Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les chiffres ! Rien que des chiffres pour comprendre !

Les chiffres ! Rien que des chiffres pour comprendre !

Pour comprendre une situation, il est bon de connaitre les chiffres.

Pour analyser il est interessant de les retrouver. 

Pour dialoguer ou contreverser, partons de chiffres.

JPEG - 153.9 ko

Les chiffres valent mieux qu'un long discourt.

  • Le total des impôts et des ressources annuelles de l'état est de 376 milliards.
  • Le triple net réel des ressources de l'état est de 219 milliards. (hors subventions aux collectivités, hors participation CEE, hors impôt négatif ).
  • Les dépenses annuelles de l'état sont de 294 milliards.
  • Le déficit annuel de l'état est de 79 milliards. Chaque année 27% du budget n'est pas provisionné.
  • Ça fait 40 ans d'affilée qu'on a des budgets en déficit.
  • Le dernier trimestre de chaque année, la France vit à crédit. Les fonctionnaires sont payés par l'emprunt.
  • 0.1% de croissance envisagée. Il faut 2.5% de croissance pour simplement commencer a rembourser de la dette.
  • Pour la première fois depuis la guerre, le pouvoir d'achat a baissé en 2012. -0.4% pour les ménages, et -1% pour les seuls ou célibataires.
  • 46.7% des foyers Français ne payent pas d’impôts sur le revenu.

 

  • Les dépenses publiques annuelles hexagonales depuis 1973 ont généré une dette qui augmente en permanence :
  • - en 2010 : 1 094 milliards d'euros
  • - en 2011 : 1 119 milliards d'euros
  • - en 2012 : 1 149 milliards d'euros
  • Les collectivités locales, ont contracté 174 milliards de dettes.
  • 5500 villes ont contractés pour 24 milliards d'emprunts dit "toxiques".
  • L’État est caution, à hauteur de plus de 170 milliards d’euros pour AREVA, EDF, ADP, GDF, France Télécom, La Poste, SNCF, etc....Toutes ces entreprises ne sont pas en forme.
  • L'état est garant des dépôts bancaires. Les banques Françaises ont de mauvais bilans.
  • La France est le premier pays emprunteur d’Europe.
  • La dette cumulée entraîne chaque année 60 milliards d'euros d’intérêts, nous empruntons pour les payer...

 

  • La Sécurité Sociale, accumule un déficit à hauteur de 210 milliards d’euros.
  • La Caisse Maladie a vendu la totalité de son patrimoine immobilier elle n'a plus aucun actif.
  • Les retraites n’ont jamais été provisionnées900 milliards d’euros pour les fonctionnaires, 3600 milliards pour celles du secteur privé.
  • Il y a 2.2 millions de fonctionnaires actif pour 2.3 millions de fonctionnaires en retraite. En régimes spéciaux.
  • Il faut 3 cotisants actifs pour financer 70% de la pension d'un retraité dans le privé.
  • Il faut 5 cotisants actifs pour financer 70% de la pension d'un retraité dans le public.
  • 500 000 nouveaux retraités en 2012. En 2003 il y en avait 125 000. La croissance annuelle est à 2 chiffres. 
  • Le régime par répartition en dessous de 3 cotisants pour 1 retraité n'est pas viable. Avec l'évolution démographique elle est obligatoirement condamnée.

 

  • L'école et l'enseignement supérieur représentent au budget 150 milliards (hors social et retraite). Soit 69% des ressources triple net de l'état (219 milliards).
  • Il ne reste que 69 milliards pour payer la totalité des services de l'état. Administration, aide publique, culture, défense, écologie, économie, justice, outre mer, travail, logement sport, sécurité etc...Largement insuffisant.
  • 63% des enfants d’enseignants obtiennent un diplôme au moins égal à bac + 3, contre 52% des enfants de cadres.
  • 98 000 sur les 850 000 enseignants sont payés à autre chose qu'enseigner et n'ont pas de classe affectée.
  •  260.000 étudiants étrangers sont formés par la France.
  • 50.000 nouveaux étudiants étrangers s'ajouteront en 2013.

 

  • Il y a 4.8 millions de chômeurs toutes catégories confondues.
  • L'assurance chômage c'est 36 milliards d’euros, dont 27 pour les allocations et 9 pour le fonctionnement.
  • Notre pays comptabilise 26 millions d'actifs de 65 millions d'individus.
  • 5,3 millions ont un emploi à vie : fonctionnaire d'Etat, Territoriaux,de santé, et régimes spéciaux...)
  • 1 jeune sur 4 sorti de l'éducation nationale est inemployable en l'état, et démarre chômeur dans la vie.
  • 6,3 millions de personnes "vivent" des minima CMU-RSA, prévision de 7 millions en fin d'année.

 

  • Le code du travail comporte plus de 10 000 articles, 2800 pages, 8 tomes, classées en Livres, Titres, Chapitres, Sections, et Paragraphes, et en dernier les articles, (celui de la Suisse n’en possède que 54 articles).
  • 3,6 millions d'entreprises en France. 63% ont moins de 10 ans.
  • 67% des entreprises Françaises ont 0 salariés.
  • 82% des nouvelles embauches sont des CDD.
  • Les embauche en CDI ont chûtés de 10% en un an.
  • La feuille de paye avait 23 lignes fin 2012.

 

  • Le déficit des allocations familiales est de 2.2 milliards.
  • 33% des allocations et prestations sociales d'ayants droit ne sont pas réclamées.
  • Notre pays est le plus grand paradis social d’Europe pour les plus pauvres de la terre.
  • Quand un migrant arrive, il bénéficie de l'allocation ATA de 336€, l'accès au logement prioritaire, la santé AME est gratuite. (En Algérie, le salaire mensuel médian est de 80€, au Mali de 36€).
  •  Seuls 12% des immigrés légaux hors CEE viennent pour le travail. l'immigration peu qualifiée est majoritaire.
  • 88% des immigrés légaux hors CEE viennent pour d'autres raisons, regroupement, mariage etc...
  • La France accorde 2 millions de Visa par An.

 

  • 62% des entreprises de moins de 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires n’ont qu’un seul partenaire bancaire.
  • 60.000 entreprises ont déposé le bilan en 2012, en hausse de 2,7% par rapport à 2011.
  • Le déficit commercial Français 2012 est de 67,5 milliards d'euros. record historique.
  • Notre pays est un enfer fiscal pour les investisseurs, la cession des plus values est taxée dans certains cas à 64.5% et doivent être comparés aux 0% en Suisse, 0% Belgique, ou 0% Pays bas, 18% Angleterre.
  • Plongeon du capital risque investi en France 9.7 milliards en 2011, 6 milliards en 2012.
  • Plongeon des investissements étranger en capital risque. passage de 50% à 30% des capitaux levés en un an.
  • l'investissement dans les entreprises a reculé de 0,5% en 2012.

 

On été exclus de ces chiffres le PIB, puisque c'est un agrégat artificiel ,qui biaise la réalité économique utilisé par les politiciens pour masquer la réalité économique.

La richesse d'un pays n'est pas mesurable, il n'existe pas d'instrument pour mesurer le bénévolat, le travail au noir, les travaux personnels et la dépréciation.

 

Qu'en conclure ?.......Normalement la faillite de l'état est proche. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.24/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

121 réactions à cet article    


  • alberto alberto 11 mai 2013 10:13

    « Les dépenses publiques annuelles hexagonales depuis 1973 ont généré une dette qui augmente en permanence »

    Tiens ? C’est marrant, toi aussi tu démarres le début de la mouise en 1973 !

    Mais que c’est-il donc passé en 1973 ?


    • spartacus spartacus 11 mai 2013 10:37

      @par alberto

      Le pétrole pas cher d’après guerre a permit le passage de l’énergie du cheval au moteur a combustion. Une énergie 40 fois plus forte pour pas cher. C’est la croissance des 30 glorieuses.

      -En 73, le pétrole augmente, les politiques n’adaptent pas cette nouvelle donne au budget du pays et pour se faire ré-élire, préfèrent emprunter que de baisser les dépenses publiques...Laissant aux générations futures une dette.

    • foufouille foufouille 11 mai 2013 11:25

      @par crassus
      ce serait pas plutot les banques privées ?


    • alberto alberto 11 mai 2013 13:17

      Sparta, tu te fous de la gueule de qui : tu nous prends pour des billes ?

      La loi du 3 janvier 1973 ça ne concerne pas le pétrole, mais le pognon !

      Auparavant, l’État empruntait à la Banque de France quasiment sans intérêt, ce qui évidemment ne satisfaisait pas les banques privées qui voyaient une manne leur échapper : qu’à cela ne tienne, dans la plus grande discrétion, surtout sans en informer réellement quiconque y compris les parlementaires de l’époque qui ont voté cette loi comme des moutons, le lobby bancaire a fait la promotion de cette loi qui d’après certains ne sert à rien d’autre que de rafler le pognon des contribuable via des taux d’intérêts « intéressants » ...


    • spartacus spartacus 11 mai 2013 14:03

      Et en plus la banque de France a continué a coûter plus cher et embaucher des effectifs....

      On a même pas compensé.
      Dingue n’est ce pas ?

    • alberto alberto 11 mai 2013 14:45

      Là, tu bifurques...


    • Karash 11 mai 2013 15:20

      C’est surtout le couplage mai 68/choc pétrolier qui a été désastreux, bien plus que la réforme de la banque de force, qui a clairement été un non événement, comme démontré par lior shamla et magali pernin.


      Les 68 ards, par leur opportunisme et leur irresponsabilité, ont largement aggravé les conséquences des chocs pétroliers en refusant de s’adapter, s’enfermant dans le rêve du « retour prochain à la croissance » pour rendre intellectuellement soutenable de s’endetter ou de vendre les bijoux de famille de l’Etat pour financer leurs gabegies.

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 mai 2013 01:01

      Auparavant, l’État empruntait à la Banque de France quasiment sans intérêt, ce qui évidemment ne satisfaisait pas les banques privées qui voyaient une manne leur échapper : qu’à cela ne tienne, dans la plus grande discrétion, surtout sans en informer réellement quiconque y compris les parlementaires de l’époque qui ont voté cette loi comme des moutons, le lobby bancaire a fait la promotion de cette loi qui d’après certains ne sert à rien d’autre que de rafler le pognon des contribuable via des taux d’intérêts « intéressants » ...



      Ce qui est totalement faux.

      - La Banque de France n’était autorisée, avant 73, à ne prêter que 3 milliards de Francs à taux zéro. 3 autres milliard étaient disponibles à taux réduits mais le reste était emprunté au taux du marché.

      Pour information, en 1972, la France avait un budget de 192 milliards de francs.

      - La loi de 73 n’a pas interdit à l’Etat de continuer à emprunter de cette façon. Elle a juste changé les modalités d’emprunts. Avant, les députés votaient pour autoriser le gouvernement à user de cette facilité de crédit. Après, le gouvernement pouvait le faire directement et informer l’assemblée nationale ensuite.

    • mac 12 mai 2013 08:40

      La loi de 73 fait partie d’un ensemble d’actions menées par des hommes politiques qui se sont nettement éloignés du gaullisme même lorsqu’ils s’en réclamaient et qui visaient à réduire les capacités de l’état au profit d’intérêts privés. La destruction d’une partie du circuit de financement de l’état en constitue l’un de volet les plus importants et ne s’arrête pas du tout à cette fameuse loi de 73.



    • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 mai 2013 12:40

      Toi t’es pas du genre à écouter mais à ressasser comme un perroquet...


    • yoananda 12 mai 2013 19:32

      En 73 on a décidé qu’on allait emprunter a l’étranger pour payer nos fonctionnaires. Ni plus, ni moins.
      La planche à billet n’est pas magique, sauf pour les neuneus qui ne comprennent rien a l’économie.


    • sam turlupine sam turlupine 13 mai 2013 11:07

      Si, si : pour les banques, la planche à billet est tout à fait magique, puisqu’elle a disparu, et été remplacée par juste quelques écritures.
      Une banque a le droit de créer de l’argent ex-nihilo : 10 fois plus qu’elle n’en possède ; c’est l’argent de la dette.

      Jusqu’à 1973 ; voyez comme c’est bizarre  : pas de dette.
      En 73, loi Giscard-Pompidou, suivie des Accords de la Jamaïque, puis du Traité de Maastricht, OBLIGEANT les états à emprunter aux banques privées, et hop, départ exponentiel de la dette.

      Rappelons aux oublieux ou mal-comprenants, que l’argent emprunté par l’état aux banques a DÉJÀ ÉTÉ INTÉGRALEMENT REMBOURSE ! le dette qui subsiste ne représente que les intérêts illégitimes engendrés par ce mécanisme d’usurier des états, ayant engendré le marché spéculatif, la financiarisation de l’économie, la privatisation et l’asservissement des états et des citoyens par les mafias financières.

      Les Mmarvin et autres spartacus feraient bien de fermer leur gueule ; ça leur éviterait qu’on s’aperçoive de leur collaboration à un système mafieux et dictatorial.

      Les voilà, les vrais chiffes  : (évolution de la dette française depuis 1950) ; bizarre, spartacucus ne nous les a pas sortis, ceux-là !

      L’endettement des pays a, évidement, été créé de toutes pièces, pour IMPOSER le libéralisme, la privatisation du monde, et sa dépendance aux mafias financières.

      Tous les économistes et analystes sérieux le savent, le disent (le plus souvent dans le désert, tant leur discours est couvert par la doxa libérale soutenue par tous les médias) depuis des années.

      Pour ceux qui s’intéressent un minimum à ces choses, la seule chose claire est que ceux qui continuent le déni, et à défendre le système actuel, sont ; soit ceux qui en profitent (au détriment du plus grand nombre, c’est à dire des exploiteurs, des oppresseurs, des bandits), soit des collabos, qui espèrent en profiter bientôt ou syndrome du larbin), soit des abrutis qui n’ont pas les capacités intellectuelles d’analyser les choses, au delà du discours TINA imposé.

      Dans tous les cas, des imbéciles nuisibles.


    • spartacus spartacus 13 mai 2013 12:02

      Que répondre ? 

      C’est tellement peu informé et plein d’idéologie.

      Jusque 73 pas de dettes...Faux !
      Il y a un héritage des 30 glorieuses, en 74 elle était déjà à 57% du PIB.

      *l’argent emprunté par l’état aux banques a DÉJÀ ÉTÉ INTÉGRALEMENT REMBOURSE FAUX !
      Tout le monde sait que « Les obligations d’état sont remboursé »in finé". C’est a dire que sont remboursé en premier les intérêts, pas la dette.

       *feraient bien de fermer leur gueule ; ça leur éviterait qu’on s’aperçoive de leur collaboration à un système mafieux et dictatorial.
      C’est juste de la collaboration a des confrontation d’idées. Vous avez un problème avec le respect des contradicteurs ?

      *spartacucus 
      Déformer le pseudo donne une légitimité supérieure ?

      *abrutis qui n’ont pas les capacités intellectuelles d’analyser les choses, imbéciles nuisibles.

      Vous avez le droit de ne pas être en accord, c’est légitime, mais restez dans une limite de respect des contradicteurs, pas sur que cela appuie vos idées bien au contraire.


    • sam turlupine sam turlupine 13 mai 2013 12:11

      Par Mmarvinbear (---.---.---.140) 12 mai 01:01

      Auparavant, l’État empruntait à la Banque de France quasiment sans intérêt, ce qui évidemment ne satisfaisait pas les banques privées qui voyaient une manne leur échapper : qu’à cela ne tienne, dans la plus grande discrétion, surtout sans en informer réellement quiconque y compris les parlementaires de l’époque qui ont voté cette loi comme des moutons, le lobby bancaire a fait la promotion de cette loi qui d’après certains ne sert à rien d’autre que de rafler le pognon des contribuable via des taux d’intérêts « intéressants » ...



      Ce qui est totalement faux.

      - La Banque de France n’était autorisée, avant 73, à ne prêter que 3 milliards de Francs à taux zéro. 3 autres milliard étaient disponibles à taux réduits mais le reste était emprunté au taux du marché.

      Ah ! Sauf que le « taux du marché », justement, n’était pas dicté par les banques et organismes financiers ; à preuve, jusqu’en 1973, aucun endettement d’aucun pays ! Et d’une
       !
      Pour information, en 1972, la France avait un budget de 192 milliards de francs.

      - La loi de 73 n’a pas interdit à l’Etat de continuer à emprunter de cette façon. Elle a juste changé les modalités d’emprunts.

      FAUX. La loi de 73 INTERDIT précisément à l’état d’emprunter à la Banque centrale

       Avant, les députés votaient pour autoriser le gouvernement à user de cette facilité de crédit. Après, le gouverneme

      nt pouvait le faire directement et informer l’assemblée nationale ensuite.

      Encore FAUX, bien évidemment. Ni les députés ni le gouvernement n’ont le moindre droit d’emprunter à la Banque Centrale : la loi les OBLIGE à emprunter aux banques et organismes privés.

      Marvinbear ou le roi du sophisme et de la désinformation.

      Soit tu n’es pas au courant ; auquel cas, tais-toi : ça t’empêchera de dire des conneries ,
      soit tu es au courant, et tu joues l’embrouille : idéologiquement, ou par intérêt personnel ?


    • sam turlupine sam turlupine 13 mai 2013 12:23

      Par spartacus (---.---.---.149) 13 mai 12:02

      Que répondre ? 

      C’est tellement peu informé et plein d’idéologie. :
       smiley

      Jusque 73 pas de dettes...Faux !
      Il y a un héritage des 30 glorieuses, en 74 elle était déjà à 57% du PIB.

      TOTALEMENT FAUX ; je vous ai posté, plus haut, le lien, qui indique l’endettement de la France, de 1950 à 2012 ; début 74, sous Pompidou, la France n’a AUCUNE DETTE , et est à 0,1% de bénéfices. Je vous le remets, parce que manifestement, vous n’avez pas les yeux en face des trous..


      *l’argent emprunté par l’état aux banques a DÉJÀ ÉTÉ INTÉGRALEMENT REMBOURSE FAUX !
      Tout le monde sait que « Les obligations d’état sont remboursé »in finé". C’est a dire que sont remboursé en premier les intérêts, pas la dette.

      Ça, c’est la meilleure ! smiley smiley
      Ah oui, vous m’avez remboursé ce que je vous ai prêté, mais ce n’était que les intérêts : vous me devez encore’ la dette ! smiley Dans le genre arnaque, on ne fait pas mieux ! Sauf que sans les intérêts, l’argent de la dette est bel et bien remboursé. Les intérêts, c’est justement l’arnaque du siècle !


       *feraient bien de fermer leur gueule ; ça leur éviterait qu’on s’aperçoive de leur collaboration à un système mafieux et dictatorial.
      C’est juste de la collaboration a des confrontation d’idées. Vous avez un problème avec le respect des contradicteurs ?

      Non ; je n’ai pas affaire à un « contradicteur », mais à un adversaire : des pires qui soient, les collabos d’un système dictatorial de prédation : contre un prédateur, on ne discute pas ; on se bat, pour l’empêcher de nuire. Et je n’ai aucun respect pour les idées que vous représentez et que vous défendez ; je ne respecte pas celui qui veut me détruire, et détruire la majorité pour son profit ; AUCUN RESPECT.

      Vous êtes un menteur, un désinformateur, et un prédateur ; à empêcher de nuire, pour le bien de l’humanité.


    • Gauche Normale Gauche Normale 13 mai 2013 17:10

      Ah oui, vous m’avez remboursé ce que je vous ai prêté, mais ce n’était que les intérêts : vous me devez encore’ la dette !

      Sam turlupine a raison, c’est exactement l’inverse qui se produit : on a déjà remboursé 1400 milliards d’euros mais aujourd’hui on rembourse les intérêts qu’a produits la dette avant de mourir. C’est une pure arnaque. Ses liens son pertinents : il faudrait vraiment être dans le déni pour croire que la dette d’une nation ne sert pas à contrôler la nation. Ensuite on est obligé de vendre le pays à des vautours qui guettent, guettent. Le fruit est mûr. Pour mieux s’en rendre compte il suffit de voir la dette du tiers monde : c’est encore pire. La dette sert au dictateur en place à justifier le sous-développement de son pays et à alimenter les banquiers occidentaux. En échange le dictateur est maintenu au pouvoir grâce à la vente d’armes. L’aide internationale est d’ailleurs une supercherie : elle sert à rembourser les intérêts de la dette aux banques occidentales et pas un sou n’est destiné aux peuples.
      Pour Spartacus, une vidéo intéressante : http://www.youtube.com/watch?v=hqhautm_LVE

    • spartacus spartacus 13 mai 2013 17:46
      Que te dire sinon que tu vis dans le monde des bouc émissaires.
      A chaque problème son coupable, riches, banques, etc.. 
      Responsable mais pas coupable..c’est pas une phrase de gauche ? 

      Y’a même des banques qui sont des coopératives, de dangereux coopérateurs capitalistes et vautours...

    • Gauche Normale Gauche Normale 13 mai 2013 19:21

      Sur les banques et les riches, je me suis déjà exprimé plusieurs fois alors regardez donc ceci avant de prétendre qu’une crise est une catastrophe naturelle et que personne n’en profite.

      Au fait, savez-vous pourquoi le pouvoir et son oligarchie ne veulent pas de démocratie par tirage au sort ?

    • spartacus spartacus 14 mai 2013 09:39

      J’avais oublié l’oligarchie comme bouc émissaire !!! smiley smiley smiley smiley


      Quand a Chouard, un prof de gauche qui nous explique que la banque « crée de l’argent » alors que c’est l’emprunt qui crée de l’argent.

      Il appelle « riches » les « banques » ou les « préteurs » ce qui montre a quel point les profs sont incultes en économie et emfumés de Marxisme. 
      Comme si en économie on s’exprime comme cela.
      Dire que c’est un prof d’économie !
      Ils sont à 75% endoctrinés dans une idéologie Marxiste. Ils votent tous a gauche.

      Les prêteurs sont des personnes morales, c’est a dire des fonds de pension (des retraités), des assurances (qui placent la trésorerie de milliers de souscripteurs), des (heidge fond) des associations d’investisseurs (majoritairement des petits), le placement individuel unipersonnel étant inférieur à 15%. 
      Loin du cliché des riches.

      Des ignorants en économie enseignent l’économie.
      Y’en a même une prof d’éco ignare qui c’est présenté a la présidentielle
       

      Il nous sort des « boboitudes » du genre que l’impot sert a rembourser les intérêts ce qui est vrai

    • Gauche Normale Gauche Normale 14 mai 2013 13:34

      Alors regardez ce discours si vous n’aimez pas Chouard

      Très réaliste.

    • Stof Stof 11 mai 2013 10:31

      Choc pétrolier, fin des 30 « glorieuses ». C’est aussi la fin de la possibilité d’émettre librement des Francs pour la Banque de France.

      A partir de cette époque, la création monétaire est adossée à de la création de dette. Ce qui signifie que la croissance, désormais, servira à rembourser la dette de l’état (donc du peuple).
      En clair, les gains de richesse et de productivité iront alors dans les poches des plus riches, ce qui explique pourquoi les inégalités ne cessent de se creuser.
      Plutôt que de partager la prospérité, on la concentre dans les mains d’une minorité. La richesse ne « ruisselle » plus du haut vers le bas mais elle est désormais aspirée dans la sphère financière.

      • spartacus spartacus 11 mai 2013 10:52

        L’accusation monétaire, c’est un leurre de politicien de gauche irresponsable qui vend des illusions, pour faire croire que l’on peut emprunter sans rembourser...Cette illusion a simplement comme but d’attirer des votes de ceux qui ne veulent pas avoir a rembourser les dettes....


        La création monétaire étatique génère l’inflation. L’inflation pèse sur la croissance. Fait baisser le pouvoir d’achat et appauvrit les masses.
        Exemple, pendant les 30 glorieuses, l’Allemagne avec moins d’inflation aura 6% par an de croissance alors que la France seulement 5%.
        L’inflation en retournement de conjoncture est vecteur de chômage de masse.

        La création monétaire est adossée au remboursement de cette même création. 
        Une banque c’est une banque. Elle n’est qu’intermédiaire. 

      • foufouille foufouille 11 mai 2013 11:26

        @ crassus
        mais si
        l’inflation est faite par les banques qui pretent 10 fois leur argent


      • Karash 11 mai 2013 15:22

        A gauche, on croit toujours qu’il existe une relation directe en inflation et chomage, via la courbe de phillips, même si dans le milieu académique on ne donne plus aucun crédit à ces sornettes depuis belle lurette. 


      • gaijin gaijin 12 mai 2013 18:33

        spartacus
        " c’est un leurre de politicien de gauche irresponsable qui vend des illusions, pour faire croire que l’on peut emprunter sans rembourser."
        dommage jusque là votre propos avait l’air sérieux
        c’est pas droite gauche droite gauche .......... ????
        dites donc un leurre de politiciens irresponsables tout court !
        du genre de ceux qui expliquaient fin des années 90 qu’il fallait désindustrialiser la france


      • Stof Stof 13 mai 2013 07:43

        Je ne dis pas qu’on peut emprunter sans rtembourser (ce que fait la droite aussi, au passage). Je dis qu’on peut émettre de la monnaie sans rien devoir aux actionnaires d’une quelconque banque.


      • jef88 jef88 11 mai 2013 11:02

        1973 ! crise pétrolière !
        les ressources ne devaient durer que 30 ans !

        Après ce fut le duo Giscard Barre !
        Mort aux canards boiteux ! disait ce dernier à la télé ....
        Les canards c’étaient les PME et en général les boites non cotées en bourse .

        Leur destruction dure depuis cette époque !
        TOUS les gouvernements de gauche et de droite ont joué ce jeu !
        Alors 40ans après n’est il pas normal que l’on soit dans la dèche ?????


        • vesjem vesjem 11 mai 2013 23:42

          ok jef , j’ai été témoins du rachat par les boîtes allemandes (dans les années 70) ,de boîtes françaises en difficulté (crise 73) ,ayants un bon potentiel « brevets »


        • foufouille foufouille 11 mai 2013 11:29
          • L’État est caution, à hauteur de plus de 170 milliards d’euros pour AREVA, EDF, ADP, GDF, France Télécom, La Poste, SNCF, etc....Toutes ces entreprises ne sont pas en forme.
          et les autoroutes privées ...........
          • L’état est garant des dépôts bancaires. Les banques Françaises ont de mauvais bilans.
           ??
          • La France est le premier pays emprunteur d’Europe.
          aupres des banques privées
          • La dette cumulée entraîne chaque année 60 milliards d’euros d’intérêts, nous empruntons pour les payer...

          idem

          • La Sécurité Sociale, accumule un déficit à hauteur de 210 milliards d’euros.
          grace aux assurances privées et aux délocalisations

          • Stof Stof 14 mai 2013 14:56

            Juste une question : comment un état surendetté peut il être garant de quoi que ce soit ? En cas de bank run ou de faillites bancaires il le prendra où l’argent ? Il y a un fond de secours de prévu ? Non.

            De la théorie à la pratique, la marche est tellement haute qu’on risque bien de se casser la figure.

          • Rensk Rensk 11 mai 2013 11:32

            Selon l’OCDE la France n’a que 6.0% d’étrangers en 2010, la Suisse 22.1% ( http://dx.doi.org/10.1787/888932647114 ) et que dire du fait que nous accordons 40’000 passeports et la France que 140’000 ? Le rapport ne joue pas-là non plus... vu que par rapport à la population vous devriez en accorder 400’000 par année... (donc plus que le nombre d’immigrés par année)...

            Vous disiez « LES CHIFFRES » ?


            • Rensk Rensk 11 mai 2013 11:54

              Bien, je voulais juste vous dire qu’ont peu faire dire n’importe quoi aux chiffres :

              Comment interprétez-vous le fait que 33% des personnes, ayants des droits, ne les réclament pas ?

              Chez-nous on a osé prétendre que les (petits)suisses sont trop fier pour passer par le social...

              Bien sûr, il doit y en avoir de ceux-là mais... La majorité des gens dans ce cas ne demandent rien car, ils ne savent pas, personne leurs a dit comment fonctionne la société. Même l’école ne le fait dans ses cours « civiques »...


            • spartacus spartacus 11 mai 2013 12:42

              @ Rensk

              Le non recours aux minimas sociaux a été découvert par le député Dominique Tian lors de l’écriture et l’analyse des chiffre su le rapport qu’il a fait sur les fraudes sociales.

              Ca se compose de plusieurs phénomènes, 
              -La complication de base. La majorité des aides sociales Françaises ont étés pensées pour en profiter pour « embaucher du fonctionnaire ». Elle sont donc ultra complexes pour les ayants droits.

              -Les « pauvres » ne souhaitent pas être classé comme pauvre. Ils ne veulent pas être « différenciés ». C’est un phénomène naturel que l’on retrouve partout. Exemple la Tata en Inde, la voiture la moins chère du monde ne se vent pas car elle associe le conducteur à un pauvre.

              -Le laxisme de ceux qui ont le pouvoir de donner. La feuille d’impôt pourrait donner sans attendre la demande. Elle pourrait automatiser un lien vers EDF pour que les ayants droit bénéficient de tarifs sociaux.

              En réalité, les pauvres, ne veulent pas de charité, ni de RSA, ni de produits pour pauvres....Il s veulent l’autonomie et du travail. L’aide sociale n’est qu’une excuse politique de leur impuissance. 
              Mais c’est plus facile d’emprunter pour aider sure les générations suivantes que d’aller chercher des investisseurs.

            • Ruut Ruut 11 mai 2013 12:52

              En effet si un citoyen a droit a quelque chose il devrait recevoir sans devoir demander.

              Lorsque ce même citoyen doit quelque chose, on luis réclame alors qu’il n’as rien demandé.


            • foufouille foufouille 11 mai 2013 12:54

              « Comment interprétez-vous le fait que 33% des personnes, ayants des droits, ne les réclament pas ? »

              ils y ont pas droit le plus souvent
              ensuite, il faut remplir de la paperasse comme dans le prive et l’envoyer
              souvent peu rentable


            • mac 12 mai 2013 08:51

              Aller chercher des investisseurs où ça ? Chez les retraités anglo-saxons histoire de perdre encore plus notre autonomie ?

              L’épargne française est colossale et ne demande qu’à être investie, à condition que l’état cesse de fusiller les PME au profit de multinationales qui ne jouent pas le jeu et sont aux mains de fonds d’investissement étrangers.
              Pourquoi le Japon met-il tant de temps à couler alors qu’il est endetté de façon monstrueuse ?
              Parce que jusqu’à présent sa dette était aux mains des japonnais.

              Pourquoi en France on n’a pas su faire alors qu’on a des milliers de milliards qui dorment dans de banques ou des assurances ? Peut-être un peu parce que nos dirigeants n’ont pas joué le jeu de France ?



            • heliogabale heliogabale 11 mai 2013 11:54

              Qu’en conclure ?.......Normalement la faillite de l’état est proche.

              Tant mieux ! On pourra alors définanciariser l’économie...


              • fg 11 mai 2013 12:48

                Les chiffres seuls ne veulent rien dire : si j’ai la tête dans un four allumé et les pieds dans un congélateur, en moyenne je suis parfaitement bien.

                Il faut aussi ajouter les descriptions de ce que l’on compare.


                • Gauche Normale Gauche Normale 11 mai 2013 12:48

                  Le gars, peinard, il met la crise des riches sur le dos de l’État pour faire croire qu’il faut le supprimer. Pas fichu de se dire que la dette et le trou de la Sécu sont des buisiness juteux creusés volontairement par le grand patronat. C’est un marché à conquérir. 

                  Le fait que des entreprises appartiennent à l’État n’empêche en rien qu’elles soientcapitalistes : l’État est un très bon patron voyou quand il veut : licenciement, exploitation, pressions... 

                  Une escroquerie de cet article est d’exprimer les dépenses en milliards et non par rapport au PIB. Car pour les financer, il faut de la richesse. Ces dernières années la dépense comme la richesse en milliards ont augmenté. 

                  Ce qui manque, ce sont 172 milliards de niches fiscales, 65 milliards de subventions orientées vers les plus gros, une grande partie des 50 milliards d’euros de fraudes commises par les entreprises (ce que l’auteur se garde de préciser), 100 milliards de baisses d’impôts chaque année depuis 2000, 200 milliards d’euros qui passent du travail aux dividendes chaque année depuis 30 ans... 

                  Pour que ceux qui ne paient pas d’impots sur le revenu en paient, il suffirait d’augmenter les salaires ! Et là vous les faites passer de la zérotième tranche à la première tranche !
                  Pour faire des économies sur les assurances chômage, il faut absorber le monde du travail en diminuant le temps de travail. Mais le chômage est un excellent moyen de pression pour les grands patrons.

                  Moi aussi je peux allonger des chiffres.

                  • fb 11 mai 2013 13:21

                    Puisqu’il « suffit de ». Créez votre entreprise ! Vous pourrez fixer des salaires élevés à votre guise et diminuer le temps de travail (rien dans le Code du travail n’y fait obstacle). Il y a juste deux détails : il faut faire entrer l’argent et avoir quelque chose à vendre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès