cela ? Les jours qui viennent nous le diront.

Mais pour que ce paradigme puisse fonctionner, fournisseurs et consommateurs doivent pouvoir l’évaluer, doivent investir beaucoup de temps et d’efforts. Une synergie entre toutes les parties, mais surtout beaucoup d’efforts de la part des consommateurs est le principal défi pour un succès du VRM. 

Pour aller plus loin, voir le site www.vrmio.org


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Plum’ 16 janvier 2008 15:04

    « Le Marketing (ou la mercatique pour être « conforme ») »

    Pour parler correctement français.

    « Vendor Relationship Management » [...] « Customer Relationship Management »

    Pas de traduction...

    2.0

    Ah, si c’est du 2.0 !!....


    • VRMIO 16 janvier 2008 22:22

      Mea culpea , En français :

      Le CRM ( Customer relationship management ) = GRC ( gestion de la relation client )

      VRM ( Vendor relationship management ) = GRF ou GRV ( gestion de la relation fournisseurs ou Vendeurs )


      • k2pal k2pal 17 janvier 2008 07:45

        Déjà le titre est fumeux et me fait doucement rigoler....

        Un paradigme (?) sorti de Harvatd pour le bien (être) du consommateur ?????

        "En quelques mots, disons que le VRM fournit aux consommateurs les outils pour trouver les produits et services les plus adaptés à leurs attentes en se basant sur les offres des fournisseurs."

        le VRM fournit : c’est qui qui fait quoi ? Le consommateur va faire du VRM ???? Enfin le consommateur 2.0 alors !!!!

        Vous croyez vraiment tout ce que vous lisez ?

        C’est un outil de plus au service des entreprises pour donner une illusions de choix aux gogo(google)consommateurs.

        Le marketing met toujours le client =le marché au centre de sa démarche (par définition), aujourd’hui comme demain, simplement les outils dont le monde dispose permettent un habillage plus incidieux, la pensée(sic) d’être libre de son choix (re-sic) sur la base de critères qui seront parfaitement ciselés et adaptés PAR les MARKETEURS(vendeurs fournisseurs) qui disposeront de données catégorielles beaucoup plus fines et personnelles (cf DONNEES -informations personneles- données "librement" par les individus qui s’adonnent (s’abandonnent) dans un absence de tissu social à une quête effrenée de "contacts" via Facebook et consorts, écho de leur égo en mal de croissance et de leur solitude effarente !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès