Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les riches ne créent pas la richesse

Les riches ne créent pas la richesse

A force de nous asséner que les riches nous sont indispensables, on avait fini par le croire. Il faut dire que les médias appartiennent tous peu ou prou à ceux qui nous racontent de belles histoires ; à ce titre on remarquera que les classes les plus fortunées et en particulier les cadres dirigeants, qui sont payés par les premiers, cette faction représentant moins de 5 % de la population, occupent environ 80% du temps d’antenne à la radio comme à la télévision, ce qui leur permet de chanter une douce mélodie avec ces fameuses ritournelles sur la protection des plus riches qui seraient aussi indispensables à la prospérité de tous que l’eau le serait à la survie de la forêt, ainsi soit-il.

Distribuez la fortune de Bernard Arnault, 42 milliards d’€ aux 10 millions de personnes les plus pauvres, en lui laissant tout de même de quoi vivre les vingt ans qui lui restent ( il est agé de 63 ans), c’est à dire 1 milliards d’euros, soit 50 millions par an, soit 137 000 € à dépenser par jour, ça laisse de quoi se payer quotidiennement une baguette de pain avec une tranche de jambon de Parme, de payer sa maison de retraite puis de planquer le reste aux Bermudes ou à Zermatt, pour mettre sa descendance à l’abri des intempéries.

Il nous reste donc à distribuer 41 milliards d’€ à 10 millions de personnes, une paille, soit 4 100 euros par personne, ce qui en moyenne représente 5 mois de revenus pour cette tranche de population. Que croyez-vous que ferons ces dix millions d’heureux ? Ils dépenseront illico ce pécule qui sera automatiquement redistribué dans l’économie réelle pas la virtuelle de la City. Evidemment cette démonstration ne vaut qu’à la marge, on comprend bien que le patrimoine ici en cause ne pourrait se monnayer de la sorte, en effet il est en grande partie constitué d’actions du groupe LVMH qui ainsi distribuées permettraient simplement aux nouveaux bénéficiaires de recevoir une rente annuelle. Il n’en demeure pas moins indiscutable que ce partage apporterait une énorme bouffée d’oxygène à une société sclérosée par l’accumulation des richesses entre quelques poignées de rentiers.

Quant à dire qu’Arnault est un grand manager, il n’est que de se pencher 5 minutes sur la façon dont il a construit son empire pour comprendre qu’il a surtout fait montre d’opportunisme en ayant démarré en reprenant la boite de construction de son père. Ce qui n’est pas le meilleur moyen de partir de rien, on en conviendra. Sans oublier d’évoquer la chance qui se présenta à lui de pouvoir profiter du conflit existant en son temps entre les familles Louis Vuitton et Moêt Hennessy pour reprendre aux forceps un bijou commercial à peu de frais.De même, comment avaler sans s’étrangler la fable de la formidable ascension du groupe LVMH qui serait due uniquement à l’intelligence managériale de son chef sans parler des milliers de travailleurs aux doigts d’or du groupe du luxe français, eux qui sont sa véritable pépite ? 

Voici comment Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, explique le rapide accaparement des richesses par la meute des oligarchies financières, depuis une trentaine d’années :

Quel est, selon vous, le prix économique de l’inégalité ?

Il faut comprendre d’abord que la richesse de ceux que j’appelle les 1% est souvent la conséquence de distorsions »économiques, comme les monopoles, la puissance des banques ou la capacité des dirigeants à profiter des faiblesses de la loi pour augmenter leurs propres revenus… Autant de choses qui rendent l’économie moins efficace, parce qu’elles créent des inégalités fondamentales : l’argent est capté par les plus riches, au détriment des plus modestes. Comme ceux qui sont en haut de l’échelle utilisent une moindre part de leurs revenus que ceux qui sont en bas, cela signifie une demande plus faible, et donc, au niveau macroéconomique, une économie plus faible. 

Cette situation est-elle due, d’après vous, à un défaut de l’Etat, qui ne fait pas ce qu’il est censé faire ?

Oui. Pourquoi l’inégalité est-elle plus forte aux Etats-Unis qu’en Scandinavie, alors qu’on est dans le même système d’économie de marché ? La grande question, c’est la façon dont on façonne les marchés à travers l’action politique. Surtout que l’inégalité économique entraîne l’inégalité politique. L’argent parle plus fort : un dollar, une voix. C’est particulièrement vrai aux Etats-Unis, où les campagnes électorales sont financées par des contributeurs privés. »

Autant dire que les riches profitent d’un système à leur botte, constitué de lobbies, pour accumuler et bafouer les règles les plus élémentaires de la solidarité. 

Alors si l’on ne peut simplement imaginer de spolier les actionnaires, ne peut-on imaginer des règles simples de partage des richesses faciles à mettre en œuvre ? De Gaulle y avait songé, De Funès en avait effleuré l’idée.

Rappelons-nous de la fameuse règle des trois tiers annoncée par le précédent menteur, feu De Funès et bien vite enterrée : les bénéfices après impôts des entreprises seraient à partager de la manière suivante, un tiers seraient dévolus aux investissements nécessaires à la pérennité de la société, un tiers seraient versés aux actionnaires, un tiers aux salariés. En effet les salariés ne sont-ils pas actionnaires au titre de leur force de travail ? Ne sont-ils pas tout autant que l’actionnaire impliqués dans la survie de leur outil de travail ? Une telle redistribution redonnerait une formidable bouffée d’oxygène à notre système économique sclérosé par les inégalités. 

Et il est au moins sûr que ces millions de nouveaux capitalistes virtuels ne seraient pas tentés par une fuite en pays de Cocagne. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 15 septembre 2012 11:57

    Qu’est-ce qui empêche les « pauvres » de s’enrichir par les mêmes mécanismes que les milliardaires ?

    En ces temps de crise, on ne cesse de parler de déficits budgétaires, de dette, d’inflation, de réduction des charges, d’augmentation des impôts, et cætera...
    Parmi nos « élites », il n’y a personne pour prononcer ce qui semble être LE gros mot absolu : ÉPARGNE ! ! !
    Pourtant, que ne pourrait-on faire avec de l’ÉPARGNE ? ? ?...

    Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

    Ce projet de « Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel par l’Épargne » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

    Objectif Principal :
    Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique en vue de la « Refondation du Capitalisme ».

    Objectifs Spécifiques :
    I)
    Transformer le « capitalisme ordinaire » en un authentique Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
    II)
    Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».



    • alinea Alinea 15 septembre 2012 12:01

      Perso : je n’en veux plus du capitalisme !


    • Jonas 15 septembre 2012 18:57

      Il ne s’agit pas d’aimer ou de ne pas aimer le capitalisme. C’est un fait. L’Union soviétique malgré la coercition de 70 ans s’est écroulée sur elle-même sans intervention extérieure. La Chine de Mao, après plus de 80 millions de morts est venue au capitalisme sans le dire. 300 millions de Chinois ont un niveau de vie égale au nôtre. Cuba après tant et tant de discours de Fidel , son frère Raul Castro y vient peu à peu, avec les ventes d’appartements , établissements de petits restaurants , cafés . La Corée du nord demande trois fois par an de l’aide aux pays capitalistes pour nourrir sa population, bien qu’elle se revendique anticapitaliste.


      Dire comme Besancenot, je suis anticapitaliste , c’est très bien. Mais pourquoi ne donne t-il pas sa démission de son emploi protégé et aller se battre dans une entreprise privée ? Et puis qu’il explique , par quoi le remplacer aux trois millions de chômeurs qui eux cherchent des entreprises capitaliste pour travailler étant donné que le service public avec ses caisse vides ne peut pas les embaucher. Et va plutôt licencier ou ne plus renouveler les départs à la retraite.

    • jaja jaja 15 septembre 2012 19:16

      "Dire comme Besancenot, je suis anticapitaliste , c’est très bien. Mais pourquoi ne donne t-il pas sa démission de son emploi protégé et aller se battre dans une entreprise privée "

      Bof La Poste est un front militant comme un autre et un parti comme le Npa doit avoir des militants dans les deux secteurs, public comme privé où se trouvent les salariés....

      Poutou et beaucoup d’autres militent dans le secteur privé.... D’ailleurs plutôt que tenter de diviser les deux secteurs, public comme privé, vous pourrez aller soutenir les Ford avec Poutou qui se rendront en Manif au salon de l’auto le 29 septembre.....


    • Jonas 15 septembre 2012 20:21

      Vous pouvez demander au PCF,pourquoi compte t-il toujours sur l’aide de l’Etat. pour maintenir son journal ,alors qu’il foisonne de solutions Même ses militants n’achètent pas son journal.


      Il faut également demander pourquoi le PCF , pour la première fois depuis des décennies , n’a pas présenté de candidat aux présidentielles avec tant d’idées lumineuses. 
       Les 1,93 % ( l’équivalent des personnes qui se rendent à la fête de l’Huma ) de 2007 de George Buffet ont calmé toutes les ardeurs. 



    • alinea Alinea 15 septembre 2012 11:59

      Le problème - et qui ne date pas d’hier- c’est que l’argent, c’est le pouvoir !
      La stagnation du monde actuel est mortifère : le calme avant la tempête ? Tout semble figé depuis des années, l’étau se resserre, l’air devient irrespirable, on ne peut compter sur personne ; sauf sur nous-mêmes !
      Voilà, c’est toujours pareil...


      • nicolas_d nicolas_d 15 septembre 2012 19:52

        « c’est que l’argent, c’est le pouvoir »

        C’est vrai qu’on entend ça... que ça a presque l’air « vrai » même.
        Mais est ce que ça ne serait pas de l’intox ?
        Une grosse intox basée sur la peur. La peur du « Maîîître »... presque « divin »... Une peur virtuelle basée sur une richesse virtuelle. On n’a même pas peur de mourir, on a peur de perdre la partie du maîîire et de devoir recommencer.

        Le pouvoir n’est-il pas dans la masse et le travail ?


      • lloreen 15 septembre 2012 12:03

        Non seulement ils ne créent pas la richesse mais en plus ils manipulent tout.
        La démocratie en premier.
        Vidéo incontournable pour prendre conscience de l’ampleur du problème : la démocratie piratée (vidéo sous titrée en français)

        http://www.youtube.com/watch?v=i9TDqMr6NlY


        • lloreen 15 septembre 2012 12:10

          L’argent n’est pas une richesse mais une arme de destruction massive.
          Faire croire que des morceaux de papier servent de base d’échange est la première des arnaques.
          Mais que se passe t-il dans les têtes pour gober une telle énormité ?

          Penser qu’on « doit » (dette) quelque chose à une bande d’ escrocs patentés est une autre étrangeté.Surtout quand on sait que la dette est un concept vide de sens.


          • lloreen 15 septembre 2012 12:31

            La SEULE vraie richesse est la nature.Ils la détruisent et nous rançonnent.
            Si cela n’est pas un marché de dupes je ne sais pas ce que ce terme recouvre.


            • Robert GIL ROBERT GIL 15 septembre 2012 13:48

              Qui produit la richesse et à qui profite vraiment sa production ? Dans une brochure écrite en 1907, le socialiste britannique John Wheatley décrit une cour de justice imaginaire où un magnat du charbon, un propriétaire terrien et d’autres protagonistes sont accusés « d’avoir conspiré contre un vieux mineur, Dick McGonnagle, et de l’avoir volé ».....

              Lire :
              http://2ccr.unblog.fr/2011/07/19/comment-on-vole-les-mineurs/


              • colza 15 septembre 2012 13:56

                Les « managers », ce sont les aiguilles de la pendule du salon

                Si il n’y avait pas derrière le cadran tous les petits rouages, engrenages et ressorts pour faire le boulot et faire marcher la machine, les aiguilles ne vaudraient plus un clou.
                Ainsi des managers.... ça vaut pour tous les riches.

                • Jonas 15 septembre 2012 17:31

                  Si les riches ne créent pas de richesses, la France doit être riche en ce moment avec ses trois millions de chômeurs, ses quatre millions de mal logés, ses huit millions de pauvres, sa croissance inexistante, ses déficits budgétaires et sociaux , l’avenir bouché pour les jeunes diplômés, ou pas. et si avec tout ça la France est sur la troisième marche du podium, c’est parce que la seconde marche est tenue solidement par les pays Africains et certains pays du Proche et Moyen-Orient la première est non moins tenue solidement par la Corée du nord , Cuba, Birmanie etc


                  Il faut que la France interdise aux riches ( selon la définition de notre président 4 000 euros ) son territoire, supprime , les resto du coeur, le Secours populaire, Emmaüs, l’indemnisation des intermittents, toutes les Organisations qui viennent en aide aux indigents , divise par deux la pension des retraités , et de 30% le salaire des fonctionnaires, en licenciant la moitié, peut-être que péniblement la France sera en bonne compagnie sur la deuxième marche. Et sera de se fait un pays sans riches et bien placé pour la première place.
                  Je rappelle à l’auteur de l’article que les Etats-Unis* c’est 300 millions d’habitants avec même ses 40 millions  de pauvres , c’est un fait , (ce qui fait 260 millions que ne le sont pas ) la Suède n’a que 9 millions d’Habitants.
                  Pourquoi ne pas comparer, la richesse du Qatar ou de Brunei par habitant avec celles de la Chine ou de l’Inde également par habitant.

                  Dans un pays démocratique ce n’est pas ce que veut le président qui compte mais ce que les représentants du peuple décident. Le président Obama pèse de tout son poids pour améliorer la situation des 40 millions de pauvres dans le domaine médicale mais les représentants des 260 millions ( pour aller vite ) s’y opposent. Il ne faut pas juger les Etats-Unis avec nos critères. On parle beaucoup de ce pays , mais en réalité on ne le connaît pas bien.
                  Pourquoi ce pays tant décrier reçoit le plus grand nombre d’immigrés dans le monde ? Pourquoi , ne vont-ils pas en Chine, en Inde , au Brésil , en Afrique du sud , en Turquie avec une croissance qui frôle les 6 % en moyenne ? Il doit y avoir une ou plusieurs raisons ? Non.



                  • foufouille foufouille 15 septembre 2012 17:57

                    "Je rappelle à l’auteur de l’article que les Etats-Unis* c’est 300 millions d’habitants avec même ses 40 millions de pauvres , c’est un fait ,"
                    non, juste 46 millions qui vivent de bons alimentaires ( ca juste 15.3%)
                    et comme il y a pas de smic, ca en fait beaucoup plus de pauvres


                  • Jonas 15 septembre 2012 18:33

                    C’est tout a fait vrai. Mais la France avec ces 65 millions d’habitants et l’aide de (l’Etat providence) compte 8 millions de pauvres , d’après les syndicats ce qui fait 12, 3 %. les Etats -Unis c’est + de 9 millions de km2 et reçois un million d’immigrés par an. Qui place ce pays parmi les premiers. Sans dénigrer la France , c’est + de 500 000 de km2 soit un peu plus que l’Etat de Californie.Il faut comparer la France avec l’Allemagne( qui n’a pas de SMIC), et certains pays de l’Union européens. Pas avec des pays continents.

                    L’Autriche ou le Liechtenstein sont plus riches que la France. Quelle conclusion tirez-vous ? Tout le monde sait qu’i y a des difficultés aux Etats-Unis , cela ne décourage pas les immigrés du monde entier de vouloir s’y établir. On ne se bousculent pas pour la Chine , l’Inde, la Russie, les pays Africains ou les pays arabo-musulmans etc.. ( Bien que l’Etat providence n’existe pas aux Etats-Unis)

                  • foufouille foufouille 15 septembre 2012 19:46

                    sauf que pour certains pays, genre madagascar, faut 1000/mois, pour y resider
                    apres, tu as le reve vendu par les riches touristes
                    en allemagne, tu as HARTZ IV, pire que la zunie
                    tu as au moins le droit de garder ta baraque


                  • Jonas 15 septembre 2012 20:08

                    Cher foufouille,

                     Excusez-moi, je n’ai pas bien compris votre dernier mail. Ceux qui vont en Tunisie , au Maroc , en Egypte ou en Grèce ne sont pas des touristes riches et en y allant dans ces pays , ils font travailler beaucoup de monde et permettent à des milliers de familles de pouvoir se nourrir. 
                    Avec les révoltes de la faim " dans ces pays ,le Maroc mis à part, la Tunisie , l’Egypte et la Grèce souffrirons davantage et leur niveau de vie qui n’était reluisant baissera encore.
                    Et des gens comme vous pleurerons sur la misère des habitants de ces pays et vous les consolerez en insultant les riches. Ce qui ne remplira pas l’assiette du pauvre et le ventre des enfants.


                    • foufouille foufouille 16 septembre 2012 10:46

                      tu as environ 47% des francais qui parte pas en vacances
                      et quand tu vas un pays ou ton pouvoir d’achat est plus eleve, tu es riche
                      tu as meme droit a des prix pour touriste
                      et comme tu crois que tout le monde est comme toi, tu etales ta richesse de « riche » francais
                      par consequent, l’etranger pauvre croit que tout le monde est riche en france
                      et proprietaire, etc


                    • Jonas 16 septembre 2012 15:03

                      Cher farfouille, 


                      Il faut faire marcher de temps en temps ses neurones, pour cela je vous donne à méditer cette phrase de l’écrivain Algérien Yasmina Khadra ( de son vrai nom Mohammed Moulessehoul)

                      ’ L ’argent ne fait pas le bonheur mais ce n’est pas de sa faute".

                    • Chupa chups Chupa chups 16 septembre 2012 00:09

                      "Il nous reste donc à distribuer 41 milliards d’€ à 10 millions de personnes, une paille, soit 4 100 euros par personne, ce qui en moyenne représente 5 mois de revenus pour cette tranche de population. Que croyez-vous que ferons ces dix millions d’heureux ? Ils dépenseront illico ce pécule qui sera automatiquement redistribué dans l’économie réelle pas la virtuelle de la City.« 

                      Bien imaginons. Dix millions de personnes pauvres reçoivent 4100€. Que vont-elles en faire ? Elles vont les dépenser chez des petits commerçants (imaginons qu’elles aient de la vertu, qu’elles se disent que cela fera marcher l’économie.). Les petits commerçants dépenserons cela dans les grandes surface. Etc ... En fin de compte, en prenant de cette manière, vous ne faites que faire un tour à l’argent, du haut vers le bas, comme dans une passoire.

                       »Difficile de justifier un impôt progressif dont le seul but est de redistribuer les revenus." Milton Friedman (je ne suis très monétariste, mais bon, quand le bonhomme dit quelque chose de bien, pourquoi s’en priver ?).

                      C’est toutefois oublier les méfait que votre système fera à l’économie. Les pauvres gens, voyant cet argent pleuvoir du ciel, n’auront certainement pas la bonté de travailler pour du beurre. Cela créera du chômage. De plus, par ce système, vous bloquez, et l’investissement, et l’épargne. Un riche voulant investir ne pourra plus. Il gagne de l’argent, mais immédiatement, on lui reprend. Cela détruira aussi l’épargne. Les pauvres ne voudront plus épargner. L’argent tombe du ciel. Jamais je ne pourrais seulement en manquer. Il y a encore d’autres méfaits. Ce serai bien trop long de tous les lister.

                      La socialisation, le doux nom qui précède collectivisation, n’est jamais, au grand JAMAIS, une bonne idée.


                      • titi 16 septembre 2012 00:28

                        « Distribuez la fortune de Bernard Arnault, 42 milliards d’€ aux 10 millions de personnes les plus pauvres »

                        Pour distribuer la fortune de Bernard Arnault, il faut « liquider » cette fortune.
                        Donc vendre toutes les sociétés du groupe.

                        Je suis pas bien sûr que ce soit une excellente idée...


                        • Jonas 16 septembre 2012 09:08

                          C’est une excellente idée. Distribuer l’argent des riches aux pauvres, une bonne trouvaille.


                          On commence par certains pays pauvres qui posent problèmes.. Sur les 22 pays Arabes qui constituent 340 millions d’individus , faisant la répartition équitable des sommes suivantes entre les habitants uniquement de ces pays.
                          Arabie Saoudite : 450 milliards de dollars
                          Emirats du Golfe : 1 000 milliards de dollars
                          Koweït : 200 milliards de dollars 
                          Qatar : 240 milliards de dollars. soit 1 900 milliards de dollars .

                          Et je mets de côté la richesse de l’Algérie avec ses 165 milliards de dollars.
                          Les richesses de l’Irak, la Libye et d’autres pays arabes non stabilisés pour le moment.
                          Que de misère, de pauvreté, de souffrances et violence auraient été épargnées.

                          Comme le disait Muammar Kadhafi , juste après avoir renversé la monarchie libyenne.

                          « La totalité des richesses du monde arabe appartient à la totalité de la » nation arabe« ... Abattons les cloisons qui séparent artificiellement les peuples , unissons leurs régimes , détruisons les féodalités intérieures, qui s’engraissent à leurs dépens, et la répartition des bénéfices se fera d’elle-même. Toute autre solution n’est qu’un expédient provisoire ».

                          Est-ce que lui-même et les riches pays Arabes dont la seule et unique source de richesse sont les hydrocarbures ( don de la providence ) ont-ils soulagé les souffrances de leur peuple ? En quoi avec tant d’insolente richesse ont-ils aider leur peuple à sortir de l’obscurité ? 

                          Pour aller dans votre sens de la distribution, j’ai pris à dessein les 22 pays arabes qui nous rebattent les oreilles avec leur solidarité et leur fraternité religieuse et non les 193 pays représentés à l’ONU. 
                           





                           

                        • kalagan75 16 septembre 2012 09:49

                          comment tu ferais pour redistribuer 1/3 de benef après impôts aux salariés ? sur quels critères ? je te dis pas le bordel et le futur clientélisme ...


                          • eric 16 septembre 2012 10:40

                            Les bénéfices après impôts....Vous êtes comme les autres et j’imagine que comme les autres vous ne répondrez pas à ma question.
                            L’important, c’est la répartition de la plus value. En tendance en France, on a un stagnation de la part des entreprises après impôts, taxes. Elle permet à peine le renouvellement et le développement du stock de capital fixe. C’est un de nos gros problème dans la mesure ou avec l’internationalisation de la concurrence, le capital fixe nécessaire par emploi s’accroit. Après, il y a les dividendes, qui, après impôts,taxes et inflation, assurent à peine en moyenne une rémunération positive du capital. C’est une seconde cause de l’insuffisance de l’investissement productif en France avec toutes les conséquences que l’on sait. On a une diminution en valeur relative de la part des ménages et.... une hausse de la part de l’État.

                            Quand l’Etat dépense 57% du PIB et que la part des dividendes dans la répartition de la plus value a du mal à friser les 3% avant inflation, cela veut dire que 5 à 10% d’amélioration de l’efficacité de la dépense publique rapporte autant ou plus chaque année que 100% de taxation des dividendes, qui ne marche qu’une année.
                            Dans le premier cas, on a de quoi satisfaire la plupart des revendications syndicales au prix d’un effort minime auquel se livre presque chaque année des tas de boites, dans l’autre on met notre économie en l’air sans grande garantie sur le résultat. D’une manière ou d’une autre, à ces niveau de taxation, il n’y a plus de profits dividendes etc...

                            Pourquoi la destruction de l’économie dites de marché vous importe-t-elle tellement plus que l’éradication de la paupérisation ?


                            • titi 16 septembre 2012 23:20

                              « cela veut dire que 5 à 10% d’amélioration de l’efficacité de la dépense publique rapporte autant ou plus chaque année que 100% de taxation des dividendes »

                              Enfin quelque chose d’intelligent sur AV.


                            • Chupa chups Chupa chups 17 septembre 2012 18:21

                              Oui en effet ce site, que j’admire pour sa liberté d’expression totale, est très ... socialisant je dirait. Un peu trop même.

                              « Christophe Colomb était le premier socialiste, car il ne savait pas où il allait, où il était ; et tout cela avec l’argent des autres ! » Churchill smiley


                            • Chupa chups Chupa chups 17 septembre 2012 18:35

                              « Pourquoi la destruction de l’économie dites de marché vous importe-t-elle tellement plus que l’éradication de la paupérisation ? »

                              C’est marrant, éric, je crois savoir pourquoi des gens ont peur du système de marchés. C’est que finalement, en France, on apprend jamais à l’enfant comment devenir grand. Toute sa vie, le Français garde ses peurs de l’enfance, il garde aussi son sens dépensier, égoïste, communautariste, moqueur et naïf. Les banques, par exemple, sont de grands enfants à qui ont laisse tout faire sans qu’elles ne puissent en être responsable. Les socialistes disent qu’il faut encore plus réglementer les banques (PS, PCF, NPA), et les conservateurs, eux, ne veulent laisser plus de liberté aux banques que pour restreindre encore plus leur responsabilités (MODEM, UMP, FN). Seul les libéraux comme moi sont logiques dans cette histoire : laisser à tout le monde le droit de faire ce qu’il veut tout en devant pleinement se prendre les répercussions de ses actes en pleine tronche. Logique non ? Allez donc expliquer ceci à un socialiste.

                              Jamais en France on ne parle à quelqu’un de sa vertu, de son mérite, tant en économie qu’en politique, où on laisse le pouvoir à des gens complétement fous et non méritants. Un enfant ne connaît pas la patience, la vertu, le mérite. Car lorsque que l’enfant à un problème, il ne peut le régler seul avec les outils laissés à sa disposition. Non, il demande à sa mère de le faire. Devinez qui est la mère des adultes en France ...


                            • louphi 16 septembre 2012 14:15

                              PROVOLA

                              Face à sa énième crise actuelle depuis la seconde guerre impérialiste mondiale, l’abjection du système capitaliste est devenue une évidence de notoriété publique. Des analyses fusent de tous les côtés pourfendant ce système. Mais très peu de ces analyses abordent la question du remplacement du système capitaliste. L’article de PROVOLA au moins a le mérite de sortir de ce manque d’imagination en proposant une solution. Cette solution c’est « la fameuse règle des trois tiers annoncée par le précédent menteur, feu De Funès ». Autrement dit, c’est une fumisterie. On se souvient que le détrousseur des peuples, maçon de la loge des illuminatis, Paul Stéphane Nicolas Sarkozy de Nagui Bocsa, avait lui aussi dégainé cette fumisterie pour tenter de soigner le système capitaliste putrescent.

                              La seule solution appropriée au système capitaliste, c’est de lui faire accoucher du bébé dont il porte la grossesse : la révolution communiste de type bolchévique, léniniste-staliniste.

                               


                              • Chupa chups Chupa chups 17 septembre 2012 18:38

                                Bien sûr, et tout le monde acquiescera tant l’essai fut bon dans tout le globe. Les vieilles carcasses de se système que sont le Venezuela et Cuba sont la preuve même d’ailleurs, que le système marche, c’est bien connu !


                              • Soi même Soi même 16 septembre 2012 14:51

                                Propos bien Lénifiant sur la richesse, à défaut d’en avoir on se défoule par la critique jalouse du dénie.
                                Car en fait compte si les richesse ont une longueur d’avance sur tous le monde. C’est que moralement nous avons voulues. Et ce n’est pas avec un discourt de haine et de vengeance que le problème sera régler car jusqu’à preuve du contraire cela les à déterminer à durcir leurs positions.
                                Et ils ont beaux jeux à entretenir la braise qui couvent car c’est le meilleurs moyen de nous dominer.
                                Tant que l’on sera river sur cette réalité bien matérielle, non seulement on perpétue cette inégalité, et inconsciemment on la légitime car on ne veux veut pas reconnaître en réalité que l’on les jalouses.
                                Car si cela n’étaient pas le cas, cela n’auraient pas prie le cours que cela à prit, et l’on serait actuellement dans un capitalisme solidaire !

                                 


                                • titi 16 septembre 2012 23:25

                                  « les bénéfices après impôts des entreprises seraient à partager de la manière suivante, un tiers seraient dévolus aux investissements nécessaires à la pérennité de la société, un tiers seraient versés aux actionnaires, un tiers aux salariés. En effet les salariés ne sont-ils pas actionnaires au titre de leur force de travail ? Ne sont-ils pas tout autant que l’actionnaire impliqués »

                                  Dans la mesure où les salariés sont créanciers « privilégiés » de l’entreprise, alors non, ils ne sont pas autant impliqués que les actionnaires.


                                  • Karash 17 septembre 2012 21:07

                                    "Il nous reste donc à distribuer 41 milliards d’€ à 10 millions de personnes, une paille, soit 4 100 euros par personne, ce qui en moyenne représente 5 mois de revenus pour cette tranche de population. Que croyez-vous que ferons ces dix millions d’heureux ? Ils dépenseront illico ce pécule qui sera automatiquement redistribué dans l’économie réelle pas la virtuelle de la City"

                                    Depuis quand le fait en soi de dépenser son argent est un acte vertueux ? Se réapproprier du capital, produire de la richesse, oui c’est vertueux .. mais il ne semble pas que ce soit ce que vous suggériez.


                                    • xmen-classe4 xmen-classe4 19 septembre 2012 21:54

                                      Les riches ne créent pas la richesse, il la dépense !


                                      • gnarf 22 septembre 2012 09:08

                                        Quand un milliardaire a 40 milliards d’euros a la banque, vous croyez que cet argent dort dans des coffres ?

                                        Les banques gardent tout au plus quelques % des depots, et tout le reste est prete. Donc tout l’argent de Arnault est deja dans l’economie francaise, il lui serait d’ailleurs impossible de le retirer. La plupart des emprunts sont faits par des entreprises, pour l’investissement, le developpement. Choses qui determinent l’avenir de l’emploi sur le moyen terme.

                                        Donc non seulement les riches creent souvent leur propre richesse (a part les heritiers), mais en plus cette accumulation de capital est un levier essentiel pour permettre a d’autres entreprises d’emerger.

                                        78% de votes positifs pour cet article, on est bien en France. Bonne chance les gars.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès