Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les prémices d’une nouvelle économie de marché ?

Les prémices d’une nouvelle économie de marché ?

Pendant des années, libéralisme et dérégulation ont été les deux piliers du citoyen capitaliste, ce citoyen modèle qui se gorgeait de consommation à outrance et à crédit pour satisfaire tous ses besoins. A présent, les banques font faillite, les crédits sont bloqués, les entreprises agonisent, le chômage envahit les rues et l’assiette est vide ! C’est la panique à l’horizon ! Retour sur cette situation désastreuse et angoissante…

Et dire que ce sont des rires qui ont ponctué la déclaration de Nouriel Roubini, professeur d’économie, quand il a tenté, en 2006, de prévenir le Fonds monétaire international de l’arrivée imminente d’une crise de la solvabilité ! On s’offusquait même qu’il doute du bien-fondé du système bancaire alors en place… 2 années plus tard presque jour pour jour, les rires ont quitté les visages laissant la place à la peur et à l’angoisse…La crise se propage comme une traînée de poudre à tous les secteurs du système financier ! Un vent de panique américain semble balayer l’Asie et se propager jusqu’en Europe depuis la mi-septembre. Les prédictions de Roubini s’avèreraient-elles justes ? A qui la faute ?

A l’origine de ce vent de panique, l’économie américaine et la réalité d’une récession provoquée par la dépréciation mondiale des titres adossés à des crédits hypothécaires à hauts risque, les « subprimes ». La suppression de la loi Glass-Steagall en 1999 a signé l’arrêt de mort du capitalisme en permettant la fusion entre l’épargne des ménages et les capitaux spéculatifs et sa dérive. Ni les baisses successives des taux directeurs par la Réserve Fédérale Américaine, ni les aides financières distillées au secours des institutions financières, n’ont réussi à calmer les investisseurs. On n’achète pas d’action et on ne prête pas d’argent, devise de fourmi oblige ! D’où le déferlement d’une « tempête de peur » qui créé des victimes telles que la banque Lehman Brothers. S’ensuit une chute des dominos avec l’emportée à la volée de la banque d’affaires Meryll Lynch, d’AIG le géant de l’assurance, puis de Morgan Stanley…Finalement tous rescapés…

Mais la sécurité économique mondiale est au bord de l’agonie ! Au départ, résolument optimistes, des médecins du monde entier se succèdent au chevet de cette malade, chacun proposant de nouveaux remèdes. A coups de transfusions, ils tentent, à tours de bras, de cautériser les plaies, injectant par-ci, par-là, quelques milliards de dollars. Pendant que Berlin tente de remettre sur pied le spécialiste du crédit immobilier Hypo Real Estate, Bruxelles et Luxembourg sauvent les restes de Fortis, et Washington s’occupe de l’assureur American International Group…Mais l’économie mondiale reste sous perfusion… Il faut dire qu’elle souffre d’une hémorragie sans précédent, et faute d’un remède global de choc, pour la remettre sur pieds, elle risque bien de rester sur le carreau !

Espérons que le nombre des victimes collatérales sera minime… Déjà plombé par la crise et les inquiétudes, le baril de pétrole est tombé sous les 80 dollars ! La crainte collective se cristallise à présent sur l’économie réelle et les emplois. Et avec tous ces milliards de dollars injectés aux banques, le malaise s’amplifie autour des maigres promesses jetées en l’air pour résoudre la crise alimentaire… C’est peut-être le moment de revoir tous ensemble la copie du capitalisme sauvage et d’y ajouter une dimension sociale et environnementale ! La loi Grenelle tombe à pic ! Serait-ce les prémices de l’éclosion d’une nouvelle économie de marché ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 5 décembre 2008 19:02

     Qu’est-ce qu’il y a comme monde aujourd’hui à avoir prévu la criiiiise !

    Ah oui, le Grenelle comme nouvelle économie de marché.... très drôle. Tiens, par exemple, les normes d’isolation obligatoire et la lutte contre l’étalement urbain ..... vont rendre le logement encore plus cher et plus inaccessible, et faire faire plus de 50 km pour ceux qui ne trouveront pas de terrains rendus trop cher. Formidable la nouvelle déconomie....


    • Kalki Kalki 5 décembre 2008 20:30

      Oui vous avez surement raison si on continue à voir l’économie sur le cour terme (en d’autre mot : du profit tout de suite, un probleme une solution tout de suite en agissant sur des "causes" pour l’économie mais certainement pas les véritables causes, bling bling , bang bang).

      Alors que surement avec du long terme nous n’aurions pas eu de crise.

      Qu’est ce qui vous permet de croire que l’on ne peut "vivre mieu" sur le long terme, sans pour autant croire comme les politiques actuels, que l’économie (et son accumulation comme pouvoir) soit critère de "bien commun" pour ces "citoyens" ( et ses amis dans les entreprises).


    • c.d.g. 5 décembre 2008 20:41

      la lutte contre l etalement urbain va faire conomiser de l argent car :

      - moins de besoin d infracstructure (route, egout, ligne electrique/telephonique)

      - moins de depense pour les trajets

      quand aux prix des terrains, l explosion de la bulle immobiliere va s occuper de les faire baisser en France comme aux USA


    • Cites 5 décembre 2008 20:45

      Tu prèfères un monde couvert de béton et d’autoroutes ou les seuls végétaux seront des champs de sojà transgénique ??? donne tes propositions pour préserver l’environnement, ça serait interessant comme débat.

      On a justement une occasion unique de revoir totalement nos modes de fonctionnement.

      Le télétravail devra être développé et réduira de facto les déplacements. La rénovation urbaine et les économies d’énergie sont un moyen de relancer la filière du BTP avec des emplois non délocalisables, et de la R&D à orienter dans ce domaine.

      Je ne vois pas en quoi ce genre de chose est un problème. Quand au prix de l’immobilier, on est en pleine déflation.... alors si ça permet de ralentir un peu la chute.... pourquoi pas.







    • Marc Bruxman 6 décembre 2008 03:02

      							

      															
      							
      								Tu prèfères un monde couvert de béton et d’autoroutes ou les seuls végétaux seront des champs de sojà transgénique ? ? ? donne tes propositions pour préserver l’environnement, ça serait interessant comme débat.

      Si c’est ca ou la décroissance, oui je préfére le monde couvert de béton et largement. La décroissance c’est du Adolphe Hitler version XXIème siècle. 

      On a justement une occasion unique de revoir totalement nos modes de fonctionnement.

      Non non, tu vois elle est super cette crise, parce qu’au bout de 6 mois de récéssion, tu va voir les gens ils ont voudront plus du tout de ta décroissance et des trucs pseudo écolos. 

      Et pour les propositions, c’est très simple, la recherche scientifique ca a toujours marché. Les bagnoles consomment de moins en moins et émettent de moins en moins de merde. Ca c’est du concret. Alors qu’avec ces crétins d’écolos intégristes, on en serait à se geler les burnes en vélo, cultiver nos tomates sur le balcon et pédaler pour avoir du courant (comme en Corée du Nord). 

      Le télétravail devra être développé et réduira de facto les déplacements.

      Il se développera de lui même quand la technologie sera prête. Et il se développe déja mais de façon imprévue. On se déplace plus au contraire et pendant qu’on est en déplacement, on est connecté aux serveurs du bureau pour communiquer avec le reste de la team. 

      La rénovation urbaine et les économies d’énergie sont un moyen de relancer la filière du BTP avec des emplois non délocalisables, et de la R&D à orienter dans ce domaine.


      Oui sauf que justement la filliére du BTP est une énorme émettrice de gaz à effet de serre. Ce qui est rarement pris en compte dans les calculs des écolos intégristes et autres Ben Laden de l’écologie. 

      Alors oui vas y on va péter des immeubles pour les reconstruire ca fera de l’emploi. Méthode de staline, tu construit un mur, tu le péte, tu le reconstruit ! Ca fait de l’emploi !

      Quand au prix de l’immobilier, on est en pleine déflation.... alors si ça permet de ralentir un peu la chute.... pourquoi pas.

      Ca ne va rien ralentir du tout parce que c’est inapplicable. Est ce que l’état va expulser les gens qui sont déja proprios de leur logements ? Non ! Sinon il devra dédomager ou on retrouvera la tête des fonctionnaires sur des piques. Non l’état va imposer un éniéme diagnostique de mes couilles qui engraissera deux ou trois cafards d’organismes certifiés. Passer ce diagnostique permettra aux gens de louer leurs logement plus chers vu que les locataires en auront besoin pour prétendre à la CAF ou autres aides à la cons. Et bien je vais te dire, ca sera refacturé direct dans les loyers, et c’est toujours les mêmes couillons qui vont payer la folie régulatrice. Cela dit ca tombe bien c’est les mecs qui sont demandeurs, ce qui prouve bien qu’ils ne sont pas pauvres pour rien, ils sont cons comme des balais et demandent leur propre suplice. 

      Oh oui état fais moi mal ! Fais semblant de taper mon proprio pour qu’il me tape ! Oooohhhh ouiiiii ! Sort un gros fouet ! Oh plus fort ! Plus dé régulation ! ! !

      Et puis comme on ne pourra plus voyager parce qu’une pissotière écologiste aura foutu une taxe sur les billets d’avion on ne s’appercevra plus qu’ils vivent bien de l’autre coté du monde. Alors on se lamentera, "ah les salauds de capitalistes ! c’est leur faute !". Et pendant ce temps à Shanghai, d’autres hommes a-priori plus fous mais dans les fais moins tarés que nous seront pétés de thune. Et je ne suis pas sur qu’ils aient trop de compassion pour un peuple qui s’est niqué lui même. Cela dit, ceux d’entre nous qui sommes diplomés, on a de la chance, on pourra se barrer et émigrer légalement ailleurs. 

      Les gens n’ont que peu de compassion pour les suicidés. N’attendez pas que l’aide alimentaire de l’étranger vienne sauver un monde occidental tellement con qu’il s’est cru capable de transformer le monde des hommes en monde des bisounours. Si on finit par crever de notre décroissance, de notre régulation et de notre infame bétise, on l’aura bien cherché. Mais d’autres dans le monde y gagneront. Tant mieux pour eux, tant pis pour nous. 

      Insistez quand même pour que vos enfants apprennent les langues étrangères, ils en auront bien besoin. 





    • Cites 6 décembre 2008 10:08

      Je ne vais pas te faire de cour d’économie car tu t’y connais bien mieux que moi, en revanche en matière d’environnement et de changement climatique tu es complètement largué....

      Tu me fais penser aux economistes qui face à la crise financière nous sortent à tour de bras "on pouvait pas savoir...." alors qu’ils ne voulaient tout simplement pas entendre ni étudier les scénarii de crise qui apparaissaient dès 2006...

      Face aux changement climatique et à la reduction de la biodiversité, c’est exactement pareil.... Tout les scientifiques qui travaillent dans ce domaine annoncent le cataclysme à venir mais les décideurs et économistes de ton espèce ne veulent pas entendre.... et après tout ils sont tranquilles et ils s’en branlent c’est dans 50 ou 100 ans que le pire va arriver... et d’ici là ils auront eu le temps de se faire un max de fric pour se payer une baraque bien à l’abris... les autres générations pourront bien crever et se démerder (tu me dira c’est aussi une forme de décroissance....) .

      Je ne suis pas un adepte de la décroissance, on peut faire mieux et vivre mieux sans avoir à ravager la terre sur laquelle nous vivons.


    • Marc Bruxman 6 décembre 2008 14:36

      @Cites

      Je dis juste que c’est justement par la croissance et l’innovation que l’on améliorera la situation, pas par la peur de tout ce qui nous entoure comme on l’entend trop de la part de certains écolos skizofrènes. 

      On veut moins de gaz à effets de serre, mais pas de nucléaires, ce n’est qu’un exemple. On geule dès que l’on parle même de faire des recherches sur le nucléaire pour améliorer la technologie. 

      Or effectivement si on ne règle pas les problèmes, on va crever. Mais ce n’est pas en mettant des régulations dans tous les sens que l’on va améliorer la productivité et donc dégager ce qu’il faut pour la recherche. 

      Pourquoi dépenser des fortunes pour détruire et reconstruire alors que l’on peut se contenter de modifier les normes sur les constructions nouvelles ? 

      Pourquoi ne pas déja mettre des ampoules économiques partout (bon ok c’est en cours mais on a attendu longtemps) ? Il suffit d’attendre que les précédentes grillent et c’est fait. Pas besoin d’une politique active de mise à la poubelle de l’existant qui au contraire est anti-écologique. 

      Et concernant les bagnoles quand on voit les progrès continus en matière de consommation énergétique, on se dit qu’il y a certainement mieux à faire que de mettre sans arrêts des batons dans les roues à cette industrie. Le prix du pétrole à la pompe est un argument que tout le monde comprend !

      Le gros défaut de l’homme c’est de se prendre pour Dieu. Et la dessus, le politique est champion toute catégorie. Alors que l’on pourrait évoluer lentement au fur et à mesure des besoins, il se croit parfois investi d’une mission sacrée. Et cela a toujours conduit au désastre. Cf les plans quinquénaux des bolcheviks qui n’ont conduit qu’à la famine parce qu’on ne peut rien prévoir. 

      Je suis le premier à faire gaffe à ce que j’achète sur un plan personnel, mais de grâce n’imposez pas ce qui n’est pas sur, le marché fera son boulot en temps et en heures. Il le fait déja. 


    • Cites 6 décembre 2008 20:06

      @ Marc,

      En fait on est presque d’accord sur tout.

      Je suis "ecologiste" (pas au sens politique du terme) et favorable au nucléaire pour la raison que tu évoques. Egalement d’accord sur les ampoules basse conso (mais c’est un détail effectivement....

      En revanche, je pense qu’il faut bloquer le développement de l’étalement urbain pour maintenir une continuité écologique entre les populations animales et végétales. De même la construction de toute infrastructure hydrolique doit être pensé pour permettre la continuité écologique du cours d’eau. 

      L’étalement urbain nous coûte une fortune en cable électrique ,en assainissement, en infrastructure routière (et maintenant tout le monde veut le haut débit à la campagne... moi le premier !!!! ). Les Stations d’épuration se retrouvent toutes sous dimensionnée à cause de l’explosion démographique (en particulier pendant l’été dans le Sud...) avec par exemple comme résultat économique de voir chaque année l’étang de Thau crever sous les algues toxiques..... et ses conchiliculteurs pleurer... (je passe sur les polutions des eaux et sur l’effondrement des stock de poissons...)

      Je préfère donc effectivement détruire l’immobilier ancien (surtout du XXème siècle), énergivore et souvent mal agencé pour construire des habitats collectifs de petite taille. Par exemple je trouve que la ville de Stuttgart est un assez bon modèle en matière de développement urbain. Pas de gros immeubles façon banlieu où toute la misère est concentrée mais des habitations de 4 ou 5 étages maximum et au final c’est une des villes les plus densément peuplées au regard de sa superficie (et en plus très agréable à vivre).


    • Marc Bruxman 6 décembre 2008 02:41

      Prenez des calmants si vous flippez trop !

      A présent, les banques font faillite, les crédits sont bloqués, les entreprises agonisent, le chômage envahit les rues et l’assiette est vide ! C’est la panique à l’horizon ! Retour sur cette situation désastreuse et angoissante…

      Bon alors oui des banques font faillite (pas toutes), d’autres profitent de la panique et de l’incurie de nos gouvernements pour se renflouer. Des entreprises agonisent (pas toutes la encore) et d’autres vont bien. Apple continue de vendre, même si les prévisions sont moins bonnes qu’avant, Google aussi, et globalement il y a plein de boites qui continuent de marcher. Oui GM va couler et alors ? Ils avaient de mauvais produits c’est avant tout pour cela. 

      Le chomage envahit les rues ! Oulah keep cool. Oui il y a des chomeurs en plus, comme à chaque crise. 

      L’assiette est vide ? Vous avez fumé ? 

      Ouvrez les yeux, oui c’est la merde, oui ca tangue sévére. Mais au final, le monde continue de tourner. 
      D’ici deux à trois ans l’économie sera plus forte comme après chaque crise et la thune coulera à flots. 

      Et puis franchement cette crise pour les entreprises bien gérées qui n’abusaient pas du crédit, c’est une aubaine. Quand je vois certains de mes concurrents qui fesaient du dumping grâce à la présence de crédits faciles sur les marchés vous ne pouvez même pas imaginer ce que je trouve cette crise bienvenue. Et franchement j’espère que l’état ne va pas prolonger leur agonie. On revient vers une économie plus saine ou ceux qui savent faire le boulot et qui possédent la technologie vont reprendre une partie du pouvoir qu’ils avaient perdus. Et bien quelque part c’est super bienvenu. 

      La les mecs qui cassaient les prix parce qu’ils avaient eu du gros financement et qui en profitaient pour vendre à perte afin de se faire des parts de marchés et se faire racheter ensuite et bien ils sont tous en train de remonter leurs prix pour ne pas couler dans les 6 mois. Et ben je vais vous le dire, c’est vraiment super bien ! ! !



      • Rétif 6 décembre 2008 13:44

         1°)Si on restreint la surface des villes, le monde ne sera donc pas béronné, au contraire

        2°) Le principe de l’économie libérale n’implique rigoureusement pas le laxisme du crédit, alors qu’on dit toujours bien que "l’argent ne va qu’aux riches " ! Mais, au contraire une attention minutieuse : on ne prête justement pas à n’importe qui ! Cela n’est pas du libéralisme, et on sait très bien que la crise actuelle résulte de dictats du gouvernement Clinton et non d’un fonctionnement normal du marché qui aurait, tout seul, dérapé en ce qu’on veut appeler "économie financière", comme si la finance était devenue réellement indépendante du marché, Du moins, ceux qui veulent comprendre !


        • Marc Bruxman 6 décembre 2008 14:48

          				

          								
          				
          					 1°)Si on restreint la surface des villes, le monde ne sera donc pas béronné, au contraire

          Cela va se faire tout seul ! Si les villes se sont étalées c’est encore une fois nos politiques qui l’ont voulu. A chaque fois que les politiques touchent à quelque chose, ils font de la merde. 

          La création de Marne La Vallée, Sénart et toutes les villes nouvelles en lointaine banlieue parisienne ce n’est pas le marché qui les as voulu. C’est encore des crétins de politiques qui ont cru changer le monde et qui n’ont pas fais gaffe aux conséquences. La première n’étant d’ailleurs pas écologique, mais qu’on se fait chier comme un rat mort dans ces villes nouvelles, qu’on a tous les inconvénients de la grande ville (bouchons, RER pété, ...) sans les avantages (culture abondante, commerces, forte densité de population, ...). 

          Alors oui re-densifier c’est super, mais cela se fait naturellement. Si les crétins politiocards arrétent de nous pondre des plans d’urbanisme et autres merdes, arrétent de subventionner les transports vers la lointaine banlieue créeant ainsi une distortion du cout de la vie (Eh oui vous vivez en Zone 5 ? Non seulement vous n’avez pas de transports en communs décents, mais votre carte orange est over-subventionnée par rapport aux chanceux qui sont en zone 1 et 2). Alors oui si on cesse de distordre le marché, les gens vont retourner au centre ville, le vrai cout du transport rendant le surloyer bien plus tolérable. 

          2°) Le principe de l’économie libérale n’implique rigoureusement pas le laxisme du crédit, alors qu’on dit toujours bien que "l’argent ne va qu’aux riches " ! Mais, au contraire une attention minutieuse : on ne prête justement pas à n’importe qui ! Cela n’est pas du libéralisme, et on sait très bien que la crise actuelle résulte de dictats du gouvernement Clinton et non d’un fonctionnement normal du marché qui aurait, tout seul, dérapé en ce qu’on veut appeler "économie financière", comme si la finance était devenue réellement indépendante du marché, Du moins, ceux qui veulent comprendre !

          Oui d’accord la dessus, bien que si il est vrai que le couple Clinton / Greenspan a commencé dans l’art des manipulations de marché c’est bien George "doublemerde" Bush qui en est passé maitre avec des chèques envoyés par le fisc aux américains pour qu’ils consomment et des greenspanneries sous forme de taux d’intérêt à 1% . 

          Eux encore, ils ont cru qu’ils pouvaient planifier l’économie, éviter des crises et controler le monde. Mais les politocards nous ont mis dans une belle merde. Et la vous allez voir tous les démocrates faire King Kong à l’unisson : "ouais on a sauvé General Motors !". A quel prix ? On va faire payer toute l’amérique pour des bagnoles de merde que les américains ne veulent de toute façon pas acheter. Ils préférent acheter Toyota, Honda ou autres et on les comprends. Mais bon c’est pas grave, ceux qui bossent dans des industries qui marchent vont payer pour que les américains aient encore l’illusion d’avoir une industrie automobile. Pour qu’ils aient l’impression que le gouvernement leur ait évité la création de deux millions de chomeurs alors que tous ces milliards, ponctionnés aux contribuables manqueront à des industries qui font des produits que les gens veulent acheter !

          Si les politiques avaient enfin interdiction de toucher à l’économie, on vivrait largement mieux ! Et il faudrait qu’ils comprennent enfin que le meilleur moyen pour qu’il n’y ait pas de comage, c’est de produire des produits que les gens veulent acheter à des prix adaptès au marché. Tout le reste, c’est de la branlette. 


          				

        • Rétif 6 décembre 2008 18:44

          Z’ ont pris au sérieux l’humoriste, Alphonse Allais, qui leur avait suggéré de bâtir les villes à la campagne !
          c’est que faut pas les prendre au mot, hein ! Depuis Marx, ils croient tout ce qu’on leur dit !

          Quant aux Américains, ils ne savent plus trop, depuis Roosevelt, s’ils sont libéraux. De toute façon, ils s’embrouillent un peu dans les définitions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Lubiline

Lubiline
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès