Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les Poussins, une escadrille contre le gouvernement

Les Poussins, une escadrille contre le gouvernement

Après les Pigeons, les Poussins. C’est ainsi que se sont surnommés les autoentrepreneurs en France, en colère contre le projet de réforme du gouvernement. Soucieux de protéger leur statut et l’esprit entrepreneurial, ils affrontent durement Sylvia Pinel, ministre chargée de l’Artisanat. 

A l’automne dernier, l’exécutif avait déjà essuyé une attaque de volatiles : les Pigeons. Ces derniers s’étaient insurgés contre l’alignement de l’imposition des revenus du capital sur ceux du travail. Bercy avait alors fait un pas en leur direction en revenant sur son projet de taxation à 60% des plus-values à la revente des créateurs d’entreprises.

 

Sylvia Pinel en difficulté

Aujourd’hui, ce sont d’autres drôles d’oiseaux qui se ruent sur Bercy, Matignon et l’Elysée : les Poussins. Ils désignent les autoentrepreneurs qui s’estiment floués par le projet de réforme de leur statut par Sylvia Pinel, ministre chargée de l’Artisanat. Ils usent de la même stratégie que leurs ainées, à savoir les réseaux sociaux, les pétitions en ligne et les médias participatifs, et semblent en bonne voie pour également obtenir gain de cause.

Fin mai, Sylvia Pinel annonçait donc la réalisation d’une promesse du candidat Hollande : la réforme du statut d’autoentrepreneur. Concrètement, la ministre de l’Artisanat propose de mettre en place un système à deux vitesses. Les autoentrepreneurs dont c’est l’activité principale ne pourront conserver ce statut indéfiniment et devront passer, à terme, au statut traditionnel d’entrepreneur. Tandis que ceux dont il s’agit d’une activité complémentaire pourront conserver le statut aussi longtemps qu’ils le souhaitent.

Le problème pour Mme Pinel est que ce projet de réforme mécontente à la fois les intéressés, et les artisans, qui ne se trouvent pas suffisamment protégés. Ces derniers jugent « déloyale  » la concurrence des autoentrepreneurs choisissant leurs métiers. Leurs professions seraient oubliées par le gouvernement dans sa politique de relance de la compétitivité.

Quant aux autoentrepreneurs, ils estiment qu’une telle réforme va les décourager de conserver ce statut et brider l’esprit entrepreneurial. « Les pistes de réforme proposées créent explicitement des entrepreneurs d’au-dessus et des entrepreneurs d’en dessous  », analyse François Hurel, président de l’Union des autoentrepreneurs (UAE).

Et la colère des entrepreneurs est alimentée par le fait que Sylvia Pinel n’ait pas tenu compte des recommandations du rapport sur les autoentrepreneurs, qu’elle avait pourtant elle-même demandé à l’Inspection des affaires sociales. Ce rapport proposait « d’accompagner l’autoentrepreneur dans la pérennisation et le développement de son activité  », sans préconiser de limitation de temps.

 

Des soutiens politiques et associatifs

Sous la pression des Poussins et du ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, Sylvia Pinel a dû préciser son projet de réforme. Les autoentrepreneurs réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 19 000€ par an dans les services, et supérieur à 47 500€ par an dans le commerce, et ce pendant deux années consécutives, devront quitter le régime pour adopter celui d’entrepreneur. « L’objectif du gouvernement est de faire du régime d’autoentrepreneur la première étape de la création d’entreprise  », a indiqué Mme Pinel.

Pas de quoi apaiser le courroux des Poussins. « La mise en place de la limitation du régime de l’autoentrepreneuriat dans le temps et dans le chiffre d’affaires, c’est la mort programmée de dizaines de milliers d’activités d’autoentrepreneurs  », a réagi l’UAE.

Toutefois, un terrain d’entente reste possible. François Hurel reconnaît qu’il est indispensable d’opérer une distinction entre les métiers de l’artisanat nécessitant une qualification et les métiers d’autoentrepreneurs n’en nécessitant pas. « Est-il nécessaire d’être électricien pour changer une lampe ? D’avoir un diplôme pour tondre une pelouse ou entretenir un jardin ? Il existe de nombreux menus travaux que les autoentrepreneurs bricoleurs peuvent réaliser. Ces travaux n’intéressent pas les artisans qui préfèrent des chantiers plus importants et plus rémunérateurs  », a-t-il expliqué.

Dans son combat, l’UAE s’est associé à Maria Nowak, fondatrice de l’Adie, l’Association pour le droit à l’initiative économique qui accorde des microcrédits à des travailleurs sans qualification ou au chômage pour leur permettre de créer un emploi. Selon eux, régler la question des qualifications résoudra tous les problèmes et ressoudera la grande famille des entrepreneurs.

L’UMP, par l’intermédiaire de son président, Jean-François Copé, s’est également prononcée en faveur des arguments des Poussins. M. Copé a déclaré « qu’il serait plus profitable pour tout le monde d’aider les entreprises à se développer, d’encourager l’emploi, afin d’en tirer un bénéfice accru en aval », plutôt que de « saigner à blanc  » les entreprises avec des taxes. Le président de l’UMP s’exprimait à l’occasion du colloque « Chômage record, et si on faisait enfin confiance aux entreprises ? », organisé par Génération entreprises – Entrepreneurs associés (GEEA), association dont il est membre, et qui est présidée par le député Olivier Dassault.

Les Poussins ne sont donc pas désarmés face au gouvernement. Ils disposent de nombreux arguments et de soutiens de poids, politiques et associatifs. De quoi mettre à l’épreuve Sylvia Pinel et Bercy, une nouvelle fois accusés de porter atteinte à la vitalité des entreprises.


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • arcrachatcredits arcrachatcredits 27 juin 2013 19:00

    Après les pigeons, les poussins et peut être les moineaux.

    Lorsqu’un moineau salarié a 1100 euros se fait facturer 20 euros frais d’incident de paiement sur son crédit révolving impayé + 8% sur la mensualité chez le preteur.

    Le moineau se fait croquer, chez moi par les chats, mais usagers le Moineau se fait plumer dans le vie tout court par les banques.http://www.arcrachatcredits.org/edito/art858-les-moineaux-emprunteurs-en-rachat-de-credits-apres-les-poussins-et-les-pigeons.html


    • aimable 28 juin 2013 00:00

      les grands prédateurs de ces volatiles sont les rapaces, accompagnés bien sur des charognards !!


    • kalagan75 28 juin 2013 09:13

      un jour peut-être verrons-nous des ministres nommés sur leurs expériences et leurs compétences ; cela nous évitera des sylvia, cécile, nadjat ...


      • eric 28 juin 2013 10:21

        Aucune chance. Terra nova dispose des sondages. Des qu’une personne est confrontée au risque, au progrès, au mouvement, a la créativité, elle vote tendanciellement a droite et ne présente donc aucun intérêt électoral pour ce gouvernement.
        Il faut se mettre a leur place. 60% de vote « pas a gauche » a tous les premiers tours. Pour arriver a élire un président raz des moustaches malgré tout, il faut désunir les droites et surtout collationner toutes les clientèles utiles a coup de fric public et de reformes sociétales. Ce travail pointilliste ne laisse ni le temps, ni l’énergie, ni l’argent pour s’occuper de l’économie, surtout quand elle vote mal.
        Z’auriez plus de chance en demandant un statu d’homo-entrepreneur parapublic...


          • piyou 28 juin 2013 15:01

            Merci pour les AE

            Un auto-entrepreneur de plus, c’est un demandeur d’emploi de moins. Une charge de moins et un actif de plus pour la communauté.

            L’auto-entreprise est un passeport pour l’entreprise : les jeunes osent commencer et les moins-jeunes continuent d’oser.

            Cdlt


            • aviso aviso 7 juillet 2013 10:34

              Nos créateurs de richesse et d’emploi sont en panne d’inspiration ?


              Les pigeons, les poussins et maintenant les dupés !!!!


              Le gouvernement est-il si méchant, qu’ils soient si nombreux à se plaindre...


              Qui les dupe depuis des années ?


              Leur Expert Comptable, leur Avocat, leur Banquier, leur Conseil de Gestion et leurs syndicats...


              Ils n’ont jamais su embaucher, former, gratifier leurs collaborateurs, d’où leur aigreur envers leur personnel en général !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès