Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le XXIème siècle sera la fin de la dette ou ne sera pas !

Le XXIème siècle sera la fin de la dette ou ne sera pas !

Comment en finir avec la pensée unique quand on parle de la dette ? Beaucoup d'économistes peu transparents et souvent affiliés à des conseils d'administration nous expliquent la nécessité des cures d'austérité, l'obligation du remboursement de la dette, du besoin vital des bonnes notations, du redémarrage de la croissance. La dette est donc bien plus qu'un simple problème économique elle recentre toute notre vie sur son remboursement, et donc à notre niveau sur le travail.

Quel que soit le pays du Nord au Sud, la dette est un élément fondamental pour les prises de décisions politiques. Même au sein des entreprises qui n'a jamais entendu cette phrase : "C'est la crise voyons !". Les salaires gèlent voire diminuent, le temps de travail augmente, le stress lié à la performance aussi. D'un point de vue morale on assiste à une perte des valeurs, fini l'histoire des peuples, le vivre ensemble, la solidarité. La sacralisation du travail est omniprésente, omipotente. Les enfants doivent réussir de plus en plus tôt, de plus en plus vite. A la trappe les études longues développant l'esprit critique, vive les BTS, BAC PRO, et métiers manuels. Les discussions sur la nécessaire et inévitable décroissance sont tournées en dérision. Pourtant peu de gens s'y retrouvent les chiffres du mal être au travail le montrent. Les travailleurs sont malheureux et ne comprennent pas pourquoi ils se lèvent le matin.
Ce mal-être est compréhensible et même cohérent. Les candidats à l'élection de 2012 l'ont compris et surfent tous sur ce malaise. Pourtant bien peu l'expliquent et y apportent une solution.

La dette des états c'est simple. Les institutions privées vont prêter aux états en recherchant des placements sûrs et généralement à rendement peu élevés. Là où vous mettez de l'argent sur votre livret A plutôt que sur votre PEA. Eux le prêtent à l'état. En tant qu'institution privée cette "dette contractée" peut devenir une source de revenus importantes mais surtout régulières. Par période vous savez que le "coupon", les intérets de l'obligation de l'état emprunteur va tomber.

Il y a donc un intéret dans tous les sens du terme pour que cette dette soit remboursée car elle permet l'enrichissement du créancier. Je m'attarde une seconde sur ce point. L'enrichissement, peu de gens prennent conscience du sens de ce mot dans nos sociétés. Pourtant il est essentiel pour décéler le fond des décisions de nos dirigeants d'entreprise ou politiques. Selon eux l'enrichissement est le seul moyen de redistribution des richesses ! Je suis riche je peux donc créer des emplois, payer mes employés, augmenter leurs salaires, acheter et vendre des produits, participer au circuit économique keynésien ( production, revenu, consommation). L'enrichissement personnel ou bien même l'enrichissement d'une entreprise n'est donc pas mal en soit, elle est même recherchée car on s'imagine ce n'est que comme ça que la prospérité se fait. Il n'est pas étonnant de voir des rémunérations de plusieurs millions au sommet de certaines entreprises car les premiers à bénéficier de ce principe d'enrichissement doivent être ceux qui le créent. Cet élément simple que beaucoup admettent comme une évidence est cependant contestable.

Là où Karl Marx théorisait la lutte des classes, aujourd'hui nous sommes dans un système plus complexe où peu d'élus peuvent profiter des opportunités et surtout beaucoup devront soutenir leur train de vie. Nous pouvons voir qu'il y a un rapport de force, je ne dirai pas entre plusieurs classes, mais plutôt entre créanciers et débiteurs. Le problème avec le système de la dette c'est que ceux qui peuvent en profiter sont nécessairement détenteurs de capitaux importants. Peu d'individus peuvent se permettent d'accorder une ligne de crédits de 100 milliards à la Grèce, et surtout à en porter le risque. C'est là où des sociétés privées à forte capitalisation rentrent en jeu. Les banques universelles sont de ceux là, les assurances aussi. Pourquoi ? Car vos dépots représentent une source de garanties ou de placements potentiels, et vos cotisations des sommes qui ne seront pas forcément remboursées sauf en cas de sinistre.

On comprend le rôle des institutions privées dans la dette maintenant il faut aussi comprendre leur rôle dans le débat citoyen. La pensée unique, celle qu'on nous envoie comme du bon sens c'est de rembourser la dette.
Ca parait évident on prête de l'argent à l'état, on s'attend à ce qu'il soit remboursé. Et si il veut en emprunter à nouveau, il a intérêt à le rembourser. Enfin si l'état ne le rembourse pas vu les montants engagés et le poids des créanciers dans l'économie ça ruine le pays pour ne pas dire le monde. Il faut donc rembourser la dette par tous les moyens, et je dis bien par tous les moyens ! Austérité, augmentation d'impôt, casse du droit du travail, interdiction de grève, gel et baisse des salaires, augmentation du temps de travail. Les intérets doivent absolument être remboursés même si cela passe par une reféodalisation du monde. Cette baisse des déficits pourrait sembler une très bonne idée si en France plus de 50% du budget ne servait pas au remboursement de la dette.

Sur ce point il y a une malhonnêteté intellectuelle voire une inconscience de nos élus, de nos candidats, et de nos médias. Ils nous poussent à la rigeur comme une obligation sans prendre en compte des réformes structurelles simples dont je parlerai plus bas. L'une veut faire le changement écologique pour redémarrer la croissance, créer de nouveaux emplois, et ainsi rembourser la dette. L'autre nous parle d'imposer tous les riches, toutes les grandes sociétés pour faire rentrer l'argent et rembourser la dette. Un autre encore parle du coût de la CAF, et des fraudes à la sécu pour diminuer les dépenses et rembourser la dette. Quand on a pas celle qui nous explique que les immigrés sans le sou en sont la principale cause et que leur expulsion permettra de rembourser la dette. Quant à nos médias bien peu décortiquent la dette ou parlent du processus d'insolvabilité qui a été organisée en Grèce. L'objectif est de nous faire croire que la dette est là et doit être remboursée que ce soit en guillotinant les plus riches, en plantant des panneaux solaires, ou en supprimant la sécu.

Pourtant aujourd'hui la nécessité de la dette vient surtout et avant tout comme je l'ai dit au fait que 55% du budget de l'état français est consacré à son remboursement. Plus généralement les emprunts que font les états aujourd'hui ont pour objectif de rembourser les intérets d'autres emprunts. Pourquoi me direz vous ? Car il est devenu impossible aux états de se financer autrement qu'avec les marchés ! Et depuis une trentaine d'années nous avons vu un long glissement des recettes de l'état : l'imposition. D'ailleurs c'est étonnant, ces mêmes institutions où on retrouve des personnalités politiques et médiatiques ont poussé à l'érosion de la fiscalité en prétextant du frein qui s'exercait sur les personnes, et les entreprises (toujours ce fameux enrichissement).

Quelles que soient nos décisions, nos orientations, nos réflexions. Nous sommes dans une impasse ! Sur cette voie un défaut de paiement est programmé.

"Lorsque vous avez éliminé l'impossible ce qui reste si improbable soit-il est forcément la vérité."

Mis à part un miracle... L'improbable doit être envisagé, il ne faut plus rembourser la dette. Cet évènement doit être réfléchi pour en comprendre les conséquences et débloquer les mentalités.

Il y a deux problèmes dans le non remboursement de la dette : la faillite des créanciers privés, et l'insolvabilité des états. Inquiétant ? Pas tant que ça.

En tant que créancier, une banque par exemple, si votre ligne d'actifs, l'emprunt d'état vient à s'arrêter c'est un revenu en moins dans votre bilan comptable. Si plusieurs milliards viennent à manquer, vos dépenses deviennent plus importantes que vos revenus et c'est la faillite. Dramatique ! Insensé ! Plus de banques, donc plus de crédits. Plus de crédits, donc plus d'entreprises ni de consommation. Bref la fin du monde ! Et bien non !

Non car l'état a une solution celle de nationaliser les banques comme ça a été le cas durant la crise des subprimes. Le fait de nationaliser les banques, et de ne plus les voir comme des instituts d'enrichissement aura pour but de mettre fin au monde de la finance, fini les produits dérivés, et les montages financiers. L'argent sera au service de la production au lieu d'avoir une production au service de l'argent. Si votre ennemi c'est la finance, vous ne pouvez la combattre que comme ça !

Les grosses entreprises par capitalisation ne pourront plus exister. Les moyens financiers n'étant plus suffisant, et les investisseurs s'en détournant. Dramatique ! Insensé ! Et bien non, la solution ce sont les entreprises coopératives. Quand les actionnaires ne veulent plus investir dans la boite, il faut compter sur la force de ses salariés. A travers leur épargne, leur salaire, ils deviennent les propriétaires. L'économie réelle celle des travailleurs, des entrepreneurs reprendra sa place. Fini les bulles internet, fini les restructurations boursières. Bienvenue dans le monde réel. Bien loin du kolkhoze russe, la propriété privée n'est pas abolie, bien au contraire elle est détenue par tous ces acteurs. Fini la loi du plus fort, et des objectifs définis par des PDG mal éclairés. Pour avancer il faut être engagé dans son entreprise. L'autorité devient horizontale et comme pour un état les décisions sont collectives.

Là normalement vous me dites c'est bien mais la dette est détenue à 60% par des étrangers en France comment on fait ? Et bien face au front commun des créanciers étrangers il y a la possibilité de négocier et de leur dire "Peanuts" comme ça s'est passé en Grèce, en Argentine, en Equateur, en Allemagne, en France, ... Bref dans quasiment tous les pays du monde à un moment ou à un autre de leur histoire. Je rappelle que les investisseurs privés ont renoncé à 75% de leur dette grècque. Et ils ont pris cette décision pour ne pas être dans l'obligation de renoncer à la dette espagnole, à la dette française, à la dette allemande, ... D'autres solutions sont possibles comme le paiement de la dette en nature ou bien comme ça s'est fait en Equateur annoncer l'insolvabilité du pays affolant les créanciers qui vont chercher à se débarasser de leurs titres de dettes à n'importe quel prix que finalement l'Equateur à racheter se réapropriant sa dette à tout petit prix. L'opacité des plateformes d'échange de titres permet ce genre de tour de passe passe.

Ensuite l'insolvabilité des états. Aujourd'hui pour financer la sécurité sociale, les allocations chômage, grosso modo le système de protection sociale. Il faut emprunter car les recettes ne suffisent plus comme elles n'ont jamais suffit à bon nombre d'états au cours de l'histoire. L'insolvabilité empêcherait donc l'état de financer les services de base. Les mères de famille ne toucheraient plus leurs allocations, et ne pourraient plus donner du lait à leur bébé. Les vieux erreraient hors de maisons de retraites fermées dans des rues pleines d'ordures. Bref l'Apocalypse ! Et bien non !

Aujourd'hui on emprunte l'argent aux banques mais ces banques sont privées. Il y a donc un problème d'indépendance. Une banque pense à ses profits pas à ceux du pays. Il faut donc une banque nationalisée qui appartient à l'état lui accordant des emprunts à 0%. Ces emprunts peuvent créer de l'inflation mais l'inflation peut être maitrisée et controlée par divers moyens : création d'une nouvelle monnaie, indexation sur une valeur réelle, revalorisation, ... Bref le problème de l'inflation s'est posée pendant des siècles et des siècles à tous les régimes depuis que la monnaie existe et ils ont toujours su le régler par diverses mesures. Ca ne fait que quelques dizaines d'années qu'on imagine que l'émission privée de la monnaie peut résoudre tous les problèmes. Grâce à une banque centrale étatique, l'état doit pouvoir s'endetter à des taux proche de 0% car l'argent du contribuable doit servir exclusivement à l'investissement et non au remboursement d'intérets imaginaires. Le spectre de l'inflation, la peur de l'irresponsabilité politique doit être oublié ! L'irresponsabilité c'est de laisser une dette mondiale de 46 000 millards de dollars !

source : the global debt - the economist


L'augmentation des recettes est aussi une solution. Plus d'impôts signifie moins de dettes. Il est préférable de se sacrifier dans un intéret commun que dans un intéret privé. Les boucliers fiscaux à 50% sont une aberration ! L'imposition à 75% au premier million une vaste blague ! Une fiscalité digne de ce nom doit être totale et démoralisante pour les fortunes personnelles. Une imposition à 100% au-dessus d'un certain seuil de revenu n'est pas incohérent avec la vision d'un vivre ensemble. Le patrimoine immobilier peut aussi faire l'objet d'une sévère correction fiscale. Chacun a le droit d'accéder à sa première résidence principale et de vouloir évoluer dans ses envies mais la création de bulles spéculatives comme c'est le cas à Paris doit être stoppée par une imposition des plus values immobilières de 100%. Et ne vous scandalisez pas, ni ne vous émouvez pas à ces mots ! L'impôt des riches n'est pas celui des pauvres. Ni dans le volume, ni dans l'envie de ne pas le payer. Ces riches qui comme nos institutions crient à la fin du monde si on leur impose des règles mais qui sont les premiers voyous de la planète. Exemple en Italie, la chasse aux fraudeurs fiscaux fait des ravages auprès de la communauté Forbes. Les millionnaires désespèrent face au système Serpico (superordinateur recoupant les données bancaires) :

"Recruté il y a cinq ans, Serpico a déjà débusqué 350.000 fraudeurs dont 518 propriétaires d'avions privés et 42.000 de bateaux de plus de 10 mètres. Inutile de préciser que ces joyeux drilles ne déclaraient pas plus de 20.000euros de revenu annuel."

Endoctriné, notre pensée ne conçoit plus une redistribution efficace des richesses. La peur, et la désinformation embrouillent notre esprit face à des problèmes simples et évidents. Posez vous les bonnes questions et demandez vous :

Préfèrez vous des sacrifices pour une société plus juste ou des sacrifices pour rembourser une dette malhonnête ?

Documents joints à cet article

Le XXIème siècle sera la fin de la dette ou ne sera pas ! Le XXIème siècle sera la fin de la dette ou ne sera pas ! Le XXIème siècle sera la fin de la dette ou ne sera pas ! Le XXIème siècle sera la fin de la dette ou ne sera pas !

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 13 avril 2012 08:05

    Depuis des décennies on nous rabâche les oreilles avec un discours culpabilisateur bien connu « les caisses sont vides, les français vivent au dessus de leurs moyens ». Ceci dans le seul but d’accepter la diminution des dépenses publiques et de justifier les baisses d’impôts qui vont avec....
    Lire pour voir la verité autrement :
    http://2ccr.unblog.fr/2012/02/06/la-fameuse-dette/


    • oncle archibald 13 avril 2012 11:53

      Je visualise mal comment on peut croire à ce que vous venez d’écrire ... Vous pensez que chacun, qu’il soit particulier, ou entreprise, ou collectivité locale, ou collectivité nationale, peut emprunter sans jamais avoir à rembourser ... Si c’était vrai ça se saurait me semble-t-il .... 

      Votre discours est simpliste, juste bon pour quelques illuminés qui croient encore que demain on va raser gratis ... Il s’adresse aux « cons » que feu Georges Freche visaient dans ses campagnes électorales, ceux qui ne réfléchissent pas, ceux dont on peut acheter la voix avec une partie de pétanque et un verre de pastis .. Après ils sont contents, ils t’aiment et ils votent pour toi disait-il ciniquement ..

    • Robert GIL ROBERT GIL 13 avril 2012 15:38

      archibald,
      verifiez que vous n’etes pas atteint du syndrome donc je vous joint le lien, prennez votre temps et lisez calmement....
      http://2ccr.unblog.fr/2010/12/22/le-syndrome-du-larbin/


    • nestilpas nestilpas 13 avril 2012 18:55

      Lettre aux Françaises et aux Français d’un soutien de M. Bayrou en cas de défaite. Comme si j’etais lui. 



    • oncle archibald 14 avril 2012 10:00

      Robert Gil : j’ai suivi le fil et j’ai lu « l’article » en me tenant les cotes. J’ai retenu le post scriptum : « Cet article est catégorisé sous Humour et Dérision » ... C"est effectivement marrant et dérisoire.


    • Buddha-dassa 13 avril 2012 08:43

      Merci des propos......
      l’argent n’existe pas, il n’a pas de valeur, il est illusion.....l’or ne se mange pas, et tout ce qui est fabrique de par le monde l’est uniquement grâce a un travail collectif....communiste...le voleur hait cela car fini la paresse et les villa a 3000 chambres...c’est que pour ca+ certains qui croient que ce qui est écrit dans de vieux livres pour faire peur aux enfants va s réaliser que ce monde est ce qu’il est...on est bien con aussi faut dire smiley

      qui comprends que l’argent est une illusion ? le jours ou on comprends que ce sont des gens qui font tous en travaillant collectivement , là çà changera ,pas avant...
      l’argent est une invention du voleur pour voler sans travailler ...en payant des sous voleurs....qui vont voler celui qui travaille réellement....et ceux qui bossent se battent entre eux aussi....quel merdier... ? smiley

      les voleurs dirigent et on bosse pour eux....mais ils ont appris à manipuler les mots, et le couillon de base n’ voit que du feu..comme : c’est Le Corbusier qui a construit cette maison...mensonge !!! la vérité est : c’est le Corbusier qui a fait les plans de cette maison construite par des artisans maçons ,plâtriers ,couvreurs ,charpentiers ,électriciens etc etc...qui voit cela ? personne.....enfin moi si....lorsque je le fais remarquer je vois bien que ca n’arrive jamais aux neurones......alors les élites d’accord mais je me dis : qu’est ce qu’on pourrait faire si on était moins con !!!!????


      • Romain Desbois 13 avril 2012 19:46

        Non l’argent (la monnaie) n’est pas une illusion, c’est une unité de mesure, comme l’est le litre ou le kilo.

        Pour le reste je suis d’accord.


      • Buddha-dassa 13 avril 2012 08:47

        Et cerise sur le gâteau....il n’y a pas besoin d’architecte pour construire de maisons, mais d’artisans ,d’ouvriers si...

        c’est le berger qui a besoin du troupeau , le troupeau(nous) on n’a as besoin de berger...le jours ou ce sera compris en profondeur la vie pourra alors naitre sur la terre....

        qu’est ce que naitre,vivre et mourir sur terre pourrait être « etrangement beau » si on était moins con !!!


        • oncle archibald 13 avril 2012 10:13

          " il n’y a pas besoin d’architecte pour construire de maisons, mais d’artisans ,d’ouvriers si...« 

          Espèce de Boudha sans raison essaye de réfléchir à cela : on n’a pas besoin de medecin pour se soigner, mais de laboratoires et d’infirmiers si ... 
          C’est juste pour construire la niche du chien ou soigner son rhume avec de l’aspirine que l’on n’a besoin ni d’architecte ni de médecin....

          Il n’y a aucune raison de mépriser le travail manuel, mais pas davantage de mépriser le travail intellectuel. Feu mon excellent confrère Tony prenait quatre semaines de vacances dans son pays natal, l’Espagne, en disant : »je ne vaux rien de plus que le facteur, mais rien de moins non plus" ..

        • Buddha-dassa 13 avril 2012 12:17

          le travail intellectuel est le parasitage du manuel....le premier métier est chasseur ou agriculteur..ensuite vient ceux qui font des abris...etc etc....le manuel ne reflechirait pas d’apres toi ? vaste blague,gros mensonge....le monde est dirigé par des voleurs qui sont de vrais faignant et veulent asservir celui qui travaille vraimnt,voila un fait absolu.. smiley
          mais en vivant comme si tu ne mourrais jamais tu ne seras pas vivant...voila le message...


        • oncle archibald 14 avril 2012 10:14

          Monsieur  Boudha va donc faire un tour à Barcelone et visite le chantier de la Sagrade Famille ouvert depuis plus d’un siècle .. Tout le monde réfléchit sur ce chantier. Tous les exécutants, ceux qui de leurs mains réalisent les ouvrages conçus il y a plus d’un siècle par Antoni Gaudi, réfléchissent à ce qu’il avait imaginé pour pouvoir le réaliser parce que c’est vachement compliqué et subtil. Ils valent tout autant que lui. Cet homme génial avait une vie totalement spartiate, mangeait une tomate et un bout de pain, bossait 12 heures par jour et n’exploitait personne. 

          Mépriser le travail intellectuel est complètement stupide, je maintiens. Vouloir ramener tout le monde à l’age des cavernes pour vivre de chasse et de pêche aussi. Jamais un architecte ne méprise « l’ouvrier » terme très noble qui signifie « celui qui exécute l’oeuvre ». Un architecte apprend beaucoup sur les chantiers. Son travail est différent de celui de l’ouvrier mais tout aussi respectable. J’ai bien dit aussi respectable, ni plus, ni moins. 

        • devphil30 devphil30 13 avril 2012 10:28

          Merci Jeremy971 pour votre excellent article 


          Rassurez moi ce n’est pas vous qui êtes sur le premier document joint allongé au milieu des billets sur un île smiley

          Sinon pour être plus sérieux , postuler pour un poste de ministre de l’économie ( le poste va se libérer dans moins de 30 jours ) , vous avez un raisonnement et une connaissance supérieure au pantin dont nous sommes affublés.

          La vision politique de la droite n’est pas en phase avec ce que vivent les Français dans leur immense majorité , si le berger ne sait pas s’occuper du troupeau , il faut changer de berger.

          Philippe 
           

          • Romain Desbois 13 avril 2012 15:49

            Tant que l’on voudra couvrir de plantes vertes la Tour Eiffel (plus de 70 millions d’euros), tant que l’on paiera les cigares des ministres, les voyages du week-end du 1er ministre, le gros navion du Tsar Kozy 1er , des Boutins de la république, que l’on construira des stades, que l’on financera des hippodromes, que l’on militera pour avoir les JO en France , je ne croirais pas que la dette est inéluctable.


            • oncle archibald 14 avril 2012 10:18

              Parfaitement d’accord avec vous. On aurait pu, que dis-je, on aurait du éviter tous ces gaspillages à la con.

              La dette n’a rien d’inéluctable. En revanche son remboursement l’est.

            • xray 13 avril 2012 16:13


              Le capital de la Dette publique 

              De droite comme de gauche, les élus politiques sont au seul service du capital de la Dette publique. 
              Ils n’ont pas de compte à rendre aux électeurs. 

              Le capital de la Dette publique 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2011/12/27/le-capital-de-la-dette-publique.html  



                • Soi Même 13 avril 2012 19:05

                  En attendant, il y a plus de change que cela finisse en pugilat !


                • BA 13 avril 2012 21:22

                  14 avril 1912 :

                   

                  Le Titanic vire, mais heurte l’iceberg par tribord et le choc fait sauter les rivets, ouvrant ainsi une voie d’eau dans la coque sous la ligne de flottaison. Les portes étanches sont alors immédiatement fermées par Murdoch afin d’éviter une voie d’eau plus importante. Mais l’eau commence à envahir les cinq premiers compartiments du bateau. Or, le Titanic ne peut flotter qu’avec au maximum quatre de ses compartiments remplis d’eau.

                   

                  Source : article « Titanic » dans Wikipedia.

                   

                  Cent ans plus tard, presque jour pour jour : le Titanic "ZONE EURO" a cinq compartiments remplis d’eau.

                   

                  L’eau est entrée dans le compartiment grec, ensuite l’eau est entrée dans le compartiment irlandais, ensuite l’eau est entrée dans le compartiment portugais.

                   

                  Maintenant, l’eau entre dans le compartiment espagnol et dans le compartiment italien.

                   

                  L’Espagne et l’Italie entraînent maintenant tous les autres Etats européens vers le fond de la mer.

                   

                  Comment les Bourses réagissent-elles au naufrage de l’Espagne et de l’Italie ?

                   

                  Italie : - 3.43% 

                  Espagne : - 3.58% 

                  Suisse : - 0.87%

                  Pays-Bas : - 1.53% 

                  France : - 2.47% 

                  Norvège : - 1.01% 

                  Russie : - 0.46%

                  Pologne : - 1.26% 

                  Allemagne : - 2.36% 

                  Belgique : - 1.53% 

                  Royaume Uni : - 1.03% 

                   

                  Le Titanic « ZONE EURO » prend l’eau de toutes parts.

                   

                  http://www.youtube.com/watch?v=Vxz8p3QdD3Q


                  • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 14 avril 2012 10:34

                    Bon article
                    Je rajoute qu’aucun pays ne pourra jamais rembourser sa dette publique, et que pour seulement équilibrer les budgets il faut - en France - un solde primaire de 50 milliards d’euros chaque année (sensiblement ce que nous payons en intérêts). La dette publique est une patate chaude que se passent les « zinzins » à chaque échéance, en espérant que les suivants voudront bien payer pour que le pays puisse racheter la dette qui roule en plus des intérêts et des déficits de l’année . Un jour ou l’autre il n’y aura plus d’acheteurs ... c’est ce qui s’est passé pour la Grèce

                    Entre 1200 et 1400 milliards d’euros d’intérêts payés depuis 1978 (l’imprécision du chiffre est du à ce que l’INSEE ne fournit pas le montant des intérêts payés par les APU sur la dette au sens de Maastricht) ... si nous n’avions pas du payer d’intérêts notre dette serait au mieux de 10% du PIB, au pire de 20%, justement ce qu’elle était en 1978...

                    Origine de la dette publique : http://monnaie.wikispaces.com/Etude+194-}2010


                    • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 14 avril 2012 10:39

                      Le lien ci dessus est erroné, le bon lien est celui-ci


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 avril 2012 14:07

                      MESSAGE URGENT AUX PARISIENS

                      (même à ceux qui le sont seulement pour la journée)

                       

                      Si vous allez au meeting politique de Vincennes

                      n’oubliez pas d’aller aussi, tout de suite après,

                      au SALON REALITES NOUVELLES 2012

                      C’est à deux pas, dans le parc floral et,

                      j’y suis allé hier : C’est cette année

                      un très bon cru

                      (en plus c’est gratuit)


                      • Old Dan Old Dan 16 avril 2012 08:42

                        La dette, la dette, ...
                        Quelle dette ? Et à qui ?...

                        Ohé, mon cambrioleur,
                        vous êtes entré chez moi
                        en toute légalité mais sans mon avis.
                        Et vous avez oublié ces bijoux !
                        Mais je vous les apporterais pièce par pièce,
                        tous les ans pendant 15 ans...

                        (On marche sur la tête !)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès