Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les indécences révélatrices de la rémunération de Pierre Gattaz

Les indécences révélatrices de la rémunération de Pierre Gattaz

Nous arrivons sans doute à la fin d’une époque, ou d’un cycle, pour reprendre le pronostic intéressant de François Lenglet. Le patron du Medef a eu l’indécence de réclamer une baisse du SMIC tout en voyant sa rémunération de PDG de Radiall progresser de 30% et ses dividendes s’envoler.

Sans foi ni loi
 
Comment Pierre Gattaz peut-il demander de facto une baisse du SMIC, qui est de 17 340 euros bruts (13 610 euros nets) par an aujourd’hui, tout en ayant vu son salaire passer de 329 189 euros en 2012 à 426 092 euros bruts en 2013, une hausse de 29,4% sans avoir honte ? Celui qui juge que le SMIC est trop élevé trouve le culot de justifier le fait de toucher 5,59 SMIC de plus en une seule année ! Encore plus incroyable, il soutient qu’il ne dépasse pas la limite maximale des salaires des patrons des entreprises publiques, fixée à 450 000 euros. Il faut rappeler ici que le chiffre d’affaires de Radiall dépasse à peine 200 millions quand celui d’EDF dépasse 73 milliards, rendant la comparaison abusive, outre le fait de révéler l’égo démesuré de Pierre Gattaz, qui trouve bien sûr normal d’être proche du maximum.
 
Encore pire, le Figaro cite le Canard Enchaîné qui affirme que « la rémunération des cinq membres du conseil exécutif et stratégique du groupe a grimpé de 21% » en 2013, contre 3,3% pour les salariés, sachant que « les dividendes octroyés aux actionnaires ont grimpé de 76% ces quatre dernières années (…) une augmentation sensible qui aura surtout profité à la famille Gattaz, puisqu’elle détient 87% de l’entreprise  ». Bref, il est complètement indécent de réclamer une baisse du salaire minimum en France, qui permet en général tout juste de vivre chichement, alors même que l’on trouve normal que, quand on gagne déjà près de 20 fois le SMIC, on puisse se faire augmenter de près de 30%  !
 
Une société fracturée

On ne peut pas trouver meilleure illustration que Pierre Gattaz des théories avancées par Thomas Piketty, qui remporte un immense succès aux Etats-Unis avec la traduction de son livre « Le capital au 21ème siècle  » qui rapport l’explosion des inégalités, revenues à des plus hauts historiques. Pierre Gattaz représente la caricature la plus abjecte de ces dirigeants sans foi ni loi qui veulent toujours plus pour eux tout en réclamant une baisse du peu qu’ont les travailleurs pauvres. Il faudrait lui rappeler la belle phrase de Tocqueville dénichée par A-J Holbecq : « préoccupés du seul soin de faire fortune, les hommes n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particulière de chacun d’eux à la prospérité de tous  ».

Malheureusement, il n’est pas seul, si on croit l’envolée (de 8 à 39%) de la rémunération des patrons des grandes banques en 2013 (entre 1,45 et 3,44 millions d’euros). Comment ne pas être révoltés par une société aussi inégalitaire, ou une petite minorité gagne toujours plus, même quand le chômage monte et le pouvoir d’achat baisse pour la grande majorité ? La société néolibérale n’est pas une société humaine. Elle ne ressemble qu’à une jungle dominée par quelques prédateurs qui font leur loi sans jamais se soucier des autres, qui ne sont que des proies qui font partie du décor pour eux.

Là où Pierre Gattaz et ses amis devraient faire attention, c’est que ce seront les citoyens qui choisiront la direction à prendre pour changer. Et à force de multiplier des provocations aussi révoltantes, ils pourraient préférer l’option Chavez à l’option Lula, ce qui aurait des conséquences pour eux.


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • dup 15 mai 2014 09:59

    A quoi ça sert d’être riche si il y a pas pauvres ??


    • 1871-paris 1871-paris 16 mai 2014 10:37

      A quoi ça sert d’etre con, si tout le monde l’est aussi... vive la connerie générale.


    • bourrico6 15 mai 2014 10:08

      Et alors ?

      Tout le monde trouve ça normal, justifié, mérité, etc, etc .... ils auraient tort de se gêner non ?
      Ils prennent les gens pour des cons, mais c’est pareil, si les gens sont vraiment cons, ils auraient encore tort de se gêner.


      • devphil30 devphil30 15 mai 2014 10:29

        Intéressant comme argument .... 


      • bourrico6 15 mai 2014 11:27

        Oh, c’est pas le mien, c’est le leur.
        Pour moi c’est c’est juste un constat.


      • 1871-paris 1871-paris 16 mai 2014 10:38

        j’aime quand les couillons disent « TOUT le monde .... »
        ça donne toute de suite de la crédibilité a leur propos !


      • bourrico6 16 mai 2014 12:12

        Boarf, venir jouer les malin tout en sachant très bien le sens donné à l’expression « tout le monde » t’appelle ça comment toi ?
        Jouer au con ?

        Aller, vas te coucher.


      • Gabriel Gabriel 15 mai 2014 10:48

        Il fait parti de ce sérail de nantis pour qui nécessité égal rapacité. Ce genre de personne est classifiée dans la catégorie prédateur dont le but est la chasse aux salaires, droit du travail et acquis sociaux. Bien entendu, il n’est pas idiot et il sait pertinemment ce qu’il fait sans croire une minute aux inepties qu’il nous sort. Cette haute bourgeoisie d’industriels et de financiers rêve d’une société d’esclaves corvéables à merci pour une misère et sur laquelle ils régneront en maîtres. Ils ont les politiques dans leurs manches qui appliquent leurs ordres et les journalistes imbéciles qui les relaient dans les médias à longueur de journée. Tous ces gens là sont des criminels envers les populations qui les nourrissent et les enrichissent.


        • sleeping-zombie 15 mai 2014 11:06

          C’est amusant cette capacité des « gauchistes » de se concentrer sur le salaire des patrons, alors que la plupart du temps, ceux-ci sont ridiculement faible par rapport à ce qu’ils gagnent en temps qu’actionnaires.

          Prenons un exemple bête : Mr Gattaz touche un salaire annuel de 400k€. La boîte, que sa famille possède a 87% a réalisé en 2013 un bénéfice de 18 500k€.

          Question A : quelle est la réelle source de revenu de Mr Gattaz ?
          Question B : en vous focalisant sur les salaire, vous avez pas l’impression de laisser la principale injustice de coté ? Parce que quand vous attaquez les salaires « indécents » ou autre « parachute dorés », ça reste des salariés que vous attaquez. Pas à plaindre, certes, mais la principale injustice ne vient pas de là...


          • jaja jaja 15 mai 2014 11:18

            La principale injustice est qu’il y ait des patrons exploitant des travailleurs...Il faut les virer des entreprises qui sont partout la propriété de la collectivité. Il faut aussi exproprier les actionnaires capitalistes sans indemnités ni rachat, les contraindre à faire comme nous pour vivre !
            Seule l’autogestion des entreprises gérées par les travailleurs permettra d’en finir avec la dictature de droit divin du patronat !


          • jaja jaja 15 mai 2014 11:21

            Discours de gauchiste...L’auteur lui est de la droite dure...celle de NDA qui se fait virer des manifs de gauche smiley


          • ARMELLE 15 mai 2014 15:13
            Bonjour Jaja,
            ’’Seule l’autogestion des entreprises gérées par les travailleurs permettra d’en finir avec la dictature de droit divin du patronat !’’

            Interessant comme propos dis donc !!!

            Et c’est vous donc qui investirez pour créer l’entreprise ? ou même pour racheter les entreprises existantes dans lesquelles vous bossez afin de les gérer ?

            Elle est bien bonne celle là !!!
            Vous en avez d’autres des comme ça ?

            Il faut quand même étre un peu farfelu pour imaginer diriger une entreprise qui ne vous appartient pas ! Il est rigolo Jaja
            Tiens, ce soir j’invite des gens chez toi à faire un barbecue, on sera que 50 !!! bon on risque de flinguer ta pelouse mais bon c’est pas grave c’est pas chez nous....Et puis on décidera aussi de comment dépenser ton budget familial 
            Et pendant qu’on s’amusera tu iras te renseigner sur le taux de réussite des entreprises reprises par les salariés ! c’est du lourd... 

            C’est pas bon le whisky dès 8h le matin...




          • alinea alinea 15 mai 2014 15:21

            Vous oubliez Armelle que les entreprises, pour la plupart, ont été terriblement aidées par nos impôts ! Que leur richesse accrue l’est par le travail des ouvriers, leur savoir-faire ! Que la vente des entreprises se fait avec spéculation sur... de l’humain ! Que les entreprises, ou la plupart d’entre elles, font partie de la richesse d’un pays et que cela donne quelques responsabilités !
            C’est pourquoi, personnellement, je pense que ce serait beaucoup plus juste que les petites et moyennes entreprises soient des coopératives ou des SCOP, et que les grosses soient nationales !
            Le « je fais ce que je veux chez moi » !! il faut lui donner des limites, vu que tout est privé aujourd’hui ; y compris les arbres, les forêts, les rivières, les paysages ! Retournons aux biens communs, c’est le plus équitable !


          • rocla+ rocla+ 15 mai 2014 15:43

            C’est pourquoi, personnellement, je pense que ce serait beaucoup plus juste que les petites et moyennes entreprises soient des coopératives ou des SCOP, et que les grosses soient nationales 


            OK et il y a beaucoup de gens qui pensent cela . 

            Le problème c ’est que très peu osent franchir le pas sinon on en 
            verrait beaucoup des entreprises auto-gérées , 

            l’ autre problème une fois dans la marmite de l’ entreprise on de trouve dans
            la réalité , et là ce ne sont plus des discussions utopiques , c ’est la 
            vraie vie , il y a très peu de candidats et sur ce très peu il y en a encore
            moins qui aboutissent . 

            Gattaz fait travailler combien de personnes ? 

            Les SCOP toutes réunies , combien ?

          • ARMELLE 15 mai 2014 16:28

            Bonjour Alinéa,

            C’est terrible ce propos récurrent consistant à mettre toutes les entreprises dans le même sac. Et sur ce point je ne pense pas ’’prétendre sans savoir’’, de part mon activité je connais parfaitement l’entreprise, sur l’aspect social, juridique et environnemental. 
            Vos propos ne concerne que les entreprises du CAC, les PME, et TPE ne sont pas concernées par ce que vous écrivez, ce sont même les vaches à lait.
            Alors de grâce, usez de discernement SVP ! les PME françaises ont été construites par leur propriétaire, au même titre que l’artisanat, et ça représente 91 des entreprises françaises !
            Alors qu’est ce discours juvénile et totalement absurde d’imaginer la gestion de ces entreprises par les salariés ? 
            Les richesses dont sont acteurs les salariés doivent effectivement faire l’objet d’une redistribution équitable, ce qui existe d’ailleurs dans la plupart des PME à travers la participation et l’intéressement...
            Je pense que tout simplement, la jalousie des uns, la non compréhension de l’environnement entrepreneurial des autres et les salaires de QUELQUES patrons en effet indécents font que les gens ont tendance à tout mélanger.
            Encore une fois on peut constater que l’ignorance fait dire n’importe quoi. Jaja a juste produit un discours de gauchiste, sans raisonnement et je considère que cela constitue une désinformation dangereuse pour ceux qui n’ont pas l’info et qui sont sensés venir la chercher sur ce site.
            C’est pathétique, voilà tout


          • alinea alinea 15 mai 2014 16:42

            Armelle :
            Si on construisait à partir de rien, il me plairait que l’on fasse comme l’on fit : des coopératives. Seulement de l’eau a coulé sous les ponts du capitalisme ! Il faudra bien l’arrêter par un bout vu que ce système est parasite de la planète et se tue lui-même : l’idée que l’usine soit revendue, sans spéculation, à ses ouvriers, qui ont concouru à l’enrichir, ne me paraît pas insensée ! il suffit de ne pas prendre l’idée de l’un et son talent de trouver des aides, pour quelque chose de sacré ! ou disons plus prosaïquement, une rentabilité due ! car le patron qui a créé son entreprise, il y a longtemps qu’il s’est remboursé ses frais et qu’il s’est payé son génie rare sur le dos de ses travailleurs !! pas de misérabilisme please !
            Il est des courants philosophiques qui prônent la responsabilité citoyenne ; certes le libéralisme autorise l’égoïsme et l’impunité, mais ce n’est pas pour cela que j’agrée !! smiley


          • ARMELLE 15 mai 2014 17:20

             eAlinéa,

            ’’il y a longtemps qu’il s’est remboursé ses frais et qu’il s’est payé son génie rare sur le dos de ses travailleurs’’

            Admettons, j’entends cette idée mais pardonnez moi elle ne serait pas farfelue si elle ne se tenait que dans ce domaine, mais empiriquement et avec un minimim d’honêteté intellectuelle, quel argument m’empêcherait alors de penser que l’ensemble des locataires deviennent à terme propriétaire de son immeuble, ne ce sont pas eux qui ont créé les richesses permettant au propriétaire de payer un grande partie des traites ?
            Je suis désolée mais cette idée, même si l’on peut y percevoir une notion respectable sent le communisme à plein nez !
            Honnêtement Alinéa, je pense que vous avez des économies, en fin je l’espère, et bien seriez vous disposée à les investir dans la création d’une entreprise qui deviendra à terme propriété de vos salariés ? Car la question est là, pas ailleurs, le reste est du blabla, de la considération de bisounours. . Et je ne réagis pas en fonction de moi, je réagis en fonction de l’esprit humain, de la réalité , celle qui régit nos vies au jour le jour.
            Et faites un sondage à grande échelle, vous verrez que j’ai raison. 
            Je pense que dans nos sociétés, nous n’évoluons pas suffisamment avec cette notion ’’vivre avec’’, tenir compte de l’environnement. Au pays bas, leur proximité d’un envahissement par les eaux les a obligé depuis longtemps à réagir de la sorte. Le problème étant plus fort qu’eux la nouvelle question a alors été, comment vivre avec ? Et ils l’ont adoptée dans beaucoup d’autres domaine, plutôt que d’imaginer et espérer des dispositions ou solutions impossibles, relevant de la science fiction... 
            Et puis tout cela relève d’une vision, moi j’en ai absolument rien à faire que des gens aient des salaires gigantesques, et les autres qui les jalousent ou les critiquent, sont dans ce principe d’objectif à vouloir ’’réussir dans la vi’’, moi je suis dans celui de ’’réussir ma vie’’ ce qui n’est pas tout à fait la même chose.
            Tout cela pour dire que je plains tout ces gens, car ils sont pour moi restés au stade ’’digestif’’, et je les plains, ils doivent être bien malhaureux.
            Et si d’un autre côté c’est pour faire une comparaison à ceux qui ont à peine de quoi se nourrir, (ce qui est cette fois légitime), je dirai que là, cela devient un problème politique et plus le problème du type qui gagne des sommes mirobolantes.
            Je suis ni de gauche ni de droite, ni patron ni salarié mais tous ces gens me font rire avec leur idéologies à deux balles, orientées systématiquement en fonction de leur condition sociale, jalousant systématiquement ceux qui ont plus, c’est triste



          • alinea alinea 15 mai 2014 18:35

            Il ne s’agit pas de « céder », il s’agit de vendre aux ouvriers, sans spéculation !
            Tout ça est une question d’éducation et d’ambiance ! Un monde différent engendre des gens différents, où le pognon n’a que la place qu’il mérite ! Toutes ces ventes sont très récentes ! et la plupart des acheteurs investissent sans rien connaître de ce qui se fabrique dans leur usine ! Et ils veulent rentabiliser au maximum ; j’ai des exemples précis, je ne parle pas en l’air ! On marche sur la tête d’un point de vue société ; communisme ? non, l’entreprise individuelle existerait mais sans cette folie du toujours plus grand, au dépend de la qualité parfois mais des ouvriers toujours ! À chacun ses talents et je ne vois pas, dans tous les savoir-faire indispensables à quelle entreprise que ce soit, pourquoi l’un serait plus valable et valorisé qu’un autre ; le travail en commun, même le capitalisme de papa connaissait ça. Alors bon, c’est pas mon truc non plus, mais je ne vais pas enfoncer le clou qui percerait la poche de mon idéalisme !! smiley


          • Rincevent Rincevent 15 mai 2014 19:32

            @ Armelle

            Vision archi-caricaturale de ce qu’est une SCOP (Société Coopérative et Participative) http://fr.wikipedia.org/wiki/SCOP et qui semble prouver que vous ne savez même pas ce que c’est. Ceux qui y bossent ont une autre mentalité, heureusement.


          • ARMELLE 15 mai 2014 19:37

            Décidément Alinéa, je commence à avoir de sérieux doutes quant à votre connaissance du milieu entreprise. Vous dites ’’ pas de ceder’’ mais ’’de vendre aux salariés’’ !!!

            Mais franchement c’est une blague !!! Une enquête menée par ’’le moniteur’’, montre que bon nombre de salariés serait favorable mais quand il s’agit de mettre l’argent sur la table, il n’y a plus personne !!! ce n’est pas un délire, c’est la réalité
            On le voit déjà au niveau de la participation, où la part laissée en FDR pour l’entreprise est marginale, ce qui sous entend que tout le monde retire sa part
            J’ai effectué à trois reprise une mission de conseil en SCOOP, et je peux vous dire que dans les cas où l’un des salarié ne s’impose pas en tant que décideur, c’est un foutoir sans nom, et en revanche si un des salarié s’impose en tant que tel, les mêmes travers renaissent, à part qqes exceptions
            Dans toutes organisation il faut un chef, deux ça devient difficile, et 50 là c’est une farce !
            Donc en fait le seule problème qui remonte à la surface est l’argent, et là il suffit juste de légiférer, tout bénéfice après impôt et investissements est redistribué en totalité à tous les acteurs de l’entreprise. 
            Et encore une fois c’est un pb politique, et dans cette entreprise pitoyable qu’est le gouvernement, là le chef est inexistant, 
            Pour ma part je pense que vous vous trompez de combat



          • rocla+ rocla+ 15 mai 2014 19:59

            Dans ce gouvernement là on a un ministre des Finances 

            qui dit : une croissance 0 % c ’est pas grave . 

            Au moins au cirque Amar il y a de vrais clowns .

          • Gemini Gemini 15 mai 2014 21:44

            Pourquoi user de ce qualificatif de gauchiste ? Dénoncer une telle indécence mérite-t-il ce qualificatif ?

            Ceci étant dit, sur le fond, vous avez entièrement raison : si le salaire démentiel des patrons est indécent et, en soi, est déjà une accaparation de la valeur générée par les salariés dans l’entreprise qui devrait tout simplement être interdite au delà d’un certain écart, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg de la spoliation actuellement en cours.

            Les véritables spoliateurs, bien plus encore que les patrons, et plus encore que les grands patrons, ce sont les actionnaires et les possesseurs de capitaux, qui eux, non seulement travaillent encore moins que les patrons, mais en plus encaissent bien plus. Ce sont les véritables assistés de nos sociétés capitalistes modernes.

            La féodalité et les privilèges ayant été abolis depuis notre révolution de 1789, la féodalité moderne a simplement pris une nouvelle forme : le capitalisme. Finalement, presque rien n’a changé. Les travailleurs sont les nouveaux serfs et les capitalistes sont les nouveaux seigneurs. Les inégalités, quant à elles, ont peu évolué.


          • prolog 16 mai 2014 07:46

            C’est vrai que ponctionner un pourcentage du travail des autres est nettement plus violent que de se payer au fixe, même un fixe indécent.
            Les gens remettent-ils pour autant en question l’utilité d’un chef ?
            On est perdu sans chef, mais on en voudrait un qui fasse passer nos intérêts avant les siens... on cherche encore :)


          • rocla+ rocla+ 16 mai 2014 08:00

            Le mieux si on est pas content de son entreprise , de son chef ,

            de sa paye , de sa vie et de ses jours et de ses nuits , on se casse
            de là et on monte sa boîte . 

            La reste sont des gémissements inutiles .

          • rocla+ rocla+ 16 mai 2014 08:04

            t’ achète un camion de pizza comment dit l’ autre fou là en bas ….


          • bartneski bartneski 16 mai 2014 09:12

            @armelle

            « les salaires de QUELQUES patrons en effet indécents font que les gens ont tendance à tout mélanger. »

            Concernant Gattaz, un fils qui a hérité de l’entreprise de papa, ce n’est pas de l’indécence mais du foutage de gueule. Hurler à tout va que les charges des smicards sont trop élevées et augmenter de 30% son salaire, c’est vraiment abuser. A combien s’élève les charges sur son salaire ? C’est pas trop ?

            Des pics et des fourches !


          • sleeping-zombie 16 mai 2014 09:14

            @tonimarus45
            Je ne « défend » pas Gattaz, je pleure juste sur l’aveuglement des vertueux qui s’obstinent à se concentrer sur des leurres (comme dirait Villach).


          • rocla+ rocla+ 16 mai 2014 09:20

            et combien d’ impôts sur le revenu paye ce patron ? 


            Il va où cet argent  ? 

            Vous voulez le savoir ? Eh bien je vais vous le dire  :

            euh non , zavez qu’ à réfléchir vous-même ...

          • 1871-paris 1871-paris 16 mai 2014 10:51

            Ta une hiérarchisation des injustices assez pitoyable !

            les gauchistes n’oublient rien, c’est toi qui ne cite qu’une partie de leur luttes !

            fondamentallement, ces gens actionnaires ou cadres non productif, sont des parasites vivant de rente lucrative injustement établi dans un systeme complaisant et manipulant les esprits comme le tien pour leur faire croire :

            Chimère A : tout le monde a sa chance !

            Chimère B : ont a pas le choix les choses sont ainsi !


          • rocla+ rocla+ 16 mai 2014 10:59

            Ben oui cher ami 


            L’ homme du futur est un employé d’ une boite .

            Mal payé ( d’ après lui ) il râle contre le système dans lequel 
            il patauge . 

            Le salaud , con , exploiteur rayez la mention inutile est celui 
            qui lui procure salaire  etc …

            Quelque fois il défile . 

            Une autre fois il redéfile .

            Ensuite il vient raconter ses malheurs sur Agoravox . 

            Le prototype de l’ homme moderne …. smiley

          • Gemini Gemini 18 mai 2014 23:30

            Haha, beau retournement : écrire que c’est l’employeur qui procure le salaire à l’employé  ; c’est bien connu, l’employé rapporte rien et l’employeur le prend juste en pitié.

            Pour parler de la même chose, peut-être pourrions-nous plutôt écrire que c’est l’employé qui enrichit l’employeur, et que celui-ci, en retour, consent dans sa grande générosité à lui remettre une petite partie de ce que son travail a réellement rapporté.

            Ah mais j’oubliais. Le vilain salarié idiot qui ose râler, s’il est pas content, il se casse. Facile. Il n’y a pas de chômage endémique chez nous. Et puis, il n’a qu’à se sortir les doigts du *** et créer son entreprise voyons.

            C’est sûr qu’un pays avec seulement des entreprises d’une seule personne, ça fait rêver ! Quelle belle organisation sociale.

            En outre, c’est bien connu, tous les vilains petits salariés fainéants ont tous bien assez de capitaux pour créer l’entreprise de leurs rêves. Faut dire qu’ils coûtent tellement cher…

            Ah tiens ? Mais, cela ne voudrait-il donc pas dire qu’en fait, seuls ceux qui ont de l’argent peuvent réellement créer l’activité qui les intéresse ? Seuls ceux qui ont de gros capitaux peuvent finalement influer sur le court des choses, sur ce qui est produit/vendu, sur l’aménagement des territoires ? Ah mince. Mais ne serait-ce pas là ce qui pourrait être assimilé à un féodalisme moderne, dans lequel les droits seigneuriaux auraient été remplacés les droits du capitaliste ? Oups, non, ce sont des fantasmes de gauchiste tout ça. Je reprend la pilule de la bonne couleur et je retourne à mon camion à pizza.

            Ah, tiens ? Mais, il n’y a plus que ça dans le pays. Qui va acheter ma pizza ?


          • Pyrathome Pyrathome 15 mai 2014 14:39

            Gattaz est un esclavagiste, et ce n’est pas moi qui le dit, c’est Laurence Parisot, l’ex,.....et c’est pas peu dire...ah ah ah ah !!!

            http://www.ledauphine.com/france-monde/2014/04/15/parisot-repond-a-gattaz-le-smic-intermediaire-est-esclavagiste


            • Spartacus Spartacus 15 mai 2014 15:03

              En fait que Gattaz soit riche, ne fait pas de Laurent Pinsole un type plus pauvre. Simplement Laurent Pinsole comme tous ceux qui ont reçu un enseignement Marxiste sont jaloux et frustrés de la richesse des autres sans jamais avoir jamais rien tenté.

              En fait, Gattaz est légitime dans la mesure ou ses revenus et sa position de dirigeant est le fait de son argent ou celui de sa famille. Élevés ou faibles, ils ne sont pas détournés de la collectivité et ne pèsent pas sur le contribuable. Ils sont le fruit de la cession de produits et services achetés librement par des clients dans un marché ouvert. 

              Par contre dans le graphique, on voit bien l’interventionnisme étatiste de la jolie liste des banquiers, et le capitalisme de connivence étatiste des dirigeants de grandes banques.
              Bonnafé : Ex fonctionnaire du ministère de l’industrie.
              Oudéa : Ex fonctionnaire du ministère du budget
              Perol : Ex fonctionnaire du ministère de l’économie
              N’oublions pas Natixis et BPCE dont l’état est totalement dirigiste....

              • Gemini Gemini 15 mai 2014 21:54

                Bien sûr que si. Le fait que mon patron soit riche fait que je suis pauvre. Un simple calcul de niveau CE1 le démontre.

                Mon entreprise génère 100 de valeur ajoutée. Le patron tout puissant s’octroie ce qu’il veut, et me laisse quelques miettes. Le patron a donc 90, et moi 10.

                Le patron aurait été moins riches/avare/avide/exploiteur, il ne se serait octroyé que 50, et j’aurais donc également eu 50. Ah, tiens, le patron est moins riche, et je suis plus riche. À l’inverse, le patron est plus riche, je suis alors plus pauvre.

                Nous parlons ici de partage des richesses. Il est donc évident que si certains ont beaucoup, c’est que les autres ont peu. Le gâteau n’est pas infini.

                Donc, non, Gattaz n’est pas légitime. Où est son mérite ? C’est un fils à papa. Pour l’égalité des chances, on repassera.

                Quelle part de la richesse générée par son entreprise capte-t-il ? Est-elle en rapport avec ce qui lui, par son travail à lui, a réellement apporté à l’entreprise ? Comment évaluer l’apport de chacun à la richesse générée par l’entreprise ?

                Si la part de richesse qui lui est attribuée correspond à sa contribution à l’entreprise, alors, effectivement, celle-ci est légitime. Mais j’ai un gros doute. Au vu de son salaire démentiel, cela signifie qu’il rapporte autant que 10 à 30 de ses salariés. Quel surhomme ! Et ne parlons pas de ce que les actionnaires vont ensuite vampiriser comme valeur, pour un travail nul …


              • Spartacus Spartacus 16 mai 2014 08:38

                @gemini

                Preuve par l’absurde ! 
                Votre employeur vous paye d’un « salaire ». C’est la rémunération du travail. Le fait que votre patron ou qui que se soit dans l’entreprise touche plus ne fait pas de vous une personne moins riche. 

                Quel que soit le résultat financier de l’entreprise, vous recevrez votre salaire. Celui qui souhaite partager les bénéfices ne peut s’affranchir de partager les pertes ! 

                Le salaire est une avance du capital sur la vente que le produit ou service va être vendu ou payé. Quel que soit la vente ou le paiement le salaire est toujours payé.

              • 1871-paris 1871-paris 16 mai 2014 11:20

                « En fait que Gattaz soit riche, ne fait pas de Laurent Pinsole un type plus pauvre. Simplement Laurent Pinsole comme tous ceux qui ont reçu un enseignement Marxiste sont jaloux et frustrés de la richesse des autres sans jamais avoir jamais rien tenté. »
                Haaa la grande explication liberale... la ou nous demandons EQUITE, JUSTICE SOCIAL, les C...S liberaux repondent que nous somme jaloux etc etc, pour sur quand tu peux juste gagner ton pain pour faire bouffer ta famille ta de quoi etre jaloux de tel conneries !
                Puis le grand liberal pronant la gestion a papa des finances de l’etat, n’est meme pas capable de s’appliquer dans le monde de l’entreprise une tel conception (que je reconnais comme arrièré) macro economique ! puis ton couplet sur le jamais avoir pris de risque, t’es un commique, toi sans tes copain et ton reseau « tout nu » tu l’ouvres moins j’en suis certain ! avec la gueule les liberaux vous en faites des choses, mais en réalité c’est un vrai masacre social !

                « En fait, Gattaz est légitime dans la mesure ou ses revenus et sa position de dirigeant est le fait de son argent ou celui de sa famille. Élevés ou faibles, ils ne sont pas détournés de la collectivité et ne pèsent pas sur le contribuable. Ils sont le fruit de la cession de produits et services achetés librement par des clients dans un marché ouvert.  »
                le discour Graos C...S liberal type !
                narcissique a fond, genre les cons qui pédale dans la cale, eux c’est pinuts, seul compte le capitaine a la barre meme s’il passe son temps au bistro !
                Si demain personne ne veut bosser dans sa boite il va bouffer du vent ton grattaz !
                et les gens ne bossent pour un salaire de misere, seulement parce que vous appliquez le systeme du NAIRU, en pratiquant la dévaluation sur les salariés au lieu de le faire sur la monnaie ce qui déprécie évidement le captial, on voit tout de suite qui est gèné !


                « Par contre dans le graphique, on voit bien l’interventionnisme étatiste de la jolie liste des banquiers, et le capitalisme de connivence étatiste des dirigeants de grandes banques. »
                Bonnafé : Ex fonctionnaire du ministère de l’industrie.
                Oudéa : Ex fonctionnaire du ministère du budget
                Perol : Ex fonctionnaire du ministère de l’économie
                N’oublions pas Natixis et BPCE dont l’état est totalement dirigiste...."

                On va croire 30s ton coté offusqué de ce constat !

              • Spartacus Spartacus 16 mai 2014 11:35

                Amusante cette analyse :

                « Si demain personne ne veut bosser dans sa boite il va bouffer du vent ton grattaz ».
                Elle démontre le contraire de ce qu’elle est censée prouver. 
                Le patron tout puissant et le salarié sans pouvoir. 
                Exact, comme quoi le travail est marché de l’offre et de la demande.

              • Artnar 15 mai 2014 17:12

                Je suis pour qu’ils continuent ainsi ce cher gattaz et ses amis.

                Pour l’instant la société tiens le choc car ce sont les classes moyennes qui permettent d’absorber le choc. Lorsqu’ils n’y en aura plus de ces fameuses classes moyennes avec ce type de discours, je me demande comment ils comptent se protéger de la colère de la rue. Et je serai parmi les premiers à aller les chopper par le colbac ces esclavagistes.


                • ARMELLE 15 mai 2014 17:35

                  Ha ces français...

                  Que de la gueule...
                  ’’la colère dans la rue’’... y a pas de danger, c’est pas pour demain. 
                  Ho hé réveillez vous !!! il n’y a pas suffisamment de misère en France pour ça. Le WE les routes en direction du littoral sont bondées, les restos sont pleins, et puis le français à tout son confort, le petit pavillon avec la pelouse bien tondue, le barbecue le WE avec les voisins et de quoi manger dans son assiette ; Ceux qui n’ont rien ne sont pas suffisamment nombreux et heureusement car ils sont déjà trop. Non tout va bien en France, tout va très bien. 
                  On ne voit des grèves et des manifs QUE pendant le boulot, jamais le samedi et le dimanche, ça veut tout dire...
                  ... ’’Les chopper par le colbac’’, il est rigolo


                • alinea alinea 15 mai 2014 18:44

                  Armelle : arrêtez !! si je ne parle que des « actions » de rue du parti dont je me sens le plus proche !! toutes les actions se font le dimanche !! Les militants politiques ne sont pas très riches et n’ont que très peu de loisirs, on peut, si on veut, considérer comme un loisir un engagement social ou/et politique !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès