Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les constructeurs automobiles chinois ont-ils une stratégie commune (...)

Les constructeurs automobiles chinois ont-ils une stratégie commune ?


Selon les principes entendus du marché, les constructeurs d’automobiles chinois devraient se livrer à une guerre sans merci. Ils sont près de quatre-vingts en Chine, dont huit devraient se tourner vers l’exportation. Pourtant, peu ou prou, tous sont liés à un intérêt commun bien compris. Certes, chaque constructeur a sa stratégie, mais, centralisation politique oblige, leurs orientations sont adossées à une stratégie globale, à une planification préétablie.

A cet égard, le ministère chinois du Commerce et la Commission d’Etat pour le développement et la réforme jouent un rôle croissant dans la mise en place d’une démarche commune et solidaire entre constructeurs. Non seulement le ministère définit un cadre d’actions, mais il oriente certains choix. En somme, il intervient tel un conglomérat d’intérêt public. Chaque année, les maires des villes hébergeant des constructeurs chinois sont reçus à Beijing. La réunion peut paraître académique, mais il ne faut pas s’y tromper. Après un tour d’horizon sur l’évolution des productions de chacun, les autorités fixent un plan de route.

Fort de son rôle, le ministère chinois du Commerce et la Commission d’Etat ont sélectionné huit bases d’exportations d’automobiles afin de standardiser le marché national de l’automobile et des pièces détachées, et de faciliter l’innovation technique. Situées dans les villes de Changchun, de Shanghaï, de Tianjin, de Wuhan, de Chongqing, de Xiamen, de Wuhu et de Taizhou, ces plates-formes joueront un rôle important dans l’optimisation de l’exportation d’automobiles, dans la protection des droits de la propriété intellectuelle, et dans le renforcement de l’innovation industrielle. Qui plus est, cette même autorité a encouragé la signature d’un accord entre la Société d’assurance-crédit et d’assurance à l’exportation de Chine et dix-sept constructeurs, sur une durée de quinze ans, afin de les protéger de tout risque concernant le taux de change flottant ou d’éventuels changements politiques à l’étranger.

Dans le même temps, avec ces mêmes constructeurs d’automobiles, a été signé un accord avec la Société nationale chinoise de transports maritimes visant à faciliter le transport des automobiles exportées. Tous ces accords témoignent de la forte implication du pouvoir central auprès des constructeurs automobiles.

Que représente la construction automobile en Chine ?

En premier lieu, le second marché du monde ! 4,4 millions de véhicules en 2003, 5,1 en 2004, 5,9 en 2005, 7 millions prévus en 2006. Sur la seule période courant de janvier à août, les ventes se sont accrues de 25%. La production devrait doubler d’ici deux ans. A échéance 2010, la Chine devrait être le premier marché du monde. Parallèlement à la croissance de la production, les infrastructures routières connaissent également un développement effréné. Voici vingt ans, la Chine ne comptait pratiquement pas d’autoroutes, elle en compte plus de 52 000 km aujourd’hui. D’ici à 2015, le chiffre devrait encore doubler.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Caht (---.---.110.147) 2 octobre 2006 11:00

    C’est une même stratégie qui animait les constructeurs français dans les années 50/60. Ils jouaient alors ensemble et gagner des parts de marché. A l’époque aussi, ils protégeaient leurs salariés qui constituent l’un des piliers de l’industrie automobile. Au lieu de cela, aujourd’hui, ils licencient à tout va, comme, par exemple, Peugeot la veille du mondial de l’auto. Au lieu de perdre un temps fou sur le design et l’électronique de bord, ces mêmes entreprises devraient penser prix. Une voiture aujourd’hui est trop chère, il faut la rendre accessible à tous, ce que propose de faire les chinois !


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 2 octobre 2006 11:02

      Quand la Chine s’éveillera, elle consommera.


      • Xinhua pas net (---.---.64.135) 2 octobre 2006 11:07

        Elle est déjà éveillée !Et c’est déjà terminé pour les usa !


      • Darkfox (---.---.141.125) 2 octobre 2006 13:42

        le marché automobile...mhh d’ici 10 ans il aura bien changé. Je vois mal PSA Renault rogner leur marge... car ils savent bien fabriquer dans les pays de l’Est mais les prix ne baissent pas. En fait, le seul moyen qu’il reste pour protéger le marché européen face aux voitures asiatiques sont les normes de sécurité.. qui risquent de se casser la figure car les états vont repartir faire du leche bottes et dire amen au gouvernement Chinois. Ca fera encore quelques Milliers de licenciements mais on est plus à ça près.


        • (---.---.52.177) 2 octobre 2006 14:32

          les chinois n’en ont qu’une, nous niquer tous en nous vendant leurs merdes et en détruisant notre industrie


          • Renaud Delaporte Renaud D. 2 octobre 2006 16:25

            L’industrie automobile chinoise n’a pas dix ans. Elle est déjà capable de proposer des véhicules proches des standards occidentaux dont l’industrie bénéficie d’un siècle d’expérience !

            Actuellement, les Chinois testent les marchés. Dans le courant de cette décennie, forts des conclusions qu’ils auront tirées de ces tests, ils proposeront des modèles conformes à nos normes les plus sévères.

            Les chinois sont à la fois obstinés, patients et très réactifs. Comme le souligne cet article, le gouvernement intervient pour canaliser la concurrence intérieure afin de la rendre compétitive à l’export.

            Le marché de l’automobile souffre de la stagnation du pouvoir d’achat en occident et s’ouvre aux classes moyennes des marchés émergeants. Je ne donne pas cher des constructeurs qui ne seront pas capables de mettre sur le marché mondial un véhicule sûr et bien équipé (et non monstrueusement équipé) pour moins de 10 000 dollars/euros.

            Nos constructeurs en sont conscients. La Logan en est la preuve.

            Les premières victimes seront les producteurs d’automobile indépendants des pays émergeants (Russie, Inde, Iran, Corée du Sud, Amérique du Sud) qui ne disposent pas des ressources suffisantes pour élargir leur réseau de ventes.

            Les secondes seront les marques occidentales qui ne sauront pas gagner de l’argent sur les modèles les moins sophistiqués et ne disposent pas d’une image suffisamment crédible sur leur haut de gamme. En Europe, Fiat et PSA ont des soucis à se faire.

            Les accords GM-Renault actuellement à l’étude semblent devoir être lus comme une réaction au déferlement de produits chinois. Opel, Daewoo, Renault et Nissan ont tout intérêt à mettre en commun leurs plates-formes, leurs équipements ainsi qu’une partie de leur logistique.

            Par contrecoup, les équipementiers européens n’ont d’autre issue que de s’adapter aux coûts de construction chinois...


            • Darkfox (---.---.141.125) 2 octobre 2006 17:29

              Rire pourquoi a t on avis avec moins de 10 d expérience, ils ont un siècle d ’expérience...Réfléchi un quart de seconde tu vas voir c’est très simple ca s appelle le transfert de technologie via les entreprise construite par nos compagnie européen en passant conquérir le marché chinois ( la plus grosse farce économique de ces 30 dernières années). D ailleurs les chinois pompent allégrement déjà à partir des voitures coréennes (Cherry QQ fabriquer par une usine chinoise qui est en fait une Daewoo...qui fut en proces avec GM donc et qui fut perdu ...vive la Chine) donc il ne faut pas s’inquièter c’est un juste retour, nous avons toujours voulu avoir des profits à court termes alors que eux vis à long terme.

              Un peu comme un joueur de GO face à un joueur d’échec.


            • Renaud Delaporte Renaud D. 2 octobre 2006 20:37

              ca s appelle le transfert de technologie via les entreprise construite par nos compagnie européen en passant conquérir le marché chinois

              Entre 2000 et 2003, 60 000 usines construites en Chine par les occidentaux. Cela va tellement de soi qu’il ne me parraissait pas nécessaire de le mentionner.

              Sans rancune !


            • (---.---.9.238) 2 octobre 2006 20:30

              De grands constructeurs US sont en grande difficulté financière et ne valent plus rien en bourse. Est-ce que l’auteur de l’article sait qqchose sur l’intérêt des chinois pour GM ou Ford ?


              • haina (---.---.21.143) 3 octobre 2006 06:12

                Une Voiture ne peut se dire nationale a l’heure actuelle. Telle piece vient d’Argentine, celle-ci nous vient du Japon. Les autres sont produites en Chine. Assemblee en France cette Renault est-elle pour autant Francaise ?

                La mondialisation est reelle dans le secteur automobile.

                Aussi l’auteur parle de marque chinoise ce qui me surprend puisque meme la chere Xiali nous vient du Japon...

                Quand delocalisation est en passe de devenir exportation il ne s’agit que d’un changement de beneficiaire plus juste a mon avis.

                Quant aux developpements d’infrastructures routieres en Chine ils ne sont certes pas negligeables. De meme le nuage permanent qui flotte au dessus de Pekin sent bon les hydrocarbures. vive le progres !


                • vincent louyat (---.---.252.68) 1er novembre 2006 11:17

                  François,

                  Merci pour l’article. Néanmoins tu as oublié que on est très loin d’exportation en masse de véhicule chinois. Sur les 5,5 Millions de véhicules produits en Chine/an, il n’y a que 20 000 qui sont réellement exportés et pour la plupart d’entre eux dans des pays voisins. Il y a d’autres sujets plus préoccupant que cela : la consommation de matières premières impactant le secteur automobile européen.

                  Rien ne sert de rédiger des articles pour alarmer nos concitoyens français. Mieux vaut raconter des faits réellement préoccupants.


                  • mickael 15 juillet 2014 18:17

                    Cela est dommage pour l’automobile française effectivement. Le marché était à part égal et aujourd’hui les entreprises françaises licencient massivement. Après il est vrai qu’il y a le marché des pièces détachées ou excelle oscaro.com ou encore amapièce qui est encore en phase de maturité chez nous mais bon. Cela n’est qu’une branche du marché.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès