Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les dirigeants du Cac 40 vont-ils fuir la France ?

Les dirigeants du Cac 40 vont-ils fuir la France ?

A chaque fois qu’un « scandale » éclate à propos de la rémunération, supposée excessive d’un grand patron comme se fût le cas avec Philippe Varin le patron de Peugeot, la France se divise entre deux.
D’un côte, ceux qui crient à l’immoralité d’une trop haute rémunération en période de crise et alors que tant de Français souffrent (et bla bla bla.., le plus marrant est que souvent ceux qui disent cela ne sont pas à plaindre), d’un autre côté les « pragmatiques » qui pensent aussi que c’est immorale (parce qu’il sont aussi français et de culture catholique même s’il s’en défendent) mais que pour une question d’efficacité et parce qu’on attrape pas les mouches avec du vinaigrette, on est bien obligé de s’aligner sur ce qui se fait à l’étranger sinon on risque de voir partir les meilleurs dirigeants économiques français.

Il faut bien croire que ces derniers ont bien retenu les leçons d’histoire qu’il ont suivis au lycée. Le décrochage de la France par rapport au Pays d’europe du Nord, en général, et au Royaume-Uni, en particulier, au XVIIe siècle (et oui ! on parlait déjà de décrochage à cette époque alors qu’il n’y avait ni l’Euro ni les 35 heures) aurait pour origine la révocati0n de l’Edit de Nantes. La fuite massive d’une population industrieuse et dynamique, qu’étaient les Huguenots, a eu la double conséquence d’appauvrir le Royaume du Roi Soleil et d’enrichir ses voisins. Cent ans plus tard éclatait la Révolution française : Faut donc faire gaffe aux conséquences d’une fuite des élites !

Arrêtons les supputations et les discours interminables et voyons en quelques chiffres si les Français contemporains ne risquent pas de subir la même déconvenue s’ils s’avisaient de limiter les retraites-chapeaux, les golden parachute, les stock-options et autres Golden Hello. Essayons de mesurer l’employabilité et l’attraction de nos élites sur le marché internationale du travail du patron de multinational. Pour ce faire, j’ai fait un travail très simple de collecte d’informations publiques à l’aide de Wikipédia ; J’ai sélectionné les entreprises cotées sur les plus grands marchés financier occidentaux (il n’y a pas le Japon mais c’est pas un pays occidentale) et j’ai relevé la nationalité d’origine de leur principal dirigeant (le PDG ou le CEO en anglais). Evidemment pour que l’étude fût plus fine et plus fiable, il aurai fallut avoir un panier plus large ; plus de pays et plus de dirigeants par entreprise. C’est pas l’envie qui me manquait mais le temps disponible et le courage.

Les grandes entreprises mondiales dirigées par des étrangers

Il y a, à n’en pas douter, un marché haut de gamme des très grands patron dans les pays développés occidentaux mais qui reste très limité. Certains pays faisant très peu appel aux étrangers comme les USA, l’Allemagne ou la France soit pas du tout comme l’Italie. Et même quand la part des patrons venus d’un autre pays est importante, comme au Royaume-Uni, ces étrangers ne sont pas vraiment étrangers et viennent, dans le cas vraiment atypique de la bourse de Londres, pour la plupart d’entre eux soit du Commonwealth soit des Pays-bas ou du Danemark. Des cousins on peut dire.

Comme dans l’automobile de luxe, les Français semblent relativement absents et ce constat est plus particulière pour les anciens de l’ENA alors que, selon Jacque Attali, cette école nous est enviée par le monde entier. Ils pourraient même venir nous les chercher….malheureusement ils ne viennent pas lui aurait répondu Coluche. Si aucun Enarque n’arrive à se vendre hors de l’hexagone (mais peut-être ne le désirent-ils pas, l’amour du pays cela ne se commande pas), on peut relever que les rares Français qui percent ont des formations scientifiques et plus particulièrement en médecine. En clair si vous avez l’ambition de diriger, un jour, une valeur du Footsie (surnom de l’indice boursier de référence de Londres), faites comme Pascal Soriot, le CEO du groupe pharmaceutique AstraZeneca, et suivez les cours de l’école vétérinaire d’Alfort plutôt que ceux de l’ENA.

Pourquoi cette relative absence de dirigeants Français à la tête de grands groupes internationaux ?

Les mauvaises langues diront que les Français sont si mauvais en langues étrangères, et particulièrement en Anglais, qu’ils ne peuvent prétendre diriger de groupes étrangers. Il y a sûrement un peu de vérité dans ce constat qu’on peut vérifier en notant la surreprésentation de citoyens venant de petits pays où la maitrise de deux ou trois langues est courante y compris dans les classes populaires (Néerlandais, Suisse et Danois).
La principale raison à mes yeux est que pour atteindre les sommets himalayens d’une entreprise, il faut soit y avoir fait toute sa carrière et avoir montré et démontré des capacités de managers hors pair, soit bénéficier d’un réseaux (économique ou politique) puissant. On imagine bien un chef de cabinet se faire imposer par un gouvernement français chez Orange ou au Crédit Agricole par contre se retrouver même directeur d’une filiale de Daimler ou de HSBC parait hors de porté. Ce constat est aussi valable pour la France que pour n’importe quel autre pays.

Ce n’est donc pas la fuite de quelques dizaines de grands dirigeants d’entreprise que la France devrait craindre puisque ceux-ci ont très peut de chance de trouver un poste à l’étranger à la hauteur de leurs espérances. A ma connaissance Atomic Anne et J6M, Jean-Marie Messier Moi-Meme-Maitre-du-Monde, sont toujours dans les placards (même capitonnés avec des billets de banque, cela reste des placards).
C’est plutôt la fuite des jeunes cerveaux qui devrait inquiéter le gouvernement français. La plupart des pays européens ayant une natalité plus faible que celle de la France, beaucoup d’entre eux (et pas seulement l’Allemagne) regardent avec les yeux de Chimène les jeunes français bien formés, pour lesquels ils n’ont pas dépensé un centime en frais de formation et qui seront de bons cotisants pour des systèmes de retraite mise à rude épreuve par le vieillissement de leurs populations de par l’actuelle crise financière. Si le seul horizon offert à ces jeunes gens est le fardeau d’une dette abyssale que leurs ainés leur laisseront et la certitude qu’ils ne pourront pas bénéficier librement des fruits de leur réussite puisqu’on nie de plus en plus souvent l’état de droit. Les 21 millions d’euros de Philippe Varin c’est beaucoup, mais c’est le résultat d’un contrat négocié librement entre une entreprise privée et un salarié.

 

http://la-main-invisible.fr  
Indices boursiers
Nombre d'entreprises
Nombre de dirigeants étrangers
Dow Jones (U.S.A.) 30 2 (6,7%). Aucun Français.
DAX (Allemagne) 30 7 (23,3%). Aucun Français.
FTSE 100 (Royaume-Uni) 30 (*) 14 (46,6%). Un Français.
CAC 40 (France) 40 6 (15%).
MIB (Italie) 40 Aucun étranger.
SMI (Suisse) 20 14 (70%). Trois Français.
(*) Les 30 plus importantes capitalisations sur les 100 entreprises listées.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 2 décembre 2013 10:26

    Bonjour, Le Taulier.

    Cet article est intéressant car il tord le cou à ce bobard largement diffusé par le patronat, notamment par Gattaz et Parisot, ainsi que par certains caciques de la droite, selon lequel toute restriction législative des extravagants revenus des patrons français les contraindrait à s’expatrier. Or, tous ceux qui s’intéressent un tant soit peu au monde des affaires savent que les patrons français ne sont pas spécialement recherchés par les grands groupes internationaux. Cet argument visant à justifier les indéfendables goinfreries de ces vautours sans scrupules n’a par conséquent aucune valeur.

    Qui peut croire, en outre, que les n°2, 3 ou 4 de ces grandes entreprises en seraient pas à même de les gérer aussi bien, voire mieux, avec des revenus divisés par 2 ou 3 ? Dans le public, le gouvernement a limité les salaires des patrons à 20 000 euros pas mois. Les entreprises publiques sont-elles pour autant moins gérées ? Quand on voit les résultats d’un groupe comme PSA, on peut affirmer que la réponse est NON.


    • JL JL 2 décembre 2013 10:49

      Ils seraient bien embêtés pour la plupart, vu que leurs gros salaires sont foncyion de leurs compétences, mais du nombre d’amis qu’ils comptent dans les conseils d’administration, puisque tous ces dirigeants s’y votent mutuellement en rond et incestueusement leurs rémunérations.

      Mais comme dit Fergus, les n°2, 3, 4, ou plus, peuvent prendre la place, ça n’enlèvera rien au savoirs faire des milliers de collaborateurs anonymes et besogneux sur lesquels se font les bénéfices faramineux et indécents.

      Les inégalités étant le grain à moudre du capitalisme, les compétences des Varin et compagnie ne sont que des prétextes à ces pratiques d’un système dit libéral mais surtout maffieux qui œuvre à fabriquer de l’inégalité. On voit, à travers ces pratiques, que le libéralisme c’est l’iniquité dans toute ses dimensions extrémistes, le capitalisme décomplexé.

      Ps. On nous a dit que la retraite chapeau de Varin est assortie d’une interdiction de travailler pour la concurrence ? Et qui voit-on venir à la tête de Peugeot ? Le n°2 de Renault !

      Je suis oiseau, voyez mes ailes, je suis poisson, voyez ma queue.

      Moi j’appelle ça versatilité du discours, et je suis poli.


      • Le taulier Le taulier 2 décembre 2013 11:04

        Le propos de mon article n’est pas de charger un tel ou un tel. Cependant il faut reconnaitre que la clause d’interdiction de travailler pour la concurrence c’est une tarte à la crème. Je vois mal Varin se faire embaucher par Renault ou BMW alors qu’il a échoué chez Peugeot (même si cet échec lui est difficilement imputable à 100%, c’est un échec qui remonte à plus de 15 ans et qui implique ses prédécesseurs voir la famille Peugeot).


      • JL JL 2 décembre 2013 11:34

        J’avais bien compris, mais le propos de mon commentaire n’était pas limité à Varin : je visais davantage le discours de la Pensée Unique diffusée dans les grands médias.

        Dans le genre, et pour l’anecdote, j’en ai entendu un qui, au sujet du meurtre du cambrioleur de Césanne disait, je cite de mémoire : ’’le bijoutier était en état de légitime défense puisque le cambrioleur essayait de lui prendre son arme. ’’


      • jako jako 2 décembre 2013 11:04

        Bonjour je pense que l’adage « la france tu l’aimes ou tu la quittes » est adéquate.


        • Gabriel Gabriel 2 décembre 2013 11:20

          Voilà une bien triste nouvelle, les rapaces financiers du CAC40 vont fuir la France. Déjà qu’ils n’y payent plus l’impôt … Sérieusement, que ces messieurs qui passent leurs temps à licencier le personnel productif pour gonfler les rémunérations des actionnaires en s’octroyant d’indécents salaires quittent le pays, je qualifierais cela de purge salutaire. Les vrais entrepreneurs qui embauchent et font tourner le pays sont les PME, les PMI et les artisans et ces ceux là qu’il faut soutenir.


          • devphil30 devphil30 2 décembre 2013 11:58

            Comment cela les patrons Français ne serraient recrutés à l’étranger ?


            Et dire que le MEDEF pensent que tous les patrons Français qui tiennent leurs postes par des petits arrangements pourraient être amenés à partir à l’étranger car les taxes sur les hauts salaires ou la baisse des salaires des patrons serait une perte inestimable pour la France....

            Philippe 

            • christophe nicolas christophe nicolas 2 décembre 2013 14:02

              Absolument d’accord avec JL, tu vires jusqu’à celui qui à l’esprit de vérité, c’est à dire celui qui comprend comment marche son entreprise. Au dessus, tu vires sans indemnités en les traitant d’escrocs, ce qu’ils sont car ils nuisent. Ce n’est pas toujours le cas, ceux qui ont construit leur entreprise ne sont pas des escrocs.

              Quel est le but de ces rémunérations extraordinaires. Le but est de penser « argent », ce sont des laquais, des valet, des petites putes qui servent les partouzeurs de l’économie. Vous les prenez, vous les jetez et cela marchera mieux. Vous ne serez pas forcément plus riches mais vous serez vos propres maîtres car ce sont des suceurs de cervelle.


              • bourrico6 3 décembre 2013 09:09

                En voilé une bonne idée.
                Qu’ils partent, et vite, de toute façon, à part encaisser des chèques, ils servent à rien.
                Ah si, ils sont utiles pour le copinage.

                Mais sinon oui, on s’en fout de ces connards, qu’ils soient ici ou ailleurs, ça change rien, alors autant qu’ils aillent nuire ailleurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès