Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les leçons de la crise financière

Les leçons de la crise financière

Les mécanismes de la crise financière nous rappellent que les principes de saine gestion de nos grands-parents n’étaient pas obsolètes. En particulier, qu’on ne peut faire reposer le fonctionnement de l’économie sur le surendettement généralisé.

Confronté à la plus formidable crise depuis 1929, nos gouvernants font preuve d’un volontarisme d’autant plus prononcé qu’ils s’étaient montrés auparavant passifs, voire suivistes face à la dérégulation financière généralisée qui est aujourd’hui considérée comme responsable de la situation. C’est de bonne guerre même si cela ne les exonère pas de leur responsabilité personnelle.

Cette crise est d’abord celle du crédit trop facile, sans mesure du risque encouru, reposant principalement sur la spéculation immobilière qui a servi de garantie aux sommes empruntées, avant que le marché ne se retourne avec les conséquences que l’on sait.

Mais c’est aussi parce que depuis 20 ans, des masses de capitaux formidables se sont constituées sans que les outils de production dans lesquels ils avaient vocation à se fixer aient suffi à les éponger. Alors les marchés ont inventé toutes sortes d’artifices pour créer des produits financiers censés leur apporter la profitabilité que l’économie de biens de production ne leur assurait pas.

Ces masses importantes de fonds se sont constituées depuis les années 80 en raison de la progression des revenus du capital qui est devenue plus importante que ceux du travail, au point d’en perdre tout rapport.

Parce qu’il fallait quand même favoriser la consommation de masse pour entrainer la croissance, certains pays ont encouragé l’endettement à outrance des particuliers plutôt que d’augmenter les revenus du travail. Le résultat est là.

Désormais, le principal problème posé va être de résorber les immenses dettes publiques et privés des Etats développés, tout en évitant d’entrer dans la récession. La quadrature du cercle ? Il existe pourtant une solution, largement diabolisée par les ultra-libéraux : l’inflation. En augmentant la masse monétaire par la planche à billets, on provoque une inflation qui, si elle est contenue dans des limites raisonnables (7% ?), peut contribuer à abaisser la valeur réelle des dettes tout en stimulant l’économie, à condition que les salaires soient clairement indexés sur l’inflation.

Les perdants seraient alors les détenteurs du capital car l’inflation érode inexorablement leurs biens. On peut alors peut-être en déduire une règle qui mériterait d’être démontrée de façon plus rigoureuse. Pour qu’une économie soit stable dans le temps, il est nécessaire que les revenus du travail suivent de près ceux du capital, faute de quoi une bulle financière se créée, qu’il faut bien un jour purger dans la douleur...


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

209 réactions à cet article    


  • morice morice 25 octobre 2008 10:24

     La leçon ? que l’argent ça n’existe pas. C’est une valeur fluctuante.


    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2008 19:17

      Bonjour morice
      C’est simple et très dur à faire comprendre, car la monnaie régule les désirs en leur définissant une valeur aléatoire en fonction des pressions environnementales. j.M Albertini disait qu’elle répartissait la rareté, de plus les matières premières et les produits non de valeur intrinsèque que leurs propriétés physiques, le reste ne dépend que de la psychologie humaine.

      Cordialement.


    • bob 25 octobre 2008 11:24

      Harf, harf, harf,

      Le gouvernement francais prefera equarir la moitie de sa population plutot que faire perdre de l’argent aux grandes fortunes.
      Les pantomines auxquelles on assiste actuellement (qui sont tres similaires a celles qu’ont adopte les dirigeants americains au lendemain du jeudi noir) sont utilisees pour calmer les grandes fortunes. Amoindrir leur capital ( dont nos sympathiques politicards vereux font partie) est une idee qui leur est a tel point insupportable qu’elle devient suicidaire.
      La question qui se pose alors est davantage comment s’en sortir ( a titre personnel) sans trop de casse que comment sortir la France de ce bourbier.
      Enfin, on a trop souvent tendance a oublier le role des pantoufles. Il s’agit de postes, dans le prive, reserves aux hauts fonctionnaires sortant de leur administration. Ces gens ne connaissent pas le chomage dans ce pays egalitaire qu’est la France. Il va sans dire que la retribution va de pair avec leurs exigeances patrimoniales.
      Cela ajoute au fait que ces individus useront tous les artifices pour ne pas voir s’ecrouler un systeme qui leur est si profitable.


      • Proudhon Proudhon 25 octobre 2008 11:51

        Je suis tout à fait d’accord avec Bob. On peut suggérer toutes sortes de solutions à la crise. Mais croire que les gouvernants actuels pensent à leur peuple ou leur nation est d’une naïvetée extrême. Ils pensent d’abord à enrichir leur classe sociale.

        Cette crise, ils l’attendaient depuis plusieurs années. Ils n’ont fait que la préparer en vue de faire payer les dettes aux Etats. Donc, aux contribuables. Pourquoi pensez-vous que le fameux Bolton soit venu en France l’année passée ? Pour planifier au mieux de leurs intérêts la crise future.

        Il ne faut pas oublier que l’ultra-libéralisme appartient à l’école de Milton Friedman. C’est l’idéologie de la majorité de nos dirigeants actuels. Je redoute aussi qu’ils ne se servent de cette crise pour faire passer des lois liberticides en faveur des patrons et autres nantis et à l’encontre des travailleurs. On en a un petit prémice avec le travail du Dimanche.


        Je citerais encore et toujours le livre de N Klein "La stratégie du Choc !"

        A lire absolument !


        • foufouille foufouille 25 octobre 2008 13:48

          le probleme est que ce travail du dimanche, est souvent devenu force et mal paye
          et aussi non recupere
          apres on va vouloir que les gens bosse durant les vacances
          on est plus a l’epoque ou il s’agissait de gagner plus pour economiser, mais a bosser plus pour bouffer


        • Proudhon Proudhon 25 octobre 2008 14:47

          @guignol sudiste

          J’ai pas de leçons à recevoir de toi bouffon de seconde zone. A le différence de toi, moi je bosse en usine. Donc le boulot, je sais ce que c’est, c’est pas le bureau.

          Et j’ai pas envie de bosser le dimanche comme un con pendant que les connards de cadres supérieurs se doreront la pilule à la mer ou à la montagne. Ensuite, bien-sûr, ils passeront le Lundi, lors de leurs réunions stériles, à discuter du super week-end passé à glander.

          Et pendant ce temps, nous, les productifs mal payés produisont la vraie richesse du pays, pas la virtuelle.

          Oh Sudiste, va jouer aux billes. Même le Dimanche c’est permis !


        • Proudhon Proudhon 25 octobre 2008 16:20

          @Bouffon Sudiste

          J’attends la révolution pour m’occuper des gens comme toi !


        • Proudhon Proudhon 25 octobre 2008 16:54

          Quand au fond d problème du travail le Dimanche. Pourquoi ne pas demander l’avis des français avec un référendum.

          On verra le résultat !


        • ninou ninou 25 octobre 2008 16:56

          Sudiste...
          Je suis d’accord que le dimanche ça fait un peu traditionnaliste quand on regarde rapidement...
          Personne ne s’oppose, évidemment, à ce que des services "d’urgence" ou de "dépannage" soient disponibles ce jour-là. Cependant, les gens qui bossent actuellement le dimanche sont supposés gagner plus (le petit épicier qui vend plus cher, heures sup qui comptent plus que la semaine ou récupérations qui valent double etc...) précisément parce qu’ils font un sacrifice (la vie de famille, par exemple, ce n’est pas rien...).
          Or, que veut-on avec ce travail du dimanche déreglementé ? On veut que ces heures sacrifiées ne rapportent pas plus que celles faites dans la semaine. Normal, puisqu’elles deviennent la norme ! L’hôtesse de caisse, le magasinier qui perdent une journée passée avec leurs enfants (qui je vous le rappelle sont à l’école le reste de la semaine) pour peut-être même pas un temps plein, ne toucheront jamais l’équivalent monétaire (si cet équivalent existe) de leur sacrifice. Voilà les premières victimes.
          On veut que les grands magasins, ces nouveaux temples, soient le nouveau rendez-vous familial du dimanche. La religion consumériste fait déjà des ravages. C’est un des outils principaux de l’hyper capitalisme qui va continuer à nous broyer malgré (ou grace à) "la crise". A tout prendre, moi qui suis athée, je pense que l’église avait au moins un côté spirituel... Les deuxièmes victimes seront les cons sommateurs.
          S’ il n’y a pas de jour fixe où l’on peut prévoir de prendre enfin le temps de parler avec ses enfants, de visiter sa famille, de rencontrer ses amis (ou de cuver ensemble la soirée de la veille...) le lien social déjà si distendu, n’existera plus. Troisième victime : l’homme, animal social.
          Il est faux de croire que l’on va juste demander aux gens de travailler "de temps en temps" le dimanche. C’est un cercle vicieux où l’on vous attrape par le petit bout de l’auriculaire pour vous bouffer un bras entier.
          La réglementation actuelle sur le travail du dimanche est suffisante (à mon avis elle est même déjà laxiste).

          Si vous vous joignez au choeur de ceux qui trouvent triste que la vie semble s’arrêter le dimanche, il va falloir changer de lunettes (ou arrêter la télévision). Ce n’est pas la vie qui s’arrête, c’est le mouvement absurde de la société de production-consommation qui fait de nous tous des pantins.


        • Grasyop 25 octobre 2008 17:16

          (Copie d’un commentaire sur Laïcité, religions et liberté individuelle )

          Dans une société, il est utile d’avoir certaintes conventions. Rouler tous du même coté de la route, utiliser un même calendrier, un même système de mesure, etc. Faut-il appeler ces conventions des dogmes ? Faut-il, au nom de la liberté, autoriser chacun à rouler du coté de la route qu’il préfère ? Je ne pense pas.

          Convenir d’un jour commun, le dimanche ou un autre, où les gens ne travaillent pas (bien qu’il y ait des exceptions) peut être utile à la société, par exemple en permettant aux gens d’organiser un rassemblement ce jour-là. Imaginez que vous vouliez organiser une journée de randonnée avec des amis. Si chacun chôme un jour différent de la semaine, comment allez-vous faire ? Voilà à mon avis une raison non religieuse de s’opposer au travail le dimanche.


        • foufouille foufouille 25 octobre 2008 18:08

          l’important est d’avoir un jour chome qui est commun a une grande partie des gens
          ca pourrait tres bien etre le lundi
          chez moi les cafes ou bureau de tabac font une rotation
          certains sont ouvert le dimanche, d’autre le lundi
          le petit super le dimanche matin
          par contre les grands magasins veulent ouvrir toute la semaine, il y a donc bien, pas de jour de repos. ce travail la est subi, comme pour les travailleurs a temps parteil dont la journee est decoupe en morceaux pour les empecher de rentrer chez eux


        • Jean-paul 25 octobre 2008 20:39

          En attendant la revolution,continue de bosser a l’usine . Les riches ont besoin de toi .


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 octobre 2008 22:18

          @ sudiste : Est-ce que vous êtes conscient que vous êtes en train de préparer le terrain au bastonnazzo mussolinien, souvent popularisé en périodes de crises.  ? Vous êtes juste deux étapes en deça de la grande philosophie de Damon Runyion "Run as fast as you can, you ain’t running faster than a bullet". L’étape après c’est le pogrom, suivi des incursions types Ethiopie ou Irak... puis du totalkrieg finissant en nucléaire. Essayons de FREINER, au moins, la dérive vers la violence qui arrive avec les bouleversements sociaux comme ceux qui s’en viennent

           Pierre JC Allard
          http://nouvellesociete.org/5144.html
          http://www.nouvellesociete.wordpress.com


        • dom y loulou dom 25 octobre 2008 23:04

          ah non... ce serait plutôt un nephilim, s’il plane au-dessus de toi...

          parce que la source de vie te ferait plutôt battre le coeur, tu vois...

          en tous cas... pour vouloir travailler le dimanche... tu ne dois pas avoir d’enfants.


        • dom y loulou dom 25 octobre 2008 23:09

          tu es payé au moins pour passer autant de temps à défendre la dérégulation du travail ?


        • dom y loulou dom 25 octobre 2008 23:22

          ces commentaires vont au sudiste bien sûr


        • Proudhon Proudhon 26 octobre 2008 17:48

          @u Guignol Sudiste

          Je présume que ton texte de tarlouze m’était destiné. Si t’as un problème tu viens à Saint Etienne, tu cherches le quartier de Montreynaud et tu me demandes avec le même pseudo. Mais tu dis bien que tu me connais sinon, je ne donne pas cher de ta tronche.
          Ensuite je t’expliquerai le Code la la Rue.

          Tu verras vite que tu peux faire 2 m et 150 kg et durer moins de 5 secondes... 
          Les moyens sont nombreux et rapides.. Très rapides !


        • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2008 20:33

          Bonjour le sudiste.

          Le dimanche ne diffère d’aucun autre jour, c’est seulement une convention dont l’origine est chrétienne parce que les chrétiens se réunissaient, ces réunions s’appelaient des églises, avec le catholicisme ces églises sont devenus ce que l’on en connaît, avec la même fonction réunir les croyants.

           

          Mais pour ce faire fallait-il qu’ils ne soient pas au travail et c’est ainsi que le dimanche est devenu le jour consacré au seigneur. Tout ce qui existe a d’une origine, le fait que l’on en oublie la source permet les modifications et les évolutions sociétales, ce sont des choix d’organisation sociale.

           

          La seule chose que je reproche à ceux qui soutiennent l’ouverture des magasins le dimanche, c’est de faire des grands centre de distribution (car ce sont eux qui font pression) des temple de distraction ou les clients iront dépenser leur argent plutôt que dans leurs magasins de proximité.

           

          In fine les ménages de dépenseront pas plus que ce qu’ils ont à dépenser mensuellement seulement ceux qui capteront leurs dépenses se livreront un combat publicitaire.


          Le deuxième point est que l’ouverture de tous les magasins est permise si c’est l’employeur qui le tient.

           

           L’interdiction du travail le dimanche ne concerne que les salariés, indépendamment de toutes les spécificités qui imposent leur présence comme celles que tu cités.

           

          C’est l’histoire d’une longue lutte ouvrière pour disposer d’un repos hebdomadaire. Sur le principe tu as raison, sauf que celles des défenseurs et purement mercantiles et n’a aucun fondement social.

           

          Je ne crois pas que l’existence ne soit qu’un marché et je préfère de loin que les citoyens aillent se promener ailleurs parce que les grandes surfaces sont fermées le dimanche. Ta position me rappelle elle des tenant de la suppression de l’interdiction du travail de nuit des femmes au nom de l’égalité, comme si l’abrogation de ce texte avait améliorait la condition féminine, comme si c’était un privilège que de travailler de nuit avec tous les dérèglements des rythmes biologiques que cela entraîne.

          Le problème est moins la sacralité de cette journée et en cela tu as raison, que de savoir si l’on veut encore avoir des villes et des villages animés par des marchés du dimanche des manifestations populaires ou voir la population séduite par les campagnes de publicité se précipiter dans les grandes surfaces, c’est un choix sociologique qui se pose, comme le choix d’une journée chômée commune pour permettre une activité socio culturelle qui bien sur justifient que d’autres travaillent ce jour là.

           

          Cordialement.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 octobre 2008 00:39

          @ Sudiste. Vous etes vraiment inconscient. Votre texte a appelé le réponse de Proudhon :

           " Viens à St -Etienne...Tu verras vite que tu peux faire 2 m et 150 kg et durer moins de 5 secondes... Les moyens sont nombreux et rapides.. Très rapides !


          Ça, c’est bastonazzo moins un. Allez a St- Êtienne et vous y etes. Quand l’un de vous aura eu la tete cassée a coup de triques, ses amis pourront rappliquer avec des flingues : c’est le palier Damon Runyion... Si vous ne saisissez pas encore, vous n’etes plus dans l’inconscience, vous êtes un fauteur de troubles bien conscient comme il est nait en périodes de crise.

          PJCA



            • Adrian Adrian 25 octobre 2008 17:57

              J’vous rassure l’Etat US est (encore) solvable. Parcontre la France...


            • dom y loulou dom 26 octobre 2008 02:25

              @adrian

              ben toi il te faut pas grand chose pour te rassurer... lol... mdrrr... pas faillite ? ben voyons... ils sont juste dans une telle dette qu’elle ne pourra jamais être remboursée et c’est çA qui fait la panique partout. JAMAIS ils ne rembourseront, le gd empire ne vaut plus que les cacahouètes de Carter. Si ça se trouve plus aucune infrastructure ne leur appartient. Tout privatiser mène justement au fait que vous ne savez plus à qui cela appartient. Bush voulait même vendre TOUS les ports mairitmes à ces bons amis saoudiens !!! Le congrès l’en a empêché... ouf ah... mais comme c’est révélateur !!! Mais même tout un système de santé par exemple. Qui met aujourd’hui du fluoride jusque dans NOS eaux minérales ??


              et les gvts endettent les citoyens trouvant cela normal puisqu’ils sont tous nés avec des dettes jusqu’au cou... mais qu’on leur demande un jour de rembourser... alors ça... ils n’y avaient jamais pensé, on leur garantissait des prêts sans limites... encore de la belle mythologie au lieu dhistoire factuelle, après moi la tempête hum ?

              mais les prêteurs eux ? Vous croyez vraiment qu’ils n’y ont pas pensé au remboursement ?
              La FED n’y aurait jamais songé ? Connaissz-vous l’histoire de la FED ? Après tout ils peuvent imprimer autant d’argent qu’ils veulent et faire apparaître d’un coup d’un seul des milliards de dollars ? Quan on vous disait que le dollar est du vent. Plus qu’une bulle, une bulle de néant oui qui éclate là.

              http://fr.youtube.com/watch?v=pXA9S1jAwxI&feature=related

              florissante l’économie des states au fond du gouffre militariste... absolument , ya qu’à dire comme ça.

              Et mr sarkose va décider de la marche de l’économie mondiale à washington. Là-bas ils reçoivent un entonnoir en cadeau de bienvenue, des nanas bien moulées vont leur exposer comment faire transiter les faillites des nations dans un beaucoup plus vaste ensemble bien plus rigolo, n’est-ce pas... isn’t it, appelé globalisation fantastique du père noël qui apportera la joie aux petits enfants d’afrique et restaurer les cités de corail par la magie de l’AMERO nouvelle monnaie émise par la FED sous les aplaudissements des prix Nobel.

              et les coucoupe volantes nous béniront en faisant de la pub au pape et Mme Livni sera l’empereur honorifique du monde dit civilisé dont on lira encore quelque vague trace dans un livre d’école poussiéreux. 
              Mais le joyeux nivellement ne s’arrêtera pas là puisque c’est pour le bien des laborieux... ensuite tous auront en guise de cerveau une capsule qui leur dictera directement les chaînes télé dans les neurones et on apprendra à dire "yes sir" à la caissière qui vous demande d’ouvrir votre sac. Une marque sera tatouée sur les bébés qu’ils devront aduller sept fois toutes les sept heures dès leur naissance, les contrevenants auront des injections léthales de mercure afin de les enrôler dans les souriantes marches du peuple en bleu clair.

              Un monde merveilleux, plus aucun hasard ne saura horripiler les biens pensants, plus une brise déranger leurs perruques sophistiquées et ils auront des machines à faire des hamburgers-maison pour les engraisser avant d’être donés en pâture aux géants transgéniques. Les vents et les tsunamis seront domptés et on fera disparaître par enchantement l’axe du mal par des vagues d’ouragans dirigés et des rayons cosmiques ionisés et on dira "c’est les extra terrestres" et "ils sont extra" etc.

              Tout le monde il sera gentil... parce que sitôt qu’il sera méchant il ne sera plus. Sauf les géants, ils seront les mauvais officiels, comme ça l’empire des new-lumières aura même vaincu le doute une bonne fois pour toutes !!!

              Tel est l’appareillage rêvé de la sécurité pour TOUS !!! 

              sauf évidemment pour ceux qui ne l’apprécieront pas à sa grandiose juste valeur, ces vils ingrats, ces méchants terroristes qui ne songent qu’à exploser tout le monde. Ah les vilains, les enfants bien élevés d’alors diront "Vite il nous faut décimer toutes ces populations-là, elles gigotent encore !". La planète sera appelée caisson galactique et son clignotement atomique sera visible jusqu’aux confins de l’univers, d’ailleurs le spectacle hilarant, vu d’outre-espace évidemment et uniquement faut-il le rappeler) d’une espèce s’auto-détruisant pour se sécuriser est d’un comique qui attire bien des créatures à la ronde. Des habitants de Véga aux nouvellements débarqués à Sirius et déjà revenus... des anges turquoises des pleïades enchantées aux empereus de star-fleet transmissions (j’aimais mieux star-seed tout de même mais bon) ce sera littéralement fantastique alors que les gens s’entretueront pour savoir qui surfera sur la seule planche de kite-surf qui sera autorisée par famille. Le nom de Rockefeller siègera à la gauche du surf et sera tenu en estime éternelle. Du moins tandis qu’il y aura qqun pour brancher les machines à énergie libre qu’on aura adopté dans la grande sagesse d’un monde qui fait appel aux démons de passage et leur demander des technologies savantes tout en les ayant volé à Nicolas. Non pas lui, Tesla. 

              Et puis le but final étant la sécurisation complète de l’humanité, les sages de Sion en transe neurolinguistique auront trouvé la recette reptilienne miraculeuse : nous devons tous mourir, ainsi nous ne souffrirons plus !!!

              ...

              les tubes numériques continueront à clignoter et des voix mécaniques contonueront de donner l’heure et la température ambiante aux rares visiteurs de quelques millénaires plus tard alors que la logique entreprise amènera son ultime perfection, sa plus complète réalisation et réussite : avoir anéanti toutes perturbation bactériologique et asseptisé jusqu’aux chutes du niagara, un grand désert de buildings rutilants et auto nettoyants, comme un musée en plein air luxueux sans personne. Seuls ncore les androïdes de poilice assureront des veilles successivesinterminablement et des aspirateurs yamaha fonctionneront en débitant les mêmes tubes à longueur d’une rotation planétaire. Mai avant ce paysage mille fois souhaitable... il y aura bien des sacrifices à faire que le bon peuple est ravi d’accomplir dans une perspective aussi noble.

              Oui, décidément, ce new world order va sauver l’univers de lui-même en y proclamant l’interdiction de repirer, IL N’Y A QU’UN SEUL BIG BANG !!! et l’expension de ce royaume des justes et des gentils sera une île idyllique où seuls les jeunes et beaux vivront (on ne saura pas où sont les vieux ni qui s’occupe des enfants, les laids ne seront pas autorisés à continuer à vivre, mais c’est le PROGRES ... JUSTEMENT !!! On s’y adonnera, avec les mille vierges pêle-mêle le cul en l’air et les poitrines ruisselantes se dandinant sur des rythmes et des airs aux subtilités de l’île de la tentation et on inventera des hauts faits télévisés pour sécuriser aussi les esprits d’autres dimensions et des mille regards qui font la conscience, un monde fabuleux, le christ lui-même fera la circulation sur les carrefours et les voitures seront en chocolat tandis que la moitié de la vie d’un individu sera consacré à massacrer une autre moitié d’humanité.


              merci pour votre patience, ceci est un message de la cour suprême du imposednightmare, comité suprême planétaire de l’ère nouvelle No 32.

              vous êtes priés de l’enregistrer de manière définitive dans tous vos appareils ménagers, ceux-ci étant propriété du gvt mondial, sous peine de taxation fiscale entraînant l’esclavage de vos enfants. veuillez acclamer le chiffre 564930495867 à 23h47 précises et écouter ce message trois fois de suite, merci de votre coopération, l’extension des lumières aura lieu exceptionellement à 0h00 exactes en vue du bordage présidentiel pour ses bons voeux auc citoyens en l’occasion de la très sainte fête des innocents "









            • L'enfoiré L’enfoiré 25 octobre 2008 13:57

              @L’auteur,

               Si tu veux des leçons sur la crise, va lire le lien et cela n’a rien avoir avec les grands parents.
               Tout est étudié dans le détail, mais il y a quelques failles dans le système global qui marche à merveille dans 99% des cas. Mais ce n’est pas aussi simple que de dire "y a qu’à"
               
               


              • Forest Ent Forest Ent 25 octobre 2008 14:28

                Je ne vois pas en quoi l’inflation serait une "solution". Plutôt que de faire porter le poids sur les seuls prêteurs, on le fait porter sur tous les détenteurs d’actifs. Mais ça crée la récession tout autant que la déflation. Il n’y a pas de solution miracle. L’activité économique était trop importante puisque soutenue par le crédit. Elle doit baisser. La récession est inévitable.


                • L'enfoiré L’enfoiré 25 octobre 2008 15:22
                  Forest Ent,
                   
                   L’inflation n’est pas une solution. Absolument, mais je préfère une légère inflation qu’un stagflation. L’argent est fait pour rouler pas pour stagner dans les banques comme elle le fait maintenant et convertissant les titres en billets.
                   Cela peut-être aider les banques en définitives dans leurs liquidités de tous les jours. Sous forme de titres, c’était impossible. La récession est inévitable, absolument. Tout dépend de la longueur de la période. Ce n’est tenable que sur la période de beaucoup moins d’un cycle.
                  Comme disait Alain Minc « C’est gênant la crise, mais c’est grotesquement psychologique ». Les Allemands et les Anglais sont d’après lui, plus mal en point que les pays latins. Le crédit est la bouteille à encre qui doit servir quand on a besoin d’écrire pas autrement. 

                • ninou ninou 25 octobre 2008 17:29

                  Alain Minc « C’est gênant la crise, mais c’est grotesquement psychologique »
                  Où toute l’humanité compatissante de l’économiste de salon éclate au grand jour.
                  Je suppose, en effet, que tout comme les gens de sa caste, il sera juste gêné. Que dire du quidam au smic qui ne peut plus nourrir ses gamins correctement ? D’aller se payer une séance chez un psy, car la crise, c’est psy-cho-lo-gique !


                • Forest Ent Forest Ent 25 octobre 2008 17:40

                  @ L’enfoiré (sic)

                  Les gouvernements ont de toutes façons déjà fait le choix de l’inflation. La question est "arriveront-ils à créer de la monnaie à la vitesse où elle disparait" ? Il me semble, mais ce n’est pas une certitude profonde, qu’ils sont en train de perdre la course de vitesse.


                • Gandalf Tzecoatl 25 octobre 2008 19:33

                  " L’activité économique était trop importante puisque soutenue par le crédit."
                  L’activité économique n’est soutenue que par le crédit. Plus de crédit, plus de monnaie, donc plus d’économie.

                  "Elle doit baisser. La récession est inévitable."
                  C’est bien ce que je pensais, vous êtes un récessioniste.



                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 octobre 2008 21:45

                  @ Forest Ent. Oui. Mais si on implique tous les détenteurs d’actifs on a un climat plus serein pour accepter les mesures qui devront être prises. Je dis encore une fois que le volet de cette crise dont on ne parle pas est l’émergence imminente de gouvernements plus autoritaires "pour faire ce qu’il faut faire". Essayons de limiter les dégats.

                   Pierre JC Allard

                  http://nouvellesociete.org/706.html


                • Dudule 25 octobre 2008 22:21

                  @Tzécoalt

                  Et l’activité soutenue par les salaires, c’est pas possible ?


                • Gandalf Tzecoatl 25 octobre 2008 22:47

                  Si biensûr, sauf que le salaire est bel et bien rémunéré en monnaie, donc à l’origine s’exprime en dettes.

                  Genre le particulier qui va voir sa banque pour lui emprunter le montant dela construction d’une maison, monnaie qui constituera le salaire du maçon, entreprise qui investit, donc s’endette pour lancer une activité et payer les salaires, etc.

                  Biensûr, tout système monétaire ne se base pas sur la dette, à l’instar de la proposition de l’auteur.

                  D’ailleurs, face aux objections d’inflation que sa proposition comporte, je voudrais rappeler ceci :

                  - faire tourner une planche à billets dans la limite de la croissance constatée n’est pas inflationniste ;

                  - faire tourner la planche à billets étatique a un effet désinflationniste sur la masse monétaire scripturale, bancaire, encore appelée monnaie d’endettement ou monnaie secondaire.

                  Donc Dudulle, la proposition de l’auteur, permettant de réduire les frais financiers des entreprises ( à hauteur de 25% à 80% d’un produit fini) permettent effectivement d’entrevoir une embellie sur les salaires, et sur l’emploi (sauf le secteur financier, évidemment).


                • Gandalf Tzecoatl 25 octobre 2008 22:59

                  @Dudulle :

                  Par ailleurs, une relance directement en augmentant les salaires patirait à l’emploi, du fait de la mondialisation. La rare possibilité d’améliorer notre économie réelle sur sa compétitivité en préservant salaires et emplois est de réduire les frais financiers dont les Holbecq, Allais, Chouard, etc, ont démontré l’immoralité.


                • Dudule 25 octobre 2008 23:18

                  Je me demande pourquoi personne ne parle de la cause réelle de la crise : la compression des salaires. Le salaire, un salaire descent, est nécessaire à la survie du capitalisme. La délocalisation des entreprises industrielles ou de services vers des pays à bas coût et le démentellement du salariat dans les pays industrialisés a laminée la demande globale, en remplaçant des salariés relativement bien payés par des gueux taillables et corvéables à merci.

                  Si encore celà avait été déflationniste, provoquant une baisse des prix, celà aurait pu fonctionner à peu près... Mais les détenteurs de capitaux en ont profité pour se gaver au delà de tout ce qui est immaginable (c’était le but, remarquez). 15% de rentabilité, dans une économie globale qui ne croissait que de 4% par an ! 15%, si on suit la progression géométrique, le chiffre n’est pas choisit au hasard : ça veut dire que l’on double son capital tout les 5 ans les doigts de pied en évantaille, sans rien foutre, tout en exortant les gueux à travailler plus pour gagner plus.

                  Et ils le trouvaient où le pognon ? Ben, pour augmenter la demande tout en pressant le salarié, en lachant tout sur le crédit ! Et puis en faisant coup double en spéculant en plus sur l’endettement des ménages !

                  Les faits :

                  Croissance nulle dans la zone euro depuis 5 ans si on exclu le crédit des mesures, dixit l’OCDE l’année dernière... Un grand merci au Royaume Uni, à l’Irlande et à l’Espagne, les passagers clandestins de l’Europe. Que donnerait ce type de mesures appliquée aux USA ?

                  Et le pire est à venir parce que la bulle du crédit aux US et au Royaume Uni n’a par encore explosée ! Seul le crédit immobilier a pété au jour d’aujourd’hui. Dans ces merveilleuses contrées où l’Homme Riche (le seul véritable être humain pour les membre de la Secte) est vraiment libre, on a libéré le crédit tout azimuth : libre à vous d’emprunter à une banque pour en rembourser une autre ! Le système de la cavalerie légalisé...

                  A force de considérer le salaire comme économiquement néfaste, la Secte néolibérale l’a comprimé est le comprime encore par tout les moyens possibles. Le salaire est doublement néfaste pour ces cons : il rogne leurs marges et est (peut-être faiblement) inflationniste ! L’horreur, l’inflation ! Tout ce bon pognon que l’on a stocké et qui disparait bêtement, ce qui force à bosser et à prendre des risques, au lieu de rien foutre en regardant son tas d’or grossir tout seul, ce qui est naturellement le sort enviable de l’homme riche, le seul véritable être humain, aux yeux de la Secte. Seul sa liberté compte, pas la vôtre. Sa librerté de faire tout ce qu’il veut avec son fric, ce qui lui donne un pouvoir immense, surtout s’il est entouré de gueux précaires : à quoi bon être riche dans une société prospère, alors que le prix d’un diplôme pour ses nains dégénérés ou d’une pute est très nettement dévalué quand on est (nait ?) entouré de gueux précaires.


                  Leur lutte acharnée contre les CDI, les services publics, les fonctionnaires continue. Sarko en profitre même pour en rajouter une couche ! La situation pourrait-elle être exploité pour thatchériser la France, ce vieux rêve qui mouille les draps des zélotes de la Secte depuis 25 ans ?

                  La compression de la demande globale par le pillage des ressources par le capital continue. Et c’est normal parce que les néo-capitalistes se voient en "winners", et que dans un système comme celui-là, le gagnant gagne tout... et ils se voient tous en gagnant, et accessoirement nous voient comme des gueux risquophobes qui méritent leur sort.

                  "Beaucoup d’appelés et peu d’élus", comme on dit.

                  Oui, c’est vrai, comme dit plus haut, le crédit est un moteur puissant de développement économique... encore faut-il assurer aux (vraies) entreprises et aux particuliers des revenus suffisants pour rembourser à terme ! Les membres de la Secte sont tellement avides, tellement persuadés d’être la crème de la crème, le sommet suprème de l’évolution, qu’ils ont préféré se gaver à court terme, faire péter le système, persuadés qu’ils sont que si tout s’écroule ils s’en sortiront quand même encore plus puissant qu’avant parce que relativement plus riche qu’avant par rapport aux gueux que nous sommes...

                  A nous de leur donner tort.


                • Gandalf Tzecoatl 25 octobre 2008 23:45

                  Je suis d’accord avec le fait que les revendications salariales sont un levier pour la croissance. Mais les revendications salariales ne sont effectives que dans une situation de quasi plein-emploi, hormis pour les fonctionnaires.

                  Pour ma part, sans revenir sur l’ouverture des frontières qui serait difficile à renégocier sans rétorsions (28% de l’emploi français est pour l’export, même si cette ouverture des frontières s’accompagne de dumping social, écologique et monétaire), une des rares opportunités qui s’offre à nous est de constater la nullité du traité de Maastricht du fait du non-respect de ses critères, donc de casser la monopolisation du monoploy monétaire par les banques, et de rétablir un environnement favorable (moins de dettes = plus de confiance), au moins en France, pour l’économie réelle, et donc pour l’emploi.

                  Une bonne nouvelle : les hedge funds qui rachetaient des entreprises et qui en réclamaient 15% de rentablité sont du fait de leur abus sur les effets de leviers en train de massivement se casser la gueule.


                • JPC45 25 octobre 2008 23:52

                  15% de rentabilité !! mais pouvez vous citer une entreprise qui fait 15% de rentabilité ? revenez sur terre !! il faut pas repeter betement...


                • Dudule 26 octobre 2008 01:02

                  Ah bon ?

                  Le Crack 40, il était pas à indice 1000 il y a 20 ans, et 4000 l’année dernière ? Oui, je sais, ça fait que 7% (1.07 puissance 20, ne venez pas me donner des leçons de maths). Mais c’est nettement plus que la croissance de l’économie et le gros de cette augmentation vient de la libéralisation de ces 10 dernières années. De plus, les fameux "Hedge Funds" se sont bien toujours vantés de pouvoir faire cracher 15% au capital investi (c’est à dire in fine, aux gueux). Ils ont fermé des tas d’usines pour ça, mais il est vrai que les bourses ne sont pas constitués que de "hedge Founds", toutes choses étant égales par ailleurs.

                  Ce taux de rentabilité a été exigé, proclamé, publié dans moult proclamations et publicités financés éditées par ces requins. Avec l’argument, bien sûr, qu’en exigeant le maximum de rentabilité, ils augmentaient la compétitivité et qu’en fin de compte, ça profitait à tout le monde.

                  Arrêter de nous raconter des conneries maintenant que le bateau coule, les glandeurs libéraux. On a quand même un peu de mémoire.

                  D’ailleurs, vous êtes bien arrogants : par les temps qui courent, si vous fermiez vos gueules (le vous étant collectifs et s’adressants aux "libéraux") ?


                • Forest Ent Forest Ent 26 octobre 2008 02:33

                  @ tzecoatl

                  C’est bien ce que je pensais, vous êtes un récessioniste.

                  Non, aucun "iste". Il y aura récession, quoique les gouvernements fassent désormais, j’en suis certain, et ça n’a rien à voir avec des voeux.


                • JPC45 26 octobre 2008 07:30

                  A dudule et au autres : pour résumer vous ne pouvez citer aucune entreprise qui donne du 15% de rentabilité.

                  Vous n’apporter aucun nom.

                  Pourquoi devrais me taire face à des personnes qui ressortent des choses fausses sur des sujets qu’ils ne comprennent pas ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès