Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les libéraux-économistes Dassault

Les libéraux-économistes Dassault

Vous connaissez peut-être Marcel Dassault le banquier et le créateur du Rafale. Vous apprendrez dans le livre sur "L’Histoire secrète du patronat« aux éditions »La Découverte" que pour obtenir des contrats d’armement il a créé des rencontres pour économistes afin de favoriser sa théorie du libéralisme économique qui consiste à l’enrichir.

Ces économistes made in Dassault sont de plus en plus actifs. On a la preuve que Jacques Attali vient aussi des écoles gratuites Dassault. Je pense que Jacques Sapir est l’un d’eux. Je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

Jacques Sapir est un économiste. Il est aussi directeur de recherche à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Je n’ai rien entendu de social dans son discours du 20 janvier à Rennes. C’est surtout un orateur tellement impertinent qu’il m’a coupé à partir du moment où j’ai dit que l’homme a des comportements non rationnels. Là il a dit qu’il y n’a que des comportements rationnels chez l’homme. Je n’ai rien vu de rationnel dans cette salle. C’est ce qu’on appelle la magie de l’économiste orateur. Il a tout de même été applaudi plus par réflexe je pense car la salle n’était pas remplie bien que libre d’accès.

Quand Jacques Sapir a annoncé la seule preuve politique française de son discours bien pensé et théâtrale sur un énième fonctionnement de la crise mon voisin de gauche a dit "C’est pas vrai !" car il citait une directive économique de Beregovoy. Mais Jacques Sapir est subtil, il a remis la faute aussi sur un bouc émissaire politique étranger : Les allemands. Là tout s’organisait car nous nous renseignons peu sur l’économie allemande. Aussi l’humain aime bien trouver des boucs émissaires. L’auditoire doit alors réfléchir sur la source de la crise qui se produit en même temps dans tous les pays. Aucune réflexion n’a pas être émise dans la salle sur le décalage insensé de temps entre la raison de crise politique allemande et française. En effet Beregovoy qui a été cité c’était après les années 1983 sous Mitterrand selon lui, alors que la crise politique allemande c’était dû à 2002 selon lui. Comment une crise économique pourrait-elle se déclencher en même temps dans les deux pays si les décisions étaient si éloignées ? Je n’ai eu aucune réponse là dessus dans son discours.

Au lieu d’aller chercher plus loin les origines de la crise il a expliqué sa théorie lentement afin de ne pas avoir à répondre à des questions. Tout est calculé chez les orateurs. Que ce soit leur temps de parole ou celui des autres.

J’ai donc été coupé après avoir dit que la crise n’était pas dû qu’à Beregovoy qui suivait Attali par ailleurs sur la partie économique sur le livre énoncé. Quelqu’un dans la salle a enfoncé le clou sur le rôle de Beregovoy dans l’affaire en s’informant. Jacques Sapir a alors dit que le gouvernement actuel n’allait pas dans le bon sens ce qui lui était louable. Mais l’avantage de ne fonctionner que sur un chef à droite c’est de pouvoir remettre les responsabilités au chef. Le gouvernement actuel ne fait que répondre à ses clients comme Bouygues, Dassault, Lagardère, etc.

Mon voisin de gauche voyait que j’en savais plus que la jeune porteuse de micro. Il a donc tenté de se satisfaire en lui posant cette question : "C’était bien hein ?". Elle lui a répondu un peu apeurée "Oui, oui c’était bien". Satisfait du discours il a ensuite dit que le précédent discours devait venir du NPA (Nouveau Parti Anti-capitaliste). Autrement dit il fallait se renseigner sur le discours précédent et par sur celui en cours afin d’être satisfait de sa sortie. Ne faudrait-il pas se poser des questions sur un discours d’un homme avec lequel on n’était pas d’accord ?

Le discours de Jacques Sapir n’est pas rationnel. Tout le monde peut se dire qu’il y a des comportements humains non rationnels prouvés scientifiquement. Je suis tombé d’accord là dessus avec toutes les personnes avec qui j’ai discuté ensuite. Par contre grâce au pouvoir de séduction Sapir on me disait que l’économie était rationnelle. Pourtant ils disaient que cet économiste n’était pas rationnel. Attendez ! un économiste non rationnel explique une économie rationnelle. C’est donc l’économie l’être vivant dans leur réflexion.

Vous ne trouverez donc très rarement des personnes rationnelles dans les discours d’économistes. Vérifiez vous verrez et ne vous faites pas draguer !
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Bardamu 21 janvier 2010 11:04

    Dassault, y a pas pire !

    Il n’aime pas la France, le bonhomme ? lui préfère Israël ? eh bien, qu’il y aille là-bas pour faire ses sales petites affaires !... on le retiendra pas !

    Attali, Minc, idem !
    Allez, salut les pitres ! allez polluer ailleurs !

    Tes fraudes électorales, le Dassault, tu iras les faire extra-muros, tout comme tes entourloupes en « rafales », tes commissions en douce.

    Payer pour être élu ?... mais t’es encore pire qu’un Tapie, toi ! plus près encore de la carpette !

    Y a-t-il un sniper dans la salle pour le remettre en place ?
    C’est violent ? Et tous les enfants tués par la faute de ce serial killer ? Pas violent, ça ?


    • DESPERADO 21 janvier 2010 13:04

      Bardamu
      Tout a fait d’accord on n’oubliera pas non plus de comprendre la ligne du Figaro , média au service de Dassaut.
      Les Dassault vivent sur le dos des français, comme tout ceux qui leur ressemblent.
      Et pour mieux passer inaperçu , ils nous vendent le choc des civilisations, avec le bouc émissaire du moment.
      Monsieur Dassault rentrez dans votre pays.


    • Bardamu 21 janvier 2010 13:37

      Nous sommes... tellement !... d’accord !


    • Gabriel Gabriel 21 janvier 2010 16:31

      Dassault, c’est pas le monsieur péter de tune qui explique aux ouvriers qu’ils sont trop payés, aux chômeurs qu’ils sont trop indemnisés et que la France par rapport à la Chine est un pays de fainéants !..... Intéressant le papy, c’est le genre de type qui en moins de 3mm vous fout la théorie de l’évolution par terre ! Car si l’homme descend du singe, lui il c’est carrément cassé la gueule de l’arbre. Dans son cas je vote pour l’euthanasie. 


    • alcodu 21 janvier 2010 14:25

      Désolé pour l’auteur mais il faudrait faire des efforts de style. C’est vraiment difficile à suivre tant c’est mal écrit. Faites relire votre texte ou relisez-le vous-même le lendemain.

      Sur le fond, assimiler le business d’un Dassault à du « libéralisme » est une erreur fondamentale. Les libéraux préconisent justement d’éviter toute interférence entre l’Etat et les affaires. Dassault c’est exactement le contraire : réseaux d’influence, proximité du pouvoir, relations inter-étatiques.
      Les libéraux préconisent un marché libre et concurrentiel dans lequel l’Etat n’intervient jamais sauf éventuellement pour supprimer les abus de positions dominantes et les freins à la concurrence.
      Lorsque des hommes d’Etat servent de VIP aux sociétés du CAC 40 ils exercent une fonction clientéliste et corruptrice (même si elle est légale). On sort du domaine de la concurrence pour entrer dans le domaine de la connivence.

      Tout cela est très clairement dénoncé par les libéraux.
      gauche libérale


      • tylhdar tylhdar 21 janvier 2010 16:13

        Voilà que les libereux se font passer pour des gent de gauche.
         :(


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 22 janvier 2010 14:07

        alcodu a raison : c est ILLISIBLE !

        on ne comprend pas le passage de votre lecture a la conference a laquelle vous avez assiste, par exemple

        Quand aux liberaux (ern opposition aux conservateurs de gauche et de droite), ils sont historiquement de gauche, c’est confirmé par la Revolution Francaise


      • WatchTower WatchTower 21 janvier 2010 20:12

        J’habite à Corbeil, le territoire de Dassault.
        Il est passé regulièrement dans plusieurs HLM proposer des billets contre des votes. Imaginez un peu l’image, Dassault et ses hommes de mains, la mafia, croiser les petites frappes et les prisonniers des cités dans les halls d’immeubles, faire du porte à porte, des liasses de billets en poche, pour repartir en mercedes...
        Corbeil ville de Dassault, Evry ville du maçon Bilbderberg Valls (grand ami de Alain Bauer, ex grand chef maçonnique, ex numéro 2 de la NSA européenne )
        Il ne s’est fait condamné, longtemps après, que pour 1 ans je crois ( et 1 ans d’inéligibilité...).

        Dassault est intouchable, il est partout, dans tout les business. Par ceci il s’est rendu plus que necessaire, obligatoire, au systeme. Il a meme construit des « fondations Serge Dassault », qui ont pour but de gerer des handicapés en tout genre. Dassault pendu, Dassault en taule, tout cela disparait.
        Dassault ne tombera que de nos mains...


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 22 janvier 2010 14:09

          Dassault est un conservateur gavé a l’argent public, ou un fonctionnaire de droit privé.

          Pour Evry, vous devriez rajouter la cathedrale de Mitterrant smiley


        • Croa Croa 22 janvier 2010 08:33

          « Dassault, y a pas pire ! »

          ça dépend... Marcel respectait l’ouvrier et aimait le travail bien fait.

          La descendance ne vaut rien, c’est un fait incontestable !

          L’auteur a oublié les prénoms !


          • pierrot123 22 janvier 2010 08:47

            Dassault, grand libéral économique...pour les autres !

            Il a fait toute sa fortune avec de l’argent public, jamais remboursé.

            Combien a coûté à l’Etat le développement du Rafale, dont aucun exemplaire n’a jamais été vendu ...si ce n’est à l’Armée Française , qui paye avec...notre argent !?


            • dup 22 janvier 2010 09:21

              Dassault , rien que ce nom gâche la journée



                • quen_tin 22 janvier 2010 11:50

                  J’étais à cette conférence.

                  Sapir dit simplement que la crise découle uniquement de comportements rationnels, mais individuels. Ce n’est pas parce que tout le monde est rationnel qu’il ne peut pas y avoir de crise. C’est en quelque sorte l’absence de rationalisme collectif (c’est à dire l’individulisme des acteurs) qui est à l’origine de la crise, ou encore le cadre, les règles du jeux au sein desquels les joueurs jouent qui favorisent cet individualisme et qui sont définies par les hommes politiques. La source est donc bien politique.

                  Ainsi il est tout a fait possible qu’un jeu commence à déconner même si toutes les actions des joueurs sont parfaitement rationnelles, simplement parce que les règles du jeu sont définies d’une certaine façon qui provoque certains mécanismes néfastes.

                  Je ne pense pas que Sapir dise que tout le monde est tout le temps rationnel en permanence, évidemment ce n’est pas le cas, il réfute simplement l’idée que la crise soit causée par des comportements irrationnels. Les principaux acteurs de l’économie ou du monde financier ont quasiment toujours des comportements qui suivent les principes de la rationalité économique (la maximisation du profit).


                  • matthius matthius 22 janvier 2010 13:28

                    Pourquoi les scientifiques arrivent-ils a definir notre irrationnalite ?
                    Je fais pour ma part plus confiance aux scientifiques et chercheurs qu’aux economistes pour decrire l’economie.
                    L’economie n’est pas rationnelle parce que la maximisation du profit n’est pas rationelle.
                    Ce qui est rationnel c’est la distribution des richesses.

                    J’en ai marre d’ecouter la plupart des economistes qui vont chacun avoir un discours changeant en fonction des effets de mode.
                    Je ne vois aucun discours social chez Jacques Sapir malgre son poste.
                    Les economistes les plus ecoutes ont un discours social.


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 22 janvier 2010 14:11

                    le probleme c est le sens que vous donnea a social. Social veut dire qui concerne la collectivite / la societe / le social, et non pas qui concerne le socialisme.

                    Vous etes informaticien, donc vous etes une personne attentive a l’usage exact des termes appropriés, non ?

                    Ou alors c’est du second degré ?


                  • quen_tin 22 janvier 2010 15:34

                    Pour moi ce sont plutôt les philosophes qui définissent notre irrationalité, pas les scientifiques. Ou alors j’aimerai avoir vos références.

                    On définit la rationalité comme le fait d’avoir une conduite cohérente, voire optimale, avec des buts recherchés. Celle-ci dépend donc des buts fixés.

                    On ne peut pas dire que la maximisation des profits, ou encore la distribution des richesses, est ou n’est pas rationnel. Ces deux choses correspondent à des buts différents, donc on peut être rationnel en poursuivant l’un ou l’autre de ces buts.


                  • quen_tin 22 janvier 2010 16:07

                    Autre chose : il me semble que Sapir a un discours social.

                    Lors de la conférence il a développé l’idée suivante : les pays émergents n’ont pas de politique sociale aussi développée que la notre, ce qui explique les délocalisations, par un régime fiscale plus avantageux et par des salaires plus bas. Mais à moins de leur faire la guerre, nous ne pouvons pas les forcer à adopter une politique sociale comme la notre. Sapir propose donc de rétablir une forme de protectionnisme pour contrebalancer ce déséquilibre, proportionnellement à la différence entre salaires/protection sociale et productivité.

                    On voit bien dans son raisonnement qu’il est favorable aux politiques sociales, même s’il ne le dit pas clairement (je pense que ce n’était pas le sujet central de la conférence voilà tout). Vous lui faites donc un mauvais procès.

                    Pour finir, cette accusation d’avoir été « formé par Dassault » me semble complètement irrationnelle pour le coup, ou alors apportez nous des éléments concrets.


                  • matthius matthius 23 janvier 2010 08:03

                    Vous avez donne un debut de definition de rationalite. Je vous donne la suite de wikipedia :

                    En sciences humaines et sociales (psychologie, psychologie sociale), et en économie, la rationalité caractérise une conduite cohérente, voire optimale, par rapport aux buts de l’individu.

                    Se pose toutefois la question de la rationalité des buts par rapport aux intérêts supposés des individus.

                    Autrement dit la rationnalite economique ne sert que quelques individus. Donc quelqu’un qui reflechit selon ses interets personnels risque alors de ne plus avoir de comportement coherent et risque donc de decouvrir qu’il n’est plus coherent. C’est cela qu’essaye de definir la rationalite scientifique. On s’apercoit que ce ne sont pas notre interet ni notre but personnel qui nous fait avance mais notre emotion et notre environnement. Notre objectif sera fausse par notre emotivite du a certains comportements non rationnels qui peuvent etre definis. Par exemple vous vous apercevrez que le pragmatisme est peut écouter parce qu’il faut faire abstraction de soi pour le comprendre. Vous vous apercevrez qu’il ne faut rien faire et reflechir pour etre satisfait de soi, etc.


                  • quen_tin 24 janvier 2010 16:11

                    Personnellement je suis capable de me fixer des buts en fonction de mes intérêts, de manière rationnel, de faire des choix en utilisant des critères objectifs, de mettre de côté mes émotions, de prendre du recul par rapport à une situation ou à mon environnement. Il ne s’agit pas de qualité exceptionnel, en réalité je suis persuadé que chacun de nous les possède : c’est ce qui fait de nous des êtres humains adultes et responsables. Non pas que l’environnement et les émotions n’aient aucune influence sur nous, mais chacun d’entre nous est capable, en plus ou moins grande mesure, de s’en détacher et d’utiliser sa raison. Ce que vous affirmez sur le comportement humain ne possède aucune justification scientifique : nous sommes tous, au moins en partie, des êtres rationnels.

                    Du point de vue d’un individu, la maximisation du profit est un but rationnel. Elle ne l’est pas du point de vue collectif, mais ce point de vue là ne concerne qu’indirectement l’individu. Il n’y a là aucune incohérence. Un individu raisonnablement égoïste, raisonnablement altruiste ne s’intéressera que moyennement à ce que les richesses de son pays soient bien réparties. Il acceptera cette idée en tant qu’idée juste dans la mesure où ça ne l’affecte pas trop négativement. Il s’intéressera par contre beaucoup plus à voir son propre pouvoir d’achat augmenter ainsi que celui de ses proches. Ca ne fait pas de lui un être irrationnel, bien au contraire, mais seulement quelqu’un de plus ou moins dénué d’idéalisme.

                    Par conséquent la redistribution des richesses ne peut pas être un but rationnel pour un individu raisonnablement égoïste, ça ne peut l’être que pour quelqu’un s’intéressant en priorité au devenir collectif, c’est à dire pour l’homme politique, dans la mesure où il assume son rôle social, celui d’oeuvrer pour le bien de tous. Et nous voyons bien, de nouveau, que les causes de la crise ne peuvent être imputées qu’aux hommes politiques, simplement parce qu’on ne peut reprocher à personne, dans un pays libre, de privilégier son intérêt propre plutôt que l’intérêt collectif... A personne, si ce n’est à un homme politique, dont c’est justement le métier, dont c’est la promesse, promesse sur laquelle repose implicitement toute élection démocratique.


                  • matthius matthius 23 janvier 2010 08:05

                    Pour le discours social de Sapir je n’ai rien entendu sur la societe a Rennes mais que de l’economie. C’est d’ailleurs ce qui m’a navre chez lui. Mais c’est un economiste.


                    • matthius matthius 24 janvier 2010 19:25

                      SI on voyait un lion garder toute la viande quitte a la perdre on se dirait : Cet animal ne vivra pas longtemps parce qu’il n’a pas un comportement rationnel.
                      Beaucoup de personnes sont d’accord avec moi autour de moi la -dessus. Pas les medias.

                      Vous pensez que l’homme politique doit lui etre rationnel alors que vous permettez a ceux qui le dirigent de ne pas l’etre. En effet les hommes politiques sont dependants des entreprises. Vous verifierez que certains entrepreneurs sont dedouanes d’impots sur le revenu depuis longtemps.

                      Sachez que la droite a autoriser au Medef de s’enrichir avec les cotisations des salaries. Cela leur permet de payer les journalistes comme Sapir. Mais il y a en a d’autres comme lui qui ne vous expliquerons pas comment fonctionnent la solidarite, la politique, le social, l’echange.


                      • quen_tin 24 janvier 2010 19:58

                        Non je ne crois pas que les hommes politiques doivent avoir un sens de la communauté (ce que vous appelez, vous, « être rationnel » mais qui ne l’est que si on se place d’un point de vue « au dessus de tous », pas dans une perspective individuelle). Je ne fais qu’établir un constat : ils sont élu pour ça et en ont donc la responsabilité, c’est donc eux qu’il faut blâmer si ils ne l’ont pas. Mais je ne dis pas qui doit faire quoi.

                        Les dirigeants des grandes entreprises ne sont pas élus. Vous pouvez trouver qu’ils sont en partie responsables des dérives de nos sociétés, et je partage ce sentiment, mais je suis conscient que si l’un d’eux n’était pas là, un autre prendrait sa place dans la minute. Que si l’un d’eux se prenait à devenir responsable (à penser à l’environnement et au social) son entreprise perdrait en compétitivité, et qu’une autre entreprise moins scrupuleuse la remplacerait.

                        Je déplore ceci autant que vous. Seulement il est important de comprendre que nous avons affaire à des mécanismes, et qu’il est vain de dénoncer tel ou tel coupable, parce immédiatement un autre prendra sa place : c’est bien le système capitaliste lui même qui est en cause, les acteurs n’y font que jouer leurs rôles.

                        La solution aux dérives de ce système ne peut pas venir de l’intérieur du système, puisque l’on voit vient que nous avons affaire à une mécanique. On ne peut pas guérir ce système sans en changer les règles.

                        S’il existe un moyen injuste de gagner dans un jeu, il ne faut pas blâmer ceux qui l’utilisent et compter sur la bonne volonté de tous les joueurs : il faut changer les règles. Or il se trouve que la définition des règles du jeu du monde économique est du domaine du politique. C’est donc de là que doit venir la solution.

                        La question n’est pas : pourquoi Total ne respecte pas l’environnement et pourquoi Renault ne respecte pas le tissu social ?
                        La vrai question, c’est : pourquoi est-on plus compétitif quand on ne respecte pas l’environnement ? Et pourquoi une entreprise se porte-t-elle mieux quand elle ne fait pas du social ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès