Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les « super-riches » détenaient 40 700 milliards de dollars avant la (...)

Les « super-riches » détenaient 40 700 milliards de dollars avant la crise

Les banques se les arrachent. On les appelle les high net worth individuals ou HNWI dans le jargon. Pour faire partie de ce club informel comptant 10,1 millions de membres en 2007 (6% de plus qu’en 2006), il faut détenir au moins un million de dollars en actifs financiers. La richesse totale de ces « super-riches » atteignait 40.700 milliards de dollars en 2007, soit 9,4% de plus que l’année précédente, selon le World Health Report 2008 de Merrill Lynch et Capgemini. La fortune moyenne des HNWI a ainsi pour la première fois dépassé les 4 millions de dollars en 2007.

Au sein du club, c’est le groupe des plus riches, les « ultra-HNWI » (qui détiennent 30 millions au moins), qui a connu la plus forte croissance (+14,5% de richesses et +8,8% de membres). Les marchés émergents, notamment le Moyen-Orient et l’Amérique latine, ont gagné le plus de nouveaux HNWI. A l’échelon national, c’est l’Inde, la Chine et le Brésil qui ont raflé la mise.

Environ 11.500 milliards de dollars étaient détenus offshore par des HNWI en 2004, selon Richard Murphy du Tax Justice Network. Au taux de rendement moyen de 7,5% observé ces dernières années chez les HNWI, le pactole planqué offshore rapporterait 860 milliards d’intérêts. En considérant un taux d’imposition moyen de 30% (une estimation faible selon Murphy), le manque à gagner fiscal des Etats floués par le duo « HNWI-paradis fiscaux » dépasserait les 255 milliards de dollars par an.

Bien sûr, tous ces chiffres étaient valables avant la crise. Pour évaluer l’impact du tsunami financier sur les grosses fortunes de la planète, il faudra attendre la publication, en juin prochain, du World Wealth Report 2009. L’impact de la fraude Madoff sera pour sa part quasi insignifiant : 50 milliards, ce n’est que 0,12% de 40.700...

Le numéro de janvier du magazine belge Imagine demain le monde consacre un dossier de 8 pages aux paradis fiscaux, à leur rôle dans la crise financière et le pillage des ressources naturelles du Sud. 

Documents joints à cet article

Les « super-riches » détenaient 40 700 milliards de dollars avant la crise

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • David Leloup David Leloup 2 janvier 2009 12:49

    Merci d’envisager d’acheter le magazine en version papier ou PDF, voire de vous y abonner. La presse indépendante ne vit que grâce à ceux qui la soutiennent !


    • David Leloup David Leloup 2 janvier 2009 15:16

      Pas du tout, mon post publié mardi 30/12 a été repris automatiquement ce matin par Agoravox mais... pas intégralement.

      Comparez avec l’original publié sur mon blog :
      http://www.mediattitudes.info/2008/12/les-super-riches-detenaient-40-700.html

      La dernière phrase a été amputée. Or j’ai accepté "que l’on récupère les billets automatiquement depuis le blog", pas qu’on les ampute.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 3 janvier 2009 14:19

      Sorry, j’y comprends rien à tes salades de sites : Sur les liens il faut payer et sur ton blog, c’est le même article que sur Avox. Pas vu la censure.
      Par-contre, qu’est ce que tu veux dire par "repris automatiquement" sur Avox. C’est donc pas toi qui choisis.

      En fait on dirait un magasin d’articles alors, ton blog, mais ok, qui je suis moi, après tout, un simple amateur, n’est-ce pas ?
      Mais ça veut aussi dire que chez Avox, il n’y a pas que des articles délibérément plantés là par les joyeux internautes en délire, mais des sujets choisis et donc imposés par un comité de rédaction (j’ose imaginer que la responsabilité de ce genre de choix est partagée).

      Drôle de goût dans la bouche... Après le coup de "La presse indépendante ne vit que grâce à ceux qui la soutiennent", ce que je traduis, con que je suis, par "pas de sous, pas d’info", voilà que maintenant nous en sommes à la rédaction à la chaîne, et après, à vot’ bon coeur messieurs-dames ! les journalistes, c’est comme les musiciens, ils ont du mal à avaler la disparition ou plutôt la réappropriation de la propriété intelectuelle par le propriétaire de l’intellect en question : vous et moi.

      Donc, finie l’edition de masse, finis les droits d’auteur, REVEILLEZ-VOUS ! on a changé de siècle. C’est dans cette cohérence seule que réside l’intérêt "participatif" d’ un site comme Avox (en dépit peut-être de ses éditeurs ?) où à mon sens les professionnels ne sont autorisés qu’en tant que spécialistes éclairés du sujet proposé : ils sont même à ce titre vivement recomandés !
      Par contre, les professionnels de la rédaction et de l’édition d’articles, la société peut, doit , et va s’en passer. L’aberration manifeste à laquelle on arrive aujourd’hui avec la publication "involontaire" d’un papier désormais réchauffé écrit avec l’estomac en est la preuve.

      Au passage, une citation gratuite :
      L’information alimentaire est nécessitaire, donc totalitaire, donc une désinformation.
      Voilà., merci.

      Sinon, le sujet ! j’allais oublier : nul ; la photo me rappelle la chambre forte dans laquelle "Onc’ Picsou" (vous réalisez "picsou" ?) prenait ses bains de louis d’or dans les comics de mon enfance (rassurez-vous, la rue de la Paix à 40.000, c’était pareil, mon ex n(a jamais compris pourquoi je refusais de jouer au monopoly avec les enfants... qu’elle élève maintenant seule, mais ça ne vous regarde en rien, quoique).

      Après j’en suis sur, dans ce troupeau de riches qu’on nous décrit là sans état d’âme (INFORMATIF ! je vous dit !), je suis sur que c’est comme dans mon immeuble : moi, j’ai une vieille Picasso cabossée dans la rue et un deux-pièces sous les toits, tandis qu’au premier, le cinq-pièces que je connais, c’est un vrai musée, dedans, porte blindée, BMW au garage et tout à l’avenant. Quatre million de moyenne, n’oublions pas que ça peut aussi être 80% entre 1 et 2 millions et 20% avec les milliards qui restent, dont une dizaine avec la moitié et ainsi de suite :

      On est toujours le riche du voisin du haut et le pauvre de celui du bas.
      C’est comme sur la route : le riche double le pauvre, qui écrase le SDF, qui disputent les caves aux rats, etc.

      Alors, les chiffres, on s’en tape : L’argent doit se gagner au travail. Le Pdt l’a dit, pas vrai ? Alors de grâce, ne nous parlez pas de chiffres SENSATIONNELS ! bravo, le pro, mais ni ne révoltent ni ne font rêver plus personne, car notre problème, bouffer, le loyer, etc. il est pareil avant et après la lecture. Les zéros des autres ne changent rien. De toutes façon, des nombres aussi longs, on ne réalise même pas.

      Alors merci de nous poser le problème de façon professionelle, moi je préfèrerais qu’on nous laisse le régler en tant qu’amateurs.

      Même si ça doit faire mal. La souffrance d’en bas ne date pas d’aujourd’hui. On a balayé un cadavre de SDF sous mes fenêtres cette nuit merci.

      Ca fait combien ?




    • hjsic 2 janvier 2009 15:37

      J’ai acheté 2 exemplaires de ce magazine eco-bio. A mon sens, votre magaine n’est qu’un mix pour adeptes de la pensée dominante.

      Obama va changer le monde.
      le CO2 est la pire des saloperies.

      Encore un magazine qui ne nous fera pas réflechir et qui réfuse le débat avec les thèses alternatives.

      On a pas besoin de cette presse la, elle nous bouffe déjà assez le cerveau



      • MarcDS MarcDS 3 janvier 2009 02:04

        Vous avez acheté deux exemplaires, c’est formidable. L’étape suivante c’est de les lire. Vous vous seriez peut-être rendu compte que ce magazine tente d’impulser une vision positive du changement, et que celui-ci ne se résume pas à promouvoir les panneaux solaires ou à réclamer un peu plus de contrôle sur les mouvements financiers. Les thèmes de la décroissance, de la société frugale, d’une société de coopération y sont clairement évoqués comme des pistes à suivre. La pub y est "vertement" critiquée. Pensez-vous que réclamer la suppression des paradis fiscaux soit le fait d’adeptes de la pensée dominante ? Je vous fiche mon billet que ceux-ci ne disparaîtront pas, malgré les fanfaronnades actuelles de nos dirigeants politiques, tout simplement parce qu’ils sont le lubrifiant des rouages de la finance mondialisée. Supprimez les paradis fiscaux et c’est tout le système qui se grippe.

        Evidemment, ce n’est pas un magazine "rentre-dedans" qui prône la révolution armée. Et cela me convient très bien, car je suis convaincu qu’un mouvement qui s’impose par la violence ne peut engendrer qu’une société violente. Dans ces temps de plus en plus troublés et cette société de consommation de plus en plus pitoyable, je garde un faible espoir de voir suffisamment de gens prendre résolument le chemin d’un autre mode de vie pour qu’une société enfin adulte s’impose d’elle-même à ceux qui ne jurent que par le fric et le pouvoir.

        C’est vous qui devriez envisager d’approfondir votre réflexion avant d’écrire des âneries. Dites-nous plutôt ce que vous entendez par "thèses alternatives" ?


      • Peretz Peretz 2 janvier 2009 15:46

        Discours par lequel MIRABEAU exhorte l’Assemblée constituante, face à la crise, à décider la confiscation d’un quart des plus grandes fortunes (1789) :

        " Il faut le combler, ce gouffre effroyable. Eh bien ! voici la liste des propriétaires français. Choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens ; mais choisissez ; car ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? Allons, ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit. Ramenez l’ordre dans vos finances, la paix et la prospérité dans le royaume (...) . Vous reculez d’horreur... Hommes inconséquents ! Hommes pusillanimes ! Et ne voyez-vous pas qu’en décrétant la banqueroute, vous vous souillez d’un acte mille fois plus criminel ?(...) Croyez-vous que les milliers, les millions d’hommes qui perdront en un instant, par l’explosion terrible ou par ses contrecoups, tout ce qui faisait la consolation de leur vie, et peut-être leur unique moyen de la sustenter, vous laisseront paisiblement jouir de votre crime ? Contemplateurs stoïques des maux incalculables que cette catastrophe vomira sur la France, impassibles égoïstes, êtes-vous bien sûrs que tant d’hommes sans pain vous laisseront tranquillement savourer les mets dont vous n’avez voulu diminuer ni le nombre ni la délicatesse ? Non : vous périrez. "

        Sans commentaires


        • appoline appoline 2 janvier 2009 17:14

          @ Peretz,
          Il est clair que d’étaler sa fortune devant ceux qui crèvent de faim ou presque, risque d’emmener un mouvement de masse difficilement controlable. Mieux vaut prendre un solide sac à dos pour y entasser quelques lingots car le temps venu, la discrétion sera de mise, si ils ne veulent pas finir avec la tête en haut d’une fourche (dans le meilleur des cas).


          • jjwaDal marcoB12 4 janvier 2009 16:04

            @ Apolline

            Apolline...
            Pourquoi croyez-vous que bien que vous et moi ayons cent fois plus de raisons de craindre
            le cancer, les accidents de la route, le chômage de longue durée, le handicap mal pris en charge,
            la dépendance, voire la rue, des sommes gigantesques continuent d’alimenter qui les forces de
            police, qui les militaires ?...
            Soyez pas naïve !...
            Quand (si) les gens se réveillent de leur catalepsie, ils verront que leurs impôts (en partie) ont bien
            été utilisés pour garantir aux plus riches un sommeil confortable quoi qu’il puisse arriver pour nous.


          • foufouille foufouille 2 janvier 2009 18:22

            on les fout tous au RMI et en HLM
            ca serait drole


            • earth75 earth75 2 janvier 2009 21:33

              Bonsoir,

              Je vote pour votre idée car j’ y ai pensé depuis longtemps................................. Quel exemple ce ferait.......


            • herve33 2 janvier 2009 19:15

              Excellent cet article , il nous montre très bien la folie du capitalisme où une petite minorité détient la majorité de la richesse . Cela montre aussi la faillite totale de ce système qui vampirise les moyens productifs de la planète à ses propres desseins .

              Qui osera mettre de l’ordre dans cette mafia ? mise à part une révolte mondiale , je ne vois pas comment l’élite qui nous gouverne , complice depuis des décennies de ce pillage généralisé , arriverait à se remettre en cause . 


              • Adrian Adrian 2 janvier 2009 21:09

                Le PIB mondial est de 60 000 milliards de dollar et je n’ai trouvé le chiffre de 40 700 milliards dans le document : vous avez visiblement rajoutez des zéros..


                • earth75 earth75 2 janvier 2009 21:30

                  Bonsoir,

                  Je pense qu’ au lieu de se prendre la tête sur les chiffres ( de savoir le "vrai pib", le montant astronomiques des bourses mondiales ?, les produits exotiques boursicotiques son-ils inclus dans le fameux PIB ? ).

                  L’ enjeu est de de se battre avec nos cervaux, de réfléchir pour nous sortir de ce guépier qui nous rend esclave.......

                  Ne nous trompons pas d’ enemi.



                • David Leloup David Leloup 2 janvier 2009 21:33

                  @Adrian :
                  non c’est le chiffre cité dans le rapport de Capgemini et Merrill Lynch. Le PIB mondial correspond à toute la richesse produite sur la planète en un an. Les 40 700 milliards ont été patiemment accumulés au fil des années.




                • sale bête 3 janvier 2009 00:25

                  dans le monde diplomatique de novembre les vrais chiffres donnent le tournis :

                  page 20 article "Ce qui se resolvait hier par la guerre"

                  graphique : économie de production et économie financière : le grand écart


                  en moyenne PAR JOUR en 2007 et en milliards de $

                  échanges commerciaux (achat/vente de matière première ... etc) : 20

                  échanges boursiers : 150

                  PIB mondial : 160 (donc les 60000 Mds par an donnés par adrian)

                  marchés des changes : 1300
                  (vous avez bien lu, 8 fois le PIB quotidien)

                  échanges sur le marché des produits dérivés : 3500
                  (donc + ou - 1 millions de milliards par an et + de 20 fois le PIB mondial / jour)

                  (sources : FMI, Banque mondiale, OMS, cnuced, WFE)

                  tout simplement hallucinant

                  l’article sera en accès web gratuit dans qq jours

                  sinon
                  les chiffres bruts sont en accès direct sur le site de la World Federation of Exchange

                  http://www.world-exchanges.org/files/statistics/excel/DERIVATIVES%2007%20final.xls

                   smiley


                • David Leloup David Leloup 3 janvier 2009 00:39

                  merci pour ces chiffres.

                  Concernant le produit mondial brut, selon le CIA World Factbook les chiffres sont, pour 2007 :

                  - GWP (gross world product) : $65.61 trillion (2007 est.) (en parité de pouvoir d’achat)

                  - GWP (gross world product) : $54.62 trillion (2007 est.) (taux de change officiel)
                  Source :
                  https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/xx.html


                • JL JL 3 janvier 2009 08:40

                  Bonjour, merci pour ces chiffes. Pourriez-vous, svp, indiquer simplement la différence entre échanges boursiers et marchés des changes  ?

                  Merci d’avance.


                • sale bête 3 janvier 2009 10:39

                  le marché des changes concerne les échanges de devises

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9s_des_changes


                  donc pour les 20 milliards de $ de barils de pétrole,
                  sacs de blé, palettes de téléviseur à écran plat ou autres "chinoiserie", vendus ou achetés par jour,

                  on a 1300 milliards d’échanges de monnaies
                  (et près de 3500 milliards de produits "d’assurances diverses" et autres titres peu ou prou adossés sur les précédents)


                  Jésus avait théorisé la "multiplication des pains"
                  les financiers l’ont mis en pratique !

                   smiley


                • herve33 3 janvier 2009 11:34

                  échanges sur le marché des produits dérivés : 3500
                  (donc + ou - 1 millions de milliards par an et + de 20 fois le PIB mondial / jour)

                  Cela montre clairement que l’effondrement du chateau de cartes financier n’est peut-etre encore qu’à son début . 


                • JL JL 3 janvier 2009 12:11

                  Merci Sale Bête pour cette info. smiley


                • earth75 earth75 2 janvier 2009 21:23

                  Bonsoir,

                  Il serait temps de penser à faire une révolution à l’ échelle mondiale, une révolution avec en ligne de mire un texte posant les bases théoriques d’ un vrai partage des richesses à l’ échelle mondiale.......

                  Bien sûr ca ne résoudrait pas les problémes d’ un seul coup mais sans texte sur l’ argent, ce délire va durer encore des siécles et des siécles.........................

                  N’ attendons pas que mére nature rattrapes les pauvres ; les riches, quoiqu’ il arrive s’ en sortiront, mais l’ immense majorité soufrira !!!!!!


                  Une monaie unique, un Smic mondiale, des charges égales partout, un gouvernement mondiale, la paix, arrêt des guerres, que sais-je encore !!! Ces 5 idées ne sont qu’ en fait ( à mon sens ) qu’ un préalable nécéssaire à une nouvelles gouvernance ;


                  - la plus importante étant celles de l’ arrêt des guerres ; la guerre, ca tue. Presque personne ne s’ enrichit en guerroyant ; le patron d’ entreprise de base, le politicien verreux, le citoyen lambdas, le boursicoteur, presque personne n’ y gagne.


                  - un Smic mondiale et des charges uniques sont nécéssaires pour empêcher le dumping social ; on consomme sur place, moins de trajet polluant,


                  - Une monaie unique et un gouvernement unique pour la paix, l’ arrêt du chacun pour soi, des lois sociales pour tous, un partage équitable et la mise en commun des matiéres premiéres.


                  Ha zut je dormais, je vais au travail.


                  • JL JL 3 janvier 2009 08:48

                    @ earth75 : ""Presque personne ne s’ enrichit en guerroyant "" Hélas, si ! La guerre est la solution capitaliste à la surproduction. Le capitalisme est une formidable machine quand il est au service de l’homme, et une monstreuse machine quand l’homme est à son service.


                  • Gilles Gilles 3 janvier 2009 10:07

                    Les actionnaires d’Halliburton, dont l’ex pdg est Dich Cheney (et toujours rémunéré par eux à hauteur de 1 M$/an), eux se sont frottés les mains de la guerre d’Iraq....des contrats de plusieurs dizaines de milliards de dollars

                    Et Dick a avoué voici peu, qu’avec ou sans AMD, de toute façon il aurait fait cette guerre..


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 3 janvier 2009 14:22

                    Tu débarques ou quoi ?
                    dis un un peu ce que tu penses de ma réponse à la première réponse de l’auteur, là-haut.


                  • pseudo 3 janvier 2009 11:23

                    Les riches ne sont pas tous des salauds. Il existe des créateurs d’entreprise qui pour chaque euro gagné les réinvestisses même en temps de crise. L’affaire Madoff est une leçon pour les spéculateurs et les boursicoteurs. Cette crise nous ouvre les yeux sur la corruption généralisée du système financier. Le système financier est une sangsue qui a trop pompé l’économie réelle. Pourquoi des traders gagneraient ils 100000 € par ans ?


                    • caramico 3 janvier 2009 12:47

                      A certains, ces chiffres donnent le tournis, à moi ça me file la gerbe.

                      Tous ces pourris, qui ont du perdre des milliards avec la crise, argent envolé, évanoui, perdu pour tout le monde, s’ils en avait fait profiter ceux qui crèvent de faim, au moins celà aurait servi à quelque chose.

                      Je ne crois pas au coup du chameau et de l’aiguille, hélas, mais parfois on a besoin de ce genre d’espérance en une justice divine qui réparerait toutes les horreurs de ce bas monde.

                      Je n’ai que du mépris pour ces gens là. Vous me direz que ça ne change rien à leur vie, qu’ils ne risquent pas de croiser mon regard, protégés qu’ils sont du contact des vulgum pecus dans leurs ghettos de luxe.
                      J’essaie en tout cas de faire passer un message, contraire à celui véhiculé par toute la presse bling-bling, que les êtres dignes d’admiration sur terre ne sont pas en première page de ces torchons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès