Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les mensonges de Nicolas Sarkozy sur les finances publiques

Les mensonges de Nicolas Sarkozy sur les finances publiques

Le 4 décembre 2008, Nicolas Sarkozy a annoncé fièrement un plan de relance de l’économie de 26 milliards d’euros en précisant que « le dérapage » budgétaire ne serait que de 15,5 milliards, portant le déficit public à 3,9% du PIB au lieu de 3,1% initialement.
Sans porter de jugement sur le bien fondé des propositions, ce qui est un autre débat, nous avons simplement fait les comptes, mettant ainsi à jour un article précédent qui mesurait l’impact des précédentes annonces du gouvernement faites en octobre 2008, essentiellement concernant le plan de soutien aux banques. Notre calcul, basé sur les annonces publiques, porte le déficit public projeté en 2009 à une fourchette entre 4 et 5% du PIB et la dette publique projetée en 2009 entre 72 et 73% du PIB. Démonstration :
Les dernières annonces du 4 décembre 2008 :

Voir notamment cet article du NouvelObs. Résumons :
 
Plan de relance de 26 Mds d’euros, se décomposant ainsi :
· 10,5 Mds d’investissements publics en grands travaux, dont 4 pour les entreprises publique et 2,5 pour les collectivités locales (faisaient-ils partie des annonces déjà faites en octobre de 5 Mds pour les collectivités locales ?),
· construction de 70 000 logements en plus des 30 000 déjà annoncés précédemment, l’Elysée estimant le coût total d’acquisition et de construction des 100 000 logement à 600 Millions d’euros (ce qui fait 6000 euros par logement ! On peut s’interroger sur le chiffre, qui ne correspond en rien à la réalité du marché : est-ce une décote de rachat de programmes de construction ou une moins-value sur revente dans la même année ? Est-ce une mise de fonds en capitaux propres dans une structure qui financera l’investissement par des fonds autres que publics ?)
· 11,5 Mds également en remboursement de dettes par anticipation de l’Etat à l’égard des entreprises pour améliorer leur trésorerie,
· prime « à la casse » de 1000 € par véhicule polluant >15 ans, chiffrée à 0,220 Mds,
· 0,5 Mds pour accompagner les chômeurs (contrats de transition professionnelle et chômage partiel),
· exonération de charges sociales en 2009 sur les embauches d’entreprises de moins de 10 salariés en 2009, chiffrée à 0,7 Mds,
· Prime de 200 euro pour chaque bénéficiaire du RSA (3,8 millions de ménages), chiffrée à 0,760 Mds.
 
Le total de 26 Mds annoncé ne fait pas mention des précédentes annonces d’octobre notamment de soutien aux banques et aux entreprises (sauf les 30 000 logements à construire, non chiffrés précédemment). De plus, partant de ce chiffre, le dérapage est évalué par l’Etat à 15,5 Mds seulement, portant le déficit public de 3,1% du PIB initialement à 3,9%. Basé sur un PIB de 1900 Mds, le déficit initial est de 58,9 Mds. Ajoutant 15,5 = 74,4, cela fait en effet 3,9% de 1900 Mds. Or 15,5 Mds correspond à 26 Mds moins le remboursement anticipé de dette de l’Etat aux entreprises (11 Mds), qui lui viendra incrémenter la dette publique (il faudra emprunter cette diminution de dette de l’Etat à l’égard des entreprise). C’est donc un dérapage de dépenses publiques uniquement calculé sur ces annonces, faisant fi des annonces précédentes d’octobre.
 
Ceci est déjà la démonstration que Nicolas Sarkozy ment : soit il ment sur la réalisation des annonces d’octobre, qui sont de fausses promesses, soit il ment sur le calcul du déficit, auquel il manque une grosse partie. Ou bien il faut qu’il s’achète une nouvelle calculette !
 
Les précédentes annonces d’octobre 2008 (rappel) :
 
Le Parlement a consacré mercredi 8 octobre 2008 un débat spécial à la crise financière mondiale, d’abord à l’Assemblée nationale, puis au Sénat en soirée. Le gouvernement y a rappelé ses propositions pour un plan de soutien en faveur :
  • des épargnants (garantie des dépôts pour les épargnants en cas de faillite de leur banque (jusqu’à 70 000 euros par établissement), existant déjà et confirmée par l’Etat,
  • des banques (prise de participation au capital, apport de liquidité banque centrale pour les financements à court terme et garanties de l’Etat sur des financements à plus long terme),
  • des entreprises (plan de 22 milliards d’euros réservé aux prêts aux PME et à un fonds de garantie sur prêts à des PME : 17 milliards d’euros qui proviennent de l’épargne réglementée et viennent financer les PME (via la CDC). 5 milliards de plus viendront pour renforcer Oseo la banque publique des PME) ; rappelons que les garanties ne font pas l’objet de sortie d’argent, de besoin de financement, sauf lorsque ces garanties sont exercées.
    Ultérieurement (le 23 octobre 2008), Nicolas Sarkozy a annoncé l’exonération de la taxe professionnelle versée aux collectivités territoriales sur le nouvel investissement. Manque à gagner chiffré à environ 1 milliard d’euro (impact direct sur le déficit).
  • en particulier du secteur du bâtiment et du logement (rachat par l’Etat à prix décoté plus de 30 000 logements dont les travaux n’ont pas été lancés faute de certitude sur les ventes, extension de la garantie des « prêts d’accession sociale », en relevant le plafond de ressources y ouvrant droit, faisant passer de 20% à 70% le taux des ménages pouvant y accéder). Cela sera probablement fait au travers du groupe SNI, filiale de la CDC, qui en tant qu’actionnaire lui a attribué une enveloppe de 200 à 300 millions d’euros en fonds propres. Investissement global envisagé ? Coût pour l’Etat ? Nous nous en tiendrons au chiffrage donné par le gouvernement.
 La Banque européenne d’investissements (BEI) va aussi mettre 30 milliards d’euros à disposition des banques pour aider les PME. La France en attend 3 à 4 milliards soit un milliard par an entre 2008 et 2011. La BEI se refinance par emprunt sur les marchés financiers.
 
Puis Nicolas Sarkozy a annoncé les dispositifs suivants :
· Le recours à la Société de prises de participations de l’État (SPPE), pour apporter 40 milliards aux banques qui en ont besoin. Ces opérations de renflouement passent par un mécanisme dit de « dette subordonnée ». Les banques vont émettre des titres, achetés par l’État. L’Etat doit débourser cet argent, mais il sera remboursé et percevra des intérêts, d’environ 8 % par an net (4% correspondant au taux des obligations d’Etat OAT à 5 ans plus 400 points rémunérant sa garantie). Sur ces 40 milliards, 10,5 milliards vont être rapidement débloqués par l’intermédiaire de la CDC aux six principales banques françaises et un milliard à la banque franco-belge Dexia.

L’autorisation de Bruxelles pour ce « guichet fonds propres des banques » est encore attendue à ce jour ...

Rappelons que le renforcement des fonds propres des banques est envisagé pour faire face à des problèmes de ratio de solvabilité qui sont imposés réglementairement aux banques pour que leurs fonds propres soient à la hauteur de leurs engagements (8%). Les pertes réalisées sur les subprimes ou induites (sur contreparties défaillantes elles-mêmes engagées sur les subprimes) venant réduire les fonds propres et mettre potentiellement ce ratio en défaut.
 
· La création de Société de refinancement des activités des établissements de crédit (SRAEC renommée publiquement SFEC), qui émettra des emprunts garantis par l’Etat et utilisera cette ressource pour prêter aux établissements de crédit. Au travers ce dispositif, l’État se portera garant d’emprunts, à hauteur de 320 milliards, réalisés par une société qui elle-même prêtera aux banques, remplaçant une source de financement interbancaire que les banques ne trouvent plus aujourd’hui sur le marché du fait de la perte de confiance due à la crise financière. La garantie de l’Etat ne nécessite pas une sortie d’argent (en tout cas pas tant que la garantie n’est pas exercée, ce qui se produirait si une banque à laquelle la SRAEC a prêté ne peut rembourser son prêt, occasionnant une perte pour la SRAEC si elle n’est pas compensée par la rémunération de risque que la SRAEC a inclus dans son taux aux banques). Le dispositif, initialement dénommé la Société Française de Refinancement de l’Economie (SFRE) est décrit par une proposition de PLF rectificative sur le site du Sénat (http://www.senat.fr/rap/l08-023/l08-0238.html ). De droit privé et détenu à 66% par les banques (l’Etat a une minorité de blocage de 33%), il n’aura pas la qualité d’établissement de crédit (pas soumis aux exigences réglementaires de capital) tout en étant autorisé à consentir des prêts et sous contrôle de la Commission bancaire. Cette société pourra émettre des titres (emprunts obligataires) garantis par l’Etat (garantie contre rémunération) sans que ce soit financé directement de la dette publique (donc sans impact sur les critères de Maastricht). Ces fonds seront ensuite prêtés aux banques contre des collatéraux (titres ou créances de qualité assurés en garantie) pour servir in fine à consentir des prêts à l’économie, aux particuliers et aux entreprises. Précisons que la rémunération de ces prêts garantis par l’Etat sera comme pour la dette subordonnée de la SPPE de OAT 5 ans+ environ 400 points de base soit de l’ordre de 8% par an. En attendant que soit émis des titres au nom de la SRAEC sur le marché financier, la CDC va avancer à la SRAEC un financement pour le moment de 5 milliards d’euros, pour une durée de un an. Bruxelles vient juste (le 31 octobre) de donner son accord à la mise en place de ce dispositif.
 
· Enfin le renforcement de la Caisse des dépôts et Consignations (CDC), que le gouvernement souhaite utiliser comme un « fonds souverain », dispositif logeant des participations publiques dans l’économie, afin de favoriser l’apport de capitaux aux entreprises, petites et moyennes, et notamment d’intervenir pour éviter que le capital des entreprises stratégique passe sous contrôle étranger ou soit l’objet de « prédateurs ». Environ 20 milliards (100 milliards annoncés initialement par L.Wauquiez) seront alloués à un fonds stratégique d’investissement, géré par la CDC et abondé à la fois par des ressources publiques et privées. 14 milliards d’euros d’actifs apportés à parité par l’Agence des participations de l’Etat et la CDC, auxquels viendront s’ajouter 6 milliards de cash pour commencer à investir (article des Echos du 4/12/08).

Sans oublier les interventions déjà demandées à la CDC (les 17 milliards d’euros pour les prêts aux PME ainsi que 5 milliards d’euros pour les collectivités locales). Ces engagements seront financés pour partie sur des ressources existantes (les 17 milliards pour les PME financés par les livrets d’épargne), mais dans ce cas devront se substituer à d’autres financements (qui sera sacrifié ?), ou être financés par recours à la dette publique.
 
Enfin, après toutes ces annonces en dizaines et même centaines de milliards, essentiellement en soutien aux banques, Nicolas Sarkozy a annoncé la création de 100 000 emplois aidés supplémentaires (par rapport aux 380 000 en 2008). Ce qui coûtera 250 millions d’euros et sera selon le gouvernement financé par « redéploiement des crédits mis en réserve de précaution », sans incidence sur le déficit budgétaire.
 
Quel besoin de financement et quel impact sur le déficit public ?

Il faut discerner dans les sommes annoncées celles qui donnent ou non lieu à sortie de fonds, à besoin de financement, ce qui n’est pas le cas des garanties (sauf au moment où elles sont exercées), et également distinguer ce qui sera financé par des fonds publics (par l’augmentation de la dette publique) ou des fonds privés (éventuellement garantis par l’Etat). Le gouvernement va essayer de minimiser les sorties de fonds publiques, privilégiant l’octroi de garantie sur des fonds privés et moyennant rémunération, tout en se devant de garder le contrôle des opérations (mécanisme de la SRAEC par exemple). L’augmentation de dette publique n’est pas elle-même un déficit, c’est la charge financière de la dette qui contribue au déficit public, qui lui-même incrémente l’encours de dette l’année suivante. En revanche, toute décision impactant les recettes fiscales ou les dépenses de fonctionnement de l’Etat a une répercussion direct sur le déficit public (c’est le cas de l’exonération de la taxe professionnelle).
 
Impact du plan sur la dette publique :

Le gouvernement n’a pas chiffré ou n’a en tout cas pas rendu public l’enveloppe globale envisagée pour le plan dont la partie devant faire l’objet de réelles sorties de fonds.
 
Si l’on essaie de chiffrer le réel besoin de financement, l’apport de fonds nécessaire à ces engagements, qui devrait se traduire par de l’émission de dette publique (OAT et bons du trésor, récapitulons :
· 11 Mds de remboursement de dettes de l’Etat aux entreprises, qui viennent d’être annoncés,
· 6 milliards à apporter sur les 20 milliards alloués au fonds stratégique d’investissement géré par la CDC.
· 17 milliards pour les PME : même s’ils sont pris sur les ressources des livrets, ces ressources qui allaient dans les caisses de l’Etat pour financer d’autres choses nécessiteront de financer ces autres choses par de la dette, sauf arbitrage,
·  ? (montant non annoncé) pour le rachat des 30 000+ 70 000 logements dont les travaux n’ont pas été lancés. Une hypothèse de 200 000 euros par logement en moyenne, cela fait en tout 20 milliards d’euros. Ces logements seront-ils ensuite revendus ou loués ?
· 40 milliards pour la SPPE, dont 10,5 milliards devraient être prochainement débloqués.
· 5 milliards de financement alloués aux collectivités locales via la CDC.
 
Le total s’élève à 99 milliards d’euros (11+6+17+20+ 40+5) à financer par de la dette publique, soit ajouté à une dette publique initialement prévue à 1250 Mds (65,8% du PIB), 1349 Mds, donc une dette publique s’élevant à 71% du PIB !
 
A titre de comparaison, la dette publique américaine hors placement en fonds de retraites (pour rendre le chiffre comparable à la France) est de 38% du PIB (voir article sur le sujet).
Cette dette publique accroîtra les charges financières, alourdissant le déficit public, qui lui-même incrémentera annuellement et durablement la dette.
 
Les émissions nouvelles d’emprunt d’Etat sont budgétées par le PLF 2009 à 165 milliards d’euros, visant en partie à combler le déficit public prévu dans l’année initialement à 52 milliards et pour l’autre partie le remplacement des anciennes obligations arrivant à échéance. Ce déficit devrait s’avérer pire encore suite à la récente aggravation de la crise, du fait d’une baisse des recettes fiscales, l’hypothèse de croissance passant de 1% à 0%). Même le financement attendu du RSA par prélèvement de taxe sur le capital de 1,1% ne devrait pas couvrir les 1,5 milliards espérés puisque les plus-values boursières et immobilières seront très faibles dans le contexte extrêmement baissier du marché en 2008 et encore probablement en 2009.
 
Il faut donc ajouter au chiffre de 99 Mds de dettes supplémentaire sur les 1250 prévus initialement l’aggravation du déficit public (il faut bien emprunter pour payer les intérêts ...), calculé ci-dessous entre 29 et 37 Mds, soit une dette finale comprise entre 1378 et 1386 Mds, donc entre 72,5% et 72,9% du PIB  !
 
Impact sur le déficit public :

Impact sur la charge financière de la dette publique :
La dépense publique annuelle sera durablement gonflée par la charge financière additionnelle de la dette accrue, encore plus de surcroît si les taux à long terme se tendent. 150 milliards à 4% reviennent à 6 milliards par an de charges supplémentaire (déficit), le double si les taux longs passaient à 8%.
 
Pour simuler le déficit public, il faut distinguer :
· l’impact direct des mesures sur le déficit public : l’exonération de la taxe professionnelle sur les nouveaux investissements par exemple, coûte un manque à gagner de 1 milliard d’euros (récurrent, annuel),
· l’impact indirect des mesures sur le déficit public, par l’effet de l’augmentation de la charge financière de la dette induite par les mesures d’investissement dans le plan de soutien, entre 6 et 12 milliards selon la confirmation des montants investis et selon l’éventuelle hausse des taux longs,
· par ailleurs l’impact de la récession annoncée, même limitée par ces mesures d’investissement. Notamment la baisse attendue des recettes fiscales suite à la révision du taux de croissance du PIB en France, prévu à 1% initialement dans le PLF 2009. Revu à 0,2%, le gouvernement envisage une baisse de recette entre 5 et 7 milliards d’euros. (dépêche de Associated Press du 20 octobre 2008 reprise par latribune.fr le 24/10/08). Le président PS de la commission des Finances Didier Migaud a estimé que les pertes de recettes "pourraient représenter jusqu’à 8,5 milliards d’euros" par rapport à l’estimation du budget 2009.

Il faut probablement ajouter à ces chiffres un manque à gagner sur les recettes fiscales attendues correspondant à la taxe de 1,1% sur le capital (plus-values boursières et immobilières) mise en place pour financer le RSA, chiffrée à 1,5 milliards d’euros avant l’effondrement récent de la bourse, car il faut espérer peu de plus-values dans le contexte actuel ...
 
· enfin l’impact du « dérapage » des dépenses que vient d’annoncer Nicolas Sarkozy, soit 15,5 Mds d’euros, en supposant que ces annonces sont complémentaires aux précédentes. Comme il annonce que le déficit initial était de 3,1 % alors qu’il était de 2,7% dans le PLFF 2009 initial (52 Mds), on peut conclure que le gouvernement a déjà décompté 6 Mds de plus dans le calcul de 3,1%, sans doute au titre des précédentes annonces, donc complètement sous-évaluées et que les 15,5 sont bien à compter en plus des annonces précédentes.
 
· Ceci sans compter la proposition que vient de faire le sénateur UMP Philippe Marini d’un amendement au projet du budget 2009 permettant aux particuliers de déduire les pertes enregistrées en Bourse en 2008 de leurs revenus imposables de 2009 ! Proposition qui, si elle est acceptée, fera encore baisser les recettes fiscales (de combien ?) en plus du manque à gagner espéré sur la taxation de 1,1% sur les plus-values pour le financement du RSA …
 
Ce scénario reste néanmoins encore trop optimiste car omet d’envisager de réelles dépenses publiques qui seraient entraînées par la défaillance d’établissements cautionnés par l’Etat, des entreprises bénéficiant du dispositif ou des ménages bénéficiant de la garantie d’accession à la propriété, ou bien par les frais ou pertes liés aux nouveaux engagements de l’Etat (pertes enregistrées par des établissements bancaires dans lesquels l’Etat a des participations par exemple).
 
Au total, partant d’une prévision de 52 milliard d’euros en 2009 (10 milliards de plus que prévu en 2008 par le PLF, dont 4 milliards expliqués par l’accroissement de la charge financière de la dette), on arrive à un complément de déficit entre 29 et 37 milliards d’euros, ce qui porterait le montant du déficit entre 81 et 89 milliards d’euros, donc sur base d’un PIB équivalent à 2008 à 1900 milliards, le déficit public/PIB serait compris entre 4,3 et 4,7% !
 

Documents joints à cet article

Les mensonges de Nicolas Sarkozy sur les finances publiques

Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • non666 non666 8 décembre 2008 11:17

    Qu’importe les faits et les chiffres, Marianne, l’important est de faire les annonces et de continuer à etre à la Une, tous les soirs, sur toutes les chaines.

    Quand la réalité sera moins présente, quand l’actualité sera moins riche, quand les journalistes( en reste t’il ?) feront le point des annonces et poseroint les questions qui fachent, il sera topujours le temps de declarer :

    Que voulez vous, que je vide des caisses qui le sont déjà ?......

    La communication est en train de primer la gestion, l’honneteté, la parole de l’Etat.
    Je dis communication parce que propagande , c’est encore associé aux dictatures, dans l’imaginaire populaire. Mais la perte de confiance du peuple dans la politique, dans LES politiques, dans les médias, dans les institutions de toute nature n’est pas envoie de s’ameliorer.

    Le sabordage de l’etat français se passe sous nos yeux, en direct, parce qu’a la tete de l’Etat nous avons des comploteurs. C’est notre 11 septembre a nous .
    Sauf qu’on acusera pas un Ben laen, qui n’a jamais existé comme menace qu’a Langley , au bureau de guerre psychologique, mais "le Marché" .

    Le marché qu’il faudra bien sur encadrer, avec des autorités non elues, choisies au sein des amis.
    Déja DSK au FMI, Lagarde et Sarkozy en france, Barroso en Europe nous montre du doigt le prochain deni de démocratie qu’il propose....

    Alors au milieu de ce chaos, faire le compte des promesses impossibles de sarkozy, c’est du petit lait.

    Vous comptez les brins de paille alors qu’il faut regarder le feu dans son ensemble.
    Cet argent qui disparait correspond aux dettes non solvables des etats unis et des banquiers qui ont financé le 11-09.
     


    • TSS 8 décembre 2008 11:23

      2006:dans 2 ans,plus un seul SDF ne dormira dehors !!

      début 2007 : il vaut mieux un peu plus de publicité à la television publique que pas de publicité du tout pour

      qu’elle puisse ameliorer ses programmes !!

      alors !les declarations de sarkho...pfuuu !!


      • Pasca£ 8 décembre 2008 11:26

        Les faits et les chiffres objectifs sont tres importants , c’est même pour cette raison que je suis contraint de m’informer sur Internet

        Tres bon article


        • LE CHAT LE CHAT 8 décembre 2008 11:28

          Ceci sans compter la proposition que vient de faire le sénateur UMP Philippe Marini d’un amendement au projet du budget 2009 permettant aux particuliers de déduire les pertes enregistrées en Bourse en 2008 de leurs revenus imposables de 2009 !

          faudra songer à un amendement pour pouvoir déduire des impôts ses mises au loto , au tiercé et au tacotac ! y’a pas de raison !  smiley


          • JL JL 8 décembre 2008 11:43

            @ Le Chat, une fois de plus nous sommes sur la même longueur d’onde. smiley

            Je propose que les taxes perçues par la Française des jeux soient annulées. Parce que si c’était déductible des revenus imposables, cela ferait cautère sur de pauvres jambes de bois. Les pauvres ne paient pas d’IR ! Seuls les riches en profiteraient. Comme c’est le cas pour toutes les niches fiscales.


          • Gilles Gilles 8 décembre 2008 14:40

            Ceci sans compter le coût du nouveau ministre pour organiser la relance puisque Lagarde a été jugée inapte : Devedjian

            Salaires de ces conseillers, de son staff, de lui même - les frais etc etc etc allez quelques millions/an


          • JL JL 8 décembre 2008 11:37

            Le président devrait être celui qui dirige le combat contre la déliquescence de la République. Celui-ci au contraire, surfe, sur la déliquescence de nos institutions quand il ne l’organise pas lui-même, pour se faire élire et reélire.

            La récente décision d’introduire une nouvele niche fiscale basée sur les pertes à la Bourse va dans ce sens : enrichir les riches parce que ce sont eux qui font l’opinion et le bonheur de notre industrie de luxe, et appauvrir les pauvres parce que ce sont eux qui achètent made in ailleurs, et ça c’est pas bien du tout dans ce contexte de globalisation.


            • max14z max14z 9 décembre 2008 02:33

              Le peuple ne doit pas obéir aveuglement a son président




              mais....




              Le président doit impérativement obéir au peuple....


            • TSS 8 décembre 2008 12:05

              @le chat

              les deputés sont tellement deconnectés de la vie réelle,la notre,que cet amendement passera comme une

              lettre à la poste ... !!


              • 1984 8 décembre 2008 13:43

                Ces parôles ne sont pas de moi mais de Marijane Miracle, les liens mênent vers le clip !
                Tout y est dit !!!



                Le livre de ta vie


                Je suis le livre de ta vie
                fais moi confiance
                donne moi la main
                je suis un magicien
                nous allons faire ensemble
                un long chemin

                Je suis le sens de ta vie
                tu peux m’appeler papa chéri
                si tu ne crois pas au paradis
                tu iras à Guantanamo

                Je suis l’unique vérité
                celle que tu aimes croire
                le garant de la liberté
                que tu manges dans ma main
                si tu te montres docile
                tout sera bien plus facile

                Je suis la main invisible
                qui fouille et farfouille
                dans tes poches
                je suis l’ayatollah du fric
                si tu ne crois pas au paradis
                tu iras à Guantanamo

                Je suis le loup qui t’observe
                la bave au dents
                mais n’écoute pas s’il te plaît
                ces fous du complot
                tu peux amener ton pot de beurre
                il pourrait bien être utile

                50 milliards de média
                over the world
                et tu vois...écoute
                c’est toujours ma voix
                si tu ne crois pas au paradis
                tu iras à Guantanamo



                http://www.myspace.com/marijanemiracle

                http://www.dailymotion.com/video/x7lj8h_le-livre-de-ta-vie_news

                http://www.marijane.fr/


                J’ajouterai d’autres parôles ;

                Aux armes citoyens !


                • Rune Rune 8 décembre 2008 13:46

                  Cet amendement ne passera pas. Mais le simple fait de le proposer est choquant. Lorsque j’ai entendu cette nouvelle, un mot m’est venu en tête : haute trahison.
                  Cela dit, merci pour cet article, il remet les idées en place.


                  • Le péripate Le péripate 8 décembre 2008 18:12

                     Pour être élu, il faut bien bien faire des promesses aux électeurs. Après, il faut satisfaire les lobbies, les syndicats, et conserver une chance d’être réélu. Dans ces conditions, il faut vraiment être naïf pour penser qu’un homme (femme) politique ne va pas bricoler avec les promesses, les analyses.

                    D’ailleurs, est-ce que quelqu’un a un nom d’homme politique qui ne ment pas ?

                    C’est ça, la démocratie... hélas.


                    • Marc Bruxman 8 décembre 2008 21:01

                      Oui enfin Sarkozy a suffisamment de Thune, il aurait pu se contenter d’un seul mandat, faire ses réformes et montrer aux Français que c’était un homme. 

                      Si il se fait virer au bout de cinq ans mais qu’il a fait des réformes il reprend son boulot d’avocat et il gagnera plein de thunes. La vie ne s’arréte pas la mais il sera au moins fier d’avoir fais ce qu’il y avait à faire plutot que d’avoir été la pantin de la raclure syndicaliste. 

                      Et puis je ne suis pas sur que les Français n’aient pas appréciés au contraire d’avoir un président qui fait ce qu’il dit. Les minorités auraient peut être couinées mais une fois mises au pas, elle n’auraient pas pesées bien lourd. Les gens respectent en général les forts. Les faibles se font marcher dessus. Alors si votre président est faible, il n’aura que le mépris. 

                      Margareth Tatcher l’a fait, les syndicats ont couinés comme un yorkshire qui se prend un coup de pied et puis on en a plus entendu parler. 


                    • Le péripate Le péripate 9 décembre 2008 00:16

                       C’est vrai, mais Tatcher l’a fait après que Major se soit planté. Comme s’il fallait acquérir de l’expérience, du savoir faire. On ne s’improvise pas démineur. Les travaillistes neo zelandais ont pu le faire aussi, mais juste après que les conservateurs s’y soient essayés. Notons qu’Obama reprends des gens de l’équipe Bush. 
                      On ne peut sans doute pas arriver comme ça, et dire on va libéraliser. Le politique est comme une bombe, il faut soulever le couvercle, et prendre le temps de regarder où vont les fils... Mais une fois les bonnes décisions prises, c’est sûr qu’il faut aller très vite, et ne pas reculer devant le conflit.


                    • max14z max14z 9 décembre 2008 02:28

                       smiley En d"mocratie, la politique est l’art de faire croire au peuple qu’il gouverne...




                      ON NOUS MANIPULE réveillez vous !!!!!!!


                    • Marc Bruxman 8 décembre 2008 20:54

                      Eh oui, on va soutenir l’automobile et le batiment en piochant dans les caisses des entreprises qui marchent. Ou comment se tirer une balle dans le pied !

                      Si les travaux ne sont pas lançés parce que les logements ne trouvent pas preneur, et bien cela veut dire que cela ne sert à rien de les construire. Ils sont soit mal plaçés soient ils coutent trop chers .

                      Pareil pour les bagnoles, si cela ne se vend pas, c’est que c’est trop cher. La Logan se vend bien, elle. 

                      En temps de reprise, Bouygues ou Renault ne rendront pas la thune. Alors comme toutes les entreprises soient ils s’adaptent soient ils crévent. 

                      Et Sarkozy ferait bien mieux de s’occuper de dégraisser l’administration et baisser le déficit que de se la jouer bolchevik de pacotille. Bientot, un Tshirt Sarkozy façon Che Guevara, tendence ! Hasta la Rolex Siempre !

                      On s’est débarassé du gauchiste chirac, on a camarade Sarkozy ! Il leur faut quoi a ces fils de putes de politocards pour qu’on ait enfin la mise à mort du mammouth administratif ? 


                      • max14z max14z 9 décembre 2008 02:22

                        pas besoin de lire toute ces"conneries", (sans aucune critique pour l’auteur de l’article) pour savoir que sarko ment...réveillez-vous les gens !!! smiley


                        • francois villon 9 décembre 2008 09:56

                          Moi, a l’occasion de la publication d’un article precedent, j’ai dit ce qu’il fallait faire. Agoravox a vite supprime mon commentaire.
                          Dans un pays, recemment, il ont mis un mois (un peu plus) pour virer le gouvernement. Ce qui ne veut pas dire que c’est mieux maintenant (cela est du au pays).
                          Si on faisait pareil en France, les politiques seraient bien obliges de se bouger.

                          Mais chut, on peut pas dire ce qu’on veut sur Agoravox.


                          • max14z max14z 9 décembre 2008 13:21

                            ba moi sa m’interesse ta solution, di la moi en répondant a mon commentaire stp,, ptet qu’agora est censuré, qui sait, mais hjpense pas et si c’est le cas rien a foutre !!!! te laisse pas abatre car ils ont supprimé ton article...si il l’ont fait c’est que ce dernier était considéré nuisible ( pour le gouvernement bien sur ^^,, alor insiste mon frère et fai moi par de ta solution...moi jproposerai kon aille tous vider nos comptes...jvous averti tout de suite que le problème c’est qu’il n’y aura jamais assez d’argent pour tout le monde, alors faites vite !!!!!!!


                          • JL JL 9 décembre 2008 10:06

                            Sarkozy disait : "je ne vous mentirai pas, je ne vous trahirai pas". Il maîtrise bien sa voix . En revanche son écriture le trahit, particulièrement quand il l’écrit : ceux qui ont conservé ses plaquettes de campagne peuvent le constater.

                            La seule promesse qu’il ait tenue est celle qu’il a faite, non pas aux Français mais à ses copains du Ritz avec qui il a bouffé le soir de son triomphe : le bouclier fiscal. De là on peut tirer la leçon :

                            les seules promesse que les politiciens tiennent sont celles qu’ils font secrêtement.


                            • Liberty 9 décembre 2008 10:32

                              Sans même aller vers les travers politi-chiens, regardons notre histoire :

                              -Dans la constitution les Présidents de la République (raie-publique ?) s’engagent à être au service de leur pays et des citoyens.

                              -En 2009, ils ne remplissent plus du tout ce rôle essentiel, ils sont au service d’intérêts privés internationaux, pour arriver à servir un tant soit peu leur pays au passage accessoirement...


                              - Il n’y a pas si longtemps cela aurait été jugé comme "intelligence avec une puissance étrangère", de la haute trahison punie par peloton d’exécution !
                              (hé oui, pas moins, ça a fonctionné comme cela depuis le début des civilisations)
                              Les mauvaises langues me diront que cette mesure n’est valable qu’en temps de guerre, mais nous sommes en guerre économique !


                              - Les multinationales en sont en prendre en otage les états .
                              Le système ne s’écroulera pas, les états en sont à faire du social pour les banquiers !

                              -D’un autre côté, ayez plus de 30 jours de découvert sur votre compte en banque et vous êtes fiché en incident bancaire .(interdit bancaire rapidement, plus le droit au crédit, sur-endettement inévitable)

                              -Prêter au taux du marché, quelle tromperie !
                              Essayez donc d’aller contracter un crédit sans justifier l’usage précis du dit crédit .

                              - "Monsieur, si vous voulez disposer de fonds pour en faire ce que vous voulez, c’est du crédit à la consommation. Donc entre 12 et 18% !"


                              - Donc les banques, ne disant pas l’usage précis de ces fonds devraient emprunter à 12% minimum !! !

                              Sans compter l’argent que les états donnent aux banques contre les intérêts de leur pays .

                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès