Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les aristos du rail

Les aristos du rail

Les cheminots sont-ils indécents de lancer une grève illimitée alors que la révolte des gueux des banlieues vient de montrer de manière éclatante la faillite du modèle social à la française ? Quand on fait partie de "l’aristocratie ouvrière", peut-on tenter de paralyser une France économiquement à la peine et socialement à la dérive : 10% de chômeurs, 20% de sans-formation, 11% de pauvres, un million d’enfants pauvres, trois millions de personnes privées de soins, 2,6 millions de personnes nécessitant une aide alimentaire ? (Economiquement incorrect, Eric Le Boucher, Grasset, 2005)

Entendons-nous bien : les cheminots ne sont évidemment pas des nantis ! Dans un pays dont le salaire médian horaire brut s’élève à 14,22 euros (plus faible qu’en Allemagne, Grande-Bretagne ou Italie), nombre d’entre eux gagnent à peine plus que le Smic horaire brut (8,03 euros). Dans son édition de ce week-end, Le Journal du dimanche donnait un échantillon des salaires à la SNCF : Fabien Leprévost, 27 ans, ouvrier de maintenance depuis quatre ans, 1.037 euros net ; Luc Guilliot, 48 ans, ouvrier de maintenance depuis 28 ans, 1.372 euros net ; Jean-Yves Merlin, 48 ans, ouvrier de maintenance depuis 30 ans, 1.480 euros net ; David X, 28 ans, conducteur depuis trois ans, 1.800 euros net.

Si les cheminots font historiquement partie de l’aristocratie ouvrière, c’est que, à l’instar des mineurs, des sidérurgistes ou des travailleurs des chantiers navals par exemple, les grandes luttes sociales qu’ils ont menées dans le passé leur ont assuré un statut enviable et envié dans la classe ouvrière depuis la grande époque du PCF et de la CGT. Comme tous les salariés de la fonction et du secteur publics, ils bénéficient de la sécurité de l’emploi. Et, parmi leurs acquis sociaux particuliers, les cheminots bénéficient d’un régime spécial des retraites avantageux.

Pour résumer : pas nantis, mais pas à plaindre, dans une société où les ouvriers pauvres, les travailleurs précaires, les chômeurs et les exclus sont légion. Notamment dans les cités de banlieue. Dans ce contexte, il paraît du coup vraiment indécent que les cheminots utilisent leur pouvoir de nuisance, voire de paralysie - pour la sixième fois cette année... afin de s’imposer au gouvernement comme une priorité sociale ! D’où le soupçon légitime d’une grève motivée politiquement, ou à tout le moins électoraliste, à quatre mois des élections syndicales.

Le mot d’ordre des syndicats surprend d’autant plus que le principal motif avancé de la grève (parmi quinze revendications) est le risque de privatisation de la SNCF. Le gouvernement a beau jurer ses grands dieux, y compris par écrit, qu’il n’a aucun projet en ce sens, les syndicats dénoncent une "privatisation rampante". Visiblement inquiets de leur image dans l’opinion publique, les dirigeants syndicaux communiquent toutefois beaucoup sur leur volonté de négocier jusqu’à la dernière minute... Aveu de troubles chez leurs adhérents ? A quelques semaines des fêtes de fin d’année, de nombreux salariés de la SNCF grognent contre la perspective de feuilles de salaire amputées des jours non travaillés.

Espérant visiblement rééditer la grande grève de 1995, la CGT appelle également à l’arrêt du travail ce mercredi à la RATP, l’autre bastion des "aristos du rail". Mais la centrale syndicale de Bernard Thibault engage une partie difficile face à un gouvernement Villepin qui a déjà montré, dans le conflit de la SNCM et la crise des banlieues, que sa fermeté tranquille bénéficie d’un soutien populaire largement majoritaire.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Calb (---.---.8.219) 21 novembre 2005 19:54

    extra ! Du Hertoghe dans toute sa splendeur ! les cheminots font grève et c’est indécent parcequ’ils ont la sécurité de l’emploi et qu’ils peuvent faire grève ? Bien sûr, les salariés du privé n’ont pas cette liberté et c’est bien là le problème ! les quelques « nantis » qui peuvent subsister sont inexorablement tirés vers le bas sous prétexte que d’autres n’ont pas les mêmes privilèges. L’idéal serait que tout le monde finisse au SMIC : ouvriers, employés, cadres moyens et sup, mais pourquoi pas également politiques, économistes, financiers et JOURNALISTES !!! Finalement le communisme avait du bon ? tout le monde au même salaire avec les mêmes avantages et une petite classe de privilégiés qui se partage l’essentiel du gâteau ! Monsieur Hertoghe, je vous fais mes plus plates excuses, ce n’est pas au Figaro que vous devriez postuler mais bien à l’Huma !


    • Calb (---.---.8.219) 21 novembre 2005 20:17

      autre chose : « Aristos » vous dîtes ? hé bé, vous m’en montrerez des aristos qui gagnent entre 1500 et 1800 euros par mois ! que pensez-vous des aristos des médias ? n’a t-on pas affaire à une caste de privilégiés ? si ça n’est pas le cas, je vous écoute...


      • yo (---.---.28.14) 22 novembre 2005 11:41

        Effectivement, les termes nantis ou aristos peuvent en choquer plus d’un. Mais ça n’est pas le droit de greve qui est remit en question dans cet article. L’article denonce l’abus de ce droit de greve sur fond de reelection syndical rampant. Et ca, c’est tout a fait legitime.


        • (---.---.219.3) 22 novembre 2005 13:40

          Je suis plutôt d’accord avec cet article. Cette grève est pour moi totalement indécente :
          - la CGT se targue de défendre le pouvoir d’achat alors qu’ils obligent les usagers à prendre leur voiture avec un pétrole toujours aussi cher,
          - on a connu une crise dans les banlieues avec des problèmes sans aucune mesure avec les petits tracas des cheminots (qu’ils fassent un geste de solidarité en renonçant à leur prime de charbon pour embaucher les jeunes des quartiers !!!!!)
          - la CGT insulte de manière permanente le secteur privé et ses salariés qui bossent dur pour que leurs entreprises soient compétitives et performantes.
          - la CGT se contredit en défendant le régime général des retraites et en refusant que la RATP et d’autres entreprises publiques s’y affilie

          La CGT perd tous ses combats, car tout le monde a compris qu’elle n’était qu’un parasite dans notre société, contrairement à la CFDT qui se montre plus responsable. Elle nous refait le coup de la grève SNCF : ça suffit comme ça et que les citoyens aient le courage de se mobiliser pour le leur faire savoir. CGT, STOP !!!!!!


          • Alexandre Santos Alexandre Santos 22 novembre 2005 22:13

            Je trouve que les employés de la SNCF se comportent comme un cartel qui défend un monopole qui lui permet de prendre en hotage un pays entier.

            J’entendais l’autre jour que les employés de la SNCF ont les avantages suivants :

            - 25 heures de travail par semaine en moyenne
            - retraite à 50 ans en moyenne
            - voyages gratuits pour eux et leur famille etc, etc...

            Il est évident que les employés de la SNCF ont pu obtenir ces avantages de part leur position éminement stratégique dans l’économie du pays.

            Ce qui est le plus énervant est qu’ils se posent en défenseurs des valeurs sociales alors qu’ils tiennent le pays en hotage.

            En conjuguant habilement la défense de leurs propres intérêts avec les droits sociaux des français, ils parviennent à récueillir un capital de sympathie étonnant de la part du public.

            Pourtant est ce que tous ces gens se sentent responsables des événements des banlieues ? Où sont les grands mouvements syndicaux de solidarité envers les chomeurs et populations défavorisées, et contre les discriminations ?

            Bref, je trouve que l’expression « petite bourgeoisie d’état » est très bien trouvée.


            • Emile Red (---.---.80.13) 23 novembre 2005 10:53

              "- 25 heures de travail par semaine en moyenne - retraite à 50 ans en moyenne - voyages gratuits pour eux et leur famille etc, etc..."

              Il faudrait se renseigner avant d’avancer de telles inepties. Etes vous sur que les cheminots ne passent pas leur vie à domicile ?

              Fils de Cheminot, je peux vous dire que personnellement je ne travaillerai jamais à la SNCF.

              Les cheminots ne comptent pas leurs heures, et je ne fait pas allusion aux astreintes qu’ils sont tenus de respecter de nombreux week-end par an sans contrepartie.

              Quant aux retraites, seuls les conducteurs grande ligne peuvent prétendre à la retraite à 50 ans, votre sécurité en dépend. Les cadres supérieurs l’ont à 55 ans et l’ensemble des autres employés sont au même régime que le privé, 60 à 65 ans.

              En ce qui concerne les voyages gratuits, je rigole doucement, chaque épouse de cheminot devrait avoir le choix entre 10 voyages par an et une prime conséquente de fin d’année .... quel serait leur choix croyez vous ?

              En dehors de çà, je ne vois pas les avantages autres, je n’ai en tout cas jamais bénéficié de quoi que ce soit en plus.

              Ne parlons pas des salaires, parcequ’ ici vous tombez dans la lie du prolétariat, SMIC au départ, et parfois SMIC + 200€ à l’arrivée à 65 ans, vous échangez ?

              Ily en a mare de ces pleurnicheries de français moyens qui s’en prennent systèmatiquement aux salariés, plutôt qu’aux vrais responsables de ces fameuses « prises d’otages » que sont les politiques ou les responsables d’entreprise opposés à toute négociation préalable à une grève.

              Et cette nomenclatura médiatique qui rabache ses poncifs à la chaleur des bureaux climatisés, ne sachant plus decoller son arrière train de fauteuils directoriaux afin d’enquéter en profondeur sur le terrain, n’est plus d’aucune crédibilité, léchant les pieds du dernier politicien à la mode.


              • Benoit (---.---.91.222) 23 novembre 2005 17:43

                Recettes annuelles : 9 milliards d’euros

                Budget annuel : 18 milliards d’euros

                Subvention annuelle de l’état : 12 milliards d’euros ( soit un Crédit Lyonnais tous les deux ans avec nos impôts ! )

                Financement des retraites : 14 milliards (toujours avec nos impôts !)

                Dette à financer : 2 milliards (SNCF +RFF, l’équivalent du CDR au Lyonnais)

                Situation d’un conducteur de TGV : => Salaire : de 2 200 euros net en début de carrière (2 smics) a 3 200 € (4 880 € net conducteur TGV) en fin de carrière. => Plus :
                - prime de fin d’année,
                - prime de travail (restons calme),
                - prime de parcours,
                - prime de TGV,
                - prime de charbon (hé oui, cela existe -certainement encore- vous lisez bien),
                - gratification de vacances (restons calme),
                - gratification annuelle d’exploitation,
                - indemnités pour heures supplémentaires,
                - allocation de déplacements (non imposable) etc.

                Horaire de travail : 25 heures par semaine (vive les 35 heures)

                Pour un conducteur TGV de 40 ans le salaire net Annuel toutes primes et avantages confondus s’élève a 75 000 € (source vie du rail 2002)

                Retraite à 50 ans (quand la France entière doit travailler jusqu’a 60 ans)

                Soins : gratuits (sur leur temps de travail) auprès d’un des 15.900 établissements de soins agrées ou ils sont couverts à.. 100 %

                Ce n’est pas fini :

                Autres privilèges : gratuité des transports pour les agents et leur famille, C.E. très généreux, ET L’EMPLOI A VIE...

                ET ILS OSENT SE METTRE EN GREVE ET PRENDRE LES USAGERS (le mot client n’existe pas a la SNCF) EN OTAGE ...

                ET ON LAISSE FAIRE...

                Encore quelques petites dernières pour vous achever !

                Pour les sédentaires qui n’avaient droit à aucune prime, la SNCF leur a créé la “prime d’absence de prime” !!! (texto !)

                La SNCF représente 1% des emplois en France mais ses salariés cumulent 20% des jours de grève effectués en France.

                Je comprends mieux pourquoi je ne préfère pas le train .....


                • Hertoghe (---.---.244.88) 23 novembre 2005 18:01

                  Cher Benoît, pouvez-vous nous donner la source de cette « liste de privilèges » qui circule sur le Net de boîte mail en boîte mail ? Je l’ai moi-même reçue, mais, curieusement, quand j’ai demandé la source à l’expéditeur, il ne m’a pas répondu... D’où mon vif intérêt à connaître votre source !

                  Bien à vous, Alain Hertoghe


                  • amsp (---.---.58.225) 24 décembre 2005 23:15

                    Concernant la source de cette « liste de privilèges », Il s’agirait de Christian LIAGRE, Vice-Président d’ETHIC. http://www.admi.net/cgi-bin/wiki?action=browse&diff=1&id=SNCF


                  • Benoit (---.---.91.222) 23 novembre 2005 19:11

                    Pour être franc, j’ai moi-même reçu cela d’un ami .. qui après demande par mail, l’a aussi reçu d’une connaissance. Nous sommes donc peut-être en face d’un hoax, et dans ces cas là, cela aurait le mérite d’être élucidé.

                    Et puis, si c’est faux, je présente mes plates excuses .. Cependant, étant dans le privé, je dois bien avoué que j’ai un certain ras-le-bol des grévistes et cela ne change en rien mon point de vue. Car j’ai déjà été plus que « réprimandé » par mon patron lors d’une autre grêve.


                    • Aigritude (---.---.46.87) 14 décembre 2005 17:51

                      C’est effectivement un faux que beaucoup adorent faire circuler à chaque grèves. Toutes les informations (explications, sources, ...) sont sur le forum d’hoaxbuster : http://www.hoaxbuster.com/hoaxteam/forum_contributions.php?idForum=3152&idMess=44089


                    • Calb Calb 23 novembre 2005 20:36

                      si c’est faux, vos excuses nous contenteront à peine ! colporter des faits sans en vérifier les sources, c’est véritablement honteux et indigne ! Vous nous avouez n’avoir d’autres sources que celle, je cite :« d’un mail reçu d’un ami » ? Votre ras-le-bol n’excuse en aucun cas votre manque de discernement !


                      • Benoit (---.---.11.120) 23 novembre 2005 22:00

                        La source serait bien une compilation de « La vie du rail », un des exemples parus en 2002.

                        Voilà.


                        • Alexandre Santos Alexandre Santos 23 novembre 2005 23:21

                          À Emile Re,

                          “Il faudrait se renseigner avant d’avancer de telles inepties.”

                          Mes sources sont le journal de 18 heures de radio france culture, le lundi dernier (je crois). Ils citaient une étude récemment publiée par je ne sais quelle organisme.

                          La pertinence de mes infos dépend de celle de france culture, qui n’est quand même pas sensée être le « café du commerce ».


                          • Emile Red (---.---.17.21) 24 novembre 2005 09:41

                            Il serait bon de vérifier d’une part les infos, et d’autre part de les présenter correctement : "
                            - 25 heures de travail par semaine en moyenne
                            - retraite à 50 ans en moyenne
                            - voyages gratuits pour eux et leur famille etc, etc..."

                            Mr Benoit et Santos, vous argumentez sur des éléments d’abord non avérés, ensuite hors normes.

                            Il est peut-être vrai que « certains conducteurs de TGV » ne travaille que 25h par semaine, mais est ce la réalité des 230000 employés de la SNCF.

                            Idem pour les retraites je précise bien qu’il n’y a que certains roulants qui ont la retraite à 50 ans mais tout simplement pour des raisons de sécurité publique, pour la très grande majorité des employés la retraite est conforme au système privé.

                            En ce qui concerne les primes diverses, si vous lisez dans la marge vous constaterez, encore une fois, que le cas est spécifique aux conducteurs TGV.

                            Par contre ce que vous oubliez de précisez (d’ailleurs je mets très fortement en doute le montant des salaires annoncés), c’est que toutes ces primes correspondent globalement aux primes que touchent les chauffeurs routiers nationaux, donc rien de si exaltant, en sus vous omettez de dire que ces primes ne sont pas comptabilisées pour les retraites et souvent elles équivalent à la moitié d’un salaire, dont acte.

                            De même vous nous parlez de soins gratuits tout en cachant volontairement que seul l’agent y a accès et que les cotisations salariales à la caisse de prévoyance SNCF sont beaucoup plus importantes que celles de la secu (entre 20.1 et 22.3 = privé, 27.8 à 31 = SNCF).

                            Quant aux voyages gratuits comme je l’ai dit précédemment ils sont limités à 10 par an pour les membres de la famille et encore pas sur n’importe quel train et dans certaines limites, et ne représentent aucun manque à gagner pour la SNCF.

                            Pour la fine bouche une petite critique du final de Mr Benoit, dont la démagogie n’a de mesure que les sources dont il se sert, il est évident qu’un jour de grève SNCF représente (si tout le perso est en grève) 240000 jours de grève éffectifs. De là à dire que la SNCF est l’entreprise qui totalise le plus de jours de grève en terme de date il faut peut-être mettre un bémol, et ne pas entendre que ce que l’on veut sur France-Info, le propre de l’intelligence est d’analyser l’information et ne pas l’ingurgiter brute.

                            Vouloir faire passer les agents de bagages, de bureau, d’entretien, de billeterie, les techniciens, mécanos, aiguilleurs, pour des PDG me semble parfaitement honteux. Celà reviendrait à dire qu’un adjoint au maire, dans un village du fin fond de la Lozère, toucherait autant que notre cher ministre de l’intérieur, primes comprises....

                            De qui se moque-t-on ? ....


                            • Mathieu (---.---.212.160) 24 novembre 2005 10:36

                              Benoit, il aurait été bon de préciser AVANT que tu ne savais pas la sources des informations que tu cites et que tu n’as pas la moindre idée de la véracité de ces informations. D’autre part, tu dois surement le savoir, mais il n’y a pas que des conducteurs de TGV à la SNCF. C’est comme si tu te plaignais d’une grève des balayeurs d’un aéroport en précisant les salaires des pilotes de ligne. Enfin, si ton employeur est assez bête pour te reprocher des faits que tu ne fais que subir, les grévistes n’y sont pour rien (à la béise de ton employeur). Mais je comprend, il faut bien défouler sa colère sur quelqu’un.


                              • (---.---.142.167) 24 novembre 2005 17:34

                                Une mauvaise foi affligeante !


                                • Alexandre Santos Alexandre Santos 24 novembre 2005 17:54

                                  à Emile Red,

                                  Écoutez, je trouve que vous avez tout à fait raison de parler des sources, et il faudrait aller jusqu’au bout de cette histoire.

                                  J’ai donc écrit à France Culture pour qu’ils me donnent les réferences du fameux institut duquel ils tiraient leurs informations.

                                  En attendant une (éventuelle) réponse, j’ai parcourru le web à la recherche d’infos sur la question, et il est probable (mais pas certain) que l’enquête soit issue de l’iFRAP (Institut Français pour la Recherche sur les Administrations Publiques).

                                  Je dis probable mais pas sûr car l’iFRAP a publié une étude en 2001, tandis que radio France parlait d’un rapport récent.

                                  En ce qui concerne iFRAP (http://www.ifrap.org/), il est évident que cet institut est un « think tank » avec un parti pris idéologique libéral certain, ce qui nuit à leur crédibilité, et implique que leurs études doivent être lues avec beaucoup d’attention pour séparer les faits du biais idéologique.

                                  En tout cas voici le résumé de leur étude.

                                  Je n’ai pas le temps d’aller plus loin dans l’enquête, mais il y a une discussion intéressante sur le sujet à HoaxBuster.com

                                  Il s’en dégage que les affirmations sont en général vraies, et qualifiées.

                                  Ainsi par exemple :

                                  - l’iFRAP parle de retraite à 50 ans, et précise que cela ne concerne pas tous les fonctionnaires, mais surtout les conducteurs, les autres fonctionnaires prennant leur retraite à 55 ans (à comparer avec les 60 ans de la moyenne nationale).

                                  - L’iFRAP précise bien que la semaine de 25 heures concerne seulement les conducteurs de TGV et pas l’ensemble des fonctionnaires. Il semblerait que la moyenne d’heures de travail de la SNCF tourne autour de 32 heures par semaine.

                                  - Les fonctionnaires bénéficient de toutes sortes de primes (la fameuse prime au « charbon » n’est pas mentionnée, bien qu’elle existe), ils citent entre autres des primes pour compenser la perte de primes au déplacement pendant la période de congé, puisqu’ils ne se déplacent pas pendant les congés !

                                  Par contre d’autres points semblent plus polémiques :

                                  - L’iFRAP parle de « gratuité des transports », ce qui semble être discutable et contesté. Impossible d’en tirer une conclusion.

                                  - Ils affirment que les salaires sont plus élevés à la SNCF que dans le privé pour les mêmes qualifications, ce qui est contesté.

                                  Bref, l’ifrap a un discours très anti-administration publique qui nuit à leur crédibilité, et il est possible que des parties de son étude aient été « simplifiées » dans les fameux e-mails qui circulaient (et plus grave, dans les affirmations des médias). Mais il n’en demeure pas moins que l’image générale est correcte. Le personnel de la SNCF bénéficie d’un régime exceptionnel par rapport aux autres français, qui vivent sous la menace constante de grèves (6 pendant 2005 ?) qui visent à préserver un une situation de monopole innacceptable, surtout en ce qui concerne le fret.

                                  J’espère juste que l’iFRAP n’est pas le seul groupe à faire ce genre d’études, vu son parti pris qui nuit à sa crédibilité. Mais peut être que ce sujet est trop « sensible » pour être pris en considération par des organismes de recherche plus classiques ?


                                  • Emile Red (---.---.207.100) 25 novembre 2005 11:09

                                    Il serait salutaire d’éviter d’utiliser des rapports dont la provenance est pour le moins extrèmement douteuse.

                                    Je crois que le mieux pour parler d’un sujet est de le connaître, de le fréquenter, ou de le vivre.

                                    En celà, rien est plus aisé de se rendre dans une gare et de demander le montant d’un salaire à un agent SNCF, je suis sur que vu la modicité de ces rémunérations, l’agent ne fera aucune obstruction à la demande.

                                    Il existe aussi des rapports officiels, établis par la direction de l’entreprise, disponibles auprès des différents syndicats.

                                    La rumeur et le bruit qui court sont les pires ennemis de la vérité, il ne faut jamais donner de crédit à celui (surtout journaliste) qui répend des allégations morbides et onirique, aux seules fins de se valoriser.


                                    • Alexandre Santos Alexandre Santos 25 novembre 2005 14:13

                                      “Je crois que le mieux pour parler d’un sujet est de le connaître, de le fréquenter, ou de le vivre.”

                                      Désolé, mais les grèves sont des événements « vécus » par les usagers, et puisque c’est une compagnie publique, chaque citoyen a le droit et devoir d’en parler.

                                      “ Il serait salutaire d’éviter d’utiliser des rapports dont la provenance est pour le moins extrèmement douteuse.”

                                      Un peu trop facile comme remarque. Même si je me méfie de l’iFRAP, personne n’a montré ils publiaient des mensonges, il n’y a pas d’étude crédible qui infirme leurs commentaires.

                                      En l’état actuel, je ne vois pas de raison de ne pas les utiliser comme sources, avec les qualificatifs qui s’imposent.

                                      “Il existe aussi des rapports officiels, établis par la direction de l’entreprise, disponibles auprès des différents syndicats.”

                                      Justement, il serait constructif de faire des liens vers ces rapports. Ceux de la direction m’intéressent particulièrement, vu que les syndicats auront intérêt à passer sous silence leurs prévilèges.

                                      Mais le mieux serait que vous trouviez un rapport d’un organisme qui n’a pas de lien direct avec l’entreprise, et qui infirme ce qui est dit dans l’iFRAP.

                                      Puisque vous demandez des sources crédibles, il serait aussi utile que vous en fournissiez !


                                      • Christian (---.---.40.124) 29 décembre 2005 02:34

                                        les personnels rouland de la SNCF ne font pas un horraire de bureau. Les trains roulent 24/24h 7/7 jours il n’y a pas que des TGV à la SNCF. Un conducteur d’un train de la banlieue prisienne doit commencer son service pour assurer les trains du matin vers trois heures. Après son service du soirs’il finit dans une lointaine banlieue il dormira dans un foyer pour recommancer le lendemain matin. Sans parler des dimanches et des jours fériés. C’est celà la vie d’un conducteur de train. Maintenant battons nous tous ensemble pour que tous les salariés arrivent à avoir les mêmes droits et prenons le patronnat en otage.


                                      • Emile Red (---.---.84.56) 29 novembre 2005 15:16

                                        Désolé mais je ne pense pas que ces rapports soient en ligne, les syndicalistes SNCF et la direction de celle-ci n’ont peu ou pas de temps à perdre.

                                        Vivant au beau milieu de la campagne, à quelques 60km de la première gare, je ne vais pas non plus perdre mon temps si précieux.

                                        Mais vous ayant donné la solution pour les obtenir, je crois que vous ferez l’effort, étant apparement un adepte du transport ferroviaire, pour vous les procurer rapidement, et constater que mes dire ne sont pas issus d’une quelconque nébuleuse pseudo-informative, d’autant plus que mon vécu en temps que fils de cheminot et ex-cheminot (temporaire) moi-même peut prévaloir d’une certaine véracité...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès