Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les analyses d’ILLICH sur le mode de vie et les crises

Les analyses d’ILLICH sur le mode de vie et les crises

Un, résumé des analyses d'iILLICH sur l'impact du mode vie tel qu'il résulte du développement du capitalisme sur l'accumulation de la marchandise et les conséquences de cette accumulation sur le mode de vie. Mais, un peu comme le soleil, il semble dangereux de regarder en face, ces analyses, tant leurs conséquences pourraient être corrosives,

 

… Qu’on en juge : la médecine rend malade plus qu’elle ne guérit, l’automobile fait perdre plus de temps qu’elle n’en fait gagner, l’école déforme plus qu’elle n’éduque. Sans doute, Illich a-t-il parfois cédé à un certain goût de la provocation en utilisant ces raccourcis….

Au-delà de cet aspect volontiers provocateur, Ivan Illich s’est attaché à développer une critique radicale de ce qu’il appelle le « mode de production industriel ».

De quoi s’agit-il ?

 

 Pour lui, les hommes ont deux façons de produire ce qu’ils estiment nécessaire ou important de produire. Ou bien ils s’y attellent eux-mêmes, en produisant directement les valeurs d’usage qu’ils souhaitent, à la façon du jardinier amateur ou du bricoleur artisan. Ou bien ils ont recours à des marchandises produites par d’autres.

 L’humanité a très longtemps utilisé essentiellement la première voie, celle qu’Illich appelle le « mode de production autonome ». Mais, pour des raisons d’efficacité, la seconde voie – le « mode de production hétéronome » – est devenue prépondérante depuis quelques siècles, et omniprésente depuis quelques décennies.

En apparence au moins, la division du travail permet en effet de produire davantage, elle facilite la mise au point de technologies performantes et la création d’objets innovants.

 Or, cette voie est une impasse (1), parce qu’elle prive l’homme de sa capacité à être autonome, de « la capacité personnelle de l’individu d’agir et de fabriquer, qui résulte de l’escalade, constamment renouvelée, dans l’abondance des produits » (Le chômage créateur).

Un seuil contre-productif

Pour Illich, vient un moment où le recours croissant aux marchandises – ce qui est produit par d’autres – ne permet plus de satisfaire les besoins, mais engendre une demande encore plus grande de marchandises. Il y a inversion du sens….

Vient un moment où la marchandise n’est plus une réponse à un besoin, mais la base d’une nouvelle demande, dans une sorte de course sans fin, où la marchandise appelle davantage encore de marchandise.

Illich attache une grande importance à cette notion de seuil… la marchandise devient un obstacle qui empêche l’homme d’être l’artisan de son devenir : pour Illich, plus n’est pas synonyme de mieux ; vient un moment où la marchandise, d’objet de libération devient objet d’aliénation.

 Alors, le modèle de production devient contre-productif : ainsi, lorsqu’on met bout à bout le temps passé à gagner de quoi acheter une voiture et les charges qu’elle entraîne pour l’entretenir et la faire rouler, et que l’on compare ce temps au nombre de kilomètres parcourus, on arrive à une moyenne de… 6 km/h (2). Pas plus vite que la marche à pied, et moins que le vélo, deux modes de transport autonomes.
 …., « le temps passé à concevoir et à fabriquer des engins puissants prétendument capables de faire “gagner du temps” fait beaucoup plus qu’annuler le temps qu’ils économisent effectivement » (3). La technique hétéronome accroît les déplacements, mais réduit la vitesse.

 La consommation médicale accrue n’accroît que peu l’espérance de vie (qui augmente principalement grâce à l’hygiène de vie), mais produit une dépendance croissante qui va à l’inverse de ce qu’on appelle la santé.

La marchandise, objet d’aliénation

Au total, le franchissement d’un seuil de contre-productivité provoque plus de dépendance, alors que les gens cherchaient plus d’autonomie. Les marchandises étouffent ceux qu’elles étaient censées libérer. Tout d’abord, la société tout entière est peu à peu façonnée en fonction des outils hétéronomes.

 Ceux qui tentent de sauvegarder leur autonomie doivent progressivement choisir entre exclusion et règle commune : dans une ville où l’automobile est reine, se déplacer à pied ou en vélo devient dangereux. Certains moyens techniques éliminent ainsi toutes les autres formes de production de valeur d’usage : Illich parle alors de « monopole radical ». Et ceux qui n’y ont pas accès sont alors appauvris, puisqu’ils ne peuvent plus utiliser les méthodes autonomes.

La seule façon d’échapper à cet appauvrissement est d’utiliser des marchandises-prothèses suppléant à la perte d’autonomie. Les médicaments suppléent au mal-être, la télé à la solitude, le Viagra à l’impuissance. D’où un cercle vicieux : chaque diminution d’autonomie personnelle donne naissance à une demande supplémentaire de marchandises qui diminue un peu plus l’autonomie, etc. Congestion et encombrement font alors leur apparition, dans les transports, les hôpitaux, les grandes institutions. Enfin, se multiplient les « professionnels » (au sens américain du terme : spécialistes, experts), seuls capables de trouver des solutions au fonctionnement de plus en plus complexe d’une société hétéronome.

 La voiture appelle le garagiste, l’école le professeur, la complexité sociale l’expert en tous genres : sexologues, psychologues, profileurs, communicateurs… Toutes ces professions deviennent des intermédiaires obligés, qui accroissent d’autant la perte d’autonomie de chacun


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • JL JL 17 juillet 2012 10:32

    La meilleure image que je connaisse pour illustrer le capitalisme, c’est celle des friches industrielles.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Friche_industrielle
    http://www.dailymotion.com/video/x8yx7p_graffitis-friches-industrielles_creation

    Le slogan du capitalisme c’est : « prends l’oseille et tire toi ».


    • FARES FARES 17 juillet 2012 11:05

      Il ne s’agit pas de slogan, mais d’analyses des faits. Que ces analyses soient utilisées dans un combat anticapitaliste, c’est une autre affaire.

      Merci pour votre contribution.

    • JL JL 17 juillet 2012 14:14

      « C’est la forme la plus exquise du comportement politicien, qui consiste à utiliser un fait vrai pour en faire un mensonge. » René Barjavel

      Mais je ne suis pas politicien : les faits vrais, je les utilise pour nourrir mon combat anti-capitaliste.


    • FARES FARES 17 juillet 2012 11:21

      Pourquoi dénier le statut de pensée aux contributions d’ILLICH ? Ce n’est pas l’objet de cet article car se poserait alors la question de jugement porté par votre citation sur l’ensemble de la philosophie. Je me demande si votre remarque n’est pas un jugement a priori sur les réflexions d’illich au nom d’un principe qui lui même ne fait pas l’objet d’un consensus. Il faut un peu moins de dogmatisme et plus d’ouverture d’esprit pour enrichir un tel débat


      Merci pour vos remarques et votre point de vue

    • FARES FARES 17 juillet 2012 18:01

      Les exemples qui illustrent cet exposé que vous juger hâtivement « d’inconsistant » ne sont nullement de moi mais des différents ouvrages de l’auteur ILLICH Maintenant vous estimer que c’e sont les exemples données qui font qu’on ne peut accorder le statut de pensée.. Intéressant glissement qui confirme ma remarque précédente à savoir la positon dogmatique. qui décide du statut de chaque auteur


    • Hervé Hum Hervé Hum 19 juillet 2012 00:53

      Votre ami pour faire une belle tournure de phrase, n en dit pas moins une connerie vide de sens et totalement faux.

      Ensuite, la seule chose d inconsistante est votre sentence sans arguments.

      Reste, peut être, l arbitraire de la sélection des idées d Illich par l auteur de l article.



    • slipenfer 17 juillet 2012 12:00

      "on arrive à une moyenne de… 6 km/h (2). Pas plus vite que la marche à pied, et moins que le vélo, deux modes de transport autonomes."

      étonnant calcul qui exclue dans sa moyenne:les enfants,les vieillards,les handicapés
      sans compter les charges transportées (un sac à dos,ou un coffre de voiture)
      comparaison absurde à mon avis.On peu être a 5 dans une voiture
      porter une seul personne sur sont dos fait tomber sérieusement la moyenne. smiley

      je demande des explications pour me faire changer d’avis.


      • mrdawson 17 juillet 2012 14:00

        Idem pour la santé.
        Sa réflexion n’a pas l’air de tenir compte de la baisse radicale des décès infantiles permis justement grâce à la consommation médicale et aux soins dans les hopitaux. L’espérance de vie est une mesure bien trop vague pour permettre quelque comparaison que ce soit.
        Pas convaincu non plus.


      • FARES FARES 17 juillet 2012 14:05

        Demandez les à Illich. Personne ne vous demande de changer de point de vue ; car comme disait Keynes « on ne peut obliger un cheval qui n’a pas soif, à boire » MR SLIPENFER. MDR -))


      • Marc Bruxman 17 juillet 2012 19:31

        "Sa réflexion n’a pas l’air de tenir compte de la baisse radicale des décès infantiles permis justement grâce à la consommation médicale et aux soins dans les hopitaux."

        Oui mais il était curé donc il préférait surement que l’on aille prier Dieu c’est meilleur pour son business ! En fait il est triste que la technique ait montrait qu’elle était meilleure que Dieu.


      • picpic 17 juillet 2012 20:30

        Ben euh ? Certes c’est sans doute un calcul à la louche...mais l’idée c’est de nous montrer que bien souvent la solution à un problème ne fait que créer encore plus de problème non ?
        Sur ça, vous n’êtes pas d’accord ?
        S’arrêter sur un point grossier n’invalide pas tout le texte tout de même ?


      • Hervé Hum Hervé Hum 19 juillet 2012 01:17

        Je découvre Illich par cet article, cependant, il est évident que ce chiffre n est pas à prendre au pied de la lettre, il est surtout un indice. L objet de celui ci est de faire réfléchir.

        L auteur de l article donne les éléments de compréhension. Il effectue un ratio entre le temps passé à travailler pour acheter et faire fonctionner sa voiture et le bénéfice que l on en tire pour dégager du temps libre... Autre que pour se déplacer !

        Pour votre remarque, on peut penser qu Illich y répond par le biais de la mise en commun des moyens de transports où là, la moyenne est multiplié.

        Pour ce qui est de la santé, c est l amélioration de l hygiène de vie qui est la 1ere cause de la baisse de mortalité. L amélioration de la qualité de vie que représente la convivialité à pour effet de réduire fortement les risques sanitaires et sociaux. Tandis que l augmentation de la « quantité de vie » qu est la poursuite à la consommation matérielle, entraine une dépendance et addiction médicamenteuse... Entre autres !


      • clostra 17 juillet 2012 15:06

        « un certain goût de la provocation en utilisant ces raccourcis » heureusement, vous vous êtes rattrapé car justement il n’en fait pas des raccourcis mais tout un livre « La convivialité » où, fort de ces constats dont il analyse le processus (de massification, que n’oseraient d’ailleurs pas vous expliquer les VIP et autres bénéficiaires des traitements de faveur tant ils sont d’accord avec Illich...)

        Pour déboucher sur, disons, la décroissance en quelque sorte et...sur l’austérité qu’il s’empresse de définir : selon Thomas « comme une vertu qui n’exclut pas tous les plaisirs mais seulement ceux qui dégradent la relation personnelle. L’austérité fait partie d’une vertu plus fragile qui la dépasse et qui l’englobe : c’est la joie, l’eutrapelia, l’amitié. »


        • FARES FARES 17 juillet 2012 17:41

          @clostra


          Socrate devant une boutique s’exclamait « que de choses dont je n’ai pas besoin »Ne croyez vous pas que la production de biens et de services actuelle qui est orientée vers/par le profit aboutit à la délocalisation et à la fermeture d’usines pour produire le même produit a des taux de salaires plus bas. Ce n’est pas la décroissance qui se profile mais la critique de la croissance dans son contenu et la répartition des revenus de cette croissance à l’échelle planétaire en raison de la mondialisation.


        • Antoine Diederick 17 juillet 2012 20:03

          c’était bien un des propos de Illitch....

          en revanche Illitch a sous estimé la capacité de gens à s’approprier les techniques nouvelles quoiqu’il avait bien pressenti que la complexité technique des biens produits rendraient les personnes de plus en plus dépendantes....et donc moins créatrices ( il ne resterait donc à l’inventivité populaire que le détournement ludique ?).

          La suite de la réflexion : si la démocratie de la marchandisation et du capital a bien fonctionné jusqu’à confisquer une partie du désir (parce que la consommation est fondée sur le désir et le mimétisme) notre époque n’a pas encore su réduire le fossé entre le désir et la nécessité.

          Ce thème (désir et nécessité) est permanent dans l’histoire humaine, finalement Illitch l’a bien montré....


        • Hervé Hum Hervé Hum 20 juillet 2012 09:26

          A Fares, pour rire ou presque

          Le cimetière est rempli de gens indispensables... Ma poubelle aussi !


        • FARES FARES 20 juillet 2012 11:17

          @ Hume A MDR c’est le moins qu’on puisse dire


        • Marc Bruxman 17 juillet 2012 16:12

          Enfin il est bien gentil le Illitch (pas Vladimir, l’autre) mais le romantisme vis à vis de l’artisanat ca marche bien tant que l’on est pas obligé d’en vivre. Parce que bon, je sais que l’indien d’amérique qui se balade à poil dans la forêt ca fait fantasmer les écolos mais je leur demande d’aller vivre à poil dans la foret pour voir combien de temps ils survivent. D’ailleurs, Raoni ne crache pas sur l’hotel de luxe quand il se déplace en France je crois. (A moins qu’il n’ait monté sa tente dans la jardin de Dutilleux qui sait).

          Ensuite, prenons une bête table à manger (un bien de premiére nécéssité hein ?), il fallait donc aller dans la forêt, couper un arbre à la hache, transporter le tronc, le découper et blah et blah sans aide mécanique ? Bullshit ! Bon on va déja demander plus simple à l’auteur, il va à pied bien sur chez Ikea et raméne sa table à manger chez lui (toujours à pied). En revenant il remerciera bien fort Ikea d’avoir utilisé de la production de masse pour lui faire une table en aggloméré qui pése moins lourd que la table en bois massif.

          Si l’auteur trouve ca cool, c’est parce qu’il est un bobo et ne fera pas le boulot lui même. Ca me rappelle ces touristes qui vont en affrique et qui trouvent uber-kewl le boulot fait à la main. En oubliant que si ILS devaient faire ce boulot la, ils abandonneraient au bout de deux jours en me traitant d’esclavagiste.

          Alors franchement, j’ai moins l’impression d’être alliéné à bosser depuis mon bureau, assis devant mon PC avec la clim qu’à être le pied dans l’eau en train de bosser dans une riziére à madagascar. Mais bon cela dit, le sadomasochisme est une pratique tout à fait adaptée entre adulte consentant et vous pouvez toujours retourner à l’age de pierre si vous le souhaitez.


          • FARES FARES 17 juillet 2012 17:23

            @Marx Bruxman 

            On ne peut ouvrir un dialogue avec une telle position. Vous confondez le résumé d’un ouvrage avec ma position personnelle. Je peux traiter de l’oeuvre de Brasillach (he oui !) sans partager son point de vue politique.
             A tel point que vous vous permettez des facilités de langage en faisant appel à moi pour illustrer votre propos(on va demander à l’auteur) Que savez vous de moi pour me coller une étiquette de BOBO. Je vous ferais remarquer que l’esclavagisme est dans le comportement de chaque individu et m’envoyer chercher une table chez Ikea me conduit à conclure que je préfére penser que cette facilité de langage n’est pas inspiré par un sentiment d’hostilité pour avoir eu « l’outrecuidance » d’a’voir fait connaitre la pensée d’un auteur. Je suis sur que cette hostilité qui transpire de votre commentaire fera que beaucoup auront le désir de se faire leur propre opinion. Ce n’est même du dogmatisme.

          • foufouille foufouille 17 juillet 2012 17:34

            "En revenant il remerciera bien fort Ikea d’avoir utilisé de la production de masse pour lui faire une table en aggloméré qui pése moins lourd que la table en bois massif."

            truc qui dure 5a maxi, ou 2 demontage
            j’ai des meubles qui ont 50a, d’occase
            et moins

            sinon le gars qui gagnes 5000/mois qui traites l’auteur de bobo, ca fait rire


          • Marc Bruxman 17 juillet 2012 17:54

            Figurez vous cher Monsieur que j’ai bel et bien lu Illich ainsi que son maître à penser Jacques Ellul. Et que même si, dans le cas d’Ellul, on peut trouver que certaines de ses analyses sur la société techniciennes sont intéréssantes, il n’empéche que une fois passé par le coté Taliban d’Illich, le tout en devient d’une grande bétise.

            Dire que le temps passé à payer sa voiture pourrait être transformé en marche à pied est une aberration. Et d’ailleurs, j’y penserai la prochaine fois que je ferai Paris <-> Shanghai en avion, pour le prix du billlet j’aurais certainement du me faire ca à pinces ou en vélo...


          • FARES FARES 17 juillet 2012 18:23

            @foufouille c’est ce que je prévoyais au départ la critique subjective (BOBO) pour ne pas traiter du fond. Le poids d’une table comparée a celle de l’artisan.

            Merci pour votre com

          • Marc Bruxman 17 juillet 2012 19:02

            sinon le gars qui gagnes 5000/mois qui traites l’auteur de bobo, ca fait rire

            => Bobo == Bourgeois Bohéme, je n’ai rien de Bohéme, j’assumes de correctement gagner ma vie. (Pour la somme exacte je la laisse a vos fantasmes...).

            Et à l’auteur, Bobo permet de traiter du fond justement parce que c’est très bobo de vouloir un retour à l’artisanat et tout ca. Et ce sont ces mêmes gens qui n’ont pas à subir les conséquences de leur choix qui défendent ce mode de vie. Alors que certains j’aimerait trop les voir à la ferme, ils achéteraient vite un tracteur à pesticide parce qu’au fond c’est bcp plus confortable ! ! !


          • Antoine Diederick 17 juillet 2012 19:51

            a Bruxman

            Vous oubliez de remettre Illitch dans un contexte particulier....

            Il se fait qu’actuellement les gens en milieu urbain utilisent leur voiture sur une moyenne de 6-7 kms/ jour, en déplacement courant....

            vous opposez la notion de revenu à la notion de production....faut nuancer.


          • Antoine Diederick 17 juillet 2012 20:22

            a Bruxman

            Linux est par exemple une tentative réussie de ré-appropriation....elle a bien sûr ses limites....

            Il y a donc bien une compétition entre les technologies destinées à la marchandisation et celles qui sont fondées des expertises libres et qui recherchent une autre forme de diffusion des moyens techniques.


          • foufouille foufouille 17 juillet 2012 20:35

            @ bruxman
            le salaire, c’est toi qui l’a ecrit : 5000
            donc, bourgeois et boheme car tu voyages


          • foufouille foufouille 17 juillet 2012 20:37

            "Alors que certains j’aimerait trop les voir à la ferme, ils achéteraient vite un tracteur à pesticide parce qu’au fond c’est bcp plus confortable ! ! !"

            un tracteur sans pesticide est suffisant
            certaines fleurs eloignent les insectes


          • Marc Bruxman 17 juillet 2012 18:58

            Je reposte vu que replié pour non respect de la charte alors que mon commentaire n’a rien d’insultant ou hors charte. Cher auteur, avez vous peur du débat ?

            Figurez vous cher Monsieur que j’ai bel et bien lu Illich ainsi que son maître à penser Jacques Ellul. Et que même si, dans le cas d’Ellul, on peut trouver que certaines de ses analyses sur la société techniciennes sont intéréssantes, il n’empéche que une fois passé par le coté Taliban d’Illich, le tout en devient d’une grande bétise.

            Dire que le temps passé à payer sa voiture pourrait être transformé en marche à pied est une aberration. Et d’ailleurs, j’y penserai la prochaine fois que je ferai Paris <-> Shanghai en avion, pour le prix du billlet j’aurais certainement du me faire ca à pinces ou en vélo...


            • Antoine Diederick 17 juillet 2012 20:15

              le temps passé à payer sa voiture et à la « ripoliner » tous les dimanches est peut-être bien du temps perdu.

              Je « ripoline » ma voiture parce qu’elle coûte cher et que je veux la garder....je paye donc par un supplément d’énergie l’hypothèse que je vais la garder longtemps....d’ailleurs j’ai une assurance omnium très chère.

              Or, pour pouvoir garder ma voiture longtemps et sans trop d’énergie ( argent) , je devrais pouvoir la réparer moi-même facilement sans devoir faire appel à une expertise de plus en plus chère qui rend le prestateur de cette expertise de plus en plus dépendant du constructeur de la voiture.

              etc....


            • Antoine Diederick 17 juillet 2012 20:24

              peut-être même bien ceux sur l’école sont dépassés aussi....

              il suffirait d’actualiser car Illitch a tout de même bien vu la question....


            • alinea Alinea 17 juillet 2012 22:02

              Tout le monde n’a pas accès aux symboles : certains esprits sont si terre à terre qu’ ils ne comprennent pas les images.
              Pourtant, tout le monde constate que depuis qu’on a à disposition tout un tas d’outils pour nous faciliter la vie et pour nous faire gagner du temps, notre vie n’est pas plus facile et nous n’avons jamais le temps !
              Il ne s’agit pas du même niveau de conscience, il ne s’agit pas du même niveau de contentement !
              Et que ceux qui sont heureux dans cette vie, telle que le capitalisme nous l’a concoctée, se comptent !
              Personnellement, j’ai choisi l’exclusion mais même dans l’exclusion, la règle commune me rattrape !
              Être démissionnaire de soi-même, par la consommation de quoique ce soit, en médecine notamment, est une atteinte à notre liberté. Le monde actuel nous rend dépendants, bien avant la dépendance du quatrième âge !


              • loco 17 juillet 2012 22:54

                 

                 Celui qui a la montre n’a pas le temps


                • loco 17 juillet 2012 22:58


                   Sur le cul d’une semi-remorque allemande la semaine dernière (transports alimentaires), à titre sans doute de publicité, ou à la recherche d’une reconnaissance :

                   « Si nous ne roulions pas aujourd’hui, votre frigo serait vide demain. »

                   Bien vu, Illich !!!


                  • xmen-classe4 xmen-classe4 18 juillet 2012 00:02

                    la troisieme voie étant ces économiste qui n’ont jamais été capable de prouire quoi que ce soit mais qui viennent nous expliquer que cela se fait naturellement comme les clients peuvent payer leurs frais ou les citoyens leur impots.

                    ils estiment que la police ne doit exister que dans les pays totalitaire ou n’etre qu’au service de ceux qui se font payer.

                    • xmen-classe4 xmen-classe4 18 juillet 2012 00:40
                      « où la marchandise appelle davantage encore de marchandise.

                      Illich attache une grande importance à cette notion de seuil »

                      Et bien notre illich cherche à nous expliquer comment son ordinateur peut ffaire la meme chose que certaines personne dans la vrai vie.
                      l’effondrement de la masse ne marche que dans un sens ou alors les individus ont inventés quelque chose de révolutionnaire qui leur à permis de créer un maximum de bénéfice ou ils ont braqué une banque (modele eroné et non indicable au grand publique).

                      « le temps passé à concevoir et à fabriquer des engins puissants prétendument capables de faire “gagner du temps” fait beaucoup plus qu’annuler le temps qu’ils économisent effectivement »
                      de nos jours et dans un pays ou chacun accepte de payer de gré ou de force un autre économiste pour se calculer la rentabilité de la marche à pied.

                      il confond autonomie et désir d’émancipation, les gens veulent réver il risque d’en mourir, quand l’etat critique la cocaine, c’est pas pour faire serieux.
                      les acheteur compulsif ne peuvent etre que pauvre et ils ne le sont que grace à l’état et publicitaire qui leur rappele chaque jour que la consomation est bien l’épargne est mauvais.
                      et s’il economisent encore on viens leur expliquer que la fin du monde est pour cette année ou que des voleurs viennent chez ces gens. 

                      ILLICH disais comme un con se que l’on peut dire simplement, d’un point de vue scientifique c’est comme écrire une équation fausse que tout professionnel peut coriger.


                      • xmen-classe4 xmen-classe4 18 juillet 2012 00:49

                        @JL « les faits vrais, je les utilise pour nourrir mon combat anti-capitaliste. »


                        tu es juste un pauvre qui ne veut pas admetre que c’est un peut de sa faute. les milliardaires vous ont tous pris mon pauvre amis
                        Vous rêvez éveillé et vous communiquez sur internet.

                        • xmen-classe4 xmen-classe4 18 juillet 2012 01:01

                           @schweizer.ch

                          « La philosophie est une activité de l’esprit sans laquelle les choses seraient exactement ce qu’elles sont. » 
                          La philosophie appartiens à ceux qui arrive à traverser les siècles même après leur mort, et certains trouvent le moyens de n’écrire un livre que pour nous le rappeler.
                          je prefere :
                          La philosophie est de ces choses de l’esprit sans lesquelle elles ne seraient exactement qu’une activité du son.
                          autant le dire ainsi

                          • xmen-classe4 xmen-classe4 18 juillet 2012 01:13

                            @FARES si vous souhaitiez nous parler de mao tse tong, du petit livre rouges ou du pourquoi il nous faut parfois aller à la campagne pour s’occuper des affaires des autres c’est bien trouvé.

                            certains qui ne feront pas l’effort de peur de perdre leur autorité en se roulant dans la boue ou en se couvrant de cambouis se trouvent des caniches du genre. Economiste auto proclamé et tout autant philosophe.

                            • Hervé Hum Hervé Hum 19 juillet 2012 00:22

                              Merci à l auteur qui vient de me faire découvrir Illich. Un résumé ici, un petit aperçu sur Wikipédia où une simple phrase me laisse à penser sinon prouver que l homme était en accord avec sa propre philosophie. Qu il était bien son ultime maître et son premier disciple.


                              • FARES FARES 19 juillet 2012 12:18

                                c’était mon objectif. J’ai eu à connaitre la pensée d’illich au cours de mes recheches en DES de sciences économiques avec le professeur Lecaillon qui avait axé son cours en 1964/65 sur ces réflexions et celles d’André Gorz. Depuis j’ai constaté que ces arguments étaient quelque peu tombé dans l’oubli et qu’un petit rappel ne ferait pas de mal. Je comprends mieux à présent pourquoi on s’est ingénié à dénigré ses apports à la critique du système..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès