Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les allocations doivent-elles être versées directement aux allocaires (...)

Les allocations doivent-elles être versées directement aux allocaires ?

Le but de l’article n’est pas de remettre en cause les allocations dans le but de les supprimer. Les allocations aujourd’hui sont la partie la plus visible du système social français. Si des gens remettent en cause ces allocations (quantité trop nombreuse, découragement au travail), il serait possible de se demander s’il ne faudrait pas revoir le mode de distribution.

Le système de versement

Aujourd"hui, la plupart des allocations ( le terme globalisera toutes les aides de l’Etat, que ce soit du RMI aux allocations familiales) sont versées aux bénéficiaires sur leurs comptes courants.
Généralement, la technique fait que ces versements sont aujourd’hui bien organisés, même si tout n’est pas parfait.
Ainsi, quand on fait aujourd’hui une demande d’allocation logement, une demande de RMI, les sommes arrivent directement sur le compte en banque personnel. C’est celà que j’aimerais amener à reflexion.

L’argent de l’Etat nous appartient-il réellement ?

La logique de ce système de financement est donc la redistribution. On prélève d’un côté pour le reverser de l’autre. Cette solidarité tellement "sanctifiée" par les politiques montre cependant ses limites.
Il y a réellement aujourd’hui un certain besoin de transparence des comptes de l’Etat ou, autrement dit : " Où partent nos impôts ?"
Ce qui gêne, ce qui est légitime pour ceux qui travaillent, est le fait que l’on peut bénéficier de sommes, sans vraiment les "mériter".
C’est sûrement une caricature, mais peut-on justifier le fait qu’un écran plat à 500 euros ( et encore à 500 euros c’est raisonnable) se retrouve dans des familles qui ont du mal à finir le mois ?

Evidemment , cette réflexion peut paraître démagogique. Mais , même si on ne peut nier qu’il existe de véritables difficultés pour une partie de la population, on peut être en droit de se demander si l’ Etat ne devrait-il pas contrôler ses allocations.
Le bienfait des allocations est réel mais ne faudrait-il pas se lancer dans une responsabilisation de cet argent public ?

Une responsabilisation nécessaire à l’utilisation de l’argent public

Je pense, à tort ou à raison, que le mode de distribution entraîne une irresponsabilité des bénéficiaires. En effet, obtenir, tel un salaire, des sommes allouées à la cohésion sociale est-il ressenti comme tel ? Le bénéficiaire en question réflechit-il encore à chaque versement que cet argent est versé grâce à celui des autres ?

Je suis bénéficiaire d’une allocation étudiante mais il m’arrive parfois de me dire que je ne la mérite pas ou que parfois je pourrais faire sans. Cependant, le simple fait d’avoir l’habitude de retrouver cette somme sur mon compte m’incite en fait à prévoir tout mon budget en fonction aussi de cette allocation. Et quand je dis budget , je parle de courses alimentaires comme de cinémas et cafés...

L’allocation est en soit une réponse à un problème précis :

* Logement peu abordable : allocation logement
* Etudes trop chères : bourses
* Situation de chômage difficile : RMI

Mais, concrètement, cet argent est-il réellement utilisé pour répondre à ces besoins ? Est-ce que l’ensemble de la bourse d’étude sert exclusivement à financer celles-ci ?
Je côtoie pas mal d’étudiants qui, en fait, peuvent se permettre des sorties ou des achats grâce à la bourse. Quand on achète la dernière PS3 grâce à sa bourse, je pense que l’Etat est passé à côté de quelque chose.

Je ne suis pas adepte du contrôle azimut : vous avez fauté, vous payez. Je pense cependant que l’on peut responsabiliser les bénéficiaires en faisant en sorte que les allocations soient uniquement utilisées à leurs usages.

Mettre en place un compte en banque d’Etat ?

Par rapport à ces réflexions, j’ai développé l’idée que l’Etat pourrait en fait lui-même devenir une sorte de compte en banque.

Ainsi , on serait bénéficiaire pour une allocation, on en ferait la demande puis, au lieu de faire verser l’allocation sur le compte courant de la personne, on lui donne un moyen de paiement direct sur l’allocation à laquelle il a droit.
Par exemple, pourquoi ne pas imaginer que si l’on est bénéficiaire du RMI, on obtiendrait un moyen de paiement propre (carte à puce, chèque) qui ne débiterait que sur la somme du RMI (Un compte avec les 440,86 euros du RMI). L’assedic en serait gérante, et il faudrait mettre en place des moyens techniques qui sont largement réalisables empêchant en soi de dépenser les allocations dans des buts autres que la nécessité ( ici dans l’exemple, avec le RMI , on ne pourrait payer que des biens de première nécessité, de l’alimentation, le logement) et que si l’on veut obtenir quelque chose en plus , il faudrait pouvoir en faire la demande.

Il n’y aurait pas de discrimination, on n’est pas obligé de faire des chèques "jaunes fluo" avec marqué en grand dessus : RMIste. La carte ou le chèque seraient comme les autres. La différence est que cet argent ne nous "appartient pas".

Le but est donc de faire comprendre aux bénéficiaires que cet argent est vraiment une aide de la société. C’est la société toute entière qui par ses cotisations permet d’obtenir un RMI et qui donc permet de "survivre" ( parce qu’on est loin de la classe moyenne lorsqu’on touche le RMI). L’assistanat est en soi dû à une complaisance bienveillante : "je touche ce à quoi j’ai droit et j’en fais ce que je veux", qu’on changerait donc en " je touche ce à quoi j’ai droit mais j’en fais bon usage".

Cette idée n’est pas d’empêcher les gens qui bénéficient de ces allocations de ne pas profiter de la vie , mais qu’elles le fassent de manière responsable. Le but de l’Etat n’est pas non plus de verser une allocation pour permettre aux gosses d’obtenir une console à 700 euros , non ?

Le système de redistribution est en soi un excellent système, mais il montre ses limites par son utilisation quelque fois détournée. Au lieu de restreindre de plus en plus le nombre des bénéficiaires, au lieu de " fliquer" au moindre écart et donc d’enfoncer un peu plus dans les problèmes des familles. Ne serait-il pas plus facile d’utiliser un moyen qui responsabilise les citoyens dans leurs utilisations de ces sommes ?

Une utopie ?

Techniquement parlant, le système serait possible. Les différentes enseignes ont les infrastructures technologiques ( paiement par carte bancaire , vérification des chèques), il faudrait généraliser le système type Monéo pour les petits achats " boulangerie, epicerie". Enfin, la carte serait du type " à la demande", c’est-à-dire que le paiement ne pourrait se faire sans une demande automatique ( pas de découvert possible évidemment).

Le plus compliqué serait sûrement d’éviter que ces moyens de paiement soient utilisables dans tous les magasins, ou alors que, si l’on pouvait le faire, il y aurait obligation de justifier son achat ( besoin de vêtements pour son enfant ou d’un nouveau micro-ondes). Tout ceci serait à encadrer de manière précise et souple à la fois.

Le point peut-être noir de ce système serait son impact sur l’économie. En effet, de nombreux modèles économiques montrent que les allocations permettent aussi de maintenir un niveau de consommation ou même de relancer la croissance.
Cependant sur cette question, je me dis que la question sociale et l’enjeu d’éducation à la " chance d’avoir un système social" serait bien plus bénéfique qu’une consommation irresponsable et incontrôlée.


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 7 mai 2007 13:33

    Vous n’avez jamais songé à demander une place au nouveau gouvernement ? smiley

    Sinon, demandez quelque chose à M. Le Pen ou à sa fille, ça doit bien se trouver. smiley

    En tout cas il vous faut quelque chose d’ultra-libérale, c’est sûr. smiley


    • tashidelek 8 mai 2007 10:37

      On s’en doutait bien qu’il allait y avoir des réactions démagogiques comme la votre à cet article ! C’est dangereux selon moi. On n’avancera en rien avec cet état d’esprit ! (Etes-vous même un allocataire de longue date ? smiley )

      Bravo à l’auteur pour son idée qui me paraît simple et juste.


    • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 22:43

      Grace aux bobos nantis COMME VOUS, vous qui vous croyez au dessus du lot !! loin des problèmes des pauvres français...

      Grace aux bobos qui se croient généreux, les quartiers populaires disparaissent, les prix montent, les gens en réelle difficulté sont chassés vers la banlieue et des quartiers de bobos se créent de toute pièce, en éliminant le Paris ou les banlieues populaires...


    • dbug 9 mai 2007 10:43

      A vous tous les donneurs de leçons et soi-disant protecteurs des pauvres : qu’y a t’il de plus important pour un « nécessiteux » que de payer son loyer afin d’éviter la rue ???

      Tout de suite après lecture de vos critiques, la colère monte : n’êtes vous pas ces bobos que vous critiquez ? Avez vous déjà passé une nuit dehors sans logement possible ? Savez vous ce qu’est l’ingérance d’un dépressif ?

      Je cotoie ce milieu de caffeux et rmistes depuis des années et je peux vous certifier que ce qui est exposé par l’auteur pourrait être salutaire pour certains de mes amis ... Etre SDF n’est pas anodin ! Celà touche la chair et l’esprit de celui qui n’arrive plus a se battre pour sa propre sauvegarde !

      @l’auteur : votre réflexion est intéressante, ne vous laissez pas impressionné par ceux qui mettent facilement des étiquettes partout sans être concernés par le débat ...

      PS : Je ne vois vraiment pas ce que viennent faire les bobos et lepenistes dans le débat d’ailleurs ... Sans doutes des débats récurrents à la mode en ce moment ...


    • tvargentine.com lerma 7 mai 2007 13:46

      Votre article est très bien car il permet de rechercher des solutions à la lutte contre le détournement d’argent public.

      Peut être conviendrait-il d’obliger les personnes qui touchent le RMI à suivre un stage obligatoire ,35h par semaine dans des formations leur permettant de pouvoir avoir des connaissances correspondant à des nouveaux métiers.


      • LE CHAT LE CHAT 7 mai 2007 14:36

        en tous cas , les inspecteurs de la Caf chargés de dépister les fraudeurs sont inefficaces ou incompétants ou feignants , car avec 3 prises par an , la productivité justifie pas leur paie smiley


        • JL JL 7 mai 2007 18:08

          Les inspecteurs du travail pour contrôler les infraction commises contre le droit du travail, quand ils ne sont pas accueillis à coup de fusil par les employeurs, sont considérés comme des nuisibles par les ultra-libéraux. Et vous voulez contrôler les achats des nécessiteux ? bravo !

          Les artisans qui pouvaient vivre de leur art ne le peuvent plus. Avez-vous essayé de construire un meuble ? De coudre un habit ? Rien que les matériaux coûtent plus cher que le produit tout fait en Chine ou je ne sais où. En conséquence, les gens qui ne travaillent pas, c’est parce qu’on leur a volé leur boulot.

          A ceux qui ne veulent plus payer d’impôts je leur dis : plus d’impôts, plus de services publics, plus de police. Plus que des vigiles pour ’protéger’ les biens des riches. Vous préférez payer des impôts, ou bien être racketté ?

          Question subsidiaire : est-ce qu’un Rmiste aura le droit d’acheter un livre, vous savez, ce truc en papier qui contient souvent des propos subversifs, écrits par des gens comme Victor Hugo, Emile Zola, Thorstein Veblen, avec ses allocations, dans votre société caccarentesque ?

          Continuez, vous êtes bien sur les traces de vos prédécesseurs : étudiant en administration économique et sociale, dites-vous ?


          • JL JL 8 mai 2007 09:13

            Pour contrôler où passe l’argent public, il ne s’agit pas de surveiller les allocataires mais les allocateurs.

            Comment se fait-il que certains puissent en bénéficier s’ils n’en justifient pas les critères ? Et ce n’est pas en réduisant les services publics que l’on va améliorer la justice sociale.

            En réalité, les dirigeants politiques s’en foutent de la justice sociale.


          • Christoff_M Christoff_M 9 mai 2007 03:30

            Pure caricature mal intentionnée de ce qui fut dit plus haut... le problème de notre système, c’est que tout est basé sur un système de confiance de part et d’autre...

            Regardez les français au volant !! Comme disait Pompidou observez les français sur la route, vous comprendrez combien il est difficile de diriger ce peuple impulsif et imprévisible... Il a fallu durement taper sur les doigts pour amener les français à respecter les règles au volant...

            Beaucoup moins de problèmes dans les pays nordiques, ou la transparence est plus grande et les règles acceptées par la plupart des gens, parce que le quidam moyen pense plus à la communauté qu’à lui même, idem en Allemagne ou le redressement est spectaculaire...

            Les français se distinguent de tous temps par une mauvaise foi légendaire et une allergie aux règles et aux contraintes quelles qu’elles soient ; voir leur comportement sur la route... Or dans les aides, les attributions de RMI, il faut une rigueur une transparence saine pour la viabilité du système. Je ne vois pas pourquoi on refuserait un contrôle, à partir du moment ou il est fait dans les règles, et que l’on a rien à se reprocher ...

            Je suis en recherche d’emploi active comme on dit et je ne vois pas pourquoi je refuserais un contrôle tous les mois me demandant des preuves de ma recherche... il ne s’agit pas de supprimer des acquis du systeme français comme certains simplistes reducteurs le font croire ici... il s’agit de dire que des trafics existent et que le silence des gens bien intentionnés ne fait que cautionner ces dérives au détriment des gens vraiment dans le besoin, les premiers lésés dans l’histoire...

            Le silence et l’inertie n’amènent rien !! c’est le système qui fait vivre la mafia et les trafics à tous les niveaux... un peu d’autodiscipline ne ferait pas de mal aux français... il a fallu sévir sur la route pour arriver à un autre type de conduite... il faudra intensifier les controles sur les ecroqueries aux prestations pour revenir par la suite au calme et à une marche tranquille du système basée sur le respect réciproque des règles ! Notre pays va mal dans de nombreux domaines, refuser de clarifier les choses c’est refuser de se remettre en cause ( et se remettre en cause ce n’est pas la fin du monde comme bcp de butés le pensent ici, c’est indispensable pour avancer dans la vie) à l’image d’un PS vieillissant, qui après trois défaites nous parle toujours de modernisation alors que les éléphants de l’ère MITERRAND sont toujours la et refusent de se regarder dans une glace... ce qui explique l’approche obsolète du dossier des aides en France après vingt ans d’une gauche passéiste qui distribua l’argent qu’elle n’avait pas... d’ou les fraudes, d’ou un appel d’air aux infractions et un endettement qui passa de 20% à 60%...

            Il est temps de passer à autre chose d’ou une phase de controle nécessaire pour estimer les erreurs et remettre la machine sociale en route... et pas tout supprimer comme les critiques simplettes le laissent entendre !! Est ce les millions dégagés par ces controle ne seraient pas mieux dans la poche des plus petites retraites ou de gens qui n’ont rien plutot que dans les poches bien garnies des fraudeurs ?? Vous avez le choix entre une inertie complice des traffics et une action qui réoriente l’argent sur les français les plus démunis...


          • Bertin59 7 mai 2007 18:32

            Intéressante piste de réflexion que la responsabilisation des bénéficiaires d’allocations, dont tous ne sont pas, soit dit au passage, forcément dans le besoin. Toutes les allocations ne sont pas, en effet, sous condition de ressources !

            Comme vous l’avez mentionné à juste titre dans votre article, nous sommes bien dans un système redistributif. Autrement dit, on prend à certains (les entreprises pour les allocations familiales) pour donner à d’autres. Mais dans quel but ? La réponse est simple : pour qu’ils consomment. Le principe de la redistribution n’a rien de social. Alors, que les bénéficiaires de ces prestations achétent une console plutôt que des biens de première necessité, quelle importance ? Si ce n’est la portée morale de l’utilisation des fonds et la prise de conscience de ces populations que l’argent qui leur est remis pourrait être utilisé à de meilleures fins.

            Vous n’avez pas parlé de l’allocation de rentrée scolaire, que Mme Ségolène Royal, si elle avait été élue, avait prévue de doubler. Or, même si une part de cette allocation est effectivement utilisée par les familles pour les enfants à l’occasion de la rentrée, il est avéré qu’elle sert aussi à l’achat de TV, consoles et autres biens de consommation qui n’ont pas grand chose à voir avec la scolarité. Faut-il s’en inquièter pour autant . Après tout, il faut bien que nos chères têtes blondes puissent se distraire après leurs devoirs !

            Quoiqu’il en soit, entre la dilapidation de fonds publics et l’urgence de ramener à l’équilibre le budget de l’état, on ne peut pas s’abstenir de se poser la question de la bonne utilisation ou non des deniers publics. Pour qu’au moins les enfants en soit les vrais bénéficiaires !


            • Bertin59 7 mai 2007 18:40

              Concernant le travail des contrôleurs des CAF, je tiens à signaler que si beaucoup reste encore à faire, le nombre des contrôles est en augmentation constante. Mais surtout, le nombre de cas de fraudes décelés progresse lui aussi de façon significative, pour se terminer de plus en plus au tribunal. Mais, de la dénonciation, de la supposition, à la faute avérée, il y a un pas important qui interdit parfois de mener les actions à leur terme.

              Il est souvent simple de critiquer, plus rarement d’être objectif et constructif !


            • Frodon Frodon 7 mai 2007 18:54

              Ais je seulement une seule fois émis l’interdiction de consommer aux RMistes ? non !

              @ La mouche du coche : je ne sais pas si vous avez juste lu le titre ou si vous suivi tout le propos. Mon idée n’est pas du tout de fliqué ou de stigmatiser ceux qui touchent les allocations. Je ne remets nullement en cause l’action sociale . Au contraire, je cherche , dans ma réflexion, à faire qu’elle soit (l’action sociale) plus efficace et plus réactive aux besoins. Je pense que par un système mieux geré , on pourrait récupérait jusqu’à 10 % ( c’est une estimation purement personnelle) de fonds pour mieux les utiliser. Vous me dites qu’il faut ma place dans ce gouvernement ou avec Le pen, c’est dire que vous ne m’avez pas compris. Si cette réflexion permet des économies, ce ne serait pas pour améliorer les comptes de l’Etat mais pour améliorer l’efficacité de l’action de celui-ci.

              @ JL : Et pourquoi ne pourraient-ils pas ? Au contraire ! Ce que je pense aujourd’hui c’est que le système entraine l’illégalité. Vous êtes mal en point financierement , vous avez enormement d’avantages (transport gratuit, réductions , etc...) vous passez le fameux « seuil » et au revoir les avantages... L’argent de l’Etat doit permettre au bénéficiaire de s’en sortir non ? Sinon à quoi bon ? Quand tout est du , et que cela ne sert à rien de faire des efforts on a déjà vu ce que ça faisait, on ne fait plus rien : le communisme. Je ne cherche pas dans ma réfléxion à montrer du doigt le « pauvre » puisque c’est cela qui vous gêne. Mais qu’au moins, l’argent qu’il obtient , car si vous m’avez compris , je veux qu’il l’obtienne, lui permette de vivre par lui même et pas de simplement de se satisfaire des « sous qui tombent au début du mois » Petit ajout par rapport à mon article qui pourrait vous plaire. Peut être par ce système , pourrions nous inciter le bénéficiaire à accéder à la culture par le fait que s’il paie avec sa carte d’allocations , il ne paie pas la TVA sur le livre ou autre ? Qu’en pensez vous ?

              @ Bertin 59 : Faire du social = insérer une personne dans l’économie , non ? La problème aujourd’hui est que j’en pense qu’on ne l’insère que parce qu’il consomme. ALors que s’insérer dans une économie pour moi est bien plus large c’est y participer , y donner de sa force de travail. Je suis entièrement d’accord avec vous , le coté culture doit entrer dans l’éducation de l’enfant , la détente evidemment mais est-ce en jouant pendant des heures à un jeux de shoot qu’il se « développera » ? PEut être , je n’ai pas la réponse.


              • Frodon Frodon 7 mai 2007 19:00

                Petite ouverture : je pense que le contrôle est nécessaire. Mais trop de contrôle tue le contrôle aussi. Il faut un juste milieu Et je pensais , à tort ou à raison, que de responsabiliser les personnes était un moyen de prévention.

                Bien sûr , je sais pertinnement que ma solution n’est pas LA grande idée qui va sauver la société. Mais j’espère trouver des pistes grâces aux idées de chacun et pourquoi pas faire profiter d’un nouvel article avec la considération de celles-ci !


              • La mouche du coche La mouche du coche 7 mai 2007 20:24

                @ l’auteur,

                il ne faut pas être grand clerc pour voir que vous essayez de vous tromper vous-même sur vos intentions profondes qui ne sont pas avouables comme vous allez le lire.

                Lisez ces phrases de vous A L’ENVERS comme nous l’avons fait et vous vous découvrerez :

                « Le but de l’article n’est pas de remettre en cause les allocations dans le but de les supprimer. »

                « Je ne suis pas adepte du contrôle azimut »

                « Cette idée n’est pas d’empêcher les gens qui bénéficient de ces allocations de ne pas profiter de la vie »

                Merci Freud ! smiley


              • Adonis Adonis 9 mai 2007 00:16

                Si j’ai bien compris, vous êtes étudiant en sciences économiques. Je vous conseille vivement de faire aussi des études en psychologie, d’accompagner le RMiste, le chômeur, le demandeur de l’aide sociale dans ses démarches et de lui demander ce qu’il ressent à l’intérieur. Pensez-vous que les allocataires sociaux vont demander leurs allocations comme ils vont acheter un pain ? Savez-vous ce que ressent une personne de 50 ans qui a travaillé 30 ans et se retrouve à se tourner vers les ASSEDIC pour obtenir son allocation de chômage. Dans tout système, il y a des profiteurs mais la plupart des gens qui sont tributaires de l’aide sociale sont mal dans leur peau quand ils doivent se contenter de survivre grâce aux allocations sociales. Je suis certain que votre réflexion part de bons sentiments mais je vous le dit en toute amitié : il est bien plus facile de donner que de recevoir !


              • bouche42 9 mai 2007 13:05

                Deux erreurs :

                1. Vous voulez monter une usine à gaz pour un gain de 10%.

                2. Les changements de modalités auxquels vous penser ne peuvent que réduire les opportunités malheureuses ; s’ils devaient rendre les gens plus responsable, il y a peu de chance que ce soit dans le sens de vous croyances.

                Quant aux responsabilités que chacun peut assumer, elles sont fonction des buts qu’on peut se donner et des ressources dont on dispose pour les atteindre.

                Les parents qui préfèrent s’acheter une belle télé avec les allocations qu’ils perçoivent, ne peuvent pas concevoir que la même somme investi dans l’éducation de leurs enfants soit déterminante pour leur avenir.

                Si vous pensez le contraire et que quelques sacrifices supplémentaires de la part de ces parents rendrait leurs efforts payants vis-à-vis de l’éducation de leurs enfants, donnez-nous quelques pistes... ça permettra de concevoir de bons programmes d’éducation civique pour l’école ou la publicité télevisée, en attendant ces déshérités puissent venir s’exprimer directement sur Agoravox.


              • JL JL 10 mai 2007 10:25

                à l’auteur : «  »Mais trop de contrôle tue le contrôle aussi«  » !!!???

                Vous pouvez donner des exemples concrêts ? Ou c’est seulement une phrase qui vous plaît bien, pour sa sonorité qui rappelle quelque chose ?


              • marie 7 mai 2007 19:25

                L’idée de faire prendre conscience aux bénéficiaires que les allocations sontpossibles parce que d’autres citoyens les financent est intéressante parce que l’Etat c’est souvent abstrait et ne représente personne... les allocations sont nécessaires à beaucoup pour vivre ;sont calculées à partir des ressources mais leur utilisation peut être optimiser...je serai favorable à ce que les allocations de solidarité(RMI,Allocation de solidarité et Allocation de parent isolé)soient versées sous condition de participer à « une école de consommateurs » qui apprendrait à élaborer un budget et donc à prioriser les dépenses et à s’informer sur les effets pervers des crédits à la consommation.lors de l’élaboration du budget,une proportion (à définir) pourrait être réservée pour des achats dits accessoires mais qui permettent à la personne de se sentir « insérée » dans la société. Si cette école de consommateurs s’avérait insuffisante dans le temps,un accompagnement par un service social(de la CAF,du Conseil général)pourrait être une condition à la poursuite du versement de ces allocations.


                • Mira 7 mai 2007 19:39

                  Eh oui, le pauvre doit toujours être méritant. Comment un RMIste peut-il oser fumer, acheter une console à son gosse, etc. Et comment se fait-il que le dit gamin ait des Nike aux pieds et un sweat Adidas ? Oui, vraiment, quelle impudence que de vouloir vivre comme « tout le monde » ! Avec notre rémunération de France qui se lève tôt et qui travaille, en plus ! De l’argent public ! Vous m’ouvrez les yeux ! Mettons les pauvres sous tutelle, ou mieux, sous contrôle. RES-PON-SA-BI-LI-SONS LES. Je croyais être solidaire et il me semblait que consommer, même une PS3 était bon pour le commerçant, donc pour ses salariés, donc pour la croissance, l’emploi, et mon pays. Je n’avais rien compris ! Que notre million d’enfants pauvres baissent les yeux, et que leurs parents prennent garde ! C’est vrai, je l’avoue, à Carre-bip, j’ai entendu la caissière dire à une mère honteuse que les bons d’alimentation ne pouvaient servir à acheter un DVD. Le petit l’accompagnait. Ca ne me gênait pas outre mesure que mes impôts financent cette petite fraude. Je suis maman aussi. Et puis la plupart des pauvres ne peuvent pirater de films sur le net, contrairement à beaucoup... Au fait, le Fouquet’s et les boîtes huppées réservées, hier soir, ça fait partie des frais de campagne ?


                  • un autre 7 mai 2007 21:26

                    oui après tout, surveillons (flicons ?) nos amis pauvres. Par contre, surtout pas touche à tous nos amis riches qui peuvent légalement faire des montages financiers pour payer moins d’impôts... Oserais-je dire : 2poids 2mesures ? Il est évident qu’il y a des abus au niveau des allocations mais cet argument qui est le préféré des soit-disant libéraux (qui pour moi ne sont que purement capitalistes) n’explique absolument rien car n’oubliez tout de même pas que la majorité (voire la quasi totalité) des gens qui touchent des allocations en ont réellement besoin. J’ai souvenir d’il n’y a pas si longtemps que ça ou les 140€ de la CAF me permettait de finir mes mois pas trop dans le rouge et pourtant, je ne suis pas spécialement dépensier. Sans ces allocations que j’ai touché pendant 4ans, je serais certainement interdit bancaire à l’heure actuelle et pourtant, je fait maintenant partie des privilégiés qui travaillent et qui ont la chance de pouvoir en vivre correctement. Donc, je n’oublie pas les fins de mois difficiles et je pense à ceux qui n’ont pas cette chance... après, chacun sa conscience...


                    • dimanchesoir 7 mai 2007 21:33

                      affligeant, pour ne pas dire plus


                      • ARMINIUS ARMINIUS 8 mai 2007 11:27

                        Affligeant et même dangereux ! Surtout concernant les bourses aux étudiants qui devraient être largement revalorisées. J’en sais quelque chose : sur trois enfants étudiants deux seuls ont « bénéficiés » de bourse et encore ! échelon 0 et 1 ! une misère d’où 3 prêts longs et lourds à rembourser payés en partie par les parents quand ils peuvent ! autant dire que si, à l’issue de leurs études, ils ont la chance de trouver un emploi, les premières années vont être dures et la consommation parents et enfants réduite au minimum vital ! et ce n’est pas avec Sarko que ça va s’arranger ! son projet « heures supplémentaires » n’est pas créateur d’emplois ! A propos, Besson a laché hier dans une interview que les socialistes avaient « les meilleurs experts économiques » à réfléchir, même si c’est trop tard !


                      • Frodon Frodon 7 mai 2007 22:12

                        Bon, soit je me trompe vraiment moi même soit j’ai vraiment pas réussi à expliquer mon idée.

                        Peut être qu’en réalité il n’y a pas de problème « allocation » et que tout est beau et que ce système marche à merveille selon certains. ( A moins que je n’ai pas bien compris le votre de point de vue également...)

                        Peut être est ce trop direct ? Je bénéficie d’allocs donc bon je vais me dire que c’est super et on continuera ainsi...


                        • D. 8 mai 2007 02:25

                          Pas trop direct, non, mais peut-être un peu trop tôt par à l’élection survenue avant-hier et étant un signe qu’il est probable qu’une grande partie de français en ont marre de, je les cite (n’étant pas d’accord), « l’assistanat ».
                          Cependant le mot n’existe pas dans ce cadre supposé, au sens où les bénéficiaires des aides sociales ne sont considérés comme assistés que pour les faire culpabiliser et qu’une certaine tendance politique puisse les pointer du doigt et dire « vous voyez, c’est à cause d’eux que vos impots sont mal utilisés ».
                          Je pense également que le rejet du fond de l’article peut venir du fait que vous avez l’air de vous poser là, porté par l’idée selon laquelle bénéficier d’une allocation étudiante permet d’être objectif, alors que sans connaître un seul instant les difficultés auxquelles sont soumises les centaines de milliers de familles bénéficiaires de ces aides, on doit d’abord faire preuve d’humilité.
                          Personne ne devrait avoir le droit de dire si une famille consomme bien ou mal cette ou ces aides, surtout pas au vu de la campagne de culpabilité menée à l’encontre de ces familles. Comme si les rmistes étaient responsables des problèmes d’un état mal géré par ses dirigeants, alors que tout bénéficiaire consomme et donc retourne une taxe, qui elle n’est jamais remboursée, même si on vit à trois avec 600€ par mois.
                          Il y a simplement une petite poignée de personnes qui abusent de leurs droits sociaux, pas dans la manière de l’utiliser mais dans le fait qu’en réalité ils ne devraient pas y avoir droit. Ils sont particulièrement minoritaires en regard de tous les autres étant dans le besoin, contrairement à ce que des reportages de TF1 tiennent à faire croire lors d’une semaine d’élection présidentielle...


                        • dimanchesoir 8 mai 2007 07:48

                          monsieur je vous dis affligeant et j’ajoute : pathétique

                          vous savez pourquoi je vous dis cela, si les autres n’ont pas compris


                        • Sasume 8 mai 2007 00:14

                          J’ai trouvé votre article très intéressant, et j’apprécie votre attitude face aux commentaires des autres lecteurs (vous ne cherchez pas à défendre avec entêtement votre idée, vous essayez surtout de nourrir votre réflexion et celle des autres pour faire émerger des solutions face à des problèmes).

                          Effectivement, responsabiliser les citoyens me semble une très bonne chose, mais malheureusement contrôler ce qu’ils consomment est très lourd et pourrait porter atteinte à leur vie privée. Et puis concrêtement ... comment faire un choix juste et objectif de ce qui serait autorisé pour un RMIste et de ce qui ne le serait pas ? Bon en même temps, la situation de RMIste doit rester exceptionnelle, donc on pourrait dire « s’ils veulent l’aide de l’état ils doivent jouer le jeu de la transparence ».

                          Par contre, pour ce qui est de la diminution de la consommation, ça me semble une très bonne chose contrairement à ce qu’a dit Mira.


                          • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 06:13

                            En tout cas je ne vois pas pourquoi on ne réfléchirait pas et on ne contrôlerait pas sachant qu’il y a une fraude énorme au RMI... je connais des amis RMIstes qui habitent PARIS, les beaux quartiers et qui sont propriétaires

                            Je suis chômeur pas en fin de droit, je vis en banlieue, divorcé donc versant une pension ! et je n’ai droit à rien sur les transports, pas une réduction, ne serait ce que pour aller à un rendez vous sur PARIS pour un entretien ! le billet Meaux Paris est à presque 7 euros... moi je ne pense meme pas au cinéma !! Mes amis RMIstes eux ont des reductions et certains ne payent rien sur le billet et peuvent se permettre le cinéma... N y a t il pas une abérration bien française la dedans !!

                            Je ne me considère pas comme malheureux et je ne dis pas que mes amis sont des cas généraux ; mais comment se fait il que l’on ne tienne pas compte de mon divorce... et que l’on ne tienne pas compte des biens immobiliers de mes amis et des aides données par leur parents avant de leur attribuer le RMI et une reduc sur leur transports que rien ne justifie au détriment de gens vraiment dans le besoin !!


                            • dimanchesoir 8 mai 2007 07:50

                              demandez la carte solidarité transport, vous payerez votre billet 20% de son prix si vous préférez la gratuité, demandez à bénéficer du RMI et non pas de l’ASS


                            • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 10:23

                              je te signale que pour avoir la carte 20%, il faut avoir un minima,moi je suis considéré comme nanti puisque je paye un loyer sans aide et une pension alimentaire entre autre ; l’aberration c’est de considérer qu’il faudrait être au minimum pour toucher l’aide et qu’au dessus à 50 euros près, tu ne touches plus rien ou réduction de billet niet..

                              C est bien le problème de l’Etat et de la réforme !! en France depuis longtemps les calculs sont archaïques et ne correspondent plus à rien, purement administratifs !! c’est blanc ou noir, entre deux rien !! c’est aide ou pas aide et cela d’une manière totalement arbitraire !! quand est ce qu’on arrêtera de se baser sur le salaire et qu’on tiendra compte du net qu’il reste à chacun après ses dépenses et de ses biens immobiliers !!

                              Ah ! là ce serait un peu plus courageux que de nous parler de l’isf d’un coté et du RMI de l’autre coté ! vision binaire et simpliste de la France ; programme de nombreux candidats demagos à l’approche des élections !!


                            • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 10:43

                              Il y a une espece de maladie qui consiste à dire en France que lorsqu’on contrôle, on empêche les gens de vivre !!

                              Comme si la France était un obscur état totalitaire et policier !! Ce que vous ne comprenez pas comme les autruches, c’est que vous favorisez tous les trafics ; exactement comme ce qui se passait sur la route avant !! au détriment de ceux qui sont vraiment dans la merde et qui la plupart du temps, découragés (et mal renseignés) par le parcours du combattant des dossiers de demandes d’aides, sont les premiers a céder leur place aux malins et aux magouilleurs qui eux sont organisés, renseignés et tenaces !

                              Même comportement que les collabos qui fermaient les yeux sur tout ; c’est comme cela que se développent les mafias !! on ne peut pas rester indéfiniment au moyen age administratif qui caractérise la France sous pretexte de : « c’est comme ça et pas autrement ! » et ça je l’ai déja entendu !! ou si tu n’est pas content quitte la France, la bonne mentalité franchouillarde de l’immobilisme face à un problème évident...


                            • Yan Essal 8 mai 2007 09:33

                              L’autre jour , à la caisse du supermarché, me précédait un allocataire du RMI , il bénéficiait en outre de bons d’achat de nourriture avec lesquels il achetait des bouriches d’huitre ...

                              La caissière le connaissait et était écoeurée , elle ne pouvait se payer une douzaine d’huitres ...

                              Je ne fais pas de commentaires , moi aussi j’ai l’estomac fragile vous comprenez ....


                              • Yan Essal 8 mai 2007 09:41

                                Une autre solution consisterait à généraliser et à globaliser toutes les aides sous forme d’un revenu minimum attribué a tous sans contrepartie (revenu minimum ) auquel pourrait s’ajouter le revenu du travail contactualisé directement avec l’employeur .

                                Ce qui me parait aberrant , c’est précisément cette discrimination positive envers les assistés et cette discrimination négative envers les travailleurs ... Il faut en finir avec cette démagogie consummériste .


                              • Jaitun Jaitun 9 mai 2007 02:08

                                il apparaît évident aussi qu’il y a une discrimination abstraite et négative envers les « assistés » bien installée dans la mentalité des Français et une discrimination positive qui va bientôt s’installer envers les « travailleurs »

                                la discrimination dont vous parlez (qui s’applique dans le sens inverse) est une discrimination concrète et matérielle qui s’appuie sur des faits précis mais qui peut se contrecarrer par de nombreux autres faits tout aussi valables

                                de façon générale, on pense plus à « assistés » qu’à « salauds de travailleurs », c’est une évidence à mon sens et je ne pense pas que les « assistés » critiquent les « travailleurs » alors que l’inverse est courant

                                il s’agit donc d’état des mentalités actuelles, effectivement pas des réalités matérielles qui me semblent à mon avis bien complexes et bien nombreuses pour pouvoir être analysées de façon globale

                                la conclusion que les « travailleurs » sont défavorisés matériellement face aux « assistés » est une analyse basée sur des cas particuliers et, très largement, l’inverse est une réalité bien plus affirmée


                              • Frodon Frodon 8 mai 2007 09:35

                                LEs derniers commentaires me donnent un nouveau point de vue.

                                Donc, serait-il en fait plus juste de faire bénéficier à ceux qui sont dans le besoin d’une éxonération de TVA sur les produits essentiels ? C’est une idée assez récurrente aussi que je trouve intéressante. Mais cela dit, soit on exonère la TVA pour tout le monde et en soit on ne va pas plus favoriser le plus démuni , soit on la suspend pour des catégories . Seulement , se pose le problème comme bien illustré par Christoff_M , où placer la limite entre ceux qui obtiendraient un grand nombre de privilèges ( que je juge nécessaire) et ceux qui auraient passé le seuil et qui n’en bénéficieraient pas ?

                                Peut être qu’utiliser l’idée de l’article pour faire bénéficier d’une exonération de TVA serait-il plus efficace ? Ce serait un bon moyen technique, non ?

                                @ D. Par rapport à l’humilité , je n’ai pas porté le postulat que , par le fait que je touchais une allocation je connaissais le sujet. Je me servais juste une ou deux fois de ma conviction personnelle pour illustrer un propos. Je ne prétends pas connaitre et comprendre toute la misère du monde, d’ailleurs vous non plus, puisque vous êtes derrière un écran...


                                • zOoO zO 8 mai 2007 14:08

                                  Une des raisons de la défaite de SR, est justement de mon point de vue, cette différence entre la vision de l’utilisation de la fiscalité entre les deux candidats.

                                  Selon NS les impôts doivent servir à équiper le pays, pour lui permettre de fonctionner.

                                  Selon SR les impôts doivent être servir à la solidarité par une répartition des richesses.

                                  Je ne juge pas ici de l’opportunité de tel ou tel point de vue, mais il semble évident que de nombreuses personnes voient d’un mauvais oeil, le fait de travailler et de constater qu’une part de leur rémunération va être redistribué à des « gens qui ne font rien ». Le programme de SR prévoyant d’augmenter ou d’améliorer le sort des chômeurs ne pouvait pas les emballer


                                • tashidelek 8 mai 2007 10:47

                                  Non, je ne pense en rien que vous vous trompez ! Il suffit de regarder autour de soi ! Combien d’amis j’ai moi-même autour de moi et que j’adore qui sont RMIstes depuis des années et qui passent leur vie à voyager (dans les pays où la vie n’est pas chère pour nous, Occidentaux), à mener différentes activités... car bosser du matin au soir, ce n’est pas trop leur truc !!


                                  • Jaitun Jaitun 9 mai 2007 02:11

                                    = généraliser des cas particuliers...


                                  • Jaitun Jaitun 9 mai 2007 02:16

                                    la notion de Revenu Minimum d’Existence ou Revenu Citoyen n’est pas trop récente mais le problème du financement est assez complexe : le RMI représente 9 Milliards d’euros par an de dépense pour la France (soit un peu plus d’1% de ses recettes) et la généralisation d’un revenu de 400 euros à l’ensemble des citoyens majeurs tout au long de leur vie reviendrait à 215 Milliards d’euros par an.

                                    l’idée est intéressante comme vous dites mais le financement est moins évident...

                                    si l’état désangage certaines dépenses lourdes ou retire certaines allocations en contrepartie de ce RMI universel, il peut y avoir des pistes de financement


                                  • armand armand 8 mai 2007 11:15

                                    Il y a en France un esprit malsain qui fait qu’on attend des aides de l’Etat, qu’on les juge normales, mais qu’on refuse avec indignation que l’Etat se préoccupe de leur utilisation. Peu importe que les APL servent à alimenter la hausse des prix dans l’immobilier, que les allocs des familles polygames servent non pas à payer les fringues et les centres aérés des enfants mais à faire marcher l’économie du village là-bas, ou que certaines familles du quart-monde estiment que l’achat prioritaire, avant la bouffe, c’est un téléviseur nouveau cri. Si les aides prenaient la forme de bons d’achat ciblés sur les produits de première nécessité, on contournerait le problème.


                                    • masuyer masuyer 8 mai 2007 11:24

                                      Questions aux adeptes du point Godwin, il n’existe pas une théorie sur l’argument de la « famille polygame » dans un débat ?  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Frodon

Frodon
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès