Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les paradis fiscaux au purgatoire ?

Les paradis fiscaux au purgatoire ?

Soupçonnée d’avoir aidé 52 000 américains à frauder l’impôt et confrontée aux menaces de l’administration Obama, la banque suisse UBS a dû se résoudre à fournir l’identité de certains de ses clients à la justice américaine. Le secret bancaire est battu en brèche, la Suisse tremble...

UBS Secret bancaire suisse

Les Etats-Unis soupçonnaient depuis quelques temps la banque suisse UBS d’avoir aidé certains ressortissants américains à frauder le Fisc. Quelques documents internes de la banque révélés samedi confirment largement cette hypothèse. Problème : pour enquêter, la justice demande l’identité des clients américains de l’établissement, ce qui constitue une attaque frontale contre le sacro-saint principe du secret bancaire garanti par la loi fédérale. L’affaire aurait pu en rester là.

Aux US, on ne badine pas avec l’impôt

Mais l’administration Obama est entrée dans la danse, menaçant de retirer sa licence d’exploitation au monstre bancaire. De son côté, le Tribunal administratif fédéral (TAF), saisi par huit plaignants, a purement et simplement interdit à UBS de transmettre ses données. Trop tard ! "Les données sont déjà à Washington", affirmait Alain Bischel, porte-parole de l’Autorité de surveillance des marchés financiers (Finma). En mauvaise posture financière, du haut de ses 13 milliards de pertes pour l’année 2008, la banque a dû s’exécuter dans l’urgence, livrant l’identité de 250 à 300 clients américains. Le ministère américain de la Justice exige maintenant qu’UBS livre des informations sur 52.000 comptes secrets identifiés par le fisc comme appartenant à des Américains, qui recèleraient près de 15 milliards de dollars d’actifs.

"Déclaration de guerre", pour La Tribune de Genève

La Suisse toute entière hurle au scandale et les Européens semblent se réveiller ; ce week-end, l’Angleterre et l’Allemagne ont jeté de l’huile sur le feu (du lac ?). Le ministre des finances britannique, Alistair Darling, s’en est violemment pris aux banques helvétiques. "Le secret qui permet aux gens d’abriter leur fortune sans payer d’impôts comme il se doit, on ne peut pas le tolérer", a-t-il déclaré, ajoutant que la Suisse devait s’amender si elle "veut faire partie de la communauté internationale". Curieusement, Darling aura oublié d’évoquer les Antilles britanniques et autres îles anglo-normandes, qui sont parmi les paradis fiscaux les plus obscurs et les plus actifs de la planète. Angela Merkel s’est aussi déclarée favorable à une politique de sanctions à l’encontre des paradis fiscaux. Même le Luxembourg a admis qu’il faudrait "peut-être redéfinir" le principe du secret bancaire.

La descente aux enfers des paradis fiscaux ?

Il aura donc fallu que la justice américaine s’en mêle. Quelques semaines de menaces auront "suffi" à lever un voile de ce secret bancaire, qui fait pourtant partie des secrets les mieux gardé de notre époque. Les conséquences sont énormes. Primo, la Suisse n’est maintenant plus une destination "sûre" pour les capitaux "litigieux", et les semaines qui viennent seront capitales pour l’avenir de l’économie bancaire du pays, à en croire les éditorialistes locaux. Secundo, les paradis fiscaux démystifiés, qui pourra empêcher les gouvernements de multiplier les pressions contre les "trous noirs" de la finance ? Hein... qui ?

Citation : "Un dictateur qui meurt, c’est une banque suisse qui ferme" (Anonyme sur France Inter - 4 Novembre 1996)


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Emmanuel Aguéra LeManu 23 février 2009 18:49

    Eh oui... Merci M. Obama !
    ...de démontrer aux européens que leurs incapables dirigeants possédent depuis des lustres les outils adaptés pour forcer la clarté bancaire des évadés fiscaux dont ils font mine de se plaindre. La question qui se pose donc est : Quel interêt avait donc cette classe dirigeante pour ne pas mettre un terme à cette escroquerie fiscale institutionalisée ?
    Le respect des institutions ? le secret défense, peut-être ?...
    J’ai posté un article là-dessus hiers soir sur AgoraVox ; Il serait un bon complément à votre exposé.


    • herve33 23 février 2009 18:50

      Il existe un autre cataclysme financier qui risque de plomber sérieusement la Suisse et aussi certaines grandes banques européennes qui ne devrait pas y survivre , c’est la faillite du système financier en Europe de l’Est . L’europe , et la Suisse aurait prétés 1700 milliards de dollars et rien que pour 2009 , il faudrait 500 milliards de dollars pour sauver les institutions financières de ces pays .

      Etonnant , on n’en parle pas dans les médias , mais soyez certain , c’est un cataclysme qui pourrait couler l’euro et aussi dévastateur que les Subprimes aux US . 

      Source : http://www.contreinfo.info/article.php3?id_article=2558


      • letuyauteur 23 février 2009 21:15

         Pour bien connaitre les balkans et avoir ete temoin de cette periode ou se recreerent certains etats je me permets d’apporter un temoignage. Ce qui m’avait etonne a l’epoque(juste apres les guerres de annees 90) c’est la rapidite d’installation des societes occidentales dans tous ces pays et entre autre certaines banques. Les populations de ces pays sorties d’annees de regimes socialistes , communistes , stalinistes etc... ont vu arriver des offres de credit revolving facilement accessibles . Rien que le parc automobile (qui est voyant ) a ete completement change , ils sont passes de la lada, tristar , fiat 128 , gigouline , a la mazda , mitsubishi , renault , peugeot etc...

        Comment expliquez vous que des gens gagnants 300 a 400 euros par mois puissent se payer des voitures a minimum 20000 euros ? c’est comme si un salarie francais gagnant 2000 net par mois demande au banquier de se payer une porsche a 100000 euros ! Aujourd’hui ces credits sont une catastrophe , le surendettement est a toutes les portes en europe de l’est . Comment croire que les banquiers ne savaient pas ce qu’ils faisaient ? 
        L’europe de l’est est une societe ou la culture rurale est encore tres fortes avec des terres tres riches , mais aussi extremement parcelisees appartenant encore a papie et mammie (plaines de slavonie orientale , plaines hongroises ) . Et voila comment les grands argentiers recupereront en un clin d’oeil des millions d’hectares de terres cultivables , parmis les plus fertiles du monde . 
        Un peu comme ce qui s’est passe au Tamil Nadu apres le tsunami , ou les pecheurs cotiers proprietaires de bandes de terre cotieres ont ete obliges de ceder leurs terres aux promoteurs immobilier , car ne pouvant plus pecher ils ne pouvaient plus rembourser leurs credits sur les bateaux.
        Meme chose en Europe de l’est , on fermera nos usines , on les mettra a genoux et voila , le tour est joue !
        bravo l’europe des nations desunis....

      • Fergus fergus 23 février 2009 18:52

        Puisse ce premier coup porté au scandaleux secret bancaire être suivi de beaucoup d’autres jusqu’à éradication totale de l’évasion fiscale illégale !
        Je ne le croirai toutefois que lorsque les effets en seront indiscutables et pérennes.


        • Emmanuel Aguéra LeManu 23 février 2009 19:03

          C’est à mon avis le premier réel séisme consécutif à cette crise qui commençait à tarder à se traduire dans les mécanismes financiers. Je n’ai jamais reçu autant de papier glacé me vantant tel ou tel placement... garanti... par mes impôts passés présents et à venir...
          Les Helvètes ne vont donc pas tarder à relancer chocolat, horlogerie et couteaux-suisses... vague de chômage à l’horizon...
          En tous cas, je me demandais par où ça viendrait, et finalement, le tour des évènement est assez rigolo pour l’instant.
          Je ne puis réprimer une certaine jubilation à l’idée de l’affolement qui doit aujourd’hui dans certaines chaumières... du XVI° arrondissement à Tokyo en passant par Brazzaville...
          C’est loin les Caïman ?


        • plancherDesVaches 23 février 2009 19:22

          Bien réfléchie, Fergus.
          Les paradis fiscaux américains et anglais ne valent pas mieux. Les centres off-shore, n’en parlons même pas.

          D’ici que la Suisse serve de sorcière dans la chasse....

          Un début de commencement de justice.... ? Un bit m’adoute.


        • Emmanuel Aguéra LeManu 23 février 2009 19:25

          J’epère que la modération passera mon article sur le sujet... On y est en plein. Vive Obama !


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 19:35

           J’aimerai bien comprendre en quoi le secret bancaire est "scandaleux". N’est-ce pas simplement le respect de la vie privée ? Alors, on s’insurge contre un fichier comme Edwige, et on trouve normal un fichier où on peut savoir ce que vous dépensez, avec qui, etc.... A quand l’obligation du port d’un badge avec son salaire écrit dessus. On marche sur la tête.


        • plancherDesVaches 23 février 2009 19:56

          Péripat(t)e, vous venez de mettre le doigt de votre patte là où ça fait mal.

          Jamais personne n’a envié mon salaire. Peut-être me suis-je mal vendu... ?

          Une justice serait que chacun soit rémunéré en fonction de ses compétences, et non sur l’exploitation de l’autre.


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 20:29

           Je me trompe peut-être, mais c’est déjà le cas en Suisse. Il est question de tout autre chose. L’administration, en France, sans motif, peut connaître tout sur votre compte. Est-ce normal ?


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 20:33

           Et, de plus, ne pas payer ses impôts est un délit, non un crime. Abus de langage révélateur d’une position idéologique.


        • plancherDesVaches 23 février 2009 20:58

          Bien sûr, Péripat(t)e, frauder le fisc, faire un montage Ponzi, exploiter le travail ou tuer des milliers de gens dans les pays pauvres n’est pas un crime.
          Ca n’est qu’un délit. Et encore.. s’il est assez bête pour se faire piquer lorsqu’il contourne un peu "trop" fort les lois.
          Et l’on voit alors que le libéral s’est AUSSI mis la justice dans la poche.
          Merci à lui.


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 21:05

           Frauder le fisc est un délit.
          Faire un montage Ponzi est recommandé quand il s’agit du système des retraites, un délit quand c’est un financier qui le fait.
          Tuer des gens est un crime.
          Exploiter le travail ne veut rien dire, c’est de la mauvaise économie marxiste.

          Il ne faut pas tout mélanger.


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 21:07

           Sur le travail et l’exploitation, Marx n’est pas tout seul à être dans l’erreur : il y a aussi Ricardo.


        • plancherDesVaches 23 février 2009 22:18

          Péripate,

          Comme disait un de mes profs d’économie, "lorsque l’on est puissant, on a pas besoin de transparence" (tiré des enseignements de Machiavel)

          Je vous classe maintenant dans la rubrique libéral et vous permets en ultime recours de revenir sur vos propos de dénigrement du travail face à la rente.


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 22:57

           Bien deviné ! smiley
          Quelle rente ? Le revenu tiré de l’investissement en capital de l’épargne ou le privilège obtenu de l’état par lobbying ou menace de grève ?
          La théorie de l’exploitation dérive d’une théorie erronée de la valeur, basée sur le travail. A part quelque dinosaures qui persistent dans l’erreur, la théorie généralement acceptée est le marginalisme, basée sur l’utilité.


        • K K 23 février 2009 23:04

          Peripate,

          Aux etats unis, frauder le fisc volontairement est un crime et non un delit.


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 23:18

           Vous avez peut-être raison. En droit, c’est la peine encourue qui fonde la distinction, et il est vrai que les pays diffèrent sur ce point. Il n’en reste pas moins qu’en français la distinction est morale. Et qualifier le fraudeur de "criminel" est un abus, qui fait juger moins grave le chauffard qui prend des risques avec votre vie que celui qui cherche à se protéger de la spoliation en trichant avec le fisc. On marche sur la tête.


        • Parpaillot Parpaillot 23 février 2009 23:25

          @ Léon & Péripate :

          Léon a écrit :

          " Il s’agit du refus de communiquer des informations qui intéressent la justice dans le cadre de procédures judiciares. "

          Inexact car :
          Le droit suisse distingue la "soustraction fiscale" ("oubli" de déclarer un revenu par exemple ) qui est sanctionnée par une amende administrative qui peut être très élevée mais qui ne constitue pas un délit pénal. En revanche, la "fraude fiscale" constitue quant à elle un délit pénal (établissement d’un faux bilan, établissement de fausses factures, détournement d’argent, argent de la drogue, corruption, etc.).
          Le secret bancaire suisse n’est pas absolu. Il peut être levé par l’autorité de surveillance helvétique des marchés financiers : la Finma, sur requête d’une autorité d’un pays tiers pour les délits pénaux relevant du droit suisse. Dans ces cas là l’entraide judiciaire est accordée systématiquement. Ces cas sont ceux énumérés ci-dessus (fraude fiscale, corruption, argent de la drogue, financement du terrorisme, détournement de fonds, etc.) en bref tous les délits combattus dans le cadre du GAFI ("Groupe d’Action financière") qui est un organisme intergouvernemental visant à développer et promouvoir des politiques nationales et internationales afin de lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. La Suisse est membre du GAFI.

          Il est donc tout a fait inexact, faux et abusif de prétendre que la Suisse protège l’argent de la drogue par exemple ...

          Le problème majeur qui se pose aujourd’hui à la Suisse c’est précisement cette distinction entre "soustraction fiscale" et "fraude fiscale", difficilement explicable, donc difficilement défendable ...

          Lorsque Péripate écrit :

          " J’aimerai bien comprendre en quoi le secret bancaire est "scandaleux". N’est-ce pas simplement le respect de la vie privée ? Alors, on s’insurge contre un fichier comme Edwige, et on trouve normal un fichier où on peut savoir ce que vous dépensez, avec qui, etc.... "

          Je me suis moi-même souvent posé cette question : Pourquoi en effet s’insurge-t-on contre le fichier Edwige - à raison selon moi - mais que l’on trouve scandaleux l’existence d’un secret bancaire ? Il y a là comme une incohérence ! Si vous combattez l’un, il faut admettre l’existence de l’autre car tous les deux procèdent de la même préoccupation : le respect de la sphère privée ...

          Il existe un fossé culturel entre la France et la Suisse quant à la notion du rôle de l’Etat et surtout des rapports entre l’Etat et le citoyen. En Suisse l’Etat est au service du citoyen et non l’inverse. Le citoyen y est responsabilisé et l’Etat n’y est pas omnipotent ...
          On ne peut pas comprendre l’existence du secret bancaire si l’on accepte l’existence d’un Etat fouineur, d’un Etat inquisiteur et omnipotent ...
          En Suisse, le fisc n’a pas accès aux coordonnées bancaires des contribuables, mais cette particularité n’en constitue pas pour autant un boulevard ouvert à la fraude fiscale. En effet, la fiscalité helvétique dispose de moyens spécifiques permettant de détecter les fraudes (fiscalité de l’épargne, impôt sur la fortune même pour des montants modestes, etc.). Il serait vain de les expliquer ici dans le détail ...

          Cordialement !


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 23:33

           smiley Merci de dire ces choses là avec tant de pondération et de conviction. Moi, il y a des moments où j’ai envie de mettre des baffes smiley Ca nuit à mon propos....... smiley


        • Kobayachi Kobayachi 23 février 2009 23:35
          S’ils veulent vraiment poursuivre les fraudeurs aux US, qu’ils commencent donc par balayer devant leur propre porte, c’est à dire aux Bahamas et aux Iles Cayman. Mais bon c’est le repère des banquiers et des Hedge fonds US, alors qu’en Suisse il n’y a que quelques riches américains qui sont des proies bien plus facile.

          En plus, pour info : l’impôt sur le revenu est anti-constitutionnel aux USA.
          L’IRS est une institution en complet désaccord avec les principes de la constitution US.
          http://www.youtube.com/watch?v=fFwJevCy0iw&feature=related

          Bientôt l’état viendra mettre une camera sous votre matelas pour voir si vous n’y avez pas planquer une pièce d’or !

        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 23:39

           Lisez le post de de Valmour, chère crapule collectiviste. smiley


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 23:41

           erratum.. de Parpaillot.


        • Le péripate Le péripate 23 février 2009 23:42

           Ah oui ? Il faudra que vous nous expliquiez alors quelle est votre théorie de la valeur, qu’on rigole un peu.


        • Parpaillot Parpaillot 24 février 2009 00:56

          @ Péripate :

          " Moi, il y a des moments où j’ai envie de mettre des baffes Ca nuit à mon propos....... "

          Vu l’heure, ça nuit plutôt à votre sommeil !

          Bonne nuit à tous !


        • Emmanuel Aguéra LeManu 24 février 2009 01:12

          Une médaille pour Léon et son "isophélime". Celle-là on ne me l’avait jamais faite. T’es roumain ou quoi ? Même google n’a pu me secourir...
          Tu peux traduire ?


        • sisyphe sisyphe 24 février 2009 06:03

          							par Le péripate 							 														 (IP:xxx.x53.173.212) le 23 février 2009 à 19H35 							 							
          							

          															
          							
          								 J’aimerai bien comprendre en quoi le secret bancaire est "scandaleux". N’est-ce pas simplement le respect de la vie privée ?

          Une nouvelle vanne du comique de service ! smiley
          Ben voyons !
          Et tout le fric gagné grâce à la drogue, c’est la "respect de la vie privée" des trafiquants de drogues, n’est-ce pas ? 
          Et tous les bénéfices soutraits à l’impot, c’est le "respect de la vie privée" des fraudeurs, n’est-ce pas ? 

          Et tu y penses quand au respect de la vie privée des simples citoyens, qui se voient préssurés, parce que des dizaines et des centaines de milliards sont soustrait aux budgets des états, obligés de liquider les services sociaux, de travailler beaucoup plus pour ganger moins, et juste survivre,pendant que des truands se gobergent de leurs milliards fraudés et placés, qui leur rappportent des fortunes, sans bouger le petit doigt  ? 

          Y a vraiment pas plus con qu’un libertarien ; c’est pas possible d’être vendu et cynique à ce point, parce qu’accroché à ses catéchismes d’un autre temps...

          Pétard, il faut vraiment souhaiter que tous les gens de ton école de pensée soient définitivement mis hors du circuit, avant qu’ils arrivent à provoquer l’explosion finale.

          PLus con encore que Séguéla ; faut le faire !

        • sisyphe sisyphe 24 février 2009 06:11

          							par farkanscheltabres 							 														 (IP:xxx.x62.85.179) le 24 février 2009 à 01H07 							 							
          							

          															
          							
          								Le Manu :"vive Obama !"
          L’obamania est une maladie mentale qui se répand pire que la peste.
          Yes we bêêê !
          Les idolâtres m’ont toujours exaspéré, et je ne suis pas croyant pourtant.
          J’espère que VOTRE TEXTE, qui vous excite tant, sera accepté, ce sera l’occasion d’une franche rigolade
          .

          Profitez -en ; rigolez ; manifestement, ça ne doit pas vous arriver souvent. 
          Moi, c’est CHACUNE de vos interventions qui me plonge dans un gouffre d’incrédulité ; comment peut-on être aussi systématiquement d’une bêtise absolue, sur tous les sujets  ? 
          Vertigineux.... 

        • Le péripate Le péripate 24 février 2009 06:26

           Ben voyons, Léon. Ou comment réintroduire par la petite porte la théorie de l’exploitation. "Il n’y a pas de valeur autre que le prix du marché, lequel n’est que le produit de multiples rapports de forces". 

          Il n’est pas besoin d"être économiste pour distinguer entre valeur et prix. Un bon dictionnaire suffit. Ensuite, vous faites un curieux amalgame, une sorte de "marché du rapport de force". Voilà assurément une démarche originale qui vous vaudra peut-être un jour un prix Nobel remis par Kim Jung II. Un marché de l’exploitation, en quelque sorte. Du neo post marxisme..... Mieux que des foutaises, de la crême de foutaise. smiley



        • Traroth Traroth 24 février 2009 10:57

          @Peripate : En fait, je viens seulement de comprendre le simplisme de votre idéologie. Vous refusez tout simplement les devoirs qu’impliquent les droits dont vous jouissez. Les entreprises, slon vous, ne devraient payer aucun impôt, mais continuer à profiter des services publics, les gens doivent pouvoir avoir une vie privée protégée contre toute curiosité, quitte à pouvoir l’utiliser pour frauder le fisc, etc. Ca n’est pas comme ça que ça marche. La liberté implique des devoirs.


        • Le péripate Le péripate 24 février 2009 18:48

           De la même manière que sa liberté s’arrête là où commence la liberté des autres, la vie privée est la règle jusqu’au point où la recherche d’un délit ou d’un crime le demande. 

          C’est dit, de toute les manières, sur tout les tons, par les intervenants libéraux sur ce fil. Mais les étatolâtres ne l’entendent pas de cette oreille. Contradictoires avec leur position libérales sur le fichage étatique quand cela concerne des données personnelles, concernant l’argent, ils veulent et rêvent d’une transparence égalitariste et absurde. Cette transparence qui est proche de l’inquisition. L’argent des autres intéressent les étatistes. Ils sont obsédés par l’argent.

          C’est qu’ils ont conscience que les besoins de l’état vont encore grossir. Il faudra payer les retraites ; "lutter contre le réchauffement " ; payer le chômage ; continuer à fournir les rentes des privilégiés de la pauvre démocratie ; payer la dette. 

          Et, éventuellement, s"il reste quelques menues monnaies au fond des caisses, assurer plutôt mal les missions régaliennes pour quoi il est légitime.


        • Kobayachi Kobayachi 24 février 2009 20:37

          C’est clair que le gouvernement aimerais revoquer le secret banquaire... ils aiment pas la concurence smiley
          En 1 mot : Clearstream

          http://goatmilk.files.wordpress.com/2008/05/ron_paul_desk.jpg


        • Le péripate Le péripate 24 février 2009 22:02

          Nous glissons tous les jours un peu plus vers une institutionnalisation d’une transparence totale qu’une relecture de 1984 d’Orwell permet de mieux remettre en perspective. 
          L’abandon du secret bancaire est en effet une étape importante vers une société de verre où tout le monde peut être informé de ce que fait tout le monde.

          Formellement, parce que ceux qui seront derrière les écrans de surveillance auront tout pouvoir sur chacun.

          L’état a faim. C’est la société qu’il dévore.


        • Traroth Traroth 24 février 2009 23:15

          Toute liberté a ses limites. La liberté de dissimuler ses faits et gestes aussi : quand il s’agit de contribuer au bien commun (l’impôt), il est normal de ne pas avoir le droit de dissimuler son patrimoine ou ses revenus.


        • Traroth Traroth 24 février 2009 23:17

          D’ailleurs, on peut facilement comprendre que cette liberté n’intéresse que les riches. Moi, je peux publier mon patrimoine, ça ne me dérange pas du tout ! Bernard Arnault, ça lui pose sans doute plus de problème...


        • Radix Radix 23 février 2009 19:23

          Bonjour

          La Suisse étant le plus vieux paradis fiscal de la planète elle n’en devient que le plus visible et le plus façile à atteindre à travers ses différentes implantations de banques dans le monde entier.

          Mais pour d’autres cela risque d’être plus difficile comme par exemple les iles Caïmans à moins d’y envoyer les marines.

          Je crains que cela ne soit qu’un os à ronger donner en pature aux populations pour les calmer un peu et que cela n’ai guère de suite. Il y a de fortes chance que cette poussée de respectabilité ne se cantonne qu’à UBS (banque déjà sérieusement ébranlée) et qu’elle ne serve de paravent pendant que ces messieurs remettent en route leur "économie" !

          Radix


          • ZEN ZEN 23 février 2009 19:24

            On est loin du compte..
            Et Jersey, les iles Caimans, etc... ?
            Fillon indiquait la voie. Chiche !

            « Des trous noirs comme les centres offshore ne doivent plus exister, et leur disparition doit préluder à une refondation du système financier international »(F.Fillon)

            Avec l’enfer de la finance dérégulée , verrons-nous disparaître les chers paradis fiscaux , ces piliers du capitalisme financier mais en même temps leur talon d’Achille ?...
            On nous le promet en haut lieu. Ce n’est pas la première fois que l’on s’en prend verbalement à ces instances stratégiques de la finance internationale
            Un voeu pieux, qui ne mange pas de pain...pour faire diversion ?

            Paradis ou enfers fiscaux ?

            Paradis fiscaux

            Dopage financier...

            Les paradis fiscaux( Par Christian Chavagneux et Ronen Palan)

            Au fait, le Luxembourg est bien un paradis fiscal...

            Les paradis fiscaux peuvent dormir tranquilles

            Nous n’irons pas tous au paradis...


            • sisyphe sisyphe 24 février 2009 06:14

              Et Clearstream ? 
              Bizarre ; on n’en n’entend plus parler...
              C’est secret-défense ? 


            • Parpaillot Parpaillot 24 février 2009 10:31

              @ ZEN :

              Vous citez l’ouvrage ci-dessous :

               Les paradis fiscaux( Par Christian Chavagneux et Ronen Palan)

              Sur un autre fil je vous avais communiqué un autre ouvrage digne d’être mentionné. Je remets la "compresse"  :

              " Le secret bancaire, La place financière suisse sous pression"  de Sylvain Besson, journaliste Suisse au journal "Le Temps".

              Pour les avoir lu tous les deux, le second - pas particulièrement complaisant avec la place financière suisse - est à mon avis beaucoup mieux documenté sur le secret bancaire suisse, beaucoup plus factuel, que le premier qui contient quant à lui passablement d’erreurs et d’imprécisions sur la Suisse ...

              Cordialement !


            • Emmanuel Aguéra LeManu 23 février 2009 19:31

              Archives...
              ..."J’ai pris la mauvaise habitude de souvent réclamer dans mes commentaires sur Avox
              l’invasion militaire conjuguée des paradis fiscaux et l’expropriation pure et simple des évadés du même nom..., comme gage de la sincérité de la classe politique internationale dans son urgente lutte contre la crise financière... ce qui serait la moindre des choses...
              Rassurez-vous, je le pense vraiment et suis prêt à partager cette opinion avec le plus grand nombre, s’il est d’accord.
              Cette mesure, bien coordonnée aurait en outre l’avantage non négligeable de diriger nos flottes dans la même direction et d’éviter ainsi de malheureux frais de réparations de kiosque ou d’aileron, avantage indiscutable dans un contexte d’économies fiscales"...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès