Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les francais sont moins généreux que nos voisins européens

Les francais sont moins généreux que nos voisins européens

L’Institut Montaigne (IM), le laboratoire d’idées pour les institutions françaises, vient de publier une analyse sur la générosité des français dont la forme me choc un ch’ti peu. Selon son directeur M. Manière “la totalité des dons collectés dans notre pays est, rapportée au nombre d’habitants, 4 à 5 fois inférieure au résultat des Anglais, des Suisses ou des Néerlandais”. 

JPEG - 19.2 ko
institut montaigne

 Deux bonnes nouvelles viennent compléter ce mauvais point : la fiscalité française serait devenue l’une des plus incitatives (eu Europe ?) et 14 millions de bénévoles sont généreux de leur temps. Contrairement à la culture américaine, l’anonymat fait partie de la noblesse du don. Je suis persuadé que nous avons beaucoup plus de bénévoles français si nous comptons aussi les millions d’internautes qui répondent aux questions d’inconnus sur les forums ou avec des paroles réconfortantes vers les cris de détresse. Ils méritent tous des “Mercis”.

De là encore à pousser les pouvoirs publics à dépenser des campagnes de sensibilisation pour faire de 2009 l’année de la générosité, une année de récession certaine où le don soit la grande cause nationale ! C’est chercher le flop de “manière” aussi sure.

En revanche, l’IM publie 10 propositions (10, c’est leur nom préféré) avec quatre orientations pour aider le monde associatif. La première me plait beaucoup, elle consisterait à faire la promotion de toutes les générosités même les innovations qui rapportent aux donneurs et aux receveurs. Ensuite, le controle obligatoire et volontaire des associations pour accroitre la confiance comme Les restaurants du coeur publient leurs résultats dans leur courrier annuel depuis longtemps. Troisième proposition : sensibiliser tout le monde dont les jeunes à la générosité. C’est compris dans le programme des écoles chrétiennes et les profs du public semblent manquer de ressources et de motivations. Enfin, il faudrait mutualiser les moyens. Mais les dirigeants d’associations ont bien évidemment soif d’identité et de reconnaissance.

Bref, un simple portail internet pourrait suffire en 2009. Il remercierait aux yeux du monde entier l’ensemble des noms des généreux inscrits par les bénéficiaires. On dépassera les 14m d’inscrits très rapidement. Si quelqu’un veut m’aider à le concevoir, je ne le ferai pas tout seul…


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • mikaboom 21 novembre 2008 14:42

     Je l’avais écrit il y a plusieurs semaines que les français étaient des va-nu-pieds en matiere de dons.....à l’époque je me suis fait prendre à partie par les bien-pensants chauvins d’Agoravox.....

    maintenant que l’étude est publique....Ou sont-ils tout ceux qui pensait que la franchoullardise était la plus généreuse et la plus humaniste du monde de la terre de l’univers ?

    OU SONT-ILS ?



    • Je suis Fantomas 21 novembre 2008 14:53

      Les francais sont deja très genereux grace à leurs impots : associations, aides, prets etc...
      Ils n’ont donc pas envie de passer à la caisse 2 fois !


      • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 21 novembre 2008 18:37

        @ Fanomas,

        Exact, beaucoup de personnes conferent à l’état le rôle d’être généreux, humaniste, fraternel à leur place. Ce qui les dégrève de l’être eux-mêmes !

        Or jamais un état ou une institution pourra être "éthique" ou "fraternelle". Ce sont des qualités humaines qui ne peuvent être exprimées que par des individus.

        Encore faut-ils qu’ils soient libres de le faire.

        Mais hélas, le terme d’humanisme à bon dos (il a été bien galvaudé), et il permet à beaucoup de se défausser à bon compte.


      • Liberty 21 novembre 2008 14:55

        Ben oui, l’analyse est incomplète .

        Parler de dons est une chose mais regardez le nombre d’associations subventionnées par l’état donc par nos impots !

        Il existe de très bonnes associations très utiles mais il existe une ribambelle d’associations fictives qui ne servent qu’à engraisser des types vivant sur la misère des autres. smiley

        Je puis développer j’en ai fait partie et me suis sauvé quand j’ai découvert quela technique retenue était : "cause toujours tu m’intéresse !"

        A quoi sert de monter une association fictive : Apporter 90% du smic à ses acteurs principaux en complèment de revenu ou de retraite.
        A se faire des voyages et des gueuletons gratuits.
        A faire du liant social donnant la trompeuse impression qu’en France nous sommes protégés de tout .

        Je puis donner des noms et les montants des budgets de subventions, le nombre de côtisants et le nombre d’affaires réellement traitées...

        Cette forme de dons là échappe à tout contrôle, ça représente combien d’argent par an à votre avis ?



        • alberto alberto 21 novembre 2008 16:43

          Oui, Liberty, et en plus de ça, il y a un système organisé de la retappe des petits vieux : certaines associations à la façade honorable se refilent les coordonnées des personnes agées, généralement psycologiquement affaiblies, pour les harceler et leur soutirer un maximum de fric. J’ai pu constater la chose chez plusieurs personnes de mon entourage dont mon propre père (94ans) qui non seulement recevait une masse impressionnante de courrier mais aussi d’appels téléphoniques d’une insistance telle que j’ai plusieurs fois été obligés d’intervenir et les menacer de porter plainte pour harcèlement.
          Au début, ils misent sur le bon coeur de la personne et à partir du moment où celle ci a commencé d’envoyer des dons, bizarrement, une deuxième association s’amène, et si ça marche, une troisième, etc...
          J’ai ainsi pu recenser une douzaine d’assos qui harcelaient mon père avant que je m’en apperçoive et y mettre le ho-là ! Elles n’étaient pas arrivées là par hasard...
          Je profite donc de ce commentaires pour dénoncer ces attititudes de charognards, mettre en gardes les lecteurs d’AV qui auraient des parents agés et alerter l’opinion qu’il y a un sérieux ménage à faire parmi ces centaines voir ces milliers d’assos qui harcèlent de tous côtés, au détriment évidemment d’organisations sérieuses...
          Ce que je voudrais aussi dénoncer, c’est cette débauche de publicité faites par ces organisations carritatives au détriment encore de la finalité de de leur action. A la louche, mon recevait deux à trois kilogs de paperasses par mois : est-ce bien sérieux ?
          Voilà, j’ai poussé mon coup de Gueule et ça va mieux.
          Bien à vous.


        • alcodu 21 novembre 2008 15:03

          Les français sont les moins généreux aussi parce qu’ils sont les plus ponctionnés. Les dépenses de l’Etat français représentent 55% du PIB national.

          L’une des conséquences involontaires de l’Etat providence c’est l’indifférence : pas la peine que je m’en occupe, c’est l’Etat qui va le faire... avec les conséquences et les résultats que l’on connait !

          Pour que les français soient plus généreux, il faudrait que les aides soient organisées en respectant le principe de subsidiarité. D’abord les aides doivent être locales, au niveau du quartier, de la commune, puis ce qu’on ne peut organiser localement il faut le déléguer à la région, enfin ce que la région ne peut faire on peut le déléguer à l’Etat ou à l’Europe. Dans le même temps l’Etat doit être desaisi de tous les dossiers qu’il (mal)traite.
          .


          • nephilim 21 novembre 2008 15:32

            Et oui le Magemickey c’est ce qu’ont dit les Americains lorsque chirac à refuser de participer à la guerre en Irak (qu’est ce qu’on a assuré !!)et pas écouté des pauv’ cons.
            Mais cela se passait à l’époque ou nos politiques au pouvoir etaient gauliste.
            Aujourd’hui on à un merdeux mais je me souviens bien avoir lu de vous de grands moments de declarations d’amour à l’egard de notre petit president arrogant.


          • Dudule 22 novembre 2008 02:11

            N’importe quoi... Comme si la guerre était une décision politique comme une autre. Et je ne vois pas ce que Hitler vient faire la dedans, ni ce que la guerre d’Irak a à voir avec un débat sur la générosité supposée des uns et des autres...

            Mais quand il s’agit de conchier leurs concitoyens, certains répondent toujours présent, et en rajoute. Pour continuer à filer les métaphores, ça me rappelle étrangement Vichy : "L’esprit de jouissance" s’est emparé de ces sales feignasses de français individualistes, d’après monsieur Mage et d’autres. L’"Anti-France" n’est peut-être pas celle que l’on croit.

            Arthur Mage dans son treillis prenant Bagdad d’assaut le FAMAS à la main, ça aurait eu de la gueule... mais ça ne serait jamais arrivé, même si la France avait accepter cette guerre inepte. Envoyer ses concitoyens au casse pipe pour un résultat politique tangible, c’est acceptable, mais pour installer un bordel politique inomable et satisfaire des intérêts étrangers, c’est un crime. Beaucoup aurait accepter cette guerre si elle avait pu avoir la moindre chance d’aporter des solutions politiques, et beaucoup savait que ce n’était pas le cas... Mais le refus de cette guerre par les français dans leur immense majorité n’est que le reflet de leur égoïsme, d’après monsieur Mage, étrange égoïsme de ceux qui de toute façon n’auraient pas "fait" cette guerre dans leur grande majorité. Alors que lui aurait été tout à fait altruiste en levant l’Ost pour nos seigneurs du Potomac.

            Or donc, Arthur Mage ferait mieux de se taire s’il a soutenu cette guerre en son temps, parce qu’il s’est gravement gourré. Et j’ajouterai que, les choses étant ce qu’elles sont, à sa place, j’éviterai de la ramener sur ce sujet...

            Vous fumez quoi, monsieur Mage ? Parce que ça doit être fort, pour présenter ses gourances manifestes comme des arguments sur un fil qui n’a rien a y voir, à part s’il s’agit juste de trouver n’importe quel prétexte pour dire du mal de ses concitoyens. C’est assez maladroit de toute façon.


          • foufouille foufouille 21 novembre 2008 15:19

            en france, on est moins pigeon
            ARC
            pieces jaunes
            tsunami
            etc....
            mouton vient te faire tondre


            • Jean-paul 21 novembre 2008 15:33

              Et pour les pourboires les Francais sont radins !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


              • Je suis Fantomas 21 novembre 2008 16:04

                Normal !

                En france le service est compris, meme quand il est lamentable !


              • K K 22 novembre 2008 13:29

                Au Canada, aux USA et dans de nombreux pays, le serveur est paye par le pourboire. Les clients laissent donc un pourboire correspondant a ce qu ils pensent du service rendu. En France, le service est facture et obligatoire. Rien n’empeche d’ajouter un peu plus, mais on ne peut en aucun cas verser moins si on est mal servi


              • Marc Bruxman 23 novembre 2008 17:06

                Oui d’ailleurs aux US, un bon serveur peut faire beaucoup d’argent. Parce que finalement les gens quand ils sont contents laissent parfois un billet plus important que prévu. Ce systéme est plus juste que le systéme coco, parce qu’honnétement tous les serveurs de restos ne se valent pas. 



              • TSS 21 novembre 2008 15:39

                peut être que dans le reste de l’europe ils n’ont pas d’ institutions genre ARC qui s’est fait prendre 2 fois à

                detourner l’argent des donateurs...

                ou comme les pièces jaunes qui coutent plus cher à collecter que ce qu’elles rapportent !!!


                • foufouille foufouille 21 novembre 2008 19:49

                  les pieces jaunes rapportent de l’argent a ma’ame chirac ......


                • pragma 21 novembre 2008 15:50

                  Nous sommes le pays du don obligatoire, via les prélèvements sociaux.

                  Générosité imposée, qui dégoûte vite celui qui entreprend, à ses risques et périls, qui peine à joindre les deux bouts et voit ce que l’on fait, dans certains cas, de l’argent qu’on lui a ponctionné.

                  Nombre d’associations, sous couvert d’activités artistiques, sociales ou humanitaires plus ou moins fumeuses, pompent des sommes phénoménales à l’état et aux collectivités, et cela de manière récurrente.
                  Toute baisse de subvention, d’une année sur l’autre, est ressentie comme attentatoire à leur bien-être, et fait l’objet de pressions monstres sur les élus : gare aux prochains scrutins !

                  Les élus ont le pouvoir de distribuer des postes rémunérés, soit dans la fonction publique ou territoriale, soit dans les commissions ad-hoc, soit dans les associations subventionnées (cela étant censé être plus discret). Ce n’est pas de l’enrichissement personnel, mais c’est le moyen de remercier les copains politiques, syndicaux qui ont bien voté, quand ce n’est pas purement les copains personnels...
                  Et cela ne se produit pas qu’en Corse ou dans les DOM-TOM, territoires qusi mafieux qui détiennent le pompon mais vont bientôt se faire rattraper !

                  Pourquoi les associations ne sont-elles pas mieux contrôlées, sur leur activité réelle, sur leur efficacité, sur leurs finances ? L’histoire de l’ARC nest pas une exception ! Voyez l’ARChe, plus récemment.
                  Les petites entreprises croulent sous les tracasseries administratives, certaines associations font ce qu’elles veulent et ne sont jamais sanctionnées. Pourquoi ?
                  Pourquoi, sur un million d’associations (là nous sommes les champions) un bon tiers est quasiment en sommeil depuis plusieurs années, dans une situation administrative de flou intégral ?

                  Comment ne pas comprendre que le citoyen puisse devenir un peu moins naïf, et réagir avec circonspection à ces appels à la générosité marketisés qu’il trouve cahque jour dans sa boîte à lettres ?

                  Le citoyen français est probablement aussi généreux que ses voisins. Mais il voudrait bien qu’on le "tape" un peu moins, et qu’il puisse donner à qui il veut avec la certitude que son effort financier ira au bon endroit.




                  • jak2pad 21 novembre 2008 15:59

                    tout à fait d’accord avec mikaboom : les français sont des radins qui adorent distribuer l’argent qui n’est pas à eux

                    ces innombrables galaxies d’associations assez inutiles, comme la Manu ( dernière trouvaille pour occuper la grande gueule Julie Coudry et quelques copains) et qui est dotée d’un million d’euros pour blablater à perte de vue, et tous ces relais d’opinion dont la gauche est quand même largement spécialiste, là ce sera une générosité sans limite : le fric qu’on peut piquer, surtout celui des autres, c’est toujours bon à prendre


                    • donino30 donino30 21 novembre 2008 16:22

                      Les français adorent la "solidarité" du moment que ce n’est pas eux qui la payent. Une fiscalité incitative ? est ce que c’est une blague ??? Il faudrait regarder le problème un peu plus globalement que les 50% déductibles sur les dons cher auteur... 100% oui là ce serait incitatif. Les classes moyennes sont littéralement étranglées par la généreuse fiscalité justement dédiée à cette solidarité, pourquoi payeraient ils une deuxième fois ? Ce n’est pas un portail qui y changera grand chose.


                      • Blé 21 novembre 2008 17:28

                        Nous avons changé d’époque. quand j’étais jeune, on nous apprenait à porter le sac lourd d’une personne âgée, à aider un jeune enfant à traverser dans les clous, à céder son siège dans le métro ou dans le bus, à rendre service aux voisins, à s’entraider.
                        La première fois que j’ai porté de l’argent pour la faim dans le monde, c’était en 1957, que je sache la faim n’a pas disparu malheureusement mais l’argent que j’ai régulièrement donné pendant des dizaines d’années lui a disparu.

                        Je reste donc serviable vis à vis de mes voisins, je rends des services à des jeunes ou des moins jeunes, mais j’ai compris, je ne donne plus un sou à une organisation charitable.

                        La politique doit prendre le relais. Un citoyen a besoin de solidarité pas de charité.


                        • Liberty 21 novembre 2008 17:37

                          Ben alors Dussauge on ne viens même pas défendre ses propos ou on est trop fier pour admettre l’erreur ?

                          C’est vraiment ce qui me gonfle sur agora-vox, les rédacteurs ne viennent pas argumenter, discuter des idées qu’ils ont eux même lançé !

                          On làche un sujet, on crache son venin puis on se terre dans son trou de souris, mais un forum est fait pour discuter avant tout !

                          Nous apprenons tous les uns des autres, sauf les rédacteurs ...

                          La vocation d’Agora-vox serait-elle de dire des conneries sorties de leur contexte et de déserter le moment venu de soit défendre ses idéres par des propos étayés, ou faire amende honorable lorsqu’on raconte des énormités ???

                          Raz les bottes de ceux qui se cahent derrière leurs claviers dès qu’ils n’ont plus rien à dire que leur interprétation de la société !


                          Vraiment pas envie de rire de ce mépris par le silence qui remplace l’enrichissement mutuel !


                          J’ai l’impression que plus le CV est pompeux plus les rédacteurs ignorent la contradiction smiley

                          Paul Villach faisant partie des professionnels du genre, ne répond jamais à ceux qui ne le suivent pas à 100%, un vrai démocrate en somme !  smiley


                          • dussauge dussauge 21 novembre 2008 19:17

                            Je ne vois pas pourquoi vous vous énervez tout seul un vendredi soir en plus.
                            Je suis au bureau et ne peux consacrer assez de temps dans la journée pour dire oui ou non et plutot merci après les commentaires. J’interviens à nouveau quand un commentaire déforme mes intentions. J’ai l’impression de partager votre première remarque et beaucoup de commentaires de certains autres. Ces commentaires viennent enrichir le débat et les idées lancés par l’institut montaigne, que j’ai résumés au plus court. Mes seules remarques personnelles sont toujours celles-ci :

                            1. je ne solliciterai pas l’état pour investir sur la promotion des dons dans la période actuelle
                            2. je ne dirai pas que les montants versés par les français sont moins importants que ceux de nos voisins, sachant que l’anonymat est souvent de mise en France et que les associations ne sont pas les seules à recevoir des dons mais elles les comptabilisent.
                            3. en revanche, on peut dire que beaucoup de généreux anonymes (de temps, d’objets ou d’argent) mériteraient un grand merci de leurs concitoyens et un site internet ne couterait pas cher pour rendre publics, s’ils l’acceptaient, les noms de ces personnes ;
                            bon week end à tous

                          • Liberty 22 novembre 2008 04:19

                            Mr Dussauge,

                            Désolé de ma réaction épidermique mais parfois nous sommes lassés de tenter de faire vivre le forum constatant que "le meilleur mépris est le silence".
                            Nous sommes là pour apprendre de l’autre et j’adore me faire éduquer lorsque c’est nécessaire.

                            Personnellement je donne ce que peu de personnes ne veulent donner, des compétences et du temps .
                            J’aide gratuitement les plus défavorisés sur leurs PC, l’heure de dépannge dans le commerce est à 90€...

                            Linux oblige c’est ma philosophie : "Donnez à manger à quelqu’un il fera un repas, aprenez lui à chasser et il mangera toute sa vie"  smiley

                            Très compliqué, il y a l’inconscient collectif qui dit "si ce n’est pas payant ce n’est pas de la qualité" .
                            Les gens sont encore plus exigeants lorsque c’est gratuit, que lorsque c’est payant.
                            (dépanner un PC on le porte au magasin mais le type qui fais cela gratuitement il faut qu’il se déplace et qu’il fasse le boulot en moins d’une heure. là où en magasin le PC resterai une semaine)

                            Pour ce qui est du don, il faut savoir que les véritables pauvres sont fiers, ils ne vont pas se faire aider car ils ne leur reste qu’une seule chose : "Leur dignité"

                            Dignité très largement bafouée par des fonctionnaires qui leur font bien sentir qu’ils ne sont que des mendiants et que "c’est un cadeau" que le fonctionnaire leur fais de bien vouloir traiter le dossier sans leur chercher de poux dans la tête ...(je parle d’expérience)

                            Les dons oui mais pour quoi faire et comment les encadrer ?

                            Il y a des dons qui devraient être obligatoires : Combien d’entreprises gérant de l’alimentaire préfèrent payer pour destruction au lieu de faire don de ces denrées ? (j’y ai participé chez Seïta Altadis)

                            Pour ce qui est matériel c’est exactement la même chose, allez donc visiter les bennes de compactage des chez Leclerc, vous constaterez que les fins de série, les produits un peu abimés sont compactés pour qu’aucun pauvre ne puisse en profiter .



                          • Picospin 21 novembre 2008 19:09

                            Le problème posé par cet article ne manque pas d’intérêt quand on veut bien prendre la peine de comparer la situation sociale, politique morale de la France et des Français à celle de ses voisins proches et lointains comme le sont les pays européens et plus loin le Etats-Unis où les dons font partie de la vie quotidienne. Les Français pensent à tort ou à raison que le paternalisme d’état ou la providence assurent la répartition équitable des dons et des fonds disponibles pour réaliser un équilibre acceptable au sein du pays, garantir l’égalité des revenus et éviter de léser les plus défavorisés, les plus fragiles, ceux qui rencontrent le plus de difficultés dans la vie de tous les jours. De ce fait, convaincus de l’action efficace d’un état qui se dit République avec sur son fronton l’inscription des termes égalité et fraternité, ils se sentent déchargés de toute responsabilité de la prise en charge des plus démunis puisque l’état collecte les moyens, par le biais d’impôts considérés comme très lourds ou plus légers, pour assurer à chacun une vie décente dans la mesure où le permettent les circonstances économiques et financières dans un système globalisé, honni par certains, célébré par d’autres qui y trouvent avantages, intérêt personnel et collectif. La situation est différente ailleurs où l’initiative personnelle joue un rôle plus important par l’intermédiaire de dons et de structures qui distribuent aux autres ce que l’état accomplit sur des bases moins riches et moins généreuses dans nos pays. Que dans ces circonstances, les généreux donateurs, individuels ou collectifs, revendiquent l’attribution et le dévoilement des personnes physiques ou morales responsables de ces actes n’a rien d’excessif vis à vis de l’éthique. Cette procédure permet de sortir de l’anonymat, de conférer une certaine fierté à la participation à une oeuvre de bienfaisance et de se procurer un moyen de perpétuer la continuité du don par la signature sur des monuments, des oeuvres d’art, des bancs publics des auteurs de cette ouverture des poches de personnes devenues pour la circonstance celles de marsupiaux. Contre l’anonymat et la collectivité, il y a là une démarche qui s’approprie une origine, un nom, une ferté sinon un certain orgueil d’avoir contribué au bien commun.


                            • Dudule 22 novembre 2008 01:09

                              Tiens, c’est le rendez-vous de la Secte Néolibérale ici, tout ces gens si plein de compassion, si soucieux du bien commun, comme on peut le constater tout les jours.

                              L’Institut Montaigne, est une émanation de la Secte. Qu’elle publie ce genre d’étude qui apporte de l’eau à son moulin friedmanesque n’a rien de surprenant. Les commentaires des néolibéraux (ou de ceux qui ne comprennent pas tout...) sur ce fil explicite clairement le message que l’on veut faire passer : privatiser les services sociaux pour les remplacer par la charité privé.

                              Il fut un temps ou les privilégiés (qui ne payaient pas d’impots) entendaient payer leur dette à la société en donnant leur sang sur le champ de bataille, ou au moins en mettant leur vie au service de l’Etat. Lorsque les sus-dits privilégiés n’ont plus senti la nécessité de ce genre de service public, beaucoup sont morts en sentant sur leur nuque l’agréable fraicheur de la lame du bon docteur Guillotin.

                              C’est tellement confortable de se sentir pété de tunes et charitable, et de pouvoir choisir ses nécessiteux méritants par dessus le marché. "Voyez comme je suis bon, moi qui me suis gavé de stock-options, je donne aux pauvres que j’ai fait licencier pour augmenter mes plus-values." Je sais bien que c’est un peu caricatural, mais ça recouvre quand même une certaine réalité, pour ne pas dire une réalité certaine, qui confine aux trafics d’indulgences. Les riches osent tout, y compris acheter leur bonne conscience (noter qu’ils y gagnent quand même au passage une déduction fiscale, les pauvres).

                              C’est exactement parce que c’est parfaitement et abjectement hypocryte que la République Sociale, dans sa grande sagesse, a tendu à remplacer la charité privée par le service publique. C’est connu et archi-connu de tous, même des gens qui font peu de politique. Il est tout à fait évident que l’intérêt général défendu par une démocratie moderne impose, non pas de satisfaire la bonne conscience des nantis, mais d’oeuvrer au bien commun, et que donc la charité privé est un échec de la politique publique. C’est vécu et compris comme tel par beaucoup, je l’ai entendu de beaucoup de bouches, sous des formes plus ou moins argumentées, de la chaîne de montage au bureau du DRH, et je m’en réjouis, et ceci explique aussi celà.

                              Il est tout à fait claire que le peuple français est résolument moderne et politique, contrairement aux anglo-saxons en général, confis dans leur système d’unité impérial, leur droit de véto (on a guillotiné Louis XVI pour moins que ça), leur morale victorienne qu’ils essayent de nous faire passer pour de la modernité, tout comme leur système de vente pyramidale de vent, summum de la modernité moderne en pleine banqueroute, mais c’est pas grave, on continue....

                              Mais bon, les français sont archaïques, alors que ceux qui pronnent un système néoféodal avec option d’achat de bonne conscience en prime sont hyper moderne, on paye des tas de gens pour nous mettre ça dans la tête, si bien que l’on entend plus que ça. L"Institut Montaigne", qui n’est pas vraiment financée par le Komintern, prenant une part acive au bruit blanc dominant. Bruit blanc qui ne sert plus qu’a rendre inodible tout discours critique, parce que pour les idées "modernes" sensées apporter le bonheur à l’Humanité soufrante pour les siècles des siècles, ils peuvent repasser, on a déjà donné.

                              Le peuple français est un peuple politique. On en parle toujours beaucoup, même si on en fait de moins en moins (ça va peut-être revenir...). Ceci expliquant celà, et c’est très bien, j’en suis très content.

                              Téléthon, piège à con. Votez et/ou militez pour des politiques qui augmentent les impots pour financer la recherche, c’est beucoup plus utile, "moderne" et efficace. L’obole, c’est vieux comme le monde... la politique publique se fixant pour but de maximiser l’allocation des ressources, ça a quand même un peu plus de gueule que l’induvidualisme couplé à l’hypocrisie d’une mauvaise conscience mal assumée.

                              Libéral, pauvre être souffrant, tu as choisi d’être un salopard, tu es un salopard. Assume : ne donne rien. Au lieu de tortiller du cul pour chier droit en jetant une piécette à tes oeuvres choisies pour tenter vainement de t’acheter une conscience, assume ta saloperie jusqu’au bout.


                              • Blé 22 novembre 2008 08:12

                                Ceux et celles qui appartiennent à l’ordre immuable d’une société hiérarchisée ont beaucoup de mal à admettre qu’un individu préfère gagner lui même ce dont il a besoin pour vivre que d’attendre la "charité".

                                Mais l’admettre serait admettre que la richesse des uns ne se fait qu’au dértriment de ceux qui produisent les richesses qui représentent la ^lus grande majorité.
                                La pauvreté n’a rien de naturel, c’est bien un choix politique de la classe dominante qui détient le vrai pouvoir.

                                L’impôt dans une société démocratique est fondamental, pas la charité. Les paradis fisacaux n’ont pas été créé pour les RMistes ou les chômeurs. Laissons la charité pour les "Eglises".
                                Dans une république laïque, il n’ y a que des citoyens, pas de fidèles, de croyants et autres appellations.

                                L’esprit de cet article n’est jamais que dans le droit fil de l’idéologie dominante : tout mettre en concurence, en compétitivité, même le "marché" de la charité.



                                • Marc Bruxman 23 novembre 2008 14:44

                                  Oui un individu préfére GAGNER ce dont il a besoin pour vivre. 

                                  Et de ce fait, il y a peu de différence entre un RMI (ou toute autre forme de redistribution) qu’une charité donnée par une association quelquonque (il n’y a pas que l’église, je ne crois pas que les restos du coeur soient une association de bigots). 

                                  L’impôt dans une société démocratique est fondamental, pas la charité.

                                  Sauf que l’impôt pour effectuer la solidarité ne semble pas être efficace. Malgrés des niveaux de taxation très élevés (plus de la moitiée de la richesse produite est accaparée par l’état), la pauvreté ne cesse d’augmenter. 

                                  Et ne me parlez pas des USA ou un taux d’imposition très élevé (> 33%) sert à financer une armée pléthorique. 

                                  La question est ne pourrait on pas améliorer le processus. Je propose plus bas de maintenir une contribution "forcée" mais de laisser les associations gérer cet argent et les gens choisir à quelles associations ils donnent. A condition d’avoir un contrôle rigoureux sur les associations qui percoivent les dons, cela permettrait je pense d’améliorer le sort de tout le monde dans ce putain de pays. Et on risquerait alors de s’appercevoir à quel points nos impôts partaient en fumée dans une machine administrative improductive. 


                                • JONAS Virgule 22 novembre 2008 22:46

                                  Je vais vous en parler de la charité !

                                  La vraie …. ! Bande de minables !

                                  C’est les pompiers, les flics qui vous la font tous les jours en risquant leurs peaux pour vous et en plus pour des salaires misérables ! Vous croyez que vous la méritez cette charité ?

                                  Vous les soutenez lorsqu’ils vont se faire caillassés ? Taper sur la gueule ?

                                  Vous leur refilez 5 à 10 euros pour noël !

                                  Non, vous préférez flatter ceux qui donnent aux étrangers !

                                  C’est vous les bons pères de familles ? Vous qui endettez vos enfants pour des décennies, vous qui mettez au pouvoir des gens qui paient avec vos deniers des chambres d’hôtel à 900 euros par mois aux Maliens aux Sénégalais et qui ignorés les sous chiens qui vivent dans des caravanes avec leurs enfants !

                                  Vous en voyez beaucoup des SDF Africains ? Un pour 100 Français, ils sont solidaires entre eux, EUX !

                                  Une majorité d’entre vous sont des minables !


                                  • Marc Bruxman 23 novembre 2008 14:32

                                    Le problème c’est que l’on rabache aux gens que l’état est généreux et qu’ils ont déja l’impression d’avoir fait leur devoir en payant leurs impôts. 

                                    Le second problème et le plus grâve c’est que cet argent donné pour la solidarité "nationale" est souvent siphonné avant de parvenir à ceux qui en ont besoin. Un cas édifiant, le plan banlieue ou un rapport de la cour des comptes a montré que la quasi totalité des fonds votés ont été engloutis dans la machine administrative plutot que de servir sur le terrain. Sur ce plan la, les associations ont souvent de bien meilleurs résultats et cela explique que l’on ait l’impression que malgrès tous ces impôts il y ait encore franchement besoin d’assoces comme la croix rouge ou les restos du coeur. 

                                    Une alternative pourrait être de réformer totalement la solidarité nationale tel qu’elle existe actuellement. Dans ce modèle, on supprimerait complétement le rôle de l’état dans le processus, mais on maintiendrait une "contribution obligatoire" que chacun versera aux associations de son choix. Peut être ainsi que vous aurez plus confiance en la fondation Abbé Pierre pour les problèmes de droits au logement qu’en l’office HLM du coin, souvent corrompu jusqu’à la moelle. 

                                    L’avantage c’est qu’en cas de problèmes de détournement de fonds avérés, l’association fautive cessera rapidement de percevoir des dons et que d’autres associations plus sérieuses recevront l’argent. De plus, les bénéficiaires pourront attendre un traitement plus humain de la part de ces associations que de la part des fonctionnaires dont les conditions d’accueil ne sont pas toujours "optimales". 

                                    L’autre avantage c’est que l’on sépare l’aspect politique qui crée souvent du clientélisme de l’aspect opérationnel. Et cela évite donc que les élus locaux (par exemple) achètent des électeurs via des attributions de HLM (cas trop souvent vu en région parisienne) ou des subventions aux associations qu’ils contrôlent ce qui est un détournement de la démocratie. 



                                    • Marc Bruxman 23 novembre 2008 17:03

                                       
                                      privatiser les services sociaux pour les remplacer par la charité privé.

                                      C’est bien de cela qu’il s’agit et en bon libéral j’assumes !

                                      Il fut un temps ou les privilégiés (qui ne payaient pas d’impots) entendaient payer leur dette à la société en donnant leur sang sur le champ de bataille, ou au moins en mettant leur vie au service de l’Etat. Lorsque les sus-dits privilégiés n’ont plus senti la nécessité de ce genre de service public, beaucoup sont morts en sentant sur leur nuque l’agréable fraicheur de la lame du bon docteur Guillotin.

                                      Peut être surtout que l’on a compris qu’il valait mieux pour le bien de tous, se battre sur le terrain du commerce plutot que sur le champ de bataille. Quand aux victimes de la guillotine, je crois que pendant la terreur de 1793, il n’y a pas que des nobles qui y sont passés loin de la. Je crois qu’en 1789, tout le monde a perdu. Il aurait fallu faire évoluer la société comme d’autres peuples ont su le faire et pas faire une révolution. L’Angleterre a ainsi eu la démocratie sans grand bain de sang. Beaucoup de pays d’europe ont eu la démocratie sans qu’il y ait eu de bain de sang. 

                                      C’est tellement confortable de se sentir pété de tunes et charitable, et de pouvoir choisir ses nécessiteux méritants par dessus le marché. "Voyez comme je suis bon, moi qui me suis gavé de stock-options, je donne aux pauvres que j’ai fait licencier pour augmenter mes plus-values." Je sais bien que .... Les riches osent tout, y compris acheter leur bonne conscience.


                                      Cela n’a rien à voir. La solidarité fait partie de notre culture et de la plupart des cultures humaines. (Les musulmans ont par exemple le zakat). Alors oui dans l’idée si tu fais du fric, tu n’a pas à en avoir honte et si tu peux essaie de t’en servir utilement. C’est le message. 

                                      Après chaque individu a sa définition de l’utile : Certains voudront que leur argent serve à faire avancer la science, d’autre qu’il serve à aider les pauvres, à construire des hopitaux, etc, etc, ... Mais l’avantage c’est que le mec qui donne de son plein grès est concerné par le résultat et souvent finit par donner plus que de l’argent. 

                                      Et puis après il y a des gens qu’on voit sur le terrain comme la croix rouge et des gens qu’on ne voit jamais sur le terrain. Je préfére donner à ceux qui se bougent le cul. 

                                      Parce que bon par exemple dans les premiéres raves party en région parisienne (je ne parles pas des sarkovals de maintenant ca n’a rien à voir) on ne voyait les flics et les services officiels que pour faire de la répression. Et bien la croix rouge était la contrairement aux autres et a fait son boulot sans juger les gens. La croix rouge donne des cours de secourisme dans les lycées et a qui le demande, ce que le service public de l’éducation nationale n’a jamais été foutu de faire et ce qui permet pourtant de sauver des vies. (Crois mois si un proche fais un malaise tu sera très content de savoir faire un massage cardiaque DE SUITE et cette intervention immédiate, même les pompiers les plus speed du monde ne pourront pas la remplacer). 

                                      C’est exactement parce que c’est parfaitement et abjectement hypocryte que la République Sociale, dans sa grande sagesse, a tendu à remplacer la charité privée par le service publique.

                                      Ah le service public. Ce fameux service qui a siphonné plus de 50% de l’argent destiné aux banlieues dans des conneries administratives. (cf la cour des comptes). Ce service qui pour aider les pauvres, paie des administrations pléthoriques à ne rien foutre. Peut être que cela partait d’un bon sentiment, mais le "monopole" de la charité par le service public a fait qu’une part de plus en plus grande de l’aide est engloutie soit à but politique (acheter des électeurs en leur filant un beau HLM) soit dans les frais de fonctionnement. C’est INTOLERABLE !

                                      Pour l’instant le service public a surtout réussi la charité envers les fonctionnaires ! Et c’est pour cela qu’il est inefficace et ne parvient pas à régler les problèmes. Ce dont on a besoin ce n’est pas d’un service public mais de milliers d’associations qui seront elles sur le terrain et visibles. 

                                      Il est tout à fait évident que l’intérêt général défendu par une démocratie moderne impose, non pas de satisfaire la bonne conscience des nantis, mais d’oeuvrer au bien commun, et que donc la charité privé est un échec de la politique publique.

                                      Il n’est pas question de satisfaire l’égo de qui que ce soit ou tel ou tel groupe politique mais d’être efficace. Et il semblerait que si l’on laissait des associations indépendentes gérer l’argent de la solidarité publique il y aurait moins d’abus. 

                                      Parce que bon on chie sur l’Arc (dont le dirigeant a fini sous les verrous) mais il y a eu plus d’un scandale de détournement de fonds dans les offices HLM et les coupables n’ont quasiment jamais finis en tole, eux !

                                      Il est tout à fait claire que le peuple français est résolument moderne et politique, contrairement aux anglo-saxons en général, confis dans leur système d’unité impérial, .... 

                                      Mwais ca reste à vérifier ca la modernité du système français. Et ne vous foutez pas trop de la geule ou ne vous réjouissez pas trop de la crise chez nos voisins parce que vers 2020 quand le problème des retraites va se poser, on risque de ne pas rire du tout dans ce pays !

                                      Surtout quand on sait que la crise des pays libéraux vient en réalité du plus grand plan de relance keynésien jamais imaginé voté par Bush et qui a consistait en des milliards de dollars envoyés par chèques au contribuable américain pour relancer la consommation ainsi que des taux d’intérêts mis à un niveau inférieur à l’inflation. 

                                      Alors ne vous réjouissez pas trop vite, on aura malheureusement notre heure. 

                                      Téléthon, piège à con. Votez et/ou militez pour des politiques qui augmentent les impots pour financer la recherche, c’est beucoup plus utile, "moderne" et efficace. L’obole, c’est vieux comme le monde... la politique publique se fixant pour but de maximiser l’allocation des ressources, ça a quand même un peu plus de gueule que l’induvidualisme couplé à l’hypocrisie d’une mauvaise conscience mal assumée.

                                      Si le Téléthon a été crée c’est que personne n’en avait RIEN à battre des maladies génétiques dans les labos publics parce que ca concernait peu de monde. Et la, magie, on expose le problème a la télé et les gens d’eux mêmes disent qu’ils veulent voir ce problème réglé et donc donnent des fonds. 

                                      C’est finalement plus démocratique que de laisser un fonctionnaire décider de l’affectation d’un budget fusse t’il augmenté. La ce sont les gens qui votent tous les ans avec leur porte monnaie et si une année ils jugent une cause plus prioritaire que le téléthon, la conséquence sera immédiate, il n’y aura pas une guerre interne de budgets entre services et autres communisteries dont la fonction pubique est friande. 

                                      Libéral, pauvre être souffrant, tu as choisi d’être un salopard, tu es un salopard. Assume : ne donne rien. Au lieu de tortiller du cul pour chier droit en jetant une piécette à tes oeuvres choisies pour tenter vainement de t’acheter une conscience, assume ta saloperie jusqu’au bout.

                                      Le traditionnel mépris. Tes idées différentes ne te donnent pas le droit de mépriser les gens qui ne pensent pas comme toi. La gauche prone traditionellement la tolérance, il serait bien qu’elle soit tolérante jusqu’au bout. Et personellement je suis libéral, j’assumes et je n’ai pas l’impression d’être un salopard. 


                                      • Mycroft 24 novembre 2008 16:43

                                        Bruxman, je pense que vous vous trompez. En accordant trop d’importance à l’argent et à l’économie. Vous vous focalisez sur la rentabilité économique, comme bon nombre de libéraux. En oubliant 2-3 petits détails :

                                        Vous considérez que les organisme privés ont un meilleur rendement que les organisme publiques. Comme toujours, vous vous focalisez uniquement sur l’aspect économique : les organismes de charité coutent moins cher (d’un point de vue purement économique) à la collectivité, peut être, mais les conditions de travails de leurs membres sont mauvaises. Leur fonctionnement ne repose que sur le sacrifice permanent des bénévoles. Au final, il est bien sur difficile de faire le bilan globale, mais rien ne prouve que le cout total (la richesse utilisé, qu’elle soit financière ou humaine) de ces organisme ne soit pas superieur à celui des organisme publique.

                                        Vous oubliez aussi que multipliez les choix augmente la quantité de travail à réaliser dans la société. Si l’administratif a explosé durant les 50 dernières années, c’est justement parce que des cas particulier ont émregé en grand nombre. Hors vous ne proposez rien d’autre qu’augmenter l’importance des dit cas particuliers, ce qui n’améliore en rien la lisibilité.


                                        De plus, les gens qui font le travail administratif (superflu, selon vous), ils sont là, de toutes façon, alors autant leur faire faire quelques chose. Vous avez l’impression que ça coute cher, mais ce n’est pas les faire travailler qui coute cher, c’est les faire vivre. L’argent utilisé par l’administration fait vivre des gens, ce n’est donc pas du gaspillage. Par contre, c’est vrai que ce n’est pas une répartition égalitaire. Mais vos proposition n’en sont pas, elles non plus, il faut donc déduire que les deux systèmes sont mauvais, et que la solution est un troisième système.

                                        Vous comparez RMI et charité, et vous avez raison. Mais la charité n’est pas une façon égalitaire de voire la solidarité. Il faudrait qu’on remplace le RMI ou le RSA, par un poste de fonctionnaire garantie à chacun (fonction des diplomes et des besoins de l’état, avec evidemment retenue sur salaire en cas d’absence ou de faute professionelle). C’est une façon intelligente de remplacer la charité privée par l’organisation sociale. Et ça permettrait sans doute un droit du travail plus flexible, puisque chacun aurait une alternative acceptable.


                                      • bascop 4 décembre 2008 20:31

                                        je ne donnerai plus au telethon je ferai de la politique


                                      • JONAS Virgule 23 novembre 2008 21:46

                                        @ Marc Bruxman et aux autres :

                                        Cultiver l’irresponsabilité n’a jamais résolu les problèmes.

                                        C’est une spécialité Socialiste, on en voit les résultats aujourd’hui ! Et on les a vus depuis " Mite-rangs ".

                                        Toutes les subventions pour les banlieues sont de l’argent perdu et ont même un caractère de rançon pour acheter la paix… !

                                        Les personnes qui habitent ces ensembles détruisent tout, vous pourrez rénover toutes les années, l’année suivante il aura autant graffitis, de carreaux cassés, d’ascenseurs dégradés et en panne. Il faudrait leur faire payer les dégâts, mais les charges seraient tellement importantes que lorsqu’ils payent les loyers…ça doublerait ce dernier et plus personne ne serait en mesure de s’en acquitter.

                                        Pour le SIDA, si certains surveillaient leurs sexes et leurs culs, depuis longtemps cette épidémie serait endiguer, mais lorsqu’on a à faire à des primates, il n’est pas étonnant qu’ils emboucanent tout le monde et ceux qu’ils les fréquentent.

                                        Il est quand même extraordinaire, que les gens normaux (les sous-chiens), qui vivent eux aussi dans des immeubles comparables, ne soient pas obligés de refaire tous les 2 ou 3 ans une rénovation complète des parties communes, des espaces verts et de jeux, des gymnases, des maisons de jeunes, etc.

                                        Alors votre symphonie inachevée aller la jouer dans ces quartiers et arrêtez de nous gaver avec votre mandoline ! Nous payons déjà assez cher les erreurs de vos amis Socialistes, qui ont amorcé la pompe aspirante à immigrés depuis plus de trente ans, avec le décoré de la Francisque.

                                        La révolution permanente que vous prônez, le jour ou c’est les (sous-chiens) qui vont la faire, croyez-moi, nous allons vous faire danser ! Car vous commencez-vous et une majorité de fonctionnaires privilégiés de tous poils, à nous les briser ! Oui ! Nous le privé, qui ne pouvons pas faire grève sans prendre le risque de nous faire virer, nous qui sommes en premières lignes pour payer vos conneries et qui sommes une majorité silencieuse.

                                        Cordialement à tous.

                                         


                                        • bascop 4 décembre 2008 20:33

                                          je conchie ces hauts revenus qui échappent à l’impôt


                                          • bascop 4 décembre 2008 20:40

                                            j ’ emmerde les pauvres et ceux qui souffrent à la hauteur du regard de ceux qui s’expatrient en Suisse en Belgique et ailleurs j’emmerde ce monde de pleureuses infectes telethon et autres je vomis cette société de con-sommateurs sommés de con-sommés je ne suis pas riche et..............pourtant en 2007 j’ai donné 600 euros à des plus pauvres dans mon village j’accepte ce monde car je baise encore

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès