Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les ravages de la désindustrialisation

Les ravages de la désindustrialisation

Il y a deux attitudes principales face à la désindustrialisation de notre pays : ceux qui s’en lamentent mais ne font rien pour changer quoique ce soit et ceux qui s’en félicitent carrément. Heureusement, une troisième voie commence à se faire jour.

Les arguments des partisans de la désindustrialisation

Une économiste d’Harvard et de l’école d’économie, Julia Cagé, a expliqué dans la Tribune qu’il n’est pas grave de voir les activités industrielles de faible valeur ajoutée quitter le pays du moment que nous investissons en recherche pour développer des industries à forte valeur ajoutée. Elle reprend l’exemple de l’Allemagne, qui délocalise une partie de ses composants en Allemagne de l’Est. Elle s’appuie également sur la répartition de la chaîne de valeur, citant le cas de l’Iphone d’Apple.

En effet, un article très intéressant de la Tribune démontre que si le téléphone d’Apple était responsable à hauteur de 1,9 milliards de dollars du déficit commercial entre la Chine et les Etats-Unis en 2009, en réalité, à peine 3.6% de la valeur ajoutée est réalisée en Chine contre 34% pour le Japon, 17% pour l’Allemagne, 13% pour la Corée et 6% pour les Etats-Unis, qui empochent théoriquement, en outre, l’essentiel des bénéfices réalisées par l’entreprise Apple.

Georges Kaplan, collègue de Causeur, a signé deux papiers sur la désindustrialisation. Dans le premier, il souligne que la production industrielle a progressé de 26% depuis 1990, même s’il admet que certains secteurs se sont effondrés. Il souligne que les salaires dans l’industrie sont plutôt bas et qu’il est finalement content que l’avenir de nos enfants ne soit pas dans une mine ou derrière une machine à tisser, mais plutôt derrière une planche à dessin ou dans un laboratoire.

L’impérieux besoin d’industrie

Mais leur raisonnement présente de nombreuses limites. Le cas de l’Iphone n’est guère convaincant car la situation des Etats-Unis est totalement déséquilibrée avec un déficit commercial colossal qui n’est financé que par des achats massifs de bons du Trésor par l’Asie. Et le modèle Allemand n’en est pas un car on ne pourrait pas répliquer leur politique à l’échelle de la planète (les excédents commerciaux équilibrant les déficits) et sa croissance est faible sur le long terme.

Plus globalement, les déséquilibres commerciaux jouent un rôle majeur dans les déséquilibres économiques du globe puisque les pays qui ont de forts déficits commerciaux doivent les compenser par un fort afflux de capitaux étrangers. Il n’est pas inintéressant de constater que trois des pays avec les plus forts déficits (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Espagne) ont connu une énorme bulle financière, démontrant que cet afflux de capitaux pose de graves problèmes.

En outre, il faut savoir que le commerce des services ne représente que 20% du commerce des biens. Donc, sans industrie, il est impossible d’équilibrer ses échanges extérieurs… En outre, il ne faut pas oublier que la part de l’industrie dans notre PIB s’est effondrée. Et depuis 2000, notre pays a perdu 500 000 emplois industriels. Pire, la filière automobile est véritablement sinistrée puisque la production locale a presque baissé de moitié de 2005 à 2009. La chute de l’industrie Française ne s’est vraiment accélérée qu’à partir du milieu des années 2000, comme l’atteste l’évolution de notre déficit commercial.

A l’opposé, la plupart des pays qui réussissent veillent à maintenir une base industrielle, au cœur du modèle de développement asiatique. Plus de 95% des voitures vendues au Japon, en Corée du Sud ou en Chine sont produites localement du fait de diverses barrières commerciales. A ce titre, il est très intéressant de noter l’évolution de la politique de l’Argentine, qui a redynamisé sa production par la dépréciation du peso, et qui veut développer son autosuffisance, comme le montre Yann.

Comme le dit Slovar, a réalité de la désindustrialisation, c’est le chômage, et aussi des déficits commerciaux qu’il faut bien équilibrer en faisant appel à des capitaux étrangers. Ainsi, elle est porteuse de graves déséquilibres économiques et d’une dépendance vis-à-vis de l’extérieur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 19 mars 2011 15:03

    Allons même plus loin. Les fondamentaux de l’industrialisation ont été mis en place en 1776 par Alexander Hamilton POUR BATTRE l’Empire britannique qui voit dans l’industrialisation son pire cauchemar.

    J’ai expliqué ces origines épistémologiques ici.


    • Marc Bruxman 19 mars 2011 16:22

      Et le modèle de développement des pays asiatique est il reproductible ?

      Comme vous le dite, l’essentiel de la Valeur Ajoutée n’est plus réalisée sur les lieux de production et ce n’est pas valable que pour l’iphone. De même que si vous achetez un kilo de tomates, l’essentiel de la VA est réalisé par Carrefour, par le grossiste et par Rungis, pas par l’agriculteur qui l’a cultivée. Cela ne nous empéche pas de manger à notre faim. Pour l’industrie on sait qu’il va en être pareil. Elle va devenir peu visible mais toujours essentielle à notre vie.

      Et cette abondance de biens industriels nous permet justement d’investir dans les services qui sont consommés localement et participent à notre bien être. C’est un stade supplémentaire du développement. On achéte plus des biens mais un service complet. Vous n’achetez pas une Freebox pour vous connecter à internet, vous achetez un service et on vous donne une freebox comme support de ce service.

      Quand aux questions de balance commerciales, elles ont d’autres causes. La Chine est le dernier pays « développé » dont l’économie est massivement basée sur l’industrie. Or, le poids de l’industrie en Chine a commençé à décroitre et une économie de service se met en place comme ailleurs. Si nos balances commerciales ne s’équilibrent plus c’est que des pays entiers qui s’étaient endormis se réveillent et se mettent à se développer. Il faut partager le gateau et donc forcément on y est perdant jusqu’à ce que tout cela s’équilibre.


      • c.d.g. 19 mars 2011 21:06

        la chine n est pas le seul pays basé sur l industrie. L allemagne l est aussi
        On melange 2 choses :
        Economiquement on peut tres bien imaginer un pays hi tech avec uniquement des bureaux d etude et ferait produire ailleurs
        par contre, socialement ca serait une sacree catastrophe : car ceux qui seraient incapble d aller dans ces fameux bureaux d etude seraient soit rmiste ou torcheraient les culs des vieux rentiers

        etant personnellement ingenieur dans le high tech, je suis de toute facon septique sur le concept du « sans usine ». Alcatel s y est brule les ailes. J ai personnellement vu combien il etait important d avoir les producteurs (bien que sous traitants) pas tres loin. Qu il s agisse de communication ou de reparer un loupé, c est appreciable

        Pour finir, je signale que les chinois ou indiens veulent aussi avoir les bureaux d etudes et porduisent des masses d ingenieurs (surtout la bas, ingenieur c est une promotion sociale, en france, un gars doue va faire finance, medecine ou commercial mais surement pas de la R&D) . et donc que d ici 20 ans il ne restera rien en France. Ni les usines, ni les bureaux d etudes
         


      • Leo Le Sage 20 mars 2011 19:49

        Par c.d.g. (xxx.xxx.xxx.86) 19 mars 21:06
        Une usine non, mais des petites entreprises (micro usine on va dire), il y en aura toujours...
        Un garage par exemple.

        Ces personnes qui sont dans les bureaux d’études il faut bien qu’ils mangent, qu’ils trouvent des nounous, des hôpitaux, etc...

        Alcatel ?
        Stratégiquement Alcatel ne peut pas tout délocaliser pour des raisons de qualité, de secrets, et même de maîtrise du process...
        Lorsqu’on délocalise quelque chose de trop technique sans l’accompagnement nécessaire il y a peu de chance que cela marche.
        Je ne parle même pas des problèmes culturels qui sont très différents ne serait-ce qu’entre la France et la Chine, l’atelier du monde dit-on.


      • dolecologie 19 mars 2011 18:32

        Quel est le prix d’un kg d’Iphone ? Aux alentours de 1000€ (prix hors taxe départ usine). Le prix du transport est donc faible par rapport au prix global. La théorie de Me Cagé n’est valable que dans ce créneau de produits high tech puisque le prix de l’énergie s’achemine petit à petit vers son vrai prix : ce vrai prix est celui des énergies renouvelables, du temps où l’on coupait son bois, où le cheval était sur le pré. Mis à part l’énergie hydaulique (mais les barrages ont détruit des vallées), le prix des pollutions, des morts dans les mines de charbon etc, ont été reportés sur d’autres postes budgétaires ou sur les générations suivantes (stockage des résidus radioactifs, réchauffement climatique).
        Dans tous les autres cas, la théorie de Me Julia Cagé ne tient pas la route parce que ne prend pas en compte tous les coûts.


        • Leo Le Sage 19 mars 2011 18:41

          Il faut déjà commencer par légiférer contre la financiarisaton de l’économie.
          En clair, il faut déjà réglementer les transactions financières.

          Chose qui prendra encore du temps.
          (lisez aussi le Hors Série n°87 d’alternatives économiques : très intéressant)


          • Ferdinand_Pecora 19 mars 2011 19:22

            Légiférer contre la financiarisation de l’économie, cela veut dire empêcher La City de siphonner les Etats-nations via Wall Street.

            Se déroule une bataille en coulisses au niveau international pour faire fermer Wall Street. Cela s’appelle le Glass-Steagall Global. Je vous laisse découvrir tout cela.


          • Georges Kaplan Georges Kaplan 19 mars 2011 23:21

            Laurent,

            Le fait que la balance commerciale française soit déficitaire n’a aucune espèce d’incidence sur la richesse de notre pays. Aucune. Voir, par exemple Bastiat sur ce sujet.

            « la part de l’industrie dans notre PIB s’est effondrée. »

            N’exagérons rien : 16% du PIB en 1949, 15% en 2009 (chiffres de l’Insee).

            Tss, tss, tss


            • Leo Le Sage 20 mars 2011 19:53

              "N’exagérons rien : 16% du PIB en 1949, 15% en 2009 (chiffres de l’Insee)"

              Hmmm...
              1949 et 1945, c’est un peu trop proche...

              Si vous avez des chiffres sur l’évolution cela stoppera toute polémique vous ne croyez pas ?


            • vin100 21 mars 2011 16:48

              L’article est gentil, plein de bonne volonté, mais pour moi, plein aussi d’éléments ou d’ affirmations contradictoires.

              "Et le modèle Allemand n’en est pas un car on ne pourrait pas répliquer leur politique à l’échelle de la planète (les excédents commerciaux équilibrant les déficits) et sa croissance est faible sur le long terme."

              Soit on fait le pari de l’Industrie (le choix de la production de technologies, ce qui n’empêche pas de faire aussi des choix volontaires dans l’Agriculture ) et alors le modèle Allemand, ou Japonnais reste un modèle (en terme économique ), les difficultés de ces pays venant d’un ensemble d’autres facteurs (dont la natalité).

              Soit on choisit une autre voie, mais laquelle ?

              L’ Article ne le dit pas et les autres tentatives sont pour le moment des échecs.
              Alors que faire ?


              • jean56 11 avril 2011 12:53

                Je suis très étonné de voir que les collectivités territoriales sont oubliées dans la liste des acteurs du développement industriel. Par ailleurs, la taxe professionnelle a des effets contreproductif sur le développement industriel puisque ces mêmes collectivités ne veulent plus accueillir ces industries, justement à cause des conséquences de cette réforme. je vous recommande la lecture de ce blog il donne une autre lecture du sujet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès