Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les actionnaires EDF veulent plus que la lumière

Les actionnaires EDF veulent plus que la lumière

Les salariés-actionnaires d’EDF viennent d’écrire une lettre au Gouvernement et aux parlementaires critiquant l’extension d’un dispositif protégeant les clients industriels et professionnels contre des hausses de prix excessives. Sous prétexte de défendre les intérêts de l’entreprise, ils ne font en fait que chercher à augmenter encore leurs gains vertigineux en tant qu’actionnaires.

Dans un mouvement inédit, les salariés-actionnaires d’EDF viennent d’écrire une lettre aux parlementaires et au Gouvernement critiquant l’extension d’un dispositif réglementaire : le tarif d’ajustement du marché ou TARTAM[1]. Ce dispositif permet aux industriels et aux professionnels de continuer à bénéficier de conditions de prix modérées alors même qu’ils n’ont plus le droit aux tarifs réglementés traditionnels.

On comprend que les actionnaires aient un intérêt à supprimer tout plafonnement des prix qu’EDF doit pratiquer car ceci revient in fine à réduire les revenus d’EDF et donc la valeur de l’action. Cependant, les actionnaires-salariés, qui ont pour la plupart acheté leurs actions à moins de 25 € (après remise de 20% sur le prix d’ouverture, abondement de l’entreprise et distribution d’actions gratuites) ne peuvent pas vraiment se plaindre de leur situation actuelle : l’action EDF vaut actuellement 62 € soit un gain de 148% en 30 mois.

Mais le capitalisme vu des salariés d’EDF, est le capitalisme du « toujours plus » : pourquoi se contenteraient-ils d’une plus value de 148% alors que si les prix de l’électricité étaient totalement libéralisés, ils pourraient engranger des gains encore plus colossaux ? Ce faisant, ces salariés modèles ne font d’ailleurs que suivre l’exemple donné du plus haut de l’entreprise publique puisque M. Gadonneix, PDG d’EDF a vu son salaire augmenter de 92% en seulement deux années (voir par exemple l’article le concernant sur Wikipedia, dont j’ai recoupé les calculs).

Il est plus surprenant de voir les salariés justifier leur demande dans l’intérêt même de l’entreprise. En effet, à les entendre, le TARTAM pourrait nuire à la « compétitivité » du groupe EDF. J’ai du mal à comprendre comment une baisse des prix peut réduire la compétitivité d’un groupe : la compétitivité est liée aux coûts de l’entreprise (on peut réduire la compétitivité en taxant une entreprise, ce qui réduit la capacité de l’entreprise à baisser ses prix et donc à contrer la concurrence), non à l’imposition de prix bas.

Il est vrai que le mécanisme du TARTAM est plus complexe que ce je décris, mais l’essentiel est là : plus que d’une baisse de compétitivité réelle du groupe les salariés-actionnaires comme les dirigeants d’EDF se plaignent au fond que le TARTAM réduit leurs revenus nets (leur EBITDA dans le langage des financiers) et diminueraient donc la capacité du groupe à investir à hauteur de 1,5 milliards d’Euros tous les deux ans[2].

A l’heure où EDF s’apprête à dépenser plus de 15 milliards d’Euros –soit 20 années de TARTAM !- dans un projet aventureux de rachat de l’opérateur nucléaire britannique[3], on n’a pourtant pas l’impression que le groupe manque d’argent. Et qui plus est, on peut penser qu’il est plus utile de « dépenser » cet argent au bénéfice des clients français plutôt qu’en enrichissant l’actionnaire britannique de British Energy dont en particulier l’Etat britannique.

Mais il faut croire que les entreprises, comme les hommes qui les dirigent, sont adeptes du « toujours plus » ... que la lumière.




Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 21 juin 2008 21:17

    Le "Tartam" est en pratique un constat de l’échec de la libéralisation du marché de l’énergie. Les industriels ont fait bloquer le tarif à (régulé + 30%) et ils pleurent encore. Que serait-ce au prix du marché (+100%) ?

    Mais ça ne peut pas durer indéfiniment. L’UE n’acceptera pas éternellement un blocage du prix du marché. En 2012 au plus tard, la digue sautera. Ce sera +100% pour les industriels, +130% pour les particuliers, et le jackpot pour les actionnaires, en particulier de la société à qui Sarkozy vient de donner GDF : Suez.

    De grandes fortunes se construisent aujourd’hui. Ainsi que plusieurs ENRON futurs.


    • Jacques 22 juin 2008 10:39

      Comme quoi, on peut-être en même temps un vertueux salarié se mettant en grève pour défendre la veuve et l’orphelin et un vilain actionnaire exploiteur du peuple. Pourtant ce genre d’aberration est solvable au niveau de l’état, il suffit d’avoir le courage politique de dégraisser les mammouths et autres entreprises d’état.


      • François51 François51 22 juin 2008 11:29

        @ vinvin

        d’autres arguments ? lamentables ! ...


        • Narduccio 22 juin 2008 12:00

          Agent EDF et actionnaire, je me permet de réagir à l’article et surtout à certains commentaires "très constructifs" qui montrent surtout la bétise de leurs réacteurs.

          1°) Il ne s’agit pas de tous les salariés-actionnaires, mais de ceux qui appartiennent à l’association des salariés-actionnaires. Personnellement, j’en fait pas partie et je n’en connait aucuns qui en fassent partie. C’est une association qui regroupe essentiellement des membres de la haute direction d’EDF.

          2°) Donc, les amalgames de bas étage ... vous pouvez vous les garder ou vous en servir pour montrer la très haute qualité de votre ignorance.

          J’ai fait grêve contre l’ouverture du capital d’EDF, ou étaient les râleurs de service quand 80 000 agents EDF ont défilés dans Paris pour demander qu’EDF reste une entreprise 100% publique ?

           

          Ils devaient faire partie du fort pourcentage de Français qui pensaient ingénuement que la casse du service public dans une période ou l’on savait que l’énergie allait devenir rare allait leur permettre, grâce à la concurrence, dee payer moins cher leurs factures d’électricité. Mauvaise pioche et n’importe quel économiste aurait pu leur dire.

          Alors, prenez-en vous à vous-même. Le fainéant vous salue et part travailler. Parce que je travaille 1 week-end sur 2 pour que vous puissiez regarder tranquillement votre télé.


          • Volontaires 22 juin 2008 12:15

            Je suis assez d’accord avec vous : il ne faut pas faire d’amalgame, et je présente mes excuses si mon article donne l’impression qu’il faut mettre tous les salariés et même tous les salariés-actionnaires dans le même sac. L’association de salariés-actionnaires dont on parle est en effet une forme d’émanation de la direction d’EDF qui s’appuie sur elle pour faire pression sur le gouvernement.


          • Servais-Jean 23 juin 2008 16:57

            Votre article fait plus que donner une impression, il affirme.

            Et comme il a fait son oeuvre de haine ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès