Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les autoroutes électorales

Les autoroutes électorales

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, a entériné fin octobre un « moratoire » sur les projets autoroutiers, sauf dans les cas de sécurité, de congestion ou d’intérêt local. A quelques mois des élections municipales, les élus locaux s’insurgent contre cette proposition.

Après avoir annoncé fin octobre que l’ère du tout-autoroutier était terminée, le ministre de l’Ecologie ne se doutait certainement pas qu’il venait d’ouvrir la boîte de Pandore.

Elus locaux et promesses électorales

En effet, les élus locaux ont immédiatement réagi à cette mesure qu’ils jugeaient inappropriée en cette période électorale. Rappelons que de nombreuses communes ont misé sur la création d’autoroutes afin de se désenclaver. Il s’agit le plus souvent de promesses électorales que les candidats aux élections municipales ont beaucoup de mal à abandonner. De l’autre côté, les associations écologiques se sont réjouies de cette proposition forte.

Economie et écologie : où placer le curseur ?

La question épineuse qui se pose est donc de trouver un équilibre entre l’intérêt économique local et le coût écologique des projets. Exercice hautement périlleux eu égard au flou entretenu par le ministère des Transports. La seule information publiée précise que ce principe s’appliquerait avec bon sens, ce qui ne fait qu’entretenir les doutes des uns et les espoirs des autres. Ainsi, les opposants aux projets autoroutiers avancent que la France a déjà un réseau autoroutier parmi les plus développés en Europe, puisqu’on compte environ 8 000 kilomètres d’autoroute, soit plus du tiers du réseau européen qui totalise 23 500 kilomètres. Deuxième du réseau en Europe, l’Italie ne possède que 5 600 kilomètres d’autoroute, puis l’Espagne 2 600 kilomètres et l’Autriche 2 000. Les défenseurs de l’autoroute, quant à eux, rétorquent que si la longueur des infrastructures autoroutières françaises peut paraître adaptée lorsqu’elle est rapportée à la superficie du pays, à la taille démographique ou au PIB national, elle est insuffisante si l’on considère l’emplacement spécifique de la France au sein de l’Europe.

Les principaux points d’achoppement

Parmi la quarantaine de projets en cours, certains ont été plus médiatisés que d’autres. Ainsi, le projet d’autoroute A65 entre Langon et Pau a subi les foudres de l’association Alternative régionale Langon-Pau (ARLP), qui s’est constituée pour le combattre. Et ceci, bien que le projet soit soutenu par la quasi-totalité des formations politiques locales.

A Strasbourg, le projet de grand contournement Ouest (GCO) de l’agglomération, au sujet duquel le Conseil d’Etat vient de rendre un avis favorable, continue d’opposer élus, qui estiment majoritairement qu’il correspond aux critères de « sécurité » et de « congestion » retenus par le Grenelle, au collectif « GCO non merci ».

Dans certains dossiers, le gouvernement s’implique lui-même pour assurer que le projet réponde aux critères du Grenelle de l’environnement. On pense bien sûr à l’A45, qui doit relier Lyon et Saint-Etienne : le Premier ministre, François Fillon, a lui-même assuré que cette autoroute ouvrirait en 2015, comme prévu et qu’elle respectait les critères énoncés ci-dessus.

Terminons par ces quelques mots de Bernard Grasset qui résumé merveilleusement bien la situation décrite plus haut : « la solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes ». Malheureusement !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 17 janvier 2008 16:21

    Aurait on oublié de compter le 2 x 2 voies et plus à l’etranger ?

    Quand on parle d’autoroute en France, on parle d’autoroutes "payantes". Le même critère a l’etranger démontre que l’allemagne n’a pas d’autoroute, que l’espagne en a tres peu etc, etc...

    En France, il nous manque de nombreuses voies 2 x2 voies a 110 km/h pour rendre le resau acceptable et les villages desenclavés. Petr être que c’est ça que veulent les ecologistes de Grennelles, c’est faire construire des 2 x 2 voies gratuites...

     


    • claude claude 17 janvier 2008 17:27

      la France a déjà un réseau autoroutier parmi les plus développés en Europe, puisqu’on compte environ 8 000 kilomètres d’autoroute, soit plus du tiers du réseau européen qui totalise 23 500 kilomètres. "

      la france est le pays européen qui a la plus grande superficie. il y a environ 1000 km de strasbourg à brest et de lille à marseille. il est donc normal d’avoir un réseau qui soit en rapport avec sa superficie et son infrastructure.

      actuellement, il y a des zones qui ne sont pas desservies par le réseau et ceci pénalise l’économie des villes en dépendant...

       

      le bénélux a un réseau autoroutier plus dense que celui de la france.

      l’allemagne, plus petite que la france, a le premier réseau autoroutier d’europe (plus de 11 000 km).

      il faut trouver le compromis entre la qualité de vie et l’économie.

      petite remarque : parmi les opposants aux autoroutes, il y a peu de gens qui ont des milliers de bahuts qui passent devant leur porte, tous les jours...

      étant alsacienne, je connais le pb du contournement de strasbourg : en effet strasbourg étant un goulet d’étranglement et un carrefour, tous les camions qui transitent par l’alsace, s’y retrouvent dans un sens, comme dans l’autre, bloquant toute l’agglomération...

      côté qualité de l’air, c’est pas le top ! entre 2 maux, il faut choisir le moindre

       


      • Gilles 17 janvier 2008 19:36

        "le bénélux a un réseau autoroutier plus dense que celui de la france. L’allemagne, plus petite que la france, a le premier réseau autoroutier d’europe (plus de 11 000 km)."

        N’oubliez pas non plus la difference en termes de densités de population.


      • Forest Ent Forest Ent 17 janvier 2008 23:23

        Il faut reconnaitre à Borloo un grand talent d’animateur pour avoir réuni des gens avec des idées aussi contraires et sorti un communiqué final suffisamment flou et à l’air assez précis pour contenter tout le monde. Après bien sûr la réalité reprend ses droits. Sale métier de prendre des décisions... Ca doit être pour cela qu’il n’y en a pas eu. A ce propos, quelqu’un sait ce qu’est devenu le "plan Borloo" du gouvernement précédent ?

        C’était d’ailleurs assez amusant de lire que l’Etat ne veut plus payer d’autoroutes et qu’il veut construire des TGV sachant qu’il n’a de sous ni pour l’un ni pour l’autre, et qu’il repose pour cela sur la bonne volonté de Vinci et al à qui il vient de vendre ses infrastructures.

        Avec un peu de recul, la politique-TF1 offre quand même plein d’occasions de se bidonner.


        • Trashon Trashon 18 janvier 2008 09:38

          Une petite coquille en parlant d’autoroute :

           

          www.infolettre.fr//gabarit/newsletterview.php :

           

          Enregistrez la photo du periph. et regardez la attentivement voyant ça j’me dis qu’il est peut être finalement temps de le rendre payant ce sacré périph

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès