Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les privilèges du dollar

Les privilèges du dollar

Voici un texte qui rappelle les privilèges du dollar, qui, avec l’instabilité actuelle de cette devise, conduisent la plupart des pays à vouloir la remplacer par une autre.

À un moment clé de la crise économique internationale, où la survie du dollar étasunien en tant que devise de référence du commerce international est en question, il est bon de rappeler les avantages extravagants que cette position exceptionnelle a rapporté aux USA au cours des 65 dernières années [soit depuis le traité de Bretton Wood en 1944].

Ces privilèges n’ont pas été pour rien dans l’extraordinaire essor de ce pays, qui en a profité au maximum pour atteindre sa position hégémonique actuelle. La contestation de ces privilèges, même si on n’en parle peu, s’ajoute au reproches d’instabilité sur laquelle l’ensemble de la planète s’appuie actuellement pour chercher à remplacer le dollar le plus rapidement possible, par une nouvelle devise mondiale indépendante de tout pays en particulier.

C’est pourquoi nous publions aujourd’hui le texte suivant, extrait d’un livre édité par l’institut Aspen de France en 2008, aux éditions “ Autrement ”, de la page 152 à la page 156.

 
Présenté par :
 
MULTIPOLAIRES
 Wang Xiangsui
 

Le dollar procure aux États-Unis d’énormes bénéfices en tant que monnaie principale de règlement et de réserve dans le système monétaire interna­tional. Alors que presque tous les pays du monde doivent proportionner leurs dépenses à leurs recettes, les États-Unis n’y sont pas tenus. Ils demeu­rent le plus grand pays consommateur en dépit d’un double déficit com­mercial et budgétaire.

 

Bien sûr, l’économie mondiale n’est pas un jeu à somme nulle où les gains de l’un entraînent les pertes de l’autre. Le système économique dominé par le dollar, tout en bénéficiant aux États-Unis, rend possible le maintien de la prospérité et de la stabilité dans beaucoup d’autres pays, y compris ceux de l’Europe et le Japon. Il convient d’ailleurs d’ajouter la Chine et l’Inde à la liste des bénéficiaires au cours des vingt dernières années.

 

Ce fait ne peut néanmoins dissimuler l’injustice du système : tout fonctionne en effet autour des intérêts d’un seul pays. Si l’économie américaine connaissait un problème, les États-Unis pourraient transmettre la crise aux autres éco­nomies par des moyens financiers. Ainsi de l’accord du Plazza, signé par le Japon dans les années 1980 à l’incitation et sous la contrainte des États-Unis, qui englua l’économie japonaise dans dix ans de stagnation. En outre, des spéculateurs financiers américains amassent des profits en attaquant le marché par des outils dérivés financiers de leur conception, ce qui conduit nombre de pays à la crise économique. Clairement, le système monétaire du dollar, chaise à un pied, n’est pas en mesure de maintenir à long terme l’équilibre nécessaire à un développement stable du monde.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Capone13000 Capone13000 9 octobre 2009 14:31

    Chronique des principaux empires à travers le monde tout au long de l’histoire, datant leur émergence et leur chute :

    Assyrie (859-612 AVANT JÉSUS CHRIST) : 247 ans de règne.
    Perse (538-330 AVANT JÉSUS CHRIST) : 208 ans de règne.
    La Grèce (331-100 AVANT JÉSUS CHRIST) : 231 ans de règne.
    La République romaine (260-27 AVANT JÉSUS CHRIST) : 233 ans de règne.
    L’Empire Romain (27 AVANT JÉSUS CHRIST - 180 A.D.) : 207 ans de règne.
    L’Empire Arabe (634-880 A.D.) : 246 ans de règne.
    L’Empire Mamelouke (1250-1517 A.D.) : 267 ans de règne.
    L’empire Ottoman (1320-1570 A.D.) : 250 ans de règne.
    L’Espagne (1500-1750 A.D.) : 250 ans de règne.
    La Russie Romanov (1682-1916 A.D.) : 234 ans de règne.
    La Grande-Bretagne (1700-1950 A.D.) : 250 ans de règne.
    Les Etats-Unis (1790-2009 A.D.) : 219 ans et en cours.*

    *Durée du règne de l’Amérique en utilisant les années écoulées depuis les Guerres post-Révolution.


    • Internaute Internaute 10 octobre 2009 09:56

      Rome est fondée aux environs de 750 avant Jésus-Christ et termine officiellement sa course à la chute de Constantinople le 29 mai 1453. Avec des hauts et bas, Rome aura quand même duré 2.200 ans.


    • Carl 10 octobre 2009 16:52

      @l’internaute


      2200 ans, rien que cela ! Il va falloir nous expliquer !
      Ce n’est pas parce que c’est un article classé dans la rubrique « économie » que l’on peut raconter n’importe quoi concernant l’histoire !
      Carl

    • le fil de Jupiter le fil de Jupiter 10 octobre 2009 16:55

      Bahh,

      si on parle de la 3eme Rome, pour certain elle a jamais existé, pour d’autres elle est pas encore là et pour d’autres elle est là depuis toujours, avec ça on est pas sorti de l’auberge... gauloise !


    • Internaute Internaute 11 octobre 2009 09:34

      Rome est fondée le 21 avril 753 avant Jésus-Christ.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Romulus_et_R%C3%A9mus

      L’Empire romain d’Occident s’éffondra le 4 septembre 476[3], étant donné que c’est la date à laquelle Romulus Augustule fut contraint à abdiquer par Odoacre. L’Empire Romain D’Orient ou l’Empire Byzantin continua d’exister jusqu’en 1453 avec la prise de Constantinople par le Turc Ottoman de Mehmed II. C’est la raison pour laquelle, il est difficile de donner une date exacte pour la fin de l’Empire.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_romain

      (1.453+750)=2.203 ans

      Même en ne regardant que l’empire d’occident, (476+750)=1.226 ans.

      L’auteur taille court et prend des petits bouts. La république par ici, l’Empire par là et même dans ce cas sa date de fin semble bien trop courte puisque le général romain Aetius conduisait les gaulois (dont Mérovée) contre Attila en 400 et quelque.


    • ZEN ZEN 9 octobre 2009 14:57

      Article très clair
      Fin d’ d’empire ?
      En tous cas, ça empire
      Un automne lourd de menaces, si l’on en croit certains observateurs us


      • plancherDesVaches 9 octobre 2009 15:53

        Oui, mais...
        Malgré que des FAITS deviennent visibles,
        http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2832
        « Détroit : Scènes de chaos dans les files d’attente de l’aide sociale »

        Le cowboy standard n’est pas encore descendu de cheval et est persuadé que superman va forcément le sauver.

        Et ils « semblent » plus en train de reporter la faute sur Obama...Comme c’est facile.

        Et avec son éventuel remplacement, ils pourraient avoir deux possibilités dont un dictateur qui aime l’argent et un dictateur qui aime la guerre.
        Des lendemains qui chantent...


      • GreenGarden GreenGarden 9 octobre 2009 16:48

        Formule attribuée au secrétaire américain au Trésor, John Connaly : « The dollar is our currency and your problem », « Le dollar est notre devise et votre problème » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Dollar_américain)


        G.

        • yoananda 9 octobre 2009 17:17

          Exact, a un bémol près :
          ce système n’est pas au profit des USA, mais de la FED et WallStreet ...
          Le reste du pays récolte quelques miettes de même que l’Europe et les autres vassaux de la FED.


          • GreenGarden GreenGarden 9 octobre 2009 23:53

            Au sujet de la FED (organisme privé) : DE LA CRÉATION DE LA RÉSERVE FÉDÉRALE AMÉRICAINE À L’ENDETTEMENT DES NATIONS (http://www.lepost.fr/article/2009/03/03/1442724_de-la-creation-de-la-reserve-federale-americaine-a-l-endettement-des-nations.html)


            G.

          • Antoine Diederick 9 octobre 2009 19:46

            bonsoir, et pour quitter avec soulagement, l’actualité récente, que tout le monde connait.....

            ...enfin, parlons du dollar. Le dollar pourrait se déprécier par rapport à l’euro. La rumeur dit :« Ce sera voulu ». Cela donne a penser de vendre vite fait du dollar...

            mais ce n’est pas mon propos, un dollar faible pourrait-il profiter économiquement aux USA ?


            • ffi ffi 10 octobre 2009 14:12

              Le dollars a été fondé suite à la révolution américaine, issue d’une conspiration internationale de Benjamin Franklin, afin de fonder un pays libre de toute oligarchie, dans la lignée des conceptions républicaines de penseurs comme Leibniz.

              Suite à cette révolution, le dollars a été pensé comme un outil au service du développement des populations, et, pour ce faire, la constitution américaine l’a établi comme devant être absolument contrôlé par le pouvoir politique. En utilisant l’émission de crédit (à très faible taux d’intérêt), les USA ont utilisé le dollars pour diriger la construction de leurs infrastructures économiques. En 150 ans, les USA ont atteint le niveau de développement le plus élevé jamais atteint.

              Evidemment, pour ces messieurs les banquiers, utiliser un signe monétaire pour édifier des biens communs (une république) est une hérésie, la seule utilité de la monnaie à leurs yeux étant de faire le maximum de profit (une domination impériale).

              Le problème des oligarchies financières pourrait-être la constitution américaine et spécifiquement cet article obligeant un contrôle politique de la monnaie. Au delà du dollars, ce serait la constitution américaine l’énorme problème. Si un tel cadre d’analyse est correct, des choses devraient être tentées pour la changer.

              En effet, il ne faudrait pas qu’un nouveau plan Marshall soit possible... Pendant les 30 glorieuses, la France avait adoptée le même fonctionnement (la Banque de France étant sous tutelle politique), les résultats furent un développement inouï : réseaux d’eau, d’électricité, chemins de fer, hôpitaux, ... Las, Pompidou, ancien Banquier, par la loi 73-7, publiée au JO officielle du 4 janvier 1973 a « interdit » ce fonctionnement. Choix qui s’est prolongé avec Maastricht et Lisbonne. Conséquences ? La république française s’oblige à emprunter sur les marchés à obligation, contre taux d’intérêts (i.e. l’intérêt public paye une taxe à l’intérêt privé), donc hausse exponentielle de la dette (pas de loi 73-7, pas de dette) + fin du développement d’infrastructure. Quelle fut la raison pour laquelle Pompidou décida cela ? Mystère.

              Il faut noter qu’aux Etats-unis, depuis 1913 (création de la Fed), le dollars est contrôlé par les intérêts privés, ce qui est inconstitutionnel. Le problème vient entièrement que le dollars, monnaie de réserve mondiale, est contrôlé par les intérêts privés. Changer de monnaie de réserve ne changera rien si celle-ci est aussi contrôlée par les intérêts privés (FMI, Banque Mondiale dont les dirigeants sont cooptés).

              La seule alternative, c’est de proclamer que l’intérêt public est supérieur aux intérêts privés et donc de donner la possibilité à toute nation de pouvoir émettre des crédits sans s’endetter pour pouvoir diriger leur développement. A partir de ce moment-là, il pourra en être finit avec ces dettes qui enchaînent tous les pays à toujours payer d’avantage aux usuriers internationaux. Le FMI et la Banque Mondiale, n’étant là à l’origine que pour équilibrer les balances monétaires au niveau international, non pour dicter les politiques des nations.

              Le problème n’a donc rien à voir avec la monnaie, mais provient entièrement de la manière dont elle est utilisée : A quelle fin : privée, publique, spéculation, investissement, domination ou développement ?

              Le problème ne vient pas forcément des institutions, mais peut-être de la manière dont elles ont été corrompues et utilisées à des fins criminelles.
              Avant de tout changer, il serait souhaitable de faire un véritable état des lieux (enquête judiciaire) sur la corruption des instances internationales.

               En effet, au cas où ceux qui ont été les maîtres du système auraient voulu in fine le détruire pour aboutir à un système qui leur serait plus favorable, ce serait pour eux une victoire tandis que pour les peuples, ce serait une capitulation en rase campagne. Ce serait surtout particulièrement idiot de tout changer sans un minimum d’enquête au préalable pour connaître ce qui est responsable de la crise. Est-ce un problème d’institution ? Est-ce un problème de corruption ? Est-ce un problème de criminalité ? Il n’y a pas une once de réponse à ses questions. Pas la moindre enquête n’a été faite.

              Ce n’est pas sans rappeler la crise bancaire de 1907, orchestrée par Morgan aux Etats-unis dans le but de parvenir à instaurer aux USA une Banque centrale de type « libérale » (propriété des intérêts privés), la Fed, ceci en illégalité de la constitution américaine, sous l’argument que cette création mettait à l’abri pour toujours des crises monétaires : c’est de toute évidence un gros mensonge, vu le rôle de la Fed dans la crise.

              Ce qui est sûr, c’est que la dernière constitution à proclamer la nécessité d’un contrôle politique public de la monnaie, c’est la constitution américaine. Il ne faut pas négliger ce fait.

              Le problème est donc de savoir qui contrôle la monnaie et à quel fin elle est utilisée au niveau international. L’est-elle pour le développement des pays ou bien pour la domination des pays ?

              Il me semble que la réponse ne fait pas l’ombre d’un doute.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès