Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les comparateurs de rachat de crédits : la troisième multiplication des (...)

Les comparateurs de rachat de crédits : la troisième multiplication des pains

En 2007, la DGGRF a épinglé les comparateurs de prix accusés de fournir des informations peu loyales. Eric Besson veut rendre les comparateurs plus transparents, une charte déontologique est à l’étude. Qu’en penser pour le rachat de crédits ?

En raison du grand nombre de plaintes reçues par la DGCCRF, des résultats inquiétants d’une enquête officielle sur les sites de comparaison de prix et du développement du e-commerce, le secrétaire d’Etat au Développement de l’économie numérique, Eric Besson, demande la mise en place d’une charte de déontologie comprenant une série d’engagement pour plus de transparence de la part de ces acteurs.

Dans le secteur du crédit et du rachat de crédit, la première question qui se pose est tout simplement celle de la légalité des comparateurs édités par des entreprises qui n’ont pas la qualité d’intermédiaires en opérations de banque par rapport aux exigences du Code de la consommation, de la loi de Sécurité financière n° 2003-706 du 1er août 2003 et de la Directive communautaire 2005 /65/CE du 23 septembre 2002.

En matière de rachat de crédits, quelle peut être la fiabilité des comparateurs, tant au niveau des méthodes de comparaison que sur le caractère complet des informations prises en compte ?

Les critères d’acceptation des prêts de restructuration des particuliers sont à la fois objectifs et subjectifs puisque l’analyse comportementale entre le plus souvent en compte à partir des mouvements des comptes bancaires étudiés sous forme de balance.

Certaines conditions associées à diverses formules de rachat de crédits, et notamment le taux applicable, dépendent de critères personnels tels que le taux d’endettement du demandeur avant restructuration.

Dès lors, aucune simulation d’un regroupement de crédits ne peut être valablement réalisée sans un audit exhaustif préalable de la situation du demandeur.

Qui plus est, les prétendus « comparateurs de rachat de crédits », édités par des entreprises commerciales qui, la plupart du temps, n’ont pas la qualité d’intermédiaire en opérations de banque ni aucune compétence en matière bancaire, n’offrent aucune comparaison instantanée à l’internaute, mais « récupèrent » sa demande contenant des informations personnelles et confidentielles pour la revendre au mépris du secret bancaire à un ou plusieurs acheteurs dont il faut espérer qu’ils ont la qualité d’intermédiaires en opérations de banque. Les acheteurs de ces fiches démarchent ensuite, le plus souvent téléphoniquement, l’internaute pour lui proposer « leur » formule de rachat de crédits. C’est cela que le site appelle « comparaison » !

Ainsi, certains « comparateurs de rachat de crédits » vendent jusqu’à cinq fois la même demande. Que penser de l’objectivité d’une comparaison a posteriori entre les propositions de rachat de crédits émanant des seuls clients du comparateur ? Seules les officines de rachat de crédits qui achètent au comparateur ces demandes font donc partie de la prétendue « comparaison ». Pire, l’internaute n’est pas libre de choisir le ou les intermédiaires auxquels il accepterait de donner les informations personnelles et confidentielles sur sa situation lui permettant d’établir une proposition de rachat de crédits. Ces informations sont communiquées par le comparateur à tous ceux qui les achètent !

Or, ces « comparateurs de rachat de crédits » sont souvent positionnés tout en haut des réponses des moteurs de recherche ou publient des annonces sponsorisées et drainent ainsi un grand nombre de demandes qui se reproduisent aussitôt comme une sorte de troisième multiplication des pains !


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Yvance77 30 mai 2008 14:38

    Salut

    Eric Besson, humm Eric Besson .... ah si Eric Besson celui qu’est de gauche mais qui soutient la politique de Nico j’y suis.

    La menagere cette connasse elle sait pas faire ses courses voila tout.

    Et puis un politique c’est costaud, des que ca va pas et que je te cree une comission, et va pour un rapport, go pour un audit ... et le poisson est mort noye.

    Pour la menagere c’est certainement la meilleure economiste et le meilleur comparateur qui soit. Elle les crack tu lui en fait pas, elle sait !

    ... pauvres hommes politiques en dehors du champ du reel.

     

    A peluche

     

     


    • Pibette 30 mai 2008 14:45

      si effectivement, ils utilisent ces informations en dépit des lois, pourquoi la CNIL n’intervient-elle pas ? ... ou peut-être le fait-elle déjà... parce que clairement, ce genre d’informations, entre de mauvaises mains, hum... je ne donne pas cher de nos chers comptes en banque !


      • rexxys 2 juin 2008 16:48

        Bonjours, nous sommes nous memes comparteur en rachat de credit.

        Et il faut dire que les attaques dont nous sommes l’objet peuvent etre justifiés envers certaines personnes peut precautionneuses. Mais certains de ces organismes font bien leur boulot.

        Nous revendons effectivement les contacts a des courtiers de banques dont le noms est mentionné sur le site , nous ne regardons en aucun cas les contacts ni les trions ils sont transferé directement au courtiers competents. Qui fais sont boulots de courtiers.

        Ce qui est plus denonçable est la façon dont certains courtiers font leur travail, et ce sont en generale ces memes courtiers qui accusent les comparateurs, car les comprateurs refusent de travailler avec des gens qui travail mals. Devenir courtier est a la porté de tous un bac pas de casier judiciaires, alors ou sont les competences requises dans tous ça ?

        Il existe sur internet des comparateurs en immobilier, pour vos travaux, pour votre salle de bain en defiscalisation, pour vos achats et tout ça fonctionne bien, car il permet a l’internaute d’avoir plusieurs devis.

        Seulement en France des que quelques choses fonctionne c’est dans le viseur de quelqu’un, la pluspart du temps de ce qui ne fonctionne pas . 

        alors pourquoi pas des comparateurs de courtiers ?


        • creditgirl creditgirl 2 juin 2008 18:14

          Bonjour,

          Je ne polémiquerai pas sur votre appréciation des intermédiaires en opérations de banque.

          Qui veut chapitrer son voisin fasse d’abord son examen.

          Pour ma part, je n’en remettrai tout simplement à l’avis de l’autorité en la matière, c’est à dire la DGCCRFP, saisie par le SIOB et l’AFIB.

          Si les "comparateurs de rachat de crédits" ( je mets des guillemets car, sincèrement, je n’ai pas vu, jusqu’à maintenant, la moindre comparaison sur de tels sites ) sont légaux ( c’est à dire qu’ils respectent les dispositions édictées en la matière par le Code Monétaire et le Code de la Consommation, sans oublier la dernière directive communautaire sur le sujet ) et s’ils respectent la future charte appelée des voeux de Monsieur Eric BESSON, je ne serais pas plus royaliste que le roi !

          Mais permettez-moi d’en douter quelque peu.

          Quoi que vous en pensiez, que chacun fasse son métier et les vaches seront bien gardées !

          Cordialement.


        • patrick61 15 janvier 2014 14:23

          En France nous aimons comparer, que ce soit le prix des voyages, hotel, jouet...

          En matière de rachat de credit  c’est la même chose, trouver les meilleurs tarifs pour le regroupement de ses prêts est normal, du coup face à la demande les comparateurs sont nés

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès