Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les barbares sont à la porte

Les barbares sont à la porte

C’était la fête nationale aux Etats-Unis hier, c’était l’independence day, et c’était probablement une fête pleine de désarroi. Car qu’est ce que cela veut dire le jour de l’indépendance aujourd’hui ? Une très grande partie de la population, avec ses biens immobiliers qui ne valent plus rien et ses emplois qui n’existent plus, s’enfonce un peu plus dans le déclassement et la pauvreté. Les Pères fondateurs se sont battus pour se débarrasser du joug de la monarchie britannique. En 2011, il s’agit probablement de se libérer du joug de la dette. Et de fait, il y a eu une personne pour rédiger cette déclaration d’indépendance là.

Le Minnesota, un Etat grand comme la moitié de la France, sait de quoi il en retourne. Le Gouverneur Mark Dayton vient de procéder à la fermeture de certaines administrations. Républicains et Démocrates s’écharpent sur le type d’économie à faire et il manque toujours 5 milliards de dollars. Vingt trois milles fonctionnaires ont été renvoyé chez eux, vendredi matin ; parcs nationaux et centres d’hébergement d’urgence ont été fermés et l’ancienne maison du gouverneur a été incendiée. Pourtant le Minnesota, c’est une broutille par rapport à ce qui va se jouer pendant l’été au niveau fédéral, au niveau de la faillite fédérale. On va batailler pour colmater la brèche et puis après ?

C’est un peu comme en Grèce. Le plan voté par le Parlement la semaine dernière n’est pas l’amorce d’une solution à l’endettement du pays. On sait depuis hier soir qu’il est d’ailleurs incapable de tenir son engagement de réduction des dépenses … sur son premier mois. Non, le vote du plan d’austérité imposé par la Troika au peuple grec n’est pas une solution à l’endettement. Si les marchés ont applaudi en repartant à la hausse, c’est qu’ils ont été rassuré sur un seul point : leur propre pouvoir.

Dans Le Monde ce week end, Amartya Sen, le prix Nobel d’économie en 1998 prévient : « il est très affligeant que l’on soit aussi peu inquiet du danger qui menace aujourd’hui le régime démocratique de l’Europe, lequel se manifeste insidieusement par la priorité donnée aux impératifs financiers. »

Le plan semble en marche. Ce week end à nouveau, une fois le vote avalisé, Jean-Claude Junker, Premier ministre du Luxembourg et président de l’Eurogroup n’a pas maché ses mots : avec les privatisations, « la souveraineté de la Grèce sera énormément restreinte ».

Nous sommes à un point de basculement : nous enfoncer, politiques d’austérité en bandouillère, vers un capitalisme encore plus débridé conduisant probablement à l’instauration d’une supra-souveraineté, imposée donc, comme en Grèce, par le dictat économique ; OU… ou… quoi ? c’est la question.

Constantin Cavafy, poète grec du 20ème siècle, avait tout vu. De fait, fonctionnaire, journaliste et courtier à la bourse il était bien placé pour connaître les arcanes du pouvoir. Son poème, « En attendant les barbares », a été traduit par Marguerite Yourcenar.

Qu’attendons-nous, rassemblés sur l’agora ?

On dit que les Barbares seront là aujourd’hui.

Pourquoi cette léthargie, au Sénat ? Pourquoi les sénateurs restent-ils sans légiférer ?

Parce que les Barbares seront là aujourd’hui. À quoi bon faire des lois à présent ? Ce sont les Barbares qui bientôt les feront.

Pourquoi notre empereur s’est-il levé si tôt ? Pourquoi se tient-il devant la plus grande porte de la ville, solennel, assis sur son trône, coiffé de sa couronne ?

Parce que les Barbares seront là aujourd’hui et que notre empereur attend d’acceuillir leur chef. Il a même préparé un parchemin à lui remettre, où sont conférés nombreux titres et nombreuses dignités. (…)

Pourquoi nos habiles rhéteurs ne viennent-ils pas à l’ordinaire prononcer leurs discours et dire leurs mots ?

Parce que les Barbares seront là aujourd’hui et que l’éloquence et les idées les dérangent.

La Grèce est en train de vivre une « apocalypse », au sens premier du mot, qui signifie, en grec justement, « mise à nu », « levée de voile », « révélation ». La lutte des classes s’est déplacée : c’est le peuple contre le pouvoir financier. Les barbares sont à la porte. On peut raconter ce que l’on veut : on ne résoudra pas un problème de civilisation à coup de politiques d’austérité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (108 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 5 juillet 2011 09:47

    Superbe texte, Flore, magnifique ! Merci de rappeler le beau poème de Constantin cafany. On frissonne , les larmes viennent aux yeux en lisant cela.

    Oui, les barbares sont dans nos vies. Comme à Fukushima.
    Et nous avons envie d’une vie digne.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 juillet 2011 17:23

       Constantin Cafany dénonce l’incurie. Le vrai message est qu’il est toujours apprécié de pouvoir trouver une excuse pour ne rien faire, comme on disait de Mirabeau qu’il allait mourir pour ne pas avoir a rembourser ses dettes. Bientôt, on ne fera plus rien, on attendra la fin du monde. Alors si le monde ne finit pas…. Il faudra vraiment changer



    • PhilVite PhilVite 5 juillet 2011 09:54

      C’est exactement ça !

      Ils sont en train de détruire notre civilisation. Ce sont nos barbares à nous !

      Il est grand temps de s’en rendre compte, de les prendre pour ce qu’ils sont vraiment et de les traiter comme ils le méritent.


      • Capone13000 Capone13000 5 juillet 2011 10:01

        Excellent, vous avez le mérite d’oser parler de tout celà. Cela change des experts autoproclamés de l’économie qui ne prédisent que leur non renouvelement.

        Les populations savent très bien que nous nous dirigeons tous vers une catastrophe économique bien pire que celle de 1929. Le jouet est cassé, ce système ne peut plus fonctionner, il ne restera que 2 issues, la dictature ou l’émancipation des peuples à la main mise américaine sur l"economie qui nous mène au fond du trou pendant sa chute imminente.

        Le problème c’est que dans le panel poliitque français, il n’y à pas un parti qui ne soit sous influence de la finance, à moins qu’un illustre inconnu sorte du lot ...


        • Aureus 5 juillet 2011 16:51

          Oui, Capone13000, cet existe et il s’appelle François Asselineau, haut fonctionnaire mis au placard pour avoir rué dans les brancards.
          Il n’a absolument rien en commun avec aucun homme ou femme politique français ; c’est un peu notre Nigel Farage à nous, l’accent british en moins.
          Je n’avais jamais pensé adhérer à un parti avant mais j’ai ressenti ses propos comme un nouvel appel du 18 juin. Tous viennent à lui, de plus en plus nombreux, de droite et de gauche ; noirs, blancs ou jaunes pour sauver notre pays et lui éviter le même destin que la Grèce ; ce qui viendra inéluctablement.
          Je ne suis pas là pour faire de la retape pour un parti politique et le fait que je sois convaincu ne veut pas dire que j’ai raison. Simplement, prenez le temps de visionner les conférences de F. Asselineau ; ses démonstrations sont implacables.
          http://www.youtube.com/watch?v=FJE6Fz1KbSE

          Notre parti est barré de tous les médias nationaux, tenus en grande partie par les intérets financiers américains. Pour en avoir la preuve, penchez-vous sur les capitaux de Lagardère, Bouygues ou Dassaut.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 juillet 2011 16:55

          @ Capone


          « A moins qu’un illustre inconnu sorte du lot … » … Et que l’on cesse de parler de cette pseudo démocratie qui n’est que manipulation des simples par les médias et la corruption sur mesure pour s’adjoindre les autres. Cette démocratie est un leurre ; qu’on s’en débarrasse. Vite, Bonaparte.




        • Capone13000 Capone13000 5 juillet 2011 23:15

          oui je suis l’UPR de François Asselineau et je dois avouer que ses analyses me semblent tout à fait pertinentes et proches de la réalités.

          Un parti et un homme à suivre de près.


        • Gabriel Gabriel 5 juillet 2011 10:02
          Bonjour Flore
          Les charognards dépècent la bête encore vivante. Il est tant que les agneaux deviennent des loups afin que la peur et la misère changent de bord et reviennent à ceux qui les ont répandu, sacrifiant leurs frères, pour leur confort personnel.

          • gaijin gaijin 5 juillet 2011 10:03

            superbe en effet
            oui les barbares sont là
            on les a laisser s’installer progressivement aujourd’hui les nations soit disant démocratiques ne sont plus que des coquilles vides qui attendent les ordres

            a quoi reconnait on les barbares ?
            a travers les ages ils ont une seule devise : « nous avons raison parce que nous sommes les plus forts »

            parce que nous étions dans un monde ou tout nous paraissait connu nous avons laissé proliférer les barbares a l’intérieur de nos propres frontières

            suffira t’ il de leur dire que nous ne sommes pas d’accord ? c’est là la question

            en reprenant de coluche ce propos« violer c’est quand on veut pas moi je voulais ..... »
            toujours aussi d’actualité qu’il s’agisse de sexe où d’autre chose


            • JL JL 5 juillet 2011 10:15

              Bonjour Flore Vasseur,

              pas mieux que les deux précédents commentaires.

              On a aussi entendu dans les mmédias que DSK a pu y assister, à cette sacrée fête de l’indépendance. Quelle ironie !

              A la suite du poème de Constantin cafany que vous transcrivez, permettez moi de citer ici cette très belle chanson magnifiquement interprétée en son temps par Reggiani : « Les loups sont entrés dans Paris ».

              De fait, les « loups » sont entrés dans toutes nos institutions, et aujourd’hui, ça se voit surtout à Athènes :

              Grèce : le gaz lacrymogène utilisé actuellement par la police anti-émeutes est une arme chimique et d’usage interdit contre l’ennemi en temps de guerre.


              • paul 5 juillet 2011 10:49

                Le terme « barbare » désigne bien , littéralement, tous ceux qui participent à la désintégration d’une société civilisée - de Fukushima aux places financières incontrôlées .

                Le poète grec Cafafy, que je découvre avec l’article, faisait sans doute référence aux grecs et
                romains antiques, qui désignaient ainsi l’étranger rude, grossier, inculte ,brutal .

                Le terme renvoie aussi au livre de Bayrou « Abus de pouvoir », sorti en 2009, qui désignait ainsi le
                Kid de Neuilly :
                « l’enfant barbare : il est enfant en ce qu’il se croit tout puissant . Il est barbare en ce qu’il sous-estime, méprise, ou plus gravement encore, ignore ce que sont les piliers culturels et moraux de la maison » .


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 5 juillet 2011 11:44

                  Bonjour Flore,

                  ce sont les pirates qui forment ce tampon d’intermédiaires remplissant leurs poches entre les pays producteurs et les continents consommateurs, notamment les anglais et les grecs dominants des océans depuis l’antiquité... pirates, paradis fiscaux, barbares friands de belles femmes et réciproquement : http://www.dailymotion.com/video/x2qcb_le-temps-des-cathedrales_music

                  «  

                  Il est foutu le temps des cathédrales
                  La foule des barbares
                  Est aux portes de la ville
                  Laissez entrer ces païens, ces vandales
                  La fin de ce monde
                  Est prévue pour l’an deux mille »

                  bonne journée .


                  • ali8 5 juillet 2011 12:30

                    Lisa

                    allons !! il n’y a pas besoin d’être un barbare pour être « friand de belle femmes » !!!!!! enfin, à mon avis

                    vous vous trompez tous de cible aujourd’hui, ou bien mangez vous l’hors-d’oeuvre avant de bondir sur l’Islam habituellement coupable de tous les maux ici !! bien sûr, je plaisante, mais je n’en pense pas moins smiley


                  • voxagora voxagora 5 juillet 2011 12:03

                    .

                    Le problème, c’est qu’avec la force du pouvoir financier
                    pénètre aussi une américanisation des esprits dans ce qu’elle a de pire.

                    Foin, pour eux, de rhétorique, d’analyse et de discussion, héritage grec,
                    Il leur faut des combats, du sang, de l’accusation, de l’anathème,
                    de l’écrasement de l’autre transformé en « égal » à terrasser dans un procès
                    (ex des enfants jugés et condamnés comme des adultes).
                    C’est ainsi qu’ils influencent nos lois.

                    Il n’y a plus d’agoras, il n’y a que des rings.
                    .


                    • Yvance77 5 juillet 2011 12:40

                      Salut,

                      Billet brillant et tout en finesse. Bravo à l’auteuse smiley

                      Le paradoxe chez ces crétins (US) est qu’ils pensent que c’est en privant de salaire les peuples que la dette sera payée. A part saisir des ruines invendables, ils ne récupéreront rien de la sorte.

                      Cela constitue la preuve la plus limpide que le règlement de la dette n’est pas la priorité pour les financiers, mais juste d’enfoncer définitivement le clou.

                      Et, en Europe, le labo se nomme la Grèce. Les Grecs sont dans les pipettes et reçoivent les potions, afin de savoir à quelle vitesse ils finiront par tous crever.

                      REVOLUTION


                      • JeannotT 5 juillet 2011 12:46

                        Bonjour,

                        Mes connaissances en économie sont quelque peux limitées, mais comment relancer la croissance en imposant des mesures comme la baisse du salaire minimum tout en augmentant les diverses taxes ? Car c’est bien connu, si je suis dans la mouise et que je ne peux plus payer mes factures je vais aller trouver un travail moins bien payé et acheter des produits plus chers, logique implacable, non ?

                        Mais bon, il y a bien plus important (mode sarcasme « on »), voici l’ énoncé du journal de 20h d’hier, qui comme nous le savons recentre les gens sur les « vrais » préoccupations :
                        _Affaire Dsk...
                        _Faut-il raccourcir les grandes vacances ???
                        _Feu de forêt...
                        _Paris capitale de la mode...
                        _Surveillance accrue de la côte Atlantique pour les vacances...

                        Ne perdons plus notre temps avec des futilités telles que le racket organisé des pays de l’ancien monde ou les problèmes nucléaires, de grâce recentrons nos préoccupations sur les vrais sujets d’actualité, il est bien plus important de savoir si les vacances scolaires doivent êtres raccourcies ou si Paris mérite son titre, non ?
                        Quand j’entends les discussions à la machine a café au travail je suis quelque peux inquiet, sur 60 personnes il s’en trouvent tout juste 3 que les vrais sujets préoccupent, le reste ne portent aucun intérêt au problème grec car « c’est loin de chez nous, ca ne nous regarde pas », la politique « c’est chiant et de toute façon ca ne changera rien », Fukushima « c’est fini, on en parle plus aux infos » et « vaux mieux ne rien savoir, au moins pas besoin de s’énerver »... Les merdias font bien leur travail... Quand je viens sur les sites comme Agoravox j’ai l’impression que nous sommes beaucoup à porter un regard critique à se qu’il se passe mais quand je retourne à cette maudite machine à café je me rend vite compte que nous sommes bien peu... Tout juste si parfois certaines personnes font mine de s’intéresser, mais cela dure 5 minutes, plus par respect pour ne pas dire que je les fait chier avec de tels sujets de discussion. En même temps je ne peux pas leur en vouloir, allez expliquer aux personnes que pour espérer entrevoir un petit bout de vérité il faut chercher ses infos ailleurs qu’au jt., dans la plupart des cas en faisant cela je passe pour un « illuminé adepte de la théorie du complot », ou on me dit souvent aussi que sur internet il ne se dit que des conneries, c’est « juste bon pour fesse-bouc et ponrtube »...

                        Y’a pas à dire, les merdias font vraiment bien leur travail... Mais plus longtemps ils garderont les gens endormis, plus fracassant sera le réveil...


                        • le poulpe entartré 5 juillet 2011 13:44

                          Attention, une bonne partie des américains a une existence plus proche de la précarité que de l’opulence. Les fins de mois difficiles des millions d’entre eux commencent à connaître. Ce qui reste de la midle-class est en train de sombrer en silence. C’est difficile de s’avouer à soi-même que l’on a quitté cet espace où l’on pouvait espérer un mieux être, un (des) progrès sociaux. Ces temps sont révolus, tout se rigidifie, se cristalise. L’horizon devient à court terme. On gère le quotidien mais il n’y a plus de projet.
                          Lentement mais surement, la France bascule vers ce néant, précipité par la junte et ce parti socialiste de pacotilles.


                        • filendrick 5 juillet 2011 20:54

                          45 millions d’americains vivre grâce à d’un chèque de l’état.

                          Source Max Keiser, dans la 2eme partie de cette l’émission radio ici et maintenant du 11 mais


                        • Antoine Diederick 5 juillet 2011 21:26

                          a Filendrick...

                          45 millions c’est moins que les 95 millions de chinois affiliés au parti .


                        • Blé 6 juillet 2011 06:44

                          Vous voulez passer pour « un simplet » ou un imbécile ? Le jour de l’ indépendance des USA, les banquiers ont pris le pouvoir et l’ on toujours gardé, cela ne date pas d’hier. Autre petit détail : pouvez-vous citer un seul moment de l’ histoire des USA où ce pays n’ était pas en guerre et une seule date ou ce pays à payer ses dettes depuis la seconde guerre mondiale. Il est urgent de lire l’ histoire des U S A autrement qu’ à travers les lunettes du « conditionnement » des publicitaires.


                        • le poulpe entartré 6 juillet 2011 23:10

                          Alchimie

                          Vous êtes fâché avec les chiffres. La population des Etats Unis était en 2010 de 308 745 000 habitants. La moitié est donc de 154,37 millions d’habitants et non 45 millions. Vous avez fait une erreur de 342% mais à part ça vous dites avoir de bonnes connaissances en démographie. Cela va de soi mais c’est la version Pastis 51 ou Préfontaine. Vous auriez pu avoir l’amabilité de le préciser pour que nous puissions déterminer le facteur multiplicateur.

                          Plus sérieusement pour les autres internautes, les Etats Unis sont en passe de s’effondrer. Pour ceux qui ont eu la chance de parcourir récemment des villes comme Los Angeles ou Atlanta, ils ont pu s’apercevoir à quel point, certains districts sont complètement à l’abandon. On a l’impression d’être au Mexique en pire. Certains quartiers sont dans un tel état de décomposition que toute la Seine Saint Denis à coté, serait Dubaï. La crasse est partout. Les gens se foutent ils de tout ou bien on t ils baissé les bras, lâchés définitivement la rampe ? Une maison sur quatre, et j’exagère à peine, est à vendre, sans distinction de catégorie. De la plus luxueuse au pavillon de classe moyenne, les panneaux de mise en vente sont omniprésents. Les gens qui vivaient sur un standing important descendent d’un cran en habitant dans des quartiers moins chers. Cela permet de durer et surtout de voir venir. Les sociétés de déménagement sont en pleine activité. Les camions (très beaux) sont présents sur toutes les routes. A Miami, une des plus grandes propriété (de la taille de l’Elysée) est en vente sur Sunset Island depuis......un an et demi. Plus d’acheteur, même institutionnel.

                          Autrement dit, les américains font comme s’il n’en était rien. Il faut continuer à sourire comme si tout allait bien même lorsque l’on est dans une position limite. Beaucoup de ménage sont dans ce cas et pourtant ils veulent continuer à donner le change : « vous voyez bien que ça roule, nous venons de changer de voiture, de partir en vacances dans tel hôtel avec telles activités, etc, etc ». L’impression que cela donne, c’est une voiture lancée dans une descente avec des freins hors services : un vrai cauchemar éveillé.
                          J’ai comme l’intuition que le virage ne va pas tarder à arriver.


                        • jullien 5 juillet 2011 13:43

                          @l’auteur
                          Je serais plutôt d’accord avec vous sur le fond mais il me semble que vos références littéraires sont mal choisies : à la fin du poème les Barbares ne viennent pas et les Romains en désarroi s’exclament « Les Barbares c’était une solution ! »
                          Je ne crois pas que ce soit ce que vous aviez voulu dire.


                          • obismey [ Against All Authorities ] obismey [ Against All Authorities ] 5 juillet 2011 13:47

                            Les grecs n’ont que ce qu’ils méritent .

                            On ne force personne à vivre au-dessus de ses moyens .

                            Bien fait pour eux . J’espère qu’on va bien les tondre car il n’est pas question que je sacrifie l’avenir de mes enfants et toutes mes économies durement investies à cause de ces gens là et de leur inconscience .

                            Si vous n’avez pas les moyens de payer, n’empruntez pas et vivez avec le peu que vous avez.


                            • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 5 juillet 2011 13:54

                              J’ose espérer que votre remarque était ironique !


                            • Walid Haïdar 5 juillet 2011 14:06

                              vous avez raison ! totalement raison !


                              Chacun a ce qu’il mérite. Par exemple, Liliane Bettencourt mérite d’avoir tant d’argent qu’un smicard qui aurait bossé depuis Nabuchodonosor.

                              C’est justifié, puisque c’est la conséquence de la répartition des richesses juste et non faussée déterminée par le système, qui, c’est bien connu, est intelligent et impartial.

                              Et d’ailleurs, il est tout à fait mérité de toucher des intérêts sur le crédit qu’on accorde à des gens déjà endettés. Des crédits à 20% par exemple, ça c’est mérité. 

                              Et puis il est tout aussi logique que, les dirigeants de ce pays étant si corrompus qu’ils ont, avec l’aide de Goldman Sachs, trafiqué leurs comptes, il est logique donc, que ce soit le peuple grec qui en subisse les conséquences plutôt que Goldman Sachs ou les dirigeants criminels qui n’ont jamais été punis, eux.

                              Bien entendu, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, ce sont les peuples des pays plus pauvres qui se sont engraissés illégitimement, et les plus riches qui sont à plaindre.

                              Au delà de ces considérations, votre sens de la solidarité, et votre empathie vous rapproche moins de l’humain que du crocodile, aussi je suggère que les prochaines larmes que vous verserez soient évaluées en connaissance de cause, et qu’on vous laisse crever... à moins que notre humanité ne nous l’interdise...

                              Au fait, sans l’héritage des connaissances des anciens grecs (et tous les autres d’ailleurs), et des innombrables peuples qui ont construit le monde où vous êtes né, depuis quelle piteuse grotte nous auriez vous distillé ces bonnes paroles ?

                            • AniKoreh AniKoreh 5 juillet 2011 15:51

                              Malheureusement non..

                              Il ne faudrait pas l’oublier tout de même, c’est précisément à ce qu’ils osent tout, qu’on les reconnaît..

                              Les .... !!!

                              « (..) Bien fait pour eux . J’espère qu’on va bien les tondre.. »  : n’est-ce pas qu’il faut l’oser, de se réjouir ainsi du malheur d’un peuple - de familles, d’enfants, de malades et de vieillards que l’on ne connaît pas !

                              Pauvre ... !!

                               smiley 


                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 juillet 2011 17:04

                              Obismey est évidemment un agent provocateur. Personne n’est vraiment aussi bête. Ne lui répondez pas, à moins que vous ne soyez son complice travaillant pour la même officine.


                              Pierre JC Allard

                            • le poulpe entartré 7 juillet 2011 01:42

                              Qu’est ce que c’est que cette bouse ?

                              Le résumé de la mentalité du blaireau franchouillard dont l’horizon intellectuel se limite au téléviseur de son salon. Le cortex complètement lessivé par les grands merdias, par TFnul, Radio mon C_L, Antenne Noeud, il gobe tout, il avale tout (c’est d’actualité avec DSK). Le fonds est touché ; on s’enfonce dans la vase là. On lui dit que les grecs vivait au-dessus de leurs moyen : il le croit !
                              On lui dit que la dette de l’état grec atteint les montants actuel car il ne sait pas gérer ses échéances et ses budgets : il se prosterne. Il entend sur les journaux d’information de TF1 que Goldman sachs n’a pas truqué les comptes qui ont permis l’intégration de ce pays dans l’europe : il découvre l’évangile. On lui annonce que l’Europe débloque des milliards d’euros et qu’il ne s’agit pas de payer avec, les contrats d’armements signés avec le précédent gouvernement pour du matériel militaire français, allemand, anglais : il confirme à l’envie.

                               Avec une vie limitée à ses rejetons, sa grosse, sa télé et sa bagnole : il ne faut pas s’étonner que l’économie française pédale dans la semoule, en faisant du sur-place.
                              Pour reformuler sa pensée abjecte du « tout pour ma gueule », on pourra lui reformuler une de ses belles formules, en retour : « quand on tire la langue pour élever ses gosses, on attend d’avoir du pognon pour en faire ou on s’abstient ».


                            • obismey [ Against All Authorities ] obismey [ Against All Authorities ] 5 juillet 2011 14:04

                              Les banksters ne sont que des intermediaires.

                              NOUS avons fait confiance a nos voisins grecs en leur pretant NOTRE argent .

                              ET ILS NOUS ONT BIEN BAIS*E

                              Vous croyez que l’argent que les grecs ont villipende vient d’ou ?


                              • Walid Haïdar 5 juillet 2011 14:10

                                A la réflexion, pour un bébé d’à peine deux ans, vous n’êtes pas si stupide.


                                Mais vous avez encore beaucoup de choses à apprendre, par exemple : l’expérience montre que lorsqu’on se fait baiser, il faut commencer par chercher les responsables vers le haut plutôt que vers le bas. En général, les ordres de grandeurs du diamètre de l’objet introduit sans sans commune mesure, et proportionnels à l’opulence préalable du malfaiteur.

                              • Antoine Diederick 5 juillet 2011 21:09

                                il vient cet argent que la France a soutenu l’entrée de la Grèce dans l’Europe alors que l’Allemagne était réticente....jusqu’au moment pas trop lointain où l’Allemagne devra aussi payer pour les autres nouveaux entrants européens.....qui ne feront pas de miracles économiques...eux non plus...


                              • Le péripate Le péripate 5 juillet 2011 14:29

                                Un problème de civilisation !? Mais il faut vraiment ne rien voir ne rien connaître pour ne pas s’apercevoir que notre civilisation est faite d’espérance de vie longue, de richesses encore jamais connues et pas seulement marchandes. De ce côté là ça va plutôt bien même si on peut toujours manifester quelque impatience devant la lenteur des progrès de certains pays.

                                Par contre il semble bien que les États soient malades. Un peu obèses peut-être.

                                La seule question de civilisation est de rendre aux citoyens le pouvoir confisqué. Et de régler les problèmes là où ils se posent : au niveau de l’individu pour l’individu d’abord et en priorité et ensuite seulement faire appel à des institutions étatiques, les locales d’abord encore et après les nationales et internationales quand ce n’est pas possible de faire autrement.

                                On ne peut pas régler tous les problèmes par en haut et de manière autoritaire.


                                • plancherDesVaches 5 juillet 2011 15:16

                                  Oups... Péripate.
                                  Je t’ai moinsé sans te lire. Une habitude... smiley


                                • Le péripate Le péripate 5 juillet 2011 17:00

                                  Et vous vous en vantez !

                                  Moinsser si ça vous soulage mais soyez discret : vous passez pour un con.


                                • Antoine Diederick 5 juillet 2011 21:20

                                  je viens de plusser Le Péripate, je suis d’accord avec lui.....

                                  Tous les matins en sortant de chez moi, je me dis : « Je suis le conquérant du nouveau jour »...

                                  Nous avons le pouvoir....et cela commence tous les jours....


                                • Antoine Diederick 5 juillet 2011 21:22

                                  ce que l’Etat ne peut ou ne veut pas faire pour nous, à nous de le faire....


                                • plancherDesVaches 6 juillet 2011 14:21

                                  Les solutions sont ici :
                                  http://www.dailymotion.com/video/x6vlwm_crise-financiere-13-1-f-lordon_news
                                  http://www.dailymotion.com/video/x6vmfa_crise-finanaciere-13-2-f-lordon_news

                                  Et je vous prie d’essayer de contredire la moindre de ses paroles, qu’on se marre...


                                • Jean-paul 5 juillet 2011 14:41

                                  Est ce que e 14 juillet sera une fete de desarroi en France ?Non .
                                  Le 4 juillet a ete bien celebre avec ses concerts et feux d’artifices ( les Americains sont tres patriotiques ,bleu ,blanc rouge partout)


                                  • plancherDesVaches 5 juillet 2011 15:13

                                    Freud a fait du bon boulot...

                                    Les cowboys, patriotiques... ???
                                    Regardes, Jean Paul, la montée des tea-party... Soit, utiliser la notion d’état pour faire une dictature.
                                    (notes, déjà, aux US, il est interdit de faire sécher son linge en extérieur... donc, la suite ne leur fera pas beaucoup de différence. Et regardes la « gentillesse » des cops...)
                                    (plus le nombre de taulards le PLUS ELEVE AU MONDE... freedom inside)

                                    Tu te fais AUSSI tromper par la façade et c’est le neveu de Freud, installé à New York, qui a lancé la première campagne publicitaire pour les cigarettes en faisant fumer des femmes en public.
                                    Tu veux connaître le « slogane » associé : « les flammes de la liberté »... Pour une drogue, c’est géant.
                                    Et j’irais même jusqu’à dire qu’il n’y a pas que les femmes qui se sont faites baiser sur ce coup-là !

                                    Tu te fais rouler car manipuler comme chaque cowboy, Jean Paul.
                                    Désolé de te le dire.


                                  • Jean-paul 5 juillet 2011 15:33

                                    @Plancher des vaches
                                    Je suggere que tu ailles visiter les USA cet ete pour te rendre compte par toi meme .
                                    Il est vrai qu’en France tout le monde seche son linge en exterieur ( pas de machine a secher le linge ) ;)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès